Comment les vidéos publiées sur YouTube aident à lutter contre le bizutage

Comment les vidéos publiées sur YouTube aident à lutter contre le bizutage

Cure de désintégration

Avatar de l'auteur
Xavier Berne

Publié dans

Droit

15/06/2013
63

Comment les vidéos publiées sur YouTube aident à lutter contre le bizutage

Alexandre Andujar, co-président de l'Association contre le bizutage, a bien voulu raconter à PC INpact comment son organisation se mobilisait pour dénicher des vidéos de bizutages sur Internet. Des films jugés utiles et nécessaires selon l'intéressé, qui explique pourquoi ces fichiers mis en ligne sont une précieuse source d'information.

bizutage dailymotion

 

Cette semaine, l’Association contre le bizutage (ACB) a réclamé auprès du recteur de l’académie et du président de l’Université Montpellier 2 l’ouverture d’une enquête « sérieuse et impartiale » après avoir trouvé sur YouTube une vidéo alarmante d’un « week-end d’intégration ». Les étudiants présents sur ce film se trouvaient en effet dans différentes situations humiliantes selon l’association. Cette dernière n’a d’ailleurs pas manqué d'indiquer au Figaro, qui rapporte l’information, que les responsables de ces actes sont passibles d’une peine de six mois de prison, de 7 500 euros d’amende et d’une exclusion universitaire.

Traque de vidéos de bizutage sur les plateformes telles que YouTube ou Dailymotion

Alexandre Andujar, co-président de l’ACB, a confirmé à PC INpact que les membres de l’association s’employaient à traquer les vidéos de bizutage sur Internet, et plus particulièrement sur YouTube et Dailymotion. « Dès qu’il y a le moindre acte humiliant, à partir du moment où il y a agression à la farine par exemple, on démarre de suite, explique-t-il. Après, le niveau de sanction va dépendre du bizutage. Nous demandons des sanctions proportionnées bien évidemment. Mais tout bizutage reste un bizutage, quel que soit son degré. Ne serait-ce que parce que ce qui est montré en ligne n’est pas forcément tous les événements qui se sont déroulés, ce n’est qu’une partie du bizutage... ».

 

À partir de différents mots-clés (intégration, baptême,...) l’ACB tente de dénicher des vidéos de bizutages. Avec l’idée de ne rien laisser passer. Quel est alors le comportement de l’association lorsqu'elle estime qu’une vidéo témoigne d’un bizutage ? « On prévient d’abord le recteur et le ministre », raconte Alexandre Andujar. Ce signalement est même « systématique » selon lui. Ce sont ensuite « le président de l’université ou le directeur de l’école » qui peuvent être alertés par l’ACB.

 

« La justice ce n’est que pour les cas les plus graves » explique le co-président de l’association. L’homme ne se fait d’ailleurs gère d’illusion quant aux chance d’aboutir à une condamnation des auteurs grâce à des poursuites judiciaires. Il affirme en effet que les tiers n’arrivent jamais à obtenir gain de cause devant les tribunaux. Pourquoi ? Parce qu’il faut que ce soit les victimes qui déposent plainte.

 

bizutage intégration

Des vidéos qui servent d'éléments de preuve à l'ACB

Pour autant, Alexandre Andujar ne voit pas dans Internet une bête noire, un potentiel vecteur de la diffusion des vidéos de bizutages. Bien au contraire. « On en a besoin » reconnaît-il. « À partir du moment où ils partagent leurs bizutages sur Internet, on peut travailler sur des bases plus objectives » explique le co-président de l’ACB. « C’est intéressant et utile, car c’est une mine de renseignements et on peut ensuite agir avec des éléments de preuve filmés. Je dis bien « élément », car même une vidéo peut se contester » précise-t-il.

 

Pas question donc d’envisager des demandes de blocage par les hébergeurs de vidéos, ou bien de censure, comme n’a pas hésité à le réclamer il y a peu la présidente de la Ligue contre la violence routière s’agissant des vidéos de chauffards (voir notre article). « Le contexte est différent » rétorque ici Alexandre Andujar. « C’est vrai qu’on pourrait croire que ces vidéos incitent à faire de même. Le problème c’est que les bizuteurs passent à l’acte de toute manière ! Ils n’ont pas attendu Internet pour le faire. Pour nous, ça n’augmente donc pas le bizutage ».

 

S’il dit comprendre la démarche de la Ligue contre la violence routière, Alexandre Andujar rejette la transposition de cette proposition de censure pour les vidéos de bizutages. « Pour notre combat spécifique, ça me semble utile, pour l’instant, dans l’état du rapport de force social et institutionnel dans lequel nous sommes. Ça permet de montrer aux gens, aux institutions... : "Regardez l’état des lieux ! On a des éléments de preuve et on n’a pas de sanction. En plus ils le revendiquent..." » martèle-t-il. L’intéressé concède toutefois un seul bémol : « c’est que ce genre de diffusion a tendance à laisser penser aux bizuteurs qu’ils ont l’impunité et ça rend un peu plus fragiles les futurs bizutés » fait-il valoir. 

63

Écrit par Xavier Berne

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Traque de vidéos de bizutage sur les plateformes telles que YouTube ou Dailymotion

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (63)


Le 15/06/2013 à 11h 55

Je n’ai jamais saisi le concept du bizutage franchement…<img data-src=" />


Le 15/06/2013 à 12h 01

Eh oui, il faut qu’il y aie des victimes, et encore heureux.



C’est vrai que jeter de la farine, quelle horreur. Mais certains vont plus loin encore. Je me souviens avoir discuté avec un des ces types, et l avait été scan-da-li-sé de savoir que pour ma première année d’école les élèves avaient organisé un rallye de découverte dans la ville, dans lequel les premières années, avec des peintures aux couleurs de l’école, se baladaient, cherchaient des énigmes, essayaient de trouver des réponses ou trouver des objets, etc. Sur une base totalement volontaire, bien sûr, ce n’était qu’un jeu culturel. Mais ça restait un comportement de groupe, donc forcément le genre de chose que les apprenti-fachos veulent voir interdire.



Leur mode de raisonnement est plutôt simple, de fait: le comportement individuel n’existe pas, tout est action de groupe. Et dès lors qu’il y a la moindre chose dépassant les limites de la bienséance qu’eux-même ont fixé, il faut l’éliminer. Et si les victimes désignées ne se voient pas comme victimes, c’est forcément qu’elles sont manipulées par le groupe.


Le 15/06/2013 à 12h 04

Ouai enfin c’est comme tout, y a bizutage et bizutage. Insérer des objets dans des orifices corporel(quel bel euphémisme) ça c’est humiliant et ça doit être puni par la loi. Faire des conneries dans la rue avec des passants, des gages, etc, tant que c’est fait de façon marrante, dans la joie et la bonne humeur y a pas de problème.


Le 15/06/2013 à 12h 13







calahan59 a écrit :



Ouai enfin c’est comme tout, y a bizutage et bizutage. Insérer des objets dans des orifices corporel(quel bel euphémisme) ça c’est humiliant et ça doit être puni par la loi. Faire des conneries dans la rue avec des passants, des gages, etc, tant que c’est fait de façon marrante, dans la joie et la bonne humeur y a pas de problème.







Aujourd’hui, dans 95% des cas le bizutage/intégration c’est juste la bonne occasion de transformer un début de scolarité en centre de vacances.



Le problème c’est que ces groupes anti-bizutages n’ont pas compris qu’il y avait eu évolution, et assimilent tout événement lié à un “bizutage” ou “intégration” à des choses forcément malsaines. C’est très lié à cette idéologie qui les pousse à croire qu’ils ont le devoir de paterner les autres. En conséquence, ‘au lieu de cibler uniquement les 5% restants, ils attaquent toujours en bloc.



Le 15/06/2013 à 12h 16

En Belgique, le bizutage (ici appelé baptême) est plutôt commun. Ca fait partie du folklore estudiantin de chaque université, haute-école. Rien n’exclut les gens qu’ils ne le font pas (à part encore en Médecine Vétérinaire à Liège, où l’exclusion peut arriver mais heureusement se raréfie), et c’est plutôt une chouette expérience à faire.



Les gens avec qui j’ai été bizuté et qui m’ont bizuté sont mes meilleurs potes depuis. <img data-src=" />



Après comme dit calahan59, il y à des limites à ne pas dépasser..



C’est pour ça que je préfère que ce soit accepté et encadré plutôt qu’interdit et donc fait quand même mais caché et potentiellement plus propice aux dérapages..



Et le concept du bizutage, c’est simple, et ça a toujours existé dans les sociétés humaines : pour faire partie du groupe, le nouvel élément doit en chier. Après en avoir chier, comme les autres, il devient membre du groupe, au même niveau que n’importe quel autre personne avant lui.



La légitimité se discute, mais je n’ai qu’un avis positif personnellement.


Le 15/06/2013 à 12h 22







calahan59 a écrit :



Ouai enfin c’est comme tout, y a bizutage et bizutage. Insérer des objets dans des orifices corporel(quel bel euphémisme) ça c’est humiliant et ça doit être puni par la loi. Faire des conneries dans la rue avec des passants, des gages, etc, tant que c’est fait de façon marrante, dans la joie et la bonne humeur y a pas de problème.







y a pas de probleme pour toi, mais peut etre qu’une chose anodine pour toi est humiliante pour un autre.. apres prendre de la farine sur la gueule ca n’a jamais fait de mal a personne sauf à un asthmatique. le probleme c’est la facon dont c’est fait.



Le 15/06/2013 à 12h 26







chaton51 a écrit :



y a pas de probleme pour toi, mais peut etre qu’une chose anodine pour toi est humiliante pour un autre.. apres prendre de la farine sur la gueule ca n’a jamais fait de mal a personne sauf à un asthmatique. le probleme c’est la facon dont c’est fait.







Donc tu redis ce que j’ai dit avec des mots différents, intéressant…



Le 15/06/2013 à 12h 30

Les membres de cette association n’ont-ils jamais été étudiant ? <img data-src=" />


Le 15/06/2013 à 12h 40







Darkbug a écrit :



Eh oui, il faut qu’il y aie des victimes, et encore heureux.



C’est vrai que jeter de la farine, quelle horreur. […] c’est forcément qu’elles sont manipulées par le groupe.







Complètement d’accord avec toi! les “bizutages” que j’ai eu en prépa ou en école d’ingé, c’était, de 1, volontaire (si tu veux pas, tout le monde s’en fou) et de 2, super convivial.

Par contre j’ai une amie, y’avait de rangée de 5 mecs, et les meufs devaient faire du “kayak” (ramer quoi) avec la b.te des mecs, sur la base du volontariat of course, ça je trouve que c’est quand même un peu limite quoi ..



Inny Abonné
Le 15/06/2013 à 12h 41







Lusheez a écrit :



Et le concept du bizutage, c’est simple, et ça a toujours existé dans les sociétés humaines : pour faire partie du groupe, le nouvel élément doit en chier. Après en avoir chier, comme les autres, il devient membre du groupe, au même niveau que n’importe quel autre personne avant lui.





Se comporter pire que des bêtes et en être fier… <img data-src=" />



Le 15/06/2013 à 12h 48







Inny a écrit :



Se comporter pire que des bêtes et en être fier… <img data-src=" />







C’est pas pire que d’être ignorant et insultant. <img data-src=" />



Vu que je n’ai même pas détaillé ce que j’ai du faire durant mon baptême, à partir de quoi tu te bases pour affirmer que je me suis conduit comme “pire qu”une bête” ?



Le 15/06/2013 à 12h 55







calahan59 a écrit :



Ouai enfin c’est comme tout, y a bizutage et bizutage. Insérer des objets dans des orifices corporel(quel bel euphémisme) ça c’est humiliant et ça doit être puni par la loi. Faire des conneries dans la rue avec des passants, des gages, etc, tant que c’est fait de façon marrante, dans la joie et la bonne humeur y a pas de problème.





La limite de tolérance au bizutage est propre à chacun.



Pour ma part je suis plutôt d’accord avec toi. Je me souviens qu’on s’était bien marrés à notre bizutage (c’était en 2002 il me semble) et il n’y avait rien de spécialement “grave” juste des jeux dans la rue.



L’année d’après c’était fini, interdit car il y a eu trop de plaintes les années précédentes.



Arcy Abonné
Le 15/06/2013 à 13h 03

Ayant été témoin d’un bizutage, sur la base de questions-réponses, les questions étaient tout sauf à la portée du premier candidat venu.



La volonté était, à mon sens, de tout faire pour que le “candidat” puisse subir le gage (boire un verre d’alcool cul-sec, manger des piments, faire la bise à un poulpe mort, …).



Et inutile de dire que ceux qui posaient les questions n’avaient que deux priorités : se foutre de la gueule de ceux d’en face et s’assurer que le verre de bière est toujours rempli.





better33 a écrit :



Complètement d’accord avec toi! les “bizutages” que j’ai eu en prépa ou en école d’ingé, c’était, de 1, volontaire (si tu veux pas, tout le monde s’en fou)



T’as de la chance car quand c’était l’heure de ma “journée d’intégration”, interdiction d’être absent (la journée était considérée comme une sortie scolaire).



Le 15/06/2013 à 13h 06

Je suis en Ecole de Commerce et chez nous le bizutage est encouragé par l’école elle même.



C’est d’abord une question de folklore, un passage obligatoire, personnellement (et je parle pour beaucoup d’autres) j’aurai été très déçu qu’il n’y ait pas d’intégration lors de ma première année. Ensuite c’est un moyen de tisser des liens entres les promos, de faire connaissances avec ses nouveaux camarades, des créer des équipes soudées qui seront la base de tous les projets futurs de ces étudiants.



Alors oui, le bizutage passe par une beuverie, une mise en scène digne des plus grandes réunion du KKK, des épreuves dans la boue et incluant des œufs et de la farine mais c’est :





  • non-obligatoire (surtout que c’est payant ^^‘)

  • jamais dangereux

  • toujours bon enfant.







    Cette association semble en savoir bien peu sur le bizutage …


Le 15/06/2013 à 13h 14







Slycooper a écrit :



Alors oui, le bizutage passe par une beuverie, une mise en scène digne des plus grandes réunion du KKK, des épreuves dans la boue et incluant des œufs et de la farine







Drôle de comparaison…



Le 15/06/2013 à 13h 16

J’ai subit puis participé à des bizutages de 2ème année de médecine, et dans certaines facs comme dans la mienne c’est très bon enfant.



On n’est obligé à rien, d’ailleurs il y en a qui refusent certaines épreuves, personne n’est obligé à boire de l’alcool (un certain nombre refuse pour des raisons personnelles ou religieuses) mais l’ambiance est tellement cool que sur la base du volontariat on a environ 95% d’inscrit parmi les nouveaux. Et faire une balle au prisonnier avec un poulpe n’a jamais tué personne (sauf les végétariens ^^)



C’est un peu débile de stigmatiser le bizutage, par contre il faut qu’il puisse y avoir des poursuites en cas d’abus.



Edit: orthographe


Le 15/06/2013 à 13h 50







Lusheez a écrit :



Et le concept du bizutage, c’est simple, et ça a toujours existé dans les sociétés humaines : pour faire partie du groupe, le nouvel élément doit en chier. Après en avoir chier, comme les autres, il devient membre du groupe, au même niveau que n’importe quel autre personne avant lui.



La légitimité se discute, mais je n’ai qu’un avis positif personnellement.





Ca résume bien la débilité du bizutage et des phénomènes de groupe en général : parce que j’en ai chier, les autres doivent en chier aussi. Quel est l’intérêt de la pratique ? Peu importe, on ne se pose pas la question, on préfère se laisser entrainer par le groupe c’est moins fatiguant que de réfléchir, le groupe sert de légitimation et anéantit la réflexion. Parce que plein d’autres le font et l’ont fait avant soi, c’est forcément que ça ne peut pas être mal…



Les phénomènes de groupe sont bien souvent les ennemis de la raison et c’est pour cela que l’on dérape très facilement dans les pires choses.



Le 15/06/2013 à 14h 11







Pr. Thibault a écrit :



Ca résume bien la débilité du bizutage et des phénomènes de groupe en général : parce que j’en ai chier,







“Le comportement de groupe est l’ennemi de la raison”: et la condamnation aveugle de ce genre de pratique via le refus du cas-par-cas et de l’analyse détaillée et en refusant de voir que dans la majorité des cas c’est positif et amusant, c’est pas un de ces comportements de groupe, peut-être ?



Le 15/06/2013 à 14h 21

Je n’ai jamais été pour les bizutages personnellement, même si je n’en ai eu à subir aucun, mais je rejoint le commentaire précédent sur le comportement d’un groupe…



En plus beaucoup font l’apologie du bizutage basé sur le volontariat, mais dans la plupart des cas, on te l’impose, si tu ne rentres pas dans les cases, alors on te rejette du groupe.



‘fin ça c’est comme partout d’ailleurs, à partir du moment ou tu commence à agir et penser différemment de la masse, t’es rejeté, évité, traité, etc… Jusqu’à finir par trouver des personnes aux idées similaires (on peut tomber dans le cliché du geek, du nerd, de l’écolo, du zikos, du métaleux, du jap fan’, les gens précoces, etc… Vis à vis des cas les plus touchés.)


Arnaud-TOM Abonné
Le 15/06/2013 à 14h 50







teenerf a écrit :



Et faire une balle au prisonnier avec un poulpe n’a jamais tué personne (sauf les végétariens ^^)





Et le poulpe <img data-src=" />



Le 15/06/2013 à 14h 53







Darkbug a écrit :



Aujourd’hui, dans 95% des cas le bizutage/intégration c’est juste la bonne occasion de transformer un début de scolarité en centre de vacances.



Le problème c’est que ces groupes anti-bizutages n’ont pas compris qu’il y avait eu évolution, et assimilent tout événement lié à un “bizutage” ou “intégration” à des choses forcément malsaines. C’est très lié à cette idéologie qui les pousse à croire qu’ils ont le devoir de paterner les autres. En conséquence, ‘au lieu de cibler uniquement les 5% restants, ils attaquent toujours en bloc.







Bien sûr. Tu a assisté à la quasi totalité des bizutages ayant eu lieu en France ces dernières années. Tu es une sorte d’expert. Et tu sais que 95 % des bizutages sont juste des trucs vachement fun.



On y croit vachement.



Le 15/06/2013 à 15h 11

A entendre les partisans des bizutages ou des week-ends d’intégration, ça a l’air super fun de se faire arroser d’oeufs et de farine avec de parfaits inconnus.



Mais, si c’est si fun que ça, ils devraient adorer en faire 4 ou 5 fois par an jusqu’à, disons au moins la trentaine. Et puisque tout le monde aime faire ça, on devrait le faire quand on arrive dans un nouveau travail, dans un groupe de sport, etc…



Mais, c’est marrant, en dehors de la première année d’étude, ils n’ont pas trop envie de recommencer. Ils n’ont plus l’air de trouver ça drôle. Étonnant…


Le 15/06/2013 à 15h 42







Pr. Thibault a écrit :



Ca résume bien la débilité du bizutage et des phénomènes de groupe en général : parce que j’en ai chier, les autres doivent en chier aussi. Quel est l’intérêt de la pratique ? Peu importe, on ne se pose pas la question, on préfère se laisser entrainer par le groupe c’est moins fatiguant que de réfléchir, le groupe sert de légitimation et anéantit la réflexion. Parce que plein d’autres le font et l’ont fait avant soi, c’est forcément que ça ne peut pas être mal…



Les phénomènes de groupe sont bien souvent les ennemis de la raison et c’est pour cela que l’on dérape très facilement dans les pires choses.







La débilité ? Oui, exactement ! Personne n’a jamais dit que le bizutage était quelque chose d’intelligent.



Et que l’on soit bien d’accord, surtout pour le message précédent le mien : le bizutage c’est drôle après l’avoir fait. Evidemment tu te prends pas juste de la farine et des oeufs sur la gueule en riant plein aux éclats, non. Mais en même temps, considérer que e bizutage n’est QUE se prendre de la farine et des oeufs sur la gueule, c’est faux. Il y à aussi tout le côté social que vous vous efforcer d’oublier simplement parce que vous êtes contre, et que vous êtes trop fainéant que pour réfléchir posément et objectivement sur la question.



Je ne parle que de ma propre expérience, mais voilà: J’ai fait mon bizutage sur base volontaire. Personne ne m’a forcé. Si je l’avais pas fait, j’aurais été comme 90% des autres étudiants. Donc aucune pression sociale à ce niveau là. J’habitais avec des amis qui eux, ne l’ont pas fait. Se faire bizuter, c’est aussi une question de remise en question. “Tiens, pourquoi est-ce que je fais toutes ces conneries ? Pourquoi j’accepte qu’on m’insulte, qu’on me balance des trucs dans la gueule et autres ?”

Puis soit ces questions deviennent plus importantes que ce que tu fais, et tu décides d’arrêter. Rien de grave. Ou alors tu te dis “Tiens, et pourquoi eux l’ont fait, avant moi ? Et pourquoi ils ont l’air de s’amuser ? Peut-être que je pourrais le découvrir.”. Et donc tu vas jusqu’au bout. (en Belgique le baptême peut durer jusqu’à 4 semaines donc oui, tu as le temps de se poser ce genre de questions <img data-src=" />).



Et ensuite il faut encore séparer deux comportements: le mec à qui l’expérience a plu, sans plus. Il ne le fera pas subir aux autres.

Puis le mec (comme moi) qui s’est assez éclaté au final, qui a fait de super rencontres grâce à ça, et qui a envie de perpétuer ce folklore.



Alors oui vous pouvez assimiler ça à une bête mouvance de groupe, mais ensuite ? Si vous voulez être à l’écart des mouvements de groupe, de toute façon ce n’est pas obligé, alors vous êtes tranquille. Pourquoi insulter les gens qui le font ?



J’ai un peu dérapé dans mon pavé peut-être, mais quant à l’intérêt de la pratique : créer des liens sociaux.



Mais peut-être que ça échappe à certaines personnes. Mais on s’en fout non, tant que tout le monde y trouve son compte..



Et les bizutages dans les nouveaux jobs et les groupes de sport, ça existe. Sort de chez toi, vis un peu plus. On te jette pas de la farine à la gueule pour autant, c’est pas pour ça qu’on te “bizute” pas un peu.



Et chez nous les bizutage ne sont pas réservés aux étudiants en première année, je sais pas en France. Tu peux arriver en première année et décider de ne pas le faire, puis avec du recul penser que ce n’est en rien négatif et vouloir le commencer en troisième année, ou plus.



Voilà. Au plaisir de m’avoir lu. <img data-src=" />



Le 15/06/2013 à 15h 51

autant l’idée est bonne autant réagir à partir du niveau farine et oeuf ça me semble un peu exagéré quand même.

je me souviens d’une journée d’intégration ou j’ai pris des oeufs et de la farine plein la tronche et fait plein d’épreuves débiles genre passer un jaune d’oeuf de bouche en bouche avec un gage à la con pour ceux qui le crevait…y avait même pas d’alcool :( et je garde pas du tout un mauvais souvenir du truc.



en même temps j’ai moi-même dans mon très jeune âge avec mes petits camarades couvert des portes et voitures de mon patelin avec de la farine et des oeufs pour halloween, alors c’est bien fait pour ma gueule <img data-src=" />





sur la fin y avait des gens qui essayaient de convaincre les “gagnants” du concours miss/mister bizuth de se déshabiller, là c’était un peu limite, par contre.


Le 15/06/2013 à 16h 18







iodir a écrit :



A

Mais, c’est marrant, en dehors de la première année d’étude, ils n’ont pas trop envie de recommencer.







Ils ont tellement pas envie de recommencer qu’ils font ça les années suivantes…



Ils ont tellement pas envie de recommencer que les étudiants organisent régulièrement des événements et concours entre écoles avec exactement la même ambiance. Sauf qu’au lieu de se charrier entre promos, ils se charrient entre écoles.



Bref, comme d’habitude ce sont avant tout ceux qui n’ont jamais connu ce genre de chose qui sont les plus virulents et font de la condamnation massive. Bizarre, non ?



Le 15/06/2013 à 16h 51

Le problème du bizzutage s’est qu’il dépends vraiment de l’encadrement. Tu pourra avoir une même année, un groupe qui en chie car encadrer par des idiots, et un autre groupe qui aura trouver le concept “cool”, car encadrer par des gens sympa.


Le 15/06/2013 à 17h 11

Le bizutage n’est pas le vrai problème. Le vrai problème, c’est le comportement de certains quand ils sont en situation de bizuteurs, donc, en position “d’autorité” ou de supériorité sur les bizuts. Et ce problème là se retrouve dans quasiment toutes les situations de la vie qui s’apparentent à du harcèlement moral et/ou sexuel ou encore à de l’abus d’autorité.


Le 15/06/2013 à 17h 44







Darkbug a écrit :



Ils ont tellement pas envie de recommencer qu’ils font ça les années suivantes…



Ils ont tellement pas envie de recommencer que les étudiants organisent régulièrement des événements et concours entre écoles avec exactement la même ambiance. Sauf qu’au lieu de se charrier entre promos, ils se charrient entre écoles.



Bref, comme d’habitude ce sont avant tout ceux qui n’ont jamais connu ce genre de chose qui sont les plus virulents et font de la condamnation massive. Bizarre, non ?







Ouai, ils recommencent… en tant que bizuteurs (pour qu’il y ait des bizutés, ils faut des bizuteurs, on vient de découvrir un truc là). Forcément, ça change tout. Et encore, ils le font en deuxième et éventuellement en troisième année. Les années suivantes, c’est uniquement quelques mongolos qui continuent encore à participer à des bizutages (eh oui, entretemps, les étudiants ont grandi et sont un poil moins débiles).



Et entre écoles, ils ne font pas de bizutage. Donc, ça n’a rien à voir avec le sujet. L’ambiance est complètement différente, puisqu’il n’y a pas de notion d’anciens, de nouveaux qui doivent “s’intégrer” et autres conneries. Donc, HS total.



Donc, c’est bien ce que je dis, le bizutage, c’est soi-disant super cool et fun, sauf qu’ensuite, en dehors de ce cadre particulier, plus personne n’en fait. Bizarre hein ?



Le 15/06/2013 à 18h 02

Le sous-titre = <img data-src=" />


oXis Abonné
Le 15/06/2013 à 18h 03

Dans l’agronomie, c’est pas des œufs et de la farine, c’est des bouses de vache qu’on te jette dessus. <img data-src=" />


Le 15/06/2013 à 18h 05







iodir a écrit :



Donc, c’est bien ce que je dis, le bizutage, c’est soi-disant super cool et fun, sauf qu’ensuite, en dehors de ce cadre particulier, plus personne n’en fait. Bizarre hein ?







Ben. En même temps, refaire quelque chose qui sert à l’intégration et qui est quand même plus ou moins particulier au milieu estudiantin, autre part qu’en arrivant dans le milieu estudiantin ou des années après y être arrivé, tu peux trouver ça bizarre si tu veux, mais personnellement je trouve ça logique.



Et encore. Quand tu dis qu’il n’y à du bizutage que dans ce cadre particulier, c’est faux.

Ca arrive dans d’autres groupes sociaux. Travail, sport, comme tu as pu les citer comme contre exemple tout à l’heure. Ca n’arrive pas toujours, c’est sûr. Mais ça arrive. Ca m’est arrivé, c’est arrivé à des amis. Jobs d’étudiants, nouveau venu dans le métier ou dans le sport, des raisons pour taquiner le mec, lui faire des petits farces, le pousser un peu psychologiquement pour voir comment il réagit.



Et c’est naturel. La plupart des animaux sociaux ont un comportement similaires.



Et si c’est là ton seul argument, il est bien maigre. <img data-src=" />



Le 15/06/2013 à 18h 21

Le problème est que plus le bizutage va loin, et plus ceux qui le refuse seront exclus. Et seul quelqu’un qui l’a subit et l’a fait subir a des chances d’être écouté s’il le dénonce, mais pour l’avoir subit et l’avoir fait subir il y a peu de chances qu’il se mette à le dénoncer. En plus, et en particulier dans les universités prestigieuses, le réseau d’amis qu’on se fait lors des études devient le réseau d’influence une fois dans la vie active, alors refuser d’être bizuté par un fils de… Vicieux comme pratique.



Mais bon, c’est tout autre chose que vendre des capotes dans la rue ou jouer à caps.


Le 15/06/2013 à 18h 21







better33 a écrit :



Par contre j’ai une amie, y’avait de rangée de 5 mecs, et les meufs devaient faire du “kayak” (ramer quoi) avec la b.te des mecs, sur la base du volontariat of course, ça je trouve que c’est quand même un peu limite quoi ..





Je comprends pas comment on peut ramer avec la bite de quelqu’un…<img data-src=" />



C’est bien beau de vouloir enrayer ce cercle vicieux dégradant, mais il réapparaitra toujours quelque part.


Le 15/06/2013 à 18h 36







kikoo25 a écrit :



Je comprends pas comment on peut ramer avec la bite de quelqu’un…<img data-src=" />





Tu t’assoies entre 2 mec a poil, la b.te dans la main et … enfin un peu d’imagination de dieu!



Le 15/06/2013 à 19h 40

Le bizutage c’est super marrant. Surtout pour ceux qui bizutent. Et c’est dingue comme certains petits tyrans te font passer pour un rabat-joie parce que non, tu ne les laissera pas attacher un bizut à un arbre pour lui jeter des fruits pourris dessus.



“ALLEEEEZ QUOIIII, C’EST MARRANNNNT !!!”.



Des exemples comme ça j’en ai pas mal. Autant une intégration peut bien se passer, autant dès que tu parles de bizutage ça a tendance à dégénérer.


Le 15/06/2013 à 20h 06







jeliel a écrit :



Le bizutage c’est super marrant. Surtout pour ceux qui bizutent. Et c’est dingue comme certains petits tyrans te font passer pour un rabat-joie parce que non, tu ne les laissera pas attacher un bizut à un arbre pour lui jeter des fruits pourris dessus.



“ALLEEEEZ QUOIIII, C’EST MARRANNNNT !!!”.



Des exemples comme ça j’en ai pas mal. Autant une intégration peut bien se passer, autant dès que tu parles de bizutage ça a tendance à dégénérer.





Ça sent la victime …



Comme dit plus haut, y’a des choses sympas, marrantes, qui te permettent de faire connaissances, et puis y’a les vrais bizutages (genre pompiers cité avant).

Faut savoir faire la part des choses.



M’enfin je sais que la 1ere chose qu’on m’ai dite avant les “bizutage” c’est ‘si vous ne voulez pas le faire, le faites pas, si on essaie de vous forcer, allez voir le proviseur, les étudiants responsables seront virés”



tazvld Abonné
Le 15/06/2013 à 20h 24

Tout le monde pratique une sorte de bizutage, dans leur entreprise, dans leur guilde, forum, communauté…

La base, c’est faire faire de connerie au “petit jeune”. Qui n’a pas demander à quoi servait le raccourci alt+f4, “rm -rf” du PQ (papier de qualité) fait la chasse au dahut ?

Donc, si, au quotidien, on pratique tous une forme de bizutage.



Le bizutage étudiant est un forme codifié de ce type d’action. Il y a un coté hiérarchisation des nouveaux dans un groupe. C’est un rituel d’intégration tout comme il y a un rituel pour le passage au pouvoir d’un président, ou plus proche du bizutage, l’enterrement de vie de jeune-fille ou de jeune-homme.



Le 15/06/2013 à 23h 56



L’homme ne se fait d’ailleurs gère d’illusion quant aux chance d’aboutir à une condamnation des auteurs grâce à des poursuites judiciaires. Il affirme en effet que les tiers n’arrivent jamais à obtenir gain de cause devant les tribunaux. Pourquoi ? Parce qu’il faut que ce soit les victimes qui déposent plainte.





C’est chiant cette justice où il faut que la victime dépose plainte. Restaurons les tribunaux d’inquisition et établissons des listes de coupables !! <img data-src=" />


Le 16/06/2013 à 04h 10

Faut pas tout confondre les mecs, faire des journées d’intégration, des jeux etc c’es t super, personne ne dit le contraire, mais le bizutage, par défiintion, ce n’est pas ça, c’est humilier et dégrader les nouveaux. Quand on jette de la farine sur quelq’un, ne me dites pas que c’est également amusant pour celui qui jette comme pour sa cible … Ca sert à établir dès l’arrivée un rapport hiérarchique parmi les étudiants. C’est très pervers et la plupart des gens sous-estiment l’effet que la violence psychologique peut avoir sur quelqu’un, surtout une personne jeune qui arrive dans un milieu inconnu.


Le 16/06/2013 à 07h 30







Slycooper a écrit :



Je suis en Ecole de Commerce et chez nous le bizutage est encouragé par l’école elle même.



C’est d’abord une question de folklore, un passage obligatoire, personnellement (et je parle pour beaucoup d’autres) j’aurai été très déçu qu’il n’y ait pas d’intégration lors de ma première année. Ensuite c’est un moyen de tisser des liens entres les promos, de faire connaissances avec ses nouveaux camarades, des créer des équipes soudées qui seront la base de tous les projets futurs de ces étudiants.



Alors oui, le bizutage passe par une beuverie, une mise en scène digne des plus grandes réunion du KKK, des épreuves dans la boue et incluant des œufs et de la farine mais c’est :





  • non-obligatoire (surtout que c’est payant ^^‘)

  • jamais dangereux

  • toujours bon enfant.







    Cette association semble en savoir bien peu sur le bizutage …







    J’aimerais bien savoir dans quelle école tu te trouves, histoire qu’on puisse en faire la promotion dans nos écoles respectives lors des oraux ;-)



Le 16/06/2013 à 07h 32

J’avais prévenu d’avance, celui qui essaye une connerie il se prend des plombs dans le cul, ou pire si je suis de sale humeur. L’honneur est important chez moi.









Le 16/06/2013 à 07h 47







MikeNeko a écrit :



J’avais prévenu d’avance, celui qui essaye une connerie il se prend des plombs dans le cul, ou pire si je suis de sale humeur. L’honneur est important chez moi.







Hein ? <img data-src=" /> <img data-src=" />



Bon, en lisant vos messages j’en suis venu en fait à une conclusion simple pour ceux qui sont contre:



Grandissez vous une bonne paire de couilles. <img data-src=" />



Les souci c’est rarement ce qu’il se passe pendant la journée d’intégration, même si on devrait bien comprendre qu’il y a des gens qui refusent de se prendre des oeufs et de la farine et que c’est leur droit…



La plupart des soucis, quand ils arrivent, se passent après, pendant la soirée quand tout le monde est bien blindé, et que les débiles se désinhibent.



Perso la journée d’inté chez nous c’était en 2 temps : la journée pour ceux qui voulaient, et la soirée pour tous, camping + BBQ + teuf….

Et les anciens qui avaient fait la journée sont venus en soirée emmerder tout le monde, y compris ceux qui n’avaient pas participé à la journée, et pour certains ca a été plutôt violent…

Par contre, on a été plusieurs à ne pas se laisser faire, et quelques “anciens” ont tâté des coups de bouteille dans la gueule pour qu’ils daignent nous lâcher… Ca marche vachement bien sur les trouducs, la bouteille de flotte à moitié remplie.. Ca te calme les ardeurs des petits tyrans assez rapidement..


Le 16/06/2013 à 10h 35

Ecole != Centre de Vacances

Ecole != Journée d’intégration

Ecole == Connaissance

Ecole == Apprentissage


Le 16/06/2013 à 15h 13

Se sentir humilié parce qu’on a de la farine et de l’eau dans les cheveux, ça me paraît peu probable. Pour avoir participé à des weekend d’intégration, j’ai pu constaté que tout le monde, bizutheurs comme bizuthés, passait du bon temps.



Encore heureux qu’il faille que les victimes se plaignent, ce sont les seules personnes à pouvoir dire si il y a eu abus ou non. <img data-src=" />


Le 16/06/2013 à 19h 26







lysbleu a écrit :



Se sentir humilié parce qu’on a de la farine et de l’eau dans les cheveux, ça me paraît peu probable. Pour avoir participé à des weekend d’intégration, j’ai pu constaté que tout le monde, bizutheurs comme bizuthés, passait du bon temps.



Encore heureux qu’il faille que les victimes se plaignent, ce sont les seules personnes à pouvoir dire si il y a eu abus ou non. <img data-src=" />







-&gt; 1 ce n’est pas parce que toi te prendre un truc tout gluant qui colle et oblige de se prendre une bonne douche ca te fait kiffer que c’est le cas de tout lemonde

-&gt; 2 tu as participé à _des_ we d’intégrations dont tu sais comment ça se passe partout ?



Moi ça restait “bon enfant” , mais quand tu refusait de faire quelque chose, il fallait être vachement autoritaire! (un moment je ne voulais pas faire un truc parce que ca me faisait vraiment ; j’ai dut vraiment dire “non je ne veux pas le faire” pendant 5 bonnes minutes pour qu’ils me lachent).



-&gt; 3 Concernant les victimes . Donc lors d’un meurtre c’est normal d’attendre que la victime porte plainte ?

Lors d’un acte pédophile, ou un viol (acte humiliant ou assez peu de victimes portent plainte) , si il y a des preuves, c’est normal de ne pas poursuivre parce que la victime n’a pas le courage ?



En france plusieurs personnes peuvent porter plainte




  • la victime si elle existe

  • l’entourage de la victime

  • le procureur de la république (au nom de la société).

    (certainement d’autres)



    Lorsqu’il y a des preuves, le procureur peut très bien “déposer plainte” et lancer une enquête.



Cypus34 Abonné
Le 16/06/2013 à 20h 59

Toujours un peu compliqué ces histoires de bizutage car il y a ceux basés sur le volontariat, ce qui ne le sont pas, et ceux qui utilisent la pression de groupe pour “obliger” les autres à participer.

De là à dire que tous les gens qui se mangent de la farine en vidéo sur Youtube sont humiliés, c’est un peu aller vite en besogne.

J’ai fait 7 intégrations (bizuté ou organisateur) dans 3 écoles différentes, je ne me suis jamais senti obligé de rien et je n’ai jamais eu l’impression d’obliger personne à faire quoique ce soit et surtout, je me suis toujours bien marré <img data-src=" />

Dans la plupart des établissements on est bien loi de l’intégration d’il y a des décennies où il y avait régulièrement des blessés et des traumatisés à vie !


Le 16/06/2013 à 21h 36







iodir a écrit :



A entendre les partisans des bizutages ou des week-ends d’intégration, ça a l’air super fun de se faire arroser d’oeufs et de farine avec de parfaits inconnus.



Mais, si c’est si fun que ça, ils devraient adorer en faire 4 ou 5 fois par an jusqu’à, disons au moins la trentaine. Et puisque tout le monde aime faire ça, on devrait le faire quand on arrive dans un nouveau travail, dans un groupe de sport, etc…



Mais, c’est marrant, en dehors de la première année d’étude, ils n’ont pas trop envie de recommencer. Ils n’ont plus l’air de trouver ça drôle. Étonnant…





Moi j’ai bien kiffé le bizutage et bizuté les années suivantes, des batailles avec de la farine, des oeufs, des yaourts. Les gens qui ne boivent pas d’alcool n’était pas forcé (ça m’arrangeait bien de prendre à leur place <img data-src=" />)



J’ai bien aimé les 2 côté, même si comme bizuteur j’étais pas trop efficace, ça fait vraiment des bons souvenirs. J’aimerai bien en refaire mais c’est pas proposé dans le monde du travail :/



Et si tu as un problème, la justice existe. Il y a beaucoup de rabat joie tout de même :/









christophe_gossa a écrit :



Ecole != Centre de Vacances

Ecole != Journée d’intégration

Ecole == Connaissance

Ecole == Apprentissage





Oui t’as raison, si en plus ils pouvaient ne pas communiquer entre eux ce serait mieux !



Le 16/06/2013 à 21h 39







Resman a écrit :



Faut pas tout confondre les mecs, faire des journées d’intégration, des jeux etc c’es t super, personne ne dit le contraire, mais le bizutage, par défiintion, ce n’est pas ça, c’est humilier et dégrader les nouveaux. Quand on jette de la farine sur quelq’un, ne me dites pas que c’est également amusant pour celui qui jette comme pour sa cible … Ca sert à établir dès l’arrivée un rapport hiérarchique parmi les étudiants. C’est très pervers et la plupart des gens sous-estiment l’effet que la violence psychologique peut avoir sur quelqu’un, surtout une personne jeune qui arrive dans un milieu inconnu.







Hum nous il y avait des groupes qui regroupaient une 15 de 1ère année et 5-10 2ème année. Et les groupes se faisaient des petites escarmouches sympatoche. Tout le monde en prenait et balançait, au final pas de hiérarchie plus que ça ^^’



Le 16/06/2013 à 22h 35

Jamais compris cette “tradition” du bizutage … en dut, ils étaient 4 à vouloir me bizuter, ils venaient dans ma direction et, calmement, j’ai dit “si vous ne voulez pas tâter de mon ura mawashi, je vous conseille de continuer votre chemin.”

Un des gars a eu un moment d’hésitation … et ils sont partis.

Valais mieux, à l’époque j’étais à la quintessence de mon art <img data-src=" />


Le 17/06/2013 à 00h 29

encore un truc pour rabaisser son voisin , le bizutage ça craint !








Florent_ATo a écrit :



Les membres de cette association n’ont-ils jamais été étudiant ? <img data-src=" />





Visiblement pas.



AH les assoces ……



regroupement de gens qui n’ont rien d’autres à foutres !



carbier Abonné
Le 17/06/2013 à 07h 39







gillou46 a écrit :



Le bizutage n’est pas le vrai problème. Le vrai problème, c’est le comportement de certains quand ils sont en situation de bizuteurs, donc, en position “d’autorité” ou de supériorité sur les bizuts. Et ce problème là se retrouve dans quasiment toutes les situations de la vie qui s’apparentent à du harcèlement moral et/ou sexuel ou encore à de l’abus d’autorité.





+1



J’ai fait 2 bizutages. Les 2 fois, lorsque j’étais bizuteur, j’étais plus la pour freiner “l’ardeur” de certains.

Ils sont bien beaux les bons souvenirs de certains ici… Mais je pense qu’ils sont liés au fait que les commentateurs soient masculins.



Les 2 fois donc (expérience personnelle bien entendu), les bizuts féminines l’ont très mal vécue. Au cours de mon 1er bizutage, j’en suis même venu aux mains avec un gars débile qui voulait forcé une fille à se frotter contre lui. J’étais simple bizut, mais mon poing lui a appris les bonnes manières.

Je suppose que ce charmant bizuteur doit garder aussi un excellent souvenir de ce bizutage <img data-src=" />



Pour conclure, le bizutage ne sert à rien et surtout pas à faire du social. Si on veut faire du social dans une école, un simple week end d’intégration avec des tournois sportifs (par exemple) suffit…



Le 17/06/2013 à 07h 41







Darkbug a écrit :



Ils ont tellement pas envie de recommencer qu’ils font ça les années suivantes…



Ils ont tellement pas envie de recommencer que les étudiants organisent régulièrement des événements et concours entre écoles avec exactement la même ambiance. Sauf qu’au lieu de se charrier entre promos, ils se charrient entre écoles.



Bref, comme d’habitude ce sont avant tout ceux qui n’ont jamais connu ce genre de chose qui sont les plus virulents et font de la condamnation massive. Bizarre, non ?







Bonjour, bon je n’ai pas cité tous tes commentaires précédents… Mais ce que j’ai pu voir des bizutages est plus ou moins la même chose

-&gt; créer un sentiment de corporation

-&gt; voir si tu te soumettras au groupe (ce qui te rend propice au corporatisme)

Perso, l’idée de me soumettre à un ou des tiers dans le but de me faire accepter, ce n’est pas trop mon trip.

Si ça vous a été propice à votre épanouissement tant mieux.

Cependant, d’une part tout les bizutage ne se déroulent pas dans une ambiance bonne enfant. D’autres part, certains individus faibles acceptent de faire partie du bizutage après d”amicale” pression et ceux là peuvent très mal vivre ce que vous considérez comme bonne enfant.

Le problème est qu’une fois que tu t’es soumis au groupe, et que tu fais partie du groupe, tu peux vouloir (dépend du caractère et du nombre de neurones) que les autres se soumettent à toi, puisque “tu en as chié” alors “ils vont aussi en chier”. C’est primaire et dangereux car on peut justement basculer dans le phénomène de groupe s’il n’y a personne de raisonné et raisonnable.



Donc perso, je suis défavorable à toutes “festivités” qui a pour but la soumission d’un groupe ou d’un individu.



Maintenant tant mieux, si vous l’avez bien vécu ca fera moins d’argent au psy et moins de sociopathes. Par contre, dites vous bien que si vous l’avez bien vécu ca n’es pas forcément le cas de toute le monde, qui par ailleurs ne le criera pas sur le toit car peur de l’exclusion (fantasmée ou réelle).



Maintenant, si les bizutages deviennent des week ends BBQ/bières sans distinction d’année et sans forme de soumission, alors je suis fortement favorable, car cela peut mener à une cohésion de groupe qui ne peut s’obtenir par la soumission.



Le 17/06/2013 à 07h 59







KarLKoX a écrit :



Jamais compris cette “tradition” du bizutage … en dut, ils étaient 4 à vouloir me bizuter, ils venaient dans ma direction et, calmement, j’ai dit “si vous ne voulez pas tâter de mon ura mawashi, je vous conseille de continuer votre chemin.”

Un des gars a eu un moment d’hésitation … et ils sont partis.

Valais mieux, à l’époque j’étais à la quintessence de mon art <img data-src=" />







Dans mes souvenirs :

Dès le premier jour, on a eu une fausse interrogation de langue étrangère, : un ancien élève espion faisait semblant de tricher, se faisait prendre plusieurs fois par le surveillant, et enfin se faisait virer. “Dehors, je t’ai repéré plusieurs fois, tu ne mérites pas d’être dans cette école ”



Ensuite, on nous a réuni dans l’amphi, puis prévenus que le bizutage allait commencer. Ceux qui voulaient partir, pouvaient partir.



Et là, ça commence :

Ils enclenchent des fumigènes, mettent de la musique forte, et arrivent tous avec le même accoutrement.



Il s’ensuit tout une série de trucs à la con, dont le moment le plus mémorable :

Dès le début, dans le principe du bizuteur infiltré : un ancien élève s’est fait raser le crâne “de force”. Forcément, il forçait le trait avec son talent d’acteur. Du coup, ça fout les boules, et on se demandait où on était tombé.



Pendant la suite du week end, il y avait une grande quantité de jeux à la con, un rallye touristique en ville, des soirées aloolisées, des chansons paillardes.



Quand je téléphonais aux potes qui étaient aux Arts et Métiers, en fait, c’était super soft, ce qu’on a eu… Quand je pense que l’école a eu des problèmes …




Le 17/06/2013 à 08h 42







Groumfy a écrit :



Quand je téléphonais aux potes qui étaient aux Arts et Métiers, en fait, c’était super soft, ce qu’on a eu… Quand je pense que l’école a eu des problèmes …





Faut voir les problèmes qu’ils ont eu. Je sais que d’expérience une centaine de jeune en balade dans une ville en train de faire la fête, ça laisse pas la ville indemne, et il faut bien que quelqu’un paie.



Le 17/06/2013 à 11h 28







Khalev a écrit :



Faut voir les problèmes qu’ils ont eu. Je sais que d’expérience une centaine de jeune en balade dans une ville en train de faire la fête, ça laisse pas la ville indemne, et il faut bien que quelqu’un paie.







oulah non !



Nous, c’est un des étudiants bizutés qui s’est plaint auprès de son médecin, pour cause de stress, lors du passage fumigène+musique. (cf mon précédent commentaire)



Du coup, ça a fait effet boule de neige, au niveau de la malchance :



Un con de ma promo devenu bizuteur, a été filmé, bourré, en gueulant “pompe bizut”. C’est passé dans les mains de la gendarmerie, et il y a eu un procès. Pas pour le con, mais pour les organisateurs. A l’époque, Mme Royal avait fait un foin médiatique sur le sujet, et poussé sa loi. Evidemment, elle crachait son venin sur un sujet qu’elle ne connait pas. (NDLR : vous comprendrez que je n’ai pas voté pour elle en 2007)



Comme je m’étais lassé du bizutage en 1ère année (*), une fois en 2e année, on avait recruté quelques rolistes parmi les nouveaux, pour faire un week end à notre sauce.



* : j’aime bien l’alcool, mais pas être en niveau permanent d’alcoolémie, et trouver drôle de chanter à répétition deux chansons paillardes. C’est dommage le répertoire était pourtant étoffé.



Inny Abonné
Le 17/06/2013 à 11h 47

Tous ceux qui glorifient le bizutage ne parlent jamais de ceux qui se suicident… <img data-src=" />


Le 17/06/2013 à 13h 26







Inny a écrit :



Tous ceux qui glorifient le bizutage ne parlent jamais de ceux qui se suicident… <img data-src=" />





Perso je dirais que si tu te suicide pour un bizutage c’est déjà que y’a qqch à la base qui va pas bien <img data-src=" />



Le 17/06/2013 à 14h 07







briaeros007 a écrit :



-&gt; 1 ce n’est pas parce que toi te prendre un truc tout gluant qui colle et oblige de se prendre une bonne douche ca te fait kiffer que c’est le cas de tout lemonde

-&gt; 2 tu as participé à _des_ we d’intégrations dont tu sais comment ça se passe partout ?



Moi ça restait “bon enfant” , mais quand tu refusait de faire quelque chose, il fallait être vachement autoritaire! (un moment je ne voulais pas faire un truc parce que ca me faisait vraiment ; j’ai dut vraiment dire “non je ne veux pas le faire” pendant 5 bonnes minutes pour qu’ils me lachent).



-&gt; 3 Concernant les victimes . Donc lors d’un meurtre c’est normal d’attendre que la victime porte plainte ?

Lors d’un acte pédophile, ou un viol (acte humiliant ou assez peu de victimes portent plainte) , si il y a des preuves, c’est normal de ne pas poursuivre parce que la victime n’a pas le courage ?



En france plusieurs personnes peuvent porter plainte




  • la victime si elle existe

  • l’entourage de la victime

  • le procureur de la république (au nom de la société).

    (certainement d’autres)



    Lorsqu’il y a des preuves, le procureur peut très bien “déposer plainte” et lancer une enquête.





    On peut détester ça, sous pour autant se sentir humilié. Se prendre de la farine dans les cheveux, c’est bien moins dur psychologiquement que d’avoir un patron qui te gueule dessus, ou des collègues qui te méprisent <img data-src=" />



    Où-est ce que je parle de meurtre ? Je commente une actualité qui parle de bizutage, pas de viol. Pour quelqu’un d’extérieur, le bizutage paraitra toujours comme quelque chose d’affreux, mais ce n’est pas le cas. Donc pour savoir si il y a eu abus (et tu noteras que j’admet la possibilité qu’il y en ait, je ne prends pas mon cas pour une généralité), seule la victime (ou des personnes à qui elle aurait parlé) peut statuer sur la justesse de poursuites judiciaires.



Le 17/06/2013 à 15h 17







lysbleu a écrit :



On peut détester ça, sous pour autant se sentir humilié. Se prendre de la farine dans les cheveux, c’est bien moins dur psychologiquement que d’avoir un patron qui te gueule dessus, ou des collègues qui te méprisent <img data-src=" />





Alors imagine un patron qui te jette de la farine en criant <img data-src=" />







lysbleu a écrit :



Où-est ce que je parle de meurtre ? Je commente une actualité qui parle de bizutage, pas de viol. Pour quelqu’un d’extérieur, le bizutage paraitra toujours comme quelque chose d’affreux, mais ce n’est pas le cas. Donc pour savoir si il y a eu abus (et tu noteras que j’admet la possibilité qu’il y en ait, je ne prends pas mon cas pour une généralité), seule la victime (ou des personnes à qui elle aurait parlé) peut statuer sur la justesse de poursuites judiciaires.





Le soucis reste qu’elle peux avoir honte de ce qu’elle a fait (cf le coup du kayak avec la zboub des monsieurs) et donc ne pas en parler.



Après je pense que chacun peux aussi être responsable, si quand j’ai bizuter ou surveiller du bizutage y’avais qqn qui disais non je le mettait en retrait et faisait semblant genre “et toi vient voir, c’est quoi ce bordel là-bas? Vient avec moi on va ranger” et zou, corvé non faite, et si j’avais vu des trucs limites j’en aurais parlé.



Bref faut pas vouloir interdire tout ça, sinon ça reviendra, sous un autre nom, et le temps que ça soit connu y’aura peut-être eu des soucis …



Le 18/06/2013 à 15h 41

Le bizutage en soi, c’est complètement inutile. Ca implique une soumission à des “anciens”, qui te feront subir des trucs plus ou moins marrants. Rien que le concept de soumission est à gerber et c’est difficilement défendable.



Mais comme d’autres l’ont dit, faut séparer bizutage et intégration , avec des jeux à la con où tout le monde participe. Compétitions sportives, jeux à boire, etc. Pas de système hiérarchique, pas de confrontation, et probablement bien plus de liens sociaux créés.



Le bizutage ça reste une tradition de petits chefs qui prennent leur pied en donnant des ordres aux autres, une fois dans leur vie. Pas franchement top.