Chiffrement : le procureur de Paris critique l'intérêt « marginal » face aux enquêtes bloquées

Sécurité ou vie privée ? Il faut choisir

Chiffrement : le procureur de Paris critique l’intérêt « marginal » face aux enquêtes bloquées

Chiffrement : le procureur de Paris critique l'intérêt « marginal » face aux enquêtes bloquées

Les forces de l’ordre ont un problème avec le chiffrement. Les tensions s’accumulent aux États-Unis, mais d'autres pays entrent progressivement dans la danse. Si David Cameron s’en est ainsi pris aux communications chiffrées au Royaume-Uni, le procureur de Paris a un avis similaire sur la question.

Les effets se répercutent finalement en cascade. Il y a plus de deux ans maintenant, Edward Snowden fournissait à plusieurs journaux d’importants documents montrant comment et à quel point la NSA espionnait la vie numérique à l’échelle mondiale. Les mois ont passé, les révélations se sont accentuées et ce sont finalement toutes les agences de renseignement qui ont été pointées du doigt.

Actions et réactions

En réaction, de nombreuses voix se sont élevées pour demander à ce que le chiffrement devienne une fonctionnalité allant de soi, et non plus une sécurité à réserver au monde professionnel. On connait la suite, avec notamment Apple et Google sévèrement critiquées par le directeur du FBI, James Comey : « Ce qui m’ennuie avec tout ceci est que des entreprises fassent expressément la promotion de quelque chose qui permettra aux gens de se placer hors de portée de la loi ». Un message très clair, exprimant un désarroi grandissant chez la police pour la résolution de certaines enquêtes. Une peur qui s’appuyait d’ailleurs sur des données montrant une évolution nette du nombre d’affaires bloquées par un chiffrement trop important.

Le besoin de réaffirmer l’espace sécurisé pour protéger la vie privée a boosté le chiffrement, qui en retour a fait craindre au gouvernement plusieurs difficultés. Car si les enquêtes de police sont un sujet sérieux, la surveillance l'est tout autant. Le discours est à chaque fois le même : impossible de mettre tout en œuvre pour protéger les citoyens si le chiffrement se répand. Comment bloquer les attaques terroristes s’il suffit d’acheter n’importer quel smartphone du commerce ?

Le procureur de Paris signe une tribune critiquant l'impact du chiffrement

Le procureur de Paris, François Molins, se pose visiblement la même question. Il est l’un des signataires d’une tribune publiée mardi dans le New York Times, avec Cyrus Vance, procureur de Manhattan, Javier Zaragoza, procureur de la Haute Cour espagnole, et Adrian Leppard, commissaire de Londres. Cette tribune mentionne comment un juge de l’Illinois, dans le cadre d’une enquête pour meurtre, a réclamé à Apple et Google qu’elles déverrouillent des smartphones récupérés pendant l’enquête. Les deux entreprises américaines ont simplement répondu que l’opération était impossible : ils ne possédaient pas le mot de passe de l’utilisateur. Conséquence, l’assassin court toujours.

De fait, l’équilibre qui peut exister « entre le droit à la vie privée des individus et le droit des populations à la sécurité » est « complètement renversé par deux entreprises de la Silicon Valley ». Pour être plus juste, il aurait fallu que la tribune indique qu’il ne s’agissait que de la partie émergée de l’iceberg, car le mouvement se fait sur le fond chez de nombreux acteurs, bien qu’à des vitesses variables.

Cette offensive de plusieurs procureurs et commissaires se fait essentiellement sur les enquêtes. Ils évoquent d'ailleurs une statistique précise : entre octobre 2014 et juin, 74 iPhone équipés d’iOS 8 n’ont pas pu révéler leurs données aux forces de l’ordre. Les affaires portaient sur des meurtres, des abus sexuels répétés sur mineur, des agressions, des vols et le démantèlement d’un réseau de trafic sexuel. Des exemples données évidemment pour donner les contextes très concrets dans lesquels ces smartphones se retrouvent comme autant de pièces à conviction.

Apple et Google dans le collimateur

Les signataires indiquent avoir connaissance des arguments relayés par Apple et Google : le chiffrement intégral de l’espace de stockage sécurise les données et les rend moins récupérables par les cybercriminels. La conséquence est donc claire, puisque si ces entreprises avaient la clé vers ces informations, les « gouvernements répressifs pourrait les exploiter ». Malheureusement, ces arguments ne sont pas, selon eux, recevables.

Un paragraphe en particulier résume clairement leur pensée : « Ces raisons ne devraient pas être acceptées en tant que telles. Le nouveau chiffrement d’Apple n’aurait pas permis d’empêcher la collecte de masse des métadonnées téléphoniques par la NSA, telle que révélée par M. Snowden. Il n’y a aucune preuve qu’il pourrait corriger les problèmes de vols de données institutionnelles ou l’utilisation de malwares. Et nous ne parlons pas de violer les libertés civiles : nous parlons de la possibilité de déverrouiller des téléphones conformément à des ordres juridiques légaux et transparents ».

En définitive, puisque le chiffrement n’aurait pas empêché la collecte des données par la NSA, il ne vaut pas les ennuis qu’il provoque dans les enquêtes. En dépit d’un raccourci qui peut prêter à sourire, la question est sérieuse et illustre une problématique actuelle dont aucune réponse ne peut satisfaire tout le monde. Les données des téléphones sont nécessaires à l’avancée des enquêtes et la tribune insiste en particulier sur les attentats contre Charlie Hebdo et l’usine de production de gaz de Saint-Quentin-Fallavier.

La sécurité et la vie privée mises en balance

La question posée est donc simple : « Pourquoi devrions-nous permettre à l’activité criminelle de prospérer par un moyen hors de portée des forces de l’ordre ? ». La réponse transpire en filigrane puisque les signataires sont clairement d’avis que ce chiffrement intégral ne devrait pas être autorisé. Les avantages liés sont même décrits comme « marginaux » et poussent aujourd’hui vers un nouvel équilibrage car « la sécurité de nos communautés en dépend ».

Ce curseur entre la vie privée et la sécurité se déplace au gré des déclarations des intervenants. En signant la tribune, François Molins signale que la France se pose finalement les mêmes questions que les États-Unis. De son côté, Apple réaffirme une fois de plus que les « utilisateurs ne devraient pas avoir à choisir entre sécurité et vie privée », en conséquence de quoi la firme fournit les deux. Mais la sécurité vue par Apple n’est clairement pas celle vue par la police ou le monde du renseignement.

Comme nous l’indiquions plus haut, il n’y a malheureusement aucune réponse apte à convenir à tout le monde. Les solutions envisagées ou envisageables se feront au détriment d’un groupe, qu’il s’agisse des utilisateurs, des forces de l’ordre, du renseignement ou des entreprises. Mais ce sont bien les utilisateurs qui vont être ballotés entre des entreprises dont les prises de position sont autant d’arguments commerciaux dans ce contexte si particulier, et les forces de l’ordre qui veulent pouvoir continuer travailler efficacement.

Saignant ou à point ?

Les États-Unis réfléchissent à la possibilité d’introduire une porte dérobée, le Royaume-Uni à l’interdiction des messageries chiffrées, tandis que le Pakistan a déjà sauté le pas et annoncé que les services de BlackBerry ne seraient plus autorisés à compter du 1er décembre.

Faut-il dès lors interdire ou chercher à limiter le chiffrement dans les échanges au risque d’une sécurité clairement amoindrie face aux pirates ? Incorporer des portes dérobées avec le danger que d’autres les trouvent ? Laisser le chiffrement poursuivre son envol et voir des enquêtes bloquées ? Il est évident qu’un nombre croissant de pays finira par légiférer sur ce sujet épineux, de quoi nourrir de nombreuses craintes du côté des utilisateurs et des défenseurs du droit à la vie privée.

Espérons que tous les éléments de la problématique seront posés sur la table quand il s’agira de définir une éventuelle nouvelle position sur la question. Un sujet sur lequel il ne faudra pas manquer de vigilance, notamment à l'occasion des prochaines élections présidentielles et legislatives.

Commentaires (187)


Je me demande ce qu’ils diront le jour ou un groupe de hackers utilise/récolte des données en masse de millions de smartphones y compris le leurs parce que l’état aura dit de ne sécuriser au mieux nos données…








the_frogkiller a écrit :



Je me demande ce qu’ils diront le jour ou un groupe de hackers utilise/récolte des données en masse de millions de smartphones y compris le leurs parce que l’état aura dit de ne sécuriser au mieux nos données…





C’est pas grave. On a rien à cacher&nbsp;<img data-src=" />



Je ne comprends pas bien la position de Google et Apple sur le sujet : On cherche à se protéger de quoi quand on chiffre son smartphone?

D’Apple et Google? certainement pas, ils ont fait l’OS, s’il veulent lire dedans, ils peuvent le faire dès qu’on a tapé son code.

Des pirates? non plus, tout comme le fournisseur de l’OS, s’ils trouvent une faille, il peuvent certainement lire dans les données qu’ils veulent une fois qu’on a dévérouillé le téléphone.

Du fripon lambda qui nous aurait arraché le téléphone dans le bus? oui, clairement. Mais un chiffrement dont Google et Apple auraient la clé ferait aussi bien le job.



En fait, même si comme beaucoup je n’aime pas le principe d’une clé connue par d’autres, en pratique, je ne vois pas ce qu’elle apporte, en dehors de la protection contre le gouvernement. Du coup je comprends pas bien comment Google et Apple comptent le défendre.


Euh, mais, les enquêteurs sont bloqués pake ils ne parviennent pas à accéder au contenu d’un téléphone ? Cela veut donc dire qu’ils n’ont aucun élément de preuve contre le détenteur du téléphone….. <img data-src=" />


Prochaine étape : Interdire le chiffrement sous peine de prison à perpétuité..

&nbsp;Un jour viendra où je mettrai tout à la poubelle, smartphone, smartwatch, smartmerde, ma box etc et j’irai vivre dans une forêt <img data-src=" />.


A mon avis, c’est un débat qui n’a pas fini de rebondir. Les pays qui pousseront encore plus dans l’atteinte à la vie privée auront en retour de manivelle des dégâts croissants en termes de vol d’identité, de piratage massif, de dégâts divers, et c’est là qu’on verra la différence entre les vrais états fascistes et ceux qui pensaient vraiment agir pour le bien du peuple: les premiers ne se rzmettront pas en question.








Zerdligham a écrit :



Je ne comprends pas bien la position de Google et Apple sur le sujet : On cherche à se protéger de quoi quand on chiffre son smartphone?

D’Apple et Google? certainement pas, ils ont fait l’OS, s’il veulent lire dedans, ils peuvent le faire dès qu’on a tapé son code.

Des pirates? non plus, tout comme le fournisseur de l’OS, s’ils trouvent une faille, il peuvent certainement lire dans les données qu’ils veulent une fois qu’on a dévérouillé le téléphone.

Du fripon lambda qui nous aurait arraché le téléphone dans le bus? oui, clairement. Mais un chiffrement dont Google et Apple auraient la clé ferait aussi bien le job.



En fait, même si comme beaucoup je n’aime pas le principe d’une clé connue par d’autres, en pratique, je ne vois pas ce qu’elle apporte, en dehors de la protection contre le gouvernement. Du coup je comprends pas bien comment Google et Apple comptent le défendre.







Lire ….. article…….



Les deux entreprises américaines ont simplement répondu que l’opération était impossible : ils ne possédaient pas le mot de passe de l’utilisateur.





En fait, on se “protège” de google, d’apple, des pirates, et des différents gouvernements.



A plus ou moins long terme toute nos activité seront scruté en continue. Faudra choir, entre avoir un tel ou ne pas en avoir (si cela n’est pas rendu obligatoire par la loi).<img data-src=" />


Tu sais, quand tu lis la Constitution, qu’elle soit française ou américaine, les droits qu’on te donne sont là pour te protéger des abus du gouvernement.

&nbsp;



&nbsp;Les révolutions sont partis du fait qu’un gouvernement faisait mal son boulot et opprimait le peuple, on a donc créé des lois pour protéger les citoyens du pouvoir du gouvernement.

&nbsp;



&nbsp;Donc défendre son droit à la vie privé, tu n’as pas vraiment besoin de l’argumenter plus que ça.


Ils ont abuser de l’espionnage et là ils se plaignent de la difficulté des contres mesures … fallait pas faire les con <img data-src=" />


Les enquêteurs aussi deviennent fainéants maintenant avec le numérique, ils voient un iPhone ils pensent qu’ils résoudront leur affaire s’ils voient les SMS.


C’est marrant le débat était le même quand on a imposé la plaque minéralogique sur les voitures.

&nbsp;

&nbsp;Je comprends son point de vue en tant qu’enquêteur surtout que ceux qui passe parce genre des systèmes cryptés (de façon volontaire) savent pourquoi ils le font (me comprendront ceux qui ont déjà traîné sur freenet…)

&nbsp;

&nbsp;Après sur le fond de l’affaire, je pense qu’il faut améliorer les gardes fous à mesure que les manières de capter de l’informations se simplifient.








Avygeil a écrit :



Les enquêteurs aussi deviennent fainéants maintenant avec le numérique, ils voient un iPhone ils pensent qu’ils résoudront leur affaire s’ils voient les SMS.







En tout cas c’est ce que le procureur de Paris sous entend : “vous comprenez, on est des grosses buses, alors aidez nous, pake on sait plus faire notre métier” <img data-src=" />









wanou2 a écrit :



C’est marrant le débat était le même quand on a imposé la plaque minéralogique sur les voitures.

 

 Je comprends son point de vue en tant qu’enquêteur surtout que ceux qui passe parce genre des systèmes cryptés (de façon volontaire) savent pourquoi ils le font (me comprendront ceux qui ont déjà traîné sur freenet…)

 

 Après sur le fond de l’affaire, je pense qu’il faut améliorer les gardes fous à mesure que les manières de capter de l’informations se simplifient.







La LR est un bon exemple d’amélioration des gardes fous <img data-src=" />



C’est bien, ils ne peuvent pas faire grand chose contre les “solutions open-source et maison” (chiffrement personnel de son PC, envoi de mails chiffrés avec PGP), donc ils se retournent contre des entreprises… Sans comprendre que derrière ces entreprises se cachent des gens, qui sauront très bien proposer des solutions “pas fournies par l’entreprise”.

&nbsp;

En tout cas, on a encore et toujours affaire à une bande de connards qui se disent “nos porte-parole” mais font tout contre nous.








Mimoza a écrit :



Ils ont abuser de l’espionnage et là ils se plaignent de la difficulté des contres mesures … fallait pas faire les con <img data-src=" />





le plus drôle c’est qu’au sein des services secrets, je crois que c’était au moment des discutions sur la mise en place de la hadopi,&nbsp; il y a des voix qui demandent aux gouvernement d’arrêter ce genres de choses car ça va pousser les gens a utiliser des solutions encore plus chiffrées. cela va finir par rendre le boulot des services secrets/police plus compliqué…









wanou2 a écrit :



C’est marrant le débat était le même quand on a imposé la plaque minéralogique sur les voitures.

&nbsp;

&nbsp;Je comprends son point de vue en tant qu’enquêteur surtout que ceux qui passe parce genre des systèmes cryptés (de façon volontaire) savent pourquoi ils le font (me comprendront ceux qui ont déjà traîné sur freenet…)

&nbsp;

&nbsp;Après sur le fond de l’affaire, je pense qu’il faut améliorer les gardes fous à mesure que les manières de capter de l’informations se simplifient.





ou on en vois le bon exemple de gardes fous ou de fous tout cours avec la dernière loi sur la surveillance…

&nbsp;

&nbsp;EDIT : métadonnées en téléchargement..



La nature même du principe de chiffrement des données, sur la base d’un secret qui authentifie le propriétaire de la donnée chiffrée, fait que la présence d’une backdoor détruirait complètement et définitivement l’utilité du chiffrement pour qui que ce soit:&nbsp;

&nbsp;* une backdoor est un secret partagé, et un secret partagé dans un produit public finit toujours par ne plus être un secret du tout,

&nbsp;* par conséquent une backdoor deviendra toujours, avec le temps, utilisable par tout le monde,

&nbsp;* par conséquent la donnée n’est en pratique pas protégée par le chiffrement.

&nbsp;

&nbsp;Donc demander une backdoor n’est qu’une façon polie de demander l’interdiction du chiffrement pour tous ceux qui en ont un usage légitime, sans pouvoir pour autant empêcher les usages criminels. Les criminels n’en auront, excusez l’expression, rien à branler qu’on leur fasse les gros yeux si on ne peut pas déchiffrer leur téléphone.

&nbsp;

La raison principale derrière cette demande est présentée de façon malhonnête. 74 téléphones qui n’ont pas pu être débloqués… En 9 mois. Sur approximativement 100 000 cas. Soit un obstacle rencontré dans 0,074% des cas. Sans que pour aucun de ces cas on n’ait la certitude que cela aurait changé quoi que ce soit. On nous demande donc de rester vulnérable à tous les salopards qui auraient envie de nous voler notre vie privée pour PEUT-ETRE faciliter la vie des enquêteurs dans 7 cas sur 10 000. Et ce, dans l’hypothèse improbable et absurde où les criminels qu’on poursuit n’auraient pas l’idée d’utiliser quand même le chiffrement devenu illégal.

&nbsp;

&nbsphttps://www.schneier.com/blog/archives/2015/08/another_salvo_i.html

&nbsphttps://www.eff.org/deeplinks/2015/07/top-five-takeaways-todays-hearings-encrypt…

&nbsphttp://www.wired.com/2015/07/manhattan-da-iphone-crypto-foiled-cops-74-times/

&nbsp;

&nbsp;[EDIT] Typos + liens

&nbsp;


J’ai pas dit que ça allait dans le bon sens.

&nbsp;

&nbsp;Après la loi de renseignement… on peut considérer aussi que c’est de l’enculage de mouche au canon de 170 on ne fait que légaliser ce qui se faisait auparavant et qui aurait continuer à ce faire dans tout les cas…




Cette offensive de plusieurs procureurs et commissaires se fait

essentiellement sur les enquêtes. Ils évoquent d’ailleurs&nbsp;une

statistique précise&nbsp;: entre octobre 2014 et juin, 74 iPhone équipés d’iOS 8 n’ont pas pu révéler leurs données aux forces de l’ordre.



&nbsp;

&nbsp;Surtout que maintenant, suffit presque de faire une CR à Apple pour avoir les données Cloud, et on les a les SMS et mails et contacts…




Un sujet sur lequel il ne faudra pas manquer de vigilance, notamment à

l’occasion des prochaines élections présidentielles et legislatives.



&nbsp;<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />








Zerdligham a écrit :



&nbsp;en dehors de la protection contre le gouvernement. Du coup je comprends pas bien comment Google et Apple comptent le défendre.





Ca me parait une raison suffisante, non ?



T’es terroriste t’as tout intérêt à communiquer via courrier papier et un système de cryptage à l’ancienne (genre prendre les lettres tout les 15 caractères… ça se fait tout seul avec des petits softs qui placent des mots)








Zerdligham a écrit :



Je ne comprends pas bien







On a bien compris que “tu ne comprenais pas bien” <img data-src=" />









eliumnick a écrit :



Euh, mais, les enquêteurs sont bloqués pake ils ne parviennent pas à accéder au contenu d’un téléphone ? Cela veut donc dire qu’ils n’ont aucun élément de preuve contre le détenteur du téléphone….. <img data-src=" />





Et oui. On se demande bien comment ils faisaient il y a 20 ans. Les flics sont devenus de grosses feignasses épicétout. <img data-src=" />



“De fait, l’équilibre qui peut exister « entre le droit à la vie privée des individus et le droit des populations à la sécurité » est « complètement renversé par deux entreprises de la Silicon Valley »”

&nbsp;



&nbsp;Ah parce que l’équilibre existait avant que les gens commencent à sécuriser leur communications ?

&nbsp;Alors le droit des populations&nbsp;à&nbsp;la sécurité je veux bien, mais il y a beaucoup de mauvaise foi dans cette phrase,&nbsp;hein.

&nbsp;

&nbsp;Les révélations de Snowden en sont la preuve, parmi ces messieurs dévoués et pourfendeurs de la sécurité des populations certains se sont bien servis.

&nbsp;Qu’on arrête la langue de bois, merci.


Le chiffrement du mobile, c’est pour proteger sa vie privée contre les consultations non autorisées. Que ce soit par un voleur, un agent de police trop zélés, et tous les abus de pouvoir en general.

Autrefois les informations qu’on retrouve sur un smartphone se trouvaient uniquement au domicile de l’utilisateur et etaient proteges par le droit et la nécessité d’un mandat de perquisition. Avec un smartphone non chiffré, ces données sont a portée de main de tout flic confisquant le téléphone.

Je pense que dans une certaine mesure, un juge doit pouvoir forcer un individu à donner son mot de passe. Je pense aussi qu’en dehors de ce cadre chacun doit pouvoir se proteger.


Dire que tout cela est deja écris depuis 30-40 dans toutes les bonnes nouvelles de cyberpunk et averti par les &nbsp;cypherpunks. Avec les consequences que l’on entrevoit déjà. En plus c’est pas les revelation Snowden et les loi Renseignement d’écoute massive qui vont assouplir tout ca. Sans parler des menace des gouvernements sur les entreprises qui ne collaboreraient pas dans leur sens, d’où les abandons des “portes dérobées”&nbsp; afin de ne plus être mathématiquement en position de répondre. La&nbsp; violence gouvernementale et judiciaire antérieure était :

&nbsp;&nbsp;




  • Tu connais les codes ? &nbsp;

  • oui !

  • File les, sinon on te colle un procès pour traitrise/terrorisme/obstacle.

  • bon d’acord …

    &nbsp;

    Là maintenant c’est : &nbsp;

  • Tu connais les code ?

  • Non ! &nbsp;

  • Pourquoi ?

    &nbsp;- On a fait expres pour que vous nous fichez la paix.

    -&nbsp;Et on peut les decoder ?

    &nbsp;- non les maths vous en empèche.

  • Oh shit !

    &nbsp;- Au revoir,&nbsp;bisou, je t’aime !

    &nbsp;&nbsp;

    &nbsp;&nbsp;



    &nbsp;Avec les douanes qui obligent parfois à filer ses codes pour booter et scanner un disque dur… Ca va finir en Rideau de Mathématique pour séparer le citoyen d’un gouvernement qui a perdu la boule et n’est plus à son service et se prend pour la classe dirigeante.








eliumnick a écrit :



Euh, mais, les enquêteurs sont bloqués pake ils ne parviennent pas à accéder au contenu d’un téléphone ? Cela veut donc dire qu’ils n’ont aucun élément de preuve contre le détenteur du téléphone….. <img data-src=" />







C’est à dire ? C’est quoi une preuve ?

Si tu es le commanditaire d’un attentat et que le seul moyen de communication que tu utilises c’est ton cellulaire, bha c’est clair que sans ton téléphone y aura jamais une seule preuve, le téléphone étant la seule preuve possible.

La plupart des condamnation ne se font plus que par preuves indirectes/témoins/confrontations + aveux … le flagrant délit devant un agent assermenté c’est anecdotique, voire n’existe quasiment plus.









ragoutoutou a écrit :



Le chiffrement du mobile, c’est pour proteger sa vie privée contre les consultations non autorisées. Que ce soit par un voleur, un agent de police trop zélés, et tous les abus de pouvoir en general.

Autrefois les informations qu’on retrouve sur un smartphone se trouvaient uniquement au domicile de l’utilisateur et etaient proteges par le droit et la nécessité d’un mandat de perquisition. Avec un smartphone non chiffré, ces données sont a portée de main de tout flic confisquant le téléphone.

Je pense que dans une certaine mesure, un juge doit pouvoir forcer un individu à donner son mot de passe. Je pense aussi qu’en dehors de ce cadre chacun doit pouvoir se proteger.







C’est déjà le cas, mais cela oblige à passer devant un juge ^^ Et donc avec la surveillance de masse tu comprends bien que ça complique les choses ^^









ragoutoutou a écrit :



Je pense que dans une certaine mesure, un juge doit pouvoir forcer un individu à donner son mot de passe.







Tu crois que le borgne de moktar ben moktar (pour en citer un bien concentré) dirait au juge :

“Saha msieu, pas d’probleme !” <img data-src=" />





Puis si le mec il dit non, tu fais quoi ?

Du miel sur la plante des pieds et une chèvre ?









catseye a écrit :



C’est à dire ? C’est quoi une preuve ?

Si tu es le commanditaire d’un attentat et que le seul moyen de communication que tu utilises c’est ton cellulaire, bha c’est clair que sans ton téléphone y aura jamais une seule preuve, le téléphone étant la seule preuve possible.

La plupart des condamnation ne se font plus que par preuves indirectes/témoins/confrontations + aveux … le flagrant délit devant un agent assermenté c’est anecdotique, voire n’existe quasiment plus.







Oui c’est vrai, quand un téléphone passe une communication, il ne laisse absolument aucune trace sur le réseau.









Ami-Kuns a écrit :



&nbsp;(si cela n’est pas rendu obligatoire par la loi).<img data-src=" />





Faut arrêter la fumette. <img data-src=" />









Ricard a écrit :



Et oui. On se demande bien comment ils faisaient il y a 20 ans. Les flics sont devenus de grosses feignasses épicétout. <img data-src=" />







Y a 20 ans tu programmais pas des délits au chaud dans ton fauteuil sans bouger de chez toi. Y a 20 ans, pour organiser un gros crime fallait que tu te réunisses avec des compères … maintenant juste avec des réseaux sociaux et quelques SMS tu peux organiser n’importe quoi sans bouger ton cul.









Mimoza a écrit :



Ils ont abuser de l’espionnage et là ils se plaignent de la difficulté des contres mesures … fallait pas faire les con <img data-src=" />





+1000. Ils n’avaient qu’a continuer à espionner illégalement les méchants, plutôt que d’espionner le monde entier avec des excuses à deux francs.









eliumnick a écrit :



Oui c’est vrai, quand un téléphone passe une communication, il ne laisse absolument aucune trace sur le réseau.







Tu veux que je te montre comment faire ? Sans le téléphone tu ne retrouveras strictement aucune trace …









catseye a écrit :



maintenant juste avec des réseaux sociaux et quelques SMS tu peux organiser n’importe quoi sans bouger ton cul.







Pour ca que les terroristes sont tous obèses <img data-src=" />



Tu remplace la Cni par le smartphone avec toute sorte d’application de surveillance et suivi, et les services secret seront aux paradis.<img data-src=" /> Plus le bracelet taser pour te punir à distance.<img data-src=" /><img data-src=" />








eliumnick a écrit :



En tout cas c’est ce que le procureur de Paris sous entend : “vous comprenez, on est des grosses buses, alors aidez nous, pake on sait plus faire notre métier” <img data-src=" />





“Aide la police. Tape-toi dessus.” <img data-src=" />



Ah merci, voilà qui résume parfaitement ma pensée ! <img data-src=" />



&nbsp;Je me suis connecté exprès pour répondre !

&nbsp;



&nbsp;Vive le chiffrement et j’emmerde copieusement les agences gouvernementales <img data-src=" />

&nbsp;!

&nbsp;

&nbsp;Je vais d’ailleurs de ce pas jeter un coup d’œil sur le site du fork de Truecrypt pour savoir où ils en sont.


Y’a t’il un moyen de crypter sévèrement tous ces gens corrompus qui ne tournent que pour leur pomme et celle de ceux qui les arrosent, dans un espace mémoire sécurisé, isolé du reste du système, c’est à dire nous ? <img data-src=" />

&nbsp;



&nbsp;En gros, y’a t-il un moyen de leur créer une matrice à eux ou il pourront faire tout les dégâts qu’il souhaitent et exprimer leur folie à court terme, sans mettre en péril tout l’édifice ? <img data-src=" />

&nbsp;



&nbsp;Sinon, et pour une fois je suis sérieux, étant donné que suis une Buse (Bon Ok, niveau Buse + 12 !)&nbsp; niveau Proxy cryptages et compagnie vous conseillez quoi ? (je trouve toujours pas comment activer le Pare-feu d’Open Office !) <img data-src=" />

&nbsp;



&nbsp;Attention faire un dossier spécial sur Next-Inpact, serait sans doute, considéré par eux comme une énième provocation et vous attirerez sans doute des représailles et Dieu sais que vous les avez (et continuez!) chatouillés sévère grâce à vos articles !!! <img data-src=" />

&nbsp;

&nbsp;



&nbsp;

“ Nous irons tous vers Nouvel Ordre Mondial ” et ça c’est pas moi qu’il l’ai dit ! <img data-src=" />

&nbsp;



&nbsp;N.SARKOZY 16/01/2009




&nbsp;Faut-il dès lors interdire ou chercher à limiter le chiffrement dans les échanges au risque d’une sécurité clairement amoindrie face aux pirates&nbsp;? Incorporer des portes dérobées avec le danger que d’autres les trouvent&nbsp;? Laisser le chiffrement poursuivre son envol et voir des enquêtes bloquées&nbsp;?&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;ahh, les joies du journalisme.. après la presse people, meme la spécialisée termine en interrogations.. c’beau :)




Les solutions envisagées ou envisageables se feront au détriment d’un groupe, qu’il s’agisse des utilisateurs, des forces de l’ordre, du renseignement ou des entreprises.&nbsp;&nbsp;

&nbsp;



&nbsp;

se feront au détriment



&nbsp;

se feront



&nbsp;

&nbsp;Ici est tout résumé l’article : une situation actuelle, le chiffrement, Apple, entreprise américaine, la NSA.

&nbsp;Et les autres.. quels autres? ce qui SE FAIT (et pas se feront) ne changera pas.&nbsp;


L’info qui fait avancer l’affaire existe quelque part, mais ils n’y ont pas accès. Il faut donc leur donner l’autorisation d’y accéder par tous les moyens.

&nbsp;

Donc ils veulent aussi autoriser la torture ?








wanou2 a écrit :



J’ai pas dit que ça allait dans le bon sens.

&nbsp;

&nbsp;Après la loi de renseignement… on peut considérer aussi que c’est de l’enculage de mouche au canon de 170 on ne fait que légaliser ce qui se faisait auparavant et qui aurait continuer à ce faire dans tout les cas…





Rhaaaa. Non à la fin. Ca suffit maintenant. Cette loi légalise l’espionnage de masse des français déjà en plce, d’accord, mais SANS l’avis du juge et à la seule discrétion du premier ministre. De plus, maintenant, tout élément illégal trouvé pendant un viol numérique, devra être dénoncé au procureur de la république. CàD, un pinpin&nbsp; dans son bureau s’apperçoit que tu DL la dernière série à la mode, alors que tu es surveillé pour terrorisme présumé, devra te dénoncer. Je te laisse cogiter pour les conséquences de telles anneries d’un point de vue renseignement/moyen de pression etc.









wanou2 a écrit :



T’es terroriste t’as tout intérêt à communiquer via courrier papier et un système de cryptage à l’ancienne (genre prendre les lettres tout les 15 caractères… ça se fait tout seul avec des petits softs qui placent des mots)





T’es terroriste, t’as tout INtérêt à continuer d’utiliser des softs de chiffrement fort, comme d’habitude. Au pire, tu tombes pour ne pas donner ton mdp. C’est toujours mieux que de prendre 30 ans pour terrorisme.

&nbsp;J’ajouterais que quand t’es prêt à flinguer à la Kalach ou à te faire sauter dans le métro, les conséquences du chiffrement sont le dernier de tes soucis. <img data-src=" />



Avec une loi interdisant le chiffrement, nous serons sauvé car les terroristes devront s’y confirmer.

Je trouve ça un peu timoré, il aurait suffi d’une loi qui interdise le terrorisme :)








Fyr a écrit :



&nbsp;&nbsp;



&nbsp;Avec les douanes qui obligent parfois à filer ses codes pour booter et scanner un disque dur… Ca va finir en Rideau de Mathématique pour séparer le citoyen d’un gouvernement qui a perdu la boule et n’est plus à son service et se prend pour la classe dirigeante.





C’est pour ça que les LiveCD existent. <img data-src=" />



“la promotion de quelque chose qui permettra aux gens de se placer hors de portée de la loi”



Les gens se placent où ils veulent.

La partie privée de notre vie ne nous place pas hors de portée de la loi, qu’est-ce que c’est que ces conneries encore ?

Quand je ferme ma porte et mes volets, personne ne voit l’intérieur de chez moi, suis-je hors de portée de la loi ? <img data-src=" />








Niktareum a écrit :



Puis si le mec il dit non, tu fais quoi ?

Du miel sur la plante des pieds et une chèvre ?





Fernandel ? <img data-src=" />









eliumnick a écrit :



Oui c’est vrai, quand un téléphone passe une communication, il ne laisse absolument aucune trace sur le réseau.





Un téléphone n’identifie pas un utilisateur, il identifie une ligne qui appartient à quelqu’un.



“Le principe de causalité ? On l’emmerde !”

&nbsp;

François Molins - Procureur de Paris








catseye a écrit :



Y a 20 ans tu programmais pas des délits au chaud dans ton fauteuil sans bouger de chez toi. Y a 20 ans, pour organiser un gros crime fallait que tu te réunisses avec des compères … maintenant juste avec des réseaux sociaux et quelques SMS tu peux organiser n’importe quoi sans bouger ton cul.





Oui. Et il fallait se déplacer, faire des planques. Ca nécessitait des moyens et du temps. C’est d’ailleurs une des critiques de la loi qui a été faite par les syndicats de Police, qui eux demandaient plus de moyens, ils savent très bien que la surveillance par le numérique n’est pas fiable. Et puis les vrais criminels ne sont pas sur les réseaux sociaux hein.









nobugging a écrit :



“la promotion de quelque chose qui permettra aux gens de se placer hors de portée de la loi”



Les gens se placent où ils veulent.

La partie privée de notre vie ne nous place pas hors de portée de la loi, qu’est-ce que c’est que ces conneries encore ?

Quand je ferme ma porte et mes volets, personne ne voit l’intérieur de chez moi, suis-je hors de portée de la loi ? <img data-src=" />





C’est ça, tu es présumé coupable, car l’Etat ne peut pas surveiller tout tes faits et gestes. Le directeur du FBI ne se rend même pas compte qu’il fait une déclaration digne de 1984.

&nbsp;









Ami-Kuns a écrit :



Tu remplace la Cni par le smartphone avec toute sorte d’application de surveillance et suivi, et les services secret seront aux paradis.<img data-src=" /> Plus le bracelet taser pour te punir à distance.<img data-src=" /><img data-src=" />





Tu n’es pas obligé d’avoir ta CNI sur toi. <img data-src=" />









Desirdo a écrit :



Avec une loi interdisant le chiffrement, nous serons sauvé car les terroristes devront s’y confirmer.

Je trouve ça un peu timoré, il aurait suffi d’une loi qui interdise le terrorisme :)





jsuis persuadé que ca existe deja

&nbsp;

&nbsp;



Ricard a écrit :



C’est pour ça que les LiveCD existent. <img data-src=" />





ca protegera pas tes communications



Il semble que le procureur de Paris oublie qu’en France le fait ne de refuser de donner ses clés / mot de passe de déchiffrement dans le cadre d’une enquête judiciaire est passible de prison.

&nbsp;

Article 434-15-2 du code pénal:

&nbsp;



Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait, pour quiconque ayant connaissance de la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit, de refuser de remettre ladite convention aux autorités judiciaires ou de la mettre en oeuvre, sur les réquisitions de ces autorités délivrées en application des titres II et III du livre Ier du code de procédure pénale.



Si le refus est opposé alors que la remise ou la mise en oeuvre de la convention aurait permis d’éviter la commission d’un crime ou d’un délit ou d’en limiter les effets, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.



&nbsp;Même si on ne peut accéder au contenu on peut déjà envoyer quelqu’un en prison.&nbsp;



Plus généralement, si la seule preuve dans une enquête est un appareil chiffré c’est très mince et on peut toujours tenter d’arrêter la personne en flagrant délit une fois que celle-ci à tapé son code de déchiffrement ou tenter d’intercepter celui-ci.

&nbsp;

La généralisation du chiffrement va juste empêcher les services de renseignement de faire de la surveillance de masse facilement et c’est surtout ça le fond du problème pour ces gens là.








Desirdo a écrit :



Avec une loi interdisant le chiffrement, nous serons sauvé car les terroristes devront s’y confirmer.

Je trouve ça un peu timoré, il aurait suffi d’une loi qui interdise le terrorisme :)





<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



Je sais, parle d’un hypothétique futur.








eliumnick a écrit :



Lire ….. article…….

En fait, on se “protège” de google, d’apple, des pirates, et des différents gouvernements.





J’ai bien compris qu’Apple et Google n’ont pas le mot de passe. Sauf que ça ne te protège absolument pas d’eux. Ni des pirates ou des espions gouvernementaux, car ceux-là t’attaqueraient de toute façon via des backdoors, donc profiterait du fait que tu déverrouille ton téléphone pour le siphonner.

En fait, avec le chiffrement tel qu’il est pratiqué, le seul qui ne peut pas le faire, c’est le gouvernement honnête qui le fais pas dans ton dos. La justice, typiquement.

Du coup, je comprends juste pas sur la base de quels arguments les défenseurs du chiffrement espèrent convaincre les gouvernements de la nécessité du chiffrement sans backdoor.







Avygeil a écrit :



Donc défendre son droit à la vie privé, tu n’as pas vraiment besoin de l’argumenter plus que ça.





A ma connaissance, la perquisition n’a jamais été jugée anticonstitutionnelle. La différence entre regarder dans le tel et perquisitionner me semble assez subtile, en matière de vie privée.







Ricard a écrit :



Ca me parait une raison suffisante, non ?





Pour que toi et moi ayons envie de chiffrer, oui. Pour convaincre les gouvernement qu’il ne faut pas l’interdire ou mettre des backdoors, je ne pense pas que ce sera suffisant. L’avenir dira qui a raison.







ragoutoutou a écrit :



Autrefois les informations qu’on retrouve sur un smartphone se trouvaient uniquement au domicile de l’utilisateur et etaient proteges par le droit et la nécessité d’un mandat de perquisition. Avec un smartphone non chiffré, ces données sont a portée de main de tout flic confisquant le téléphone.





Je ne suis pas d’accord avec ton analyse. Un smartphone verrouillé mais non chiffré est amplement suffisant pour te protéger des abus d’un policier trop zélé, ou d’un voleur n’ayant pas de gros gros moyens. De même qu’un chiffrement avec backdoor activé par Apple ou Google sur demande de la justice.

Et justement, ce que demandent les justices qui râlent à propos du chiffrement, c’est pas d’y avoir accès comme ça quand il veulent, c’est l’équivalent d’une perquisition.







ragoutoutou a écrit :



Je pense que dans une certaine mesure, un juge doit pouvoir forcer un individu à donner son mot de passe.





Il me semble qu’en France, c’est déjà le cas, mais si le propriétaire et peu coopératif ou carrément mort, c’est difficile à appliquer.









DarKCallistO a écrit :



“Le principe de causalité ? On l’emmerde !”

&nbsp;

François Molins - Procureur de Paris





François Molins est un principe de causalité. <img data-src=" />









trekker92 a écrit :



&nbsp;

&nbsp;

ca protegera pas tes communications





Tu connais Tails ? Il y a eu une niouze sur PCi hier. Je te laisse chercher.&nbsp; <img data-src=" />



Ils peuvent avoir de gros soupçons qu’ils cherchent à confirmer, ils peuvent avoir de quoi faire tomber le propriétaire du smartphone mais vouloir rechercher les complices…

Il existe des tas de bonnes raisons de faire une perquisition.








catseye a écrit :



Tu veux que je te montre comment faire ? Sans le téléphone tu ne retrouveras strictement aucune trace …







Il est parfaitement évident que le chiffrement du téléphone bloque totalement la capacité de l’opérateur à enregistrer les métadata……..



Mais vas y sors nous ta science.



Avec&nbsp; hadopi, ils condamnent pour non sécurisation et maintenant ils viennent pleurer que c’est trop sécurisé…

&nbsp;








Zerdligham a écrit :



J’ai bien compris qu’Apple et Google n’ont pas le mot de passe. Sauf que ça ne te protège absolument pas d’eux. Ni des pirates ou des espions gouvernementaux, car ceux-là t’attaqueraient de toute façon via des backdoors, donc profiterait du fait que tu déverrouille ton téléphone pour le siphonner.

En fait, avec le chiffrement tel qu’il est pratiqué, le seul qui ne peut pas le faire, c’est le gouvernement honnête qui le fais pas dans ton dos. La justice, typiquement.

Du coup, je comprends juste pas sur la base de quels arguments les défenseurs du chiffrement espèrent convaincre les gouvernements de la nécessité du chiffrement sans backdoor.





A ma connaissance, la perquisition n’a jamais été jugée anticonstitutionnelle. La différence entre regarder dans le tel et perquisitionner me semble assez subtile, en matière de vie privée.





Pour que toi et moi ayons envie de chiffrer, oui. Pour convaincre les gouvernement qu’il ne faut pas l’interdire ou mettre des backdoors, je ne pense pas que ce sera suffisant. L’avenir dira qui a raison.





Je ne suis pas d’accord avec ton analyse. Un smartphone verrouillé mais non chiffré est amplement suffisant pour te protéger des abus d’un policier trop zélé, ou d’un voleur n’ayant pas de gros gros moyens. De même qu’un chiffrement avec backdoor activé par Apple ou Google sur demande de la justice.

Et justement, ce que demandent les justices qui râlent à propos du chiffrement, c’est pas d’y avoir accès comme ça quand il veulent, c’est l’équivalent d’une perquisition.





Il me semble qu’en France, c’est déjà le cas, mais si le propriétaire et peu coopératif ou carrément mort, c’est difficile à appliquer.







La communication d’Apple et de Google est que justement il n’y a pas de backdoor utilisable (Après ca reste de la communication hein ^^ et les failles ca existe toujours ^^).



De plus, tu sembles prendre pour acquis qu’il y a des backdoor. Aurais tu qqch pour étayer cela ?



Et sinon, le verrouillage des téléphones tactiles <img data-src=" /> Suffit d’une bonne lampe pour trouver les caractères utilisés dans le code, et au pire si t’as pas de bol il te faut 1heure pour trouver le code ^^










Zerdligham a écrit :



Ils peuvent avoir de gros soupçons qu’ils cherchent à confirmer, ils peuvent avoir de quoi faire tomber le propriétaire du smartphone mais vouloir rechercher les complices…

Il existe des tas de bonnes raisons de faire une perquisition.







Dans le doute fouillons ?









eliumnick a écrit :



C’est déjà le cas, mais cela oblige à passer devant un juge ^^ Et donc avec la surveillance de masse tu comprends bien que ça complique les choses ^^





C’est le problème d’avoir des services de renseignements qui ne vont plus à la rivière en espérant qu’elle aille à eux…

&nbsp;



&nbsp;La surveillance de masse est un outil de dictature, il n’y a pas de raison d’accepter cela dans une démocratie.



“l’assassin court toujours”.



Voilà, tout est dit.

Certains geeks prépubères permettent, par leur envie mal placée de cacher aux forces de l’ordre le contenu de leur vie qui de toutes facons est creuse et insignifiante, à des criminels patentés de s’en sortir et de tuer, violer, piller, voler.

Quand ce seront vos enfants qui seront victimes, vous regretterez, les geeks en mousse, votre sotte fatuité.








Drepanocytose a écrit :



“l’assassin court toujours”.



Voilà, tout est dit.

Certains geeks prépubères permettent, par leur envie mal placée de cacher aux forces de l’ordre le contenu de leur vie qui de toutes facons est creuse et insignifiante, à des criminels patentés de s’en sortir et de tuer, violer, piller, voler.

Quand ce seront vos enfants qui seront victimes, vous regretterez, les geeks en mousse, votre sotte fatuité.







En même temps, si les flics faisaient du sport, ils auraient surement fini par le rattraper l’assassin.



RHAAAAAAAAAAAAAAAAA mais lis l’article………

&nbsp;

&nbsp;C’est un procureur qui parle dans le cadre d’enquête judiciaire dont les preuves doivent être prélevé avec l’autorisation d’un juge.

&nbsp;

&nbsp;Faut arrêter de confondre le cadre de antiterrorisme et le cadre pénal classique.&nbsp;








wanou2 a écrit :



RHAAAAAAAAAAAAAAAAA mais lis l’article………

&nbsp;

&nbsp;C’est un procureur qui parle dans le cadre d’enquête judiciaire dont les preuves doivent être prélevé avec l’autorisation d’un juge.

&nbsp;

&nbsp;Faut arrêter de confondre le cadre de antiterrorisme et le cadre pénal classique.&nbsp;





Alors, juste pour te rappeler, la loi renseignement ne couvre pas QUE le terrorisme. Marc l’a assez répété.&nbsp;

&nbsp; Et la niouze parle du chiffrement que les services ne parviennent PAS à casser/accéder.









eliumnick a écrit :



La communication d’Apple et de Google est que justement il n’y a pas de backdoor utilisable (Après ca reste de la communication hein ^^ et les failles ca existe toujours ^^).





J’appelle ça leur faire confiance, pas se protéger d’eux.







eliumnick a écrit :



De plus, tu sembles prendre pour acquis qu’il y a des backdoor. Aurais tu qqch pour étayer cela ?





Je prends pour acquis que ceux qui veulent accéder au téléphone à ton insu le feront via une backdoor, et non en se donnant un accès physique à ton téléphone. Et qu’il existe dans tous les systèmes une ou plusieurs faille pouvant servir à cela. Et que donc le chiffrement ne sert à rien contre eux.

Que le chiffrement ne te protège donc que de ceux qui accèderait à ton téléphone alors que tu le sais. A priori, je ne vois que le voleur à la tire, le flic zélé, et la justice. Un chiffrement ‘perquisitionnable’ (ie avec backdoor activable par une procédure de justice) protège très bien des deux premiers, et je comprends assez bien qu’un procureur râle concernant le 3°.







eliumnick a écrit :



Et sinon, le verrouillage des téléphones tactiles <img data-src=" /> Suffit d’une bonne lampe pour trouver les caractères utilisés dans le code, et au pire si t’as pas de bol il te faut 1heure pour trouver le code ^^





Je sais pas quel système tu utilises, mais mon Android avec tous ses paramètres par défaut ne permet pas de faire ça (schéma un peu compliqué, difficilement trouvable même si les traces sont visibles, et blocage auto au bout de x tentative).

D’ailleurs, sauf erreur de ma part, le chiffrement des téléphone grand public est basé sur le code de déverrouillage, donc s’ils sont des problèmes, c’est bien que le verrouillage est robuste.





eliumnick a écrit :



Dans le doute fouillons ?





C’est le principe d’une enquête, oui. Il est très très difficile de trouver des preuves si on s’interdit de gratter un peu les indices.



Bien dommage pour les victimes et les enquêtes mais c’est le prix à payer quand on tire sur la corde.



Utiliser le spectre du terrorisme pour pratiquer l’espionnage économique, scientifique et la protection de l’Etat et de sa population, faut pas s’étonner que de plus en plus de sociétés utilisent le chiffrement pour les 2 premiers cas (et que, comme pour l’utilisation d’Internet à ses débuts, que ce soit utilisé par/pour les particuliers au bout d’un certain temps).








eliumnick a écrit :



Il est parfaitement évident que le chiffrement du téléphone bloque totalement la capacité de l’opérateur à enregistrer les métadata……..



Mais vas y sors nous ta science.





Je suis allé aider un cousin à déménager il y a deux ans. Il habitait dans un “quartier sensible” du 93. Je comprends qu’il ai voulu partir dès qu’il a pu. Bref.

&nbsp;

Les dealers en bas de chez lui (et les choufs) ont tous des portables…&nbsp; qui ne leur appartient pas.

&nbsp;

Un gus du quartier paye TOUS les abonnement de ses copains et leur “prête” ensuite. C’est le même principe que la nourice. Bon courage aux flics pour savoir qui était avec qui et à quel moment. Métadonnées ou pas, DTC la maison Poulaga.









Zerdligham a écrit :



Je prends pour acquis que ceux qui veulent accéder au téléphone à ton insu le feront via une backdoor, et non en se donnant un accès physique à ton téléphone.





C’est d’ailleurs pour ça que tout le monde râle après le chiffement. C’est trop facile avec les backdoors. <img data-src=" />









Zerdligham a écrit :



J’appelle ça leur faire confiance, pas se protéger d’eux.





Je prends pour acquis que ceux qui veulent accéder au téléphone à ton insu le feront via une backdoor, et non en se donnant un accès physique à ton téléphone. Et qu’il existe dans tous les systèmes une ou plusieurs faille pouvant servir à cela. Et que donc le chiffrement ne sert à rien contre eux.

Que le chiffrement ne te protège donc que de ceux qui accèderait à ton téléphone alors que tu le sais. A priori, je ne vois que le voleur à la tire, le flic zélé, et la justice. Un chiffrement ‘perquisitionnable’ (ie avec backdoor activable par une procédure de justice) protège très bien des deux premiers, et je comprends assez bien qu’un procureur râle concernant le 3°.





Je sais pas quel système tu utilises, mais mon Android avec tous ses paramètres par défaut ne permet pas de faire ça (schéma un peu compliqué, difficilement trouvable même si les traces sont visibles, et blocage auto au bout de x tentative).





C’est le principe d’une enquête, oui. Il est très très difficile de trouver des preuves si on s’interdit de gratter un peu les indices.







1 - Oui, j’ai appelé ça communication, mais confiance marche aussi.*

2 - Je sais pas je pensais au matos que j’utilise pour le taff : tout est chiffré, et pourtant ma boite se pliera volontiers à une décision de justice.

3 - Mon 3310 ne permet pas ca ^^ Mais j’amuse souvent avec les tels de mes amis (ios comme android) et jamais je n’ai vu de blocage au bout de x tentatives. Es tu sur que ce soit activé par défaut ?

4 - Non ^^ On perquisitionne quand on est assez confiant, pas au moindre doute.









eliumnick a écrit :



4 - Non ^^ On perquisitionne quand on est assez confiant, pas au moindre doute.





LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL









Ricard a écrit :



Je suis allé aider un cousin à déménager il y a deux ans. Il habitait dans un “quartier sensible” du 93. Je comprends qu’il ai voulu partir dès qu’il a pu. Bref.

 

Les dealers en bas de chez lui (et les choufs) ont tous des portables…  qui ne leur appartient pas.

 

Un gus du quartier paye TOUS les abonnement de ses copains et leur “prête” ensuite. C’est le même principe que la nourice. Bon courage aux flics pour savoir qui était avec qui et à quel moment. Métadonnées ou pas, DTC la maison Poulaga.







Effectivement ^^ Mais vu qu’ils ont l’air relativement organisé, je suppose qu ils ont un tel pour le “taff” et un pour le perso. Et donc a priori le tel de “taff” ne sert qu’a téléphoner. (enfin ce n’est que supposition ^^)









eliumnick a écrit :



Effectivement ^^ Mais vu qu’ils ont l’air relativement organisé, je suppose qu ils ont un tel pour le “taff” et un pour le perso. Et donc a priori le tel de “taff” ne sert qu’a téléphoner. (enfin ce n’est que supposition ^^)





Imagine que tu veuilles faire un casse/braquage. Un complice va se promener avec les téléphones à l’autre bout de la ville. Un alibi d’enfer.^^



Un truc que je me demande en cas de refus par Google/Apple/FB/Autres de donner ou dire ce qui est dans le smartphone/messageries peuvent t´ils être accusées d´avoir caché des preuves ou pour complicité si le délit est prouvé par après et que la lecture du smartphone ou messages aurait permis de savoir plus rapidement ou empêcher le dit délit ?








Ricard a écrit :



Imagine que tu veuilles faire un casse/braquage. Un complice va se promener avec les téléphones à l’autre bout de la ville. Un alibi d’enfer.^^







Mais de toute facon, à partir du moment ou tu (police/gendarmerie/etc) as saisi le téléphone, normalement tu peux trouver son identifiant, et donc tu peux obtenir la localisation du téléphone au cours des derniers jours en le demandant à l’opérateur non ?



Et je ne disais pas ca dans le sens chercher un albi ou quoique ce soit du genre, mais simplement bien séparer la vie pro de la vie perso ^^









trash54 a écrit :



Un truc que je me demande en cas de refus par Google/Apple/FB/Autres de donner ou dire ce qui est dans le smartphone/messageries peuvent t´ils être accusées d´avoir caché des preuves ou pour complicité si le délit est prouvé par après et que la lecture du smartphone ou messages aurait permis de savoir plus rapidement ou empêcher le dit délit ?







Hmmm, a priori, si ils prouvent qu’ils ne peuvent pas fournir ce qui est demandé, je dirais qu’ils sont a priori tranquille (mais il se peut qu’ils se voient obliger de changer ca pour l’avenir). Mais ceci n’est qu’une supposition ^^



Comment l’espionnage de mes communications electroniques les aideraient à savoir que je suis marié, et que Aicha, 12 ans, ma femme donc, est cloitrée dans la cave pour préparer un attentat suicide?



&nbsp;Faudrait que je sois sacrément con pour en parler au tél ou sur le net, comme sur NXI tient.

&nbsp;

Ah, excusez moi, on vient de défoncer ma porte<img data-src=" />

&nbsp;

&nbsp;Merci la LR, tu m’aide a dormir plus tranquille<img data-src=" />

&nbsp;

&nbsp;En tout cas si ils cherchent à faire culpabiliser ou à faire peur a ceux qui chiffrent (“mvoyez, cpas bien, c’est A CAUSE DE VOUS CHARLIE”) c’est complétement con. Ceux qui chiffrent soit le fond déja parce qu’ils sont criminel, soit parce qu’ils n’adhèrent pas au bullshit de ce discours et à la surveillance de masse.








Drepanocytose a écrit :



“l’assassin court toujours”.



Voilà, tout est dit.

Certains geeks prépubères permettent, par leur envie mal placée de cacher aux forces de l’ordre le contenu de leur vie qui de toutes facons est creuse et insignifiante, à des criminels patentés de s’en sortir et de tuer, violer, piller, voler.

Quand ce seront vos enfants qui seront victimes, vous regretterez, les geeks en mousse, votre sotte fatuité.





Si le fait que l’assassin court toujours est un problème, le fait qu’il n’y ait rien d’autre pour incriminer le présumé assassin que le contenu de son smartphone en est un autre… on faisant comment avant, quand les assassins n’avaient pas de smartphones on les&nbsp; laissait courir systématiquement?

&nbsp; &nbsp;

Enfin bon, on a pas fini de bouffer les charges réac des millénaires apeurés qui sont prêts à tout sacrifier pour avoir leur sécurité absolue face aux méchants barbus…









eliumnick a écrit :



Mais de toute facon, à partir du moment ou tu (police/gendarmerie/etc) as saisi le téléphone, normalement tu peux trouver son identifiant, et donc tu peux obtenir la localisation du téléphone au cours des derniers jours en le demandant à l’opérateur non ?



Et je ne disais pas ca dans le sens chercher un albi ou quoique ce soit du genre, mais simplement bien séparer la vie pro de la vie perso ^^





Ben le téléphone n’est pas relié à toi directement. Les tels ne servent que pour le buisness. Donc… Et puis la localisation, dans une tour d’immeuble verticale…. Si tu te fais choper avec, tu l’as trouvé dans le hall de ton immeuble et voilà. :)



Si j’ai bien tout compris :

&nbsp;

La gendarmerie et la police (française, entre autre …) ont acquis, à coup de millions d’euros, les moyens techniques de suivre et d’écouter toute conversation, téléphonique ou autre,&nbsp; qui pourrait leur sembler “suspecte”, la loi leur a permis de le faire tranquillement,&nbsp; mais ces deux organismes d’état, n’ont pas la compétence pour “déplomber” un simple téléphone en leur possession ?

&nbsp;

&nbsp;De qui se moque-t-on ?

&nbsp;

&nbsp;Qu’ils se mettent au travail, au lieu de nous laisser croire qu’ils sont incompétants.

&nbsp;



Allez hop, chiffrement à tous les étages&nbsp; ! ! !

&nbsp;

<img data-src=" />








Ricard a écrit :



Ben le téléphone n’est pas relié à toi directement. Les tels ne servent que pour le buisness. Donc… Et puis la localisation, dans une tour d’immeuble verticale…. Si tu te fais choper avec, tu l’as trouvé dans le hall de ton immeuble et voilà. :)







Mais justement, si ils font ca bien, le tel est vierge (rien de stocké à part des numéros de tels, mais ceux ci peuvent s obtenir avec l’opérateur), donc avec ou sans chiffrement, que cela va t il changer ?



Bref, j’ai l’impression qu’on débat sur un argument fallacieux (l’accès aux données chiffrées des tels des criminels) pour esquiver le vrai débat (faciliter l’espionnage de masse, car même si en l’occurrence il s’agit d’un procureur, nul doute que cela facilitera le travail du renseignement).









ragoutoutou a écrit :



Si le fait que l’assassin court toujours est un problème, le fait qu’il n’y ait rien d’autre pour incriminer le présumé assassin que le contenu de son smartphone en est un autre… on faisant comment avant, quand les assassins n’avaient pas de smartphones on les&nbsp; laissait courir systématiquement?

&nbsp; &nbsp;

Enfin bon, on a pas fini de bouffer les charges réac des millénaires apeurés qui sont prêts à tout sacrifier pour avoir leur sécurité absolue face aux méchants barbus…





En même temps, c’est demain dredi, donc bon. Drepa a juste de l’avance<img data-src=" />









eliumnick a écrit :



Mais justement, si ils font ca bien, le tel est vierge (rien de stocké à part des numéros de tels, mais ceux ci peuvent s obtenir avec l’opérateur), donc avec ou sans chiffrement, que cela va t il changer ?



Bref, j’ai l’impression qu’on débat sur un argument fallacieux (l’accès aux données chiffrées des tels des criminels) pour esquiver le vrai débat (faciliter l’espionnage de masse, car même si en l’occurrence il s’agit d’un procureur, nul doute que cela facilitera le travail du renseignement).





C’est tout à fait ça.





« Ce qui m’ennuie avec tout ceci est que des entreprises fassent expressément la promotion de quelque chose qui permettra aux gens de se placer hors de portée de la loi »





Sur le principe, il n’a pas tort. Maintenant, quand on fait des conneries type surveillance de masse, on assume les conséquences.


Une petite vidéo de Martin Vidberg qui explique et démontre plutôt bien l’utilité des métadonnées&nbsp;<img data-src=" />&nbsphttp://www.dailymotion.com/video/x2u0rj1_comment-les-metadonnees-permettent-de-v…

&nbsp;

&nbsp;Attention, en regardant une telle vidéo, tu peux être considéré comme suspect&nbsp;<img data-src=" />