Rappelons à François Fillon l'épisode fâcheux de son Comité supérieur de la télématique

Courage, Fillon

Rappelons à François Fillon l’épisode fâcheux de son Comité supérieur de la télématique

Rappelons à François Fillon l'épisode fâcheux de son Comité supérieur de la télématique

Au Consumer Electronics Show de Las Vegas, François Fillon, comme les autres politiques, a fait le tour des stands. Le candidat LR à la présidentielle a tenu à rappeler spécialement son apport essentiel pour le développement de l’Internet en France.  Non sans taire un épisode moins glorieux.

« J’ai toujours été passionné par la technologie. J’ai toujours eu le dernier téléphone sorti, le dernier ordinateur » a exposé le vainqueur de la primaire de la droite et du centre. Au micro d’Hugo Clément de l’émission Quotidien, François Fillon n’a pas lésiné dans la glorification de son bilan : « J’ai ouvert les télécommunications à la concurrence. Vous pensez qu’il y aurait de l’Internet en France si on avait toujours France Télécom avec des fonctionnaires ? Et qui s’opposait à cette réforme ? La gauche. »

Dans son discours officiel, prononcé toujours à Las Vegas, il revendique d’avoir en 1995 « ouvert les télécommunications à la concurrence en bataillant dur contre ceux qui souvent aujourd’hui donnent des leçons de modernité ». Ainsi, déjà, celui-ci « pressentait l’importance de l’internet quand d’autres n’y voyaient qu’un gadget éphémère. Et ce faisant, j’ai toujours défendu la concurrence parce qu’elle force les acteurs à l’innovation et à l’amélioration constante du service rendu au meilleur prix. »

Des propos raillés sur Twitter

Nous reviendrons plus en détail sur les déclarations respectives des politiques présents au salon, mais on soulignera que les propos du candidat ont rapidement été épinglés sur les réseaux sociaux. Outre les railleries de Manuel Valls, certains facétieux ont déterré une interview accordée par le même personnage à Libération.

C’était là encore en 1995 : « Le Minitel n’est pas mort, exposait-il. Il y a toute une série de services et de clientèles pour lesquels c’est un outil adapté. Pour chercher un numéro de téléphone, vous n’allez pas mettre votre micro-ordinateur en marche ». Dans ce même échange, celui alors ministre des Technologies de l’Information et de la Poste notait cependant l’importance à venir d’Internet : « Le réseau existe, on doit être dessus ». 

L’épisode oublié du Comité supérieur de la télématique

Seulement, Fillon a oublié un épisode moins glorieux de son bilan d'alors. C’est le dépôt de son amendement enfantant le Comité supérieur de la télématique (CST). En 1996, dans le cadre des débats autour de la future loi de réglementation des télécommunications, il avait imaginé la création d’un mécanisme de filtrage, sous les dorures d'une autorité administrative.

Ce texte ne se contentait pas en effet d’imposer aux FAI la fourniture à leurs clients d’« un moyen technique leur permettant de restreindre l’accès à certains services ou de les sélectionner » (un système de contrôle parental). Un deuxième niveau de contrôle, cette fois centralisé, reposait sur les nouvelles compétences du Comité supérieur de la télématique, une excroissance du Conseil supérieur de l'audiovisuel. 

Sa logique était simple : saisi par quiconque (utilisateur, fournisseur de services, ayant droit, etc.), le CST aurait dû devenir une machine à recommandations voire à « avis » publiés au Journal officiel. Reposant sur de vagues « règles déontologiques », ces avis auraient épinglé tous les contenus contraires à la loi française.

Les conséquences auraient été douloureuses. Selon le dernier article de l'amendement, les FAI auraient été pénalement responsables des éventuelles infractions commises sur les réseaux si d’une part, ils n’avaient pas proposé d’outils de restrictions d’accès et d’autre part, avaient fait l’objet d’un avis défavorable. Même issue s'il avait été établi que ces intermédiaires avaient « en connaissance de cause, personnellement commis l'infraction ou participé à sa commission ». 

En cas d’avis défavorable, un fournisseur d’accès aurait donc été directement pénalement responsable des contenus échangés par les abonnés, diffusés en ligne. Des contenus qui échappent par définition à leur contrôle préventif, sauf mise en place d'un filtrage généralisé de tous les flux.

Autant dire que le CST se voyait devenir chef d’orchestre d’Internet. Ou comme le disait alors le juriste Lionel Thoumyre, « le CST allait ainsi devenir l’organe directeur de l’Internet français, une sorte de Léviathan, gouverneur de l’espace virtuel, conférant aux FAI la responsabilité d’exécuter ses décisions » (on lira également avec vif intérêt l’analyse de l‘Association des utilisateurs d’Internet, toujours en 1996).

Un dispositif respectueux de la liberté d’expression, selon François Fillon…

Pour défendre son texte lors des débats parlementaires du 6 juin, François Fillon jugeait malgré tout la législation française « inadaptée devant l'existence d'un réseau qui est un réseau mondial, qui n'appartient à personne et sur lequel circulent librement des informations de toutes sortes ».

À cette époque marquée par les affaires Usenet et UEJF (voir les détails dans cet article complet d’Owni), le ministre ne voyait que des mérites à son amendement : un dispositif simple, respectueux de la liberté d’expression, « qui vise non à introduire une censure sur le réseau Internet, mais à sécuriser la situation des entreprises qui offrent des accès, tout en permettant aux usagers de se tourner vers le comité supérieur de la télématique lorsqu'ils ont le sentiment que des informations circulant sur le réseau sont en contradiction totale avec la législation française ».

…censuré par le Conseil constitutionnel

Adopté par le Sénat, l’amendement n’a cependant pas survécu à l’examen du Conseil constitutionnel. Le 23 juillet 1996, le juge suprême a décapité par ces quelques lignes, la fameuse disposition :

« Considérant que la loi a confié au Comité supérieur de la télématique le soin d'élaborer et de proposer à l'adoption du Conseil supérieur de l'audiovisuel, auprès duquel il est placé, des recommandations propres à assurer le respect par certains services de communication de règles déontologiques , sans fixer à la détermination de ces recommandations, au regard desquelles des avis susceptibles d'avoir des incidences pénales pourront être émis, d'autres limites que celles, de caractère très général, résultant de l'article 1er de la loi susvisée du 30 septembre 1986 ; qu'ainsi le législateur a méconnu la compétence qu'il tient de l'article 34 de la Constitution ; que dès lors doivent être regardées comme contraires à la Constitution les dispositions du 1er alinéa de l'article 43-2 inséré dans la loi susvisée du 30 septembre 1986 ; que les dispositions des autres alinéas dudit article et celles de l'article 43-3 en sont en tout état de cause inséparables ; que les articles 43-2 et 43-3 introduits par l'article 15 dans la loi susvisée du 30 septembre 1986 doivent par suite être déclarés contraires à la Constitution » (décision du 23 juillet 1996). 

Explications : pour les neuf Sages, attribuer un pouvoir si général à une instance administrative, à savoir publier de simples recommandations sans bornages mais ayant des conséquences sur la responsabilité pénale de tous les intermédiaires, est contraire à l’article 34 de la Constitution.

Il revient en effet à la loi de fixer les règles relatives aux droits civiques et aux garanties fondamentales accordées aux citoyens. Et c’est au législateur d’assurer la sauvegarde des droits et des libertés constitutionnellement garantis. Pas au CST ou au CSA.

Dans les commentaires de cette décision, les services du Conseil constitutionnel rappelaient qu’en matière audiovisuelle, « le législateur a ainsi souvent défini avec une grande précision, le cadre dans lequel l'autorité de régulation devait intervenir (…) Or, en ce qui concerne la télématique, le législateur a fait preuve d'une retenue inhabituelle ». 

Bien des années plus tard, le rapport Lescure est venu une nouvelle fois à la charge, en voulant confier au CSA un rôle de régulateur des contenus en ligne. En vain : l’initiative n’a pas plus prospéré. En attendant, il n’est vraiment pas sûr qu’il y aurait de l’Internet en France comme aujourd’hui si le Conseil constitutionnel n'avait pas donné au ministre Fillon une telle « leçon de modernité ».

Commentaires (265)


Mais c’est un type bien Fillon, même Bachar el-Assad le dit ! <img data-src=" />


François Fillon a décidé de faire péter le Buzzo-trollimètre, ou bien ?



Le sous-titre … Selon qu’il était facile ou excellent, je ne sais pas s’il faut mettre <img data-src=" /> ou bien <img data-src=" /> …


Fillon, un Droopy sans-couilles cumulard depuis 40 ans.


Texte hilarant de Fillon sur LinkedIn :&nbsp;https://www.linkedin.com/pulse/je-veux-que-la-france-devienne-une-smart-nation-f…&nbsp;(pastebin :http://pastebin.com/5zS6sJe6), étrillé dans les commentaires d’ailleurs

(pub reçue ce matin dans mes mails, est-ce que ça sera compté dans son temps de parole?)



Si Fillon répondait il dirait que le CST aurait amélioré la pénétration d’internet (ou de l’internet) en France, réduit le chômage, sauvé les bébés phoques et empêché les attentats


Haha, et c’est le coté sympa du personnage ^^ Imaginez le reste<img data-src=" />


Y’a pas deux L de trop dans son nom ?&nbsp;<img data-src=" />


un peu sécos de lui remettre une citation de 1995 en 2017 mais article intéressant.

On voit que l’envie de controler internet ne date pas d’hier








cygnusx a écrit :



un peu sécos de lui remettre une citation de 1995 en 2017 mais article intéressant.&nbsp;





&nbsp; C’est lui qu’a commencé!





Je pressentais l’importance de l’internet quand d’autres n’y voyaient qu’un gadget éphémère.&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;

Par ailleurs :



Le pétrole du 21ème siècle est la data. Les drones, l’impression 3D et les objets connectés seront bientôt partout. La réalité augmentée, la blockchain, le data cloud, l’intelligence artificielle, le machine learning nous font basculer dans une ère nouvelle.&nbsp;[…]&nbsp;Son effet net sera positif, mais elle nécessitera un accompagnement attentif des pouvoirs publics et une responsabilité éthique de tous les acteurs car les algorithmes ne sont pas neutres moralement.



Oui ça aurait été dommage de ne pas contrôler/limiter/vérifier/taxer/dévier/autoritéindépendantiser/boitenoiriser tout ça



C’est clair… 22 ans après…





Alors qu’on a vu des politiques récemment faire l’inverse de ce qu’ils avaient promis juste avant leur élection…








cygnusx a écrit :



un peu sécos de lui remettre une citation de 1995 en 2017 mais article intéressant.

On voit que l’envie de controler internet ne date pas d’hier





Certes, mais c’est lui qui a commencé ;) &nbsp;#lesarchives



Ton commentaire montre qu’on s’est tous habitué à ce que les politiciens n’assument pas leurs paroles.


« J’ai toujours été passionné par la technologie. J’ai toujours eu le dernier téléphone sorti, le dernier ordinateur »



Ah mon pauvre, si tu savais que ça n’est pas la possession, mais la passion la plus importante








MarcRees a écrit :



Certes, mais c’est lui qui a commencé ;) #lesarchives







Cela dit, Fillon était sur le Net en 1996. Et même un peu avant, ayant été un des 1ers betatesteurs de l’Internet par le câble, cf par exemple ce tweet et tous ceux qui y répondent (intéressant aussi pour un aspect historique) :https://mobile.twitter.com/AlexArchambault/status/818232602888929281



Du même twittos :

“l’Internet mondial s’est très bien développé sans lui. Par contre, au niveau national, la LRT de 1996 est à mettre à son crédit”

“je maintiens qu’au niveau national il y est pour beaucoup pour avoir réussi à faire passer pas mal de trucs qui ont bien servi, à savoir (i) fin de l’agrément du matériel (ii) régulation indépendante (iii) interconnexion & accès aux infras historiques”









127.0.0.1 a écrit :



François Fillon a décidé de faire péter le Buzzo-trollimètre, ou bien ?





Pourquoi cette niouze n’est pas sortie Vendredi ? <img data-src=" />



“C’était là encore en 1995&nbsp;: « Le Minitel n’est pas mort….”



(ça fait 20 ans*)&nbsp;

à sa décharge “on dira que c’était ..un-faux-pas) voyons les décisions qu’il prendra A PARTIR

de ..maintenant !



&nbsp;* disons “erreur de&nbsp; jeunesse”








honyme a écrit :



« J’ai toujours été passionné par la technologie. J’ai toujours eu le dernier téléphone sorti, le dernier ordinateur »





Consommateur d’inutile. Un modèle pour la France.









MarcRees a écrit :



Certes, mais c’est lui qui a commencé ;)  #lesarchives



C’est une constante chez tous les politiciens qui oublient que tout ce qu’ils disent ou écrivent est enregistré et peut être ressorti à n’importe quel moment.

Ce qui ne les empêche pas de se contredire en permanence pour être à la mode et dire ce que les gens ont envie d’entendre à un moment donné.



Ils sont comme les économistes selon le regretté Bernard Maris : “Ils viennent t’expliquer le mardi pourquoi ils se sont trompés le lundi”… <img data-src=" />









MarcRees a écrit :



Certes, mais c’est lui qui a commencé ;) &nbsp;#lesarchives









jackjack2 a écrit :



&nbsp; C’est lui qu’a commencé!




 &nbsp;     



&nbsp;

Par ailleurs :



Oui ça aurait été dommage de ne pas contrôler/limiter/vérifier/taxer/dévier/autoritéindépendantiser/boitenoiriser tout ça





allez les enfants faites vous un bisou ! et puis qui sait avec tout l’espionnage le minitel va peut être ressortir&nbsp;&nbsp;



Fillon ferait bien de se pencher sur les bienfaits de la “concurrence” pour Internet aux US puisqu’il y est: rachats/fusions en masse, monopoles qui mènent à une dégradation/stagnation de la qualité de service&nbsp;et à une augmentation des tarifs (coucou Comcast) , lobbying contre la neutralité et l’arrivée de concurrents…&nbsp;








gavroche69 a écrit :



C’est une constante chez tous les politiciens qui oublient que tout ce qu’ils disent ou écrivent est enregistré et peut être ressorti à n’importe quel moment.

Ce qui ne les empêche pas de se contredire en permanence pour être à la mode et dire ce que les gens ont envie d’entendre à un moment donné.





Ce n’est pas parce que certains se contredisent parfois, et beaucoup plus souvent que d’autres, qu’il faut généraliser.







gavroche69 a écrit :



Ils sont comme les économistes selon le regretté Bernard Maris : “Ils viennent t’expliquer le mardi pourquoi ils se sont trompés le lundi”… <img data-src=" />





Il n’était pas économiste, Maris ?

En fait, il ne faut pas confondre ceux qui viennent parler à la télévision (et qui se trompent parfois), et les économistes purement académiques qui ne cherchent pas à prédire l’avenir plus que ça et qui donc n’ont pas particulièrement de raison de se tromper. Un bon économiste est aussi celui qui connaît les limites de son exercice.



Pour les politiques, les citoyens ont une mémoire volatile, ils revotent volontiers pour des voleurs (Balkany, Mellick, Médecin etc…). Leur rappeler leur passé fait montre d’œuvre salutaire et leur faire manger leur caca quand ils se vantent de vouloir parfumer l’électeur est un acte démocratique de journalisme <img data-src=" />








jackjack2 a écrit :



Par ailleurs : […]

Oui ça aurait été dommage de ne pas contrôler/limiter/vérifier/taxer/dévier/autoritéindépendantiser/boitenoiriser tout ça





Je ne vois pas ce qui te fait dériver ainsi du propos initial. Sur ce coup-là, il n’a pas tort, on a intérêt à réfléchir sur l’impact de ces techniques (dont il pense que l’impact est positif au final), et c’est aussi le rôle de l’État de ne pas rester purement passif mais d’anticiper des travers possibles.





J’ai ouvert les télécommunications à la concurrence.





C’est pas l’Europe qui a forcé un peu la main ?





Vous pensez qu’il y aurait de l’Internet en France si on avait toujours France Télécom avec des fonctionnaires ?





Fonctionnaire qui ont déployé tout le réseau cuivre utilisé par les autres.



On lui dit aussi qu’il y avait des FAI dès le début des 90’s et que certains n’ont pas attendu que les guignols dans son genre ?








cygnusx a écrit :



un peu sécos de lui remettre une citation de 1995 en 2017 mais article intéressant.

On voit que l’envie de controler internet ne date pas d’hier





c’est lui le premier qui a parler de ces veilles actions <img data-src=" />&nbsp;



En 95-96!!!



Heureusement que ça a bien changé depuis. C’est presque avant la préhistoire d’Internet! A cette époque le Minitel était encore le maître des télécommunications, on pensait comme le Minitel, les réseaux étaient conçus pour le marché du Minitel.



Remember!








vizir67 a écrit :



“C’était là encore en 1995&nbsp;: « Le Minitel n’est pas mort….”



(ça fait 20 ans*)&nbsp;

à sa décharge “on dira que c’était ..un-faux-pas) voyons les décisions qu’il prendra A PARTIR

de ..maintenant !



&nbsp;* disons “erreur de&nbsp; jeunesse”





on préfèrera ne pas voir ^^&nbsp;









John Shaft a écrit :



C’est pas l’Europe qui a forcé un peu la main ?







Fonctionnaire qui ont déployé tout le réseau cuivre utilisé par les autres.



On lui dit aussi qu’il y avait des FAI dès le début des 90’s et que certains n’ont pas attendu que les guignols dans son genre ?





ça c’est pas faut



et encore aujourd d’hui la fibre j’ai l’impression que c’est les collectivité qui s’en charge



en tout privé la moitié de la France n’aurais pas accès a l’ADSL car pas rentable&nbsp;









OlivierJ a écrit :



Je ne vois pas ce qui te fait dériver ainsi du propos initial. Sur ce coup-là, il n’a pas tort, on a intérêt à réfléchir sur l’impact de ces techniques (dont il pense que l’impact est positif au final), et c’est aussi le rôle de l’État de ne pas rester purement passif mais d’anticiper des travers possibles.





Dériver?

J’ai relevé un propos que Fillon a tenu au CES, là où Marc rappelle un épisode de la vie politique de Fillon suite à&nbsp;un propos que Fillon a tenu au CES

Ca me paraît pas être une dérive surtout vu le niveau de dérive des commentaires de NextInpact



Et le problème n’est pas tant ce qu’il dit que ce qu’il est et que ce qu’il a fait pendant les 5 ans où il était premier ministre

Accompagner c’est bien, accompagner&nbsp;à la sauce de nos responsables politiques français habituels, c’est moins glop

Mais puisque je dérive du propos initial, restons-en là









Ricard a écrit :



Consommateur d’inutile. Un modèle pour la France.





pour beaucoup aujourd’hui s’y connaitre en info c’est avoir le dernier ordi, passer 4 h d’affilé sur diablo 3 ou télécharger le dernier games of throne



Tu as surtout fait un procès d’intention (à mon avis peu pertinent ici).


« J’ai toujours été passionné par la technologie. J’ai toujours eu le dernier téléphone sorti, le dernier ordinateur … D’ailleurs t’as vu la nouvelle CG qui vient se sortir et les Kaby lake trop cool pour la VR » Aurait il ajouté dans un élan d’enthousiasme <img data-src=" />




J’ai toujours été passionné par la technologie. J’ai toujours eu le dernier téléphone sorti, le dernier ordinateur





On comprend mieux les 600 milliards d’euros de dette supplémentaire de Fillon, et les intérêts de cette dette que NOUS allons devoir payer toute notre vie, avec cette mentalité <img data-src=" />


Pourtant le livre blanc de 1994 sur les autoroutes de l’information parlait déjà de la nécessité de développer la fibre optique… Qu’est-ce qu’il en a fait ? Pas assez à mon goût.


“le législateur a méconnu la compétence qu’il tient de l’article&nbsp;34 de la Constitution”

Article lisible ici:

&nbsphttps://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019241…



En réalité, le conseil constitutionnel disait de manière aimable que Fillon était un incompétent! C’est en effet le 1er article à connaître quand on propose une nouvelle loi.








OlivierJ a écrit :



Tu as surtout fait un procès d’intention (à mon avis peu pertinent ici).&nbsp;





C’est vrai, on peut dire que cette loi venait véritablement de la partie reptilienne de son cerveau: On sentait le mec dépassé et qui a essayé de se raccrocher vainement en terrain connu pour continuer à maîtriser l’information, sur le modèle d’un CSA… adapté à une diffusion centralisée. Mission impossible.



Faire un procès d’intention à la partie primitive d’un cerveau, le cheval qui vous ramène à la maison quand plus rien d’autre ne fonctionne, c’était sans doute il est vrai inadapté! <img data-src=" />









OlivierJ a écrit :



Ce n’est pas parce que certains se contredisent parfois, et beaucoup plus souvent que d’autres, qu’il faut généraliser.





Il n’était pas économiste, Maris ?

En fait, il ne faut pas confondre ceux qui viennent parler à la télévision (et qui se trompent parfois), et les économistes purement académiques qui ne cherchent pas à prédire l’avenir plus que ça et qui donc n’ont pas particulièrement de raison de se tromper. Un bon économiste est aussi celui qui connaît les limites de son exercice.



Bah, les exceptions doivent se compter sur les doigts d’une main et encore…



Si Maris était un économiste mais justement lui connaissait les limites de sa “science” et ne se prenait pas pour un dieu sachant tout prédire…

Tels ceux venus nous dire en 2007 que la crise des subprimes ne toucherait pas l’Europe et qui sont ensuite (les mêmes) venus nous dire qu’il était inévitable que cette crise touche l’Europe…



La plupart des économistes sont des mecs capables de prédire avec précision le temps qu’il faisait hier… <img data-src=" />



La transformation de France Telecom en société commerciale date de 1996, ça n’est donc pas très étonnant que la même année, le ministre en charge des télécoms en France imagine les futurs services d’internet comme des services du Minitel 2.0.



Ceci dit, réguler les contenus des médias (web ou autres) est une caractéristique commune à tous les États centralisés (dont fait évidemment partie la République française).








yl a écrit :



“le législateur a méconnu la compétence qu’il tient de l’article 34 de la Constitution”

Article lisible ici:

&#160https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019241…



En réalité, le conseil constitutionnel disait de manière aimable que Fillon était un incompétent! C’est en effet le 1er article à connaître quand on propose une nouvelle loi.





La compétence au sens juridique n’est pas la compétence au sens commun ; la compétence signifie la possibilité légale et que ça rentre dans les attributions.







yl a écrit :



C’est vrai, on peut dire que cette loi […]





Je ne comprends rien à ton délire. Je disais à jackjack2, en citant ses propres propos, qu’il avait fait un procès d’intention à Fillon (tu peux aller relire la phrase de Fillon et les propos de jackjack2).



Dieu sait que je n’aime pas Fillon. Mais ressortir des propos d’il y a plus de 20 ans, je vais vous le dire clairement : c’est du journalisme de merde.

En fait non, ce n’est meme pas du journalisme.








gavroche69 a écrit :



Bah, les exceptions doivent se compter sur les doigts d’une main et encore…





Si tu le dis…







gavroche69 a écrit :



Tels ceux venus nous dire en 2007 que la crise des subprimes ne toucherait pas l’Europe et qui sont ensuite (les mêmes) venus nous dire qu’il était inévitable que cette crise touche l’Europe…





Je serais curieux de voir la liste des économistes qui ont dit ça. Elle doit être particulièrement fine surtout comparé au nombre des économistes qui ne l’ont pas dit.







gavroche69 a écrit :



La plupart des économistes sont des mecs capables de prédire avec précision le temps qu’il faisait hier… <img data-src=" />





C’est bien de rigoler, mais c’est pas mal non plus d’éviter de sortir des poncifs quand on ne sait pas en quoi consiste le métier d’économiste, on si on confond avec éditorialiste.

Par exemple, le livre de Jean Tirole (le prix Nobel) se penche de façon intéressante sur la question, je ne l’ai pas encore fini.

Et en 2006 l’avis d’un économiste sur la question : “Les économistes ne sont d’accord sur rien ?”http://bsalanie.blogs.com/economie_sans_tabou/2006/12/les_conomistes_.html



En l’occurence non, quand le mec se vante de ce qu’il a fait il y a 20 ans, il est bon de rappeler la réalité des faits.

Si tu me balance que t’étais premier de ta classe en 5eme, j’aimerai bien voir le bulletin pour le démontrer, qui lui vient avec d’autres info (notemment moyenne de classe et autre) pour remettre les choses dans leur contexte


disons que sortir des propos de tout contexte pour attaquer gratuitement,oui c’est de très bas niveau ( ex les propos sexistes de trump…)

sortir les propos dans le contexte dans lequel la personne se met en avant disant “ ya 20 ans c’est moi qui ai tout fait” … c’est plus &nbsp;dire &nbsp;“tiens ton nez s’allonge…”



bon après on a tous tendance a grandir nos actes passés, la mémoire embellit les choses &nbsp;;)

d’ailleur c’est bien Fillon qui a permit la 4eme licence 3G….

&nbsp;



&nbsp;








Drepanocytose a écrit :



Dieu sait que je n’aime pas Fillon. Mais ressortir des propos d’il y a plus de 20 ans, je vais vous le dire clairement : c’est du journalisme de merde.

En fait non, ce n’est meme pas du journalisme.





ce ne sont pas ses propos d’il y a vingt ans, ce sont ceux d’aujourd’hui&nbsp; :&nbsp; “Vous pensez qu’il y aurait de l’Internet en France si on avait toujours France Télécom avec des fonctionnaires ?”

C’est ça qui a fait réagir tout le monde.

&nbsp;

Et comme en plus il s’est lui même présenté comme un grand visionnaire d’il y a vingt ans, les gens (et les journalistes) lui ont mis le nez dans son propre caca d’il y a vingt ans.



C’est du même niveau que sarko qui avec ses petits bras à lui tout seul à cassé le mur de berlin, sans même être allé à berlin ce jour là.









OlivierJ a écrit :



Si tu le dis…





Je serais curieux de voir la liste des économistes qui ont dit ça. Elle doit être particulièrement fine surtout comparé au nombre des économistes qui ne l’ont pas dit.





C’est bien de rigoler, mais c’est pas mal non plus d’éviter de sortir des poncifs quand on ne sait pas en quoi consiste le métier d’économiste, on si on confond avec éditorialiste.

Par exemple, le livre de Jean Tirole (le prix Nobel) se penche de façon intéressante sur la question, je ne l’ai pas encore fini.

Et en 2006 l’avis d’un économiste sur la question : “Les économistes ne sont d’accord sur rien ?”http://bsalanie.blogs.com/economie_sans_tabou/2006/12/les_conomistes_.html



Ben je parle des économistes qu’on voit ou qu’on entend, ceux qui ne disent rien c’est pas évident de savoir ce qu’ils pensent.



Ce n’est pas des poncifs, c’est une réalité constatée concernant ceux qui s’expriment que ce soit en écrivant des bouquins ou à travers les différents médias.



Que je sache ils ne sont pas obligés de venir nous distiller leurs pseudos vérités en permanence, donc ils n’ont qu’à assumer leurs erreurs.



Quant-au prix Nobel c’est un truc qui veut de moins en moins dire quelque chose quand on voit à qui il est donné, c’est en train de devenir comme notre fameuse légion d’honneur distribuée à n’importe qui pour n’importe quoi…



Cela dit je ne dis rien sur Jean Tirole puisque je n’ai pas lu son bouquin, il fait peut-être partie de ceux qui ne pensent pas avoir la science infuse comme tant d’autres…



Pour moi le seul truc censé que peut dire un économiste honnête c’est “je ne sais pas”… <img data-src=" />






Pour le coup, F Fillon dit la vérité, puisque c’est F Fillon qui a transformé France Télécom en société anonyme en 1996 et a ouvert à la concurrence le marché des télécoms. Ceci-dit, il l’a fait parce que l’ouverture du marché était prévue par les traités internationaux et les traités européens.



Les gens de gauche (comme il dit) étaient soit des menteurs, soit des idéalistes qui ne comprenaient rien à la place de la France dans le Monde (et ça continue avec les protectionnistes actuels qui confondent le destin de la France avec celui de l’Union européenne, en occultant complètement que l’influence de la France dans le Monde est égale à celle du Brésil de nos jours).


Je ne sais pas quel est le but de cet article, mais sortir une proposition de loi d’il y a 20 ans, c’est à dire au tout début d’internet alors que personne ne savait comment cela allait évoluer n’apporte pas grand chose au débat (pour rester poli et sans parler de la facilité du sous titre).



Certes Fillon a sorti une phrase de politique se vantant d’avoir inventer la paix dans le monde: comme tous les politiques…

Mais ce n’est certainement en sortant ce dossier là qu’on va faire avancer le schmilblick. D’ailleurs j’espère que les propositions de chaque candidat seront analysés dans une série d’article.

Parceque la, on plutôt l’impression d’assister à un one shot dont le seul but serait de défouler le rédacteur plutôt que d’informer le lecteur…








picatrix a écrit :



ce ne sont pas ses propos d’il y a vingt ans, ce sont ceux d’aujourd’hui  :  “Vous pensez qu’il y aurait de l’Internet en France si on avait toujours France Télécom avec des fonctionnaires ?”

C’est ça qui a fait réagir tout le monde.





Et ?

Pour le coup, il a raison: c’est bien lui qui a privatisé France Telecom.

Par contre il a tort: le marché a été ouvert à la concurrence en 1998 sous Jospin c’est à dire un gouvernement de gauche.

On pourrait dire aussi qu’ils n’ont fait qu’appliquer une directive européenne, etc.



En gros pour démonter ses propos, il y a avait mille et une façons plus subtiles que cet article.

Car le problème ici est beaucoup plus profond: le parti pris semble tellement évident que l’impartialité des futurs articles sur les candidats pourraient être remis en cause



Merci, très intéressants les &nbsp;docs d’Archambault&nbsp;<img data-src=" />





On s’aperçoit qu’il était déjà conscient de problèmes qui se posent encore aujourd’hui.&nbsp;<img data-src=" />








Gritou a écrit :



En l’occurence non, quand le mec se vante de ce qu’il a fait il y a 20 ans, il est bon de rappeler la réalité des faits.





Sauf que l’article est partiel, partial et n’apporte pas une once d’information sur ce qui s’est passé à l’époque aux lecteurs.




  • Fillon était ministre sous Chirac, a bien lancé la privatisation de certains services en 1996

  • Chirac a eu la bonne idée de dissoudre l’assemblée en 1997 avec pour conséquence de se récupérer un gourvernement de gauche

  • Que c’est ce gouvernement de gauche qui a finalisé la mise en concurrence de certains secteurs dont celui des télécoms au grand dam de certains électeurs de l’époque.

    etc. etc.



    Alors peut être que toi tu t’en contentes.

    Mais souffre que pour d’autres cet article est juste ridicule: on dirait un tweet rallongé en réponse à un autre tweet









carbier a écrit :



Car le problème ici est beaucoup plus profond: le parti pris semble tellement évident que l’impartialité des futurs articles sur les candidats pourraient être remis en cause





Pas besoin, quand il s’agit de Marc, la partialité c’est la norme.

Ce sont les articles impartiaux de sa part qui me surprendraient.



Il a pris une leçon à l’époque, mais il l’a retenue ?

Parce qu’en 20 ans, on peut bien changer d’avis ?








carbier a écrit :



Et ?

Pour le coup, il a raison: c’est bien lui qui a privatisé France Telecom.





Je ne conteste pas que ce soit lui qui ait privatisé FT.

&nbsp;

Ce qui est éminemment critiquable dans ses propos c’est de nier la compétence technique de “FT” (et de sa R&D) et des “fonctionnaires” dans l’arrivée d’internet.

C’est juste une pique nauséabonde d’un candidat qui veut virer 500 000 fonctionnaires et qui cherche des justifications d’incompétence pour cela. Quand on veut noyer son chien on l’accuse de la rage.

&nbsp;

Il est totalement présomptueux de penser que c’est grâce à la privatisation (“décidée par lui” en 1995) que par exemple renater (créé en janvier1993 soit deux ans avant son arrivée au ministère des télécoms en mai 1995) fonctionnait (et fonctionne encore).



En gros pour démonter ses propos, il y a avait mille et une façons plus subtiles que cet article.

Car le problème ici est beaucoup plus profond: le parti pris semble tellement évident que l’impartialité des futurs articles sur les candidats pourraient être remis en cause

tout comme le parti pris de certains commentateurs ici même peut aussi être remis en cause.<img data-src=" />



il est amusant de constater que l’on accuse les “journalistes” de manque d’objectivité uniquement quand on est d’un avis différent du ton de l’article.

Le journalisme est par essence même subjectif (i.e. fait par des humains), et c’est au lecteur en s’informant à diverses sources se subjectivités différentes de se faire sa propre opinion.

L’objectivité absolue est impossible en journalisme.



Le mot télématique se veut désuet (surtout sur Twitter), pourtant il est formé des mots télé(communication) et (infor)matique. Les GAFAM, le “cloud” sont donc des exemples de la télématique, n’en déplaise à la hype des twittos.








gavroche69 a écrit :



Ben je parle des économistes qu’on voit ou qu’on entend, ceux qui ne disent rien c’est pas évident de savoir ce qu’ils pensent.

Ce n’est pas des poncifs, c’est une réalité constatée concernant ceux qui s’expriment que ce soit en écrivant des bouquins ou à travers les différents médias.

Que je sache ils ne sont pas obligés de venir nous distiller leurs pseudos vérités en permanence, donc ils n’ont qu’à assumer leurs erreurs.





Toujours des généralités dans tes propos, rien de concret…







gavroche69 a écrit :



Quant-au prix Nobel c’est un truc qui veut de moins en moins dire quelque chose quand on voit à qui il est donné, c’est en train de devenir comme notre fameuse légion d’honneur distribuée à n’importe qui pour n’importe quoi…





Ben voyons… Là aussi, des noms à l’appui de cette affirmation ?







gavroche69 a écrit :



Cela dit je ne dis rien sur Jean Tirole puisque je n’ai pas lu son bouquin, il fait peut-être partie de ceux qui ne pensent pas avoir la science infuse comme tant d’autres…

Pour moi le seul truc censé que peut dire un économiste honnête c’est “je ne sais pas”… <img data-src=" />





Tu as raison de ne rien dire sur Jean Tirole, c’est le plus sensé de tes propos. Quant à ta dernière phrase, euh “LOL” ?









picatrix a écrit :



L’objectivité absolue est impossible en journalisme.





Certes.

Mais a l’inverse, quand on n’est objectif qu’une fois sur 10, et encore seulement les jours de pleine lune, ca pose problème, en journalisme.



A l’impossible, nul n’est tenu. Mais lorsque meme le tres possible n’est pas atteint, voilà, quoi…



<img data-src=" /> Une ligne éditoriale non dissimulée ! C’est parfaitement scandaleux ! <img data-src=" />



Blague à part, la news rappelle surtout que le mec qui se pense être un pionnier d’internet est avant tout un pionnier de la censure numérique.

Et c’est ça, le vrai journalisme. Ce n’est pas juste rappeler des faits que tout le monde peut retrouver sur wikipédia ou via un moteur de recherche. C’est mettre en lumière des faits pour en dégager une analyse, qui sera forcément partiale et qui suivra une ligne éditoriale.



On peut ne pas être d’accord avec cette ligne, mais au moins, sur NXI, elle est parfaitement visible, et elle ne tente pas de se cacher derrière un masque d’objectivité qui n’est qu’une supercherie. Rien n’est objectif dans la politique.








ActionFighter a écrit :



<img data-src=" /> Une ligne éditoriale non dissimulée ! C’est parfaitement scandaleux ! <img data-src=" />





Mmmh. Là la ligne editoriale mous arrange un peu, mais c’est facile d’etre pour la partialité quand elle va dans le sens qui nous va bien.



Personnellement, je ne qualifierai pas de journalistes les crevures de Minute ou d’Atlantico qui rappellent des elements concrets et verifiables, pour en tirer des analyses partiales mais parfaitement tordues.



Pour denoncer avec coherence les exces de partialité chez mes ennemis ideologiques, je me dois de le faire aussi chez mes alliés ideologiques…









picatrix a écrit :



tout comme le parti pris de certains commentateurs ici même peut aussi être remis en cause.<img data-src=" />



il est amusant de constater que l’on accuse les “journalistes” de manque d’objectivité uniquement quand on est d’un avis différent du ton de l’article.





Ce n’est même pas le ton de l’article qui je mets en cause, c’est le choix de l’angle d’attaque qui est juste ridicule car il n’a rien à voir avec la privatisation. Tu n’attaques pas les faits mais une idée d’il y a 20 ans. Idée stupide certes, mais je te rappelle que nous sommes le pays du minitel…



PS: quant à l’objectivité, ce n’est pas la première fois que j’en parle. Je remarque juste que plus le temps passe, plus le ton est radical et partial. J’attends avec impatience le traitement de chaque candidat aux présidentielles.



S’il avait dit ça… il serait monté dans mon estime!



mais même VR il ne sait pas ce que ça veut dire.


Et on l’aime ainsi.




Donne moi un journal(iste) impartial, je te montrerai un journal qui en fait partage ton opinion.     





ps: ce n’est pas la partialité qui va me déranger, mais plutôt la mauvaise foi. Et sur Nxi, j’en ai rarement vu.








dematbreizh a écrit :



Et on l’aime ainsi.



Donne moi un journal(iste) impartial, je te montrerai un journal qui en fait partage ton opinion.





Paul Emile Victor.



le prix nobel, un nom? Obama








dematbreizh a écrit :



Et on l’aime ainsi.



ps: ce n’est pas la partialité qui va me déranger, mais plutôt la mauvaise foi. Et sur Nxi, j’en ai rarement vu.





Et TU l’aimes ainsi…



Sinon quand on voit de la mauvaise foi, meme rare (ce n’est pas mon avis, mais passons), c’est quasi systematiquement dans un article de Marc. Etonnant, non ?



“Heu… LOL ?”



Il est au CES, et il y en a partout.

<img data-src=" />


Bien dit. Si on veut de l’objectivité, on ouvre un dico, pas un journal.


Je me fiche de qui elle est.

Cela change quelque chose au problème?



Et pour rester sur l’article, que des faits ici.



Si je dis on, je globalise le lectorat de Nxi.

Tu revendiques que la ligne éditoriale est depuis longtemps orientée. Où est le problème?

Je n’aime pas la ligne du Figaro, je ne vais pas le leur reprocher, je ne lis pas!


« Et c’est ça, le vrai journalisme. (…) C’est mettre en lumière des faits pour en dégager une analyse. »



C’est joliment dit <img data-src=" />





« la news rappelle surtout que le mec qui se pense être un pionnier d’internet est avant tout un pionnier de la censure numérique. »

&nbsp;

Le mot “censure” est tellement galvaudé de nos jours (il y a même des gens qui accusent facebook de censure). On est en France le pays des limitations en tout genre, on n’est pas en Californie ou au Nevada<img data-src=" />

Vive la French Tech&nbsp; <img data-src=" />








dematbreizh a écrit :



S’il avait dit ça… il serait monté dans mon estime!



mais même VR il ne sait pas ce que ça veut dire.





Je crois que fillon est réellement “technophile”.

Pour un politique en tout cas. Quand il parle du dernier portable, d’ordinateur apparemment c’est vrai.



Mon beau-père m’avait raconté qu’il avait installé le wifi dans la mairie où il était maire, et c’était y’a un sacré moment et sur sa demande à lui (mais il m’a raconté ça il y a longtemps donc je me trompe peut être…)









dematbreizh a écrit :



le prix nobel, un nom? Obama





Il ne me semble pas qu’Obama a reçu un prix Nobel scientifique.

Et puis c’est à celui à qui je répondais de me trouver des noms, mais je crois que je vais attendre assis.



lol si tu veux.



Mon but était de dire qu’une phrase avec 2 abréviations et une dénomination récente montreraient qu’ils sait ce qu’est concrètement “le dernier ordinateur”.

Mais les politiciens aiment trop utiliser des phrases passe-partout.

Fillon ne fait pas exception ici.



Je suis technophile, et JAMAIS je n’achète le dernier téléphone, justement parce que je sais ce qu’il en est.


Nan, de la paix.

Cela reste aberrant. Ridicule.



Après je ne prends pas part au débat, mais rien que ce seul nom décrédibilise cette institution, hélas.








ActionFighter a écrit :



Et c’est ça, le vrai journalisme. Ce n’est pas juste rappeler des faits que tout le monde peut retrouver sur wikipédia ou via un moteur de recherche. C’est mettre en lumière des faits pour en dégager une analyse, qui sera forcément partiale et qui suivra une ligne éditoriale.





1- Tes faits mis en lumière ne sont pas dispos sur Wikipedia ? <img data-src=" />



2- De quelle analyse tu parles ? Je n’en vois aucune dans cet article.



PS: Donc la ligne éditoriale cela va être de faire des one shots en rapport à chaque déclaration de chaque candidat jusqu’aux élections ?



OK, je vais donc attendre et sortir mon :popcorn:









Drepanocytose a écrit :



Mmmh. Là la ligne editoriale mous arrange un peu, mais c’est facile d’etre pour la partialité quand elle va dans le sens qui nous va bien.



Personnellement, je ne qualifierai pas de journalistes les crevures de Minute ou d’Atlantico qui rappellent des elements concrets et verifiables, pour en tirer des analyses partiales mais parfaitement tordues.



Pour denoncer avec coherence les exces de partialité chez mes ennemis ideologiques, je me dois de le faire aussi chez mes alliés ideologiques…





La qualité du journalisme implique évidemment une rigueur de l’analyse qui ne doit pas être fallacieuse.



En l’occurrence, dans l’article, la charge me paraît parfaitement justifiée dans le sens où avant même qu’Internet n’ait connu son essor, Fillon se dressait déjà contre ses principes fondateurs.







joma74fr a écrit :



Le mot “censure” est tellement galvaudé de nos jours (il y a même des gens qui accusent facebook de censure). On est en France le pays des limitations en tout genre, on n’est pas en Californie ou au Nevada<img data-src=" />

Vive la French Tech  <img data-src=" />





Pour le coup, avec son CST, on est dans la bonne vieille censure étatique bien traditionnelle <img data-src=" />



Ouaw c’est vrai qu’en 9596 TOUT LE MONDE sauf fillon savait ce qu’allait devenir Internet. Quelle raclure d’avoir eu le souhait d’en faire un espace sécurisé.

C’est vrai qu’aujourd’hui il n’y a AUCUN filtrage opéré par les FAI ou les éditeurs de sécurité, non.

Aujourd’hui hadopi n’existe pas, non.

Aujourd’hui les sites illégaux ne sont pas fermés, non.



OK Fillon c’est pas votre copain, pas besoin d’un tel article pour le deviner.


Pour le coup oui je m’en contente car je sais déjà tout ça, après oui, pour quelqu’un qui n’a pas suivi les infos à l’époque il manque des éléments.

Mais gueuler comme quoi “on peut pas lui reprocher ce qu’il a dit il y a 20 ans” n’a aucun sens, il était majeur, vacciné, déjà au gouvernement, c’est pas une connerie qu’il a balancé au comptoir en étant ado et bourré…








dematbreizh a écrit :



Tu revendiques que la ligne éditoriale est depuis longtemps orientée. Où est le problème?

Je n’aime pas la ligne du Figaro, je ne vais pas le leur reprocher, je ne lis pas!





Mais c’est super comme principe dis moi…

Chacun son journal, chacun son journaliste… Surtout ne lire que des choses qui sont en accord avec ce qu’on croit (c’est tellement reposant pour le cerveau).



C’est une idée dotant plus hilarante qu’elle est écrite en commentaire de cet article. <img data-src=" />









dematbreizh a écrit :



Nan, de la paix.

Cela reste aberrant. Ridicule.



Après je ne prends pas part au débat, mais rien que ce seul nom décrédibilise cette institution, hélas.





Eh oui, le comité Nobel est partial aussi.

Suivant ton propre raisonnement, “c’est comme ca qu’on l’aime” et “ne leur reprocje pas, contente toi d’eviter de t’y interesser”

<img data-src=" />









carbier a écrit :



1- Tes faits mis en lumière ne sont pas dispos sur Wikipedia ? <img data-src=" />





Avant de t’auto-applaudir, tu peux m’expliquer le rapport entre mon com’ qui parle d’analyse journalistique sur NXI à partir de faits dont je cite une source, et le fait que tu trouves une analyse sur Wikipedia ?







carbier a écrit :



2- De quelle analyse tu parles ? Je n’en vois aucune dans cet article.





Le fait que Fillon soit le complet opposé de ce qu’il défend.







carbier a écrit :



PS: Donc la ligne éditoriale cela va être de faire des one shots en rapport à chaque déclaration de chaque candidat jusqu’aux élections ?



OK, je vais donc attendre et sortir mon :popcorn:





Oui, on peut carrément résumer NXI à ce genre de news.



Ne mange pas trop vite, tu vas t’étouffer avec ta malhonnêteté intellectuelle.









dematbreizh a écrit :



Nan, de la paix. Cela reste aberrant. Ridicule.

Après je ne prends pas part au débat, mais rien que ce seul nom décrédibilise cette institution, hélas.





Tu ne prends pas part au débat, mais tu donnes ton avis, c’est contradictoire. Tu es libre de penser ce que tu veux du choix d’Obama (qui a une certaine logique interne, on a eu Arafat et Rabin aussi), ça reste un prix Nobel non scientifique.







Drepanocytose a écrit :



Eh oui, le comité Nobel est partial aussi.





On a dérivé du sujet, il a répondu avec ça sur un sujet qui parlait de position scientifique. Le prix Nobel de la paix est un peu à part.









ActionFighter a écrit :



Avant de t’auto-applaudir, tu peux m’expliquer le rapport entre mon com’ qui parle d’analyse journalistique sur NXI à partir de faits dont je cite une source, et le fait que tu trouves une analyse sur Wikipedia ?







Source Wikipedia



En 1996, il propose un amendement à la loi de réglementation des télécommunications (dit « amendement Fillon ») visant notamment à rendre les fournisseurs d’accès pénalement responsables des contenus des services ayant fait l’objet d’un avis défavorable du Comité supérieur de la télématique (émanation du CSA) et donc à censurer de façon indirecte Internet. Cet amendement a été censuré par le conseil constitutionnel le 23 juillet 1996



Ou comment résumer en 2 phrases, un article entier de NXi dont tu glorifies “l’analyse” en disant que ce n’est pas dispo sur Wikipedia…









carbier a écrit :



Ou comment résumer en 2 phrases, un article entier de NXi dont tu glorifies “l’analyse” en disant que ce n’est pas dispo sur Wikipedia…





T’as pensé à prévenir l’Académie Française pour le dire d’arrêter de nous bassiner avec leurs bouquin résumables à leur synopsis ?









Drepanocytose a écrit :



Dieu sait que je n’aime pas Fillon. Mais ressortir des propos d’il y a plus de 20 ans, je vais vous le dire clairement : c’est du journalisme de merde.

En fait non, ce n’est meme pas du journalisme.





Oui, je ne comprend pas trop pourquoi les gens raillent les propos sur le minitel datant de 1995 : dans mes souvenirs, à l’époque le service minitel était très répandu en France (il y en avait même un en libre accès dans la poste de mon village).

A la même époque, Bill Gates et Microsoft tentait de pousser un réseau concurrent à Internet.

Quand on se remet dans le contexte, il apparait normal que Fillon défende une techno nationale et usitée à ce moment là.









OlivierJ a écrit :



Ce n’est pas parce que certains se contredisent parfois, et beaucoup plus souvent que d’autres, qu’il faut généraliser.







Pourtant vu les pourritures qu’on se tapent depuis plusieurs siècles dire qu’ils sont tous pourris (si ils ne le sont pas au début, ils le deviennent) est plutôt un axiome qu’un mensonge. (Certes il y a des exceptions mais elles sont tellement rares qu’elles sont négligeables)









carbier a écrit :



Tu n’attaques pas les faits mais une idée d’il y a 20 ans.



&nbsp;

Idée “revendiquée aujourd’hui même” par son auteur. Il ne fallait pas qu’il nous le rappelle, on avait presque oublié.

Tout le monde dit ou fait des conneries, mais quand 20 ans après on se glorifie de ses propres fails, il est bon de faire comme pour les petits chats et de lui mettre le nez dedans.

&nbsp;



Idée stupide certes

merci de le reconnaitre <img data-src=" />



&nbsp;

PS: quant à l’objectivité, ce n’est pas la première fois que j’en parle. Je remarque juste que plus le temps passe, plus le ton est radical et partial. J’attends avec impatience le traitement de chaque candidat aux présidentielles.

Il n’y a aucune “obligation d’objectivité”, juste une “égalité de traitement”, c’est à dire de donner le même temps de parole aux candidats.

Il est parfaitement légal de sortir les crottes de dessous le tapis pour l’un et d’encenser l’autre.

Par exemple le figaro et l’humanité le font mais chacun d’eux pas pour les mêmes candidats et en toute réciprocité.

Donc tu peux aller lire clubic et puis tu viens ici lire nxi pour te faire une moyenne … <img data-src=" />



Parle pour toi. <img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



Ben voyons… Là aussi, des noms à l’appui de cette affirmation ?…







Kissinger ça te parle ?

Le mec qui a installé le brave pinochet au pouvoir et qui s’est vu attribué le prix Nobel de la paix… <img data-src=" />



Pour le reste on a bien compris que tu aimais les économistes, ce n’est pas mon cas du tout…

Ces mecs pour la plupart prétendent maîtriser un truc qui leur échappe complètement car il est totalement imprévisible même par ceux qui l’on inventé.



Mais bon je ne vais pas passer mon temps à essayer de te convaincre, tu n’es pas le premier à être aveuglé par ces braves gens, il y a ici quelques spécialistes en la matière… <img data-src=" />



bon c’est quand même un peu/beaucoup sans intérêt comme article.

bientôt la coiffure des politiques y a 20 ans…








gavroche69 a écrit :



Kissinger ça te parle ?





Punaise mais tu persistes à me citer un prix Nobel de la paix <img data-src=" /> .

(Quant à Kissinger, je ne me prononce pas, mais il a eu son prix Nobel pour une raison qui n’a rien à voir avec Pinochet vu que c’était 8 mois avant le coup d’état).







gavroche69 a écrit :



Pour le reste on a bien compris que tu aimais les économistes, ce n’est pas mon cas du tout…

Ces mecs pour la plupart prétendent maîtriser un truc qui leur échappe complètement car il est totalement imprévisible même par ceux qui l’on inventé.





Ce n’est pas que j’aime les économistes, c’est juste que tu te contentes de sortir des clichés sans aucun concret derrière, parce que tu ne connais pour ainsi dire pas le sujet.









maxscript a écrit :



bon c’est quand même un peu/beaucoup sans intérêt comme article.

bientôt la coiffure des politiques y a 20 ans…





n’empêche que balladur avec une coupe “mullet” ça devait avoir de la gueule …









maxscript a écrit :



bon c’est quand même un peu/beaucoup sans intérêt comme article.

bientôt la coiffure des politiques y a 20 ans…





ne dit pas ça, il suffit de regarder l’avatar de Ricard pour voir que ça peut être assez…intéressant avec de l’imagination <img data-src=" />









OlivierJ a écrit :



Punaise mais tu persistes à me citer un prix Nobel de la paix <img data-src=" /> .





Ce n’est pas que j’aime les économistes, c’est juste que tu te contentes de sortir des clichés sans aucun concret derrière, parce que tu ne connais pour ainsi dire pas le sujet.







L’économie n’est pas une science car elle ne se base sur aucun fait véritablement vérifiable et durable.

C’est juste un truc qui n’a aucune rigueur et qui peut changer du jour au lendemain en fonction de ce qui se passe dans le monde, exactement comme les cours de la bourse donc…



La seule vérité de l’économie c’est que si t’as pas un minimum de fric ben tu crèves, tout le reste c’est du blabla. Des gens qui galèrent toutes les fins de mois sont des économistes bien plus crédibles que les “auto-proclamés” donneurs de leçons et généralement très bien payés.



Sinon autant dire aussi que les traders qui font la pluie et le beau temps alors qu’ils ne maîtrisent absolument rien sont aussi des scientifiques… <img data-src=" />



Parler de prix Nobel scientifique pour un économiste c’est juste un gros gag.

Et peu importe de quel prix il s’agit, à partir du moment où ils refilent n’importe quoi à n’importe qui ça les décrédibilisent pour tout le reste.



Je sors peut-être des clichés mais dans ce domaine je n’arriverais jamais à la cheville des économistes dont c’est une des grandes spécialités.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas d’exceptions à cette règle comme de partout.









gavroche69 a écrit :



L’économie n’est pas une science car elle ne se base sur aucun fait véritablement vérifiable et durable.

C’est juste un truc qui n’a aucune rigueur et qui peut changer du jour au lendemain en fonction de ce qui se passe dans le monde, exactement comme les cours de la bourse donc… […]





Tu as décidé de faire un concours d’inepties aujourd’hui ?