Obsolescence programmée, Epson, Apple : interview de Me Meunier, avocat de l’association HOP

A new Hop

Obsolescence programmée, Epson, Apple : interview de Me Meunier, avocat de l’association HOP

Obsolescence programmée, Epson, Apple : interview de Me Meunier, avocat de l’association HOP

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Alors qu’elle vient de déposer une plainte contre Apple pour le ralentissement de certains modèles d’iPhone, l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) applaudit l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre Epson sur le sujet des cartouches d’encre. Nous avons interviewé son avocat, Me Émile Meunier.

En septembre dernier, l’association HOP déposait la première plainte contre X en obsolescence programmée et tromperie devant le tribunal de grande instance de Nanterre. En substance, elle accuse le secteur de raccourcir délibérément la durée de vie des imprimantes et des cartouches d’encre.

« Lorsqu’une cartouche est faussement déclarée comme vide et bloque l’impression alors qu’il est démontré qu’il reste au moins 20% d’encre, il s’agit bien d’une technique, en l’espèce électronique, qui vise à réduire la durée de vie réelle de la cartouche d’encre puisque celle-ci est rendue inutilisable alors qu’elle pourrait encore fonctionner » expliquait l’association.

Comme l’a révélé Le Point, une enquête préliminaire a été ouverte à l’encontre d’Epson. Me Émile Meunier, qui défend HOP, revient dans nos colonnes sur ce dossier, mais également le cas d’Apple. Une interview réalisée avant la réaction du fabricant hier soir.

Que signifie l’ouverture de cette enquête préliminaire à l’encontre d’Epson ?

Il s’agit de l’étape d’après, nous l’attendions du procureur. Nous avions adressé cette plainte contre X, à charge pour lui de faire ce qu’il juge bon. Il pouvait ne pas donner de suite, mais il a estimé qu’il y avait suffisamment d’éléments pour diligenter cette enquête.

Il a donc été convaincu par les faits soulevés et demandé aux services de la DGCCRF de la mener. Nous sommes évidemment satisfaits, car cette administration dispose de moyens qu’une association n’a pas. Perquisitions, interrogatoires, expertises… C’est la première fois en France et peut-être dans le monde qu’une autorité d’un pays se saisit sur le fondement du délit d’obsolescence programmée.

Quelles vont être les suites ?

Nous allons très rapidement prendre contact avec la DGCCRF pour déposer des éléments complémentaires en notre possession. Depuis le dépôt de la plainte, nous avons eu énormément de témoignages, notamment de réparateurs d’imprimantes qui ont corroboré les faits ou en ont amené de nouveaux.

De nouveaux faits ?

Visiblement, ce que l’on a dit sur les cartouches d’encre est encore plus massif pour les toners. Nous ne nous étions pas intéressés à ce segment en raison de nos moyens et parce que ce n’est pas l’équipement qu’on trouve le plus chez les particuliers. Cependant, au regard des témoignages reçus d’imprimeurs, nous étions prêts à déposer une nouvelle plainte.

Quelles sont vos chances de succès sachant que les éléments constitutifs de l’infraction sont complexes ?

Vous avez des cartouches d’encre qui vous indiquent qu’elles ne peuvent plus imprimer. Il ressort des expertises qu’elles contiennent encore un fort pourcentage d’encre. La question est de savoir pourquoi ? Si le fabricant n’est pas capable d’apporter une explication convaincante, il n’y aura pas d’autre voie possible. Le mobile sera déduit des faits.

Nous sommes confiants. Nous avons de solides arguments techniques et avons fait notre part du chemin. La DGCCRF va maintenant faire ses expertises pour corroborer les faits et demander une explication au fabricant.

Avez-vous eu des échanges avec Epson d’ailleurs ?

Nous l’avions contacté afin d’avoir leurs explications mais il ne nous a jamais répondu.

Et d’Apple, suite à votre plainte visant le ralentissement des iPhone ?

Nous n’avons pas plus eu de retours d’Apple. Nous avons mis en ligne un questionnaire, cinq personnes nous répondent par minute ! Toutes affirment qu’il y a bien eu ralentissement en septembre ou en octobre, au moment du téléchargement d’iOS 11.

Vous évoquez un « ralentissement » de l’iPhone, mais le code de la Consommation sanctionne une réduction délibérée de la vie d’un produit, ce qui est différent.

C’est une argumentation que j’entends et qui sera sans doute soulevée mais si on regarde les travaux parlementaires, on comprend dans ce délit d’obsolescence programmée quelque chose qui n’est plus utilisable dans des bonnes conditions.

Si du jour au lendemain, un logiciel dans votre voiture vous fait rouler à 50 km/h, vous n’êtes pas en mesure de rouler avec. Si avez une télé couleur qui, du jour au lendemain devient en noir et blanc, on ne peut plus l’utiliser normalement. On se dit que c’est assimilé à la diminution de la durée de vie.

D’ailleurs dans le questionnaire mis en ligne, plus de 80% des témoignages estiment que ces ralentissements sont susceptibles de leur faire changer d’appareil.

La plainte principale vise le ralentissement du clavier. Il devient très difficile de l’utiliser, car il répond avec beaucoup de « lag ». Le deuxième problème réside dans des applications beaucoup plus lentes.

Quelles solutions imaginez-vous de la part d’Apple ?

Derrière, nous avons déjà des propositions pour lutter contre ces problèmes de mises à jour. D’abord, un principe de réversibilité sans pénalisation, afin de revenir à une ancienne version du système. Ensuite, un principe de « sécabilité » pour déconnecter les mises à jour de sécurité des mises à jour de commodité. Enfin, un principe de transparence.

Le principal problème est justement l’information des consommateurs…

En effet. Nous avons voulu aller au pénal avec l’espoir de l’ouverture d’une enquête. Nous pourrons demander des dommages et intérêts. L’idée est aussi de rassembler énormément de plaignants.

Le bon outil aurait pu être l’action de groupe, mais en France le grand nombre de garde-fous font qu’elle n’a pas eu le succès escompté. Une class action repose sur le monopole des associations de consommateurs. Ensuite, il faut aller devant un juge pour définir son périmètre. Enfin, lancer une procédure d’opt-in auprès des consommateurs. Notre idée repose davantage sur un contentieux de masse qui nous permettrait de « shooter » une grande quantité de plaintes devant le même juge.

Avez-vous d’autres produits en ligne de mire ?

C’est le début d’une longue liste. Le coup d’après sera les collants qui semblent extrêmement fragiles. Ils ne sont pourtant pas vendus comme étant jetables mais comme étant durables.

L’autre point, ce sont les plaquettes de frein de véhicules de marque allemande, des produits vendus entre 500 et 1 000 euros. Elles sont signalées comme usées mais lorsqu’on fait des tests, on voit que cela n’est pas vraiment le cas.

Merci Me Émile Meunier.

Sommaire de l'article

Introduction

Que signifie l’ouverture de cette enquête préliminaire à l’encontre d’Epson ?

Quelles vont être les suites ?

De nouveaux faits ?

Quelles sont vos chances de succès sachant que les éléments constitutifs de l’infraction sont complexes ?

Avez-vous eu des échanges avec Epson d’ailleurs ?

Et d’Apple, suite à votre plainte visant le ralentissement des iPhone ?

Vous évoquez un « ralentissement » de l’iPhone, mais le code de la Consommation sanctionne une réduction délibérée de la vie d’un produit, ce qui est différent.

Quelles solutions imaginez-vous de la part d’Apple ?

Le principal problème est justement l’information des consommateurs…

Avez-vous d’autres produits en ligne de mire ?

Commentaires (105)


Halte au marketing abusif !

Vive les repair cafe !



D’ailleurs, je crois voir ressurgir les boutiques de réparation et autres cordonneries dans les centres commerciaux.


Ils vont mettre de l’ambiance ! Même si cela risque de prendre du temps.




Si du jour au lendemain, un logiciel dans votre voiture vous fait rouler à 50 km/h, vous n’êtes pas en mesure de rouler avec.





Dans un pays qui veut réduire en permanence les limites de vitesse sans justification crédible (bientôt 20km/h sur autoroute), cette comparaison bagnolistique est totalement ratée, dommage. <img data-src=" />



Sinon pour les imprimantes, achetez des laser, les jets d’encre ça a toujours été une arnaque providentielle.

Ma laser N&B (remplacée depuis par une couleur) a encore le toner d’origine après 8 ans.


Merci a HOP pour ce travail d’investigation et de synthèse. Ya plus qu’a poster massivement ces infos / liens sur les réseaux sociaux des fabricants / grande surface revendeuses… 😉


le sous-titre…<img data-src=" />… <img data-src=" />

Et pour ceux qui n’auraient pas compris : <img data-src=" />


Perso, jamais eu de souci avec Epson (bon, je n’achète pas les cartouches Epson aussi <img data-src=" />). Par contre Canon, plusieurs en 2 ans et 3 mois…








SebGF a écrit :



Dans un pays qui veut réduire en permanence les limites de vitesse sans justification crédible (bientôt 20km/h sur autoroute), cette comparaison bagnolistique est totalement ratée, dommage. <img data-src=" />



Sinon pour les imprimantes, achetez des laser, les jets d’encre ça a toujours été une arnaque providentielle.

Ma laser N&B (remplacée depuis par une couleur) a encore le toner d’origine après 8 ans.







Tiens c’est une bonne idée. Je n’avais pas passé le pas de la laser couleur à cause des photos mais maintenant quand j’en ai besoin d’une vite fait je vais dans les bornes photomaton ou de supermarché du coup j’imprime plus de photos… Je vois qu’il y en a des petites wifi à 200 balles l’encre est plus stable, la qualité bien souvent supérieur et plus rapide.



j’ai une epson depuis 6 ou 7 ans et je constate bien le problème. Je dirais même pire car depuis que j’ai finis mes études, il y a plusieurs années donc, je n’imprime presque plus rien. Et pourtant à chaque allumage de l’imprimante, le niveau indiqué est nettement inférieur au niveau du mois d’avant, avec 2 feuilles imprimées. L’encre ça ne s’évapore pas. Il y a sans le moindre doute un compteur d’impressions biaisé mais aussi un compteur de temps. Pour avoir ouvert une cartouche à la suite de ça, je confirme qu’il restait entre 30 et 40% d’encre liquide à l’intérieur, et qui pouvait parfaitement s’écouler via les petits canaux. Bref….



En revanche, le soft russe qui réinitialise de compteur d’impression à déjà fonctionné à merveille sur l’imprimante :) 150 euros d’économisés quand même !








SebGF a écrit :



Sinon pour les imprimantes, achetez des laser, les jets d’encre ça a toujours été une arnaque providentielle.

Ma laser N&B (remplacée depuis par une couleur) a encore le toner d’origine après 8 ans.







Ben… ça ne changera pas grand chose sur ce point précis :





Interview a écrit :



Visiblement, ce que l’on a dit sur les cartouches d’encre est encore plus massif pour les toners.





Donc bon <img data-src=" />









wanou2 a écrit :



Tiens c’est une bonne idée. Je n’avais pas passé le pas de la laser couleur à cause des photos mais maintenant quand j’en ai besoin d’une vite fait je vais dans les bornes photomaton ou de supermarché du coup j’imprime plus de photos… Je vois qu’il y en a des petites wifi à 200 balles l’encre est plus stable, la qualité bien souvent supérieur et plus rapide.





Les imprimantes laser d’aujourd’hui ont le même comportement que les jets d’encre d’hier.

&nbsp;

J’ai une Lexmark CS410dn à 150 € pour mon association :



Les toners d’origine ont une capacité de quelques centaines de pages,

les toners de remplacement sont à 90 € par couleur et

s’il n’y a plus de Magenta (par exemple) tu ne peux pas imprimer en noir et blanc.



Perso je recommande toujours les lasers quand on imprime peu (genre tu fais un courrier, une photocopie…) car le toner il bouge pas, là où les cartouches sèchent et finissent par claquer. Par contre dès que ça devient plus soutenu, le consommable est cher oui.



Je pense que vous devriez regarder du côté des offres type “forfait d’impression” comme on peut voir en entreprise (les gros copieurs sont généralement loués avec un forfait au nombre d’impression, pas d’achat individuel de conso), ça sera peut être plus intéressant pour votre association.



Edit :http://store.hp.com/FranceStore/Merch/Offer.aspx?p=instantink

10 balles/mois pour 300 pages, ça me paraît pas dégueux.

Après j’ai pas été lire les petites lignes.









Nozalys a écrit :



Donc bon <img data-src=" />







D’où ma réponse <img data-src=" />







wanou2 a écrit :



Tiens c’est une bonne idée. Je n’avais pas passé le pas de la laser couleur à cause des photos mais maintenant quand j’en ai besoin d’une vite fait je vais dans les bornes photomaton ou de supermarché du coup j’imprime plus de photos… Je vois qu’il y en a des petites wifi à 200 balles l’encre est plus stable, la qualité bien souvent supérieur et plus rapide.







Même avis oui, au début la jet d’encre c’était “pour la photo”, mais au vu de l’usage et le coût d’entretien, autant passer par les bornes d’impression. C’est carrément pas rentable de posséder le matériel pour cette utilité.





Vous avez des cartouches d’encre qui vous indiquent qu’elles ne peuvent

plus imprimer. Il ressort des expertises qu’elles contiennent encore un

fort pourcentage d’encre. La question est de savoir pourquoi&nbsp;?





&nbsp;C’est tout simplement parce que l’encre est aspirée par le haut de la cartouche, résultat dès que le niveau descend un peu, elle ne passe plus. Et c’est impossible pour une raison de conception de mettre le goulot ailleurs <img data-src=" />

[/mode avocat d’espon]



J’ai une Epson depuis des années, j’ai aussi constaté qu’il restait de l’encre alors que la cartouche était inutilisable. C’est même pire, il suffit d’une cartouche indiquée comme vide (par exemple le cyan) pour qu’on ne puisse plus imprimer en noir et blanc <img data-src=" />

&nbsp;

Sinon je n’ai pas bien compris pourquoi l’action de groupe n’était pas la solution choisie… <img data-src=" /> Il n’y a que l’UFC QC qui peut, c’est ça ?








Jarodd a écrit :



C’est même pire, il suffit d’une cartouche indiquée comme vide (par exemple le cyan) pour qu’on ne puisse plus imprimer en noir et blanc <img data-src=" />



J’ai une Epson et je peux faire ça.



Mais j’ai eu pire sur une imprimante-scanner canon : code erreur pour l’imprimante. Conséquence, je ne peux plus utiliser le scanner…





La plainte principale vise le ralentissement du clavier. Il devient très difficile de l’utiliser, car il répond avec beaucoup de « lag ». Le deuxième problème réside dans des applications beaucoup plus lentes.





Ca c’est énorme.



Chaque année, à la keynote, on nous dit:




  • Nouvel iPhone X % plus rapide que celui de l’année dernière

  • OS encore plus optimisé que l’année dernière

  • On fait de la réalité-augmenté-VR-4D-plus-puissant-qu’un-PC



    MAIS: la fonction de base d’un clavier qui est de taper des lettres, lag… Alors que sur l’iPhone Edge - iOS 1, ca fonctionnait PARFAITEMENT. Sérieux, si ça c’est pas volontaire….


Ca m’est aussi arrivé avec mon Epson, mais c’est totalement aléatoire. Parfois il suffit de redémarrer l’imprimante pour pouvoir utiliser le scanner, qui était bloqué le coup d’avant. Elle doit tourner sous W98 <img data-src=" /> C’est mal branlé mais ça m’arrange.








Jarodd a écrit :



ne puisse plus imprimer en noir et blanc <img data-src=" />







Moi j’imprime qu’en noir, le blanc c’est la feuille <img data-src=" />



300 pages/mois, c’est pas beaucoup, cela fait à peu prés ma conso au boulot tout seul. On pense changer notre grosse Konika, elle se fait vieille (on l’avait eu gratos), elle déconne de plus en plus, on va en profiter pour bazarder les petites jet d’encre pour prendre des petites laser pour les différents sites, la consommation en encre était horribles en coûts.<img data-src=" />


&nbsp;Je n’imprime que sur des feuilles fushia <img data-src=" />




Vous avez des cartouches d’encre qui vous indiquent qu’elles ne peuvent plus imprimer. Il ressort des expertises qu’elles contiennent encore un fort pourcentage d’encre.





Ca me rappelle une discution dans une niouze de NXi il y a quelques semaines/mois où des spécialistes auto-proclamés nous expliquaient que c’était impossible… que les constructeurs n’avaient aucun intérêt à faire ça….Lol



Le lien. https://www.nextinpact.com/news/105196-imprimante-lassociation-hop-depose-plainte-pour-obsolescence-programmee.htm



Le premier commentaire ridiule commence au #10 <img data-src=" />








Nozalys a écrit :



Et pourtant à chaque allumage de l’imprimante, le niveau indiqué est nettement inférieur au niveau du mois d’avant, avec 2 feuilles imprimées. L’encre ça ne s’évapore pas. Il y a sans le moindre doute un compteur d’impressions biaisé mais aussi un compteur de temps. Pour avoir ouvert une cartouche à la suite de ça, je confirme qu’il restait entre 30 et 40% d’encre liquide à l’intérieur, et qui pouvait parfaitement s’écouler via les petits canaux. Bref…





Ça reste incompréhensible pour moi et pour d’autres, car Epson n’a rien à gagner à faire intentionnellement des cartouches dont autant d’encre reste dedans, cette encre a un coût (même si peu élevé). On peut aussi penser que tout le monde le ferait, à ce moment-là.



Depuis le temps que cette histoire est connue, est-ce que c’est encore le cas des cartouches vendues en 2017 par exemple ? Si quelqu’un a l’information ça serait intéressant.







Ricard a écrit :



Ca me rappelle une discution dans une niouze de NXi il y a quelques semaines/mois où des spécialistes nous expliquaient que c’était impossible… que les constructeurs n’avaient aucun intérêt à faire ça….Lol





En effet, ils n’ont aucun intérêt.







Ricard a écrit :



Le premier commentaire ridiule commence au #10 <img data-src=" />





Plutôt que de balancer ce genre d’ânerie, tu ferais mieux d’argumenter.







Jarodd a écrit :



C’est tout simplement parce que l’encre est aspirée par le haut de la cartouche, résultat dès que le niveau descend un peu, elle ne passe plus. Et c’est impossible pour une raison de conception de mettre le goulot ailleurs <img data-src=" />





Par le haut ? Étonnant, en tous cas sur ma HP l’encre part par le bas vers les buses d’impression, le papier défilant en-dessous.









OlivierJ a écrit :



Par le haut ? Étonnant, en tous cas sur ma HP l’encre part par le bas vers les buses d’impression, le papier défilant en-dessous.







je crois que tu as raté :




  1. le smiley

  2. la balise de fin de “mode”.



Merci, mais comme il manque la balise de début, je n’avais pas pigé ce passage. Pas toujours facile avec certains commentateurs de savoir dans quel esprit ils s’expriment. <img data-src=" />


Tu n’a plus qu’à relire le sujet <img data-src=" />



J’avais tenté de t’expliquer mais c’est inconcevable pour toi. Tu ne réfléchis pas comme les autres mais sur ce coup, ce n’est pas flatteur <img data-src=" />



Il faut toujours t’apporter des preuves sur un plateau mais tu ne te gênes par pour émettre des affirmations arbitraires.








OlivierJ a écrit :



Ça reste incompréhensible pour moi et pour d’autres, car Epson n’a rien à gagner à faire intentionnellement des cartouches dont autant d’encre reste dedans, cette encre a un coût (même si peu élevé)





L’encre est au contraire tellement cher par rapport au prix d’une imprimante que c’est elle qui finance une bonne partie de celle ci sur le long terme. J’ai été voir par curiosité sur mat.net, l’epson la moins cher coute 65€ mais les cartouche d’encre associées sont vendus 35 et 70 euros. Je suppose que l’imprimante n’est livré qu’avec des recharge à 35€ mais ça fait quand même la moitié du prix de l’imprimante… 35€ une imprimante qui en plus fait scanner… Wtf ? Autant la revendre une fois que l’encre est utilisé plutôt que de changer.



D’ailleurs quand tu regarde le prix des simple scanner c’est au minimum 70€, bref c’est louche tout ça. Au passage sur certains modèles si le scanner ne fonctionne plus tu ne peut plus imprimer et vice versa.









ForceRouge a écrit :



Ca c’est énorme.

[…]

MAIS: la fonction de base d’un clavier qui est de taper des lettres, lag… Alors que sur l’iPhone Edge - iOS 1, ca fonctionnait PARFAITEMENT. Sérieux, si ça c’est pas volontaire…





A ce sujet, j’ai de temps à autres le problème à présent sur mon Samsung Galaxy S5 mini : le clavier ne s’affiche plus vraiment, et je peux taper à l’aveugle mais c’est très lent, comme si une tâche prenait 100 % du CPU en même temps.

Et je n’ai pas trouvé la méthode pour que ça redevienne normal, parfois ça se passe tout seul au bout d’un moment, et tuer toutes les applications actives ne change rien.









OlivierJ a écrit :



Depuis le temps que cette histoire est connue, est-ce que c’est encore le cas des cartouches vendues en 2017 par exemple ? Si quelqu’un a l’information ça serait intéressant.





Pour les cartouches Epson, c’est toujours le cas, la dernière que j’ai démonté avant de jeter, c’était en avril ou mai 2017.







Jarodd a écrit :



C’est tout simplement parce que l’encre est aspirée par le haut de la cartouche, résultat dès que le niveau descend un peu, elle ne passe plus. Et c’est impossible pour une raison de conception de mettre le goulot ailleurs <img data-src=" />





Sur toutes les imprimantes que j’ai possédé, la cartouche est orienté vers le bas pourtant <img data-src=" />









Jeanprofite a écrit :



J’avais tenté de t’expliquer mais c’est inconcevable pour toi. Tu ne réfléchis pas comme les autres mais sur ce coup, ce n’est pas flatteur <img data-src=" />





Merci pour la rigolade. C’est plutôt moi qui ai tenté d’expliquer, et c’est basé sur une réflexion que d’autres ont eu.

J’ai relu ton commentaire indiqué, il n’explique rien.







Jeanprofite a écrit :



Il faut toujours t’apporter des preuves sur un plateau mais tu ne te gênes par pour émettre des affirmations arbitraires.





Je vois qu’on est vendredi…

Je n’émets pas d’affirmation arbitraire, j’expose un point précis avec un argument.







skankhunt42 a écrit :



L’encre est au contraire tellement cher par rapport au prix d’une imprimante que c’est elle qui finance une bonne partie de celle ci sur le long terme. […] Wtf ? Autant la revendre une fois que l’encre est utilisé plutôt que de changer.





Oui mais on le sait depuis que les imprimantes jet d’encre existent, ce n’est pas un mystère.

Ça ne change pas ce que je disais sur le fait que le fabricant n’a aucun intérêt à vendre des cartouches dont une partie de l’encre est gâchée. Tu vois un vendeur de vin ou de chips faire ça ?







skankhunt42 a écrit :



D’ailleurs quand tu regarde le prix des simple scanner c’est au minimum 70€, bref c’est louche tout ça. Au passage sur certains modèles si le scanner ne fonctionne plus tu ne peut plus imprimer et vice versa.





C’est sûr que ça paraît absurde. Je ne sais pas si la limitation vient des drivers ou du matériel carrément. Si c’est du driver et qu’il était open source, ou pourrait le corriger (coucou Stallman :-) ).







Nozalys a écrit :



Pour les cartouches Epson, c’est toujours le cas, la dernière que j’ai démonté avant de jeter, c’était en avril ou mai 2017.





OK, merci. J’ai du mal à comprendre, surtout depuis que ça leur fait toute cette mauvaise presse (même si je pense qu’ils n’ont rien à y gagner à mettre de l’encre qui n’est pas consommée).







Nozalys a écrit :



Sur toutes les imprimantes que j’ai possédé, la cartouche est orienté vers le bas pourtant <img data-src=" />





En fait il plaisantait (cf commentaire de Fred42 plus haut), mais ce n’est pas explicite.



C’était une connerie, je me faisais l’avocat du diable en anticipant ce que pourrait être la défense d’Epson. Désolé si le trait d’humour t’a induit en erreur <img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



Oui mais on le sait depuis que les imprimantes jet d’encre existent, ce n’est pas un mystère.

Ça ne change pas ce que je disais sur le fait que le fabricant n’a aucun intérêt à vendre des cartouches dont une partie de l’encre est gâchée. Tu vois un vendeur de vin ou de chips faire ça ?





Epson vend son encre sur son propre site en indiquant uniquement une contenance et pas un nombre de pages.

HP au contraire met en avant le nombre de pages et indique la contenance si l’on demande des détails. Ils expliquent aussi comment se fait le test (norme utilisée (qui définit la ou les pages utilisées pour le test), impression en continu (ce qui est favorable parce que cela diminue les pertes d’encre))



Epson se fout donc un peu que l’encre soit utilisée ou non, ils l’on vendu et cher en plus. Et ils donnent le bâton pour se faire battre (pas pour obsolescence programmée mais pour tromperie) en bridant l’utilisation de 20 % de l’encre.



C’est assez affligeant le manque d’information sur ce que tu achètes sur le site d’Epson !









OlivierJ a écrit :



Je vois qu’on est vendredi…

Je n’émets pas d’affirmation arbitraire, j’expose un point précis avec un argument.





Oui mais on le sait depuis que les imprimantes jet d’encre existent, ce n’est pas un mystère.

Ça ne change pas ce que je disais sur le fait que le fabricant n’a aucun intérêt à vendre des cartouches dont une partie de l’encre est gâchée. Tu vois un vendeur de vin ou de chips faire ça ?







Bon exemple : le prix du vin dépend de sa qualité, mais il est possible de berner les gens en mettant de la piquette que l’on fera payer très cher (pour le néophyte qui n’a jamais goûté au vin, ça passera bien).

On peut même en trouver en poudre.

Ça ne sert à rien d’en mettre moins vu le prix que ça coûte et ça rassure le client de savoir qu’il paye pour une grande quantité (même si c’est infecte et qu’il ne boira pas).



N’as-tu pas connu les boîtes de jeux vidéo qui grossissaient à mesure que le jeu était cher ?



Pour exemple, une anecdote vécue : j’ai un collègue qui est habitué au vin de table. Un jour nous allons au restaurant à trois avec un connaisseur et nous commandons une bouteille de vin italien (l’un des meilleurs vin que j’ai eu l’occasion de goûter) le connaisseur et moi étions ravis, mais le collègue du vin de table faisait la grimace en disant qu’il avait un goût bizarre, il devait être bouchonné.

J’ai longtemps cru qu’il plaisantait, mais l’occasion de goûter quelque choses de correcte s’est représenté et il préfère toujours la piquette <img data-src=" />



Edit: honteuse faute de liaison, non à propos au premier mot…



C’est une offre pour particuliers, pas pour les entreprises hein <img data-src=" />



Un particulier qui fait 300 pages/mois … Ca veut dire qu’il imprime 10 trucs par jour quand même.



La seule fois où j’ai fait une telle conso, c’était pour le dossier de subvention vélo de Lille qui demandait d’imprimer en double exemplaire la convention de 10 pages pour l’envoyer par courrier… (oui, du franco français pur souche)


Malheureusement, dans tous ce qui touche au travail administratifs au sens large, la consommation papier et énorme.


Yep, et après ça vient nous causer d’écologie… <img data-src=" />



Ca me rappelle à l’époque Orange qui mettait sur les factures le truc “passez aux factures numériques, sauvez un bébé panda polaire toussa” tout en continuant de spammer la BAL de prospectus… <img data-src=" />


Pour la new, c’est bien que la DGCCRF mette sont nez là dedans. Ça feras peut être bouger les choses.





Oui Epson bride ses imprimantes car impossible d’imprimer si une des cartouches est vide. Même en game semi-pro.


Arf non j’ai pas capté le troll ^^ en même temps c’est ‘dredi, donc c’est permit !








OlivierJ a écrit :



Ça ne change pas ce que je disais sur le fait que le fabricant n’a aucun intérêt à vendre des cartouches dont une partie de l’encre est gâchée.





Tu renouvelle plus souvent donc plus d’argent pour le fabricant. Au fur et à mesure tous le monde s’y met et ça deviens plus ou moins admis… Au bout d’un moment c’est tellement “gros” que plus personne n’ose attaquer. Naturellement les fabricant rajouteront un autre truc, ect… Après c’est le même délire qu’avec le piratage, tant que tu n’est pas au top tu à très peu de chance de te faire attraper.

&nbsp;





OlivierJ a écrit :



Tu vois un vendeur de vin ou de chips faire ça ?&nbsp;

&nbsp;



Je pense que si tu ne pouvais boire que via une machine et des cartouche de vin il y aurait surement le même genre d’abus…



Il parait que l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) va fusionner vers le groupe Halte aux interfaces propriétaires (HIP).



source


Pour les cartouches d’encre, ok, y’a pas trop de débat.



Par contre HOP veut ensuite attaquer les fabricants de plaquettes de frein ?

Ou bien le système de gestion de l’usure des plaquettes ?








fred42 a écrit :



Epson vend son encre sur son propre site en indiquant uniquement une contenance et pas un nombre de pages.

HP au contraire met en avant le nombre de pages et indique la contenance si l’on demande des détails. Ils expliquent aussi comment se fait le test (norme utilisée (qui définit la ou les pages utilisées pour le test), impression en continu (ce qui est favorable parce que cela diminue les pertes d’encre))





Note que HP aussi vend des cartouches dont la spécification principale est la contenance (en ml). Indication qui ne me donne guère d’idée du nombre de pages, et les fabricants qui le font comme HP ont raison de le faire (pour le nombre de pages).







fred42 a écrit :



Epson se fout donc un peu que l’encre soit utilisée ou non, ils l’on vendu et cher en plus. Et ils donnent le bâton pour se faire battre (pas pour obsolescence programmée mais pour tromperie) en bridant l’utilisation de 20 % de l’encre.

C’est assez affligeant le manque d’information sur ce que tu achètes sur le site d’Epson !





Oui mais je n’achète pas une cartouche d’encre pour sa contenance mais pour sa capacité d’impression. Et ce qui compte à la fin c’est le prix à la page. Si ça se trouve, dans certains cas c’est moins cher à la page avec une cartouche Epson qui garde 20 % à la fin, comparé à une HP ou Canon.



Quand Que Choisir fait un dossier sur le coût d’impression, est-ce qu’il est fait en utilisant les cartouches jusqu’à la fin, ou seulement via une estimation après 10 pages imprimées ? Il faudrait que je regarde, et si quelqu’un a l’info je veux bien.



C’est plutôt la durabilité du consommables qui m’attirent car les imprimante à jet d’encre ont la fâcheuse tendance à sécher et à imprimer rapidement dégueulasse !








skankhunt42 a écrit :



Tu renouvelle plus souvent donc plus d’argent pour le fabricant.





Mais non… <img data-src=" />

A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre.



S’il y en a pour 0,2 E le ml pour le fabricant (soit 3 E le prix l’encre pour 15 ml), pour une cartouche de 15 ml avoir 20 % d’inexploité ça veut dire que 3 ml sont en trop, soit 0,6 E ; multiplié par le nombre de cartouches ça fini par faire des sommes. Quand on produit en grande quantité, on économise presque jusqu’au centime sur chaque pièce, surtout pour un ensemble vendu quelques euros.







skankhunt42 a écrit :



Au fur et à mesure tous le monde s’y met et ça deviens plus ou moins admis… Au bout d’un moment c’est tellement “gros” que plus personne n’ose attaquer.





Tu n’es pas sérieux là.







skankhunt42 a écrit :



Je pense que si tu ne pouvais boire que via une machine et des cartouche de vin il y aurait surement le même genre d’abus…





Non car on verse le vin dans un verre.

Par ailleurs Nespresso fait des cartouches.



Vendre des cartouches rechargeables par soi-même éviterait toute polémique sur le sujet.



Un service adapté chargerait les cartouches à 100% ou à 80 % (puisque 20% reste à chaque fois) <img data-src=" />


Compare hp et hp détaillé à epson.

Sur la première page de HP, on voit uniquement une info de nombre de pages, sur la page détaillée, on a plein d’infos.



Chez Epson, on a l’info contenance dans la liste des produits et rien dans las description du produit.



Donc, chez eux, tu ne sais pas combien de pages tu imprimes.



Le seul moyen de faire un test de coût à la page est d’imprimer jusqu’au bout. C’est généralement fait en continu même si ce n’est pas totalement représentatif de la vraie vie.








OlivierJ a écrit :



A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ?





Pour ce foutre de notre gueule et ça marche :p







OlivierJ a écrit :



Elle n’est pas gratuite l’encre. Quand on produit en grande quantité, on économise presque jusqu’au centime sur chaque pièce, surtout pour un ensemble vendu quelques euros.





Il vaut mieux perdre 10ct sur chaque cartouche et gagner 30€ de plus sur un client sur 5.





OlivierJ a écrit :



Tu n’es pas sérieux là.





C’est comme ça que fonctionne le monde du commerce…Tu pousse le bouchon toujours un peu plus loin jusqu’a être pris la main dans le sac, tant que les gens achètent… Et puis la main dans le sac c’est calculé, si tu gagne 100€ et que l’amende n’est que de 20€ tu y gagne encore.

&nbsp;





2show7 a écrit :



Vendre des cartouches rechargeables par soi-même éviterait toute polémique sur le sujet. Un service adapté chargerait les cartouches à 100% ou à 80 % (puisque 20% reste à chaque fois)&nbsp;





C’est pour cela qu’il faut acheter la machine en rapport des cartouches… Me souviens avec ma canon qui m’a durée des années avec ses cartouches générique à 5€ au lieu de 20€. Après les fabricant savent que la plupart des gens achètent une imprimante au prix fort et surtout les cartouches car au supermarché.&nbsp;









wanou2 a écrit :



C’est plutôt la durabilité du consommables qui m’attirent car les imprimante à jet d’encre ont la fâcheuse tendance à sécher et à imprimer rapidement dégueulasse !





Globalement l’imprimante fonctionne bien et les toners à 90 € assurent 4000 copies, il y a le temps de voir venir.

&nbsp;

Il faut juste accepter que pour 150 € on a une imprimante qui fonctionne à peine 6 mois et qu’il faut prévoir assez rapidement 360 € (ce qui n’est pas négligeable) si on veut pouvoir continuer à s’en servir.

&nbsp;

Et de plus, prévoir également quand l’imprimante signale qu’elle n’a plus de “jaune” qu’on ne pourra plus imprimer, même en N&B, si on n’a pas un toner de remplacement en réserve.









fred42 a écrit :



Compare hp et hp détaillé à epson.

Sur la première page de HP, on voit uniquement une info de nombre de pages, sur la page détaillée, on a plein d’infos.

Chez Epson, on a l’info contenance dans la liste des produits et rien dans las description du produit.

Donc, chez eux, tu ne sais pas combien de pages tu imprimes.





Ah mais je te croyais déjà, mes propos étaient plutôt dans un ajout/précision.







skankhunt42 a écrit :



Pour ce foutre de notre gueule et ça marche :p





En fin de compte tu reconnais que tu n’as pas d’explication rationnelle.







skankhunt42 a écrit :



Il vaut mieux perdre 10ct sur chaque cartouche et gagner 30€ de plus sur un client sur 5.





Je n’ai pas compris.







skankhunt42 a écrit :



C’est comme ça que fonctionne le monde du commerce…Tu pousse le bouchon toujours un peu plus loin jusqu’a être pris la main dans le sac, tant que les gens achètent… Et puis la main dans le sac c’est calculé, si tu gagne 100€ et que l’amende n’est que de 20€ tu y gagne encore.





Ben voyons, la belle vision merdique…

Il y a des tas de commerçants honnêtes et qui gagnent bien leur vie en vendant des produits de qualité, ou ayant un bon rapport qualité/prix perçu. Comme si on devait forcément être malhonnête pour gagner sa vie…









OlivierJ a écrit :



Mais non… <img data-src=" />

A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre.







Là tu le fais exprès ou bien tu es littéralement borné.

Ce n’est pas faute de te proposer plein d’analogie.



Il est beau le monde des bisounours ?









Jeanprofite a écrit :



Là tu le fais exprès ou bien tu es littéralement borné.

Ce n’est pas faute de te proposer plein d’analogie.





Et moi ce n’est pas faute d’expliquer.







Jeanprofite a écrit :



Il est beau le monde des bisounours ?





Que viennent-ils faire ici ?

Je ne connais pas d’ailleurs, à part le nom que certains invoquent, faute d’argument manifestement.



Tu expliques que tu ne comprend pas…

Et tu nous fais comprendre que tu ne veux pas comprendre.



Pour toi on achète une cartouche par rapport à un nombre page imprimé.

Passons le fait que le test normalisé ne reflète pas la réalité mais donne une idée de comparaison entre les constructeurs.

Les gens achètent une quantité d’encre, dans la logique commune que plus il y a d’encre plus on peut imprimer.

Le constructeur qui marge très peu (ou pas, selon certain) veut vendre des cartouches.

Ni toi ni moi ne savons le prix réel de l’encre, mais il doit être dérisoire au regard du prix de vente.



L’astuce c’est de pousser au rachat en faisant croire qu’il est nécessaire (alors qu’il reste du produit).

Qu’importe le produit vu la faible valeur, il a été vendu quand même.



Pour les bisounours, c’est un bon monde en couleurs, dans lequel tu te complet.

À ce niveau, je pourrais te demander si «le chichon» est bon.









Jeanprofite a écrit :



Tu expliques que tu ne comprend pas…

Et tu nous fais comprendre que tu ne veux pas comprendre.





C’est c’laaa, oui…



Je ne comprends pas l’intérêt qu’aurait Epson à laisser volontairement 20 % (ou plus) d’encre dans ses cartouches, étant donné le mode de consommation des cartouches d’encre et le marché tel qu’il est (je me suis déjà étendu sur la question). En plus, le phénomène est connu depuis plusieurs années, et il reste le seul à le faire (il le fait toujours d’après un commentateur qui m’a répondu tout à l’heure et qui a regardé sa cartouche de l’année), sinon HOP et d’autres en auraient parlé.







Jeanprofite a écrit :



Pour toi on achète une cartouche par rapport à un nombre page imprimé.





Pas toujours puisque l’information n’est pas forcément disponible. Mais au final ce qui importe à l’achat, pour pouvoir COMPARER les marques, c’est le nombre de pages qu’on peut imprimer par cartouche, ou le prix à la page (ce qui revient au même).

Quand j’ai acheté mon imprimante j’ai regardé le coût à la page d’après un site comme Que Choisir, après je me fiche un peu de la capacité en ml.







Jeanprofite a écrit :



Passons le fait que le test normalisé ne reflète pas la réalité mais donne une idée de comparaison entre les constructeurs.





Ça reflète donc la réalité, le but étant de faire un comparatif.







Jeanprofite a écrit :



Les gens achètent une quantité d’encre, dans la logique commune que plus il y a d’encre plus on peut imprimer.





A marque égale, c’est certain. HP fait par exemple des cartouches de 11 ml et 19 ml (dites XL) pour mon imprimante.







Jeanprofite a écrit :



Le constructeur qui marge très peu (ou pas, selon certain) veut vendre des cartouches.

Ni toi ni moi ne savons le prix réel de l’encre, mais il doit être dérisoire au regard du prix de vente.





Le constructeur vend plus ou moins à perte les imprimantes grand public et fait ses bénéfices sur les cartouches d’encre, c’est ultra connu depuis longtemps, et compréhensible même si ça paraît une drôle d’idée.







Jeanprofite a écrit :



L’astuce c’est de pousser au rachat en faisant croire qu’il est nécessaire (alors qu’il reste du produit).

Qu’importe le produit vu la faible valeur, il a été vendu quand même.





Eh bien pas forcément (pour ta 2e phrase, et pour la 1e du coup). Et si c’était si simple, tout le monde le ferait, vu qu’Epson a le souci depuis des années, du moins sur certaines de ses cartouches. Effectivement, il n’est pas précisé si ça touche toutes les cartouches Espon (il y a souvent plusieurs types selon les imprimantes et leur gamme).







Jeanprofite a écrit :



Pour les bisounours, c’est un bon monde en couleurs, dans lequel tu te complet. À ce niveau, je pourrais te demander si «le chichon» est bon.





<img data-src=" />

Le chichon, je sais qui le fume. Il t’empêche aussi de distinguer entre “complet” et “complais”.

C’est débile ces mentions de “bisounours”, ça n’apporte rien au débat.



(les imprimantes couleurs étant pour un monde en couleurs, sont-elles issues des bisounours ? <img data-src=" /> )









OlivierJ a écrit :



Mais non… <img data-src=" />

A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre.





A ne pas se retrouver accuser en vente mensongère. Car vendre une quantité moindre que celle annoncée est pénalement répréhensible, et ce dans le monde entier.

Ensuite, indiquer que les cartouche sont vide même s’il en reste encore dedans permet de forcer l’achat de cartouches par les consommateurs qui ne vont pas ouvrir les cartouches quand elles sont théoriquement vide.

C’est bien plus habile puisque moins contrôlable, quantifiable.

Les constructeurs peuvent même prétendre que l’imprimante de test a un défaut et donc botter en touche.

Il faut un certains nombre de tests, avec un certain nombre d’imprimantes et de cartouche pour dire que le fabriquant trompe ses consommateurs.

Et question prix, si réellement il reste toujours de l’encre alors qu’annoncée vide, c’est déjà inclus dans le prix de vente. Sauf qu’il faut racheter une cartouche plus tôt…



Je t’invite à lire mon commentaire #50, ça m’évitera de me répéter une fois de plus.



(et j’ajoute que le fait que les cartouches contiennent autant que 20 % de leur capacité nominale, c’est difficile à cacher vraiment, surtout si elle est sous forme liquide et qu’on peut la secouer - dans tous les cas ça crée une mauvaise publicité vu les réactions majoritaires ici)








OlivierJ a écrit :



Mais non… <img data-src=" />

A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre.







non l’encre n’est pas gratuite . mais qui paye l’encre ? toi ! le consommateur ! quand tu retournes au super marché pour en acheter c’est toi qui sort ta carte bleue ! que tu consommes entièrement le contenu de la cartouche d’encre ou pas c’est toi qui paye, pas Epson !

Et Epson se fait de l’argent en vendant des cartouches, et plus il en vend plus il est content et d’autant plus que la vente de consommable (les cartouches ) rapporte plus que la vente de la pièce majeur (l’imprimante).



on vit dans une société ultra capitaliste ou c’est l’argent qui domine et dirige les moindres décisions et ou le but est de pousser les gens a la consommation pour justement amasser toujours plus d’argent.



ce n’est peut être pas comme ça que toi tu penses mais c’est comme ça que pensent les actionnaires et autres dirigeant de grosses entreprises comme Epson qui se regardent entre eux a leur réunion et se disent a la fin de l’année on veut “tant” d’argent en plus sur notre compte en banque donc va falloir vendre “telle” quantité de cartouches dans l’année et pour cela on va utiliser tous les moyens possible et imaginable : com, marketing, matraquage de pub, objectif abracadabrant pour les commerciaux et les vendeurs et bien biensure obsolescente programmée.



pour ton information depuis plusieurs années les cartouches sont équipées de puces et ces puces ne servent pas a faire des statistiques d’utilisation ou a te prévenir quand les cartouches sont vides non elle sont la juste pour enregistrer la date de la première mise en service et plus tard te dire par l’intermédiaire de ton logiciel word ou photoshop quand ça fait trop longtemps que tu n’es pas passé a la caisse et qu’il est temps de remettre la main au porte monnaie.



un pirate russe a d’ailleurs réussi a craqué ce système et a crée un logiciel qui permet de communiquer avec les puces de certains modèle de cartouches d’imprimante et de reset leur compteur.



si tu doutes de ce que l’on te dit alors comment expliques tu les témoignages d’utilisateurs qui disent que leur cartouche semble encore contenir de l’encre alors que leur logiciel lui leur dit le contraire et refuse d’imprimer ? ou encore que leur logiciel leur dit que la quantité d’encre a baissé alors qu’ils n’ont rien imprimer entre temps ?



tout ça peut te paraitre trop gros et difficile a avaler mais il faut pourtant te rendre a l’évidence.

l’obsolescence programmée est présente partout de tes chaussettes Décathlon qui s’use et se trou en a peine 6 mois a chez ton coiffeur quand il utilise son ciseaux a effiler pour soit disant desepaissir tes cheveux alors que c’est surtout pour que tu reviennes le voir plus vite vu que ce ciseaux coupe les cheveux a des tailles différentes et que quand ça repousse bah ça ne peut pas donner quelque chose d’homogène.










Fringe a écrit :



non l’encre n’est pas gratuite . mais qui paye l’encre ? toi ! le consommateur !





OK, tu n’as rien à compris à mes explications, et tu répètes ce que d’autres ont déjà écrit (et à quoi j’ai répondu).

Soupir… <img data-src=" />







Fringe a écrit :



on vit dans une société ultra capitaliste ou c’est l’argent qui domine et dirige les moindres décisions et ou le but est de pousser les gens a la consommation pour justement amasser toujours plus d’argent.





Pitié… <img data-src=" />

Ce genre de considération inepte… Comme si l’avidité était née au 18e siècle.







Fringe a écrit :



ce n’est peut être pas comme ça que toi tu penses mais c’est comme ça que pensent les actionnaires et autres dirigeant de grosses entreprises comme Epson qui […]





Merci de m’expliquer le fonctionnement d’une entreprise. <img data-src=" />







Fringe a écrit :



pour ton information depuis plusieurs années les cartouches sont équipées de puces […]

un pirate russe a d’ailleurs réussi a craqué ce système et a crée un logiciel qui permet de communiquer avec les puces de certains modèle de cartouches d’imprimante et de reset leur compteur. [..]





Tu pouvais te dispenser de ce pavé contenant des points maintes fois évoqués depuis des années, y compris dans ce fil.







Fringe a écrit :



tout ça peut te paraitre trop gros et difficile a avaler mais il faut pourtant te rendre a l’évidence.

l’obsolescence programmée est présente partout de tes chaussettes Décathlon qui s’use et se trou en a peine 6 mois a chez ton coiffeur quand il utilise son ciseaux a effiler pour soit disant desepaissir tes cheveux alors que c’est surtout pour que tu reviennes le voir plus vite vu que ce ciseaux coupe les cheveux a des tailles différentes et que quand ça repousse bah ça ne peut pas donner quelque chose d’homogène.





<img data-src=" />

Merci pour la rigolade.



C’est pas facile hein <img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



Ça reflète donc la réalité, le but étant de faire un comparatif.







Tu serais passé à côté de ce scandale ?

Quelle est ta compréhension de cette affaire <img data-src=" />





OlivierJ a écrit :



Le constructeur vend plus ou moins à perte les imprimantes grand public et fait ses bénéfices sur les cartouches d’encre, c’est ultra connu depuis longtemps, et compréhensible même si ça paraît une drôle d’idée.





Le chichon, je sais qui le fume. Il t’empêche aussi de distinguer entre “complet” et “complais”.

C’est débile ces mentions de “bisounours”, ça n’apporte rien au débat.



(les imprimantes couleurs étant pour un monde en couleurs, sont-elles issues des bisounours ? <img data-src=" /> )





Je te vois bien fabricant d’imprimante couleur, oui <img data-src=" />



Bravo pour le signalement de la faute d’orthographe, cependant ta méthode Coué à ses limites.

Tu te complais toujours dans la négation de l’évidence.



À l’occasion on peut jeter un oeil au logiciel russe de remise à zéro des compteurs. Malheureusement, il ne semble pas open source.



Edit : foirage de quote.









Jeanprofite a écrit :



Tu serais passé à côté de ce scandale ?

Quelle est ta compréhension de cette affaire <img data-src=" />





Aucun rapport avec Epson ou l’obsolescence programmée.







Jeanprofite a écrit :



Tu te complais toujours dans la négation de l’évidence.





Je me complais uniquement dans le rationnel.

Ce qui semble être une évidence pour toi ne l’est pas pour moi, ni pour d’autres.







Jeanprofite a écrit :



À l’occasion on peut jeter un oeil au logiciel russe de remise à zéro des compteurs[/url]. Malheureusement, il ne semble pas open source.





Effectivement c’est une drôle d’idée de ne pas avoir publié les sources.

Mais ça n’a pas de rapport avec les cartouches Epson, et le sujet a déjà été traité ici par exemplehttps://theierecosmique.com/2015/11/30/obsolescence-programmee/ (cf partie “L’imprimante de bureau”)



C’est drôle de devoir régulièrement refaire les mêmes commentaires face aux mêmes arguments déjà démontés plusieurs fois.

C’est un peu Sysiphe.







coucou_lo_coucou_paloma a écrit :



C’est pas facile hein <img data-src=" />





Je confirme. <img data-src=" />

Merci de compatir :-) .



Pour alimenter le débat, l’encore ne coûte rien, des bidons d’ 1 litres pour des traceurs jet d’encre ça se trouve à moins de 100€ !!!!


Dites moi si j’ai bon, mais voici ce que je comprends des points de vue antagonistes :





  1. Le constructeur triche en bridant inutilement la quantité d’encre utilisable, d’où une augmentation artificielle du chiffre d’affaire et des bénéfices qui dépendent du nombre de mL effectif / cartouches vendues.



    Pour le consommateur, la marque semble alors artificiellement plus compétitive que les autres marque en raison de la plus grande quantité d’encre inscrite sur l’emballage. Le consommateur passera à la caisse tous les 20 mL (par ex.) au lieu de 23 mL (par ex.) pour sa cartouche de 25 mL.

    &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;

  2. Le constructeur n’a pas intérêt à brider inutilement la quantité d’encre car le consommateur sait objectivement à partir d’un mode de calcul standardisé du nb de page imprimables, d’enquêtes d’associations de consommateurs, par sa propre expérience, etc, combien de pages il peut imprimer avec une cartouche en vente. Le consommateur se fiche alors du nb de mL. Le constructeur n’a pas intérêt à tricher car il apparaitrait pour le consommateur moins compétitif que ses concurrents.



    En fait, il faudrait savoir comment le consommateur choisit sa marque : en fonction du nb de mL&nbsp; falsifiable (point de vue n°1) ou à partir d’un mode de calcul standardisé de nb de pages imprimable (pdv 2, pas sûr que ça existe) ?



    La méthode de calcul se baserait sur une quantité identique d’encre&nbsp; projetée pour une même page, un nombre identique d’allumage de

    l’imprimante avec nettoyage des têtes d’impression, sur une assiette de calcul excluant le volume perdu pour des raisons techniques, etc.

    Je ne sais pas si ce mode calcul standardisé existe mais il faudrait dans l’idéal que le nombre de pages qui en est déduit soit visible au moment de l’achat (point de vue n°2).








OlivierJ a écrit :



En fin de compte tu reconnais que tu n’as pas d’explication rationnelle.



&nbsp;

Bha si :

&nbsp;





OlivierJ a écrit :



Je n’ai pas compris.





Ce n’est pas grave de perdre 20ct d’encre sur chaque cartouche si ça force l’utilisateur à les changer plus souvent, c’est aussi simple que ça. Tu calcul combien coute réellement l’imprimante puis tu répercute ça sur le prix des cartouches en faisant une estimation moyenne du nombre de cartouche utilisée.



Si une imprimante à 80€ coute en réalité 200€ alors il faudra récupérer 120€. Si tu gagne 40€ par cartouche et qu’en moyenne l’utilisateur en change deux fois alors tu sera dedans de 40€. Si tu met un peu moins d’encre alors l’utilisateur aura plus tendance à en acheter 3 et tu rentrera dans tes frais.



Par contre je sais pas si c’est légal de vendre à perte en espérant récupérer le pactole sur les consommable… M’enfin il y à aussi le papier, ect…

&nbsp;





OlivierJ a écrit :



Comme si on devait forcément être malhonnête pour gagner sa vie…





La vrai question c’est de savoir si tu t’en sortira mieux en étant malhonnête… Je pense que oui et surtout passé un certain stade c’est vraiment facile. Tu sais rien que le marketing et la publicité ça frôle très souvent avec la malhonnêteté… Il vaut mieux être extrêmement visible en faisant de la qualité moyenne à pas cher qu’être invisible avec de la bonne qualité et cher. C’est une question de volume.









lodam a écrit :



En fait, il faudrait savoir comment le con choisit



&nbsp;

<img data-src=" />









lodam a écrit :



En fait, il faudrait savoir comment le consommateur choisit sa marque : en fonction du nb de mL falsifiable (point de vue n°1) ou à partir d’un mode de calcul standardisé de nb de pages imprimable (pdv 2, pas sûr que ça existe) ?







fullList –&gt; élimination (trop moche, cher, inconnu, …) –&gt; shortlist –&gt; meilleure affaire (= ratio spec/prix).



Au final, c’est la meilleure promo du moment qui gagne = le “bon plan”. Le coût total de possession (TCO) est très rarement prix en compte quand un particulier fait un achat, d’autant plus si c’est un achat impulsif/nécessité.



Ca marche pour les imprimantes, mais aussi pour les autres composants comme les processeurs (d’où le succès de l’AMD Ryzen)









OlivierJ a écrit :



Mais non… <img data-src=" />

A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre.



En effet, elle n’est pas gratuite, elle t’est facturée à plusieurs milliers d’€ le litre. Mais si tu ne consommes que 80% de cette encre au lieu de 100%, tu devras la remplacer plus souvent. Comment tu ne peux pas comprendre que c’est super intéressant pour le fabriquant?



En fait, la norme de mesure du nombre de pages existe (il y a 1 norme ISO/IEC par type d’imprimante (jet d’encre ou laser, N&B ou couleur)).

Par contre son utilisation n’est pas obligatoire.



Les tests sont fait en impression continue ce qui n’est pas complètement représentatif : cela évite comme tu le citais les nettoyages des têtes. Pour le laser, ça évite les pertes de toner à chaque démarrage de l’imprimante.



Mais cela de faire des comparaisons dans des conditions identiques. C’est d’ailleurs le but de ces normes. Epson ne veut manifestement pas être comparé aux autres.



En fait, les seuls calculs faits sont des moyennes sur plusieurs essais, c’est donc moins un calcul qu’une mesure.








wanou2 a écrit :



Pour alimenter le débat, l’encore ne coûte rien, des bidons d’ 1 litres pour des traceurs jet d’encre ça se trouve à moins de 100€ !!!!





OUAIS !!!11111!!







lodam a écrit :



Dites moi si j’ai bon, mais voici ce que je comprends des points de vue antagonistes :

[…]

En fait, il faudrait savoir comment le consommateur choisit sa marque : en fonction du nb de mL  falsifiable (point de vue n°1) ou à partir d’un mode de calcul standardisé de nb de pages imprimable (pdv 2, pas sûr que ça existe) ?



La méthode de calcul se baserait sur une quantité identique d’encre  projetée pour une même page, un nombre identique d’allumage de l’imprimante avec nettoyage des têtes d’impression, sur une assiette de calcul excluant le volume perdu pour des raisons techniques, etc.

Je ne sais pas si ce mode calcul standardisé existe mais il faudrait dans l’idéal que le nombre de pages qui en est déduit soit visible au moment de l’achat (point de vue n°2).





Dans mes bras (tout à fait amicalement) <img data-src=" />

Merci pour cet excellent commentaire.







skankhunt42 a écrit :



Ce n’est pas grave de perdre 20ct d’encre sur chaque cartouche si ça force l’utilisateur à les changer plus souvent, c’est aussi simple que ça.





Merci de répéter pour la 57e fois l’idée, on avait compris depuis le début.







skankhunt42 a écrit :



Par contre je sais pas si c’est légal de vendre à perte en espérant récupérer le pactole sur les consommable… M’enfin il y à aussi le papier, ect…





Je ne sais pas si c’est réellement à perte ou à marge nulle, mais quand j’ai vu que j’ai acheté 30 E une grosse imprimante, avec un peu de hi-tech dedans (têtes d’impression, mécanisme de positionnement de la tête, processeur et électronique de communication), plus le coût des pièces y compris la carcasse plastique et le métal, je me demande comment c’est possible même à prix coûtant, sachant que le distributeur doit faire un peu de marge (mais c’était en promotion faut reconnaître).

Il faudrait que je demande à un pote qui a fait du contrôle de gestion chez HP il y a longtemps s’il a une idée.







skankhunt42 a écrit :



La vrai question c’est de savoir si tu t’en sortira mieux en étant malhonnête… Je pense que oui et surtout passé un certain stade c’est vraiment facile. Tu sais rien que le marketing et la publicité ça frôle très souvent avec la malhonnêteté… Il vaut mieux être extrêmement visible en faisant de la qualité moyenne à pas cher qu’être invisible avec de la bonne qualité et cher. C’est une question de volume.





C’est beau le simplisme, sans parler de la vision de l’honnêteté et de s’en sortir.

En fait tu te trompes plutôt, car Mercedes malgré le prix de ses voitures (Audi idem) est plus rentable que des marques qui font de la vente bien plus grand public ; on pourrait considérer que Apple fait pareil (et ils vendent beaucoup en plus), même si ce n’est pas tout à fait du luxe.









Nozalys a écrit :



“Visiblement, ce que l’on a dit sur les cartouches d’encre est encore plus massif pour les toners.”



Donc bon <img data-src=" />





Tout dépend de la fréquence d’utilisation qu’on en a.

Je suis moi aussi passé au laser monochrome (pas de besoin pour la couleur) parce que j’en avais marre de faire un “nettoyage des buses” qui bouffe de l’encre inutilement. Le toner, au pire il se compacte et il suffit de sortir la cartouche et de la secouer.









127.0.0.1 a écrit :



Le coût total de possession (TCO) est très rarement prix en compte quand un particulier fait un achat, d’autant plus si c’est un achat impulsif/nécessité.



Ca marche pour les imprimantes, mais aussi pour les autres composants comme les processeurs (d’où le succès de l’AMD Ryzen)





On sors du sujet, mais tu estimes que le Ryzen est en fait une mauvaise affaire ? (comparé à de l’Intel de même niveau je suppose)







Patch a écrit :



En effet, elle n’est pas gratuite, elle t’est facturée à plusieurs milliers d’€ le litre. Mais si tu ne consommes que 80% de cette encre au lieu de 100%, tu devras la remplacer plus souvent. Comment tu ne peux pas comprendre que c’est super intéressant pour le fabriquant?





Je crois que j’ai écrit suffisamment de commentaires aujourd’hui pour ne pas devoir recommencer.

Lis aussi celui de lodam (dans les #50-59).







fred42 a écrit :



Les tests sont fait en impression continue ce qui n’est pas complètement représentatif : cela évite comme tu le citais les nettoyages des têtes. Pour le laser, ça évite les pertes de toner à chaque démarrage de l’imprimante.





A quoi seraient dues les pertes de toner au démarrage d’une laser ?

Sinon, selon le type de tête d’impression, le nettoyage n’est pas toujours nécessaire au démarrage (c’était le cas de ma HP).









OlivierJ a écrit :



Je crois que j’ai écrit suffisamment que je refusais de comprendre.



FYP.

Si t’étais moins de mauvaise foi, tu comprendrais de suite qu’il est plus intéressant de vendre 100% à prix max mais n’autoriser que 80% d’utilisation du consommable avant de devoir le changer.









Patch a écrit :



FYP.

Si t’étais moins de mauvaise foi, tu comprendrais de suite qu’il est plus intéressant de vendre 100% à prix max mais n’autoriser que 80% d’utilisation du consommable avant de devoir le changer.





“FYP” ?

T’as lu le commentaire de lodam ???

(à force j’hallucine) (en plus venant de toi, si pertinent toute cette semaine)

(et j’ai donné plusieurs arguments, selon les commentaires)









OlivierJ a écrit :



“FYP” ?

T’as lu le commentaire de lodam ???

(à force j’hallucine) (en plus venant de toi, si pertinent toute cette semaine)



Oui je l’ai lu, et je ne vois pas le problème dans ce que j’ai dit. lodam parle d’un constructeur honnête, uniquement. Un qui veut faire du fric (une sorte d’EA de l’imprimante) n’en aura rien à foutre, et bridera ses cartouches pour en vendre plus.







OlivierJ a écrit :



(et j’ai donné plusieurs arguments, selon les commentaires)



Qui disent que tu ne veux pas comprendre, oui j’ai compris <img data-src=" />









OlivierJ a écrit :



Je ne sais pas si c’est réellement à perte ou à marge nulle, mais quand j’ai vu que j’ai acheté 30 E une grosse imprimante, avec un peu de hi-tech dedans (têtes d’impression, mécanisme de positionnement de la tête, processeur et électronique de communication), plus le coût des pièces y compris la carcasse plastique et le métal, je me demande comment c’est possible même à prix coûtant, sachant que le distributeur doit faire un peu de marge (mais c’était en promotion faut reconnaître).

Il faudrait que je demande à un pote qui a fait du contrôle de gestion chez HP il y a longtemps s’il a une idée.







Sur le jet d’encre, c’est à perte de façon certaine. Sur le laser entrée de gamme, c’est plus limite, mais souvent à perte aussi. Si tu inclus aussi la R&D, ça l’est encore plus. Quand je bossais dans le laser N&B, il fallait vendre 3 cartouches pour commencer à faire du bénéfice.









OlivierJ a écrit :



On sors du sujet, mais tu estimes que le Ryzen est en fait une mauvaise affaire ? (comparé à de l’Intel de même niveau je suppose)







bah… heu non. Je dis juste l’inverse: c’est une bonne affaire, au sens “meilleur ratio perf/prix”.



Mais ca ne prend pas en compte le TCO, à savoir le cout sur 5 ans (au pif) d’une config AMD Ryzen vs une config Intel iCore ? Outre le fait qu’on n’a pas beaucoup de recul sur une nouvelle plateforme comme Ryzen, la question du “long terme” ne rentre pas en ligne de compte au moment de l’achat “à l’instant T”.



#BestBangForTheBuck.



“Il a donc été convaincu par les faits soulevés et demandé aux services de la DGCCRF de la mener”.



En étant plus exact, il a refilé le bébé à la DGCCRF.



C’est certes mieux qu’un classement sans suite imposant la saisine d’un Juge d’instruction (dont paiement d’une consignation).



Néanmoins, je note que précisément la DGCCRF avait déjà enquêtée en 2016 sur le “secteur des cartouches d’impression à encre liquide” (en l’espèce les recyclées), ne faisant état d’aucune sanction moins encore saisine du Parquet… (20 avertissements, 3 injonctions administratives), ça fait pas lourd.



Dans tous les cas le chemin va être très long…








OlivierJ a écrit :



A quoi seraient dues les pertes de toner au démarrage d’une laser ?







Je ne me souviens plus très bien des détails, mais, on faisait tourner le moteur au démarrage ce qui consommait du toner qui allait directement dans la poubelle (inclue dans la cartouche).







Patch a écrit :



FYP.

Si t’étais moins de mauvaise foi, tu comprendrais de suite qu’il est plus intéressant de vendre 100% à prix max mais n’autoriser que 80% d’utilisation du consommable avant de devoir le changer.







Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi fournir 20 % de plus plutôt que de vendre 80 % uniquement au même prix bien évidement ?

Comme la matière première n’est pas très chère, je vois bien que ça permet d’afficher une contenance plus forte. S’il le font, c’est que ça doit être efficace.



En fait, je connais assez mal le marché du jet d’encre. Y a-t-il d’autres constructeurs que Epson qui ne communiquent pas sur le nombre de pages imprimées ? C’est le seul cas que je vois où il y a un intérêt à faire ce qu’ils font, sinon, il faut juste mettre en plus la marge suffisante d’encre pour toujours atteindre le nombre de pages.









OlivierJ a écrit :



OK, tu n’as rien à compris à mes explications, et tu répètes ce que d’autres ont déjà écrit (et à quoi j’ai répondu).

Soupir… <img data-src=" />







Je ne te connais pas donc j’ai pris le temps de relire toutes tes interventions et j’ai compris que tu étais un adepte de la zetetique, c’est a dire un sceptique.



Ok ce n’est pas une mauvaise chose.



Le truc c’est que normalement les bases de la zetetique t’enseignent a remonter la source des informations (dont tu doutes) le plus loin possible et ce par toi même avant de commencer une analyse des ces dites informations.



la zetetique pousse a cette démarche personnelle et a ne pas te reposer juste sur des articles que tu as lu (et ça quand bien même ceux ci aurait été écrit par d’autres adeptes de la zetetiques)



preuve en est, l’article de 2015 que tu as lu et qui met en doute l’obsolescence programmée pour les imprimantes epson et sur lequel tu te reposes pour nous répéter “qu’il n’aurait aucun intérêt a faire ça” se base sur une autre article rédigé sur un blog par 16 étudiants de la “génération verte” en dernière année de journalisme à l’ISCPA qui lui date de 2011 et qui lui même se base sur le documentaire d’arte.



le problème c’est que ces étudiants retirent des informations qui ne sont pas dans le documentaire ou plutôt en extrapolent certaines sans qu’il soit possible d’affirmer avec certitude quoique ce soit.



ils disent notamment que d’après le documentaire d’arte la puce implantée dans l’imprimante la rendrait inopérante au bout de 18 000 impressions.

hors j’ai vu le documentaire et si l’on voit effectivement a un moment donné un écran d’ordinateur montrer très furtivement (moins d’1 seconde) les mots 18 000 pages, a aucun moment il est possible de dire de quel type de document ils s’agit, et si il s’agit d’une notice de quelle marque ou de quelle modèle d’imprimante il s’agit. Et d’ailleurs l’ intervenant comme la voix off dans le documentaire n’y font aucunement référence.



le démenti d’un responsable d’Epson a ce sujet (aussi dans l’article des étudiants et repris dans l’article de 2015) est lui aussi intéressant d’une part car il dit que cette information sur les 18 000 pages est fausse (comme quoi) mais aussi car dans une autre mesure on ne trouve trace de ce démenti nul part ailleurs sur le web.



maintenant vu que je ne m’attend pas a te convaincre.

je te laisse toi même en tirer les conclusions que tu veux.









127.0.0.1 a écrit :



Il parait que l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) va fusionner vers le groupe Halte aux interfaces propriétaires (HIP).



source





<img data-src=" /> Humour + nostalgie = cocktail détonant. <img data-src=" />









2show7 a écrit :



Vendre des cartouches rechargeables par soi-même éviterait toute polémique sur le sujet.



Un service adapté chargerait les cartouches à 100% ou à 80 % (puisque 20% reste à chaque fois) <img data-src=" />





Ça se faisait un moment. Pas si terrible que ça en fait.



Parce que les cartouches n’ont jamais été bien adaptées pour ça (il faut le dire). Faut les comprendre, pas forcément les glorifier (quand on se sent quand même floué)


L’espoir fait vivre (“Hope and Glory”)<img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



A quoi ça servirait alors que le fabricant mette trop d’encre dans la cartouche ? Elle n’est pas gratuite l’encre





Ceux qui sont doués dans le business peuvent te faire payer de l’encre qui a un coût de fabrication “sensiblement égal” à celui de la flotte au prix du chanel N°5.

Si tu ajoute la cerise d’obliger ton client à ne pas consommer toute l’encre que tu lui fait si chèrement payer tu augmente mécaniquement tes ventes.



Je conçois ton raisonnement mais tu ne sera jamais milliardaire si tu pense que tout le monde est aussi gentil que toi.



Et de manière plus générale (et qui ne s’adresse pas à toi directement), je trouve les méthodes des fabricants pour le moins nauséabonde de bloquer une impression pour une raison ou une autre.

Les indicateur de niveaux logiciels ne devraient être cantonné à ce qu’ils sont: des indicateurs. Jusqu’à preuve du contraire chaque être humain capable d’utiliser une imprimante est aussi capable de diagnostiquer un manque d’encre noire ou de couleur en ouvrant simplement les yeux, hormis les daltoniens. <img data-src=" />









2show7 a écrit :



Vendre des cartouches rechargeables par soi-même éviterait toute polémique sur le sujet.



Un service adapté chargerait les cartouches à 100% ou à 80 % (puisque 20% reste à chaque fois) <img data-src=" />





Tu m’as tué. <img data-src=" />



<img data-src=" />(plus il manque le “?” sur la seconde phrase (je n’essayais pas de Troller <img data-src=" />)<img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



Ben voyons, la belle vision merdique…

Il y a des tas de commerçants honnêtes et qui gagnent bien leur vie en vendant des produits de qualité, ou ayant un bon rapport qualité/prix perçu. Comme si on devait forcément être malhonnête pour gagner sa vie…





Personne ne parle de commerce de proximité mais d’industrie.

Je doute que tu travaille dans le milieu industriel.

Personnellement j’ai eu l’honneur (si l’on puisse dire) d’avoir été estomaqué à deux reprises dans mon travail passé :




  • Un responsable de prod qui s’en battait les couilles que les résidus sous forme de poussière partent dans la nature.

  • Un ingé d’une boite côté au CAC40 qui sort en pleine réunion qu’il allait se renseigner pour voir si l’inustriel qui été venu nous présenter son produit avait bien déposé un brevet. Il était clairement sous-entendu que s’il pouvait le baiser…. Le ton n’était pas à l’humour. Ça c’est juste le vécu d’un “petit technicien” qui ne participait qu’exceptionnellement aux réunions.



    Il n’y a pas des raclures partout, tout comme il n’y a pas des gentils partout.



L’autre truc qui me broute VRAIMENT sur les jets d’encre, c’est que quand tu changes une cartouche, il en profite pour nettoyer/réamorcer les autres, tu perds de l’encre pour rien.

Idem pour la fonction de nettoyage qui purge toutes les têtes sans laisser le choix de ne nettoyer que celle qui imprime mal.



<img data-src=" /><img data-src=" />








OlivierJ a écrit :



Je ne sais pas si c’est réellement à perte ou à marge nulle, mais quand j’ai vu que j’ai acheté 30 E une grosse imprimante, avec un peu de hi-tech dedans (têtes d’impression, mécanisme de positionnement de la tête, processeur et électronique de communication), plus le coût des pièces y compris la carcasse plastique et le métal, je me demande comment c’est possible même à prix coûtant, sachant que le distributeur doit faire un peu de marge (mais c’était en promotion faut reconnaître).

Il faudrait que je demande à un pote qui a fait du contrôle de gestion chez HP il y a longtemps s’il a une idée.







Exemple venant du jeu vidéo : les consoles de jeu sont souvent vendues à perte à leur démarrage (par exemple les économistes estimaient dans les \(800 de coût de prod sur la PS3 à sa sortie pour un PVI de \)499).

Ce n’est pas illégal… Mais ça peut engendrer des problèmes avec les autorités de la concurrence si jamais tu te pointes avec un écart de prix tellement large que le dumping commercial est flagrant.



En France, c’est la revente à perte (ou marge négative) qui est illégale : le distributeur n’a pas le droit de revendre à un prix inférieur à celui auquel il a acheté l’article auprès du fournisseur. Règle qui en plus pourrait évoluer en pire pour eux au vu des annonces de Macron sur la grand distrib avec obligation de marger à un minimum de 10% du prix d’achat.

L’exception à la règle étant les périodes de soldes légales permettant de revendre à pertes des articles étant en stock de plus de 3 mois si je ne m’abuse sur la durée de l’ancienneté.









SebGF a écrit :



L’exception à la règle étant les périodes de soldes légales permettant de revendre à pertes des articles étant en stock de plus de 3 mois si je ne m’abuse sur la durée de l’ancienneté.





et d’ailleurs les soldes steam sont dans les clous ?

Ou bien ça ne concerne pas le dématérialisé ? (désolé pour le backlog, je reviens de vacances <img data-src=" /> )









OlivierJ a écrit :



Aucun rapport avec Epson ou l’obsolescence programmée.





Je me suis pourtant donné la peine de faire un “quote” de ton «Ça reflète donc la réalité, le but étant de faire un comparatif.»

Le rapport est donc à voir là.







OlivierJ a écrit :



Je me complais uniquement dans le rationnel.

Ce qui semble être une évidence pour toi ne l’est pas pour moi, ni pour d’autres.





Tu sembles surtout être un bel exemple d’ignorance rationnelle.

LE truc, et tu viens de l’avouer ;-) c’est que tu te complais dans une position que que tu aimes à croire rationnelle, mais qui ne l’est pas.

J’ai lu ton article de blog des deux gars anonymes que tu met souvent en lien.

Il met d’abord en doute le besoin de faire 18000 copies et extrait : «Il est à noter également qu’il est étrange d’installer un tel dispositif : le fabricant joue sa réputation avec de telles manœuvres, il ne s’agit donc pas d’une opération anodine et facilement généralisable ; si votre imprimante vous lâche trop tôt à votre goût, vous changerez de marque, et Epson l’aura dans l’os.».

Rappelle nous combien il y a de constructeur d’imprimante pour faire jouer la concurrence ?







OlivierJ a écrit :



C’est drôle de devoir régulièrement refaire les mêmes commentaires face aux mêmes arguments déjà démontés plusieurs fois.

C’est un peu Sysiphe.





Ça me fait surtout penser au bousier<img data-src=" />



Les arguments n’ont pas été démontés, de toute façon maintenant c’est à la DGCCRF de faire le boulot, que ça te plaise ou non.



Edit : le gentil lien Wikipedia.









fred42 a écrit :



Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi fournir 20 % de plus plutôt que de vendre 80 % uniquement au même prix bien évidement ?

Comme la matière première n’est pas très chère, je vois bien que ça permet d’afficher une contenance plus forte. S’il le font, c’est que ça doit être efficace.



Marketing. Ca permet d’afficher des capacités théoriques plus grosses…









tpeg5stan a écrit :



et d’ailleurs les soldes steam sont dans les clous ?

Ou bien ça ne concerne pas le dématérialisé ? (désolé pour le backlog, je reviens de vacances <img data-src=" /> )







Pour moi l’abus de Steam, c’est l’usage du terme “soldes” surtout.

Après, les promos sont fixées par les éditeurs sur la plateforme si je ne m’abuse là où avant c’était Steam qui décidait, donc ça reviendrait au même que le fabricant qui brade son produit.



wanou2 Abonné
Le 30/12/2017 à 08h10