Linux fête ses 25 ans : retour sur un simple « hobby »

Du noyau aux nuages

Linux fête ses 25 ans : retour sur un simple « hobby »

Linux fête ses 25 ans : retour sur un simple « hobby »

Linux fête aujourd’hui ses 25 ans. L’occasion de revenir sur son histoire et sur des développements que son principal développeur, Linus Torvalds, aurait alors bien été incapable de prévoir. En tant que tel, Linux est pourtant devenu « l’actif technologique le plus partagé de l’histoire ».

Linux, au départ, n’était pas grand-chose. À vrai dire, il ne s’agissait que d’un petit projet personnel lancé par un étudiant qui avait alors 21 ans : Linus Benedict Torvalds. Dans un message publié le 25 août 1991 sur Usenet, Torvalds s’adresse aux utilisateurs de Minix, un clone d’Unix. Il y avertit la cantonade qu’il s’est lancé dans l’écriture d’un système d’exploitation pour l’architecture i386. Il indique simplement qu’il aimerait des retours et que ce projet, un simple « hobby », ne sera ni « gros » ni « professionnel ».

10 000 lignes de code

Le kernel, c’est-à-dire le noyau, tenait alors dans 10 000 lignes de code. Il était difficilement réutilisable car la géométrie du disque dur était alors codée en dur dans le kernel. En clair, il fallait un matériel très proche de la machine utilisée par Torvalds. Évidemment, la situation a évolué dans les années qui ont suivi, car le virus de ce hobby a contaminé un nombre croissant de développeurs.

Plus ils ont été nombreux, plus le travail a avancé. Le noyau est devenu petit à petit compatible avec un plus grand nombre de matériels et d’architectures. Peu de temps après, on a pu assister à l’une des grandes bascules de Linux : l’apparition des distributions. Les deux premières ont été Slackware et Debian, dont les versions 1.0 sont toutes deux arrivées en 1993. L’année suivante, c’était au tour de Red Hat Linux d’entrer en piste.

Premières tentatives d'entraves

Ces premières années, marquées par une explosion du nombre de développeurs et des initiatives autour de Linux, a signé également l’arrivée des premiers problèmes. L’un des plus emblématiques, et qui ne s’est pas démenti depuis, est la prolifération des distributions, environnements et projets attenants. Depuis bien entendu, de vastes travaux ont été entrepris pour établir une compatibilité transversale, via des projets comme la LSB (Linux Standard Base).

D’autres problèmes sont apparus avec le temps : les accusations de copie et les soucis d’ordre légal. Même dans les premières années, Linus Torvalds a été accusé d’avoir copié le code de Minix. Quand bien même le créateur de ce dernier a affirmé que ce n’était pas le cas, cette idée est restée ancrée chez certains. Parmi les grandes batailles juridiques, le cas le plus connu est celui de SCO, qui s’en est pris à de nombreuses distributions Linux en les accusant de violer son copyright. Techniquement, ce procès débuté en 2003 n’est toujours pas terminé, mais semble proche d’un dénouement assez négatif pour le plaignant.

Dans de nombreux domaines invisibles

Les années suivantes ont été marqués par d’autres défis, mais également par une attention toujours plus grande de l’industrie. Car le noyau Linux est protégé par une licence, la GPL, qui permet à n’importe qui de le prendre pour ses besoins, à conditions d’en publier les éventuelles modifications qui y ont été portées. Mais le nouveau code est alors lui-même sous GPL. Un fonctionnement de « teinte » qui a poussé Steve Ballmer à faire sa fameuse comparaison hasardeuse en 2001, quand il a parlé de Linux comme « un cancer ». Ces propos ont d’ailleurs marqué le début de « guerre » entre Microsoft et le monde Linux en général. Une tension qui a brusquement chuté depuis le départ de Ballmer et son remplacement par Satya Nadella.

Linux, aujourd’hui, est sur tous les fronts, mais pas vraiment là où l’attention a pu se concentrer par moments. Beaucoup veulent continuer à ne voir que le « desktop », où il serait frontalement en guerre contre Microsoft. En dépit de bien des années d’attente, la part de marché globale dans ce domaine reste située autour de 1 %. Par contre, les différents systèmes Linux ont remporté une longue suite de victoires dans d’autres domaines, particulièrement les serveurs, les centres de données pour le cloud et, bien entendu, l’univers mobile.

Quand bien même on ne peut pas dire réellement que les smartphones sont équipés de Linux, Android repose bien sur un tel noyau. Même si Google fournit ses propres technologies et qu’il n’est pas question par exemple d’installer des paquets RPM ou DEB, l’éditeur a pu se lancer dans son projet grâce à ce noyau, qui représentait une matière fortement malléable.

Adaptable pour à peu près tout et n'importe quoi

C’est d’ailleurs ce qui fait le succès de Linux aujourd’hui dans de nombreux domaines : son adaptabilité. On le retrouve pratiquement partout, et il s’est émancipé depuis bien longtemps du seul domaine du PC pour voguer vers les appareils mobiles, l’informatique embarquée, les robots, ou encore les grands datacenters. Il est surtout devenu une alternative crédible pour le monde professionnel, secteur que Torvalds était bien loin de viser à ses débuts.

Aujourd’hui bien sûr, le développement fait sur Linux n’a plus aucun rapport avec celui de 1991. L’ensemble est très structuré, seuls des développeurs chevronnés (et autorisés) intervenant sur le code. Dans son dernier rapport, la Linux Foundation indiquait ainsi que 85 % des changements réalisés depuis mars 2015 avaient été faits par des développeurs professionnels et payés. On a appris également que les dix entreprises ayant le plus soutenu Linux financièrement pendant cette période étaient Intel, Red Hat, Linaro, Samsung, SUSE, IBM, Renesas, Google, AMD, Texas Instruments et ARM. Preuve s’il en fallait encore que bien des partis veillent sur l’avenir de ce « hobby ».

Commentaires (194)


Sniff, souvenir, le premier boot de mon premier noyau 0.68 (me semble, c’est loin) !!

Il faut dire que avec Rémi Card en prof de système en 1992, cela envoyait du lourd ..


J’aimerais interjeter un court instant, ce que vous appeler linux est en faites Gnu plus linux ou Gnu/linux



https://www.gnu.org/gnu/linux-and-gnu.fr.html



inb4

“on est pas encore vendredi”


 

Bien !! Joyeux nanniv’ mais attention news à Trolls et <img data-src=" /><img data-src=" />on est pas Dredi !!A+



Mince déja BBQ

&nbsp;


Bon anniversaire au noyau qui fait tout !



PC, voitures, télévisions, box Internet, smartphones, routeurs, serveurs… Linux fait tourner un nombre incroyable d’appareils. Que serait le monde sans lui aujourd’hui !











bagofgnutea a écrit :



J’aimerais interjeter un court instant, ce que vous appeler linux est en faites Gnu plus linux ou Gnu/linux







Si tu avais suivi, tu aurais compris qu’on parle bien du noyau Linux ici, on écrit donc bien « Linux » tout court <img data-src=" />



C’est pour les distributions qu’il faut utiliser « GNU/Linux », et non pas « Linux » tout seul.



c’est l’anniversaire du noyau pas du fruit &nbsp;<img data-src=" />

&nbsp;

Curieusement le fruit existait avant le noyau :p


Mince, je pensais que ce serait le premier commentaire. Tout se perd. <img data-src=" />


Tu dit ca mais lors du dernier GHM, sur le noyau hurd il ne lui manque plus que la gestion de ,l’usb, le son, et le 64 bits.



Il arrive d’ici deux a trois ans je pense.


Petit joueur: J’ai tapoté du Multics en 1981… bon c’est racine UNIX pas Linux mais bon <img data-src=" />


De toute façon, depuis VAX/VMS il n’y a plus de vrai OS….<img data-src=" />

<img data-src=" />


Merci pour cette petite rétrospective <img data-src=" />



Par contre je ne vois pas pourquoi la multiplicité des distros est qualifiée de problèmes ? <img data-src=" />


&nbsp; T’inquiètej’ai bien remarquer, mais si vincent ne voulez pas activer les trolls il aurait mis dans le titre “les 25 ans du NOYAU linux”


La part de marché de linux sur desktop est de 2%. C’est toujours très peu mais c’est tout de même le DOUBLE de ce que vous indiquez dans l’article! ;)



https://www.netmarketshare.com/report.aspx?qprid=11&qpaf=&qpcustom=Linux…



Bon annif’ nunux ! :)


Ce qui freine Linux c’est que chacun fait ce qu’il veut de son côté c’est une perte de temps et un frein car il y a du coup des incompatibilités. Il faudrait faire un “Linux officiel”. Un peu comme pour Mozilla c’est libre mais il n’y a qu’une version officielle.


Bien que cela fasse aussi près de 25 ans que je bosse sous UNIX puis Linux au boulot, Linux n’est arrivé en prod à la maison que le mois dernier (distrib Mint). Signe des temps qui changent…&nbsp;


Enfin une anniversary update qui tient la route <img data-src=" />



Bon anniversaire mon ptit manchot préféré :)


Hier Valve a fêter ses 20 ans, mais ça, on s’en fout hein !


Les laptop sous macOS,

Les desktop sous Windows,

Les serveurs sous BSD,



et tout le reste sous Linux \o/





#Yeaaaah


Qu’est ce qui differencierait une soi-disant “version officielle” d’une distrib de plus ? Je suppose que pour toi “Linux” c’est l’OS entier (vu que le noyeau, lui, à une version parfaitement officielle) ? Auquel cas, c’est juste impossible by design. Et c’est tant mieux.








Jarodd a écrit :



Merci pour cette petite rétrospective <img data-src=" />



Par contre je ne vois pas pourquoi la multiplicité des distros est qualifiée de problèmes ? <img data-src=" />







Parce que les gens sont habitués à n’avoir qu’un seul OS bien identifié sur leur PC. Dès qu’il y a du choix, ils sont perdus et ne savent pas choisir (et plutôt que de se renseigner, ils disent que le choix est un problème).



C’est un peu comme si les allemands de l’est, qui n’avaient qu’une seule voiture, la Trabant, disaient que la pléthore de constructeurs et de modèles de voitures en Allemagne de l’ouest était un problème. <img data-src=" />



La première fois où j’ai bossé sur Linux, c’était sur VT220. Je n’avais pas de compte utilisateur, donc je bossais en étant root. La seule recommandation que l’on m’a fait c’était juste de faire attention <img data-src=" />


Ouais, on s’en fout comme de la conjugaison. <img data-src=" />


L’admin a été roti en place publique au moins ?


Tu avais une console série sous Linux ????








127.0.0.1 a écrit :



Tu avais une console série sous Linux ????





pourquoi pas ?



Il n’y a qu’une version officielle de Linux… (je ne compte pas les anciennes versions encore supportées)


<img data-src=" />


Et oui le système d’exploitation le plus utilisé au monte tout materiel confondu.








linconnu a écrit :



Ce qui freine Linux c’est que chacun fait ce qu’il veut de son côté c’est une perte de temps et un frein car il y a du coup des incompatibilités. Il faudrait faire un “Linux officiel”. Un peu comme pour Mozilla c’est libre mais il n’y a qu’une version officielle.





De quelles incompatibilités tu parles?

C’est justement la multiplicité de l’offre qui fait sa force, sinon on suis qu’un seul gourou qui nous dicte son bon vouloir sans savoir s’il est possible de faire mieux (ou pas) en prenant un autre chemin.



La première fois que j’ai approcher Linux,c’était avec une Red Hat Linux 5.2 (1998)



Ça date n’empêche !


J’aurai donc attendu les 25 ans pour l’installer sur ma machine du quotidien ;)


Linux n’est qu’un noyau,&nbsp; mais il y a un certain nombre de distributions Linux grand publique “officielles”, au sens bien supportées par une entreprise.



On peut citer Android et ChromeOS, une bonne majorité des routeurs et box domestiques etc.


Moi c’était une red hat 7 avec un livre qui expliquait tout <img data-src=" />








LeJediGris a écrit :



Petit joueur: J’ai tapoté du Multics en 1981… bon c’est racine UNIX pas Linux mais bon <img data-src=" />





Non, Multics n’est pas un Unix (si c’est bien ce que tu voulais dire), Unix a été appelé ainsi justement par opposition à Multics.





Car le noyau Linux est protégé par une licence, la GPL, qui permet à n’importe qui de le prendre pour ses besoins, à conditions d’en publier les éventuelles modifications qui y ont été portées



Non, on peut très bien l’utiliser pour soi et faire des modifications sans les publier et sans enfreindre la licence GPL V2. Il suffit justement de garder ce Linux modifié pour soi et ne pas le distribuer.



De plus, la GPL V2 n’oblige pas à publier les sources même en cas de modifications même si le logiciel est distribué, elle demande juste à ce que les sources (et donc les modifications) soient mis à disposition de ceux qui sont les destinataires de la distribution du logiciel si ceux-ci le demandent.

Et on peut même faire payer les frais de cette mise à disposition.


“on a pu assisté à l’une des grandes bascules de Linux”

C’est Linus, l’assisté, senté pas bon?


Maintenant, même Microsoft fait du linux, avec le powershell et une ligne de commande imbittable trouvée sur internet et dont on espère très fort que ça corrigera le problème. <img data-src=" />


Et sinon il y a des nouveaux noyaux qui sont prévus dans le futur?&nbsp;

On tourne autour des mêmes depuis longtemps.. je pense qu’il doit bien y avoir moyen de

faire beaucoup mieux non ?








Konrad a écrit :



Parce que les gens sont habitués à n’avoir qu’un seul OS bien identifié sur leur PC. Dès qu’il y a du choix, ils sont perdus et ne savent pas choisir (et plutôt que de se renseigner, ils disent que le choix est un problème).



C’est un peu comme si les allemands de l’est, qui n’avaient qu’une seule voiture, la Trabant, disaient que la pléthore de constructeurs et de modèles de voitures en Allemagne de l’ouest était un problème. <img data-src=" />







Non, il y avait aussi la Wartburg comme voiture nationale en RDA. <img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



Linux, lancé à l’époque où l’URSS existait encore (en plein putsch à Moscou en plus !), j’y suis dessus depuis onze ans, et j’ai pas envie d’en changer.



Je me fais une install de Bodhi Linux sur mon netbook ce week-end pour fêter ça !



Memes lesdits laptops sont sous BSD, mais avec un noyau Mach.

Mais il est vrai que la part de BSD se réduit au fil du temps…


Ben tu sais les noyaux sont constamment mis à jour afin de s’adapter aux dernières technologies hein <img data-src=" />


Ma première installation, de mémoire c’était en 1996 avec le magazine Dream (mag Amiga devenu par la suite Login). J’avais déjà croisé la licence GPL dans ST Magazine (Dave Small, si tu nous lis) et DP Mag (de tête en 92).



Ma première installation était une RedHat 4… il n’y avait que 2-3 window managers (fvwm95, puis Enlightenment beaucoup plus classe). A l’époque, il n’y avait pas de driver pour ma carte son AD1815, même en recompilant le kernel, je n’ai jamais réussi à la faire marcher ; les fontes étaient horribles et baveuses (pas d’antialiasing), le curseur se résumait à une croix bien moche… et il&nbsp; fallait taper startx – -bpp + le color depth pour avoir un truc correct à l’écran… mais bon, c’était le début.


Oui oui mais pleins de principes ont été réutilisés, c’est pourquoi je parlais de “racine”…


Jolie analogie.



Personnellement, je dirais qu’une distribution Linux s’apparente au tuning automobile : il existe des garages qui proposent leurs propres solutions, voire des combinaisons originales qu’ils proposent à leurs clients.



Un OS propriétaire, c’est plutôt comme les modèles d’un concessionnaire : on paie l’innovation de la marque automobile.








wagaf a écrit :



Linux n’est qu’un noyau,  mais il y a un certain nombre de distributions Linux grand publique “officielles”, au sens bien supportées par une entreprise.



On peut citer Android et ChromeOS, une bonne majorité des routeurs et box domestiques etc.





<img data-src=" /><img data-src=" />



Ma première distrib c’était une Kheops (disparue depuis très longtemps), j’avais pas internet, et j’ai misèré 3 jours à faire fonctionner une Sound Blaster 16 sur un P100. Je crois qu’au 127ème essai j’ai réussi à lancer xorg sans tout casser.&nbsp;


Vive la Mandrake (cd récupéré avec Login ou PcTeam), j’ai arrêté Lin après les pbs dûu au nom ( je lisais Mandrake/Le Fantôme depuis tout pitit), saleté de gestion des droits d’auteurs alors qu’a l’époque personne autour de moi ne connaissaient la BD, mais étaient intéressés par Lin .



J’me souvient qu’ ANews en avait parlé a l’époque (mais je ne sais plus dans quel numéro?).

&nbsp;


Moi j’ai commencé par une mandrake 9.2 :) un peu après certains du coup.



Et je n’ai jamais cessé de vouloir utiliser ce système GNU LINUX



Aujourd’hui sous Ubuntu (aie) et bien mine de rien ca marche très bien et pour bosser cela me plait.

&nbsp;


Bon sang, à la lecture des commentaires j’ai l’impression d’être jeune <img data-src=" />

J’ai débuté sur une Ubuntu 7.04 si ma mémoire est bonne. J’avoue avoir attendu l’écran du CLUF et de la saisie licence à ma première installation <img data-src=" />


Faut pas oublier que Microsoft est également un gros contributeurs du noyau Linux :)



http://www.nextinpact.com/archive/69991-microsoft-contributeur-noyau-kernel-linu…



En 2011, il était même le 5e plus gros (devant Google, AMD, Oracle, Nokia, etc.)&nbsp;xD https://lwn.net/Articles/451243/


“Quand bien même on ne peut pas dire réellement que les smartphones sont équipés de Linux, Android repose bien sur un tel noyau.”



Euuh bien si, puisque c’est justement le noyau Linux. Ou alors je n’ai pas bien compris la phrase.








YamaLandia a écrit :



Faut pas oublier que Microsoft est également un gros contributeurs du noyau Linux :)



http://www.nextinpact.com/archive/69991-microsoft-contributeur-noyau-kernel-linu…



En 2011, il était même le 5e plus gros (devant Google, AMD, Oracle, Nokia, etc.)&nbsp;xD https://lwn.net/Articles/451243/





C’est toi Julien Gouesse, le gourou du Java sur le web ?&nbsp;<img data-src=" />



Tout d’abord bravo pour cet article, qui s’il résume succintement tant d’années d’évolution, restitue de manière très correcte les différentes impressions que j’ai pu ressentir <img data-src=" />



Ensuite un grand MERCI à Mr Torvald et Mr Stalmann (FSF/GNU) <img data-src=" />



Et enfin un gros bisous à tout les développeurs passés, présents et futurs&nbsp;<img data-src=" />Car grâce à vous même ma femme est “Linux only” depuis 2009&nbsp;<img data-src=" />


Ma première tentative était si mes souvenirs sont bons, l’installation d’Ubuntu de Framasoft sur Clef USB


J’aime bien ton exemple <img data-src=" /> <img data-src=" />


Même réflexion que toi… Si même l’auteur de la news mélange distribution Linux et Linux (c’est à dire le kernel)… Les smartphones sous endroid sont équipés/tournent/utilisent Linux !








Liara T’soni a écrit :



Hier Valve a fêter ses 20 ans, mais ça, on s’en fout hein !





il ont fait des promo Steam ? Il n’ont pas annoncer HL3 ?







Jarodd a écrit :



Par contre je ne vois pas pourquoi la multiplicité des distros est qualifiée de problèmes ? <img data-src=" />







De mon point de vu, j’ai surtout des problème à cause de solutions à des problèmes qui sont spécifique (les solution, même si les problèmes aussi souvent) à certaine distro… Dernièrement, j’ai cherché comment redémarrer un service sur une débian Jessy.



Du coup, comparaison bagnolesque : ouai, vu que chaque bagnole est différente, lorsqu’il faut la réparer, il faut soit s’amuser à se taper la doc technique (avec laquelle tout parait simple, même remplacer l’embrayage) et avoir le matos spécifique (et le voisin est à peut prêt dans la situation), soit aller déposer sa voiture chez le garagiste.







Tirr Mohma a écrit :



“Quand bien même on ne peut pas dire réellement que les smartphones sont équipés de Linux, Android repose bien sur un tel noyau.”



Euuh bien si, puisque c’est justement le noyau Linux. Ou alors je n’ai pas bien compris la phrase.





C’est effectivement un noyau linux, mais par dessus c’est qu’une VM “java-like” avec lequel les utilisateurs et la grande majorité des développeurs (qui n’ont qu’un accès limité via le NDK) ont à faire. Et bon, va appliquer des modifs que tu veux sur le noyau linux de ton androphone pour voir… SI l’argument d’achat d’un androphone est l’utilisation d’un noyau linux, je crois que vous vous êtes fait bien entuber.









tazvld a écrit :



C’est effectivement un noyau linux, mais par dessus c’est qu’une VM “java-like” avec lequel les utilisateurs et la grande majorité des développeurs (qui n’ont qu’un accès limité via le NDK) ont à faire. Et bon, va appliquer des modifs que tu veux sur le noyau linux de ton androphone pour voir…







Tout ce que tu dis ne change rien au fait qu’en-dessous, c’est bien un noyau Linux.



Du coup la phrase de l’article est un peu trompeuse : « on ne peut pas dire réellement que les smartphones sont équipés de Linux », ben si… Les smartphones Android sont bel et bien équipés de Linux.



premier fois en 199394 en IUT seul truc que je me rappel le 35 disquettes pour l´install bien sur non compiler (cte coup de vieux)



sinon slack opensuse rehat et je sais plus


Oui c’est bien ce qui me semblait, il me semble qu’android est référencé comme distrib linux …



De toute manière, on sait tous que Vincent est un pro-MS, il ne va jamais admettre que linux a vaincu :P


Pareil. J’ai également débuté sur une Kheops Linux avec noyau Linux 1.2.1 si je me souviens bien. Je découvre seulement maintenant que c’était apparemment une dérivée de Slackware, éditée par une entreprise française du sud de la France, à Cagnes-sur-Mer.



Ils se sont ensuite fait racheter par Red Hat, dont la version 5.2 fut ma deuxième distribution (et là, pour le coup, c’était un noyau 2.0.36 si je me souviens bien).



Ensuite, mêmes souvenirs que chriscombs, avec les wm tout moches, l’horrible curseur, le matos non pris en charge, les heures de bidouille pour tenter de faire fonctionner le moindre truc. Maintenant que tout fonctionne bien tout seul sans rien faire, limite on s’ennuie profondément. Pire encore, on a l’impression de ne plus rien apprendre, voir même, de régresser.








YamaLandia a écrit :



Faut pas oublier que Microsoft est également un gros contributeurs du noyau Linux :)





Ah, ça explique peut-être les bugs?

<img data-src=" />

(<img data-src=" />di dans 20minutes)









Cashiderme a écrit :



pourquoi pas ?







Parce que le VT220 c’est un terminal passif des année 80, alors que Linux c’est un OS pour x86 des années 90.



Autant dire qu’il utilisait un Minitel sous Linux. <img data-src=" />



Bah j’ai déjà vu tourner des trucs similaires dans des infras qui n’avaient largement pas besoin de plus à la fin des années 90. Peut être qu’il confond Linux et “terminal qui affiche juste des lettres en vert ou orange sur fond noir”, sans doute (en ce qui me concerne ça tournais sous aix), mais ça à rien de déconnant quand même.


Bah il faut voir que les noyaux évolue dans le temps fortement, et qu’il vaut mieux un noyau au concept éprouvé pour un système en production.



Autrement il me semble que c’est un peu l’histoire de la différence hurd/linux. Hurd se voulaient un système moderne bien conçu mais au final complexe, etc… mais à été dépassé par un noyau bien plus simple en un seul bloc initialement (“noyau monolithique” ) qui fut dans la pratique bien plus simple à développer et qui s’appelle linux.








Cashiderme a écrit :



Bah j’ai déjà vu tourner des trucs similaires dans des infras qui n’avaient largement pas besoin de plus à la fin des années 90.





J’en profite pour préciser que quand ils sont passé à une GUI (windows NT) en 2003 ou 4, ça à failli déclencher une grève génerale tant ça faisait perdre du temps à tout le monde <img data-src=" />



oula sans doute, ce genre de détail me passait complètement au dessus à l’époque j’en ai aucune idée <img data-src=" />


V’là aussi la gueule de la victoire… être content d’être l’OS support pour faire tourner une VM…



De toutes façon, si la politique de maj d’android ne change pas, android est voué à mourir face à la stratégie de MS.



(Here’s Dredi !)








tazvld a écrit :



(Here’s Dredi !)





Au moins t’auras dis un truc sensé dans ton post <img data-src=" />









Konrad a écrit :



Tout ce que tu dis ne change rien au fait qu’en-dessous, c’est bien un noyau Linux.



Du coup la phrase de l’article est un peu trompeuse : « on ne peut pas dire réellement que les smartphones sont équipés de Linux », ben si… Les smartphones Android sont bel et bien équipés de Linux.





C’est vrai. Mais il y pas de quoi spécialement enchanter les libristes, qui eux au fond s’en fiche du noyau, du moment que l’OS est libre.



Après je sais que “libriste” est presque devenu un gros mot de nos jours, mais enfin… ça pourrait encore changer.



Troller sur Microsoft sur une news parlant de Linux. C’est le nouveau point Godwin de tous ces libristes manchistes barbus qui sont, finalement, des marginaux qui voudraient que tout le monde fasse comme eux. Sauf qu’une fois que tout le monde les suit, ils ont besoin de devenir marginaux à nouveau.


En plus récent et assez courant il y a NT <img data-src=" />








v6relou a écrit :



En plus récent et assez courant il y a NT <img data-src=" />





Elle a dit mieux.



C’est le cas pourtant. Sur beaucoup de points le noyau NT est meilleur que Linux (ne me demande pas les lequels, j’avais lu ça sur des threads de développeurs qui connaissaient leur histoire).


Je trollais plaisantais juste. Je developpe pas au niveau système et pour moi, Linux, Nt ou TartempionOS, c’est kifkif. Je me sentirais toujours mieux sous Linux parce que ça correspond beaucoup mieux à ma philosophie de l’informatique. Au delà de toute considération technique dont je n’ai que faire. Par la dessus, il se trouve que Ms et leur néo politique à géométrie variable sont, à mon avis, devenu complètement cons. Mais alors complètement débiles. Et plus j’oublierais cette boite, mieux je me porterais. Tout ça sans jugement envers ceux qui aiment ça/peuvent pas faire autrement. J’ai juste choisi de faire autrement pour le moment.



Mais tout ça n’est que mon avis, pas la peine de m’envoyer des cailloux, j’ai appris a vivre ma vie sans tenir compte de l’avis des gens.



edit : genoux, hiboux, choux etc.








wanou2 a écrit :



J’aurai donc attendu les 25 ans pour l’installer sur ma machine du quotidien ;)







Personnellement, je n’ai pas attendus, ça fait 3 ans que toutes les machines sont sous Linux chez moi. Et quand je vois ce qu’est devenu Windows, c’est mal barré pour que je fasse machine arrière.







YamaLandia a écrit :



Faut pas oublier que Microsoft est également un gros contributeurs du noyau Linux :)



Microsoft est le 17ème plus gros contributeur du noyau Linux







Il est principalement pour l’interopérabilité avec ses propres solutions.



Si je n’avais pas investi autant de temps dans certains logiciels Windows (Directory Opus, rainmeter, potplayer, foobar) qui me sont devenus indispensables (surtout le 1er pour lequel il n’y a aucune alternative en dev sérieuse sous Linux), je serais sous Linux et n’utiliserais plus MS Windows que pour les logicielles de MAO. Windows 10 n’est pas un mauvais OS mais le fait qu’il faille autant bidouiller pour obtenir les comportements qu’on pouvait paramétrer simplement dans le panneau de configuration sur les versions précédentes, ça donne pas une impression d’avancée mais de recul du pouvoir de l’utilisateur sur sa machine.



Après le manque de cohésion, d’énergie dispersée dans le monde de Linux fait qu’on a souvent affaire à des logiciels qui meurent avant d’arriver à maturité. C’est dommage. Et oui, le nombre de distributions et leurs spécificités plus le choix d’environnement de bureau est un problème pour un utilisateur comme moi qui voit des trucs intéressants dans chaque partie de l’OS mais qui est souvent incompatible avec l’autre. Donc faut faire un choix, celui du moins pire.



Non, question desktop pour power user, finalement windows reste le plus souple et le plus personnalible. Ayant imposé son environnement qui est resté stable et rétro-compatible dans le temps, les dev et sociétés ont créé des logiciels nombreux et aboutis qui perdurent, s’améliorent et évoluent dans le temps. La stabilité ça a du bon pour le développement. Et ça je ne le retrouve pas chez Linux, d’où les 2% chez les desktop users au lieu du score excellent dans les autres secteurs du marché où Linux excelle grâce à sa liberté et sa gratuité. Cf TomTom et autres qui utilisent un noyau Linux pour créer leurs produits, le secteur des serveurs, etc. Sans Linux, la technologie actuelle dont on bénéficie au quotidien ne serait pas ce qu’elle est.



Pour quelqu’un qui a du temps voulant faire ses armes dans l’informatique comme hobby et utiliser son PC comme outil de divertissement ou de travail (édition de documents, DAO avec Krita), vu le chemin que prends MS, je lui dirais de s’orienter vers Linux. Puis là commencent les questions qui tuent : quelles distrib, quel environnement de bureau ? Pour le débutant c’est le début de l’enfer ou de temps à consacrer en test.








fred_gaou a écrit :



Pour quelqu’un qui a du temps voulant faire ses armes dans l’informatique comme hobby et utiliser son PC comme outil de divertissement ou de travail (édition de documents, DAO avec Krita), vu le chemin que prends MS, je lui dirais de s’orienter vers Linux. Puis là commencent les questions qui tuent : quelles distrib, quel environnement de bureau ? Pour le débutant c’est le début de l’enfer ou de temps à consacrer en test.







Pour un débutant, je conseillerais plutôt Ubuntu, pour quelqu’un de plus avancé, une distrib comme Debian.



Et pourquoi pas Mint qui a le vent en poupe depuis un moment plutôt qu’Unbuntu ?


Y a 15 ans j’étais infoutu d’installer un Linux sans le péter au bout de 10 minutes…aujourd’hui je refuse des jobs parcequ’on me demande de faire du Microsoft xD.



En même temps ça fait un bail qu’on a plus besoin de recompiler le kernel tous les 2 jours…



Et paradoxalement, chez moi, j’ai jamais installé de Linux (gamer inside…)



C’est peut-être idiot mais pour moi, Linux == serveur sans GUI. Dès que j’essaye un desktop Linux, je trouve ça bordélique et instable…








fred_gaou a écrit :



Pour quelqu’un qui a du temps voulant faire ses armes dans l’informatique comme hobby et utiliser son PC comme outil de divertissement ou de travail (édition de documents, DAO avec Krita), vu le chemin que prends MS, je lui dirais de s’orienter vers Linux. Puis là commencent les questions qui tuent : quelles distrib, quel environnement de bureau ? Pour le débutant c’est le début de l’enfer ou de temps à consacrer en test.





Faut quand même pas déconner pour l’abondance de choix… quelqu’un qui est un utilisateur d’informatique tu lui met un ubuntu pour commencer. Il aura pour lui un système qui s’il n’est pas optimisé sera au moins suffisamment stable pour un usage d’utilisateur lambda et il aura une assistance très solide sur le net (ubuntu-fr prend vraiment ses utilisateurs par la main dans ses tuto et sa communauté est hyper bienveillante).

Une fois qu’il aura fait ses premières armes sur ubuntu il pourra tester d’autres environnement (c’est quand même très simple) voir d’autres distributions.









fred_gaou a écrit :



Et pourquoi pas Mint qui a le vent en poupe depuis un moment plutôt qu’Unbuntu ?





La base est la même mais l’avantage d’ubuntu c’est sa grosse communauté !









kamuisuki a écrit :



Et sinon il y a des nouveaux noyaux qui sont prévus dans le futur?&nbsp;

On tourne autour des mêmes depuis longtemps.. je pense qu’il doit bien y avoir moyen de

faire beaucoup mieux non ?





C’est prévu…

https://imgs.xkcd.com/comics/operating_systems.png

<img data-src=" />









Jarodd a écrit :



Merci pour cette petite rétrospective <img data-src=" />



Par contre je ne vois pas pourquoi la multiplicité des distros est qualifiée de problèmes ? <img data-src=" />







Ça a pu l’être pendant un temps, ça ne l’est plus depuis longtemps par contre.




Donc le seul survivant de l’Apocalypse c’est Stallman ? <img data-src=" />








Cashiderme a écrit :



Je trollais plaisantais juste. Je developpe pas au niveau système et pour moi, Linux, Nt ou TartempionOS, c’est kifkif. Je me sentirais toujours mieux sous Linux parce que ça correspond beaucoup mieux à ma philosophie de l’informatique. Au delà de toute considération technique dont je n’ai que faire. Par la dessus, il se trouve que Ms et leur néo politique à géométrie variable sont, à mon avis, devenu complètement cons. Mais alors complètement débiles. Et plus j’oublierais cette boite, mieux je me porterais. Tout ça sans jugement envers ceux qui aiment ça/peuvent pas faire autrement. J’ai juste choisi de faire autrement pour le moment.



Mais tout ça n’est que mon avis, pas la peine de m’envoyer des cailloux, j’ai appris a vivre ma vie sans tenir compte de l’avis des gens.







+1. Full Linux chez moi, et pas envie que ça change, pour les mêmes raisons.







zefling a écrit :



Pour un débutant, je conseillerais plutôt Ubuntu, pour quelqu’un de plus avancé, une distrib comme Debian.











fred_gaou a écrit :



Et pourquoi pas Mint qui a le vent en poupe depuis un moment plutôt qu’Unbuntu ?







Pour ma part, je conseille Mint avec Cinnamon aux débutants, parce que c’est celle avec laquelle ils se retrouvent le mieux quand ils viennent de Win.



Et pour le support, on peut prendre celui d’Ubuntu, les commandes de base sont les mêmes.









v6relou a écrit :



C’est le cas pourtant. Sur beaucoup de points le noyau NT est meilleur que Linux (ne me demande pas les lequels, j’avais lu ça sur des threads de développeurs qui connaissaient leur histoire).





Ce troll à plumes revient régulièrement, ici discrètement. Tuons-le une bonne fois pour toutes :




  • gestion mémoire. Que celui qui n’a jamais eu une erreur fatale 0D ou 0E, ou un BSOD me jette la première pierre

  • systèmes de fichiers. A ma gauche, NTFS qui gère tous les fichiers comme exécutables par défaut. A ma droite Linux qui supporte à peu près tous les systèmes de fichiers existant ou ayant existé, y compris UFS et AmigaFS

  • guéguerre micronoyau versus monolithique. Certes, le micronoyau est en théorie plus sécurisé (séparation des processus) MAIS il pêche en performances, parce qu’il n’est pas possible d’avoir une zone mémoire partagée entre 2 processus en environnement protégé, d’où effondrement des performances. Linux est monolithique (même s’il y a des ouvertures récentes comme les drivers de FS en userspace) et écrase la concurrence en termes de performances brutes. Alors, une belle théorie ? Ou la preuve par la pratique ? Mais c’est vendredi, tu peux aussi retrouver le papier que tu évoques, qu’on puisse le lire et voir si les développeurs n’expriment pas la frustration d’un mauvais choix de départ, voire la justification d’une enveloppe de $$$ avec avion vers le soleil et jeunes filles peu farouches.



Je pense qu’il sera mort avant 2040, mais son noyau restera immortel. Il a planqué le code source sous son lit sur des disquettes 3”5.


Ah ça c’était un Vrai OS Madame!!

J’ai travaillé dessus en 9091, c’était vraiment bien.

Ah nostalgie <img data-src=" />


“En dépit de bien des années d’attente, la part de marché globale dans ce domaine reste située autour de 1 %.“Pas tout à fait exact : c’est vrai que le marché du PC sous linux a longtemps stagné aux alentours de 1%, mais il est à noter que depuis relativement peu s’est amorcée une grimpette qui le rapprocherait des 2%, 1,6 à 1,85 suivant les mois et les sources.Cette précision peut faire sourire car en pourcentage ça peut sembler peu mais en unités c’est plus qu’important et on peut imaginer qu’avec les déboires successifs de microsoft et surtout l’évolution radicale de son business modèle à la Google cette part augmente avec le temps et la lassitude de certains utilisateurs relativement à l’exploitation de leurs données.








Cedrix a écrit :



Troller sur Microsoft sur une news parlant de Linux. C’est le nouveau point Godwin de tous ces libristes manchistes barbus qui sont, finalement, des marginaux qui voudraient que tout le monde fasse comme eux. Sauf qu’une fois que tout le monde les suit, ils ont besoin de devenir marginaux à nouveau.







Révision du Point Godwin (wiki) (Y a-t-il eu un débat prolongé entre deux opposants pour en arriver au Point Godwin ? Non ! Alors, le point godwin, n’est pas attribué)









kamuisuki a écrit :



Et sinon il y a des nouveaux noyaux qui sont prévus dans le futur?&nbsp;

On tourne autour des mêmes depuis longtemps.. je pense qu’il doit bien y avoir moyen de

faire beaucoup mieux non ?





Ahahahahaha.




  1. Pourquoi vouloir changer quelque chose qui marche bien?

  2. Le noyau linux n’est pas inchangé depuis 25 ans bien au contraire, il arrete pas d’évoluer et de s’améliorer.

  3. Vu le niveau du noyau c’est au contraire extremement long/couteux et incertain de faire ne serrait-ce qu’un peu mieux.



<img data-src=" />

Linux partout, et ceci, en rolling release <img data-src=" />



Il me semble avoir commencé avec une Mandrake 8. Et depuis peu, plus de Windows nul part.


Il y a 3-4 ans je bossais dans un lycée, et je me suis fait un dual boot sous Linux.

Mon poste et moi-même avons du migrer dans le bâtiment de l’administration. Sauf que tout est géré, au niveau informatique, par des mecs du rectorat on n’a pas officiellement le droit de toucher à quoique ce soit.



Et depuis quelques jours il y a des ralentissements sur le réseau.

À la recherche d’un virus, les admins sys payés par le rectorat se sont pointés et ont visité chaque poste un par un pour éradiquer le mal (mise à jour de l’antivirus et Windows Update lol).



Et ils sont arrivés sur mon PC, et manque de pot j’étais sur Open Suse.

Réaction du mec considéré comme admin sys ? “C’est quoi ça ? Vous allez vite me désinstaller tout ça ! Non mais c’est pas étonnant qu’il y ait des problèmes, Linux c’est un nid à virus. Vous m’installez klamav tout de suite pour vérifier et vous formatez”.



J’aurais tellement aimé avoir un dictaphone pour vendre cette conversation aux enchères !!


Sauf qu’il a raison pour clamav et le scan.



C’est pas tant ton poste qu’il souhaite voir protéger mais l’ensemble du réseau. Pour peu que tu récupères un virus pour Windows, il ne fera rien sur ton poste, mais il pourrait faire bien des dégâts sur les Windows autour de toi.


:vieux:








loulnux a écrit :



“En dépit de bien des années d’attente, la part de marché globale dans ce domaine reste située autour de 1 %.“Pas tout à fait exact : c’est vrai que le marché du PC sous linux a longtemps stagné aux alentours de 1%, mais il est à noter que depuis relativement peu s’est amorcée une grimpette qui le rapprocherait des 2%, 1,6 à 1,85 suivant les mois et les sources.Cette précision peut faire sourire car en pourcentage ça peut sembler peu mais en unités c’est plus qu’important et on peut imaginer qu’avec les déboires successifs de microsoft et surtout l’évolution radicale de son business modèle à la Google cette part augmente avec le temps et la lassitude de certains utilisateurs relativement à l’exploitation de leurs données.





Et quelle part de cette augmentation est due justement aux Chrombooks et dérivés de Google?

Le soucis, c est qu en 2016, le combat open source Linux vs close source Microsoft/Apple est dépassé par le combat de protection des données: Win10 chez MS (évidemment fermé donc c est pire on ne sait PAS ce qui passe exactement chez MS), mais on peut aussi imaginer des dérivés Linux qui font pareil, à commencer par tout ce qui vient de chez Google puisque leur business model, c est de vendre des donnés pour de la pub.



Le 26/08/2016 à 07h22