Open Bar Microsoft : quand la Défense jugeait le libre plutôt canon

Des fenêtres blindées au libre déminé

Open Bar Microsoft : quand la Défense jugeait le libre plutôt canon

Open Bar Microsoft : quand la Défense jugeait le libre plutôt canon

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Depuis des années, le ministère de la Défense renouvelle régulièrement son contrat « Open Bar »  avec Microsoft Irlande. Autres temps, autres mœurs. Au milieu des années 2000, le libre a failli tomber dans les bras de la Grande Muette. En témoigne une série de pièces que Next INpact révèle.

Octobre 2017. La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam (LR) réclame bec et ongles le lancement d’une commission d’enquête sur le renouvellement du contrat Open Bar entre l’éditeur et le ministère régalien. Signé pour la période 2009-2013, le document a été reconduit pour 2013-2017 et récemment pour la période 2017-2021 sans le moindre marché public.

Face à elle, la ministre des Armées Florence Parly s’est enchantée des solutions made in Redmond, sources d’« importantes économies », de « gestion centralisée » et d’un « nombre réduit de configurations ».

C’est bien simple : « ces accords-cadres successifs ont permis au ministère d'acquérir une maîtrise croissante du déploiement, de la maintenance, de la qualité de service et des coûts de la partie de son socle technique commun reposant sur des produits Microsoft ». N’en jetez plus !

Quelques grains de sable néanmoins. Le dernier numéro de la Revue Stratégique 2017 a toutefois constaté « la suprématie des États-Unis dans toutes les dimensions de l’espace numérique (matérielle, technologique, économique, juridique, politique et militaire) ». Une suprématie d’« un contraste saisissant avec la situation des Européens, qui demeurent fortement dépendants de l’extérieur et dont les investissements comme les acteurs peinent à atteindre une taille critique ».

La demande de commission d’enquête, encore vaine, et cette prose n’auraient jamais existé si quelques années en arrière, les différentes voix en faveur du libre étaient parvenues à décrocher l’Étoile de Redmond des postes de la Défense. Et ce basculement s’est joué à quelques octets.  

Quand la ministre approuve le principe d’une migration vers le libre 

Retour au 6 octobre 2005. Un courrier, dont nous avons copie, est adressé au secrétaire du directoire des SIC (Systèmes d'Information et de Communication) où le contrôleur général des armées, Jacques Blanc, fait état d’un « rapport sur les logiciels au ministère de la Défense » signé du contrôleur général des armées, Jean Tenneroni.

On y apprend que Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, « a approuvé » ses conclusions, à savoir l’idée d’une migration vers le libre sous réserve de quelques études complémentaires visant à garantir son succès.

Deux mois plus tard, le 23 décembre 2005, un autre courrier signé de la Direction des affaires juridiques porte traces du fameux rapport du Jean Tenneroni, notamment sa date (3 février 2005) et son intitulé : un rapport « sur les logiciels du ministère de la Défense : régularité et acquisition, politique d’acquisition et migration vers les logiciels libres ». Un titre bien explicite sur les projets d’alors.

microsoft défense

Un contrat MS-Défense dès 2001

La DAJ révèle aussi que le contrat signé entre la Défense et Microsoft est bien plus antérieur que ce que l’on pouvait croire jusqu’alors.

Il fait état d’un « contrat global avec Microsoft » signé…. en mars 2001 pour régir les relations futures avec le ministère régalien. Cet accord-cadre a été accompagné d’un « contrat Select » en juin 2003, pour une durée de trois ans donc jusqu’en juin 2006. Il autorise l’armée à butiner des licences fenêtrées auprès des fournisseurs agréés Microsoft, à « tarifs avantageux ». Le début de l’Open Bar.

« La non-reconduction du contrat Select » 

La pièce est précieuse : la DAJ cite même un extrait du rapport Tenneroni que nous cherchons à nous procurer. Ce dernier exprime ses interrogations quant à la régularité du premier contrat-cadre. À tel point que le contrôleur général des armées a bel et bien préconisé « la non-reconduction du contrat Select et la soumission de ce type de contrat au Code des marchés publics » (extrait du rapport Tenneroni).

D’autant plus qu’à son goût, ce contrat d’adhésion regorge de « clauses exorbitantes du droit commun » défavorables au ministère de la Défense, tels la « possibilité de résiliation sans condition » ou encore le « droit d’auditer chaque service de la personne publique ». Ce qui est un peu fort de café pour un tel ministère, plus habitué aux secrets qu’aux fenêtres ouvertes.

Juridiquement, la question est débattue. Catherine Bergeal, directrice des affaires juridiques, estime au contraire que le contrat « Select » a pu très bien être conclu « sans mise en concurrence ». Elle indique au directoire des SIC avoir elle aussi identifié des clauses toutes taillées pour les intérêts de Microsoft : « limitation du montant des dommages et intérêts, absence de responsabilité pour certains types de dommages causés par les logiciels Microsoft, etc. ».

Mais l'analyse de Bergeal, sur l’autel de la liberté contractuelle, conclut néanmoins que ces stipulations « ne sont pas contraires aux lois ».

Des agents assermentés qui auditent la Défense pour Microsoft

Quant à la clause d’audit épinglée par Tennoni, elle répond qu’ « il est totalement loisible aux services du ministère de la Défense audités, de refuser l’accès de la société d’expertise comptable engagée par Microsoft ». Ouf !

Mais que sont exactement ces audits ? Dès son projet de contrat, Microsoft entend pouvoir scruter les recoins de la Défense pour dénicher d’éventuelles contrefaçons, des licences non couvertes par l’accord Global ou Select. Bref, de viles copies gravées par des militaires peu au fait de la beauté du droit d'auteur.

C’est ce qui ressort de la lecture du projet du contrat cadre global de 2001 où Microsoft voulait obliger « la personne publique (…) faisant l’objet d'un audit » à commander dans les plus brefs délais « un nombre de licences suffisant pour couvrir toutes les copies dont l’audit aura démontré qu’ils les utilisent illicitement sans droit d’utilisation ».

Sur ce point donc, Bergeal temporise : les agents assermentés, embauchés par Microsoft, « ne disposent d’aucun moyen de coercition pour conduire leurs enquêtes et effectuer des contrôles. Dès lors il est loisible de leur refuser l’accès aux ordinateurs pour s’opposer légalement à leur action ».

Toutefois, Microsoft s’était réservé le droit de considérer ce refus comme « un manquement aux obligations contractuelles du ministère de la Défense »…

La question du volume du marché entre MS et la Défense 

Quels sont les volumes de ces marchés ? Difficile à dire. Le 27 février 2006, une note du Conseil général des Technologies de l’Information (CGTI) planche sur « la politique interministérielle d’achat de suites bureautiques et ses conditions ». Elle est corédigée par Jean-Pierre Dardayrol, qui fut directeur de la MTIC (mission interministérielle de soutien technique pour le développement des technologies de l'information et de la communication dans l'administration) puis de l'ATICA (agence pour les technologies de l'information et de la communication)

Cette note de 11 pages évoque l’affaiblissement de Microsoft sur le marché de la bureautique et la montée en puissance d’OpenOffice, tout en soulignant l’importance d’une approche axée sur les standards, la normalisation et l’interopérabilité.

Elle fait aussi état d’une étude de l’Agence pour le développement de l’administration électronique (l’ADAE) selon laquelle « Microsoft a fourni environ 700 000 suites bureautiques aux ministères, hors éducation nationale, sur une période courte, principalement entre 1997 et 2001 ». Avec un butin total d’une dizaine de millions d’euros pour MS Irlande.

Le CGTI remarque au passage que ces montants devraient s’essouffler, non en raison de généreuses ristournes de l’éditeur mais en conséquence de « décisions prises et annoncées d’adoption d’OpenOffice [qui] accentueront cette tendance en 2006 ».

90 000 postes sur OpenOffice 

Une précision importante : à la date du document, « seuls cinq ministères ne sont pas engagés dans une politique claire d’adoption d’OpenOffice : la Défense et le MINEFI décident direction par direction ; la Santé souhaite conserver MS Office, mais n’a pas pris de décision en ce sens ; le ministère des Affaires étrangères et celui de l’Écologie n’ont pas arrêté leur orientation ».

Dit autrement, au début de l’année 2006, le ministère de la Défense est encore indéterminé sur la direction à prendre. Néanmoins, grise mine de Redmond, on apprend que l’armée vient de décider de basculer « 90 000 postes en OpenOffice ».

Bref, tout porte à croire qu’on s’orientait alors vers un net essoufflement des solutions MS Office sur les écrans de la Défense, au profit du libre.

Favoriser la concurrence, limiter les monopoles

Et les vents étaient bien favorables pour mettre les voiles. En mai 2006, est créée au niveau du ministère de la Défense, la Direction générale des systèmes d'information et de communication (DGSIC).

Sa première directive est publiée le 17 octobre 2006. L’intitulé fleure bon le jargon : « N° 1/DEF/DGSIC portant sur les logiciels du ministère de la Défense ». On le retrouve toujours sur ce lien

Les lignes sont simples : il s’agit de « favoriser la concurrence et l'innovation face à une situation de monopole du marché ». Face à un secteur qui a tendance à la « constitution de monopoles », la DGISC entend inciter la Défense à « conserver une liberté de choix et de favoriser l'innovation ».

Pour elle, pas de doute. Il faut que le ministère dirige ses troupes dans « une démarche volontariste vis à vis des logiciels libres ». Les avantages sont nombreux à ses yeux puisque le ministère pourra lui-même « contribuer à des projets de logiciels libres lorsque c'est son intérêt (pérennité, indépendance,…) ».

Certes, « cette démarche peut comporter une évaluation de sécurité visant éventuellement une attestation de la direction centrale de la SSI (DCSSI), voire un agrément ». Mais la DGSIC n’y voit que des avantages : « disponibilité du code source », « respect des standards » et « interopérabilité »…  

Quatre lignes directrices selon la DGSIC

Et pour que les choses soient encore plus clairement dites, elle précise que « le ministère de la Défense doit s'efforcer, avant toute acquisition ou tout développement interne ou sous-traité, d'identifier des solutions alternatives en logiciels libres disponibles, de fonctionnalité équivalente ou voisine ». Pour les plus malvoyants, quatre impératifs sont même définis au cordeau :

  • À coût global, risques et efficacité opérationnelle comparables, le logiciel libre est privilégié ;
  • L'utilisation de certains logiciels libres peut être imposée aux contractants ;
  • Le bien fondé de solutions comprenant tout ou partie de logiciels libres doit être systématiquement étudié ;
  • En cas d'acquisition de logiciels « propriétaires », la solution d'une licence libératoire est systématiquement étudiée par le porteur du besoin.

Bien entendu, « dans le cas de logiciels dont la divulgation du code source impacte la sécurité nationale, le recours à un produit logiciel sous une licence obligeant à reverser le code à une communauté hors défense nationale est proscrit ».

En somme, la voie à suivre est désormais bien établie après des années de contrat Global et Select, d’autant qu’on approche dangereusement de la date anniversaire du contrat passé en juin 2003. Cette ligne est alors partagée au plus haut niveau.

Raffarin et « la chasse aux gaspillages »

Le 26 mai 2004 Jean-Pierre Raffarin, premier ministre d’alors, avait par exemple promis de colmater les fuites d’argent public : « Nous achetons tout cela très cher à des compagnies privées, alors qu'il existe des logiciels libres. Avec, d'une part, les économies sur le téléphone interadministration, avec l'utilisation des logiciels libres, il y a plus de 100 millions d'euros à économiser. Il y a là beaucoup d'économies à faire dans la gestion de l'État. Je veux faire la chasse à tous ces gaspillages ! »

C’est ce qu’il avait soutenu sur l’antenne de France Inter. Ce coup de sang avait fait rugir les plumes de Microsoft France, avec une jolie lettre à la clef. Cette missive est un modèle dans le genre de lobbying, puisqu’elle dit tout le mal possible du logiciel libre, en encensant les solutions maison.

Les économies grâce au libre ? Une illusion, selon Microsoft

Une migration massive vers le libre signe de juteuses économies ? Une « illusion » selon l'entreprise. Alors que les solutions propriétaires vendues clefs en main sont  « faciles d’utilisation » et leur « cohabitation fluide », le libre au contraire exige des « intégrations complexes », de la formation, avec en outre « des problèmes de sécurité, de plus en plus nombreux ».

Bref, des « coûts cachés [qui] s’avèreront, en quelques mois, bien supérieurs à l’économie initiale réalisée sur le simple achat de licences ».

lettre microsoft défenselettre microsoft défense

Le courrier, signé Christophe Aulnette, PDG de MS France à l’époque, dégommait en outre « un cadre juridique » qui est « tout sauf stabilisé », gorgé d’aléas. Pire : l’essor des logiciels libres « parce qu’il se nourrit des lacunes du droit de la propriété intellectuelle et permet aux contributeurs de dupliquer des innovations et les fonctionnalités des logiciels commerciaux, menace directement un pan entier de l’économie française, celui de l’édition de logiciels ». Bref, Votez Logiciel Français, Votez Microsoft !

Malgré ces traces lointaines semblant tailler un pont d'or pour le libre, la Défense a finalement fait le choix du contrat Open Bar prêt à dorer les caisses de Microsoft Irlande. En 2008, comme révélé par Next INpact, l'éditeur revient à la charge, un caddie bardé de solutions propriétaires, direction deux ministères régaliens.

L’accord avec la Défense a depuis été renouvelé sans appel d’offres, plongeant dans les archives, le rapport Tenneroni, les lignes définies par la DGSIC et cette priorité au logiciel libre...  Pur hasard calendaire : quelques mois plus tôt, en mai 2007, Nicolas Sarkozy arrive aux responsabilités et Hervé Morin succède à Michèle Alliot-Marie au poste de ministre de la Défense. Autre temps, autres mœurs.

Commentaires (110)


“le libre au contraire exige des « intégrations complexes », de la formation, avec en outre « des problèmes de sécurité, de plus en plus nombreux”



Ah ha ils ont de sacrés cs chez MS de dire ça. C’est vrai que le gens bossant sous MS n’ont jamais été formés, et que qu’il n’y a jamais de MAJ de sécurités sur la suite office !



Par contre la migration peut être chère, mais c’est principalement à cause des formats fermés de MS, en fait.


Excellent Article, et fouchtra cette lettre MS.

Enfin, on leur doit (entre autre) le Embrace, Extend, Extinguish donc je ne devrai pas être trop surpris par les méthodes de vente de ce brave homme.



Pour ceux qui ne connaissaient pas :https://en.wikipedia.org/wiki/Embrace,_extend,_and_extinguish


Sans vouloir critiquer le fond de l’article, je trouve qu’il est un peu à trop charge avec un seule vision du sujet.

Donc, de mon point de vue, il est même un peu contre-productif pour les lecteurs non informés à minima sur ce sujet.

Juste mon avis.


La lettre en question datant de 2004, faut aussi remettre dans le contexte.

La version francophone d’OOO a un an, le produit dans sa forme libre 4.



Il est assez facile de discuter des a-priori techniques (et pas que) 14 ans après en ayant connaissance de l’histoire. En 2004, la structuration des produits concurrent est quand même pas au niveau actuel.



 


J’ai une bonne source dans la place et il semble que la migration ait butté sur le problèmes des applications développées en langages spécifiques MS. La transition a été lancée en ne tenant pas suffisamment compte de tous ces petits développements nés au cours du temps et qui ne fonctionnaient plus une fois portés vers du libre. D’un autre côté, ça donne des pistes pour avancer…


A mon sens, c’est parce que personne n’a voulu voir à long terme…

Les licences, faut les payer chaque année et l’infra MS n’est pas sans maintenance (les patchs passent eux aussi dans le système de déploiement utilisé par la défense).

Ils auraient pu se passer facilement de la suite office (pour outlook, la migration des archives de mail aurait été un gros boulot quand même), s’ils s’y étaient pris assez tôt.

Je ne compte plus les documents incompatibles (pétage de format et de formules dans excel par exemple, des heures perdues pour chaque document) avec les logiciels équivalents libres qui sont stockés et dont le nombre ne fait que croître.



Donc, pour minimiser les coûts pendant qu’ils étaient responsables d’un budget, les décideurs à différents niveaux ont choisi de garder tout MS. Parce que comme ça leur budget de l’année était OK, mais il ne baissait pas les années suivantes.



Donc, au sein de l’état, on manque de vision et de couilles volonté.


Je suis d’accord. Le contexte n’est plus du tout le même qu’en 2004 … Microsoft s’est transformé et à changé son fusil d’épaule.



En 2004, je voyais pas une migration vers Linux comme une chose hyper aisé faut se l’avouer. Maintenant les outils ont bien évolué et Microsoft à ouvert pas mal de choses pour. Même si il y a encore du chemin à faire.



Bah maintenant on sait qui a touché les pots de vin.<img data-src=" />


Wooo, 3e commentaire et déjà la réaction d’un fanboy.

&nbsp;Ils sont au taquet dis donc.



L’article ne parle que de faits et il y en a qui trouvent quand même que c’est à charge.

Décidément, la mauvaise foi des fanboys me fera toujours sourire <img data-src=" />


Ouais, n’empêche qu’ils n’ont pas réussi à régner sur le WWW, c’est google qui s’en est chargé, alors ils ont raté leur objectif initial <img data-src=" />



Ça ne les rends pas plus agréable.



le libre au contraire exige […] « des problèmes de sécurité, de plus en plus nombreux ». <img data-src=" />

Ouhlàlà, c’est exquis ça !











Kiroha a écrit :



Je suis d’accord. Le contexte n’est plus du tout le même qu’en 2004 … Microsoft s’est transformé et à changé son fusil d’épaule.



En 2004, je voyais pas une migration vers Linux comme une chose hyper aisé faut se l’avouer. Maintenant les outils ont bien évolué et Microsoft à ouvert pas mal de choses pour. Même si il y a encore du chemin à faire.





Et le libre aussi a bien évolué, il est devenu accessible au commun des internautes. Ce qui n’était pas gagné.



Dans de nombreux produits, les “alternatives” n’en sont plus. Ce sont les produits Microsoft qui sont devenu des alternatives.



Mais la principale force de Microsoft, et qui est toujours un gros point fort, reste la facilité d’intégration. Certes ça peut coûter un rein, mais AD + SC + Poste sous Windows c’est relativement simple en gestion standard.








js2082 a écrit :



Wooo, 3e commentaire et déjà la réaction d’un fanboy.

 Ils sont au taquet dis donc.



L’article ne parle que de faits et il y en a qui trouvent quand même que c’est à charge.

Décidément, la mauvaise foi des fanboys me fera toujours sourire <img data-src=" />





Le fait que tu ne vois pas que l’article est effectivement à charge montre simplement que tu es le parfait client pour qui il a été rédigé.

Le fait d’être à charge c’est un ton, des tournures de phrases et des sous entendus à foison (qui par définition ne sont pas des faits).



Exemple:



« Microsoft a fourni environ 700 000 suites bureautiques aux ministères, hors éducation nationale, sur une période courte, principalement entre 1997 et 2001 ». Avec un butin total d’une dizaine de millions d’euros pour MS Irlande.



Cela ferait donc moins de 15€ par suite complète Office et par poste.

Soit 15€ c’est déjà trop cher, mais quid du coup du déploiement d’une autre suite sur 700 000 postes fusse-t’elle de licence gratuite ?









linkin623 a écrit :



“le libre au contraire exige des « intégrations complexes », de la formation, avec en outre « des problèmes de sécurité, de plus en plus nombreux”





un bon vieux FUD des familles !!!









Nozalys a écrit :



le libre au contraire exige […] « des problèmes de sécurité, de plus en plus nombreux ». <img data-src=" />



Ouhlàlà, c'est exquis ça !








C'est un problème d'époque aussi.     



De nombreuses personnes aux postes de décision dans les années 2000 sont d’une génération où le secret industriel est roi et est à la base de la sécurité des produits. Bien sûr que l’on sait maintenant que c’est faux, et que certains le disaient aussi en 2004. Mais c’était l’avis général.



Tout comme dans 20 ans, quand toutes les techniques de certificat seront basées sur des dérivés de blockchain, on se demandera comment est-ce que l’on a pu confier cela à des entreprises privées au début.









wpayen a écrit :



[…]

Tout comme dans 20 ans, quand toutes les techniques de certificat seront basées sur des dérivées de blockchain, on se demandera comment est-ce que l’on a pu confier cela à des entreprises privées au début.





C’est vrai que c’est quand même bien biaisé comme procédure actuelle, ça m’a toujours laissé perplexe <img data-src=" />



Je suis le premier à utiliser des logiciels libres quand c’est possible, mais il ne faut pas croire qu’ils sont parfaits.



Je vous rappelle quand même qu’OpenOffice (et son pare-feu ;) ) est lui-même basé sur StarOffice et a donné naissance à un fork : LibreOffice.



Du point de vue d’une administration, il semble plus pérenne de miser sur une suite de logiciels qui ne sera pas abandonnée du jour au lendemain à cause de désaccords quelconques.

Et quid du support ? Microsoft a pignon sur rue mais dans le libre à part Canonical ou RedHat, qui fournit beaucoup de support ? On installe souvent des logiciels bugués ou qui se greffent très mal d’un environnement à l’autre (logiciel KDE sur Gnome ou vice-versa). Ou qui ne sont plus maintenus.








wpayen a écrit :



La lettre en question datant de 2004, faut aussi remettre dans le contexte.

La version francophone d’OOO a un an, le produit dans sa forme libre 4.



Il est assez facile de discuter des a-priori techniques (et pas que) 14 ans après en ayant connaissance de l’histoire. En 2004, la structuration des produits concurrent est quand même pas au niveau actuel.





Ne cherche pas à avoir un commentaire constructif et éclairé: tu ne vas pas être dans le ton de l’article.



Histoire de me faire l’avocat du diable et de me faire un peu allumer <img data-src=" />

Il est vrai qu’aujourd’hui avec Windows 10, MS a fait un boulot de OUF niveau sécurité. Un Windows 10 “durci” en environnement pro est “malheureusement” potentiellement bien plus sûr qu’un Linux “durci” également… <img data-src=" />



Enfin, concernant les coûts, il est vrai que les coûts d’implémentation de systèmes basés sur des logiciels libres est plus complexe (mais pas impossible) à évaluer que des systèmes proprios clés en mains, et c’est aussi “plus facile” de se planter dans l’évaluation. Exemple: la ville de Munich qui ne sais plus trop sur quel pied danser, la migration semble être un succès mais les coûts réels sont difficilement évalués de façon fiable.



En dehors de ça, je suis de mon côté un vrai partisan du logiciel libre, et j’essaie à mon niveau d’en utiliser le plus possible, de rationaliser le plus possible mon usage de l’informatique en général et de dépendre directement le moins possible de grands groupes. Mais il faut garder à l’esprit que tout n’est pas toujours tout blanc ou tout noir.

Et à ce propos, si une décision prise en marge des procédures légales d’usage sous pression de quelconques lobbies mérite évidemment d’être remise en cause (comme le fait très bien cet article par exemple), elle n’est pas pour autant automatiquement complètement néfaste. Il n’y a pas de lien de causalité direct entre les deux, ce serait trop simple <img data-src=" />



EDIT: Concernant la sûreté de Windows 10, ma source c’est l’ANSSI.








Apone a écrit :



un bon vieux FUD des familles !!!





MS n’a pas vraiment tord. Les failles sur le libre sont passées de 2 à 4, soit une augmentation de 100% tandis que les failles sur les produits MS sont passées de 100 millions à 110 millions, soit une augmentation de 10% seulement.



<img data-src=" />



« parce qu’il se nourrit des lacunes du droit de la propriété intellectuelle et permet aux contributeurs de dupliquer des innovations et les fonctionnalités des logiciels commerciaux, menace directement un pan entier de l’économie française, celui de l’édition de logiciels »



J’ai rarement lu un truc aussi con… La vérité c’est que :



. Ça arrange certains car une situation de monopole s’établir et qu’ensuite il y à plus besoin de proposer des nouveautés. C’est ce qui ce passe chez adobe ou leur soft son devenu de grosse merde plus à jours depuis quasiment 10 ans.

. Les éditeur de logiciels payant ce copient aussi entre eux et certains copient aussi le libre.

. Une roue est ronde et sera toujours ronde.








revker a écrit :



Je suis le premier à utiliser des logiciels libres quand c’est possible, mais il ne faut pas croire qu’ils sont parfaits.



Je vous rappelle quand même qu’OpenOffice (et son pare-feu ;) ) est lui-même basé sur StarOffice et a donné naissance à un fork : LibreOffice.



Du point de vue d’une administration, il semble plus pérenne de miser sur une suite de logiciels qui ne sera pas abandonnée du jour au lendemain à cause de désaccords quelconques.

Et quid du support ? Microsoft a pignon sur rue mais dans le libre à part Canonical ou RedHat, qui fournit beaucoup de support ? On installe souvent des logiciels bugués ou qui se greffent très mal d’un environnement à l’autre (logiciel KDE sur Gnome ou vice-versa). Ou qui ne sont plus maintenus.







Ce qu’il y a bien avec le libre, c’est qu’on peut y contribuer. Si demain MS décide d’arrêter le support d’un de ses produits, on est plus dans la même échelle de problèmes.



PS: Suse fait du support.<img data-src=" />



On remercie bien fort Sarkozy pour cette décision courageuse <img data-src=" /> Mais qui aurait pu douter que ce basculement vienne de lui ?








Lasout a écrit :



Histoire de me faire l’avocat du diable et de me faire un peu allumer





Ce n’est pas parce que office est mieux qu’open office que tous le monde doit forcément avoir office…



Pas de R&D dans le libre??? Mozilla, OpenSSL, TCP/IP, BSD apprécieront ce gros mensonge.



Dans le libre, on paye de licence, on paye on paye des gus pour faire tourner la baraque. On a juste retiré les avocats et leur licence proprio qui nous cassaient les pieds et empêchait de travailler.


C’est une question de probabilité et de capacité technique.





  1. Quelle est la probabilité que Microsoft arrête le support de ce produit (Contractuellement, il est inscrit dans une chronologie fixe) ?

  2. Quelle est la capacité technique à assurer soi-même le support d’un produit libre qui est abandonné par sa communauté ?



    La réponse à la 1 est : approximativement 0. Et de toute manière, le support est contractuellement garanti jusqu’à dans plusieurs années.

    La réponse à la 2 est : approximativement 0 pour la plupart des entreprises.



    Donc quand tu es dans ce cas-là, soit tu choisis un intégrateur de produit libre qui te garanti le support manquant, soit tu choisis un produit non-libre.


C’est encore plus gonflé que ça : Microsoft a gentiment emprunté toute sa couche de gestion réseau à BSD vers 2005, par exemple (et lui a collé par dessus l’immonde “Centre réseau et partage”). Leur solution in-house n’arrivait tout simplement pas à suivre…


Je suis programmeur orienté WEB. Je fais du PHP, du Javascript,… Je vais souvent voir ce qui se passe sur GitHub. Et le constat est clair, il y a des tonnes de librairies abandonnées par leurs créateurs et qui se retrouvent souvent installées en dépendances de packages NodeJS par exemple.



Qu’est-ce que je veux dire par là ? La communauté libre, c’est génial, c’est super, je suis à 100% pour.

Mais dans un environnement de travail professionnel, et encore plus dans un ministère qui dépend fortement de ses logiciels, la solution libre n’est pas toujours la meilleure.&nbsp;



Tout n’est pas blanc ou noir, on est pas obligé d’être 100% logiciel libre pour les apprécier.


Roh oui, au temps pour moi, merci.








Cetera a écrit :



Sans vouloir critiquer le fond de l’article, je trouve qu’il est un peu à trop charge avec un seule vision du sujet.

Donc, de mon point de vue, il est même un peu contre-productif pour les lecteurs non informés à minima sur ce sujet.

Juste mon avis.





Le sujet est toujours à charge chez NXI.



Le truc, c’est que pour seulement la moitié des sommes versées à Microsoft depuis le temps, le ministère de la défense aurait pu financer (et du coup fortement améliorer) les logiciels qu’il aurait utilisé. Et rendre encore plus attractifs ces logiciels tout en faisant des économies


M. Rees : combien a coûté le dernier contrat ?

&nbsp;

C’est cela, l’information qu’on attend et qui nous est interdite ! Et c’est VOTRE boulot de journaliste que de trouver cette information cruciale et de la rendre publique, parce que le contribuable a tout simplement le droit de savoir ce que ces mafieux nous cachent !



Pour le reste, on sait que LO ne coûte pas plus cher à maintenir, dispose d’un outil de traduction automatique des documents MSO vers LO, n’a plus rien à prouver aujourd’hui en intégré bureautique. Et plus globalement, le libre fait parfaitement son taf aujourd’hui.



Même microsoft a arrêté la stratégie ouverte du dénigrement - alors ceux qui en sont encore à ce stade feraient quand même bien d’évoluer !

&nbsp;

En outre, l’enjeu ici est bien la souveraineté nationale, la défense de notre pays et de ses intérêts, vendus à Washington via notre appartenance à l’otan ! De Gaule n’arrivait par retiré la France de l’otan pour rien. Et sarkozy ne l’y a pas remise pour rien non plus… Asselineau a bien fait le rapport entre l’UE, face publique, et l’otan, face militaire, dans le plan d’invasion américain qu’est la construction européenne. Notre armée suit les chiens de guerre US depuis trop longtemps dans des guerres juridiquement illégales, pour ensuite jouer les vierges effarouchées quand les russes tapent du poing sur la table - quel est ici l’imbécile qui n’a pas compris qu’on est en train de préparer la prochaine guerre mondiale, en stockant des armes nucléaires américaines en Allemagne (donc juste à côté de chez nous !), en Belgique (encore à côté de chez nous !) et en Turquie ? Revoyez la crise des missiles de Cuba : ces cons font chez nous ce qu’ils interdisent de faire chez eux ! Encore une vassalisation réussie…



Donc bravo encore aux 23% de français qui ont permis à un banquier de continuer à vendre notre pays, et son peuple, avec le sourire. Quand nos descendants n’auront plus qu’un zoo de la taille d’une grande région sous le joug de Bruxelles, et que l’état nation aura disparu, ils maudiront leurs aînés - et ils auront parfaitement raison !








revker a écrit :



Je suis programmeur orienté WEB. Je fais du PHP, du Javascript,… Je vais souvent voir ce qui se passe sur GitHub. Et le constat est clair, il y a des tonnes de librairies abandonnées par leurs créateurs et qui se retrouvent souvent installées en dépendances de packages NodeJS par exemple.







Ouais c’est inadmissible tout ces projets étudiants sur Github qui ne sont pas maintenu une fois leurs études finies ou ces projets personnels réalisés le dimanche. On devrait leur interdire de publier leur code sous licence libre sur des forges publiques.



Tiens, ça me donne une idée de modèle économique de facturer 300€ le git pull



Dans le monde pro c’est pareil en fait hein.

Des softs ou bibliothèques archaïques qui sont à peine maintenus ca existe.



Et savoir choisir ses composants pour son propre projet (pro, perso) c’est aussi le boulot du dev <img data-src=" />

Et l’avantage du libre, c’est que si la lib que tu as choisi n’est tout d’un coup plus maintenu, tu peux en reprendre le code et dev toi même…


Les génies de l’informatique partiront chez les américains, au lieu de rester à la défense nationale, tout est fait pour, merci Microsoft <img data-src=" />








LcS a écrit :



Ouais c’est inadmissible tout ces projets étudiants sur Github qui ne sont pas maintenu une fois leurs études finies ou ces projets personnels réalisés le dimanche. On devrait leur interdire de publier leur code sous licence libre sur des forges publiques.



Tiens, ça me donne une idée de modèle économique de facturer 300€ le git pull







On peut fermer les comms de cette news, le pic de malhonnêteté intellectuelle a été atteint dès le post 33.









CryoGen a écrit :



Dans le monde pro c’est pareil en fait hein.

Des softs ou bibliothèques archaïques qui sont à peine maintenus ca existe.



Et savoir choisir ses composants pour son propre projet (pro, perso) c’est aussi le boulot du dev <img data-src=" />

Et l’avantage du libre, c’est que si la lib que tu as choisi n’est tout d’un coup plus maintenu, tu peux en reprendre le code et dev toi même…





Ah cette phrase bateau entendue et répétée à chaque fois qu’on parle du libre… mais qui se fracasse à la dure réalité de la vraie vie.



Histoire vécue:




  • Dans ma boite, j’ai fait le forcing pour passer sur un logiciel métier libre dévéloppé par un presta externe et qui devrait non seulement filer du taf à une boite française et en plus nous couter moins cher

  • On fait un appel d’offre et tous les ingés commerciaux nous certifient la main sur le coeur que leur projet sera basé sur du code maintenu et qu’au pire “en cas de problème, le code étant open source, on pourrait passer par un autre presta pour le maintenir”

  • Résultat, on passe par une boite locale qui met 2 fois plus de temps pour développer l’outil et au 1er problème survenu après notre accord de maintien et de suivi sur 1 ans, on s’aperçoit que le boulot a été fait par un CDD qui n’est plus la. Résultat, la boite mère veut nous facturer à prix fort toute intervention.

  • Qu’a cela ne tienne, fort de cette phrase phare et précieuse: “si le code est libre, tout le monde peut le maintenir”, on demande à d’autres boites de le reprendre et là les reponses tombent: soit pas de compétence interne, soit les délais et les couts de réalisations demandées sont surréalistes



Alors, j’aimerai savoir qui parmi vous, en 2004 avez déjà installer une distribution Linux et l’utiliser comme OS principale ?

Pour remettre dans le contexte, en 2004, et plus exactement en octobre, c’était la première version d’Ubuntu. Firefox quant-à lui n’avait que 2 ans est faisait suite à Mozilla Application Suite qui lui même se basait sur Nescape. Open Office quant-à lui est sortie en 2000 mais sa version 1.0 est sortie en 2002 et fait suite à Star Office. Et ce n’était pas la seul suite,d’après cette frise d’autres suites dans la même famille sont apparu.

Tout ça pour dire que l’univers libre au milieu des année 2000, c’était en plein développement et pas forcément très stable.



Depuis, vous semblez oublier que malgré ce fameux contrat, la défense s’est rapproché du libre. Ainsi, pour ce qui est de la gendarmerie, ceux-ci ont leur propre distribution basé sur Ubuntu : GenButu qui est leur OS majoritaire. Ils ont aussi bannis Windows du cœurs de leur réseau justement car celui-ci est trop bavard (et ce déjà depuis Vista).


Les logiciels libres ne sont pas parfait. +1

Problème du support et de l’avenir des logiciels libres… c’est vrai ça peut être un problème.



Après on peut imaginer que les centaines de millions (milliards ?) dépensé par l’état dans “l’open bar microsoft”, peut être en partie investit dans le support et développement des logiciels libres.


Et c’est exactement pareil pour le monde pro…

Sauf que là vous n’avez pas les compétences en interne pour récupérer votre projet. Si la boite vous fournissait un environnement closed-source, le résultat aurait été le même en cas d’abandon.



Dommage que personne ne puisse reprendre le projet, le choix technique devait être vraiment discutable :/








wpayen a écrit :



C’est une question de probabilité et de capacité technique.





  1. Quelle est la probabilité que Microsoft arrête le support de ce produit (Contractuellement, il est inscrit dans une chronologie fixe) ?

  2. Quelle est la capacité technique à assurer soi-même le support d’un produit libre qui est abandonné par sa communauté ?



    La réponse à la 1 est : approximativement 0. Et de toute manière, le support est contractuellement garanti jusqu’à dans plusieurs années.

    La réponse à la 2 est : approximativement 0 pour la plupart des entreprises.



    Donc quand tu es dans ce cas-là, soit tu choisis un intégrateur de produit libre qui te garanti le support manquant, soit tu choisis un produit non-libre.







    Réponse 1, si l’éditeur coule (par ex.), tu l’as dans le fion

    Réponse 2, tu peux reprendre le dev à ton compte, ou le faire faire par un tiers, puisque c’est libre.



En 2004 je tournais sous Gentoo. Des distribs d’entreprise, il y en avait : mandrake, suse, rhel…

Pas très stable ? Oui il y avait des changements, mais pas aussi gênant que tu ne le laisses entendre. Surtout que coté Microsoft c’était pas tout à fait mieux avec XP qui se cherchait avant le SP2 de la libération (<img data-src=" />), Internet Explorer 6 et 7 etc.








revker a écrit :



Je suis programmeur orienté WEB. Je fais du PHP, du Javascript,… Je vais souvent voir ce qui se passe sur GitHub. Et le constat est clair, il y a des tonnes de librairies abandonnées par leurs créateurs et qui se retrouvent souvent installées en dépendances de packages NodeJS par exemple.



Qu’est-ce que je veux dire par là ? La communauté libre, c’est génial, c’est super, je suis à 100% pour.

Mais dans un environnement de travail professionnel, et encore plus dans un ministère qui dépend fortement de ses logiciels, la solution libre n’est pas toujours la meilleure. 



Tout n’est pas blanc ou noir, on est pas obligé d’être 100% logiciel libre pour les apprécier.







Ha mais oui, mais dans des domaines aussi critiques que la défense, l’intérêt est quand même capital.

Pour une PME, on est d’accord, ça se réfléchit. Mais là on parle de l’état, avec les moyens techniques et financiers pour le faire.



Pour Microsoft, il vaut mieux distraire les jeunes pour ne pas favoriser à comprendre la programmation, utiliser des programmes proprios et biens faits et de faire payer.



La programmation était, il y a des années, bien plus agréable et pédagogique que la programmation° d’aujourd’hui pour les enfants, les nombreux ouvrages étaient des ressources inestimables²



° Aujourd’hui, on utilise des logiciels tout fait pour créer (comme un kit de construction). Avant, il fallait apprendre à construire chaque élément de ce kit, là est la différence. Nous étions plus proche de la machine, il fallait la comprendre, maîtriser chaque fonction (son Basic)et sa logique d’emploi.



Maintenant, on ne veut plus travailler “la terre”, tout est simplifié et peut-être trop facile (on met du désherbant, au lieu de retirer soi même les mauvaises herbes, on utilise l’orthographe prédictif pour écrire <img data-src=" /> et bien d’autre chose. tout est mâché pour nous (et proprio)



² On trouvait beaucoup de livres ou revues qui nous aidaient, les langages étaient assez compréhensibles et adaptables d’une machine à l’autre. L’envie de programmer était très fort pour le débutant, aujourd’hui, l’envie de programmer n’est plus, tout est fait, on a plus qu’à se servir (c’est bien triste, de ne plus permettre à motiver vers ces vocations). Il faut maîtriser des langages bien différends des Basics 1(2 ou 3) d’origine



Les logiciels qui facilite les tâches et proprios, nous rendent dépendants (ne nous apprend plus à pénétrer dans les entrailles de la programmation, ou même à manipuler le Dos avec facilité (sans trop de problème))



Il aurait fallut garder cet envie de programmer (c’est bien dommage)







Tout a fait. Mais je ne vois pas le rapport avec le fond de mon message.


+1.





  1. Ce report des investissements sur le logiciel libre suppose des compétences éprouvées en interne, au niveau du ministère de la Défense afin d’échapper à la critique de l’abandon de souveraineté. En cas de défaillance&nbsp; de ces compétences internes, les critiques n’auraient pas manquées. (cf l’affaire des avions “renifleurs”).



    2)Les développements fondés sur des logiciels libres auraient pu être confiés à des entreprises françaises (sans reverser la totalité à une communauté, afin de garantir la sécurité nationale) . Toutefois, lorsque l’on voit les grandes infrastructures informatiques d’Etat conçues par des entreprises tricolores, elles sont loin d’être bon marché et fonctionnelles (cf. Logiciel LOUVOIS de gestion des payes des armées, ou encore la PNIJ).&nbsp; De plus, ces groupes ont connus des problèmes de sécurité informatique majeurs (cf. Thales).



  2. La politique industrielle française en matière de produits informatiques ne fut pas à la hauteur des enjeux de souveraineté, après l’échec commercial du Minitel (cf. Bull, Thomson, Alcatel pour ne citer que ces seules entreprises).&nbsp; Les succès&nbsp; de l’européanisation industrielle, tels qu’ Airbus et les lanceurs spatiaux Ariane masquèrent l’absence de politiques concertées sur l’ensemble du spectre industriel, au sein des pays européens.

    &nbsp;

  3. Dans un monde parfait, la réutilisation de briques issues du libre à des fins de défense auraient pu être un projet commun à l’ensemble des pays des Communautés/&nbsp; de l’Union européenne(s).&nbsp; Ce qui suppose une politique industrielle de Défense commune (cf. le refus de la France de participer à la Communauté Européenne de Défense, en 1954,&nbsp; le refus du traité de 2005 instituant l’Union, le refus français de créer un avion de chasse européen).



    Aussi, comme le dit l’adage : “entre deux maux, il faut choisir le moindre”.


Les distros Linux n’ont pas attendu Cannonical pour utiliser des CD bootables avec des installeurs graphiques faciles à utiliser. Les plus populaires de l’époque étaient basés sur Anaconda (qui existe depuis 1999), et étaient un peu plus faciles à utiliser que l’installeur (texte) de Windows de l’époque (qui n’était quand même déjà pas compliqué).



Et c’était l’âge d’or des distros basées sur des Live CD (j’utilisais déjà Knoppix en 20022003).








CryoGen a écrit :



Et c’est exactement pareil pour le monde pro…

Sauf que là vous n’avez pas les compétences en interne pour récupérer votre projet. Si la boite vous fournissait un environnement closed-source, le résultat aurait été le même en cas d’abandon.



Dommage que personne ne puisse reprendre le projet, le choix technique devait être vraiment discutable :/





Ah OK, donc si le cout de reprise du projet par une société tierce est prohibitif, ce n’est pas parceque le code source initial n’est plus maintenu, c’est de la faute du maitre d’ouvrage qui n’a pas vu venir 2 ans à l’avance l’abandon de ce code <img data-src=" />



Pour finir je ne dis pas que c’est différent pour le code proprio: je dis simplement que cet argument bateau du “si c’est libre, tu n’as qu’à le reprendre ou le faire reprendre” est du pur bullshitt pour une grande majorité de boite pro.



Ubuntu était pour mettre un repère du contexte, comment était le libre à l’époque.

Je me rappelle en effet, avoir eu un live CD de knoppix, mais a part le fait que c’était amusant de découvrir un nouvel environnement, je repassais sous windows pour mes activités, principalement jouer.

Je me rappelle aussi de la galère que c’était pour lire une clé USB, il fallait généralement la monter à la main et donc passer par les lignes de commande. A l’époque, cela me dépassé, je ne comprenais rien à tout ça. Je me rappelle aussi de la galère que mon père a eu lorsqu’une distrib est passé de xfree86 à XOrg, le second ne marchant pas, il a grossièrement copier le premier d’une installation fraiche pour supplanter le second. Enfin, toujours sur ce vieux PC portable, on avait un carte PCMIA pour le Wifi, qui a déjà été une galère pour installer les bon pilotes, qui sous ubuntu des fois fonctionnait, mais plus généralement ne fonctionnait pas. De manière général, j’ai eu des problèmes avec le Wifi sous Ubuntu jusqu’à très récemment (4 ans).








carbier a écrit :



Ah OK, donc si le cout de reprise du projet par une société tierce est prohibitif, ce n’est pas parceque le code source initial n’est plus maintenu, c’est de la faute du maitre d’ouvrage qui n’a pas vu venir 2 ans à l’avance l’abandon de ce code <img data-src=" />







Ce n’est pas ce que j’ai écris.







carbier a écrit :



Pour finir je ne dis pas que c’est différent pour le code proprio: je dis simplement que cet argument bateau du “si c’est libre, tu n’as qu’à le reprendre ou le faire reprendre” est du pur bullshitt pour une grande majorité de boite pro.





Non ce n’est pas à laisser de coté. Il faut le prendre en compte MAIS comprendre ce que ca implique.





En fait tu ne vois et comprend que ce qui t’arrange ? Le libre permet de reprendre. Par contre ca ne veut absolument pas dire qu’il sera reprit…



J’ai croisé des gens dans l’armée avec compétence Unix avant l’an 2000


<img data-src=" /> Je suis tout à fait pour


J’ai installé ma première distribution Linux en 2004 il me semble. C’était une Mandrake 8 je crois.


Ah mais il ne faut pas me faire dire ce que je n’ai pas dit. J’ai moi-même un compte github et quelques petites choses dessus. J’adore totalement l’idée.



Mais quand je vois un package.json qui fait 5 lignes télécharger des centaines de librairies, je me pose franchement des questions. Tu as déjà migré un projet de EcmaScript 5 à 6 ? Bon courage…


Tu voudrais quoi pour changer cela ?

Si le contrat est fait sans appel d’offre, je vois mal comment ont peut ne pas se permettre d’être critique.



L’article souligne en tout cas, qu’en 2004, Microsoft lui était particulièrement de mauvaise fois et détestable (suffit de voir l’argumentaire présenté). Microsoft à un très mauvais passif , il ne me semble pas inutile d’être suspicieux vis à vis de cette entreprise de ce fait.








carbier a écrit :



Ah cette phrase bateau entendue et répétée à chaque fois qu’on parle du libre… mais qui se fracasse à la dure réalité de la vraie vie.



Histoire vécue:




  • Dans ma boite, j’ai fait le forcing pour passer sur un logiciel métier libre dévéloppé par un presta externe et qui devrait non seulement filer du taf à une boite française et en plus nous couter moins cher

  • On fait un appel d’offre et tous les ingés commerciaux nous certifient la main sur le coeur que leur projet sera basé sur du code maintenu et qu’au pire “en cas de problème, le code étant open source, on pourrait passer par un autre presta pour le maintenir”

  • Résultat, on passe par une boite locale qui met 2 fois plus de temps pour développer l’outil et au 1er problème survenu après notre accord de maintien et de suivi sur 1 ans, on s’aperçoit que le boulot a été fait par un CDD qui n’est plus la. Résultat, la boite mère veut nous facturer à prix fort toute intervention.

  • Qu’a cela ne tienne, fort de cette phrase phare et précieuse: “si le code est libre, tout le monde peut le maintenir”, on demande à d’autres boites de le reprendre et là les reponses tombent: soit pas de compétence interne, soit les délais et les couts de réalisations demandées sont surréalistes





    Moi, tout ce que ça me dit c’est que dans votre boite, vous ne savez simplement pas suivre / piloter un projet.

    Tu laisses ton presta en roue libre sans d’avoir ni ce que’ il fait, ni comment il le fait, ni qui le fait, et tu t’etonnes que ça foire ?

    Sérieusement !

    Bravo les rigolos, vraiment.



Je suis assez d’accord.

Il serait plus intéressant et productif de présenter les avantages et inconvénients de chaque solution, en la mettant dans son contexte d’emploi.

Juste deux points pour illustrer :




  • 1 certain nombre de SI développés par des compagnies s’appuie sur des pans de MS Office prou fonctionner;

  • en tant que membre de l’OTAN, un certain nombre de standards d’interopérabilité impose d’utiliser certaines solutions Microsoft.



    Alors après, on peut partir en cacahuète et développement abstraitement les avantages du Libre, il n’en reste pas moins que ça n’est pas aussi simpliste que la façon dont c’est régulièrement présenté dans ces colonnes.

    Et non je ne suis pas fanboy MS, mais tous mes ordis équipés de Xubuntu le sont aussi du pack Office.

    Bref, cette vision manichéenne est un peu idiote, comme s’il y avait un camp du BIEN et un camp du MAL.








carbier a écrit :



Le fait que tu ne vois pas que l’article est effectivement à charge montre simplement que tu es le parfait client pour qui il a été rédigé.

Le fait d’être à charge c’est un ton, des tournures de phrases et des sous entendus à foison (qui par définition ne sont pas des faits).



Exemple:



Cela ferait donc moins de 15€ par suite complète Office et par poste.

Soit 15€ c’est déjà trop cher, mais quid du coup du déploiement d’une autre suite sur 700 000 postes fusse-t’elle de licence gratuite ?





Heuuu… Ton exemple démontre tout le contraire de ton affirmation.<img data-src=" />



Il n’y a pas de ton, pas de tournures, pas de sous-entendus. NxI ne fait que reprendre les chiffres, il n’y a pas de jugement ici.



Essaie encore…<img data-src=" />









tazvld a écrit :



Alors, j’aimerai savoir qui parmi vous, en 2004 avez déjà installer une distribution Linux et l’utiliser comme OS principale ?

Pour remettre dans le contexte, en 2004, et plus exactement en octobre, c’était la première version d’Ubuntu. Firefox quant-à lui n’avait que 2 ans est faisait suite à Mozilla Application Suite qui lui même se basait sur Nescape. Open Office quant-à lui est sortie en 2000 mais sa version 1.0 est sortie en 2002 et fait suite à Star Office. Et ce n’était pas la seul suite,d’après cette frise d’autres suites dans la même famille sont apparu.

Tout ça pour dire que l’univers libre au milieu des année 2000, c’était en plein développement et pas forcément très stable.



Depuis, vous semblez oublier que malgré ce fameux contrat, la défense s’est rapproché du libre. Ainsi, pour ce qui est de la gendarmerie, ceux-ci ont leur propre distribution basé sur Ubuntu : GenButu qui est leur OS majoritaire. Ils ont aussi bannis Windows du cœurs de leur réseau justement car celui-ci est trop bavard (et ce déjà depuis Vista).





en 2004 mandrake, enfin mandriva.

Et pour la gendarmerie, le passage au libre a été fait en raison des coupes budgétaires réalisées sur leur dos lors du rattachement de la gendarmerie au ministère de l’intérieur…pas vraiment eu le choix. Je tiens à rappeler que les économies réalisées ont été plus que substantielle étant donnée qu’ils ont pu dans le même temps acheter leurs subarus





Pour le reste, on sait que LO ne coûte pas plus cher à maintenir, dispose d’un outil de traduction automatique des documents MSO vers LO, n’a plus rien à prouver aujourd’hui en intégré bureautique. Et plus globalement, le libre fait parfaitement son taf aujourd’hui.





C’est bien ce genre d’affirmation qui est pénible. Il faudrait partir du postulat que les logiciles libres sont au même niveau ou apportent les mêmes fonctions. Ce n’est pas le cas.





De Gaule n’arrivait par retiré la France de l’otan pour rien



La France n’a jamais quitté l’OTAN, elle en fait partie depuis sa création.








Drepanocytose a écrit :



Moi, tout ce que ça me dit c’est que dans votre boite, vous ne savez simplement pas suivre / piloter un projet.

Tu laisses ton presta en roue libre sans d’avoir ni ce que’ il fait, ni comment il le fait, ni qui le fait, et tu t’etonnes que ça foire ?

Sérieusement !

Bravo les rigolos, vraiment.





C’est à se demander s’ils ont jamais mis en place des projets de développement informatique.

Cahier des charges + documentation + suivi du moindre développement + clause de réversibilité/transition



C’est le strict minimum dans ces projets. Sans ça, tu peux le jeter direct à la poubelle.



A la fin des 1990’s, mon école était entièrement équipée de poste Internet tournant sous des distributions Linux.

En revanche, les “cours d’informatique” étaient dispensés sous Windows/Office.

Et bien avant au collège, c’était pareil, on utilisait Works.

Mais c’était déjà possible et pas si extrême d’avoir des machines avec OS Linux opérationnels et utilisables par tout le monde.


Je crois qu’ils n’ont pas pris en compte les couts dus à… la migration du format MS INcompatible n°1 vers le format MS INcompatible n°2.

(OXML / Open XML)


Cela ne m’étonne pas. Unix est très apprécié dans tout ce qui est réseau. Et le réseau, pour être le support des télécommunications, c’est un problème qui intéresse particulièrement l’armée. Internet est basé sur ARPANET qui a été développé par la DARPA qui appartient à la défense des USA (même si son but était surtout pour la comm dans la DARPA même, il était déjà pensé pour être résiliant au panne via le système de router).









Sylvounet a écrit :



A la fin des 1990’s, mon école était entièrement équipée de poste Internet tournant sous des distributions Linux.

En revanche, les “cours d’informatique” étaient dispensés sous Windows/Office.

Et bien avant au collège, c’était pareil, on utilisait Works.

Mais c’était déjà possible et pas si extrême d’avoir des machines avec OS Linux opérationnels et utilisables par tout le monde.





c’était déjà possible , oui; pas si extrême, j’ai comme un doute. Tu le dis toi même, ces postes ne servaient qu’à internet, donc a priori, afficher seulement un navigateur, si c’était le cas, l’utilisation était déjà très limitée. Quid des discussions pour arriver à une telle décision, de l’implication des responsables de ce projet et du travail réaliser pour déployer et maintenir. Forum et documentation n’était pas aussi fourni, une petite merde est c’était bon pour des heures de galère pour la résolution. Et des petites merdes, ça arrivait malheureusement facilement (plus haut je parle du passage de Xfree86 à XOrg, une vrai galère) et il ne fallait pas forcément du matériel bien exotique (carte Wifi en PCMIA). Comme je l’ai dit plus haut, j’ai découvert linux plus vers le milieux des année 2000, et à cette époque, sur les distributions que j’avais testé, pour simplement insérer une clé USB, il fallait faire tout une manipulation (et je crois invoquer les droits root) car il fallait la monter à la main en ligne de commande et une fait il fallait encore la démonter, ça demander un certain doigté.



Ton école était plutôt une exception. Pour mon cas, c’était Windows jusqu’à lycée qui était fière d’avoir des iMac G3 en accès libre pour internet. Et linux, je ne l’ai vu apparaître que bien plus tard à la fac. En encore, dans ma première, l’expérience était convenable, mais dans la seconde, pourtant bien plus grosse, c’était tellement mauvais, une sorte de vieux Gnome mal configuré dans son habillage le plus moche (j’avais cru revoir les screens des premières versions de Gimp; pour rappelle, GTK+, la bibliothèque graphique de Gnome est à la base développé pour Gimp) avec des restrictions énormes.









2show7 a écrit :



Pour Microsoft, il vaut mieux distraire les jeunes pour ne pas favoriser à comprendre la programmation, utiliser des programmes proprios et biens faits et de faire payer.



La programmation était, il y a des années, bien plus agréable et pédagogique que la programmation° d’aujourd’hui pour les enfants, les nombreux ouvrages étaient des ressources inestimables²



° Aujourd’hui, on utilise des logiciels tout fait pour créer (comme un kit de construction). Avant, il fallait apprendre à construire chaque élément de ce kit, là est la différence. Nous étions plus proche de la machine, il fallait la comprendre, maîtriser chaque fonction (son Basic)et sa logique d’emploi.



Maintenant, on ne veut plus travailler “la terre”, tout est simplifié et peut-être trop facile (on met du désherbant, au lieu de retirer soi même les mauvaises herbes, on utilise l’orthographe prédictif pour écrire <img data-src=" /> et bien d’autre chose. tout est mâché pour nous (et proprio)



² On trouvait beaucoup de livres ou revues qui nous aidaient, les langages étaient assez compréhensibles et adaptables d’une machine à l’autre. L’envie de programmer était très fort pour le débutant, aujourd’hui, l’envie de programmer n’est plus, tout est fait, on a plus qu’à se servir (c’est bien triste, de ne plus permettre à motiver vers ces vocations). Il faut maîtriser des langages bien différends des Basics 1(2 ou 3) d’origine



Les logiciels qui facilite les tâches et proprios, nous rendent dépendants (ne nous apprend plus à pénétrer dans les entrailles de la programmation, ou même à manipuler le Dos avec facilité (sans trop de problème))



Il aurait fallut garder cet envie de programmer (c’est bien dommage)





On n’apprend pas Python aux enfants ?!

(Enfant, j’aurais bien préféré Python à BASIC je pense…)



Tu nous explique qu’Ubuntu c’est de la merde, mais ça on le savait déjà… <img data-src=" />





Tu relate la complexité d’utiliser les logiciels libres dans les années 2000 pour des particuliers, et tu extrapole que ça n’aurait pas été raisonnable pour une grande administration. Tu fais abstraction de la très grande qualité de la documentation, qui permettait déjà une acquisition de compétences qui aurait rendu le projet de plus en plus pertinent au fil du temps.







Installing Debian

Enter. Enter. Enter. Enter. Enter. Enter. You could pretty much train a chicken to install Debian: “Peck the enter key. Wait….okay, peck enter again…wait…okay, now peck enter…”




Je parcours les commentaires et je me dis que c’est tellement anachronique cette gueguerre Microsoft / Libre. Aujourd’hui, dans le milieu professionnel privé où j’évolue, Microsoft et le libre ne sont plus évoqués. On ne parle plus que SaaS : G Suite, Office 365, Salesforce, AWS, Azure … Il y a peut-être du libre pour faire tourner le service, mais la philosophie du libre n’y est plus : le client n’a même plus la main sur ses données directement.

Bon, il reste la plate-forme client, mais tous les fournisseurs vous recommandent Chrome.



Alors certes, des entreprises sont frileuses sur le cloud, mais je pense qu’elles seront l’exception. Et j’ose espérer que nos institutions en feront parties, mais j’ai quand même des doutes.



&nbsp;


Ce que je ne m’explique pas dans cette affaire, c’est le pourquoi de la réussite, haut la main, de la migration de TOUS les postes de la Gendarmerie Nationale ( 82000 postes) sous GENDBUNTU&nbsp; en cinq ans&nbsp;&nbsp; …&nbsp;&nbsp; <img data-src=" />



C’était une expérience concluante et certifiée qui aurait dû attirer l’attention de reste du ministère puisque la gendarmerie était encore rattachée à la défense à cette époque&nbsp;&nbsp; …&nbsp;&nbsp; <img data-src=" />

&nbsp;


Ouais, c’est clair que cette partie la est clairement celle qui m’a fait le plus bondir.

De la bonne hypocrisie en barre venant d’une entreprise qui a pompé un grosse partie des sois-disant innovations qui l’ont fait connaitre.

&nbsp;


CP/M approuve ce commentaire !








revker a écrit :



Je suis le premier à utiliser des logiciels libres quand c’est possible, mais il ne faut pas croire qu’ils sont parfaits.



Je vous rappelle quand même qu’OpenOffice (et son pare-feu ;) ) est lui-même basé sur StarOffice et a donné naissance à un fork : LibreOffice.







Mais on peut retrouver la même chose chez Ms : MSN Mesenger -&gt; Live Messenger -&gt; Skype pour le grand public, mais c’était le même bordel côté pro. Et le passage à Skype, j’en connais qui sont aller voir ailleurs et tout cas dans ma boîte c’est niet, pourtant on a du Microsoft un peu partout, mais de moins en moins.







Ricard a écrit :



MS n’a pas vraiment tord. Les failles sur le libre sont passées de 2 à 4, soit une augmentation de 100% tandis que les failles sur les produits MS sont passées de 100 millions à 110 millions, soit une augmentation de 10% seulement.



<img data-src=" />







Moi aussi j’aime les pourcentages. <img data-src=" />









BlueTemplar a écrit :



On n’apprend pas Python aux enfants ?!

(Enfant, j’aurais bien préféré Python à BASIC je pense…)







Python est un langage évolué (en tout pas comme le basic des années 80). le Basic était accessible à beaucoup de gens et même aux enfants. Il leur faut quelque chose de simple au départ ensuite comme tu dis passer au Python (Certes il y a des architectes pour créer des maisons, mais le maçon est aussi essentiel, et il ne faut pas l’oublier, il sait des choses que l’architecte ne sait peut-être pas, et il faut en tenir compte)



J’ai déjà vu un architecte de rue faire pire que mieux. <img data-src=" />









Ricard a écrit :



MS n’a pas vraiment tord. Les failles sur le libre sont passées de 2 à 4, soit une augmentation de 100% tandis que les failles sur les produits MS sont passées de 100 millions à 110 millions, soit une augmentation de 10% seulement.



<img data-src=" />







Je t’avais lu ce matin, c’est fou, les comparaisons bidons qu’on retrouve parfois <img data-src=" />

<img data-src=" />









2show7 a écrit :



Python est un langage évolué (en tout pas comme le basic des années 80). le Basic était accessible à beaucoup de gens et même aux enfants. Il leur faut quelque chose de simple au départ ensuite comme tu dis passer au Python (Certes il y a des architectes pour créer des maisons, mais le maçon est aussi essentiel, et il ne faut pas l’oublier, il sait des choses que l’architecte ne sait peut-être pas, et il faut en tenir compte)&nbsp;



J’ai déjà vu un architecte de rue faire pire que mieux.&nbsp;<img data-src=" />&nbsp;





Oui, mais même si on peut faire des choses bien évoluées avec Python, il est plutôt simple à la base, non?



C’est vrai que j’ai un peu de mal à me remettre à la place de l’enfant que j’étais -





Bizarre, je n’arrive plus à éditer mon commentaire,

je voulais rajouter sous :

&nbsp;“Oui, mais même si on peut faire des choses bien évoluées avec Python, il est plutôt simple à la base, non?”&nbsphttp://ww2.ac-poitiers.fr/math/spip.php?article703

http://python.lycee.free.fr








js2082 a écrit :



Wooo, 3e commentaire et déjà la réaction d’un fanboy.

 Ils sont au taquet dis donc.



L’article ne parle que de faits et il y en a qui trouvent quand même que c’est à charge.

Décidément, la mauvaise foi des fanboys me fera toujours sourire <img data-src=" />







Je vais faire simple. Si ton seul argument est de me taxer de fanboy, sache que je ne suis plus un ado.

Donc je n’ai pas de réponse à t’apporter sur ton assertion.









hurd a écrit :



Tu voudrais quoi pour changer cela ?

Si le contrat est fait sans appel d’offre, je vois mal comment ont peut ne pas se permettre d’être critique.



L’article souligne en tout cas, qu’en 2004, Microsoft lui était particulièrement de mauvaise fois et détestable (suffit de voir l’argumentaire présenté). Microsoft à un très mauvais passif , il ne me semble pas inutile d’être suspicieux vis à vis de cette entreprise de ce fait.







Je ne dis pas que l’on ne peut pas être critique mais pour cela il faut avoir un peu plus d’éléments que la seule analyse du journaliste et son parti-pris (que par ailleurs je respecte et ce n’est pas un attaque personnelle).

Je pense que lecteur aurait pu se faire un opinion semblable en présentant les seuls éléments objectifs du dossier. Là, cela laisse le goût de la surenchère et ce genre d’argumentation me laisse toujours perplexe sur le fond du sujet, ce que je qualifie alors de contre-productif.



Est-ce plus clair?









revker a écrit :



Je suis programmeur orienté WEB. Je fais du PHP, du Javascript,… Je vais souvent voir ce qui se passe sur GitHub. Et le constat est clair, il y a des tonnes de librairies abandonnées par leurs créateurs et qui se retrouvent souvent installées en dépendances de packages NodeJS par exemple.







C’est le souci quand on se contente de « consommer » du libre sans jamais y contribuer. Pour qu’une migration fonctionne, il ne faut pas oublier de contribuer financièrement ou par du code aux projets que l’on utilise. C’est ce qui permet de motiver les développeurs upstream, de fédérer une communauté autour du projet, de le rendre vivant, dynamique et qu’il perdure dans le temps.







tazvld a écrit :



Je me rappelle aussi de la galère que mon père a eu lorsqu’une distrib est passé de xfree86 à XOrg, le second ne marchant pas, il a grossièrement copier le premier d’une installation fraiche pour supplanter le second. Enfin, toujours sur ce vieux PC portable, on avait un carte PCMIA pour le Wifi, qui a déjà été une galère pour installer les bon pilotes, qui sous ubuntu des fois fonctionnait, mais plus généralement ne fonctionnait pas. De manière général, j’ai eu des problèmes avec le Wifi sous Ubuntu jusqu’à très récemment (4 ans).







Que ce soit hier ou aujourd’hui, si tu dois installer toi-même une distribution Linux sur une configuration matérielle prise au hasard, la configurer, la maintenir… ça peut très bien se passer comme tu peux enchaîner les galères. Mais à côté de ça, il existe des constructeurs qui proposent des machines avec Linux pré-installé et correctement configuré.







Gautier. a écrit :



Le truc, c’est que pour seulement la moitié des sommes versées à Microsoft depuis le temps, le ministère de la défense aurait pu financer (et du coup fortement améliorer) les logiciels qu’il aurait utilisé. Et rendre encore plus attractifs ces logiciels tout en faisant des économies







C’est même pire que ça. Là on ne parle que d’un unique ministère d’un pays donné. Maintenant, au niveau européen, si les différents ministères, les administrations, les municipalités… qui représentent des millions de postes et des milliards de dépenses annuelles en licences propriétaires avaient opté pour le libre, avaient collaboré, développé et financé tous les projets libres utilisés, le libre serait à des années lumière de ce qu’il est aujourd’hui, on ferait des économies monstre chaque année, on aurait créé un grand nombre d’emplois locaux, gagné ou préservé des compétences désormais perdues…



Mais malheureusement, à l’arrivée, il n’y a aucune collaboration, tout le monde opère seul dans son coin, et il n’y a aucune vision à long terme.







Sylvounet a écrit :



C’est bien ce genre d’affirmation qui est pénible. Il faudrait partir du postulat que les logiciles libres sont au même niveau ou apportent les mêmes fonctions. Ce n’est pas le cas.







Parce que l’écrasante majorité des utilisateurs de logiciels libres (particuliers, entreprises, pouvoirs publics…) se contentent de consommer sans jamais rien contribuer en retour. Que ce soit financièrement ou par du développement. Ils ne voient malheureusement que la gratuité et les économies qu’ils peuvent réaliser.



Les contrats de ministères ou de grosses municipalités, qui possèdent des milliers de postes, ont des budgets licences qui se chiffrent en dizaine, voir centaine de millions d’euros. À côté de ça, quand tu regardes le budget annuel de la Document Foundation, qui chapeaute le développement de LibreOffice, et qui était de moins d’un milllion d’euros en 2016, tu te dis qu’il y a un sérieux problème. En gros, c’est tout juste s’ils peuvent avoir deux ou trois employés. Le gros du développement étant effectué par une petite poignée d’entreprises (Red Hat, Collabora…).



Maintenant, au lieu de dépenser 50 millions pour revenir sous Windows, si la ville de Munich avait embauché un certain nombre de développeurs pour améliorer ce qui avait besoin de l’être, ça aurait profité à tous, le libre en serait ressorti grandi et d’autres auraient pu suivre. Si tout le monde avait collaboré à son niveau, avec ses moyens, on aurait pu faire tant de choses.



« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin… »



Il est ridicule de réduire la Défense (ou plutôt les armées maintenant) au seul contrat MS.

Ce contrat couvre essentiellement la bureautique. Les SI sont très souvent sur d’autres architecture : voir le cadre de cohérence technique du ministère.

Après, pour les économies, on peut parler de Red Hat et consorts ? C’est très loin d’être gratuit et le ministère voudra un support de mainteance affin de pouvoir réagir à des besoins, des charges ou des incidents.

On peut aussi parler de choix courageux de la Défense (à l’époque) pour des produit comme Glassfish … racheter par Oracle qui le tue à petit feu. Cela va générer une migration qui aura forcément un coût.

On peut aussi parler du libre dans le choix des composants d’une forge de développement : des interactions et de la complexité dans les montées en version.



Sur tous ces points, le contrats MS est une goutte d’eau.



Quand au fait que ce soit MS Ireland, j’attire votre attention que dans le cas contraire le contrat serait plus cher pour que MS paie impôts et taxe à Bercy. Ce qui revient réduire le budget des armées au profit de Bercy… Je suis certain que cela plairait à certain mais opérationnellement parlant ce n’est pas terrible.



Comme d’habitude, je constate la passion de ce sujet sans pour autant que les argumentaires soient forcément honnêtes et réalistes.








RFN a écrit :



Quand au fait que ce soit MS Ireland, j’attire votre attention que dans le cas contraire le contrat serait plus cher pour que MS paie impôts et taxe à Bercy. Ce qui revient réduire le budget des armées au profit de Bercy… Je suis certain que cela plairait à certain mais opérationnellement parlant ce n’est pas terrible.





Ton argumentaire honnête et réaliste vient de se tirer une flèche dans le genou (pour les plus jeunes qui nous lisent, je précise qu’impôts et taxes alimentent le budget de l’état, pas celui du ministère des finances).



Non, tous les postes de la gendarmerie ne sont pas sous Gubunutu. Seulement la majorité. Quelsues exceptions sont sous Windows.








BlueTemplar a écrit :



et ce n’est que bien plus tard que j’ai appris que le GOTO c’était MAL :

&#160http://www.u.arizona.edu/~rubinson/copyright_violations/Go_To_Considered_Harmful…





Ce n’est pas parce que Dijkstra a écrit un article sur le sujet qu’il faut le prendre au pied de la lettre. ;)

Il n’était pas question de bannir le GOTO, mais de l’utiliser à bon escient dans les quelques cas qui l’exigeaient comme la gestion d’erreurs (où l’imbrication d’une vingtaine d’ifs devient illisible) ou la gestion des exceptions (comme tous les langages récents, le python a une instruction spécifique pour ce cas; les dernières versions de cobol aussi mais je ne pense pas que l’instruction soit beaucoup utilisée).



Et je peux t’affirmer que certains sont capables de faire bien pire sans utiliser de GOTO.



Si tu fais de la programmation objet, tu n’es pas aux bouts de tes peines ^^



Un des soucis dans l’adoption du libre dans une entreprise, c’est le temps. D’un coté, tu as une solution clé en main disponible tout de suite là où le libre, il faut passer par le temps de dev. C’est pour ça que des ville comme Munich ne peuvent pas se permettre d’attendre qu’une solution libre soit développé, et les 50 millions peuvent être justifié par le temps gagné.


Même si je débute dans la gestion d’erreurs / exceptions, j’étais au courant (mais l’équivalent n’est pas plutôt un BREAK?), j’aurais dû ajouter “(en règle générale)”.



“Si tu fais de la programmation objet,&nbsp;tu n’es pas aux bouts de tes peines&nbsp;^^“En effet, ça m’est arrivé récemment&nbsp;<img data-src=" />es fois une bonne solution ne semble tout simplement pas exister dans le langage en question :En Java :J’ai perdu une après-midi à essayer de hacker switch/case pour contourner la limitation qu’il n’accepte que&nbsp;&nbsp;Character,&nbsp;Byte,&nbsp;Short, et&nbsp;Integer&nbsp;comme condition. J’ai même essayé d’utiliser les ENUM, sans&nbsp;succès (ça ne fait que complexifier&nbsp;les choses…)…


Même si je débute dans la gestion d’erreurs / exceptions, j’étais au courant (mais l’équivalent n’est pas plutôt un BREAK?), j’aurais dû ajouter “(en règle générale)”.



&nbsp;“Si tu fais de la programmation objet,&nbsp;tu n’es pas aux bouts de tes peines&nbsp;^^”

&nbsp;En effet, ça m’est arrivé récemment :

&nbsp;Des fois une bonne solution ne semble tout simplement pas exister dans le langage en question :

&nbsp;En Java :

&nbsp;J’ai perdu une après-midi à essayer de hacker switch/case pour contourner la limitation qu’il n’accepte que&nbsp;&nbsp;Character,&nbsp;Byte,&nbsp;Short, et&nbsp;Integer&nbsp;comme condition.

&nbsp;J’ai même essayé d’utiliser les ENUM, sans&nbsp;succès (ça ne fait que complexifier&nbsp;les choses…)…



P.-S.: Comment on fait pour supprimer un commentaire?








BlueTemplar a écrit :



…P.-S.: Comment on fait pour supprimer un commentaire?





On demande à un modo, en général ça passe crême.



Puis pour répondre à un commentaire précédent, il y a une limite de temps pour l’édition des messages.









Okki a écrit :



C’est le souci quand on se contente de « consommer » du libre sans jamais y contribuer. Pour qu’une migration fonctionne, il ne faut pas oublier de contribuer financièrement ou par du code aux projets que l’on utilise. C’est ce qui permet de motiver les développeurs upstream, de fédérer une communauté autour du projet, de le rendre vivant, dynamique et qu’il perdure dans le temps.





+1000









wpayen a écrit :



C’est une question de probabilité et de capacité technique.





  1. Quelle est la probabilité que Microsoft arrête le support de ce produit (Contractuellement, il est inscrit dans une chronologie fixe) ?

  2. Quelle est la capacité technique à assurer soi-même le support d’un produit libre qui est abandonné par sa communauté ?



    La réponse à la 1 est : approximativement 0. Et de toute manière, le support est contractuellement garanti jusqu’à dans plusieurs années.

    La réponse à la 2 est : approximativement 0 pour la plupart des entreprises.



    Donc quand tu es dans ce cas-là, soit tu choisis un intégrateur de produit libre qui te garanti le support manquant, soit tu choisis un produit non-libre.





    tu n’utilises que ms-office chez microsoft dis moi ?&nbsp;

    Parce qu’il y a un certain nombre de “produits” qui ont été arrêté du jour au lendemain sans support, et demande aux équipes de trouver des solutions “rapidement” (tmg par exemple …)









hansi a écrit :



M. Rees : combien a coûté le dernier contrat ?

&nbsp;

C’est cela, l’information qu’on attend et qui nous est interdite ! Et c’est VOTRE boulot de journaliste que de trouver cette information cruciale et de la rendre publique, parce que le contribuable a tout simplement le droit de savoir ce que ces mafieux nous cachent !

[…]&nbsp;



&nbsp;

Ca va les chevilles ? Si c’est le “contribuable” qui a “le droit de savoir”, c’est pas au journaliste de la “trouver” mais au gouvernement. Et prendre à parti un journaliste et le rendre responsable du manquement du gouvernement, me fais espérer que c’est un simple problème de formulation et pas un autre trait de caractère

&nbsp;



Rassure-toi, je contribue en faisant des PR, je ne fais pas que “consommer”. Merci pour le jugement hâtif ;)



Il ne faut même pas 6 semaines parfois pour qu’une librairie soit complètement obsolète. On est censé faire quoi à ce moment-là ? Et je n’ai pas demandé à avoir ce bout de code, il a été installé sans que je n’aie aucun contrôle.



Et toi tu contribues ? ;)








briaeros007 a écrit :



tu n’utilises que ms-office chez microsoft dis moi ?&nbsp;

Parce qu’il y a un certain nombre de “produits” qui ont été arrêté du jour au lendemain sans support, et demande aux équipes de trouver des solutions “rapidement” (tmg par exemple …)







Non.

Et TMG a été arrêté 4ans avant la fin du support et a été remplacé par un produit interne WAP.



hansi Abonné
Le 20/01/2018 à 12h16