Des billets de cinquante euros.

Modération : critiquée, Ulule cesse de promouvoir le projet de Bertrand Cantat

financera, financera pas

Avatar de l'auteur
Mathilde Saliou

Publié dans

Société numérique

12/02/2024
109

Des billets de cinquante euros.

Interpelée par des personnalités féministes, Ulule s’est excusée pour la promotion offerte à une cagnotte du groupe Détroit, auquel appartient Bertrand Cantat. Une nouvelle illustration des problématiques de modération auxquelles ce type d’acteur financier doit aussi faire face.

Le 7 février, le groupe Detroit a ouvert une cagnotte sur la plateforme de financement participatif Ulule. Formé de Pascal Humbert, Jérémie Garat et Bertrand Cantat, condamné à huit ans de prison pour avoir tué en 2003 sa compagne Marie Trintignant, le trio visait les 60 000 euros.

En quelques heures, le projet a amassé près de 90 000 euros. En deux jours, il dépasse les 120 000 euros, réunit auprès de plus de 2 000 internautes.

Mobilisation féministe

La suite est réservée à nos abonnés.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous
109

Écrit par Mathilde Saliou

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Mobilisation féministe

Ulule ne veut pas être « associé » à Cantat

Les questions de modération, problème régulier des plateformes de financement

L’approche engagée d’Ulule

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (109)


Furanku Abonné
Le 12/02/2024 à 15h 43
On vit une époque où ces SWJ vont prétendre le droit à tous d'avoir une seconde chance.
Et, dans les faits, lorsqu'une personne a purgé sa peine, ces mêmes personnes vont ensuite peser de tout leur poids, quitte à faire du harcèlement même, pour éviter des personnes comme Cantat de pouvoir avoir cette seconde chance...

Que l'on soit d'accord ou pas avec le jugement, il reste qu'il a purgé sa peine. Et que donc il a droit à se produire.
On ne peut pas avoir une justice à géométrie variable, qui tombe systématiquement sous la vindicte populaire. A ces personnes alors de saisir la justice une bonne fois pour toute.

Dans le cas présent Ulule n'aurait pas dû céder. Tout est dans les clous et rien ne poursuit actuellement Cantat pour éviter qu'il ne se produise à nouveau. C'est plutôt les extrémistes de tout bord, qui encore une fois ne sont pourtant qu'une minorité, que l'on devrait calmer. Plutôt que de leur donner quasi systématiquement satisfaction.

*N.B : je ne cautionne en aucun cas ce que Cantat a commis. Pour moi sa peine a été trop légère, quand bien même toute cette affaire a pris une ampleur qui dépasse la réalité des faits et qu'il a tout avoué.
Par contre il a purgé sa peine et n'a rien commis depuis à ma connaissance, ni condamné à nouveau. Donc rien ne justifie cette traque permanente à son encontre. Le combat devrait plutôt se porter sur les peines, souvent trop légères et mal appliquées dans le cadre des violences conjugales, plutôt que contre lui*
Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 15h 51
Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Edit : si, les faits ont donné lieu à des poursuites, my bad.
Selon Wikipedia :
Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »
Modifié le 12/02/2024 à 15h55

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 15h51


Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Furanku Abonné
Le 12/02/2024 à 15h 54

Ferd

Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Edit : si, les faits ont donné lieu à des poursuites, my bad.
Selon Wikipedia :
Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »
J'en ai entendu parlé. Et comme tu le dis : aucune poursuite judiciaire.

Pour ma part je ne suis pas dans les dossiers judiciaires pour dire s'il est coupable ou pas. Je n'ai pas les éléments nécessaire pour juger de sa culpabilité. Donc, dans de tels cas, je fais (encore) confiance à la Justice.
Ce n'est pas comme les propos d'un Depardieu où là on a des preuves accessibles à tous.
Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 15h 59

Furanku

J'en ai entendu parlé. Et comme tu le dis : aucune poursuite judiciaire.

Pour ma part je ne suis pas dans les dossiers judiciaires pour dire s'il est coupable ou pas. Je n'ai pas les éléments nécessaire pour juger de sa culpabilité. Donc, dans de tels cas, je fais (encore) confiance à la Justice.
Ce n'est pas comme les propos d'un Depardieu où là on a des preuves accessibles à tous.
Je viens d'éditer mon message, et la décision de justice semble avérer l'existence de violence physiques envers Krisztina, sans pouvoir établir le lien avec son suicide.
Bref, ce n'est pas clair, et pour ma part je ne peux m'empêcher d'avoir un jugement personnel très négatif du personnage.
Je n'ai pas d'avis super tranché quant-à sa possible réhabilitation artistique (qui est tout à fait différente de sa réintégration à la société, il ne faut pas confondre).
D'un côté, il a "payé", aux yeux de la justice.
De l'autre, le voir venir étaler ses sentiments d'artiste après de tels actes, je trouve cela indécent.
Furanku Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 05

Ferd

Je viens d'éditer mon message, et la décision de justice semble avérer l'existence de violence physiques envers Krisztina, sans pouvoir établir le lien avec son suicide.
Bref, ce n'est pas clair, et pour ma part je ne peux m'empêcher d'avoir un jugement personnel très négatif du personnage.
Je n'ai pas d'avis super tranché quant-à sa possible réhabilitation artistique (qui est tout à fait différente de sa réintégration à la société, il ne faut pas confondre).
D'un côté, il a "payé", aux yeux de la justice.
De l'autre, le voir venir étaler ses sentiments d'artiste après de tels actes, je trouve cela indécent.
Et c'est ton droit :D
Tout comme je comprends que certains puissent être choqués de le voir encore se produire.

A quel niveau doit-on placer le curseur entre la prise en compte de l'opinion et l'aspect purement légaliste ?
Chacun va avoir un point de vue différent là-dessus, selon sa propre sensibilité, son vécu, etc. Car si on donne trop de crédit à l'opinion, alors la Justice devient faible, inopérante (puisqu'elle est sensée se placer au-dessus de l'émotionnel, etc). Mais si on ne tient pas suffisamment compte de l'opinion, alors la Justice peut devenir inhumaine.

La question centrale derrière tout ça c'est : à quel moment la vindicte populaire doit-elle outrepasser les décisions de Justice ?
Et j'ai tendance à constater que, depuis quelques années, c'est bien l'opinion qui prend le pas sur la Justice. Et Ulule confirme un peu plus mon constat...
Modifié le 12/02/2024 à 16h06

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 16h05


Et c'est ton droit :D
Tout comme je comprends que certains puissent être choqués de le voir encore se produire.

A quel niveau doit-on placer le curseur entre la prise en compte de l'opinion et l'aspect purement légaliste ?
Chacun va avoir un point de vue différent là-dessus, selon sa propre sensibilité, son vécu, etc. Car si on donne trop de crédit à l'opinion, alors la Justice devient faible, inopérante (puisqu'elle est sensée se placer au-dessus de l'émotionnel, etc).
Mais si on ne tient pas suffisamment compte de l'opinion, alors la Justice peut devenir inhumaine.

La question centrale derrière tout ça c'est : à quel moment la vindicte populaire doit-elle outrepasser les décisions de Justice ?
Et j'ai tendance à constater que, depuis quelques années, c'est bien l'opinion qui prend le pas sur la Justice.

Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 16h 09

Furanku

Et c'est ton droit :D
Tout comme je comprends que certains puissent être choqués de le voir encore se produire.

A quel niveau doit-on placer le curseur entre la prise en compte de l'opinion et l'aspect purement légaliste ?
Chacun va avoir un point de vue différent là-dessus, selon sa propre sensibilité, son vécu, etc. Car si on donne trop de crédit à l'opinion, alors la Justice devient faible, inopérante (puisqu'elle est sensée se placer au-dessus de l'émotionnel, etc). Mais si on ne tient pas suffisamment compte de l'opinion, alors la Justice peut devenir inhumaine.

La question centrale derrière tout ça c'est : à quel moment la vindicte populaire doit-elle outrepasser les décisions de Justice ?
Et j'ai tendance à constater que, depuis quelques années, c'est bien l'opinion qui prend le pas sur la Justice. Et Ulule confirme un peu plus mon constat...
En fait, Ulule est un acteur privé, il ne doit pas à BC de le financer.
A considérer également, quel est l'intérêt d'Ulule à financer un projet qui peut lui porter préjudice en termes d'image ?
Et au delà de ça, est-ce qu'ils en ont envie ?
Moi, personnellement, et sans préjuger du jugement populaire, si BC venait m'acheter une fibre pour son studio, je lui dirais non.
Comme j'ai pu dire non à Spoutnik (nouvellement Russia Today) par le passé sur la même demande.
On a le choix et le droit de ses convictions.
Modifié le 12/02/2024 à 16h44

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 16h09


En fait, Ulule est un acteur privé, il ne DOIT pas à BC de le financer.
Après, c'est une question d'image, quel est l'intérêt d'Ulule à financer un projet qui peut lui porter préjudice en termes d'image ?
Et au delà de ça, est-ce qu'ils en ont envie ?
Moi, personnellement, et sans préjuger du jugement populaire, si BC venait m'acheter une fibre pour son studio, je lui dirai non.
Comme j'ai pu dire non à Spoutnik (nouvellement Russia Today) par le passé sur la même demande.
On a le choix et le droit de ses convictions.

Eradan Abonné
Le 12/02/2024 à 18h 12

Ferd

En fait, Ulule est un acteur privé, il ne doit pas à BC de le financer.
A considérer également, quel est l'intérêt d'Ulule à financer un projet qui peut lui porter préjudice en termes d'image ?
Et au delà de ça, est-ce qu'ils en ont envie ?
Moi, personnellement, et sans préjuger du jugement populaire, si BC venait m'acheter une fibre pour son studio, je lui dirais non.
Comme j'ai pu dire non à Spoutnik (nouvellement Russia Today) par le passé sur la même demande.
On a le choix et le droit de ses convictions.
Ulule ne finance rien, ils fournissent un service de mise en relation et de gestion des financements. Un peu plus de rigueur dans le propos, chenapan!
Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 18h 33

Eradan

Ulule ne finance rien, ils fournissent un service de mise en relation et de gestion des financements. Un peu plus de rigueur dans le propos, chenapan!
Raccourci de ma part effectivement.
Mais ça ne change pas grand chose au fond du propos 😊
Nuigurumi Abonné
Le 12/02/2024 à 19h 40

Ferd

En fait, Ulule est un acteur privé, il ne doit pas à BC de le financer.
A considérer également, quel est l'intérêt d'Ulule à financer un projet qui peut lui porter préjudice en termes d'image ?
Et au delà de ça, est-ce qu'ils en ont envie ?
Moi, personnellement, et sans préjuger du jugement populaire, si BC venait m'acheter une fibre pour son studio, je lui dirais non.
Comme j'ai pu dire non à Spoutnik (nouvellement Russia Today) par le passé sur la même demande.
On a le choix et le droit de ses convictions.
D'après le code de la consommation, un refus de vente à un consommateur est illégal (https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/refus-de-vente).

Pour un professionnel, c'est autorisé par contre.
Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 20h 16

Nuigurumi

D'après le code de la consommation, un refus de vente à un consommateur est illégal (https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/refus-de-vente).

Pour un professionnel, c'est autorisé par contre.
Good point !
Je pense que dans le contexte d'une activité artistique, le code de la consommation ne s'applique pas.
Il faudrait qu'un spécialiste nous confirme ça cependant, et c'est possible qu'on soit dans une forme de zone grise, j'ai l'impression que cette question de refus de vente est très sujet à jurisprudences exceptionnelles, les exceptions semblent nombreuses (et dans le cas BC certaines semblent être invocables).
En tout état de cause, c'est très différent de ne pas ouvrir au financement participatif un album et de refuser de vendre des pâtes en supermarché, comme j'ai pu lire plus bas.
fdorin Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 01

Ferd

Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Edit : si, les faits ont donné lieu à des poursuites, my bad.
Selon Wikipedia :
Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »
> alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.

Attention quand même. Un meurtre appelle une volonté de tuer, ce qui n'est pas ce que les juges ont retenu. En France, sa condamnation a été assimilée par des magistrats à « violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner ». Il ne s'agit donc pas d'un meurtre juridiquement parlant.

On est d'accord que cela n'enlève en rien le caractère tragique de ce qui s'est passé, c'est juste pour éviter la diffamation sur le mésusage d'un mot.
Ferd Équipe
Le 12/02/2024 à 16h 03

fdorin

> alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.

Attention quand même. Un meurtre appelle une volonté de tuer, ce qui n'est pas ce que les juges ont retenu. En France, sa condamnation a été assimilée par des magistrats à « violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner ». Il ne s'agit donc pas d'un meurtre juridiquement parlant.

On est d'accord que cela n'enlève en rien le caractère tragique de ce qui s'est passé, c'est juste pour éviter la diffamation sur le mésusage d'un mot.
Bien vu !
Je plaide la méconnaissance de la chose juridique, mais la nuance est importante.
Partons sur « violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner ».
Le 13/02/2024 à 09h 18

Ferd

Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Edit : si, les faits ont donné lieu à des poursuites, my bad.
Selon Wikipedia :
Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »
Selon moi, il y a une confusion entre légal et moral.
Cantat a bien été jugé et à purgé sa peine envers la société, ça c'est le volet légal.
Certain(e)s souhaitent qu'il n'exerce plus d'activités médiatisées basées sur son ou ses faits de violences avérés et supposés : ça c'est un point de vue moral.

Or la moral étant fluctuante selon chacun, elle ne peut être considérée comme un moyen de juger un individu. C'est pour cela que le droit existe : tout le monde a les mêmes droits et encourt la même peine devant un tribunal quand bien même il y aurait un jury populaire, ce dernier ne peut aller au delà ce que prévoit la Loi même s'il jugerait moral de le faire.

Donc la question qui est soulevée ici, faut-il que les questions morales exprimées sur BC l'emporte sur la Loi et son application par la Justice ?

Pour ma part, la réponse est non, le Droit rien que le Droit C'est la Loi qui doit d'être modifiée si la société souhaite bannir un individu condamné, à l'exclusion sociale et/ou médiatique à perpétuité donc même après avoir purgé sa peine.
Bien sûr, le prix à payer, c'est la boite de Pandore bien ouverte avec tous les excès possibles en conséquence..

ps: Ulule devrait quand même informer ses utilisateurs potentiels sur l'application d'une politique morale qu'elle devrait définir clairement et qui lui permet de censurer tout ou parti des projets.
Ferd Équipe
Le 13/02/2024 à 10h 36

Cetera

Selon moi, il y a une confusion entre légal et moral.
Cantat a bien été jugé et à purgé sa peine envers la société, ça c'est le volet légal.
Certain(e)s souhaitent qu'il n'exerce plus d'activités médiatisées basées sur son ou ses faits de violences avérés et supposés : ça c'est un point de vue moral.

Or la moral étant fluctuante selon chacun, elle ne peut être considérée comme un moyen de juger un individu. C'est pour cela que le droit existe : tout le monde a les mêmes droits et encourt la même peine devant un tribunal quand bien même il y aurait un jury populaire, ce dernier ne peut aller au delà ce que prévoit la Loi même s'il jugerait moral de le faire.

Donc la question qui est soulevée ici, faut-il que les questions morales exprimées sur BC l'emporte sur la Loi et son application par la Justice ?

Pour ma part, la réponse est non, le Droit rien que le Droit C'est la Loi qui doit d'être modifiée si la société souhaite bannir un individu condamné, à l'exclusion sociale et/ou médiatique à perpétuité donc même après avoir purgé sa peine.
Bien sûr, le prix à payer, c'est la boite de Pandore bien ouverte avec tous les excès possibles en conséquence..

ps: Ulule devrait quand même informer ses utilisateurs potentiels sur l'application d'une politique morale qu'elle devrait définir clairement et qui lui permet de censurer tout ou parti des projets.
Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

- Déjà, on ne peut enlever à personne son droit de porter un jugement sur une autre personne.
C'est au cœur du fonctionnement de nos sociétés, et c'est légitime, et intrinsèquement lié à l'expérience de la vie.
Certains individus sont appréciés, d'autres honnis, et c'est la première étape pour se constituer un environnement personnel sain (quand une fois qu'on a un jugement sur une personne qu'on estime dangereuse, on l'écarte de sa vie dans un second temps).
Le fait que BC ait purgé sa peine n'oblige personne à lui serrer la main, ni à le considérer en faisant abstraction de tout ce qu'il s'est passé. Évidemment, nos actions ont des conséquences sur le long terme, et il faut vivre avec cela.
Une des questions ici, c'est de savoir si on peut exercer ce jugement dans le cadre d'une prestation professionnelle. Moi, je pense globalement que oui dans ce cas précis, mais ce n'est que mon avis personnel.

- La justice est là pour assurer une forme de cohésion de la société, mission éminemment compliquée qu'elle assure avec des moyens très imparfaits.
Elle a donc ses lacunes, comme chacun sait, et un jugement pénal, quel qu'il soit, ne dispense pas d'ailleurs tout un chacun de se faire une opinion sur des faits qui sont portés à sa connaissance.
Bien sûr, ça ne veut pas dire qu'il faut avoir une attitude de revanche, ou de justicier, la justice reste seule maîtresse des moyens de protection à mettre en place contre les atteintes physiques.
Mais il ne s'agit nullement de cela ici, on parle de refuser à quelqu'un qui a violenté au moins deux femmes différentes sur une base régulière de redevenir une personnalité publique.
Personne n'a le droit d'être une personnalité publique.
C'est une qualité qui se conquiert.
BC a parfaitement le droit de vouloir rejouer de la musique en public, ou de vouloir se faire financer un album.
Et si une part de ce public proteste, c'est tout aussi parfaitement légitime.
Être une rockstar n'est pas un droit fondamental, il faut aussi un public consentant pour cela.
Ce qui nous emmène au point suivant.

- Dans le cas de BC et de son métier, il a une forte dimension publique, voir d'exemple (j'étais moi-même un fan de Noir Désir dans mes plus jeunes années).
Et c'est ce point, comme l'a souligné Labsyb ce matin, qui est au centre du sujet selon moi.
Est-ce qu'une personne qui a fauté à ce point peut reprendre une activité artistique publique sans que personne n'y trouve à redire ? Quid des proches qui sont perpétuellement exposées à ce crime via l'exposition médiatique de son auteur ?
Le risque de répondre à cette question par l'affirmative, c'est aussi de banaliser ce type de comportements dans l'esprit de millions de personnes. Je vous rappelle que le problème de la violence domestique envers les femmes tue directement environ une centaine de femmes par an en France (sans compter les suicides, probablement plus nombreux encore), et fait subir un enfer à des milliers d'autres.
Ce n'est pas un petit problème.
D'où les protestations d'une partie du public.
Un homme qui a tué au moins une femme et qui - à son corps défendant - devient le symbole de la violence faite aux femmes ne peut décemment pas prétendre à récupérer sa place de role model.
Pas sans que cela ne suscite une forme d'indignation générale, en tout cas.
Modifié le 13/02/2024 à 10h49

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 10h36


Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

- Déjà, on ne peut enlever à personne son droit de porter un jugement sur une autre personne.
C'est au cœur du fonctionnement de nos sociétés, et c'est légitime, et intrinsèquement lié à l'expérience de la vie.
Certains individus sont appréciés, d'autres honnis, et c'est la première étape pour se constituer un environnement personnel sain (quand une fois qu'on a un jugement sur une personne qu'on estime dangereuse, on l'écarte de sa vie dans un second temps).
Le fait que BC ait purgé sa peine n'oblige personne à lui serrer la main, ni à le considérer en faisant abstraction de tout ce qu'il s'est passé. Évidemment, nos actions ont des conséquences sur le long terme, et il faut vivre avec cela.
Une des questions ici, c'est de savoir si on peut exercer ce jugement dans le cadre d'une prestation professionnelle. Moi, je pense globalement que oui dans ce cas précis, mais ce n'est que mon avis personnel.

- La justice est là pour assurer une forme de cohésion de la société, mission éminemment compliquée qu'elle assure avec des moyens très imparfaits.
Elle a donc ses lacunes, comme chacun sait, et un jugement pénal, quel qu'il soit, ne dispense pas d'ailleurs tout un chacun de se faire une opinion sur des faits qui sont portés à sa connaissance.
Bien sûr, ça ne veut pas dire qu'il faut avoir une attitude de revanche, ou de justicier, la justice reste seule maîtresse des moyens de protection à mettre en place contre les atteintes physiques.
Mais il ne s'agit nullement de cela ici, on parle de refuser à quelqu'un qui a violenté au moins deux femmes différentes sur une base régulière de redevenir une personnalité publique.
Personne n'a le droit d'être une personnalité publique.
C'est une qualité qui se conquiert.
BC a parfaitement le droit de vouloir rejouer de la musique en public, ou de vouloir se faire financer un album.
Et si une part de ce public proteste, c'est tout aussi parfaitement légitime.
Être une rockstar n'est pas un droit fondamental, il faut aussi un public consentant pour cela.
Ce qui nous emmène au point suivant.

- Dans le cas de BC et de son métier, il a une forte dimension publique, voir d'exemple (j'étais moi-même un fan de Noir Désir dans mes plus jeunes années).
Et c'est ce point, comme l'a souligné Labsyb ce matin, qui est au centre du sujet selon moi.
Est-ce qu'une personne qui a fauté à ce point peut reprendre une activité artistique publique sans que personne n'y trouve à redire ? Quid des proches qui sont perpétuellement exposées à ce crime via l'exposition médiatique de son auteur ?
Le risque de répondre à cette question par l'affirmative, c'est aussi de banaliser ce type de comportements dans l'esprit de millions de personnes. Je vous rappelle que le problème de la violence domestique envers les femmes tue directement environ une centaine de femmes par an en France (sans compter les suicides, probablement plus nombreux encore), et fait subir un enfer à des milliers d'autres.
Ce n'est pas un petit problème.
D'où les protestations d'une partie du public.
Un homme qui a tué au moins une femme et qui - à son corps défendant - devient le symbole de la violence faite aux femmes ne peut décemment pas prétendre à récupérer sa place de role model.
Pas sans que cela ne suscite une forme d'indignation générale, en tout cas.

Le 14/02/2024 à 07h 34

Ferd

Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

- Déjà, on ne peut enlever à personne son droit de porter un jugement sur une autre personne.
C'est au cœur du fonctionnement de nos sociétés, et c'est légitime, et intrinsèquement lié à l'expérience de la vie.
Certains individus sont appréciés, d'autres honnis, et c'est la première étape pour se constituer un environnement personnel sain (quand une fois qu'on a un jugement sur une personne qu'on estime dangereuse, on l'écarte de sa vie dans un second temps).
Le fait que BC ait purgé sa peine n'oblige personne à lui serrer la main, ni à le considérer en faisant abstraction de tout ce qu'il s'est passé. Évidemment, nos actions ont des conséquences sur le long terme, et il faut vivre avec cela.
Une des questions ici, c'est de savoir si on peut exercer ce jugement dans le cadre d'une prestation professionnelle. Moi, je pense globalement que oui dans ce cas précis, mais ce n'est que mon avis personnel.

- La justice est là pour assurer une forme de cohésion de la société, mission éminemment compliquée qu'elle assure avec des moyens très imparfaits.
Elle a donc ses lacunes, comme chacun sait, et un jugement pénal, quel qu'il soit, ne dispense pas d'ailleurs tout un chacun de se faire une opinion sur des faits qui sont portés à sa connaissance.
Bien sûr, ça ne veut pas dire qu'il faut avoir une attitude de revanche, ou de justicier, la justice reste seule maîtresse des moyens de protection à mettre en place contre les atteintes physiques.
Mais il ne s'agit nullement de cela ici, on parle de refuser à quelqu'un qui a violenté au moins deux femmes différentes sur une base régulière de redevenir une personnalité publique.
Personne n'a le droit d'être une personnalité publique.
C'est une qualité qui se conquiert.
BC a parfaitement le droit de vouloir rejouer de la musique en public, ou de vouloir se faire financer un album.
Et si une part de ce public proteste, c'est tout aussi parfaitement légitime.
Être une rockstar n'est pas un droit fondamental, il faut aussi un public consentant pour cela.
Ce qui nous emmène au point suivant.

- Dans le cas de BC et de son métier, il a une forte dimension publique, voir d'exemple (j'étais moi-même un fan de Noir Désir dans mes plus jeunes années).
Et c'est ce point, comme l'a souligné Labsyb ce matin, qui est au centre du sujet selon moi.
Est-ce qu'une personne qui a fauté à ce point peut reprendre une activité artistique publique sans que personne n'y trouve à redire ? Quid des proches qui sont perpétuellement exposées à ce crime via l'exposition médiatique de son auteur ?
Le risque de répondre à cette question par l'affirmative, c'est aussi de banaliser ce type de comportements dans l'esprit de millions de personnes. Je vous rappelle que le problème de la violence domestique envers les femmes tue directement environ une centaine de femmes par an en France (sans compter les suicides, probablement plus nombreux encore), et fait subir un enfer à des milliers d'autres.
Ce n'est pas un petit problème.
D'où les protestations d'une partie du public.
Un homme qui a tué au moins une femme et qui - à son corps défendant - devient le symbole de la violence faite aux femmes ne peut décemment pas prétendre à récupérer sa place de role model.
Pas sans que cela ne suscite une forme d'indignation générale, en tout cas.
>Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

Le sujet peut être, le débat aussi mais ce qui doit prévaloir dans la Société des Hommes, c'est la Loi et le Droit.
Et si la Loi venait à être remplacée par la morale (ie: tribunal des RS), l'étape d'après, ce sera la demande de rétablissement de la peine de mort qui sera devenue moralement défendable et acceptable selon les variables d'appréciation de chacun.
Après tout, tabasser une femme c'est plus grave que tabasser un homme mais tabasser un enfant c'est plus grave que quoi?
C'est en cela que la Loi est compatible avec le vivre ensemble: elle met tout le monde au pied de l'égalité en droit sans distinction et sans l'appréciation au doigt mouillé du quidam moyen qui se rêve procureur et juge sur X.

La Justice n'est pas la Vengeance.

Je ne peux résister d'en profiter de faire un hommage à M Badinter (paix à son âme) et à son magnifique discours à l'AN lors des débats sur l'abolition de la peine de mort en 1981:
https://www.youtube.com/watch?v=x8w1kIAnmYo
Modifié le 14/02/2024 à 07h40

Historique des modifications :

Posté le 14/02/2024 à 07h34


>Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

Le sujet peut être, le débat aussi mais ce qui doit prévaloir dans la Société des Hommes, c'est la Loi et le Droit.
Et si la Loi venait à être remplacée par la morale (ie: tribunal des RS), l'étape d'après, ce sera la demande de rétablissement de la peine de mort qui sera devenue moralement défendable et acceptable selon les variables d'appréciation de chacun.
Après tout, tabasser une femme c'est plus grave que tabasser un homme mais tabasser un enfant c'est plus grave que quoi?
C'est en cela que la Loi est compatible avec le vivre ensemble: elle met tout le monde au pied de l'égalité en droit sans distinction et sans l'appréciation au doigt mouillé du quidam moyen qui se rêve procureur et juge sur X.

Je ne peux résister d'en profiter de faire un hommage à M Badinter (paix à son âme) et à son magnifique discours à l'AN lors des débats sur l'abolition de la peine de mort en 1981:
https://www.youtube.com/watch?v=x8w1kIAnmYo

Le 14/02/2024 à 09h 55

Cetera

>Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

Le sujet peut être, le débat aussi mais ce qui doit prévaloir dans la Société des Hommes, c'est la Loi et le Droit.
Et si la Loi venait à être remplacée par la morale (ie: tribunal des RS), l'étape d'après, ce sera la demande de rétablissement de la peine de mort qui sera devenue moralement défendable et acceptable selon les variables d'appréciation de chacun.
Après tout, tabasser une femme c'est plus grave que tabasser un homme mais tabasser un enfant c'est plus grave que quoi?
C'est en cela que la Loi est compatible avec le vivre ensemble: elle met tout le monde au pied de l'égalité en droit sans distinction et sans l'appréciation au doigt mouillé du quidam moyen qui se rêve procureur et juge sur X.

La Justice n'est pas la Vengeance.

Je ne peux résister d'en profiter de faire un hommage à M Badinter (paix à son âme) et à son magnifique discours à l'AN lors des débats sur l'abolition de la peine de mort en 1981:
https://www.youtube.com/watch?v=x8w1kIAnmYo
La loi n'est pas un concept né ex-nihilo, c'est une codification du code de conduite d'une société, qu'il ait été construit démocratiquement ou non.

L'abolition de la peine de mort est né du militantisme des personnes opposées à celle-ci,
=>la morale a redéfini la loi.

Et la peine de mort risque de revenir sur base de (l'absence de?) principes moraux de l’extrême droite, mais c'est bien par un changement législatif qu'elle sera appliquée.

Si justice et vengeance sont deux choses différentes, loi et justice sont aussi deux choses différentes, et le concept même de "ministère de la justice" est un abus de langage et devrait plutôt être nommé "ministère du contrôle de l'application de la loi".

Une loi peut être fondamentalement injuste et être d'application, le concept qu'une loi soit injuste ou inéquitable n'a aucune influence sur son applicabilité.
Le 18/02/2024 à 19h 59

Ferd

Je pense que le sujet dépasse la seule dimension légaliste.

- Déjà, on ne peut enlever à personne son droit de porter un jugement sur une autre personne.
C'est au cœur du fonctionnement de nos sociétés, et c'est légitime, et intrinsèquement lié à l'expérience de la vie.
Certains individus sont appréciés, d'autres honnis, et c'est la première étape pour se constituer un environnement personnel sain (quand une fois qu'on a un jugement sur une personne qu'on estime dangereuse, on l'écarte de sa vie dans un second temps).
Le fait que BC ait purgé sa peine n'oblige personne à lui serrer la main, ni à le considérer en faisant abstraction de tout ce qu'il s'est passé. Évidemment, nos actions ont des conséquences sur le long terme, et il faut vivre avec cela.
Une des questions ici, c'est de savoir si on peut exercer ce jugement dans le cadre d'une prestation professionnelle. Moi, je pense globalement que oui dans ce cas précis, mais ce n'est que mon avis personnel.

- La justice est là pour assurer une forme de cohésion de la société, mission éminemment compliquée qu'elle assure avec des moyens très imparfaits.
Elle a donc ses lacunes, comme chacun sait, et un jugement pénal, quel qu'il soit, ne dispense pas d'ailleurs tout un chacun de se faire une opinion sur des faits qui sont portés à sa connaissance.
Bien sûr, ça ne veut pas dire qu'il faut avoir une attitude de revanche, ou de justicier, la justice reste seule maîtresse des moyens de protection à mettre en place contre les atteintes physiques.
Mais il ne s'agit nullement de cela ici, on parle de refuser à quelqu'un qui a violenté au moins deux femmes différentes sur une base régulière de redevenir une personnalité publique.
Personne n'a le droit d'être une personnalité publique.
C'est une qualité qui se conquiert.
BC a parfaitement le droit de vouloir rejouer de la musique en public, ou de vouloir se faire financer un album.
Et si une part de ce public proteste, c'est tout aussi parfaitement légitime.
Être une rockstar n'est pas un droit fondamental, il faut aussi un public consentant pour cela.
Ce qui nous emmène au point suivant.

- Dans le cas de BC et de son métier, il a une forte dimension publique, voir d'exemple (j'étais moi-même un fan de Noir Désir dans mes plus jeunes années).
Et c'est ce point, comme l'a souligné Labsyb ce matin, qui est au centre du sujet selon moi.
Est-ce qu'une personne qui a fauté à ce point peut reprendre une activité artistique publique sans que personne n'y trouve à redire ? Quid des proches qui sont perpétuellement exposées à ce crime via l'exposition médiatique de son auteur ?
Le risque de répondre à cette question par l'affirmative, c'est aussi de banaliser ce type de comportements dans l'esprit de millions de personnes. Je vous rappelle que le problème de la violence domestique envers les femmes tue directement environ une centaine de femmes par an en France (sans compter les suicides, probablement plus nombreux encore), et fait subir un enfer à des milliers d'autres.
Ce n'est pas un petit problème.
D'où les protestations d'une partie du public.
Un homme qui a tué au moins une femme et qui - à son corps défendant - devient le symbole de la violence faite aux femmes ne peut décemment pas prétendre à récupérer sa place de role model.
Pas sans que cela ne suscite une forme d'indignation générale, en tout cas.
Un artiste doit-il être un modèle ?
Personnellement, je ne crois pas. Ou alors, on pourrait renverser le raisonnement : c'est une personne qui a purgé sa peine, et s'est réinséré avec succès, c'est donc un modèle pour la société.
Bref, c'est un point de vu extrêmement subjectif.

Personnellement, je pense que tant que ça contrevient pas avec les raisons de son crime, et les conditions de sa libération*, on devrait le laisser faire son boulot, même médiatisé. Le passage devant un juge et l'exécution de la peine remet les pendules à zéro d'un point de vue dette à la société.
* J'entend par là qu'on pourrait lui interdire à vie de prendre de l'alcool et des drogues, et d'être seul en compagnie d'une femme, ça ne me dérangerait pas. Là, il avait été libéré sous condition qu'il ne parle pas de son crime dans ses chansons. Que ce soit à vie me conviendrait parfaitement aussi.

Bref, il a fait le boulot, je vois pas pourquoi on le laisserait pas tranquille (sous les conditions susdites).

Par ailleurs, et pour rappel, Matthew Broderick a tué 2 personnes ; Mark Whalberg a battu et aveuglé une personne pour cause raciste ; Will Smith a semble-t-il participé à une attaque ayant aveuglé une personne ; Eminem a plaidé coupable d'une attaque à main armée ; Jay-Z a poignardé un producteur de disques ; Mike Tyson a violé Desiree Washington ; Sean Penn a violemment frappé à de multiples reprises Madonna et l'a séquestré…

Bref, que ces artistes travaillent toujours malgré leurs crimes, ça ne pose pas de problème, mais BC oui ?
Modifié le 18/02/2024 à 20h08

Historique des modifications :

Posté le 18/02/2024 à 19h59


Un artiste doit-il être un modèle ?
Personnellement, je ne crois pas. Ou alors, on pourrait renverser le raisonnement : c'est une personne qui a purgé sa peine, et s'est réinséré avec succès, c'est donc un modèle pour la société.
Bref, c'est un point de vu extrêmement subjectif.

Personnellement, je pense que tant que ça contrevient pas avec les raisons de son crime, et les conditions de sa libération*, on devrait le laisser faire son boulot, même médiatisé. Le passage devant un juge et l'exécution de la peine remet les pendules à zéro d'un point de vue dette à la société.
* J'entend par là qu'on pourrait lui interdire à vie de prendre de l'alcool et des drogues, et d'être seul en compagnie d'une femme, ça ne me dérangerait pas. Là, il avait été libéré sous condition qu'il ne parle pas de son crime dans ses chansons. Que ce soit à vie me conviendrait parfaitement aussi.

Bref, il a fait le boulot, je vois pas pourquoi on le laisserait pas tranquille (sous les conditions susdites).

Le 18/02/2024 à 20h 34

Cqoicebordel

Un artiste doit-il être un modèle ?
Personnellement, je ne crois pas. Ou alors, on pourrait renverser le raisonnement : c'est une personne qui a purgé sa peine, et s'est réinséré avec succès, c'est donc un modèle pour la société.
Bref, c'est un point de vu extrêmement subjectif.

Personnellement, je pense que tant que ça contrevient pas avec les raisons de son crime, et les conditions de sa libération*, on devrait le laisser faire son boulot, même médiatisé. Le passage devant un juge et l'exécution de la peine remet les pendules à zéro d'un point de vue dette à la société.
* J'entend par là qu'on pourrait lui interdire à vie de prendre de l'alcool et des drogues, et d'être seul en compagnie d'une femme, ça ne me dérangerait pas. Là, il avait été libéré sous condition qu'il ne parle pas de son crime dans ses chansons. Que ce soit à vie me conviendrait parfaitement aussi.

Bref, il a fait le boulot, je vois pas pourquoi on le laisserait pas tranquille (sous les conditions susdites).

Par ailleurs, et pour rappel, Matthew Broderick a tué 2 personnes ; Mark Whalberg a battu et aveuglé une personne pour cause raciste ; Will Smith a semble-t-il participé à une attaque ayant aveuglé une personne ; Eminem a plaidé coupable d'une attaque à main armée ; Jay-Z a poignardé un producteur de disques ; Mike Tyson a violé Desiree Washington ; Sean Penn a violemment frappé à de multiples reprises Madonna et l'a séquestré…

Bref, que ces artistes travaillent toujours malgré leurs crimes, ça ne pose pas de problème, mais BC oui ?
Tout détenu a droit à la réinsertion, c'est différent de la réhabilitation. L'enjeu n'est pas la tranquillité de l'ancien détenu. L'enjeu oublié est la santé mentale et physique des survivant·es aux violences et aux comportements de harcèlement.
Ton commentaire est juste un symptôme du fait que la société dans sa globalité se fiche des violences conjugales en particulier et des comportements sexistes en général.

Autre exemple : la présidente de mon agglomération est actuellement accusée de harcèlement moral par plusieurs agents territoriaux, elle fait l'objet d'une enquête préliminaire par le procureur de la République et de 3 plaintes pour harcèlement moral avec constitution de partie civile. Elle est toujours en fonction car elle brandit le jocker de la présomption d'innocence. En attendant, les victimes n'ont qu'à subir ou partir en congé-maladie ou démissionner.

NB: franchement, que Bertrand Cantat fasse l'affiche de l'Olympia ou qu'il devienne guichetier à Euro Disney, c'est son problème.
Modifié le 18/02/2024 à 20h45

Historique des modifications :

Posté le 18/02/2024 à 20h34


Tout détenu a droit à la réinsertion, c'est différent de la réhabilitation. L'enjeu n'est pas la tranquillité de l'ancien détenu. L'enjeu oublié est la santé mentale et physique des survivant·es aux violences et aux comportements de harcèlement.
Ton commentaire est juste un symptôme du fait que la société dans sa globalité se fiche des violences conjugales en particulier et des comportements sexistes en général.

Autre exemple : la présidente de mon agglomération est actuellement accusée de harcèlement moral par plusieurs agents territoriaux, elle fait l'objet d'une enquête préliminaire par le procureur de la République et de 3 plaintes pour harcèlement moral avec constitution de partie civile. Elle est toujours en fonction car elle brandit le jocker de la présomption d'innocence. En attendant, les victimes n'ont qu'à subir ou partir en congé-maladie ou démissionner.

NB: franchement, que Bertrand Cantat fasse l'affiche de l'Olympia ou qu'il devienne guichetier à Euro Disney, on s'en fiche complètement, c'est son problème.

Posté le 18/02/2024 à 20h43


Tout détenu a droit à la réinsertion, c'est différent de la réhabilitation. L'enjeu n'est pas la tranquillité de l'ancien détenu. L'enjeu oublié est la santé mentale et physique des survivant·es aux violences et aux comportements de harcèlement.
Ton commentaire est juste un symptôme du fait que la société dans sa globalité se fiche des violences conjugales en particulier et des comportements sexistes en général.

Autre exemple : la présidente de mon agglomération est actuellement accusée de harcèlement moral par plusieurs agents territoriaux, elle fait l'objet d'une enquête préliminaire par le procureur de la République et de 3 plaintes pour harcèlement moral avec constitution de partie civile. Elle est toujours en fonction car elle brandit le jocker de la présomption d'innocence. En attendant, les victimes n'ont qu'à subir ou partir en congé-maladie ou démissionner.

NB: franchement, que Bertrand Cantat fasse l'affiche de l'Olympia ou qu'il devienne guichetier à Euro Disney, on s'en fiche complètement, c'est son problème.

Le 13/02/2024 à 09h 56

Ferd

Alors, sans me prononcer sur la position d'Ulule, Marie Trintignant ne semble pas avoir été la seule victime de Cantat.
Il lui est reproché d'avoir régulièrement battu et provoqué le suicide d'une autre de ses compagnes, Krisztina Rády, et ce en 2010, alors que Cantat est en liberté conditionnelle suite au meurtre de Marie Trintignant.
Les faits n'auraient pas donné lieu à des poursuites judiciaires, mais de là à dire qu'il n'a rien commis depuis, il y a un pas.

Edit : si, les faits ont donné lieu à des poursuites, my bad.
Selon Wikipedia :
Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »
Je fais juste un copier coller de la fin :

Bertrand Cantat »
Modifié aujourd'hui à 15h55
Répondre Réagir Signaler

Aujourd'hui, c'est le 13/02, 09:56.
Ferd peut-il nous donner les chiffres du loto ? :ooo:
Ferd Équipe
Le 13/02/2024 à 10h 42

Timanu69

Je fais juste un copier coller de la fin :

Bertrand Cantat »
Modifié aujourd'hui à 15h55
Répondre Réagir Signaler

Aujourd'hui, c'est le 13/02, 09:56.
Ferd peut-il nous donner les chiffres du loto ? :ooo:
C’est la prochaine feature des abonnements premium.
Mais pour tous ceux qui y auront souscrit dans les deux prochaines semaines, offre limitée à un seul foyer en France métropolitaine, Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…
Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09 74 75 13 13 – appel non surtaxé)
serpolet Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 09
>Dans le cas présent Ulule n'aurait pas dû céder.

Ulule a maintenu la cagnotte et n'a pas procédé aux remboursements.
Furanku Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 15

serpolet

>Dans le cas présent Ulule n'aurait pas dû céder.

Ulule a maintenu la cagnotte et n'a pas procédé aux remboursements.
Reste qu'ils ont cédé moralement parlant en empêchant la mise en avant du projet.
D'ailleurs ne rien faire aurait pu permettre de récolter plus de commission, donc de reverser plus ensuite aux associations (un mal pour un bien). Cela n'empêchant pas par la suite de signaler d'être plus vigilant dans le futur pour éviter ce type de situation.

Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.
Modifié le 12/02/2024 à 16h16

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 16h15


Reste qu'ils ont cédé moralement parlant en empêchant la mise en avant du projet.
D'ailleurs ne rien faire aurait pu permettre de récolter plus de commission, donc de reverser plus ensuite aux associations (un mal pour un bien). Cela n'empêchant pas par la suite de signaler d'être plus vigilant dans le futur pour éviter ce type de situation.

Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité c'est déjà céder.

Arkeen Abonné
Le 12/02/2024 à 19h 48

Furanku

Reste qu'ils ont cédé moralement parlant en empêchant la mise en avant du projet.
D'ailleurs ne rien faire aurait pu permettre de récolter plus de commission, donc de reverser plus ensuite aux associations (un mal pour un bien). Cela n'empêchant pas par la suite de signaler d'être plus vigilant dans le futur pour éviter ce type de situation.

Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.
> Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.

Je rejoins le propos de @Ferd : ce n'est pas nécessairement "céder", c'est un faire un choix. Si ce choix correspond déjà à tes valeurs, alors c'est juste agir selon tes valeurs (et dans les limites de la loi).

Par l'utilisation de "céder" tu sous-entends que c'est la pression populaire qui aurait fait changer d'avis Ulule, mais tu n'en sais strictement rien ... (moi non plus d'ailleurs). Et au vu du passif du bonhomme, ça ne m'étonnerait pas que chez Ulule, les gens qui ont fait ce choix n'avaient pas envie de participer à ce projet, polémique ou pas polémique.

Le fait que le nom de Cantat ne soit pas cité dans le descriptif du projet *, et que pas grand-monde ne connait le groupe, ça rend crédible la version des faits avancé par Ulule. Ils ont appris la participation du bonhomme via la polémique, et ont choisi de ne pas vouloir en être. D'autres plateformes de financement ont fait le choix inverse dans la même situation. Personnes différentes, entreprises différentes, choix différents. L'expression d'une certaine forme de liberté.

( * ) Edit : en fait c'est bien indiqué en description du projet, du coup je suis un peu sceptique 🤨
Modifié le 12/02/2024 à 20h40

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 19h48


> Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.

Je rejoins le propos de @Ferd : ce n'est pas nécessairement "céder", c'est un faire un choix. Si ce choix correspond déjà à tes valeurs, alors c'est juste agir selon tes valeurs (et dans les limites de la loi).

Par l'utilisation de "céder" tu sous-entends que c'est la pression populaire qui aurait fait changer d'avis Ulule, mais tu n'en sais strictement rien ... (moi non plus d'ailleurs). Et au vu du passif du bonhomme, ça ne m'étonnerait pas que chez Ulule, les gens qui ont fait ce choix n'avaient pas envie de participer à ce projet, polémique ou pas polémique.

Le fait que le nom de Cantat ne soit pas cité dans le descriptif du projet, et que pas grand-monde ne connait le groupe rend la version des faits de Ulule crédible selon moi. Ils ont appris la participation du bonhomme via la polémique, et ont choisi de ne pas vouloir en être. D'autres plateformes de financement ont fait le choix inverse dans la même situation. Personnes différentes, entreprises différentes, choix différents. L'expression d'une certaine forme de liberté.

Posté le 12/02/2024 à 19h50


> Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.

Je rejoins le propos de @Ferd : ce n'est pas nécessairement "céder", c'est un faire un choix. Si ce choix correspond déjà à tes valeurs, alors c'est juste agir selon tes valeurs (et dans les limites de la loi).

Par l'utilisation de "céder" tu sous-entends que c'est la pression populaire qui aurait fait changer d'avis Ulule, mais tu n'en sais strictement rien ... (moi non plus d'ailleurs). Et au vu du passif du bonhomme, ça ne m'étonnerait pas que chez Ulule, les gens qui ont fait ce choix n'avaient pas envie de participer à ce projet, polémique ou pas polémique.

Le fait que le nom de Cantat ne soit pas cité dans le descriptif du projet, et que pas grand-monde ne connait le groupe, ça rend crédible la version des faits avancé par Ulule. Ils ont appris la participation du bonhomme via la polémique, et ont choisi de ne pas vouloir en être. D'autres plateformes de financement ont fait le choix inverse dans la même situation. Personnes différentes, entreprises différentes, choix différents. L'expression d'une certaine forme de liberté.

Mihashi Abonné
Le 12/02/2024 à 22h 16

Arkeen

> Prendre des mesures pour diminuer sa visibilité au projet, qui n'a rien d'illégal comme mentionné, c'est déjà céder.

Je rejoins le propos de @Ferd : ce n'est pas nécessairement "céder", c'est un faire un choix. Si ce choix correspond déjà à tes valeurs, alors c'est juste agir selon tes valeurs (et dans les limites de la loi).

Par l'utilisation de "céder" tu sous-entends que c'est la pression populaire qui aurait fait changer d'avis Ulule, mais tu n'en sais strictement rien ... (moi non plus d'ailleurs). Et au vu du passif du bonhomme, ça ne m'étonnerait pas que chez Ulule, les gens qui ont fait ce choix n'avaient pas envie de participer à ce projet, polémique ou pas polémique.

Le fait que le nom de Cantat ne soit pas cité dans le descriptif du projet *, et que pas grand-monde ne connait le groupe, ça rend crédible la version des faits avancé par Ulule. Ils ont appris la participation du bonhomme via la polémique, et ont choisi de ne pas vouloir en être. D'autres plateformes de financement ont fait le choix inverse dans la même situation. Personnes différentes, entreprises différentes, choix différents. L'expression d'une certaine forme de liberté.

( * ) Edit : en fait c'est bien indiqué en description du projet, du coup je suis un peu sceptique 🤨
Moi, je pense que c'est surtout du « damage control ». La modération bloque les projets manifestement illégaux/amoraux, et si un projet passe le filtre mais fait un bad buzz, alors ils s'en détachent en annonçant publiquement qu'ils n'y sont pour rien et n'approuvent pas.

Mais je ne leur en tiens pas rigueur, ça serait impossible (en tout cas, largement pas rentable) de faire une enquête approfondie sur chaque projet déposé…
Ossito Abonné
Le 12/02/2024 à 15h 45
Je trouve se genre de comportement dangereux.
normalement Mr C a purger sa peine envers la société donc a le droit a retrouver une vie "normal"
Que ce soit lui ou tout autre justiciable devrait pouvoir reprendre une vie "normal"
Ce qu'il voulais financer était sans rapport avec ce pourquoi il a purger ça peine.
La justice populaire dois t elle prévaloir? dois t il rester dans l'anonymat jusqu’à sa mort ?
Je comprend également les motivations des personnes qui demande le retrait de se financement. Je ne pense pas que ce soit acceptable pour autant.
zefling Abonné
Le 13/02/2024 à 14h 46
Désolé, mais même s'il a purgé sa peine, il n'empêche qu'il est toujours associé à un meurtre, et ça, à moins de l'effacer de la mémoire collective, ça ne chargera rien.
Perso, si je sait que moins voisin est un tueur et qu'il a purgé ces 20 ans de prisons, j'aurais pas spécialement envie de le fréquenter ou de m'associer à lui. Je peux comprendre que pour une entreprise c'est pareil.

Le droit est une chose, l’opinion est une autre. Et tu ne pourras jamais empêcher les gens d'en avoir une. Et quand tu as tué quelqu'un, une bonne image ne se regagne peut-être jamais.
fred42 Abonné
Le 13/02/2024 à 17h 46

zefling

Désolé, mais même s'il a purgé sa peine, il n'empêche qu'il est toujours associé à un meurtre, et ça, à moins de l'effacer de la mémoire collective, ça ne chargera rien.
Perso, si je sait que moins voisin est un tueur et qu'il a purgé ces 20 ans de prisons, j'aurais pas spécialement envie de le fréquenter ou de m'associer à lui. Je peux comprendre que pour une entreprise c'est pareil.

Le droit est une chose, l’opinion est une autre. Et tu ne pourras jamais empêcher les gens d'en avoir une. Et quand tu as tué quelqu'un, une bonne image ne se regagne peut-être jamais.
En droit français, ce n'est pas un meurtre. Il faut donc éviter ce terme.

>Les faits ayant eu lieu en Lituanie, le parquet lituanien refuse l'extradition25 et le procès se déroule à Vilnius du 16 au 29 mars 2004. Bertrand Cantat est condamné par la justice lituanienne le 29 mars 2004 à huit ans d'emprisonnement pour « meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée »22. Les juges baltes ayant écarté l'intention de donner la mort, cette qualification lituanienne a été assimilée par des magistrats français au crime de « violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner » prévu à l'article 222-7 du Code pénal français28,29, aussi désigné par « coups mortels »30.

C'est assez différent l'absence d'intention. C'est aussi pour cela qu'il n'a été condamné qu'à 8 ans. En France, la peine maximale dans ce cas est de 15 ans.

Je te réponds à toi (parce que tu es le premier), mais aussi aux autres qui parlent de meurtrier ou d'assassin (Personne qui commet un meurtre avec préméditation ou guet-apens ; donc, non, c'est encore moins un assassin).
zefling Abonné
Le 14/02/2024 à 15h 41

fred42

En droit français, ce n'est pas un meurtre. Il faut donc éviter ce terme.

>Les faits ayant eu lieu en Lituanie, le parquet lituanien refuse l'extradition25 et le procès se déroule à Vilnius du 16 au 29 mars 2004. Bertrand Cantat est condamné par la justice lituanienne le 29 mars 2004 à huit ans d'emprisonnement pour « meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée »22. Les juges baltes ayant écarté l'intention de donner la mort, cette qualification lituanienne a été assimilée par des magistrats français au crime de « violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner » prévu à l'article 222-7 du Code pénal français28,29, aussi désigné par « coups mortels »30.

C'est assez différent l'absence d'intention. C'est aussi pour cela qu'il n'a été condamné qu'à 8 ans. En France, la peine maximale dans ce cas est de 15 ans.

Je te réponds à toi (parce que tu es le premier), mais aussi aux autres qui parlent de meurtrier ou d'assassin (Personne qui commet un meurtre avec préméditation ou guet-apens ; donc, non, c'est encore moins un assassin).
Je ne sais que reprendre ce que j'ai lu. Il faudrait corriger Wikipédia au passage alors.
Puis même si c'est pas « volontaire ».... il est en est là cause directe.
fred42 Abonné
Le 14/02/2024 à 19h 41

zefling

Je ne sais que reprendre ce que j'ai lu. Il faudrait corriger Wikipédia au passage alors.
Puis même si c'est pas « volontaire ».... il est en est là cause directe.
C'est Wikipédia que j'ai cité et il n'y a rien à changer a priori. Par contre, il faut comprendre ce qui est dit.
Gldump92 Abonné
Le 14/02/2024 à 17h 34

zefling

Désolé, mais même s'il a purgé sa peine, il n'empêche qu'il est toujours associé à un meurtre, et ça, à moins de l'effacer de la mémoire collective, ça ne chargera rien.
Perso, si je sait que moins voisin est un tueur et qu'il a purgé ces 20 ans de prisons, j'aurais pas spécialement envie de le fréquenter ou de m'associer à lui. Je peux comprendre que pour une entreprise c'est pareil.

Le droit est une chose, l’opinion est une autre. Et tu ne pourras jamais empêcher les gens d'en avoir une. Et quand tu as tué quelqu'un, une bonne image ne se regagne peut-être jamais.
Coupable un jour, coupable toujours en somme.
Je me demande si les tenants de cette interprétation de la loi seraient toujours d'accord s'ils devaient payer, chaque fois qu'ils prennent le volant de leur voiture, un PV d'exces de vitesse, parce qu'ils en ont commis un dans le passé. Ou s'ils devaient accrocher un panneau "chauffard" pour complaire aux mêmes tenants du coupable un jour...
Au passage, on avait aussi le "Qui vole un oeuf, vole un boeuf" et surement une ribambelle d'autres belles phrases morales qui faisaient tout le fondement de la justice de l'ancien régime.
Modifié le 14/02/2024 à 17h35

Historique des modifications :

Posté le 14/02/2024 à 17h34


Coupable un jour, coupable toujours en somme.
Je me demande si les tenants de cette interprétation de la loi seraient toujours d'accord s'ils devaient payer, chaque fois qu'ils prennent le volant de leur voiture, un PV d'exces de vitesse, parce qu'ils en ont commis un dans le passé. Ou s'ils devaient accrocher un panneau "chauffard" pour complaire aux mêmes tenants du coupable un jour...
Au passage, on avait aussi le "Qui vole un oeuf, vole un boeuf" et surement ine ribambelle de belles phrases morales qui faisaient la justice de l'ancien régime.

versgui Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 01
Un argument supplémentaire pour les personnes qui croient qu'une entreprise doit rester apolitique, neutre, sans conviction : ça ne dure qu'un temps.
Tôt ou tard, une entreprise doit faire face à des choix qui ont des conséquences sur les individus.
Plus tôt une entreprise est claire sur ses engagements et ses orientations (et donc se définit une identité et des valeurs), moins elle sera prise à défaut.

Pour le reste, un homicide reste pour moi un crime impardonnable. La punition ne retire pas l'erreur. Oui, Bertrand Cantat vivra avec ce fardeau toute sa vie.
Ferd Équipe
Le 13/02/2024 à 08h 31
C’est tout à fait vrai, entreprise doit faire des choix en permanence qui ont des conséquences sur les individus, dès la première embauche.

C’est très difficile de définir une ligne « politique ».
Ca l’est pour une personne, une entreprise, et même pour un parti politique alors que c’est son métier.
Dans le cas BC, ça correspond à l’immense majorité des cas d’arbitrage qui ne sont pas anticipables. Tu passes ton temps à jauger telle ou telle situation à l’aune de ton expérience, de tes sentiments, de si tu as bien dormi ou si tu as pris trop de café.
Enlève cet arbitrage au doigt mouillé et c’est pire, tu obtiens une organisation administration lourde et sans âme, où la mission de l’entreprise devient sa raison d’être unique (souvent purement liée au profit des actionnaires), sans le souci de son environnement direct.
Tu peux définir tes lignes de conduite dans les grandes largeurs, mais le risque de la politique « tarte à la crème » n’est jamais loin.
Vouloir faire le bien sans le formaliser, c’est toujours moins ridicule que de l’écrire sur une charte d’entreprise, où se posera en plus la question de la sincérité de la démarche, et qui sera éternellement une cible à la rancoeur de tel ou tel collaborateur en désaccord avec une des décisions prises.
Et quoi qu’il en soit, il va sans cesse falloir réajuster - et parfois décevoir - face aux facéties des événements. Le futur est déjà imprévisible sur le business, alors sur des thèmes humains complexes…
Le 12/02/2024 à 16h 06
Sur la forme, intéressant que "modération" soit devenu un synonyme en novlangue de censure.
Sur le fond, il veut un financement, et il existe des fans qui veulent le financer, la solution évidente est de se passer d'intermédiaire, avec des dons en cryptomonnaie, il n'y a pas besoin d'obtenir la permission d'une plateforme pour dépenser son argent comme chacun l'entend.
thotor Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 18
En effet, il ne s'agit nullement de censure ici, Ulule modère (avec un peu de retard :D), et c'est tant mieux. La second chance, la justice l'accorde avec la sortie de prison, mais socialement c'est une autre chose, je ne suis pas sûr que ça existe, particulièrement pour les personnages publiques qui entendent le rester (et se faire entendre).
fred42 Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 25

thotor

En effet, il ne s'agit nullement de censure ici, Ulule modère (avec un peu de retard :D), et c'est tant mieux. La second chance, la justice l'accorde avec la sortie de prison, mais socialement c'est une autre chose, je ne suis pas sûr que ça existe, particulièrement pour les personnages publiques qui entendent le rester (et se faire entendre).
Tu as vu la gueule de leur politique de modération ?

C'est du foutage de gueule. Ils font ce qu'ils veulent. Pourquoi pas, ils sont chez eux, mais des règles claires seraient un plus. Ici, les seuls critères de modérations cités sont des critères concernant des comportements illégaux. Autant ne rien écrire.
Ossito Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 26

thotor

En effet, il ne s'agit nullement de censure ici, Ulule modère (avec un peu de retard :D), et c'est tant mieux. La second chance, la justice l'accorde avec la sortie de prison, mais socialement c'est une autre chose, je ne suis pas sûr que ça existe, particulièrement pour les personnages publiques qui entendent le rester (et se faire entendre).
Ce serait oublier nos "trop" nombreux politiques pris la main dans le pot de confiture et qui une fois leur peine écouler reviennent sans le moindre souci.
EG: alain juppé
"Ses démêlés judiciaires le conduisent à démissionner de ses fonctions parlementaires, municipales et dans son parti : il quitte la présidence de l'UMP le 16 juillet 2004 et son siège de député le 23 septembre suivant83. Son adjoint à Bordeaux Hugues Martin lui succède à la mairie de Bordeaux, ainsi qu'à son poste de député, et Nicolas Sarkozy le remplace à la direction de l'UMP. La communauté urbaine de Bordeaux, dont il était président, bascule à gauche au profit du socialiste Alain Rousset.

En 2005, des remous dans le monde universitaire québécois l'empêchent d'obtenir, pour des raisons d'éthique, un poste à l'université du Québec à Montréal (UQAM)84. Il enseigne finalement à Montréal à l’École nationale d'administration publique (ENAP). Plusieurs universitaires s'étonnent alors qu’un homme politique condamné à une peine de prison et d’inéligibilité puisse donner des cours à de futurs hauts fonctionnaires84. "
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9
thotor Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 30

Ossito

Ce serait oublier nos "trop" nombreux politiques pris la main dans le pot de confiture et qui une fois leur peine écouler reviennent sans le moindre souci.
EG: alain juppé
"Ses démêlés judiciaires le conduisent à démissionner de ses fonctions parlementaires, municipales et dans son parti : il quitte la présidence de l'UMP le 16 juillet 2004 et son siège de député le 23 septembre suivant83. Son adjoint à Bordeaux Hugues Martin lui succède à la mairie de Bordeaux, ainsi qu'à son poste de député, et Nicolas Sarkozy le remplace à la direction de l'UMP. La communauté urbaine de Bordeaux, dont il était président, bascule à gauche au profit du socialiste Alain Rousset.

En 2005, des remous dans le monde universitaire québécois l'empêchent d'obtenir, pour des raisons d'éthique, un poste à l'université du Québec à Montréal (UQAM)84. Il enseigne finalement à Montréal à l’École nationale d'administration publique (ENAP). Plusieurs universitaires s'étonnent alors qu’un homme politique condamné à une peine de prison et d’inéligibilité puisse donner des cours à de futurs hauts fonctionnaires84. "
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9
Tout à fait d'accord, il y aurait beaucoup à améliorer dans ce domaine, mais bon on s'éloigne du sujet là :transpi:
Freeben666 Abonné
Le 13/02/2024 à 12h 00

Ossito

Ce serait oublier nos "trop" nombreux politiques pris la main dans le pot de confiture et qui une fois leur peine écouler reviennent sans le moindre souci.
EG: alain juppé
"Ses démêlés judiciaires le conduisent à démissionner de ses fonctions parlementaires, municipales et dans son parti : il quitte la présidence de l'UMP le 16 juillet 2004 et son siège de député le 23 septembre suivant83. Son adjoint à Bordeaux Hugues Martin lui succède à la mairie de Bordeaux, ainsi qu'à son poste de député, et Nicolas Sarkozy le remplace à la direction de l'UMP. La communauté urbaine de Bordeaux, dont il était président, bascule à gauche au profit du socialiste Alain Rousset.

En 2005, des remous dans le monde universitaire québécois l'empêchent d'obtenir, pour des raisons d'éthique, un poste à l'université du Québec à Montréal (UQAM)84. Il enseigne finalement à Montréal à l’École nationale d'administration publique (ENAP). Plusieurs universitaires s'étonnent alors qu’un homme politique condamné à une peine de prison et d’inéligibilité puisse donner des cours à de futurs hauts fonctionnaires84. "
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9
Et dire que si personne ne votait pour eux, ils ne seraient pas élus...
fred42 Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 12
Pourquoi parler ici de modération ?

Ululle dit que le projet n'est ni illégal ni ne contrevient à ses conditions d'utilisation : "ce qui n'est pas le cas de celle-ci".

Quant à sa politique de modération, elle est tout sauf claire :
> nous refusons donc systématiquement tous les projets à caractère racistes, homophobes, sexistes, antisémites, transphobes, etc.‍
Puis plus loin :
>Pour les "trolls" du racisme, de l'homophobie, etc., notre position est la suivante :

Le projet dont il est question n'entre pas dans ce cadre, de modération sauf si le "etc." signifie "tout ce qui peut nous déplaire ou déplaire à des activistes bruyant.e.s".

On lit aussi dans sa politique de modération :
>Nous reverserons le montant de notre commission, dès qu'il y a un doute raisonnable.

Quel est donc le doute raisonnable pour ce projet ? Va-t-il faire l'apologie de la violence envers les femmes ?
Là, c'est moi qui ait un sérieux doute.


thotor Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 21
Le projet n'est pas illégal, mais Ulule a tout autant le droit de le refuser sur sa plateforme, ce n'est pas de la censure. Cantat a le droit d'utiliser d'autres plateformes (s'il en trouve), rien ne l'empêche de trouver d'autres moyens.
Modifié le 12/02/2024 à 16h22

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 16h21


Le projet n'est pas illégal, mais Ulule a tout autant le droit de le refuser sur sa plateforme, ce n'est pas de la censure. Cantat a le droit d'utiliser d'autres plateformes(s'il en trouve), rien ne l'empêche de trouver d'autres moyens.

fred42 Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 29

thotor

Le projet n'est pas illégal, mais Ulule a tout autant le droit de le refuser sur sa plateforme, ce n'est pas de la censure. Cantat a le droit d'utiliser d'autres plateformes (s'il en trouve), rien ne l'empêche de trouver d'autres moyens.
Tu n'as pas compris mon commentaire.

Le projet ne contrevient à aucun des critères cités dans leur politique de modération, ils le disent eux-même. Il n'est pas anormal dans ce cas que leur équipe de modération l'ait laissé passé.
Furanku Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 46

fred42

Tu n'as pas compris mon commentaire.

Le projet ne contrevient à aucun des critères cités dans leur politique de modération, ils le disent eux-même. Il n'est pas anormal dans ce cas que leur équipe de modération l'ait laissé passé.
C'est ça. En l'état aucune décision n'aurait dû être prise.
Ils auraient à la limite juste dû limiter la communication dans les canaux réseaux sociaux/mails. Mais pas sur le site alors que le projet n'enfreint pas leurs règles actuelles.
Par contre c'est l'occasion pour eux de mettre au clair lesdites règles s'ils ne veulent pas se voir reproduire ce type de situation. Sinon c'est la porte ouverte à la libre interprétation, avec les risques que cela comporte en terme de dérives.
Arkeen Abonné
Le 12/02/2024 à 20h 02
« La Société se réserve le droit de refuser l’inscription à tout Utilisateur qui ne remplirait pas les conditions de bonne moralité, ou qui conviendrait aux valeurs et à l’éthique que la Société s’efforce de véhiculer, sans que cette dernière ne soit tenue de motiver ce refus. »
C'est dans les conditions générales d'utilisation du site

Ça me paraît pourtant très clair.
Modifié le 12/02/2024 à 20h33

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 20h02


« La Société se réserve le droit de refuser l’inscription à tout Utilisateur qui ne remplirait pas les conditions de bonne moralité, ou qui conviendrait aux valeurs et à l’éthique que la Société s’efforce de véhiculer, sans que cette dernière ne soit tenue de motiver ce refus. »
C'est dans les conditions générales d'utilisation du site

Ça me paraît pourtant très clair.

fred42 Abonné
Le 12/02/2024 à 23h 17

Arkeen

« La Société se réserve le droit de refuser l’inscription à tout Utilisateur qui ne remplirait pas les conditions de bonne moralité, ou qui conviendrait aux valeurs et à l’éthique que la Société s’efforce de véhiculer, sans que cette dernière ne soit tenue de motiver ce refus. »
C'est dans les conditions générales d'utilisation du site

Ça me paraît pourtant très clair.
Mais ils ont accepté l'inscription du porteur de projet : DÉTROIT. On n'est donc pas dans ce cadre là.

Et moi, dans ce commentaire, je ne parlais que de l'aspect modération.
dimounet Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 12
Cantat a purgé sa peine. Pourquoi le boycotter, c'est un citoyen comme les autres. Cette censure est une honte!
Le 12/02/2024 à 17h 03
Ben si c'est un "citoyen comme un autre", il peut aller faire la caisse au Super U, faire gardien de sécurité, bosser comme livreur uber, ... Il y a plein de trucs qu'un repris de justice comme lui peut faire. Le truc de Cantat c'est qu'il bénéficie encore d'une aura qui lui permet de faire des choses et d'avoir du soutient public qu'un "citoyen comme un autre" n'aurait pas, et ça peut être interprété comme un nième démonstration d'une France qui n'en a décidément pas grand chose à faire de s violences faites aux femmes.
Patch Abonné
Le 13/02/2024 à 09h 46

ragoutoutou

Ben si c'est un "citoyen comme un autre", il peut aller faire la caisse au Super U, faire gardien de sécurité, bosser comme livreur uber, ... Il y a plein de trucs qu'un repris de justice comme lui peut faire. Le truc de Cantat c'est qu'il bénéficie encore d'une aura qui lui permet de faire des choses et d'avoir du soutient public qu'un "citoyen comme un autre" n'aurait pas, et ça peut être interprété comme un nième démonstration d'une France qui n'en a décidément pas grand chose à faire de s violences faites aux femmes.
Agent de sécurité non, il faut un casier judiciaire vierge, comme un certain nombre d'autre métiers.
Le reste, par contre, oui totalement. S'il veut rester dans la lumière, il peut même devenir politicien!
Le 13/02/2024 à 11h 40

Patch

Agent de sécurité non, il faut un casier judiciaire vierge, comme un certain nombre d'autre métiers.
Le reste, par contre, oui totalement. S'il veut rester dans la lumière, il peut même devenir politicien!
Un politicien avec un casier judiciaire... c'est dans l'air du temps !
Patch Abonné
Le 13/02/2024 à 12h 28

Cyberastronaute

Un politicien avec un casier judiciaire... c'est dans l'air du temps !
Tout à fait, c'est pour ca que j'ai pris cet exemple :D
Myifee Abonné
Le 13/02/2024 à 10h 59

ragoutoutou

Ben si c'est un "citoyen comme un autre", il peut aller faire la caisse au Super U, faire gardien de sécurité, bosser comme livreur uber, ... Il y a plein de trucs qu'un repris de justice comme lui peut faire. Le truc de Cantat c'est qu'il bénéficie encore d'une aura qui lui permet de faire des choses et d'avoir du soutient public qu'un "citoyen comme un autre" n'aurait pas, et ça peut être interprété comme un nième démonstration d'une France qui n'en a décidément pas grand chose à faire de s violences faites aux femmes.
Encore une fois, ce n'est pas à la gôche de décider de la vie de chacun, surtout quand elle passe son temps à fermer les yeux sur les violations de la loi suivant ses principes moraux bancaux, SURTOUT quand ça concerne les violences aux femmes.

On se souvient de comment Claire a été traitée suite à son viol par un clandos, avec la gauche qui se tait et préfère dénoncer "l'extrème droite" que les faits.
Ferd Équipe
Le 13/02/2024 à 11h 16

Myifee

Encore une fois, ce n'est pas à la gôche de décider de la vie de chacun, surtout quand elle passe son temps à fermer les yeux sur les violations de la loi suivant ses principes moraux bancaux, SURTOUT quand ça concerne les violences aux femmes.

On se souvient de comment Claire a été traitée suite à son viol par un clandos, avec la gauche qui se tait et préfère dénoncer "l'extrème droite" que les faits.
Les gars, essayez d'éviter de rapporter les évènements du monde à un clivage droite gauche.

C'est limitant, ça brouille le débat, et dans ce cas précis, c'est franchement inadapté.
Cantat était très à gauche, déjà, alter mondialiste même, d'après Wikipédia.
Ensuite, je pense que la grande majorité des gens à droite sont évidemment opposées aux violences faites aux femmes. Personnellement, je ne me sens pas représenté politiquement aujourd'hui, et pourtant, je suis d'accord avec la légitimité de ce débat.
Myifee Abonné
Le 13/02/2024 à 11h 41

Ferd

Les gars, essayez d'éviter de rapporter les évènements du monde à un clivage droite gauche.

C'est limitant, ça brouille le débat, et dans ce cas précis, c'est franchement inadapté.
Cantat était très à gauche, déjà, alter mondialiste même, d'après Wikipédia.
Ensuite, je pense que la grande majorité des gens à droite sont évidemment opposées aux violences faites aux femmes. Personnellement, je ne me sens pas représenté politiquement aujourd'hui, et pourtant, je suis d'accord avec la légitimité de ce débat.
Non, ce n'est pas inadapté.

On a en face des gens qui politisent tout et se parent d'une posture morale complètement asymétrique, au cas par cas, et qui veulent supplanter la loi et la justice.

Le débat ici n'est pas les violences, mais la justice.

Il a été condamné au pénal, et au civil, et a executé sa peine. Pour la société, l'affaire est réparée et justice a été faite. Si les "associations" ne sont pas contentes, c'est auprès du législateur qu'il faut faire pression pour changer les règles. Pas harceler en bande.

Cette façon de vouloir ostraciser les personnes qui ne correspondent pas à leur dogme du moment, c'est un vrai poison, et presque une peine de mort sociale. Paradoxal pour des gens contre la peine de mort, et qui sont prêtes à trouver toutes les excuses possibles quand ça peut leur servir. Il n'y a qu'à voir comment les "associations" féministes se taisent en fonction des affaires : Claire, le 7 octobre ...

D'ailleurs, en tant que chef d'entreprise, ce climat délétère me ferait peur. Regarde comment Ulule est obligé de se plier et de montrer qu'elle est du côté des "gentils". Demain, ça peut vous arriver avec Moji, vu que vous êtes hébergeur. Je ne dormirais pas tranquille en sachant que tout peut basculer du jour au lendemain parce qu'une bande de névrosés va harceler en bande pour quelque chose de légal mais qui ne leur plaît pas par rapport à un client ...
Modifié le 13/02/2024 à 11h54

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 11h41


Non, ce n'est pas inadapté.

On a en face des gens qui politise tout et se parent d'une posture morale complètement asymétrique, au cas par cas, et qui veulent supplanter la loi et la justice.

Le débat ici n'est pas les violences, mais la justice.

Il a été condamné au pénal, et au civil, et a executé sa peine. Pour la société, l'affaire est réparée et justice a été faite. Si les "associations" ne sont pas contentes, c'est auprès du législateur qu'il faut faire pression pour changer les règles. Pas harceler en bande.

Cette façon de vouloir ostraciser les personnes qui ne correspondent pas à leur dogme du moment, c'est un vrai poison, et presque une peine de mort sociale. Paradoxal pour des gens contre la peine de mort, et qui sont prêtes à trouver toutes les excuses possibles quand ça peut leur servir. Il n'y a qu'à voir comment les "associations" féministes se taisent en fonction des affaires : Claire, le 7 octobre ...

D'ailleurs, en tant que chef d'entreprise, ce climat délétère me ferait peur. Regarde comment Ulule est obligé de se plier et de montrer qu'elle est du côté des "gentils". Demain, ça peut vous arriver avec Moji, vu que vous êtes hébergeur. Je ne dormirais pas tranquille en sachant que tout peut basculer du jour au lendemain parce qu'une bande de névrosés va harceler en bande pour quelque chose de légal mais qui ne leur plaît pas par rapport à un client ...

Ferd Équipe
Le 13/02/2024 à 15h 34

Myifee

Non, ce n'est pas inadapté.

On a en face des gens qui politisent tout et se parent d'une posture morale complètement asymétrique, au cas par cas, et qui veulent supplanter la loi et la justice.

Le débat ici n'est pas les violences, mais la justice.

Il a été condamné au pénal, et au civil, et a executé sa peine. Pour la société, l'affaire est réparée et justice a été faite. Si les "associations" ne sont pas contentes, c'est auprès du législateur qu'il faut faire pression pour changer les règles. Pas harceler en bande.

Cette façon de vouloir ostraciser les personnes qui ne correspondent pas à leur dogme du moment, c'est un vrai poison, et presque une peine de mort sociale. Paradoxal pour des gens contre la peine de mort, et qui sont prêtes à trouver toutes les excuses possibles quand ça peut leur servir. Il n'y a qu'à voir comment les "associations" féministes se taisent en fonction des affaires : Claire, le 7 octobre ...

D'ailleurs, en tant que chef d'entreprise, ce climat délétère me ferait peur. Regarde comment Ulule est obligé de se plier et de montrer qu'elle est du côté des "gentils". Demain, ça peut vous arriver avec Moji, vu que vous êtes hébergeur. Je ne dormirais pas tranquille en sachant que tout peut basculer du jour au lendemain parce qu'une bande de névrosés va harceler en bande pour quelque chose de légal mais qui ne leur plaît pas par rapport à un client ...
Pour moi, justement, ce n'est pas une question de justice.
Elle a été rendue, la peine a été exécutée, par convention, sur ce plan, l'affaire est bien close.

Je pense que c'est un sujet de société (voir ce message : https://next.ink/127466/moderation-critiquee-ulule-cesse-de-promouvoir-le-projet-de-bertrand-cantat/#comm-1.13).

Toujours pour parler de mon expérience, je ne suis pas inquiet en ce qui me concerne.
Déjà, je fais du B to B, donc je ne suis pas aussi exposé à des affaires relevant d'individus (je n'ai eu à refuser un client qu'une seule fois en 7 ans, celui cité plus haut).

Ensuite, si jamais un groupe me poursuivait en me reprochant d'héberger du contenu polémique, je me poserais deux questions :
- Est-ce que je partage le point de vue du groupe en question ?
- A quel point suis-je légalement exposé ?

Si je partage le point de vue du groupe, je suis prêt à prendre un risque juridique pour aller vers une meilleure société en ditchant le client, au détriment de ma rentabilité, et un risque réputationnel le cas échéant.
Si je ne partage pas le questionnement, je suis prêt à prendre un risque réputationnel en expliquant ma position, et un risque juridique si le droit me parait mal fagoté et qu'il est attaquable devant les tribunaux.
Ceci toutes proportions gardées évidemment, c'est une question de dosage.

Au titre d'un hébergeur, je pense vraiment que ces cas sont dans l'épaisseur du trait.
Et pour étendre le sujet, je pense que c'est similaire pour Ulule, les gars ont dû avoir moins de 1 pour 1000 dossiers polémiques, je ne suis pas super inquiet pour eux.
Pour aller encore plus loin, je n'ai pas en tête d'exemple de boîte qui a coulé à cause d'une opération de boycott ou d'attaques publiques de la part d'asso ou courants politiques (et dont les pratiques de la direction ne sont pas elles-mêmes l'objet du scandale, la Weinstein Company ne compte pas bande de petits malins).

Par contre, je suis inquiet sur plein d'autres trucs (et peut-être à tort, mais chacun ses lubies).
Je suis inquiet du manque de cohésion de nos sociétés, je suis inquiet de la perte d'influence des idées des lumières, je suis inquiet du désintérêt que je perçois des gens pour les sujets qui comptent au profit de shorts sur les RS, je suis inquiet de ce qui se passe en Ukraine, en Chine, aux US).
Et des problèmes environnementaux, évidemment.
Modifié le 13/02/2024 à 16h17

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 15h34


Pour moi, justement, ce n'est pas une question de justice.
Elle a été rendue, la peine a été exécutée, par convention, sur ce plan, l'affaire est bien close.

Je pense que c'est un sujet de société (voir ce message : https://next.ink/127466/moderation-critiquee-ulule-cesse-de-promouvoir-le-projet-de-bertrand-cantat/#comm-1.13).

Toujours pour parler de mon expérience, je ne suis pas inquiet en ce qui me concerne.
Déjà, je fais du B to B, donc je ne suis pas aussi exposé à des affaires relevant d'individus (je n'ai eu à refuser un client qu'une seule fois en 7 ans, celui cité plus haut).

Ensuite, si jamais un groupe me poursuivait en me reprochant d'héberger du contenu polémique, je me poserais deux questions :
- Est-ce que je partage le point de vue du groupe en question ?
- A quel point suis-je légalement exposé ?

Si je partage le point de vue du groupe, je suis prêt à prendre un risque juridique pour aller vers une meilleure société en ditchant le client, au détriment de ma rentabilité, et un risque réputationnel le cas échéant.
Si je ne partage pas le questionnement, je suis prêt à prendre un risque réputationnel en expliquant ma position, et un risque juridique si le droit me parait mal fagoté et qu'il est attaquable devant les tribunaux.
Ceci toutes proportions gardées évidemment, c'est une question de dosage.

Au titre d'un hébergeur, je pense vraiment que ces cas sont dans l'épaisseur du trait.
Et pour étendre le sujet, je pense que c'est similaire pour Ulule, les gars ont dû avoir moins de 1 pour 1000 dossiers polémiques, je ne suis pas super inquiet pour eux.
Pour aller encore plus loin, je n'ai pas en tête d'exemple de boîte qui a coulé à cause d'une opération de boycott ou d'attaques publiques de la part d'asso ou courants politiques (et dont les pratiques de la direction ne sont pas elles-mêmes l'objet du scandale, la Weinstein Company ne compte pas bande de petits malins).

Par contre, je suis inquiet sur plein d'autres trucs (et peut-être à tort, mais chacun ses lubies).
Je suis inquiet du manque de cohésion de nos sociétés, je suis inquiet de la perte d'influence des idées des lumières, je suis inquiet du désintérêt que je perçois des gens pour les sujets qui comptent au profit de shorts sur les RS, je suis inquiet de ce qui se passe en Ukraine, en Chine, aux US).

Le 13/02/2024 à 11h 29

Myifee

Encore une fois, ce n'est pas à la gôche de décider de la vie de chacun, surtout quand elle passe son temps à fermer les yeux sur les violations de la loi suivant ses principes moraux bancaux, SURTOUT quand ça concerne les violences aux femmes.

On se souvient de comment Claire a été traitée suite à son viol par un clandos, avec la gauche qui se tait et préfère dénoncer "l'extrème droite" que les faits.
Hmm, tu sais, on est pas sur twitter ici, ce n'est pas la peine de sortir un fait divers hors contexte et de ramener un clivage gauche-droite pour essayer de parasiter le débat. Si tu as un appétit pour les gens qui se traitent de gauchiasse et de droitardés, va sur la plateforme de Musk tant qu'elle existe.
Myifee Abonné
Le 13/02/2024 à 11h 45

ragoutoutou

Hmm, tu sais, on est pas sur twitter ici, ce n'est pas la peine de sortir un fait divers hors contexte et de ramener un clivage gauche-droite pour essayer de parasiter le débat. Si tu as un appétit pour les gens qui se traitent de gauchiasse et de droitardés, va sur la plateforme de Musk tant qu'elle existe.
Très bien, et donc sur le fond, en quelle qualité te permets-tu donc de juger ce qu'il possible ou non pour une personne de faire, après que justice soit faite ?

D'ailleurs, étonnant de voir qu'après autant de commentaires acharnés ici sur les VSS, tu relègues celui-là au statut de simple fait divers.
Modifié le 13/02/2024 à 11h54

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 11h45


Très bien, et donc sur le fond, en quelle qualité te permets-tu donc de juger ce qu'il possible ou non pour une personne de faire, après que justice soit faite ?

D'ailleurs, étonnant de voir qu'après autants de commentaires acharnés ici sur les VSS, tu relègues celui-là au statut de simple fait divers.

Le 13/02/2024 à 12h 12

Myifee

Très bien, et donc sur le fond, en quelle qualité te permets-tu donc de juger ce qu'il possible ou non pour une personne de faire, après que justice soit faite ?

D'ailleurs, étonnant de voir qu'après autant de commentaires acharnés ici sur les VSS, tu relègues celui-là au statut de simple fait divers.
- je le fais en qualité de moi-même et je donne le droit à toute personne qui est elle-même le droit de protester.

- ta manœuvre n'est pas originale. On parle d'un côté d'un meurtrier qui bénéficie d'une aura qui peut promouvoir le sentiment d'impunité et toi tu choppe un autre débat pour essayer de faire dérailler le premier.
Myifee Abonné
Le 13/02/2024 à 12h 30

ragoutoutou

- je le fais en qualité de moi-même et je donne le droit à toute personne qui est elle-même le droit de protester.

- ta manœuvre n'est pas originale. On parle d'un côté d'un meurtrier qui bénéficie d'une aura qui peut promouvoir le sentiment d'impunité et toi tu choppe un autre débat pour essayer de faire dérailler le premier.
Encore une fois, la loi et rien que la loi.
Ce n'est pas un meurtrier, au sens de la loi, étant donné qu'il a été condamné en ayant "écarte l'intention d'homicide" ( page 2 : https://www.lefigaro.fr/assets/pdf/cantat2.pdf )

Ensuite, si la moindre critique de votre discours suffit à le faire dérailler, c'est que vos positions ne sont pas assez solides. J'oserai rajouter que la critique est saine, et que le débat a été à la source de la démocratie.

Ma "manœuvre" est simple : la même loi appliquée à tous, et non pas interprétée selon le caractère militant que l'on peut en retirer. Actuellement, Cantat n'a pas eu de peine complémentaire qui vise à l'effacer ou le mettre au ban de la nation.

Et pourtant, comme rappelé plus haut, je suis loin d'avoir les mêmes accointances politiques que Cantat. Mais cela ne s'oppose pas à un traitement rigoureux, au lieu d'un traitement sentimental.
Le 13/02/2024 à 13h 48

Myifee

Encore une fois, la loi et rien que la loi.
Ce n'est pas un meurtrier, au sens de la loi, étant donné qu'il a été condamné en ayant "écarte l'intention d'homicide" ( page 2 : https://www.lefigaro.fr/assets/pdf/cantat2.pdf )

Ensuite, si la moindre critique de votre discours suffit à le faire dérailler, c'est que vos positions ne sont pas assez solides. J'oserai rajouter que la critique est saine, et que le débat a été à la source de la démocratie.

Ma "manœuvre" est simple : la même loi appliquée à tous, et non pas interprétée selon le caractère militant que l'on peut en retirer. Actuellement, Cantat n'a pas eu de peine complémentaire qui vise à l'effacer ou le mettre au ban de la nation.

Et pourtant, comme rappelé plus haut, je suis loin d'avoir les mêmes accointances politiques que Cantat. Mais cela ne s'oppose pas à un traitement rigoureux, au lieu d'un traitement sentimental.
Disons qu'aux yeux de la loi française, effectivement ce n'est pas un meurtre, aux yeux de la loi lithuanienne c'en est un.

Pour le reste, oui, critiquer, c'est bien, d'ailleurs critiquer Ulule a fait avancer les choses positivement.

alex.d. Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 18
Tout ça est ridicule. Si Cantat va faire ses course chez Carrefour, va-t-on lancer un appel à boycotter Carrefour ?

Je comprends qu'on soit mal à l'aise avec le personnage (moi aussi je le suis), mais pour ceux qui ne l'aiment pas, il suffit de ne pas le financer, de ne pas aller à ses concerts, de faire comme s'il n'existait pas. Je ne comprends pas ce besoin de passer le lance-flamme sur tout ce qu'il touche.
Arkeen Abonné
Le 12/02/2024 à 20h 04
Ben c'est exactement ce que fait Ulule. Comme tu dis, « il suffit de ne pas le financer ».
alex.d. Abonné
Le 12/02/2024 à 23h 47

Arkeen

Ben c'est exactement ce que fait Ulule. Comme tu dis, « il suffit de ne pas le financer ».
Non. Ulule n'a pas agit par conviction mais pour faire cesser une intimidation et ainsi préserver leur image. Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott. D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal. C'est cet appel au boycott que je critiquais.

Une bande de féministes, toujours les mêmes, menace régulièrement de brûler tout ce que Cantat touche, pour imposer leur point de vue plutôt que de simplement l'ignorer. Ça a un petit effet Streisand, en plus : je ne savais même pas que le groupe Detroit était encore en activité.

Je ne conteste pas la noblesse de leur cause ni leur opinion, juste leurs méthodes de voyou.
Le 13/02/2024 à 10h 17

alex.d.

Non. Ulule n'a pas agit par conviction mais pour faire cesser une intimidation et ainsi préserver leur image. Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott. D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal. C'est cet appel au boycott que je critiquais.

Une bande de féministes, toujours les mêmes, menace régulièrement de brûler tout ce que Cantat touche, pour imposer leur point de vue plutôt que de simplement l'ignorer. Ça a un petit effet Streisand, en plus : je ne savais même pas que le groupe Detroit était encore en activité.

Je ne conteste pas la noblesse de leur cause ni leur opinion, juste leurs méthodes de voyou.
Oui, et alors... c'est ça qui est fantastique avec le libéralisme, on nous bassine avec le fait que notre liberté est de voter avec notre porte-feuille, mais dès qu'on le fait, ça crie au scandale...

Je préfère de toutes façons "une bande de féministes" qui ne lâche pas l'affaire face à un horrible féminicide que de voir ce gars revenir sur le devant de la scène et donner le signal à tous les hommes qui veulent défoncer leurs compagnes que ce n'est pas la fin du monde de passer à l'acte.
anagrys Abonné
Le 13/02/2024 à 10h 56

ragoutoutou

Oui, et alors... c'est ça qui est fantastique avec le libéralisme, on nous bassine avec le fait que notre liberté est de voter avec notre porte-feuille, mais dès qu'on le fait, ça crie au scandale...

Je préfère de toutes façons "une bande de féministes" qui ne lâche pas l'affaire face à un horrible féminicide que de voir ce gars revenir sur le devant de la scène et donner le signal à tous les hommes qui veulent défoncer leurs compagnes que ce n'est pas la fin du monde de passer à l'acte.
Ce que tu écris revient d'une certaine manière à exiger, parce-que toi tu penses que c'est approprié, une mise à mort de l'auteur des faits. Ou au-moins la prison à perpétuité.
Parce-que concrètement, dire : "cette personne a fait ça, pour cette raison je veux qu'elle n'ait plus aucune activité sociale", ça revient à ça.
C'est juste faire fi de centaines d'années d'évolution de la doctrine juridique, qui a abouti dans bon nombre de pays à l'abolition de la peine de mort, au motif que quoi qu'une personne ait pu faire par le passé, elle peut changer. Ce que ces associations, aujourd'hui, refusent à toute personne, qu'elle ait été jugée coupable ou juste soupçonnée (parce-qu'il n'y a pas de fumée sans feu), que les actes en question soient récents ou qu'ils datent de plus de 50 ans.

Je t'invite à réfléchir sérieusement au monde dont tu rêves en disant préférer "une bande de féministes qui ne lâche pas l'affaire". Et à te méfier : parfois, les rêves deviennent réalité, donc prends bien garde à ce à quoi tu rêves !

(quant à ma position personnelle, je souscris au commentaire initial de Furanku, et au commentaire de Labsyb plus bas, en n'ayant aucune envie de suivre la carrière artistique du personnage après Noir Désir, mais en appréciant à peu près tous les 36 du mois un des vieux titres du groupe)
Le 13/02/2024 à 11h 08

anagrys

Ce que tu écris revient d'une certaine manière à exiger, parce-que toi tu penses que c'est approprié, une mise à mort de l'auteur des faits. Ou au-moins la prison à perpétuité.
Parce-que concrètement, dire : "cette personne a fait ça, pour cette raison je veux qu'elle n'ait plus aucune activité sociale", ça revient à ça.
C'est juste faire fi de centaines d'années d'évolution de la doctrine juridique, qui a abouti dans bon nombre de pays à l'abolition de la peine de mort, au motif que quoi qu'une personne ait pu faire par le passé, elle peut changer. Ce que ces associations, aujourd'hui, refusent à toute personne, qu'elle ait été jugée coupable ou juste soupçonnée (parce-qu'il n'y a pas de fumée sans feu), que les actes en question soient récents ou qu'ils datent de plus de 50 ans.

Je t'invite à réfléchir sérieusement au monde dont tu rêves en disant préférer "une bande de féministes qui ne lâche pas l'affaire". Et à te méfier : parfois, les rêves deviennent réalité, donc prends bien garde à ce à quoi tu rêves !

(quant à ma position personnelle, je souscris au commentaire initial de Furanku, et au commentaire de Labsyb plus bas, en n'ayant aucune envie de suivre la carrière artistique du personnage après Noir Désir, mais en appréciant à peu près tous les 36 du mois un des vieux titres du groupe)
Et pourquoi les féministes en question n'auraient pas voix au chapitre ? Vision biaisée de la supposée neutralité des plateformes. Conception aseptisée de l'artiste qui aurait raison contre le public.
Modifié le 13/02/2024 à 11h08

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 11h08


Et pourquoi les féministes en question n'auraient pas droit au chapitre ? Vision biaisée de la supposée neutralité des plateformes. Conception aseptisée de l'artiste qui aurait raison contre le public.

anagrys Abonné
Le 13/02/2024 à 16h 32

consommateurnumérique

Et pourquoi les féministes en question n'auraient pas voix au chapitre ? Vision biaisée de la supposée neutralité des plateformes. Conception aseptisée de l'artiste qui aurait raison contre le public.
"Et pourquoi les féministes en question n'auraient pas voix au chapitre ?"

Là, tu marques un point, elles ont évidemment la possibilité de s'exprimer :D

Ceci dit, je trouve malsain et dangereuse l'incapacité de certaines personnes à simplement oublier, ou accepter l'idée de prescription.

Cette affaire me rend mal à l'aise, non par solidarité vis à vis de la personne - je me contrefiche de Cantat, qui est un homme violent, un assassin et qui devrait visiblement se faire soigner avant d'envisager d'approcher une femme -, mais par ce qu'elle me semble révéler par derrière, le fait que quand tu as fait une connerie, ou quand tu as simplement été accusé d'avoir fait une connerie par quelqu'un, tu vas devoir la payer. Toute ta vie. J'ai un parallèle direct avec Polansky, qui dès qu'il fait un film voit ses acteurs accusés de promouvoir un violeur. Pour des faits qui auraient été commis il y a près de 50 ans (conditionnel de rigueur, l'affaire n'ayant jamais été jugée)... je ne peux pas m'empêcher de trouver ça exagéré.
Et de craindre le jour où quelqu'un pourrait ressortir une chose que j'ai pu dire sur un forum en 2005 parce-qu'elle n'est plus conforme à la pensée du moment. Bon, ce dernier point est peu probable, je suis bien trop insignifiant pour ça.
Le 13/02/2024 à 11h 24

anagrys

Ce que tu écris revient d'une certaine manière à exiger, parce-que toi tu penses que c'est approprié, une mise à mort de l'auteur des faits. Ou au-moins la prison à perpétuité.
Parce-que concrètement, dire : "cette personne a fait ça, pour cette raison je veux qu'elle n'ait plus aucune activité sociale", ça revient à ça.
C'est juste faire fi de centaines d'années d'évolution de la doctrine juridique, qui a abouti dans bon nombre de pays à l'abolition de la peine de mort, au motif que quoi qu'une personne ait pu faire par le passé, elle peut changer. Ce que ces associations, aujourd'hui, refusent à toute personne, qu'elle ait été jugée coupable ou juste soupçonnée (parce-qu'il n'y a pas de fumée sans feu), que les actes en question soient récents ou qu'ils datent de plus de 50 ans.

Je t'invite à réfléchir sérieusement au monde dont tu rêves en disant préférer "une bande de féministes qui ne lâche pas l'affaire". Et à te méfier : parfois, les rêves deviennent réalité, donc prends bien garde à ce à quoi tu rêves !

(quant à ma position personnelle, je souscris au commentaire initial de Furanku, et au commentaire de Labsyb plus bas, en n'ayant aucune envie de suivre la carrière artistique du personnage après Noir Désir, mais en appréciant à peu près tous les 36 du mois un des vieux titres du groupe)
Tu fais beaucoup de raccourcis et tu prêtes beaucoup d'intentions. Je ne parles ni de peine de mort ni de perpétuité.

Juste du fait que dans une société en défaillance grâve face aux violences faites aux femmes, je salue celles qui ne lâchent pas l'affaire malgré la chape culturelle que la France cultive pour donner la parole trop souvent aux agresseurs plutôt qu'aux agressées.

On sait très bien où ça mène, d'abord un projet, de la scène, des passages radio, et ensuite des interview où il raconte sont histoire, se pose soit en "victime" soit en "mec qui a muri et appris de ses erreurs" ... capital artiste torturé en hausse, plus de ventes , plus de pognon, plus de porté médiatique, plus de passage dans les médias...

... plus de perception de l'impunité ...
... plus de mecs qui se défoulent sur leurs compagnes.

Il faut prêter ce cercle vicieux.
Arkeen Abonné
Le 13/02/2024 à 13h 04

anagrys

Ce que tu écris revient d'une certaine manière à exiger, parce-que toi tu penses que c'est approprié, une mise à mort de l'auteur des faits. Ou au-moins la prison à perpétuité.
Parce-que concrètement, dire : "cette personne a fait ça, pour cette raison je veux qu'elle n'ait plus aucune activité sociale", ça revient à ça.
C'est juste faire fi de centaines d'années d'évolution de la doctrine juridique, qui a abouti dans bon nombre de pays à l'abolition de la peine de mort, au motif que quoi qu'une personne ait pu faire par le passé, elle peut changer. Ce que ces associations, aujourd'hui, refusent à toute personne, qu'elle ait été jugée coupable ou juste soupçonnée (parce-qu'il n'y a pas de fumée sans feu), que les actes en question soient récents ou qu'ils datent de plus de 50 ans.

Je t'invite à réfléchir sérieusement au monde dont tu rêves en disant préférer "une bande de féministes qui ne lâche pas l'affaire". Et à te méfier : parfois, les rêves deviennent réalité, donc prends bien garde à ce à quoi tu rêves !

(quant à ma position personnelle, je souscris au commentaire initial de Furanku, et au commentaire de Labsyb plus bas, en n'ayant aucune envie de suivre la carrière artistique du personnage après Noir Désir, mais en appréciant à peu près tous les 36 du mois un des vieux titres du groupe)
> Ce que tu écris revient d'une certaine manière à exiger, parce-que toi tu penses que c'est approprié, une mise à mort de l'auteur des faits. Ou au-moins la prison à perpétuité.
Parce-que concrètement, dire : "cette personne a fait ça, pour cette raison je veux qu'elle n'ait plus aucune activité sociale", ça revient à ça.

Non. Déjà, "vouloir" et "exiger" ce n'est clairement pas la même chose.
Ensuite un boycott, ça n'a rien à voir ni avec la mort ni avec la prison à perpet'. Vraiment rien à voir.
Tu déformes complètement ses propos.
alex.d. Abonné
Le 13/02/2024 à 11h 50

ragoutoutou

Oui, et alors... c'est ça qui est fantastique avec le libéralisme, on nous bassine avec le fait que notre liberté est de voter avec notre porte-feuille, mais dès qu'on le fait, ça crie au scandale...

Je préfère de toutes façons "une bande de féministes" qui ne lâche pas l'affaire face à un horrible féminicide que de voir ce gars revenir sur le devant de la scène et donner le signal à tous les hommes qui veulent défoncer leurs compagnes que ce n'est pas la fin du monde de passer à l'acte.
Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Je pense qu'au départ, Ulule avait bien vu que c'était Bertrand Cantat, et avait un point de vue neutre : s'il se fait supporter, tant mieux pour lui ; sinon, bah tant pis. Alors que là, avec l'intervention des enragées, la position neutre n'est plus possible : il faut soit être pour, soit être contre. Moi ça me gonfle tous ceux qui vont prétendre que si tu n'es pas contre, c'est que tu es pour (Sarko aussi était fort à ce petit jeu rhétorique). Avec les réseaux sociaux, il n'y a plus aucune subtilité de possible.
Le 13/02/2024 à 13h 34

alex.d.

Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Je pense qu'au départ, Ulule avait bien vu que c'était Bertrand Cantat, et avait un point de vue neutre : s'il se fait supporter, tant mieux pour lui ; sinon, bah tant pis. Alors que là, avec l'intervention des enragées, la position neutre n'est plus possible : il faut soit être pour, soit être contre. Moi ça me gonfle tous ceux qui vont prétendre que si tu n'es pas contre, c'est que tu es pour (Sarko aussi était fort à ce petit jeu rhétorique). Avec les réseaux sociaux, il n'y a plus aucune subtilité de possible.
Ben si, tu peux exiger, mais maintenant, il faut de l'autorité pour faire passer ses exigences. Une menace de boycott peut être un bon moyen de pression.

Après, c'est à la plateforme Ulule de faire des choix... il n'y avait plus de possibilité de rester neutre vu la situation. Ulule a choisi où était son intérêt.

alex.d. Abonné
Le 13/02/2024 à 16h 39

ragoutoutou

Ben si, tu peux exiger, mais maintenant, il faut de l'autorité pour faire passer ses exigences. Une menace de boycott peut être un bon moyen de pression.

Après, c'est à la plateforme Ulule de faire des choix... il n'y avait plus de possibilité de rester neutre vu la situation. Ulule a choisi où était son intérêt.

Ce n'est pas une "menace de boycott" dont il est question ici, mais un appel au boycott. Tu n'as donc pas compris de quoi je parle. Boycotter soi-même ou appeler les autres au boycott, ce n'est pas du tout la même chose.
Par exemple, si je te blackliste individuellement ou si je demande à NXI de te bannir, ce sont deux choses très différentes.

Le 13/02/2024 à 18h 33

alex.d.

Ce n'est pas une "menace de boycott" dont il est question ici, mais un appel au boycott. Tu n'as donc pas compris de quoi je parle. Boycotter soi-même ou appeler les autres au boycott, ce n'est pas du tout la même chose.
Par exemple, si je te blackliste individuellement ou si je demande à NXI de te bannir, ce sont deux choses très différentes.

Une lecture de l'article t'aurait permis de savoir que les militantes en question ont menacé Ulule de ne plus utiliser ulule pour le financement de leurs projets et de ne plus soutenir les autres projets passant par elle car la promotion de l'image de Bertrand Cantat était incompatible avec leurs activités. D'un point de vue strictement pragmatique, c'est une menace de boycott plus qu'un appel au boycott, mais il est évident qu'il aurait fait tache d'huile. Ulule a décidé de garder de clients en baissant les prestations à d'autres.
Citan666 Abonné
Le 19/02/2024 à 00h 34

ragoutoutou

Oui, et alors... c'est ça qui est fantastique avec le libéralisme, on nous bassine avec le fait que notre liberté est de voter avec notre porte-feuille, mais dès qu'on le fait, ça crie au scandale...

Je préfère de toutes façons "une bande de féministes" qui ne lâche pas l'affaire face à un horrible féminicide que de voir ce gars revenir sur le devant de la scène et donner le signal à tous les hommes qui veulent défoncer leurs compagnes que ce n'est pas la fin du monde de passer à l'acte.
Marrant comment tu montes vite dans les tours. Maintenant on passe de scène de ménage tournant au drame à "horrible féminicide" (terme qui rappelons le a autant de valeur juridique que de sens pratique, tous deux assez proches du zéro absolu).

Est-ce un drame ? Oui. Cela a-t-il été révélateur des violences que peuvent subir des femmes ? Espérons-le.
Après on parle d'un couple qui était à priori fortement alcoolisé et potentiellement drogué au moins côté homme (hélas ce "détail" a été oublié pourtant ça ferait du bien à beaucoup de piger à quel point c'est de la merde la drogue). Et d'un mari qui a prévenu la famille de sa femme et a immédiatement reconnu ses actes.

On est TRÈS loin des affaires sordides de femmes tuées sous le coup d'une colère lucide voire pire assassinées froidement avec un plan établi.

Alors commencer à voir un lien entre "Bertrand Cantat reprend la chanson" et "le laisser chanter promeut les violences conjugales"... C'est une connerie d'un niveau digne d'une promesse de campagne ça. ^^
Arkeen Abonné
Le 13/02/2024 à 12h 55

alex.d.

Non. Ulule n'a pas agit par conviction mais pour faire cesser une intimidation et ainsi préserver leur image. Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott. D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal. C'est cet appel au boycott que je critiquais.

Une bande de féministes, toujours les mêmes, menace régulièrement de brûler tout ce que Cantat touche, pour imposer leur point de vue plutôt que de simplement l'ignorer. Ça a un petit effet Streisand, en plus : je ne savais même pas que le groupe Detroit était encore en activité.

Je ne conteste pas la noblesse de leur cause ni leur opinion, juste leurs méthodes de voyou.
> Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott.

Mais ... non, t'en sais rien. Pour un peu, il y a "des hordes de féministes" qui bossent à Ulule et ne veulent pas soutenir ce projet non plus.

> D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal.

Non. Juste non. pourquoi balancer une affirmation foireuse, avec un "peut-être" qui sert juste à te dédouaner si jamais t'as tord ?

D'une manière générale, je trouve que le boycott est loin d'être une "méthode de voyou", c'est presque le seul levier qu'on a en tant que consommateur. On est intimé à l'utiliser en permanence par les cyniques ( "Ben si t'aime pas t'as qu'à ne pas en acheter"), et dès que c'est utilisé c'est critiqué, et on insinue même que ça serait illégal 😑

> Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Le collectif de féministes n'exigent rien du tout. Elles appellent à boycotter la plateforme. Libre à chacun de suivre ou non.

Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort.
Modifié le 13/02/2024 à 13h07

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 12h55


> Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott.

Mais ... non, t'en sais rien. Pour un peu, il y a "des hordes de féministes" qui bossent à Ulule et ne veulent pas soutenir ce projet non plus.

> D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal.

Non. Juste non. pourquoi balancer une affirmation foireuse, avec un "peut-être" qui sert juste à te dédouaner si jamais t'as tord ?

D'une manière générale, je trouve que le boycott est loin d'être une "méthode de voyou", c'est presque le seul levier qu'on a en tant que consommateur. On est intimé à l'utiliser en permanence par les cyniques ( "Ben si t'aime pas t'as qu'à ne pas en acheter"), et dès que c'est utilisé c'est critiqué, et on insinue même que ça serait illégal 😑

Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort.

Posté le 13/02/2024 à 12h55


> Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott.

Mais ... non, t'en sais rien. Pour un peu, il y a "des hordes de féministes" qui bossent à Ulule et ne veulent pas soutenir ce projet non plus.

> D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal.

Non. Juste non. pourquoi balancer une affirmation foireuse, avec un "peut-être" qui sert juste à te dédouaner si jamais t'as tord ?

D'une manière générale, je trouve que le boycott est loin d'être une "méthode de voyou", c'est presque le seul levier qu'on a en tant que consommateur. On est intimé à l'utiliser en permanence par les cyniques ( "Ben si t'aime pas t'as qu'à ne pas en acheter"), et dès que c'est utilisé c'est critiqué, et on insinue même que ça serait illégal 😑

> Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Le collectif de féministes n'exigent rien du tout. Elles appellent à boycotter la plateforme. Libre à chacun de suivre ou non.

Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort.

alex.d. Abonné
Le 13/02/2024 à 16h 36

Arkeen

> Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott.

Mais ... non, t'en sais rien. Pour un peu, il y a "des hordes de féministes" qui bossent à Ulule et ne veulent pas soutenir ce projet non plus.

> D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal.

Non. Juste non. pourquoi balancer une affirmation foireuse, avec un "peut-être" qui sert juste à te dédouaner si jamais t'as tord ?

D'une manière générale, je trouve que le boycott est loin d'être une "méthode de voyou", c'est presque le seul levier qu'on a en tant que consommateur. On est intimé à l'utiliser en permanence par les cyniques ( "Ben si t'aime pas t'as qu'à ne pas en acheter"), et dès que c'est utilisé c'est critiqué, et on insinue même que ça serait illégal 😑

> Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Le collectif de féministes n'exigent rien du tout. Elles appellent à boycotter la plateforme. Libre à chacun de suivre ou non.

Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort.
"Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort."

En l'occurrence, elles n'ont pas appelé à boycotter Cantat, mais à boycotter tout Ulule (relis la news) pour leur tordre le bras. Tu n'as donc pas compris de quoi je parle.
Le 14/02/2024 à 09h 37

alex.d.

"Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort."

En l'occurrence, elles n'ont pas appelé à boycotter Cantat, mais à boycotter tout Ulule (relis la news) pour leur tordre le bras. Tu n'as donc pas compris de quoi je parle.
En relisant la news: elles n'ont pas appelé à boycotter Ulule mais elles ont annoncé boycotter Ulule: "Nous ne financerons plus nos projets sur Ulule, nous ne financerons plus les projets sur Ulule" ... ce qui a suffi pour qu'Ulule revoie sa position.
Citan666 Abonné
Le 19/02/2024 à 00h 37

Arkeen

> Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott.

Mais ... non, t'en sais rien. Pour un peu, il y a "des hordes de féministes" qui bossent à Ulule et ne veulent pas soutenir ce projet non plus.

> D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal.

Non. Juste non. pourquoi balancer une affirmation foireuse, avec un "peut-être" qui sert juste à te dédouaner si jamais t'as tord ?

D'une manière générale, je trouve que le boycott est loin d'être une "méthode de voyou", c'est presque le seul levier qu'on a en tant que consommateur. On est intimé à l'utiliser en permanence par les cyniques ( "Ben si t'aime pas t'as qu'à ne pas en acheter"), et dès que c'est utilisé c'est critiqué, et on insinue même que ça serait illégal 😑

> Oui, c'est exactement ça : on vote avec nos dollars, chacun en son âme et conscience, sans _exiger_ que les autres aient la même opinion que nous.

Le collectif de féministes n'exigent rien du tout. Elles appellent à boycotter la plateforme. Libre à chacun de suivre ou non.

Si un collectif appelait un boycott d'un album de musique d'un pédophile ayant purgé sa peine, est-ce que les réactions dans les commentaires seraient les mêmes ? J'en doute très fort.
Chiche ? :)
Patch Abonné
Le 14/02/2024 à 12h 20

alex.d.

Non. Ulule n'a pas agit par conviction mais pour faire cesser une intimidation et ainsi préserver leur image. Ils ont juste réagit à une horde de féministes qui appelait au boycott. D'ailleurs, cet appel au boycott est peut-être illégal. C'est cet appel au boycott que je critiquais.

Une bande de féministes, toujours les mêmes, menace régulièrement de brûler tout ce que Cantat touche, pour imposer leur point de vue plutôt que de simplement l'ignorer. Ça a un petit effet Streisand, en plus : je ne savais même pas que le groupe Detroit était encore en activité.

Je ne conteste pas la noblesse de leur cause ni leur opinion, juste leurs méthodes de voyou.
Légalement, strictement rien n'interdit de faire un appel au boycott, à partir du moment où on ne tombe pas dans la diffamation.
Mihashi Abonné
Le 14/02/2024 à 13h 58

Patch

Légalement, strictement rien n'interdit de faire un appel au boycott, à partir du moment où on ne tombe pas dans la diffamation.
alex.d. Abonné
Le 14/02/2024 à 14h 00

Patch

Légalement, strictement rien n'interdit de faire un appel au boycott, à partir du moment où on ne tombe pas dans la diffamation.
C'est un peu plus compliqué que ça. Il n'y a pas que la diffamation.

Entraver l'exercice normal d'une activité économique est illégal si c'est fait sur le fondement de l'origine, du sexe, de la situation de famille, de la grossesse, de l'apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de la situation économique, apparente ou connue de son auteur, du patronyme, du lieu de résidence, de l'état de santé, de la perte d'autonomie, du handicap, des caractéristiques génétiques, des mœurs, de l'orientation sexuelle, de l'identité de genre, de l'âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de la qualité de lanceur d'alerte, de facilitateur ou de personne en lien avec un lanceur d'alerte, au sens, respectivement, du I de l'article 6 et des 1° et 2° de l'article 6-1 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 précitée, de la capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales. (article 225-1 et suivants du code pénal).

Edit : ce qu'on reproche à Cantat, ne serait-ce pas ses moeurs ? Auquel cas, on tombe dans le cas de la discrimination définie ci-dessus.
Modifié le 14/02/2024 à 14h03

Historique des modifications :

Posté le 14/02/2024 à 14h00


C'est un peu plus compliqué que ça. Il n'y a pas que la diffamation.

Entraver l'exercice normal d'une activité économique est illégal si c'est fait sur le fondement de l'origine, du sexe, de la situation de famille, de la grossesse, de l'apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de la situation économique, apparente ou connue de son auteur, du patronyme, du lieu de résidence, de l'état de santé, de la perte d'autonomie, du handicap, des caractéristiques génétiques, des mœurs, de l'orientation sexuelle, de l'identité de genre, de l'âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de la qualité de lanceur d'alerte, de facilitateur ou de personne en lien avec un lanceur d'alerte, au sens, respectivement, du I de l'article 6 et des 1° et 2° de l'article 6-1 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 précitée, de la capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales. (article 225-1 et suivants du code pénal).

wagaf Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 36
J'avais argumenté à l'époque de la pandémie qu'une plateforme de financement ne devrait pas financer des projets antivax, car dans ce cas spécifique il y a un impact sanitaire réel et donc une vraie responsabilité envers la société qui va au delà de la responsabilité légale (peut-on vraiment justifier des morts au nom du "je m'en fous faites ce que vous voulez").

Mais si ces mêmes personnes voulaient aujourd'hui produire autre chose sans impact sanitaire ça ne me poserait pas de problème. Et surtout, le fait qu'ils aient propagé des trucs antivax dans le passé ne devrait pas être une raison de leur interdire de faire quoi que ce soit de leur vie entière.
Modifié le 12/02/2024 à 16h38

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 16h36


J'avais argumenté à l'époque de la pandémie qu'une plateforme de financement ne devrait pas financer des projets antivax, car dans ce cas spécifique il y a un impact sanitaire réel et donc une vraie responsabilité envers la société qui va au delà de la responsabilité légale (peut-on vraiment justifier des morts au nom du "je m'en fous faites ce que vous voulez").

Mais si ces mêmes antivax voulaient aujourd'hui produire autre chose sans impact sanitaire ça ne me poserait pas de problème. Et surtout, le fait qu'ils aient propagé des trucs antivax dans le passé ne devrait pas être une raison de leur interdire de faire quoi que ce soit de leur vie entière.

Posté le 12/02/2024 à 16h37


J'avais argumenté à l'époque de la pandémie qu'une plateforme de financement ne devrait pas financer des projets antivax, car dans ce cas spécifique il y a un impact sanitaire réel et donc une vraie responsabilité envers la société qui va au delà de la responsabilité légale (peut-on vraiment justifier des morts au nom du "je m'en fous faites ce que vous voulez").

Mais si ces mêmes antivax voulaient aujourd'hui produire autre chose sans impact sanitaire ça ne me poserait pas de problème. Et surtout, le fait qu'ils aient propagé des trucs antivax dans le passé ne devrait pas être une raison de leur interdire de faire quoi que ce soit de leur vie entière.

Le 13/02/2024 à 11h 37
On pourrait argumenter que les violences faites aux femmes sont une urgence sanitaire réele, et tout ce qui constitue une incitation ou un renforcement du sentiment d'impunité doit être combattu, et qu'en l'absence d'une volonté politique de traiter le problème correctement, les associations et militant⋅e⋅s ont une valeur indéniable pour faire bouger les lignes.
wagaf Abonné
Le 13/02/2024 à 15h 38

ragoutoutou

On pourrait argumenter que les violences faites aux femmes sont une urgence sanitaire réele, et tout ce qui constitue une incitation ou un renforcement du sentiment d'impunité doit être combattu, et qu'en l'absence d'une volonté politique de traiter le problème correctement, les associations et militant⋅e⋅s ont une valeur indéniable pour faire bouger les lignes.
Oui ça s'entend complétement, et au final c'est le choix de Ulule, ils font affaire avec qui ils veulent.
Le 12/02/2024 à 16h 42
Les différentes formes de violences sexistes et sexuelles
https://arretonslesviolences.gouv.fr
Ossito Abonné
Le 12/02/2024 à 16h 56
Du reste je ne pense pas que Bertrand Canta soit un trio à lui tout seul. Moralement est ce acceptable de jeter opprobre à l'ensemble du groupe et autres personnes nécessaire à la réalisation d'un album. Donc pour crucifier B.C sur la place publique on fait fie des personnes autour en dommage collatéral?
Ce monde deviens hystérique.
Le 12/02/2024 à 17h 02
Je ne suis pas sûr de comprendre ce message en particulier : "Elle précise par ailleurs compter reverser les commissions perçues sur l’opération de financement à une association d’aide aux femmes victimes de violences conjugales, en accord avec sa politique de modération."

Est-ce que Ulule compte reverser les fonds de la cagnotte à ces associations (ça serait bien hein) ou est-ce que l'on parle d'autre chose ?
Ossito Abonné
Le 12/02/2024 à 17h 09
La cagnotte est maintenue sans pub et la part que devais toucher ulule sera reversé à une asso.
Mihashi Abonné
Le 12/02/2024 à 17h 11
Comme la phrase le dit, elle va reverser son pourcentage (les commissions) de la cagnotte aux associations.
Jarodd Abonné
Le 12/02/2024 à 17h 50
Si j'ai bien compris, c'est juste la "promotion" du projet qu'Ulule a mis en retrait. La cagnotte est toujours en ligne : https://fr.ulule.com/detroit-nouvel-album/

Donc ça me convient : le groupe peut produire son album avec ses fans, mais on évite de lui faire de la pub, surtout qu'il n'en a pas besoin, au contraire de plein d'autres projets qui n'ont pas la renommée du groupe (bonne ou mauvaise).

Sinon merci aux "personnalités féministes très suivies en ligne", qui ont mis un sacré coup de projecteur sur la campagne. L'effet Streisand, ça fait 20 ans qu'il existe (qu'il est connu sous ce nom en tout cas), mais c'est toujours aussi efficace :yes:
Modifié le 12/02/2024 à 17h53

Historique des modifications :

Posté le 12/02/2024 à 17h50


Si j'ai bien compris, c'est juste la "promotion" du projet qu'Ulule a mis en retrait. La cagnotte est toujours en ligne : https://fr.ulule.com/detroit-nouvel-album/

Donc ça me convient : le groupe peut produire son album avec ses fans, mais on évite de lui faire de la pub, surtout qu'il n'en a pas besoin, au contraire de plein d'autres projets qui n'ont pas la renommée du groupe (bonne ou mauvaise).

fred42 Abonné
Le 12/02/2024 à 18h 26
Merci du lien. Je n'avais pas réussi à le trouver par leur moteur de recherche.

On peut y lire :
>DÉTROIT, c’est désormais un trio : Bertrand Cantat, Pascal Humbert et Jérémie Garat.

Cela permet de se rendre compte du sérieux de Ulule qui déclare :

>le nom de Bertrand Cantat n'était pas mentionné dans le titre et le sous-titre du projet, la personne de notre équipe, qui a revu la page avant sa mise en ligne, n'a pas fait le lien entre Détroit et Bertrand Cantat

C'était écrit en toutes lettres qu'il était dans le trio !

Ulule se moque de qui ?
Arkeen Abonné
Le 12/02/2024 à 20h 27

fred42

Merci du lien. Je n'avais pas réussi à le trouver par leur moteur de recherche.

On peut y lire :
>DÉTROIT, c’est désormais un trio : Bertrand Cantat, Pascal Humbert et Jérémie Garat.

Cela permet de se rendre compte du sérieux de Ulule qui déclare :

>le nom de Bertrand Cantat n'était pas mentionné dans le titre et le sous-titre du projet, la personne de notre équipe, qui a revu la page avant sa mise en ligne, n'a pas fait le lien entre Détroit et Bertrand Cantat

C'était écrit en toutes lettres qu'il était dans le trio !

Ulule se moque de qui ?
J'avoue que c'est pas clair 🤨
Soit ils n'ont pas lu le descriptif (pas pro du tout), soit ils racontent des mythos (c'est pire), soit le descriptif a été modifié ... Je voulais aller voir sur Wayback Machine, mais je n'arrive pas à voir le snapshot du 07 février. Si jamais ça marche de votre coté, je veux bien voir le résultat : https://web.archive.org/web/20240207194328/https://fr.ulule.com/detroit-nouvel-album
Winderly Abonné
Le 13/02/2024 à 07h 53

Arkeen

J'avoue que c'est pas clair 🤨
Soit ils n'ont pas lu le descriptif (pas pro du tout), soit ils racontent des mythos (c'est pire), soit le descriptif a été modifié ... Je voulais aller voir sur Wayback Machine, mais je n'arrive pas à voir le snapshot du 07 février. Si jamais ça marche de votre coté, je veux bien voir le résultat : https://web.archive.org/web/20240207194328/https://fr.ulule.com/detroit-nouvel-album
Ça ne fonctionne pas chez moi. Il y a des emplacements de textes et images, mais ils sont tous grisés.
Citan666 Abonné
Le 19/02/2024 à 00h 41
Je confirme, je ne savais même pas que Bertrand avait reformé un groupe, du coup par curiosité je suis allé écouter le premier titre trouvé sur Youtube et bien que c'était pas du tout ma came en soi (chanson mélancolico-nostalgique où je soupçonne une dose d'auto-projection) c'était assez touchant.

Après bon, malheureusement pour lui je l'aurai sans doute oublié demain (enfin, plutôt, d'ici quelques jours, car je ne doute pas l'arrivée prochaine de commentaires dans le jugement voire la détestation du fait que j'ose dire avoir apprécié une chanson écrite par un criminel:stress:, donc le temps de les lire puis de passer à autre chose... xd).
Le 13/02/2024 à 00h 32
On sait donc qu'il vaut mieux ne pas utiliser Ulule pour ses futures financement.
Le 13/02/2024 à 06h 06
S'il dispose de ses droits civiques on peut pas lui interdire une activité, surtout si elle n'est pas illégale et ne constitue pas une infraction ou ne plébiscite pas des actes répréhensibles. Les associations deviendraient presque justiciable :
Article 225-1 du code pénal sur les atteintes à la dignité humaine et 225-2.
fofo9012 Abonné
Le 13/02/2024 à 07h 39
Quel scandale ! Le type a purgé sa peine (il y'a plus de dix ans déjà !).
La position d'Ulule est scandaleuse, de quel droit une plateforme serait supérieure à la Justice !

Concernant cet article, j'avoue ne pas bien comprendre l'angle pris, on est clairement dans une situation de harcèlement en ligne, le fait que ce soit menée par des féministes ne rend pas la cause noble !
Labsyb Abonné
Le 13/02/2024 à 08h 59
Oui, Bertrand Cantat a été condamné pour homicide. Oui il a purgé sa peine dans le cadre de la justice. Oui il est régulièrement attaqué dans ses projets artistiques par des personnes qui ne supportent pas qu’il puisse s’exprimer sur scène ou dans les média.
Maintenant prenons un peu de recul sur les raisons de ces attaques.

Comprenez que pour certaines personnes, ces apparitions publiques sont insupportables. Essentiellement de par les activités qui ne sont pas celles d’un boulanger, d’un manœuvre, d’un codeur, d’un assistant de direction. Mais celle d’une profession qui s’exprime publiquement. Et qui, de par le drame lui même, le contexte (un individu public, médiatique, qui se retrouve auteur de la mort d’une autre personne publique, médiatique, fille de parents médiatiques) est appelé à remuer la vase.

En forçant le trait, imaginez voir évoluer régulièrement, librement, en bas de la rue, la personne qui a tué un proche et qui après avoir purgé sa peine, serre des mains, se marre au bar du coin, fait une petite blague à la mamie du 5ième, est apprécié de l’élu local. Tandis que vous, vous ruminez la perte de ce proche causée par cette personne qui évolue tranquillement comme si de rien n’était. Et que cette personne vous rappelle en permanence ce drame humain dont elle est en partie l’auteur.

La nature des activités de Bertrand Cantat n’est pas à négliger dans cette histoire. L’exposition médiatique qui en résulte ou peut en résulter est à considérer comme un poids important dans la balance.

Je ne commenterai pas des masses la position de Ulule qui se retrouve le cul entre deux chaise dans cette histoire. Ils n’ont pas interdit la collecte. Ils décident de prendre une position intermédiaire qui consiste à ne pas retirer ce projet qui ne contrevient pas à leurs règles, mais décident de ne pas faire la promotion de celle ci sur leur réseau.

Je ne commenterai pas des masses la position des associations féministes qui se sont insurgées sur le fait que Ulule ait accepté ce projet. Elles sont outrées et réagissent en annonçant le boycott de la plateforme.

Bertrand Cantat ne vivra plus jamais tranquille ne serait ce que dans ses tentatives d’activités tournées vers le public. Juridiquement est est libre de ses mouvements. Publiquement il ne peut ignorer (et certains seront toujours là pour le lui rappeler) ce qu’il a fait sur Marie Trintignant.

On peut le regretter, comme on peut aussi comprendre pourquoi certains ne supportent pas l’idée de le voir s’exprimer publiquement, faire l’objet d’une adoration (fans), développer une activité qui peut l’amener à être mis en avant dans les média, et ainsi revenir hanter la mémoire de ceux qui ont perdu un être cher par son entremise.

Il n’y pas beaucoup de gens qui veulent qu’il soit puni encore et encore. Il y a surtout des gens qui veulent ne pas risquer de le voir fanfaronner au yeux de tous.

Pour terminer, je confesse que j’apprécie l’oeuvre artistique de Noir Désir, dont Cantat est une pierre angulaire. Je confesse que je connais Détroit et qu’il m’arrive d’écouter leur album. Je confesse que tout ce merdier me fait mal au cœur. Mais je comprends aussi la position des victimes. Pour qui le pardon ne passera jamais par un retour à la normalité médiatique pour celui qui leur a enlever un enfant, une amie chère.







Patch Abonné
Le 13/02/2024 à 09h 54
C'est un bon résumé de la situation.

Pour ma part, je n'écouterai pas Détroit tant qu'il sera dedans, que ce groupe soit excellent comme merdique à souhait. Il a purgé la peine qui a été prononcée contre lui par une décision de justice, on n'a rien à dire sur ce point. Par contre en effet le voir à nouveau vouloir revenir sur le devant de la scène, après tout ce qu'il a fait, me dérange pas mal.
Le 13/02/2024 à 11h 05

Patch

C'est un bon résumé de la situation.

Pour ma part, je n'écouterai pas Détroit tant qu'il sera dedans, que ce groupe soit excellent comme merdique à souhait. Il a purgé la peine qui a été prononcée contre lui par une décision de justice, on n'a rien à dire sur ce point. Par contre en effet le voir à nouveau vouloir revenir sur le devant de la scène, après tout ce qu'il a fait, me dérange pas mal.
Tout pareil que toi : Cantat est un auteur de violences conjugales multiples et un meurtrier, auteur d'un féminicide. Et ça, je ne peux l'oublier.
Winderly Abonné
Le 13/02/2024 à 09h 07
C'était tellement mieux le far west, pouvoir lyncher quiconque pour quelconque raison.
Oh oui, c'était mieux avant.
Le 13/02/2024 à 10h 15
La cancel culture dans toute sa splendeur ...
Le 13/02/2024 à 10h 24
Dans un splendide pays qui a toujours de splendides chiffres concernant les féminicides, de splendides décimales dans les taux de condamnations pour les violeurs, de splendides oppositions à la notion de consentement pour qualifier le viol...

... oui cette lutte est splendide et d'utilité publique.

Combien de femmes en France se font-elles cancel à coups de poings, de pieds ou de bitte?
Le 13/02/2024 à 10h 48
La culture du légal et de la neutralité supposée des plateformes est de la "cancel culture" en invisibilisant les problèmes de la société, que d'ailleurs les artistes sont sensés exprimer.
Noir Désir avait des paroles très politiques et morales dans les années 1990, ça change de la culture du neutre et du légal des commentaires de Next sous cette news.
Modifié le 13/02/2024 à 10h50

Historique des modifications :

Posté le 13/02/2024 à 10h48


La culture du légal et de la neutralité supposée des plateformes est de la "cancel culture" en invisibilisant les problèmes de la société, que d'ailleurs les artistes sont sensés exprimer.
Noir Désir avait des paroles très politiques et morales dans les années 1990, ça changeait de la culture du neutre et du légal des commentaires de Next sous cette news.

Posté le 13/02/2024 à 10h49


La culture du légal et de la neutralité supposée des plateformes est de la "cancel culture" en invisibilisant les problèmes de la société, que d'ailleurs les artistes sont sensés exprimer.
Noir Désir avait des paroles très politiques et morales dans les années 1990, ça changeait de la culture du neutre et du légal des commentaires de Next sous cette news.

Furanku Abonné
Le 14/02/2024 à 08h 50
Fond du débat dans les commentairs mis à part, on retrouve là un sujet qui font la raison pour laquelle je maintiens mon abonnement à Next :D

Déjà parce que c'est un sujet de société, en lien avec le numérique, qui mérite une couverture. Ensuite car on retrouve des échanges intéressants et majoritairement respectueux/sereins en commentaires, malgré des avis parfois antagonistes, ce qui permet à chacun de forger sa propre opinion (ou de la changer) en ayant plusieurs points de vue.
Et ça c'est un point non négligeable qui mérite notre soutient en tant que lecteurs.

Donc merci à Mathilde et au reste de l'équipe pour tout cela !
Gldump92 Abonné
Le 14/02/2024 à 17h 41
Ca, niveau débat de société, le combat du "coupable un jour, coupable toujours" contre "le droit à une seconde chance" sera toujours porteur.

Merci à Next et à ses lecteurs de le permettre sans que ça dégénère en pugilat.
C'est suffisamment rare de nos jours pour le souligner.
dvr-x Abonné
Le 16/02/2024 à 17h 20
Je ne regarde pas souvent l’Agora, je commente ce qui me plait généralement, mais je trouve amusant de voir que le sujet le plus commenté du moment touche très peu au domaine de Next finalement. Comme quoi le sujet intéresse toujours autant tout le monde…
fred42 Abonné
Le 16/02/2024 à 17h 54
Ulule est tout à fait dans le domaine de Next ainsi que la modération (ou la censure :fumer:) des publications sur le Web et les applis.

Quant à l'Agora, je pensais au début que c'était une place perdue sur l'écran, mais j'ai changé d'avis. C'est très pratique pour voir les nouveaux commentaires sur les sujets les plus commentés.
dvr-x Abonné
Le 17/02/2024 à 08h 19

fred42

Ulule est tout à fait dans le domaine de Next ainsi que la modération (ou la censure :fumer:) des publications sur le Web et les applis.

Quant à l'Agora, je pensais au début que c'était une place perdue sur l'écran, mais j'ai changé d'avis. C'est très pratique pour voir les nouveaux commentaires sur les sujets les plus commentés.
Si tu lis les commentaires, le sujet ce n'est pas Ulule/Cantat, tu le sais très bien...

Je ne dis pas que l'article n'a pas sa place sur Nxi ! En aucun cas. Juste que c'est amusant de constater que c'est le sujet le plus commenté.
Citan666 Abonné
Le 19/02/2024 à 00h 10
"Le cas de Bertrand Cantat, qui a purgé sa peine de prison, est certainement l’un de ceux-là (en l’occurrence, l’entreprise plaide l’erreur d’appréciation)."

Effectivement, grosse erreur d'appréciation. La bonne réaction était d'envoyer chier, gentiment mais fermement, ces féministes à deux francs.
La meilleure aurait peut-être été de les ignorer directement.
Le 19/02/2024 à 08h 08
Si Ulule est l'un des rares pionniers du crowdfunding à encore exister aujourd'hui, c'est certainement grâce à un modèle commercial, une déontologie très efficaces. On ne peut pas en dire autant de toutes les plateformes qui ont existé au début des années 2010.
La supposée neutralité des plateformes est parfois fatale pour l'avenir économique de ces entreprises (on salue bien fort «Silicon Sentier» Paris).