Publicité en ligne : opération rédemption

Pour éviter une vie en enfer

Publicité en ligne : opération rédemption

Publicité en ligne : opération rédemption

Petit à petit, les différents acteurs du marché publicitaires semblent commencer à comprendre leurs erreurs, et à accepter de les assumer. Une étape nécessaire sur la longue route qui attend le marché, face à une situation qui ne convient à personne, et va demander des efforts à chacun.

C'est la nouvelle tendance du moment, motivée par les récents mouvements autour des bloqueurs de publicité et de leur arrivée au sein d'iOS 9 : la publicité se veut éthique, responsable et respectueuse de l'internaute. Bientôt elle sera sans doute aussi labellisée « Bio ». Chaque acteur y va de sa série de règles de bonne conduite, plus ou moins pertinente et intéressée, afin d'assurer qu'il fait de la publicité de la bonne manière, et que l'utilisation d'outils comme AdBlock n'est plus nécessaire.

Publicité en ligne : la longue descente aux enfers

Car voilà, avec les différents abus cumulés ces dernières années, que ce soit en terme de tracking, de pratiques détestables ou de multiplications des espaces publicitaires, le taux d'équipement des internautes continue de grimper en flèche. Cela attaque désormais la vidéo et le mobile, qui étaient destinés à renflouer les caisses des éditeurs. Ceux-ci commencent aussi à comprendre que les fameuses « native ads » ne vont pas les sauver, puisqu'elles peuvent être bloquées au même titre que le reste.

Il reste bien des formats « Premium » et autres contenus sponsorisés à vendre aux annonceurs avant ou après leur écriture, mais cela entame sérieusement la perception de l'indépendance des rédactions, surtout lorsqu'elles sont composées de journalistes. Elles restent néanmoins pour le moment bien plus lucratives que la publicité classique et bien moins compliquées à mettre en œuvre que les politiques d'abonnement, qui nécessitent une communauté forte et une image de marque de plus en plus irréprochable.

La situation est donc mauvaise, pour tout le monde, il faut trouver des solutions.

La tentation du blocage des bloqueurs

Comme rien ne se débloque sur le terrain juridique, on a vu la tentative de bloquer les bloqueurs émerger. Via des solutions comme celle de Secret Media, ou Goyave Lab, les éditeurs ont tout d'abord décidé de forcer la main des internautes, sans forcément chercher à comprendre ou à prendre en compte l'origine du problème. Cette semaine, Axel Springer est même allé plus loin, et a tout simplement décidé de bloquer l'accès au site de Bild à ceux qui n'affichent pas la publicité. En échange, ils se voient proposer un abonnement réduisant le volume des campagnes à 2,99 euros par mois.

Si aucun chiffre de conversion n'est donné sur les premières initiatives, et si la plus récente va sans doute demander du temps avant de pouvoir être analysée, on peut trouver qu'il manque un volet à une telle « répression », alors qu'il s'agit d'un problème où les éditeurs ont une grande part de responsabilité.

Certes, les bloqueurs de publicité ne sont pas une solution, ils ont même sans doute participé à renforcer le problème en alimentant un cercle vicieux, mais ils sont de plus en plus considérés comme une solution d'hygiène numérique, face à des pages capables d'imposer une centaine de tracker sans réel consentement éclairé (malgré les règles imposées par la CNIL).

Chacun cherche à laver plus blanc que blanc

Rassurer l'internaute, et établir un nouveau « contrat moral » avec lui semble donc une bonne alternative. Mais comme souvent dans ce genre de cas, il faut que cela vienne d'un acteur légitime, assez large, et surtout assez neutre sur la question pour ne pas établir des règles qui l'arrangent bien. Et c'est tout le problème.

Ces dernières semaines, on a vu que cette volonté de « morale-washing » avait touché tous les maillons de la chaîne. Nos confrères d'Arrêts sur images évoquaient ce matin le cas de Rue 89 (groupe Le Monde), mais nombreux sont les éditeurs qui commencent à vouloir sensibiliser leur lectorat sur cette problématique qui ne date pas d'hier, de manière plus ou moins adroite.

Les régies sont aussi en première ligne et certaines se bougent dans ce sens. Comme nous l'avons déjà indiqué, c'est par exemple le cas de Teads, qui propose notamment le format vidéo InRead. Celui-ci est d'ailleurs habilement épargné par les dix règles proposées par la société, montrant la nécessité qu'un acteur plus généraliste, et donc plus légitime, s'en charge. Firefox a bien tenté ce difficile rôle de médiateur, mais cela semble pour le moment sans trop d'effet, sans doute parce qu'il est plus un acteur du monde logiciel qu'un regroupement d'éditeurs ou de publicitaires. 

Du besoin d'un discours responsable de la part des grands acteurs

En France, on peut donc attendre de tels discours de la part d'organismes comme le Syndicat des Régies Internet (SRI), mais il communique encore assez peu sur le sujet publiquement. Cela peut aussi être le rôle d'un syndicat comme le GESTE, qui regroupe de nombreux géants de la presse en ligne.

Son secrétaire général, Emmanuel Parody, nous a d'ailleurs confirmé que des discussions étaient en cours depuis quelques mois : « Nous avons un principe, ne pas gêner la lecture de l'internaute. Il ne doit pas y avoir de son déclenché automatiquement, pas de recouvrement des articles, c'est le minimum. Nous discutons de règles supplémentaires, notamment de la durée des spots accompagnant les vidéos, mais cela intègre des problématiques techniques. Nous soutenons aussi les travaux de l'IAB et du SRI pour préciser les règles techniques et fonctionnelles en la matière ».

Désormais, c'est donc du côté de l'IAB que les yeux sont tournés. Pour rappel, l'Interactive Advertising Bureau est une association internationale qui regroupe les acteurs du monde de la publicité, et qui établit par exemple les standards en la matière. Ses positions sur la question des bloqueurs de publicité ont historiquement été très tranchées, mais là encore, le ton semble en train de changer.

L'IAB monte au front

Dans une interview publiée récemment par Viuz, le directeur délégué à la stratégie de contenus d'Orange et président de l'IAB France, David Lacombled, a tenu un discours bien plus mesuré que celui que l'on avait pu entendre précédemment. « Face à une situation inédite et radicale, il faut penser profondément notre marché. Je crains qu'on ne soit déjà dans le mur, puisqu'aujourd'hui, la courbe de développement des adblockers va plus vite que celle du développement de l'audience » déclare-t-il. Une manière de rappeler que la surface où placer des publicités visibles va avoir tendance à se raréfier, alors qu'elle est déjà surexploitée. 

Mais il semble opposé aux pratiques visant à culpabiliser les internautes : « on ne va pas aller pointer du doigt les utilisateurs, en leur disant « Ouh la la, ce n'est pas bien ce que vous faites ! » parce que de toutes façons on sait très bien que cela ne marchera pas. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire œuvre de pédagogie, qu'il ne faut pas leur dire comment fonctionne l'économie, et les inciter à avoir une utilisation plus respectueuse aussi de l'internet et des contenus ». 

Il reste néanmoins attaché à la présence de la publicité, même dans les offres payantes : « il faut veiller en tant qu'éditeur à ne pas faire de la publicité le grand méchant loup en disant « Si vous payez, vous n'aurez pas de publicité », dans une offre Premium il est aussi légitime d'avoir de la publicité ».  Une manière de légitimer la reproduction du modèle de la presse papier, où les éditeurs font payer l'accès au contenu tout en plaçant des publicités au sein de leurs pages.

Un modèle que reproduit une bonne partie de la presse généraliste dans ses offres numériques actuelles, limitant juste le volume des espaces publicitaires pour ses abonnés à quelques rares exceptions près (Libération par exemple).

La publicité dans la position de l'industrie du disque ? Le besoin de retrouver un équilibre

Mais pour lui, derrière l'éthique affichée par les bloqueurs de publicité et des sociétés comme Eyeo, il y a bien un « vol » des revenus potentiels des éditeurs et un « racket » organisé via les systèmes de liste blanche. Un discours qui n'est pas sans rappeler celui du monde de la musique à l'apparition du MP3 et du P2P, avant que des solutions permettant de générer des revenus comme iTunes ou les services de streaming ne soient mis en place, pour faire correspondre l'offre numérique à la demande des utilisateurs.

C'est sans doute vers ce consensus qu'il va falloir rapidement aller pour que les choses s'apaisent, d'un côté comme de l'autre. David Lacombled en appelle ainsi à un « contrat de lecture ». Pour lui, il s'agit d'un contrat dans lequel « le lecteur ou le consommateur n'a pas le sentiment d'être enseveli par de la publicité ». Lui aussi évoque le cas des mobiles ou des vidéos avec du pre-roll parfois plus long que le contenu lui-même. 

L.E.A.N. : des paroles... 

L'IAB vient d'ailleurs de publier une tribune plus générale signée Scott Cunningham, responsable de l'IAB Tech Lab. Celle-ci a fait énormément parler depuis sa publication, notamment en raison de sa phrase d'accroche : « nous avons merdé ». Assez réaliste, elle est surtout l'occasion d'un retour en arrière, et d'un constat amer de l'évolution du web et de la publicité, celle-ci ayant évolué sans trop de contrôle, les différents acteurs étant poussés par la volonté de sans cesse gagner plus sur un marché que certains pensaient infini.

Et ce, au risque même de voir les tarifs du CPM (coût pour mille affichages) s'effondrer alors que les audiences et le nombre d'internautes ne cessaient de croître. Le tout étant accompagné d'innovations technologiques comme le tracking, le programmatique et autres places de marché où les espaces publicitaires se vendent à la tonne, sans toujours un grand discernement. Une folie qui a mené à la situation actuelle, et aux défenses mises en place par les internautes qui seront sans doute difficiles à réconcillier avec des éditeurs et un marché publicitaire sur la voie de la rédemption.

Mais pour faciliter cela, l'IAB Tech Lab a lancé le programme L.E.A.N., qui repose comme son nom l'indique sur quatre axes principaux, qu'il entend ériger comme des piliers indispensables à une remise à plat et à la construction du fameux contrat moral désormais évoqué par tous :

  • Light
  • Encrypted
  • Ad choice supported
  • Non-invasive ads

Là aussi, le but est donc de proposer une offre publicitaire plus acceptable et bien plus responsable, ce qui est surtout sur le fond l'occasion d'éviter que cette initiative ne dépende que des sociétés comme Eyeo, éditrice d'Adblock Plus, qui veulent s'ériger en juge des bonnes pratiques via la mise en place d'un comité d'éthique qui serait chargé de juger de ce qui est acceptable ou non... tout en continuant de faire payer les gros éditeurs qui veulent se retrouver sur liste blanche. Une liste qui est utilisée par un nombre croissant de bloqueurs de publicités, Eyeo allant même jusqu'à payer certains développeurs pour que ce soit le cas selon le Wall Street Journal.

... et des actes ?

Le programme L.E.A.N. n'est pas contraignant, mais établit des règles que peuvent suivre les acteurs du marché pour proposer des espaces publicitaires légers, et donc faciles à charger, exploitant HTTPS afin de pouvoir être délivrés même dans un environnement chiffré, prenant en compte le choix de l'utilisateur concernant le ciblage et n'étant pas invasifs.

Ce dernier point n'est malheureusement pas encore précisé, on ne sait donc pas à quoi il correspond exactement. Il aurait pourtant été appréciable de savoir s'il englobait ou non les formats vidéo en lecture automatique qui débarquent dans les contenus, les éléments affichés sur l'ensemble de l'écran, ceux qui n'ont pas de croix visible pour les fermer, etc. 

LEAN IAB

Cunningham précise que deux autres points doivent être traités : celui du capping (le nombre de fois limite qu'un même internaute doit voir une publicité), notamment dans le cas du retargeting, afin de s'assurer qu'un internaute n'est pas noyé par des publicités pour un même produit toute la journée, et surtout ne plus lui proposer s'il a acheté ce produit.

Le second point concerne la volumétrie des publicités par page, qui pose de toutes façons de nombreux problèmes, de la question de la visibilité de ces espaces à la tarification de la publicité en passant par son efficacité.

La route va encore être longue, mais chacun (ou presque) va dans la bonne direction

Mais si cette déclaration d'intentions est appréciable, et qu'il est sans doute sain qu'un organisme tel que l'IAB arrive enfin à tenir un discours sur l'expérience de l'internaute et l'utilisateur « qui est en demande de ces actions, exigeant que nous fassions mieux, nous devons lui répondre ». On regrettera le manque de décisions ou d'actions concrètes.

Car comme à la grande époque de la crise de la musique en ligne, si éditeurs et internautes savent que la situation n'est bonne pour personne, et que les choses doivent changer, pour le moment chaque « camp » se regarde en chien de faïence dans l'attente du premier pas.

Maintenant que tout ou presque est sur la table, il n'y a donc plus qu'à se relever les manches et à agir, et ce sera sans doute cela le réel défi des mois à venir. Une période qui sera sans doute cruciale pour l'évolution d'Internet, son modèle économique et les contenus qui y sont accessibles. Espérons donc que chacun œuvrera pour le bien commun.

Commentaires (153)


vous devriez vous renouveler dans l’utilisation de vos photos

toujours les mêmes qui reviennent. C’est lassant !


à commenter trop vite… ;) 


la publicité, quelque soit sa forme, sa pratique, etc… sera toujours dans le système actuel (soit système consumériste), qu’une réclame dont le message est dans le fond : achetez moi !

Alors, les publicitaires et autres régies pourront bien présenter (soit envelopper de différents revêtements possible) de N manières, leur réclame restera réclame.


je suis en train de le lire <img data-src=" />

Mais les photos sont souvent les mêmes et on le voit en premier et c’est pour cela que je n’ai parlé que de cela

<img data-src=" />


Etrangement, il a deux ou trois jours, on me traitait de troll en disant que c’était moi qui payait les flux abusifs des annonceurs. Et bien aujourd’hui, ils font leurs “méa culpa” d’ avoir trop abusé.&nbsp; j’en suis ravis <img data-src=" />


Même si je n’aime pas les méthodes Eyeo (c’est peu de le dire) je me demande si c’est finalement pas la seule solution viable pour faire changer les méthodes des régies publicitaires…



Les acteurs du web devrait former un comité chargé de filer les bons points, une sorte de “permis de faire de la pub”, si t’as pas l’autorisation, les navigateurs n’affichent pas la pub (comme s’il s’agissait d’un certif lambda).


Du coup pourquoi laisser les autres exister ? ;) Après, toute la problématique est de ne pas laisser un acteur comme Eyeo s’ériger en seul juge via sa liste. La décision doit être plus large, prendre en compte les différentes parties, et ne surtout pas être à l’avantage financier de tel ou tel ;)



Eyeo dispose d’un avantage : il exerce une pression sur les éditeurs via ABP et les autres bloqueurs. Mais c’est la seule chose qui légitime sa position, et ça peut vite devenir un avantage mineur si tout le monde arrive à se mettre d’accord pour proposer une alternative viable (ce qui n’est pas gagné)


Justement, je parle bien du principe (tout bloquer, et avoir une liste “acceptable”), évidemment que le côté mafieux d’Eyeo est détestable mais ils sont les seuls à proposer un tel système au final.



Et leur position est en train de faire bouger les choses (avec ou sans eux, on verra “à la fin”), si on en était resté aux bloqueurs classiques (bloquage unilateral) pas certain que cette actu ait existé.



Un mal pour un bien comme dirait l’autre ;)


La liste des publicité acceptable existe depuis un moment, ce qui a fait bouger les lignes, c’est Apple ;) (et tout ce qui a été entraîné par la suite, mais le timing était aussi favorable)


Qu’est ce que les publicitaires veulent ? Tuer leur hôte (les pages web) comme ils l’ont fait avec les revues papier où l’espace publicitaire est supérieur au contenu ? Noyer l’auditeur sous une avalanche de messages comme à la radio ? Pilonner le téléspectateur ?

Pourquoi croient-ils que les usagers ont quitté ces plateformes pour Internet ? D’abord à cause d’eux.

Et maintenant ils veulent reproduire leur comportement en espérant une conclusion différente ? Ils sont fous (voir citation).


Je n’ai qu’une chose à dire.



LOL


Si youtube sur mobile pouvait arrêter de me mettre 50 fois la même pub d’affiler <img data-src=" /> je serais déjà moins tenté de la bloquer <img data-src=" />


Assez drôle de lire ce gars qui voudrait mettre de la publicité dans les offres premium, le beurre et l’argent du beurre en somme.



Les principes de l’information c’est d’être factuelle et aussi objective que possible. Ou tout du moins de ne pas être tenue à telle ou telle réserve vis à vis des annonceurs.



C’est pour ça que de plus en plus de gens sont prêts à payer, pour ne pas se faire enfiler des pages et des pages de publi-redactionnel…aussi c’est vrai pour soutenir une équipe, et leur donner les moyens de travailler.



Quand ils auront compris ça ils auront “tout compris” !



L’information qui repose sur la publicité pour vivre, c’est un business modèle comme un autre, rien de plus. Et certains titres (Médiapart, le monde diplomatique) montrent que c’est n’est pas le seul business modèle viable…


Quel plaisir de surfer avec IOS9 sans pub!

Meme malgré ça , certains site arrivent encore a nous la faire a l’envers , style tu scrolle vers le bas avec ton doigt et t’es quasi obligé d’effleurer une vidéo qui se lance en full screen a plein volume&nbsp;<img data-src=" />

Super quand tu es dans une salle d’attente , et une raison de plus de les maudire et de souhaiter un blocage encore plus impitoyable de leur saloperies.


&nbsp;« dans une offre Premium il est aussi légitime d’avoir de la publicité »



Et puis quoi encore ? Si je paye Netflix et Nextinpact, c’est pour ne pas avoir de saleté de pubs moisir le contenu.



Déjà que dans le cas de Netflix, il y a effectivement bel et bien de la pub dans le contenu via les placements produits… Un adblock pour ce genre de truc serait pas mal également ! Je me souviens d’un épisode d’HIMYM entièrement sponsorisé par Microsoft, c’était horrible car pas de scénar uniquement de la pub…



Et que dire du fait du service public, où on paye une redevance, mais on a quand même droit à une quantité astronomique de pub.


perso si toute les régie pub pouvaient creuver ce serait cool&nbsp; <img data-src=" /> autant dire que si je dois payer pour un site sans pub je ne veux plus voir AUCUNE pub



internet a existé sans la pub et c’etait très bien, on surfait pour de vrais d’un site a l’autre en suivant des liens aujourd’hui cette pratique n’existe presque plus car&nbsp; pour avoir du revenu publicitaire il ne faut pas montrer un lien vers un site ‘concurrent’ du coup pas de lien vers d’autres sites car cela ne permettrait pas de garder captif le lecteur pour l’abreuver de pubs ou autre contenus rémunérateurs.



&nbsp;bref pour moi la pub et la monétisation du contenu a tué internet tel qu’il a été crée.



je pleurerais pas si addblock ou un autre outil trop bien permetant de bloquer encore plus la pub signe la fin de ce système :)








zorgrage a écrit :



&nbsp;bref pour moi la pub et la monétisation du contenu a tué internet tel qu’il a été crée.



On m’a déjà demandé : “est-ce qu’on peut mettre un lien vers un autre site internet sur notre site ?”. J’ai répondu que oui techniquement et “philosophiquement”, le lien intersite est la base d’internet… Ça fait peur !!!



L’Interactive Advertising Bureau va se prendre un procès par Toyota pour parasitisme du terme “lean”:https://fr.wikipedia.org/wiki/Lean_management


Y aurait-il eu un Mea culpa si la CJUE n’avait pas bloqué le Safe Harbour ? (malgré que addblok soit utilisé par des internautes)



Je me le demande




« Il reste néanmoins attaché à la présence de la publicité, même dans les offres payantes : «

il faut veiller en tant qu’éditeur à ne pas faire de la publicité le

grand méchant loup en disant « Si vous payez, vous n’aurez pas de

publicité », dans une offre Premium il est aussi légitime d’avoir de la

publicité&nbsp;» »





&nbsp;Mais oui, la publicité est le système par défaut <img data-src=" />



Et ils s’étonnent qu’on les conchie <img data-src=" />








2show7 a écrit :



Etrangement, il a deux ou trois jours, on me traitait de troll en disant que c’était moi qui payait les flux abusifs des annonceurs. Et bien aujourd’hui, ils font leurs “méa culpa” d’ avoir trop abusé.&nbsp; j’en suis ravis <img data-src=" />





peux tu faire aussi un commentaire expliquant qu’on paye trop d’impôts ?

moi on ne m’écoute pas en haut lieu.









picatrix a écrit :



peux tu faire aussi un commentaire expliquant qu’on paye trop d’impôts ?



 moi on ne m'écoute pas en haut lieu.








Cette taxe n'est pas encore d'actualité et elle n'est qu'une proposition qu'on voudrait peut-être faire passer. Mais payer un abo chez un fournisseur donne droit qu'à autant de GB par mois et jamais comme de l'illimité&nbsp; je pensais davantage aux petits forfaits (+- 20 euros par mois)   





&nbsp;



la morale de l’histoire c’est qu’il faut toujours avoir en tête la notion de “respect de l’utilisateur”.


En tout cas merci a NXi de permettre d’avoir un site sans pubs; je prends premium et rajoute même un peu, car j’apprécie grandement la chose.








David_L a écrit :



toute la problématique est de ne pas laisser un acteur comme Eyeo s’ériger en seul juge via sa liste. La décision doit être plus large, prendre en compte les différentes parties, et ne surtout pas être à l’avantage financier de tel ou tel ;)





&nbsp;Et oui, derrière une apparence de chevalier blanc se cache souvent un système mafieux. Eyeo en est un, Google également (don’t be evil mais payez-moi pour être référencé…). Si je suis reconnaissant à ces 2 boites du service qu’elles ont apportées à un moment donné de l’évolution d’internet, je conteste les dérives qu’elles ont mis en place depuis.



Et David tu répète dans ton article que “La situation est donc mauvaise, pour tout le monde”; je te répondrai qu’en tant qu’utilisateur, la solution adblock plus sans liste blanche me satisfait complètement… ça changera peut-être quand les fournisseurs de contenus auront disparus, mais jusqu’ici à chaque disparition (où site qui oblige de désactiver adblock) j’ai pu trouver de nouvelles sources sans difficulté…



Salut à tous.



La pub sur internet se résume à quoi ?



Sur les sites d’info,&nbsp; c’est souvent un copier/coller d’un dépèche AFP ou un résumé du boulot d’un autre site.

Qui voudrait payer pour ça ou se taper 180 Mo de pub pour 1 ko de “rédactionnel”.



Pour les sites “hébergeurs” (youbute, daymolition, facebook, etc…) le contennu est fourni par les visiteurs. On voudrait faire payer les véritables rédacteurs ?



Pour la formule premium (nextimpact, par exemple), comment peut-on dire la vérité (toute la vérité) sur un fabricant de matériel qui diffuse des pub sans ses colonnes ? Trouvez-vous fiable que le Figaro (propriété de Dassault) dise le plus grand bien des avions Rafale (fabriqués par Dassault Aviation) ?



La pub, c’est le serpent qui se mort la queue.



J’ai une certaine idée du journalisme :&nbsp; un journaliste enquête et diffuse en toute indépendance.&nbsp; Les journeaux payants et sans pub existent : le Canard Enchaîné, Mediapart, par exemple. Leur secret :&nbsp; les scoops !!!&nbsp; De tout temps, le scoop a été le meilleur argument pour “vendre du papier”.



Si des organes d’informations se contentent de se copier/coller les uns les autres, ils vont mourrir et c’est tant mieux. D’une mort darwinienne.



Je suis un fidèle lecteur de netxtimpact, en encore plus fidèle utilisateur de bloqueurs de pub. Si vous ne voulez pas de moi, vous n’avez qu’à me bloquer vous aussi, c’est de bonne guerre.



Je refuse de payer pour une info bridée par les annonceurs.



Le jour où nextimpact sera 100 % payant et sans pub,&nbsp; à un tarif abordable, payable en bitcoin, avec résiliation possible à tout moment, je serais le premier à m’abonner (à condition que vous fassiez moins de tests matériel et un peu plus d’investigation).



&nbsp;








BadumTsssssssss a écrit :



Salut à tous.



La pub sur internet se résume à quoi ?



Sur les sites d’info,  c’est souvent un copier/coller d’un dépèche AFP ou un résumé du boulot d’un autre site.

Qui voudrait payer pour ça ou se taper 180 Mo de pub pour 1 ko de “rédactionnel”.



Pour les sites “hébergeurs” (youbute, daymolition, facebook, etc…) le contennu est fourni par les visiteurs. On voudrait faire payer les véritables rédacteurs ?



Pour la formule premium (nextimpact, par exemple), comment peut-on dire la vérité (toute la vérité) sur un fabricant de matériel qui diffuse des pub sans ses colonnes ? Trouvez-vous fiable que le Figaro (propriété de Dassault) dise le plus grand bien des avions Rafale (fabriqués par Dassault Aviation) ?



La pub, c’est le serpent qui se mort la queue.



J’ai une certaine idée du journalisme :  un journaliste enquête et diffuse en toute indépendance.  Les journeaux payants et sans pub existent : le Canard Enchaîné, Mediapart, par exemple. Leur secret :  les scoops !!!  De tout temps, le scoop a été le meilleur argument pour “vendre du papier”.



Si des organes d’informations se contentent de se copier/coller les uns les autres, ils vont mourrir et c’est tant mieux. D’une mort darwinienne.



Je suis un fidèle lecteur de netxtimpact, en encore plus fidèle utilisateur de bloqueurs de pub. Si vous ne voulez pas de moi, vous n’avez qu’à me bloquer vous aussi, c’est de bonne guerre.



Je refuse de payer pour une info bridée par les annonceurs.



Le jour où nextimpact sera 100 % payant et sans pub,  à un tarif abordable, payable en bitcoin, avec résiliation possible à tout moment, je serais le premier à m’abonner (à condition que vous fassiez moins de tests matériel et un peu plus d’investigation).





<img data-src=" />



Et sinon mourir c’est avec un seul r, c’est un peu comme rire mais en moins drôle.



C’est en partie vrai, cependant, sur YouTube par ex. il n’y a des pubs que si l’auteur de la vidéo le souhaite, et les revenus sont partagés entre l’auteur et Google.&nbsp; L’écrasante majorité des utilisateurs n’envoient pas de contenu qui rapporte de l’argent.




Par ailleurs NextInpact Premium n'a pas de pub, permet de désactiver les trackers, et a un tarif très abordable. Il y a très peu de tests matériel. Il me semble que tu peux payer en Bitcoin...

Je me demande s’il n’est pas possible d’ester en justice contre certains publicitaires

pratiquant la pub intrusive à outrance&nbsp;

&nbsp;(recouvrement des documents en cour de lecture, film de 30s au démarrage…)

&nbsp;par un “groupaction” et ce au motif d’abus de position dominante.








wagaf a écrit :





Mais une partie de nextinpact est financé par la pub, donc nextinpact est dépendant des annonceurs. Je suis contre ce modèle mixte. On ne peut pas dire toute la vérité sur ceux qui vous financent.









bilbonsacquet a écrit :



&nbsp;

Et que dire du fait du service public, où on paye une redevance, mais on a quand même droit à une quantité astronomique de pub.





Que dire ? Que si tu ne veux plus de pub DU TOUT ta redevance va sérieusement augmenter.



La BBC propose une offre sans pub du tout. Et la redevance est proportionnelle. Pas sûr que le téléspectateur soit prêt à ça…









kizoras a écrit :



Ce changement de mentalité est grâce aux gens comme moi qui utilisent AdBlock, on devrait être remercié, l’histoire du Web se souviendra que des gens se sont levés contre la publicité sans limite à une époque, des résistants.





Ouarf ! Remplace “ADBlock” par “Torrent” ou “Napster” et ton message sera moins hypocrite.



J’utilise ADBlock parce que ça rend mon surf plus agréable, mais je ne fais pas de politique pour autant. Je sais que c’est “mal”, mais dans la mesure ou l’outil est possible je ne m’en passe pas.



Si on pouvait aussi facilement installer un “PVBlock” dans les voitures, ou un “FlicBlock” dans les banques, tout le monde roulerait à 200Km/h en ville, et les banques seraient continuellement dévalisées.



Est-ce que des gugusses oseraient dire “si on ne paye plus de PV et on ne va plus en prison c’est grâce aux resistants comme moi qui se sont levés contre la loi” ? Apparemment oui…









Chamaloxxx a écrit :



Est-ce que des gugusses oseraient dire “si on ne paye plus de PV et on ne va plus en prison c’est grâce aux resistants comme moi qui se sont levés contre la loi” ? Apparemment oui…





Non, mais par contre c’est car on sur-réagit législativement de manière quasi systématique pour contrer la minorité posant problème et qui… ne lira pourtant pas plus les lois (=&gt; efficacité supplémentaire garantie)! Et on en arrive là aussi à l’incompréhension de la majorité, au rejet, puis aux parades.



Ce qui est quand même drôle, c’est le moment choisi par Microsoft en mettre une couche sur tracking/télémétrie/suggestions(=pub!) directement intégrés à l’OS:

&nbsp;Juste au firmament du rejet des utilisateurs de ces pratiques, que même des pubeux traditionnellement sous coke commencent à voir (faut dire qu’avec le tarif au gramme, quand la fraîche ne rentre plus le sevrage est brutal)!

&nbsp;Ils n’ont décidément pas encore fini de nettoyer 10 ans (au moins) de merde dans les yeux…


Je rêve ou l’analogie place sur le même plan la pub et les lois qui régissent la société ? Jusqu’à présent il n’y a heureusement pas d’obligation légale de regarder la pub, ni aucun “droit” à lessiver les cerveaux.



La pub est prédatrice, au détriment exclusif de celui qui la regarde. S’ en passer quand c’est possible est salvateur, quel que puisse être le moyen : un réflexe d’auto-défense, ni plus ni moins.








BadumTsssssssss a écrit :



Mais une partie de nextinpact est financé par la pub, donc nextinpact est dépendant des annonceurs. Je suis contre ce modèle mixte. On ne peut pas dire toute la vérité sur ceux qui vous financent.





Moi j’appelle ça chercher des excuses. Alors qu’en plus personne ne te demande de te justifier.

Puisque tu n’affiches pas la pub (ce que je respecte, mais assume que c’est purement egoïste comme tout le monde), je te mets au défi de reconnaître quelle marque est annonceur sur NextINpact uniquement en lisant les articles et en voyant à quel point les avis sont distordus pour ne pas vexer l’annonceur.

&nbsp;

Et puis après tu pourras essayer d’arrêter adblock juste pour voir la quantité monumentale d’encarts publicitaires présents sur une page de ce site.









graphseb a écrit :



Je rêve ou l’analogie place sur le même plan la pub et les lois qui régissent la société ? Jusqu’à présent il n’y a heureusement pas d’obligation légale de regarder la pub, ni aucun “droit” à lessiver les cerveaux.



La pub est prédatrice, au détriment exclusif de celui qui la regarde. S’ en passer quand c’est possible est salvateur, quel que puisse être le moyen : un réflexe d’auto-défense, ni plus ni moins.





C’est un élément de rhétorique classique, associer sa cause à quelque chose reconnu comme bon, afin de pouvoir transposer les effets bénéfiques de ce à quoi on s’associe sur sa propre cause. C’est moralement moisi mais ça marche pas mal.









feanim a écrit :



Moi j’appelle ça chercher des excuses. Alors qu’en plus personne ne te demande de te justifier.

Puisque tu n’affiches pas la pub (ce que je respecte, mais assume que c’est purement egoïste comme tout le monde), je te mets au défi de reconnaître quelle marque est annonceur sur NextINpact uniquement en lisant les articles et en voyant à quel point les avis sont distordus pour ne pas vexer l’annonceur.

&nbsp;

Et puis après tu pourras essayer d’arrêter adblock juste pour voir la quantité monumentale d’encarts publicitaires présents sur une page de ce site.





Je ne cherche pas d’excuses,&nbsp; je dis simplement qu’un organe d’information ne peut être fiable que si il est indépendant.



Je pense aussi que la pub n’est pas une solution à long terme. Que dit l’article ? La pub rapporte de moins en moins, donc pour survivre il faut en mettre de plus en plus.&nbsp; À un moment le rédactionnel devient annecdotique, noyé dans la réclame.



La pub souille tout ce qu’elle touche, elle s’enrichit de la ruine des éditeurs. Les sites d’info meurrent quand les régies publicitaires brassent le pognon par milliards : google est-il en difficulté ?



En résumé : les sites gratuits ne se pas rentables, les sites finnancés par la pub sont voués à la faillitte à plus ou moins long terme.



PS : j’ai laissé tomber adblock, pour ublock origin et noscript. De plus j’ai une petit ordinateur, et certains siites sont carrémént inafichables sans ces filtres. On accuse internet de consommer autant d’energie que le transport aérien, quelle est la part de la pub ?

&nbsp;

Et je le répète si les bloqueurs de pub dérangent, pourquoi ne les bloque-t-on pas ?









feanim a écrit :



C’est un élément de rhétorique classique, associer sa cause à quelque chose reconnu comme bon, afin de pouvoir transposer les effets bénéfiques de ce à quoi on s’associe sur sa propre cause. C’est moralement moisi mais ça marche pas mal.





Alors voyons voir…



Disons que les publicitaires sont des cambrioleurs, et que les promoteurs d’AddBlockers sont les heureux ferronniers de génie qui ont inventé la serrure inviolable, adaptable sur tout type d’ouverture (porte, fenêtre, etc.). Le ferronnier s’arrange néanmoins pour laisser un passe-partout à certains cambrioleurs “patentés” (mettons, pour ajouter du piquant, que ces “patentés” soient les huissiers du trésor et les contrôleurs de la redevance pour l’audiovisuel public…), à sa convenance, mais en laissant la possibilité à chacun d’ajouter un module pour bloquer le passe.



Ah oui, en fait tu as raison. Le rapport moral a changé. Ça fonctionne bien en effet. <img data-src=" />

<img data-src=" />



Mettre un autocollant “non à la pub” sur sa boite à lettre, c’est être un citoyen éco-responsable. Utiliser un add-blocker c’est être un voyou ? :/









Chamaloxxx a écrit :



Que dire ? Que si tu ne veux plus de pub DU TOUT ta redevance va sérieusement augmenter.



La BBC propose une offre sans pub du tout. Et la redevance est proportionnelle. Pas sûr que le téléspectateur soit prêt à ça…





La BBC atteind l’équilibre en produisant des programmes seduisants, vendables à l’étranger.&nbsp; Les séries françaises sont si, comment dirais-je, banales, qu’elles sont pratiquement absentes des réseau P2P. Même gratuit, ça ne se vend pas.



&nbsp;





graphseb a écrit :



Je rêve ou l’analogie place sur le même plan la pub et les lois qui régissent la société ? Jusqu’à présent il n’y a heureusement pas d’obligation légale de regarder la pub, ni aucun “droit” à lessiver les cerveaux.





La pub est régie par la loi en France, TV, radio, presse écrite, affichage, tout, sauf le WEB où elle n’a aucune limite.









BadumTsssssssss a écrit :



(…)



La pub souille tout ce qu’elle touche, elle s’enrichit de la ruine des éditeurs. Les sites d’info meurrent quand les régies publicitaires brassent le pognon par milliards : google est-il en difficulté ?



En résumé : les sites gratuits ne se pas rentables, les sites finnancés par la pub sont voués à la faillitte à plus ou moins long terme.



&nbsp;(…)





La transition vers un modèle payant, sans publicité, ne peut se faire brutalement. Le bon sens impose de passer par une phase mixte, pour augmenter progressivement la part des abonnements dans le revenu du journal.



L”exemple de Next Inpact est assez édifiant sur ce point : la proportion d’abonnés est très faible, et leur nombre a augmenté très lentement.

&nbsp;

&nbsp;

De plus, il n’est pas évident qu’un niveau bas de publicité empêche l’indépendance éditoriale. C’est une question de rapport de force. Si une publication peut se permettre d’être très sélective sur le choix des annonceurs, elle est peu sensible aux pressions économiques qu’ils pourraient exercer.





Enfin, je ne suis pas persuadé que les bloqueurs de pub soient la panacée pour les lecteurs soucieux d’impartialité journalistique : ils masquent le problème sans en éviter les effets.









Quiproquo a écrit :



&nbsp;De plus, il n’est pas évident qu’un niveau bas de publicité empêche l’indépendance éditoriale. C’est une question de rapport de force. Si une publication peut se permettre d’être très sélective sur le choix des annonceurs, elle est peu sensible aux pressions économiques qu’ils pourraient





Moins il y a de pub, moins un site est référencé par les agrégateurs de news. Comme par hasard, la principale régie publicitaire appartient au même groupe qu google news.



&nbsp;





Quiproquo a écrit :



Enfin, je ne suis pas persuadé que les bloqueurs de pub soient la panacée pour les lecteurs soucieux d’impartialité journalistique : ils masquent le problème sans en éviter les effets.





Ils force l’éditeur à avoir une reflexion de fond sur son financement. Ils le font tous. Next inpact a au moins le courage de le faire publiquement.



&nbsp;





Quiproquo a écrit :



L”exemple de Next Inpact est assez édifiant sur ce point : la proportion d’abonnés est très faible, et leur nombre a augmenté très lentement.







Quand Mediapart veut recruter de nouveaux abonnés, il sort un scoop, c’est redoutablement efficace.



&nbsp;La base du journalisme, c’est l’investigation, pas les essais de matériel, tout le monde semble l’oublier. C’est aussi l’intérêt du lecteur/consommateur, tous le matos que les fabricants envoient gratuitement au journalistes coûte cher, tout comme la pub, ils doivent le répercuter sur le prix d’achat.



J’ai beau utiliser un adblocker,&nbsp; je finance quand même les régies publicitaires à chaque fois que j’achète quelque chose.



&nbsp;









Quiproquo a écrit :



La transition vers un modèle payant, sans publicité, ne peut se faire brutalement. Le bon sens impose de passer par une phase mixte, pour augmenter progressivement la part des abonnements dans le revenu du journal.



L”exemple de Next Inpact est assez édifiant sur ce point : la proportion d’abonnés est très faible, et leur nombre a augmenté très lentement.

&nbsp;

&nbsp;

De plus, il n’est pas évident qu’un niveau bas de publicité empêche l’indépendance éditoriale. C’est une question de rapport de force. Si une publication peut se permettre d’être très sélective sur le choix des annonceurs, elle est peu sensible aux pressions économiques qu’ils pourraient exercer.





Enfin, je ne suis pas persuadé que les bloqueurs de pub soient la panacée pour les lecteurs soucieux d’impartialité journalistique : ils masquent le problème sans en éviter les effets.





Justement je trouve que la phase mixte est un peu longue sur nextimpact et qu’ils devraient faire plus de chose pour justifier l’abonnement.

Ils devraient radicaliser un peu plus leur position s’ils veulent évoluer vers du 100% abonnement.



Il y a quand même globalement plus de chance d’être indépendant quand t’es payé par des abonnés que par des annonceurs ou que quand ton journal appartient à Dassault par exemple.



Comme tu dis, les bloqueurs n’empêchent pas les articles de ne pas être influencé par les annonceurs. Mais quitte à lire ces articles, autant ne pas se faire chier avec les pubs :)









linkin623 a écrit :



<img data-src=" />



Et sinon mourir c’est avec un seul r, c’est un peu comme rire mais en moins drôle.





Avec deux r, c’est pour les jeux vidéos. (comme la mnémonique est “mourir ne prend qu’un r car on ne meurt qu’une fois”.)









Chamaloxxx a écrit :



Que dire ? Que si tu ne veux plus de pub DU TOUT ta redevance va sérieusement augmenter.



La BBC propose une offre sans pub du tout. Et la redevance est proportionnelle. Pas sûr que le téléspectateur soit prêt à ça…



C’est bien tout le problème de tous ces discours.

Faut-il rappeler une fois de plus que le vrai gratuit sans aucune contrepartie ne peut pas exister dans un système économique tel que le nôtre ?

Faut-il rappeler que les hébergeurs ne sont pas un service gratuit pour les hébergés ?



Seriez-vous prêt à bosser gratuitement tout en ayant quand même à payer votre loyer ?



Seriez-vous prêts à payer (même une somme modique) pour tous les sites que vous aimez pour ne plus avoir de pub ?



Et même plus simplement pourriez-vous le faire ?



Internet doit-il forcément devenir payant et sans pub et donc réservé à ceux qui pourront payer ?



Alors oui, il y a sans aucun doute des sites qui abusent de la pub trop intrusive, il suffit simplement de ne pas y aller car rien ne nous y oblige.



Mais vouloir à la fois la gratuité et l’absence totale de pub c’est juste du grand n’importe quoi et totalement irréaliste.



Personnellement je n’utilise pas de bloqueur de pub, c’est mon choix et les sites qui abusent ben je n’y fous plus les pieds, c’est pas le choix qui manque et souvent ce ne sont pas les meilleurs d’ailleurs…



Ici et sur d’autres sites la pub ne me dérange absolument pas car elle n’est pas intrusive.









gavroche69 a écrit :



C’est bien tout le problème de tous ces discours.

Faut-il rappeler une fois de plus que le vrai gratuit sans aucune contrepartie ne peut pas exister dans un système économique tel que le nôtre ?

Faut-il rappeler que les hébergeurs ne sont pas un service gratuit pour les hébergés ?



Seriez-vous prêt à bosser gratuitement tout en ayant quand même à payer votre loyer ?



Alors oui, il y a sans aucun doute des sites qui abusent de la pub trop intrusive, il suffit simplement de ne pas y aller car rien ne nous y oblige.



Mais vouloir à la fois la gratuité et l’absence totale de pub c’est juste du grand n’importe quoi et totalement irréaliste.



Personnellement je n’utilise pas de bloqueurs de pub, c’est mon choix et les sites qui abusent ben je n’y fous plus les pieds, c’est pas le choix qui manque et souvent ce ne sont pas les meilleurs d’ailleurs…



Ici et sur d’autres sites la pub ne me dérange absolument pas car elle n’est pas intrusive.







Justement ce n’est pas gratuit, il y a un abonnement. ;)







BadumTsssssssss a écrit :



Quand Mediapart veut recruter de nouveaux abonnés, il sort un scoop, c’est redoutablement efficace.





Heureusement qu’ils ne font pas que des enquêtes qu’une fois de temps en temps pour recruter sinon on serait abonné pour rien. <img data-src=" />






Comme rien ne se débloque sur le terrain juridique, on a vu la tentative de bloquer les bloqueurs émerger.

Cette phrase semble inverser la flèche de causalité : c’est parce que les tentatives de faire interdire les bloqueurs ont échoué, qu’on peut affirmer que “rien ne se débloque sur le terrain juridique”.





Rassurer l’internaute, et établir un nouveau « contrat moral »

Il n’existe pas de “contrat moral” même entre guillemets quand on parle de marché (où l’on s’intéresse plus aux termes et garanties du contrat) : comme dans tout domaine économique nouveau, la phase actuelle n’est qu’un processus de création, découverte et d’ajustement des intérêts respectifs des différents agents économiques en lice, qu’il est intéressant d’observer au ralenti et en direct pour le côté éducatif (émergence bottom-up d’une ou plusieurs organisations décentralisées de marché avec leurs propres règles et codes) mais qui n’a rien d’original en soi tellement ce processus est ubiquitaire.








A-snowboard a écrit :



Justement ce n’est pas gratuit, il y a un abonnement. ;)



Certes mais je parlais d’une façon générale par rapport à tous ceux (de plus en plus nombreux) qui veulent tout sans rien payer et sans aucune contrepartie telle que la pub.



Il est bien évident que je suis contre la pub sur un service payant, faut être raisonnable de part et d’autre… <img data-src=" />









gavroche69 a écrit :



C’est bien tout le problème de tous ces discours.

Faut-il rappeler une fois de plus que le vrai gratuit sans aucune contrepartie ne peut pas exister dans un système économique tel que le nôtre ?

Faut-il rappeler que les hébergeurs ne sont pas un service gratuit pour les hébergés ?



Seriez-vous prêt à bosser gratuitement tout en ayant quand même à payer votre loyer ?



Seriez-vous prêts à payer (même une somme modique) pour tous les sites que vous aimez pour ne plus avoir de pub ?



Et même plus simplement pourriez-vous le faire ?



Internet doit-il forcément devenir payant et sans pub et donc réservé à ceux qui pourront payer ?



Alors oui, il y a sans aucun doute des sites qui abusent de la pub trop intrusive, il suffit simplement de ne pas y aller car rien ne nous y oblige.



Mais vouloir à la fois la gratuité et l’absence totale de pub c’est juste du grand n’importe quoi et totalement irréaliste.



Personnellement je n’utilise pas de bloqueur de pub, c’est mon choix et les sites qui abusent ben je n’y fous plus les pieds, c’est pas le choix qui manque et souvent ce ne sont pas les meilleurs d’ailleurs…



Ici et sur d’autres sites la pub ne me dérange absolument pas car elle n’est pas intrusive.







+1 vive la pub, ça rend les sites gratuits, la pub ça crée de l’argent a partir de rien.



rien de plus énervant que de chercher un objet quelconque et ensuite voir danser à longueur de journée des publicités devant les yeux

&nbsp;

sans parler des sites qui mettent un panneau sur leur marchandises si on ne désactive pas adblock

ils sont catalogués aussi sec, pas besoin de leur pistage




Une manière de légitimer la reproduction du modèle de la presse papier, où les éditeurs font payer l’accès au contenu tout en plaçant des publicités au sein de leurs pages.



Je remarque surtout une grosse différence entre la pub sur média papier et sur media web : le papier est inanimé, on peut donc lire son article sans se faire agresser par un pavé qui gigote dans tous les sens pour attirer l’attention.



Je vois la pub sur le journal papier, et j’y prête même parfois attention, mais sur le web, tant que ça sera pas des images statiques, je continuerais à les filtrer : je n’aime pas être détourné de ce qui a attiré mon attention en premier lieu. Et comme l’image statique est loin d’être la norme…


Autant le bloqueur de pub c’est bien autant afficher “pas de pub” sur sa boite aux lettres c’est très mal.

Il faut penser aux gens qui sont payés pour distribuer, ils ont un quota à passer, il doivent faire plus de distance à cause de cela.

L’idéal est de mettre la poubelle à côté de la boite aux lettres.


Utilisateur de bloqueurs (Adblock puis uBlock Origine + noscript + cookie monster…) depuis longtemps, je ne suis pas près de changer de pratiques.

&nbsp;

Les quelques fois où je surfe depuis un ordi sans, je trouve l’expérience terrifiante et atterrante : envahissant à la fois l’écran et la vie privé (le fait de prévoir des pub qui “savent” que vous acheter un produit pour ne plus afficher la pub correspondante me fait bondir !!! ).

Je ne fais aucune confiance aux publicitaires. D’autant que ces leur métiers de d’enrober de sucre et de détourner le regard pour vendre leur trucs. Le “LEAN” est une opération de pub de plus, pour vendre de la pub, encore… Si Eyeo devenait une association à but non-lucratif (une sorte d’ONG du web), je pense que ça passerai déjà mieux.

&nbsp;

Je me suis abonné à NXI pour soutenir un site que j’apprécie et dont j’apprécie la démarche : pas de pub pour les abonnés si on veut, tout le contenu n’est pas réservé aux abonnés. C’est dommage qu’il n’existe pas des regroupement de sites où un abonnement commun serait possible. Ca faciliterais pas mal les choses pour ne pas avoir à gérer avec plusieurs abonnements (et une option avec par exemple “abo 2 sites pour 1 an + 10 pages réservés abonnés sur les autres sites de l’association de sites” pour avoir accès ponctuellement à un article intéressant d’un site associé).

&nbsp;

Par contre, je ne suis pas encore prêt à m’abonner à des site 100% réservé aux abonnés non plus, car je n’ai pas envie non plus de favorisé un web où l’information serait privatisée.



Si je devais faire un cahier des charges rapide de la pub que je serai près à accepter ça ressemblerai à ça:

1 - auto-héberger par le site qui affiche (pas sur un domaine tier)

2 - pas de son, pas de vidéo, ni d’animation abusive

3 - pas de javascript

4 - bonne intégration graphique avec le site (pas un truc&nbsp; tout flashy sur un site sobre)

5 - pas de tracking : si je vais sur un site d’informatique, on peut se douter que mettre de la pub pour du matériel ou des service&nbsp; informatique est pertinent. Pas la peine de track mes habitudes pour ça

6 - identifiée clairement et sans ambigüité comme publicité



En répondant aux points 1, 2, 3 et 5 déjà, il y a de bonne chance que ça contourne mes bloqueurs tel qu’ils sont réglés. 4 et 5 m’inciteront a ne pas trop râler et ne pas blacklister mentalement le produit ou carrément ajouter une nouvelle règle à adblock.



Et oui, ça demandera du boulot aux sites et annonceurs.

&nbsp;








Z-os a écrit :



Avec deux r, c’est pour les jeux vidéos. (comme la mnémonique est “mourir ne prend qu’un r car on ne meurt qu’une fois”.)





<img data-src=" /> Mais j’aime bien cette variante mnémonique <img data-src=" />



En arrivant sur l’article j’ai eu droit à une pub plein écran pour lidl… (Version mobile)

Comme vous dites : y encore du boulot.








BadumTsssssssss a écrit :



Quand Mediapart veut recruter de nouveaux abonnés, il sort un scoop, c’est redoutablement efficace.





C’est quoi un scoop dans le monde informatique ? “on a des photos du nouvel iPhone 42” ? Et je cite le monde informatique parce que on est sur NXi, mais je pourrais citer la mode, les voyages etc …&nbsp;



Sans compter que si mediapart était vraiment dans l’esprit que tu indiques ce serait pire que tout: “ce qui est important, on s’en fout, on ne va pas faire du dossier de fond, nous on veut du scoop, ça ramène des abonnés”.



Et tu peux vérifier sur la plupart des sites qui ne sont pas de bêtes agrégateurs de news, ce qui attire le plus ça n’est certainement pas les articles de fond. Il n’y a qu’à voir avec les articles sur la loi renseignement sur NXi par exemple.&nbsp;









BadumTsssssssss a écrit :



Quand Mediapart veut recruter de nouveaux abonnés, il sort un scoop, c’est redoutablement efficace.





C’est la ligne éditoriale de Mediapart qui ramène des abonnés, pas les scoops.



Et favoriser la course au scoop, ce serait pourrir totalement le journalisme en favorisant la publication sans aucune analyse, simplement pour être “preum’s”.







BadumTsssssssss a écrit :



La base du journalisme, c’est l’investigation, pas les essais de matériel, tout le monde semble l’oublier. C’est aussi l’intérêt du lecteur/consommateur, tous le matos que les fabricants envoient gratuitement au journalistes coûte cher, tout comme la pub, ils doivent le répercuter sur le prix d’achat.





Sauf que ça permet aussi de ne pas acheter de matos pourri. Je lis peu les tests de matos sur NXI, mais je doute qu’ils soient spécialement orientés. J’en ai vu qui démontaient complètement le produit.



Je comprend que l’on soit anti-pub. Je le suis en général. Mais de le cas d’un site spécialisé, non seulement il n’y a pas trop le choix parce que la base d’abonnés est trop faible pour ne vivre que de ça, mais en plus, NXI a toujours fait en sorte de ne pas abuser de ce côté là.

Personnellement, je pourrais activer les pubs (je les bloque avec les options premium), et je le faisais avant, la seule qui me retient, c’est la lenteur des pages lorsque je suis au taf, avec le filtrage du proxy.









linconnu a écrit :



Autant le bloqueur de pub c’est bien autant afficher “pas de pub” sur sa boite aux lettres c’est très mal.

Il faut penser aux gens qui sont payés pour distribuer, ils ont un quota à passer, il doivent faire plus de distance à cause de cela.

L’idéal est de mettre la poubelle à côté de la boite aux lettres.





Second degré ?

J’espère, parce que dans le style la pub dans les boîte aux lettres est un gros gâchis de papier pour de la m*e. Perso, je le ressens comme du SPAM.

Quand je croise un distributeur dans le local des boîtes aux lettres, je n’hésite pas à le mettre dehors. Poliment mais fermement.



Ici, comme sur d’autres sites, la pub n’est ni envahissante, ni “braillarde”.

&nbsp;

Qu’en ai-je à faire d’entendre un crétin vanter une bagnole qu’il n’a certainement jamais approchée de sa vie

ou de supporter une musique débile pour une merde quelconque ?



Quand un site me bloque à cause d’Adblock, je passe sur un autre et point barre.

Si ce dernier me bloque, c’est qu’il a certainement une politique de pub agressive donc pourquoi y aller ?

&nbsp;

Les sites qui n’abusent pas de la pub ne manquent pas et si cela fait couler les autres, tant pis pour eux.


Davis Lacombled, éleveur de vaches à lait!

Educons!

Ou en bon libertaire on laisse l’économie s’adapter à la réalité…


Bel article.

Pour ma part, j’ai associé un bloqueur de publicité, avec un bloqueur de Flash!

Car les vidéos en Flash qui se lancent automatiquement sans qu’on les y autorise, même si ce n’est pas de la pub, et qui apparaissent sur de nombreux sites , sont une véritables agression et un fléau, tout autant que les pubs.

D’autant plus que le Flash est une véritable passoire de vulnérabilités en matière de sécurité.

Maintenant, surfer sur le net devient déjà un peu plus supportable.


Tu en appelles à un modèle 100 % réservé aux abonnés. Même si je ne suis pas sûr que ce soit la bonne solution (mais sur ce sujet, personne ne détient LA vérité), ta façon de voir les choses est sans doute un peu problématique pour un site existant.&nbsp;



Déjà tu évoques de nombreux critères, que l’on respecte tous (bitcoin, facilité à se désabonner, modèle sans pub, etc.). Mais voilà, il faudrait que le site soit fermé et sans publicité. D’expérience, quand on fait face à ce genre de remarque, on aura toujours en face une exigence qui sera revue à la hausse de manière constante, pour justifier un non-abonnement. C’est sans doute l’un des problèmes du modèle payant et de la réaction des utilisateurs dans la phase actuelle “moi je veux bien payer mais…”.



C’est d’autant plus contre-productif car la conversion d’un modèle n’est pas possible si les abonnés ne viennent pas. Selon toi, il faut faire un saut dans le vide, soit. Mais tu le finances comment ton saut dans le vide. L’indépendance de NXi c’est aussi un auto-financement. L’abonnement finance 2025% du CA, on vire donc 75 % de l’équipe en espérant pouvoir faire un aussi bon journalisme le temps que les abonnés débarquent en masse suite à la fermeture de l’accès et l’abandon de la pub ? Je doute que ce soit la meilleure voie à suivre.



Enfin, tu évoques le besoin d’investigation et l’impact positif sur l’abonnement. C’est un poncif classique, mais assez faux. On le remarque d’ailleurs assez nettement sur les sujets lourds (voir le cas avec Orange et le plan France THD vis-à-vis de l’Europe). Par contre ce sont les éléments qui demandent le plus de temps, parfois le plus d’investissement. Mais même dans un modèle payant, un lecteur reste humain, et ce n’est pas toujours l’investigation qui l’intéresse en majorité, même si ce modèle favorise l’analyse de fond et la prise de recul.



Même si je partage pas mal de ton analyse sur le fond, je pense que tu fais l’erreur classique de ceux qui ont une vision trop extérieure au problème. Parce qu’à trop exiger la pureté pour la pureté, à confondre l’exigence et l’intransigeance bornée, on se retrouve avec l’effet inverse de ce que l’on appelle de nos vœux. Les sites qui tentent une conversion vers un modèle plus sain de manière indépendant sont fragiles, à ne pas les soutenir, on les condamne. D’autres prendront leur place, ceux qui ont les fonds nécessaire pour tenir sur la durée, et les actionnaires qui vont avec ;)



C’est donc à nous de trouver les manières de faire partie de ceux qui tiennent le choc, et de faire perdurer ce modèle qui nous tient à cœur, qui nous permet à la fois d’informer au quotidien, mais aussi de prendre le temps lorsque cela est nécessaire, sans crainte pour notre survie et notre rentabilité. Et de le faire évoluer avec le temps. Et ce, même si certains préfèrent se contenter d’expliquer pourquoi ce n’est encore pas suffisant pour eux <img data-src=" />


En fait c’est plutôt les sites qui abusent qui font couler ceux qui n’abusent pas, justement du fait d’AdBlock et ses dérivés ;)&nbsp;


La pub est elle réellement le débat ?



J’ai vu quelqu’un dire qu’on ne peut pas avoir un internet gratuit et sans pub. Et pourquoi pas ?

Personnellement quand j’ai commencé à avoir des pubs sur youtube ou que le débit a été impacté pour les abonnés free j’ai simplement cessé d’utiliser le site. Ca ne m’a pas manqué outre mesure.



Je n’ai aucune envie de payer des abonnements fragmentés de 1 à 5€ par mois pour chaque mini service que j’utilise en ligne. Je paye déjà mon FAI un prix plus qu’honnête. En revanche je suis tout à fait disposé à payer un hébergement quelques dizaines d’euros pour y diffuser ce dont j’ai envie. Gratuitement.



Si notre vie n’était plus autant régie par une logique commerciale, consumériste, quelle fraction de l’internet tel qu’on le connait aujourd’hui continuerait d’exister ?



Si les journalistes et autres employés des sociétés qui produisent cette logique publicitaire n’avaient pas besoin de connecter leur revenu à ce système pour vivre, quel contenu produiraient-il ?



Nous sommes tellement enfermés dans la logique du profit que nous en devenons incapables de penser qu’il existe d’autres modèles. Ce débat sur la publicité n’est à mon sens qu’une manifestation d’un problème bien plus profond.








gavroche69 a écrit :



C’est bien tout le problème de tous ces discours.

Faut-il rappeler une fois de plus que le vrai gratuit sans aucune contrepartie ne peut pas exister dans un système économique tel que le nôtre ?

Faut-il rappeler que les hébergeurs ne sont pas un service gratuit pour les hébergés ?



Seriez-vous prêt à bosser gratuitement tout en ayant quand même à payer votre loyer ?





Parfaitement d’accord, changeons de système économique, et ne payons plus de loyer <img data-src=" />









Kignuf a écrit :



La pub est elle réellement le débat ?



J’ai vu quelqu’un dire qu’on ne peut pas avoir un internet gratuit et sans pub. Et pourquoi pas ?

Personnellement quand j’ai commencé à avoir des pubs sur youtube ou que le débit a été impacté pour les abonnés free j’ai simplement cessé d’utiliser le site. Ca ne m’a pas manqué outre mesure.



Je n’ai aucune envie de payer des abonnements fragmentés de 1 à 5€ par mois pour chaque mini service que j’utilise en ligne. Je paye déjà mon FAI un prix plus qu’honnête. En revanche je suis tout à fait disposé à payer un hébergement quelques dizaines d’euros pour y diffuser ce dont j’ai envie. Gratuitement.



Si notre vie n’était plus autant régie par une logique commerciale, consumériste, quelle fraction de l’internet tel qu’on le connait aujourd’hui continuerait d’exister ?



Si les journalistes et autres employés des sociétés qui produisent cette logique publicitaire n’avaient pas besoin de connecter leur revenu à ce système pour vivre, quel contenu produiraient-il ?



Nous sommes tellement enfermés dans la logique du profit que nous en devenons incapables de penser qu’il existe d’autres modèles. Ce débat sur la publicité n’est à mon sens qu’une manifestation d’un problème bien plus profond.





Rappelle nous ta réflexion le jour où les serveurs et les infrastructures d’Internet seront gratuites, et où le revenu de base ou autre permettra à chacun de faire la même activité sans bouffer des cailloux à tous les repas.









linconnu a écrit :



Autant le bloqueur de pub c’est bien autant afficher “pas de pub” sur sa boite aux lettres c’est très mal.

Il faut penser aux gens qui sont payés pour distribuer, ils ont un quota à passer, il doivent faire plus de distance à cause de cela.

L’idéal est de mettre la poubelle à côté de la boite aux lettres.



Vivent les kg de papier gaspillés avec ca…

Je ne les regarde à peu près jamais, dans mon précédent logement je devais avoir une double feuille A4 toutes les 1 à 3 semaines, maintenant c’est 800 à 1400g par semaine de papier qui finit direct au recyclage. Tu vas me dire que c’est mal de les refuser?









Patch a écrit :



Vivent les kg de papier gaspillés avec ca…

Je ne les regarde à peu près jamais, dans mon précédent logement je devais avoir une double feuille A4 toutes les 1 à 3 semaines, maintenant c’est 800 à 1400g par semaine de papier qui finit direct au recyclage. Tu vas me dire que c’est mal de les refuser?





Ce n’est pas “mal de les refuser”, juste qu’il faut que les acteurs fassent un travail d’éducation pour que tu comprennes l’économie et assumes tes responsabilités en acceptant ta part de bourrage de crâne.



au bout de combien de 2 euros par mois le compte compte bancaire de l’internaute est vide ??

&nbsp;








monpci a écrit :



au bout de combien de 2 euros par mois le compte compte bancaire de l’internaute est vide ??





Je suis abonné NXI, ASI, Mediapart, j’achète le canard enchaîné, je lis quelques fanzines, et déjà, je n’ai pas le temps de tout lire.



Ce qui est “acceptable” ou non dépend de chacun. je refuse tout média qui m’impose quoi que ce soit. On peut proposer, et à chaucn d’accepter ou pas. Je ne ferais pas plus confiance à un soit disant “groupement de publicitaires vertueux” qu’à n’importe quel régie anonyme.


Parfois on se demande si le mal de l’époque c’est la publicité, les bloqueurs ou la boulimie de contenu. Ou peut être un mélange de tout ça ;)


Une fois qu’on a dit ça, on a tout et rien dit. Et le problème reste entier ;)








ActionFighter a écrit :



Je suis abonné NXI, ASI, Mediapart, j’achète le canard enchaîné, je lis quelques fanzines, et déjà, je n’ai pas le temps de tout lire.





oui, je sais mais en réalité ma remarque est plus globale, on rendre dans un monde de location le gens semble adorer mais je suis loin d’être sûr qu’à terme nous y seront gagnants :

&nbsp;

La banque frais de tenu de compte 2 euros par mois

les soutiens par ci par la 2 euros par mois

Win win d’affelou 11,90 euros par mois

A auchan sous le prix des télé apparait aussi des offres de locations (j’ai le marché de la location d’électroménager voire de meuble pointe le bout de son nez)

La suite adobe qui passe au forfait

Le cloud (faut-il que j’en parle)

<img data-src=" /> les forfait mobile : 2 euros par mois

Netflix

apple match(il me semble)

<img data-src=" /> les box beauté, pour le chien , le chats , les gosses, pour monsieur , …..

&nbsp;la location de la batterie de la voiture électrique / la location de la bagnole / leasing // (ou location du velib pour les ecolos )

&nbsp;

C’est un business model génial y’a rien a dire, les boites se crée une rente (rien de plus normal)

par contre pour le particulier ou la petit boite la multiplication de ces dépenses qui au fil de temps deviennent contraites ça craint un peu

&nbsp;









David_L a écrit :



Parfois on se demande si le mal de l’époque c’est la publicité, les bloqueurs ou la boulimie de contenu. Ou peut être un mélange de tout ça ;)





<img data-src=" />



On veut de l’info gratuite mais de qualité, des vidéos YT bien produites sans se taper le spot préalable et gratuite sinon on va sur rutube, de la musique, dans animés et du cinéma gratuits parce que quand même, ils font chier ces nantis parisiens qui gagnent des millions à jouer la comédie, etc…



Bref, on tout de qualité, gratuit, et sans pub, parce que nous, on bosse pas 35h pour le claquer dans ces contenus dont on raffole.



Tous les anti-pub pourrais avoir leur propre liste blanche mais aussi donnée l’option d’utilisé d’autre liste blanche et non juste celle inclu , un peu comme le dnsbl.

De plus pour entré dans c’est liste pour affiché de la publicité , il devrais y avoir des régles clair que lèutilisateur peux consulter aussi&nbsp;

des régles tel que l’interdiction du tracking , de flash , de script , de popup , de video , de son, de trop de ressource machie.

Je garde actif mon anti-pub car même une bonne machine a de la difficulté avec certaine pub mal optimisé ,et de toutes les raison que j’ai donnée



-Pour ceux qui ne savent pas se que c’est le dnsbl. Cela permet de filtrer les ip qui ont été détecté comme des proxy et vpn public , serveur de mail a spam et tous se qui permet de faire du spam ou de géré des robot mal intentionné








monpci a écrit :



oui, je sais mais en réalité ma remarque est plus globale, on rendre dans un monde de location le gens semble adorer mais je suis loin d’être sûr qu’à terme nous y seront gagnants :





Si tu voulais critiquer par là une généralisation du modèle d’abonnement, je suis d’accord. Car il y a des cas où c’est clairement destiné à te faire payer plus.



Par contre, dans la presse, ce qui est le sujet de la news <img data-src=" />, l’abonnement a toujours existé. De même, quand la rotation des contenu est très importante (SVOD par exemple), l’abo se justifie. L’absence d’offre illimitée a d’ailleurs longtemps été avancée comme justification au piratage.



La pub à la tv, on zappe ou on va uriner. Sur le web, nous sommes, internautes, acteurs de ce que nous permet la technologie logicielle. Il n’y a aucune solution viable pour les publicitaires. Ils toucheront de moins en moins leurs cibles parce que les gens s’informent de plus en plus sur la manière de contourner l’invasion.


c’est le gros bug de youtube mobile <img data-src=" />








ActionFighter a écrit :



<img data-src=" />



On veut de l’info gratuite mais de qualité, des vidéos YT bien produites sans se taper le spot préalable et gratuite sinon on va sur rutube, de la musique, dans animés et du cinéma gratuits parce que quand même, ils font chier ces nantis parisiens qui gagnent des millions à jouer la comédie, etc…



Bref, on tout de qualité, gratuit, et sans pub, parce que nous, on bosse pas 35h pour le claquer dans ces contenus dont on raffole.





On veut même un accès gratuit aux soins, de qualité et à proximité <img data-src=" />



Ça me fait marrer tous ces mecs qui veulent du tout gratuit mais qui se paient des smartphones à 600 € et plus parce que le leur qui fonctionne toujours très bien ne peut pas être mis à jour avec la toute dernière version de l’OS machin/truc qui souvent n’amène rien mais que si tu l’as pas t’es has-been complet … <img data-src=" />



En gros vous râlez à mort contre un système dont vous êtes (dont nous sommes tous plus ou moins) le principal moteur…



Il y a un décalage énorme entre les discours et les comportements, certes pas pour tout le monde mais en tous cas pour beaucoup de monde.



Maintenant si vous voulez mettre en l’air le système économique actuel où seul compte le profit surtout ne vous gênez pas, je suis pour !! <img data-src=" />



En attendant arrêtez un peu de croire que tout vous est dû et que plein de gens ne devraient avoir d’autres préoccupations que de satisfaire tous vos désirs et bien sûr gratuitement, ça va de soi…


Apple et Google ont vraiment un pouvoir effrayant sur le net !..



Vous l’effleurez dans l’article, mais une autre nuisance est le “tracking”.

De ce côté là, NextInpact est “presque” propre (il reste encore une poignée de “saletés” dans les pages !)… mais hélas pour vous, même en mettant votre site en liste blanche sur uBlock Origin, RequestPolicy Continued bloque votre régie (Horyzon) puisqu’elle est servie à partir d’un autre domaine que la page hôte (nextimpact.com).



Du coup, j’ai l’encart de publicité sans publicité… bref le web “propre” n’est pas pour demain, même si vous faites des efforts.



Vous citez aussi Orange qui parle de l’internet et des contenus… Et la ça ramène au problème des DRM. Par exemple, je pourrais trouver des solutions comme Netflix très sympa et même économiquement concurrentielles par rapport au fait de payer en entretenir un NAS… mais le problème est que cela ne répond pas à certains de mes usages, comme de pouvoir emporter des vidéos sur mon PC pour les regarder dans le train (bien évidemment sous Linux).

C’est un autre débat, mais la “valorisation” du web et ses contenus ramera tant que cela ne sera pas compris et que les DRM demeureront.

Pourtant Apple a bien donné l’exemple avec iTunes, c’est sans DRM pour la musique (que je sache) et iTunes fait pourtant plein de bénéfices non ?








Infolibre a écrit :



On veut même un accès gratuit aux soins, de qualité et à proximité <img data-src=" />





C’est vrai qu’un abo NXI ou netflix, c’est comparable aux problématiques de santé publique <img data-src=" />









gavroche69 a écrit :



Ça me fait marrer tous ces mecs qui veulent du tout gratuit mais qui se paient des smartphones à 600 € et plus parce que le leur qui fonctionne toujours très bien ne peut pas être mis à jour avec la toute dernière version de l’OS machin/truc qui souvent n’amène rien mais que si tu l’as pas t’es has-been complet … <img data-src=" />



En gros vous râlez à mort contre un système dont vous êtes (dont nous sommes tous plus ou moins) le principal moteur…



Il y a un décalage énorme entre les discours et les comportements, certes pas pour tout le monde mais en tous cas pour beaucoup de monde.



Maintenant si vous voulez mettre en l’air le système économique actuel où seul compte le profit surtout ne vous gênez pas, je suis pour !! <img data-src=" />



En attendant arrêtez un peu de croire que tout vous est dû et que plein de gens ne devraient avoir d’autres préoccupations que de satisfaire tous vos désirs et bien sûr gratuitement, ça va de soi…





Ca me fait marrer les mecs qui font des généralités sur du vent, ou sur leur propre cas. A moins bien sur que je sois passé à coté d’une étude sur le lien entre revendication de gratuité et dépense en smartphone.



Les entreprises n’ont pas à satisfaire les demandes de gratuité, on n’a pas à satisfaire leurs demande de bouffer des pubs. Faudrait pas qu’elles croient que tout leur est dû.









ActionFighter a écrit :



C’est vrai qu’un abo NXI ou netflix, c’est comparable aux problématiques de santé publique <img data-src=" />





Non ce n’est pas comparable, la gratuité de santé publique est infiniment plus dure à mettre en place, et ça marche. Mieux, les médecins n’ont jamais été aussi riches que depuis la gratuité.









Infolibre a écrit :



Non ce n’est pas comparable, la gratuité de santé publique est infiniment plus dure à mettre en place, et ça marche. Mieux, les médecins n’ont jamais été aussi riches que depuis la gratuité.





On peut parler de thèses genre Friot, mais ce serait quelque peu hors-sujet.









ActionFighter a écrit :



On peut parler de thèses genre Friot, mais ce serait quelque peu hors-sujet.





Ce n’est pas une thèse, c’est un fait depuis 70ans. Au contraire de tes propos sur la gratuité et gna gna gna les gens veulent tout sans rien faire <img data-src=" />

&nbsp;

D’ailleurs je suis pas très fan de Friot, même si par certains coté ça fait toujours plaisir à entendre comme discours.



Si tu es sur Android, Xposed Framework: module Youtube Adaway




la publicité se veut éthique, responsable et respectueuse de l’internaute.



<img data-src=" /><img data-src=" /> <img data-src=" />





La situation est donc mauvaise, pour tout le monde, il faut trouver des solutions.






   Et c'est encore et toujours à cause des mêmes crapules. Leurs savoir faire c'est, vendre de la merde en barre,&nbsp; dévaster des terres et des familles. cf&nbsp; Coca-cola au Mexique.         







Du besoin d’un discours responsable de la part des grands acteurs






   Lol, les grands acteurs. Un bon gros chèque, quelques promesses et le grand acteur fini dans la poche du groupuscule industriel. cf la mafia du sucre.         






 &nbsp;       

&nbsp;



En bloquant les pubs vous préservez la planète et votre santé de la racaille industrielle.








Infolibre a écrit :



Ce n’est pas une thèse, c’est un fait depuis 70ans. Au contraire de tes propos sur la gratuité et gna gna gna les gens veulent tout sans rien faire <img data-src=" />

 

D’ailleurs je suis pas très fan de Friot, même si par certains coté ça fait toujours plaisir à entendre comme discours.





T’as déjà vu une manifestation massive pour revendiquer un modèle de société différent ? Pas moi. Les gens veulent les avantages du système capitaliste, dont l’abondance, sans les inconvénients.









marshall39 a écrit :



Quel plaisir de surfer avec IOS9 sans pub!





Tu utilises quoi pour surfer sans pub sur ios9 ? J’ai rien trouvé de très convainquant. Le pire c’est les app, c’est bourré de pub c’est affreux, j’en utilise pas à cause de ça.