[Édito] Internet vaut infiniment plus que la tribune de Najat Vallaud-Belkacem

À chaque Go consommé, un chaton meurt

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

InternetNext

29/03/2024 16 minutes
65

Elle fait parler cette tribune de Najat Vallaud-Belkacem. Elle commençait pourtant bien, avant de basculer dans une radicalité qui, si elle a le mérite de faire réagir, masque nombre de nuances et d’interrogations qui ont toute leur place dans le débat. Mais de quoi parle-t-on ? Du temps passé devant nos écrans bien sûr, et avec lui la cohorte de sujets liés.

La tribune en question, c’est celle de Najat Vallaud-Belkacem dans le Figaro. L’ancienne ministre de l’Éducation nationale y indique qu’elle a un problème, que vous avez un problème, que nous avons tous un problème.

« Celui-ci est à la fois évident […] et en même temps nous avons tendance à ne pas le voir. Il est envahissant, et en même temps nous le chérissons. Nous le subissons, mais refusons qu'on le résolve. Ce problème, c'est celui de nos rapports aux écrans, et, plus concrètement, à Internet », écrit-elle.

Elle explique ressentir ce problème, succombant par exemple au dernier coup d’œil aux réseaux sociaux le soir avant de dormir, « et à me retrouver, deux heures plus tard, à commenter, à m'indigner, à sourire et à m'amuser aussi ».

Mais plus que ça, l’ancienne ministre ressent Internet comme un facteur aggravant, quel que soit le sujet : « écologie, discrimination, inégalités, harcèlement, éducation, savoirs et cultures ». Le net n’est, selon elle, jamais une solution. « Ravages causés par la surexposition », toxicité des réseaux sociaux (phénomène amplifié « pour les jeunes filles »), travaux du Sénat sur les méfaits de la pornographie en ligne, IA, démocratisation des deep fakes, tout y passe.

Najat Vallaud-Belkacem s’interroge : « avons-nous besoin de tant d’Internet que ça ? ».

En passer par la loi

Il y avait un boulevard pour lancer une réflexion plus vaste. Ce texte était une opportunité pour faire à nouveau réfléchir à nos usages. Mais cette partie légèrement introspective s’arrête vite pour laisser place à un constat sec : puisque nous sommes incapables de nous contrôler, la contrainte doit venir de l’extérieur, « donc de la loi, donc de l’État ».

Elle souhaite qu’une réflexion débute sur la manière dont on pourrait rationner Internet. L’exemple est tout trouvé : « en accordant un nombre limité de gigas à utiliser quotidiennement ». Les bénéfices seraient légion : « en termes de développement cognitif, pour la santé, mais aussi pour lutter contre les discriminations, le harcèlement, le réchauffement climatique et bien d'autres enjeux absolument fondamentaux pour aujourd'hui ».

Najat Vallaud-Belkacem reconnait que ce n’est pas une solution miracle. Elle inviterait néanmoins « à une certaine sagesse ». Jusqu’à cette phrase, par laquelle la tribune a été résumée depuis son apparition il y a quelques jours : « Si nous savons que nous n'avons que trois gigas à utiliser sur une semaine, nous n'allons sans doute pas les passer à mettre des commentaires haineux ou fabriquer des fakes ».

L’ancienne ministre s’attendait bien sûr à de nombreuses accusations : « irréaliste ! réactionnaire ! DICTATORIAL – après tout la Chine le fait ! Vous imaginez ? La Chine ! ». Pour autant, les prévoir ne revient pas à les désarmer, ni à s’en dédouaner.

L’occasion manquée

Disons-le, cette tribune est une occasion manquée. Un gâchis. Qu’une ancienne ministre prenne la plume pour évoquer le temps d’écran, la consommation d’Internet ou encore la toxicité des réseaux sociaux aurait pu être un formidable rendez-vous.

La suite est réservée à nos abonnés.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

En passer par la loi

L’occasion manquée

Pour une poignée de gigas

Plus encore que la technique, la question morale

Internet, ce gros bazar

L’argument écologique… mais quel argument ?

Ben oui, Internet c’est du costaud

Fermer

Commentaires (65)


Merci Vincent pour ce billet, ça fait longtemps que je n'avais pas lu un article de ce genre ici !

J'ai bondi quand j'ai entendu cette proposition, pas que je me sente particulièrement visé ni que je sois accro à la data, mais l'absurdité telle de cette phrase et la méconnaissance certaine du sujet m'a rendu les bras ballants.

C'est si triste de constater, années après années, que nos dirigeants ne gagnent pas en compétence/connaissance sur le numérique.

Faudrait-il un ministère du numérique dédié ...?
La question ne se pose même pas vu la place du Numérique dans nos vies actuelles : il en faut un, avec des gens compétents pour l'administrer.

C'est d'ailleurs surprenant de constater que, nos politiques vantant à toutes les sauces la souveraineté numérique (pour au final faire le contraire), nous n'ayons toujours pas de ministère dédié à ce sujet. Surtout vu l'écosystème français, riche.
Comme induit dans la conclusion, Il me semblerait plutôt que cette proposition extravagante était faite à dessein :craint:... J'ai beaucoup de mal à imaginer que des personnes publiques, à ce niveau, puisse prendre du temps pour écrire une tribune (impliquant relecture) et ne pas voir l’énorme problème que la proposition amène (quoique?:pleure:)
Provocation réussie, on n'en parle...

Merci pour cet édito :merci:, je lis rarement les éditos (en général) pour différentes raisons, mais j'ai bien aimé parcourir celui ci.
Modifié le 29/03/2024 à 16h50

Historique des modifications :

Posté le 29/03/2024 à 16h49


Comme induit dans la conclusion, Il me semblerait plutôt que cette proposition extravagante était faite a dessein :craint:... J'ai beaucoup de mal a imaginer que des personnes publique, a ce niveau puisse prendre du temps pour écrire une tribune (impliquant relecture) et ne pas voir l’énorme problème que la proposition amène (quoique?:pleure:)
Provocation réussie, on n'en parles...

Merci pour cet édito :merci:, je lis rarement les éditos (en général) pour différentes raisons, mais j'ai bien aimé parcourir celui ci.

Il semble que la seule ambition dont font preuve notre personnel politique soit de restreindre la liberté individuelle de leurs citoyens sous quelque forme que ce soit : sources d'informations, contraintes écologiques contre productives, contraintes financière bientot ils décideront ce qu'on a le droit de penser...
Elle se trompe de combat, je pourrais bien utiliser 200Go par jours d'article nxi que ca serait pas un problème (bon ok il y a pas assez de temps pour lire autant d'article en 24h).

Quand le problème vient des réseaux sociaux et les autres produits à vocation addictives
dont le business model est garder l'utilisateur devant pour lui afficher de la pub ....

On devrait interdire la pub sur internet (y compris le tracking et les campagnes d'influence) et je suis sur que ça résoudrait bien plus de problèmes que 3Go/semaines.
Elle se trompe de combat, je pourrais bien utiliser 200Go par jours d'article nxi que ca serait pas un problème (bon ok il y a pas assez de temps pour lire autant d'article en 24h).


Il n'y a surtout pas assez de journalistes pour écrire autant tous les jours !

Le texte, ça ne coûte pas grand chose en bande passante ce qui fait que ça mesure de limitation en Go ne changerait rien par exemple au harcèlement en ligne.
Modifié le 29/03/2024 à 17h26

Historique des modifications :

Posté le 29/03/2024 à 17h26


Elle se trompe de combat, je pourrais bien utiliser 200Go par jours d'article nxi que ca serait pas un problème (bon ok il y a pas assez de temps pour lire autant d'article en 24h).


Il n'y a surtout pas assez de journaliste pour écrire autant tous les jours !

Le texte, ça ne coûte pas grand chose en bande passante ce qui fait que ça mesure de limitation en Go ne changerait rien par exemple au harcèlement en ligne.

Encore une droguée du pouvoir qui se lève un matin avec un cor au pied et en conclut que pour le bien de tous il faut absolument interdire le sol.
on peut même, toute personne s’y connaissant un tant soit peu en programmation vous le dira, coder sans ordinateur, avec un crayon et un papier


Merci à elle de me rappeler mes contrôles d'informatique en première année d'école d'ingénieur qui se passaient effectivement sur papier. Ça me rajeunit.
On écrivait du Fortran à la main sur papier (et on pouvait avoir une bonne note même avec du code qui ne compilait pas : ça, c’est pour celle qui dit que ça ne marche pas son code php).
Mais je vous rassure tout de suite, on avait utilisait aussi un vrai ordinateur en temps partagé à distance depuis un télétype. Ah les joies de l'éditeur ligne pour écrire les programmes !

Donc, oui, c'est possible d'écrire des programmes sur papier, c'est comme ça que ça se passait il y a longtemps (avant ce que je vous racontais plus haut, je ne suis pas aussi vieux que ça :langue:) et il y avait des personnes qui tapaient ensuite le programme (sur carte perforée), s'il y avait une erreur, il fallait que le programmeur la corrige et que la saisie soit reprise avant que le programme compile. Cela apprenait probablement à écrire de meilleurs programmes du premier coup en se relisant bien avant de le confier à la saisie. Mais le temps de développement était probablement beaucoup plus lent.
il me manque le "papy" dans les réactions :phibee:
Mais sans insulte de ma part, j'ai aussi connu cette époque où les tests d'informatique étaient faits... sur papier !
Oh, tu sais, ça se passe encore comme ça, même maintenant. J'ai terminé mon Master en 2021 et durant toutes mes années d'école sup', j'ai écrit du code papier. Seuls les langages ont changé (c'était plutôt du C, C#, Python ou encore Java).

Bien évidemment, c'était complété par des contrôles pratiques sur machine, mais rien de mieux que le papier pour s'assurer que les concepts algorithmiques ont bien été saisis :D !
Je vous rassure : les évaluations papier / crayon / gomme / cerveau, ça existe toujours, et heureusement ! Cela me semble essentiel au développement d'une réflexion intérieure sur ce qu'on écrit, sans se faire entraîner par les "assistants" et autres "co-pilotes" qui ne vous s'habituent pas à ralentir votre action pour vous relire. Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore : le nombre de lignes pissées par jour n'est pas synonyme de code de qualité), mais en vrai on n'apprend jamais à un pilote à voler en le mettant directement dans un avion de chasse...

f_p_

Je vous rassure : les évaluations papier / crayon / gomme / cerveau, ça existe toujours, et heureusement ! Cela me semble essentiel au développement d'une réflexion intérieure sur ce qu'on écrit, sans se faire entraîner par les "assistants" et autres "co-pilotes" qui ne vous s'habituent pas à ralentir votre action pour vous relire. Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore : le nombre de lignes pissées par jour n'est pas synonyme de code de qualité), mais en vrai on n'apprend jamais à un pilote à voler en le mettant directement dans un avion de chasse...
De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).
Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.
Modifié le 01/04/2024 à 22h27

Historique des modifications :

Posté le 01/04/2024 à 16h52


De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :supervomi: ).

Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)


:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.

Posté le 01/04/2024 à 16h52


De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :supervomi: ).

Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.

wagaf

De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).
Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.
Et c'est pour cela que "enseignement" et "formation" ne sont pas la même chose. La "formation", c'est le fait d'être apte à utiliser une technique ou un outil. L'"enseignement", c'est "apprendre à apprendre".
Vous parlez de formation, moi je parle d'enseignement.
Le techno-solutionnisme, ça ne marche pas en enseignement. D'où l'échec de filer des tablettes et autres "machins" numériques aux enfants. Là, c'est pareil. Pour faire réfléchir, pas besoin d'un ordinateur.
Modifié le 02/04/2024 à 07h53

Historique des modifications :

Posté le 02/04/2024 à 07h51


Et c'est pour cela que "enseignement" et "formation" ne sont pas la même chose. La "formation" , c'est le fait d'être apte à utiliser une technique ou un outil. L'enseignement, c'est "apprendre à apprendre".
Vous parlez de formation, moi je parle d'enseignement.
Le techno-solutionnisme, ça ne marche pas en enseignement. D'où l'échec de filer des tablettes et autres "machins" numériques aux enfants. Là, c'est pareil. Pour faire réfléchir, pas besoin d'un ordinateur.

f_p_

Et c'est pour cela que "enseignement" et "formation" ne sont pas la même chose. La "formation", c'est le fait d'être apte à utiliser une technique ou un outil. L'"enseignement", c'est "apprendre à apprendre".
Vous parlez de formation, moi je parle d'enseignement.
Le techno-solutionnisme, ça ne marche pas en enseignement. D'où l'échec de filer des tablettes et autres "machins" numériques aux enfants. Là, c'est pareil. Pour faire réfléchir, pas besoin d'un ordinateur.
On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprié permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout. Juste ça devrait mener à ne jamais écrire de code sur papier quand on est étudiant.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Le genre de buzz-word bien français utilisé ad-nauseam pour ne rien changer même quand c'est absurde.

Faire compiler leur code à des élèves pour qu'ils puissent apprendre de leurs erreurs beaucoup plus rapidement ? Du "techno-solutionnisme" vous dis-je !
Modifié le 02/04/2024 à 17h16

Historique des modifications :

Posté le 02/04/2024 à 16h51


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier (ce qui est totalement absurde) n'est pas du "techno-solutionnisme".

Le "techno-solutionnisme", c'est d’utiliser l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h52


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme".

Le "techno-solutionnisme", c'est d’utiliser l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h52


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme".

Le "techno-solutionnisme", c'est d’utiliser l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h55


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est juste comme ça que tout le monde dans le monde pratique la programmation.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système etc. Mais pas le code.

Le "techno-solutionnisme", c'est d’utiliser l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h55


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est juste comme ça que tout le monde dans le monde pratique la programmation.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code.

Le "techno-solutionnisme", c'est d’utiliser l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h56


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est juste comme ça que tout le monde dans le monde pratique la programmation.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h56


On n'apprend pas à apprendre en étant contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique la programmation.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h57


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique la programmation.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h59


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.
Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.
Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprité permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, tout le monde peut voir ça facilement.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 16h59


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprité permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 17h03


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprité permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 17h10


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprié permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 17h10


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprié permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Posté le 02/04/2024 à 17h11


On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprié permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout. Juste ça devrait mener à ne jamais écrire de code sur papier quand on est étudiant.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

wagaf

On n'apprend pas à apprendre parcequ'on est contraint d'écrire du code source sur du papier.

Encore une fois, le fait que ça soit une manière merdique d'écrire du code n'est pas un point positif en soit, surtout si c'est juste par fierté mal-placée de ne pas "pisser du code".
Jusqu'ici dans le débat tu n'a avancé aucune justification concrète à cette pratique à part des expression grossière comme celle là pour balayer le sujet.

Le fait de programmer dans un environnement de programmation approprié permet d'apprendre bien plus vite de ses erreurs, car on a un feedback immédiat. On ne peut pas apprendre sans se rendre compte de ses erreur. On n'apprend pas bien si on a un retour sur ses erreur des jours plus tard ou pas du tout. Juste ça devrait mener à ne jamais écrire de code sur papier quand on est étudiant.

Ne pas forcer les étudiants à écrire du code sur papier n'est pas du "techno-solutionnisme". C'est simplement comme ça que tout le monde dans le monde apprend et pratique.

Il y a des choses à mettre sur papier quand on développe.
L'architecture, la dynamique du système, les principaux algos etc. Mais pas le code. Il y a de bonnes raisons à ça.

Le "techno-solutionnisme", c'est de balancer l'expression technique "techno-solutionnisme" pour trouver une solution pour ne rien changer à des pratiques inappropriées, injustifiées et sans aucun intérêt académique.

Le genre de buzz-word bien français utilisé ad-nauseam pour ne rien changer même quand c'est absurde.

Faire compiler leur code à des élèves pour qu'ils puissent apprendre de leurs erreurs beaucoup plus rapidement ? Du "techno-solutionnisme" vous dis-je !
On parlait de contrôle sur papier. Donc, goto #4.7.

Remarque, comme c'est moi qui ai introduit le sujet : tous nos contrôles étaient fait sur papier.

wagaf

De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).
Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.
Quant au "pissage de lignes" : le risque industriel porté par les outils type "co-pilot" ou autres est la génération massive de code non optimisé, voire faux, et de pseudo-tests qui ne capturent pas les cas particuliers. En cela, le TDD (développement basé sur les tests) me semble une dérive dommageable, car plus on a de code à lire et maintenir, plus la dette technique augmente. Les tests doivent exister, mais pas devenir la métrique principale du développement.
Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.
D'où mon point : glorifier un outil parce qu'il "augmente la productivité", sans définir celle-ci autrement qu'en volume/vitesse, est un risque. La lenteur dans l'apprentissage de la vitesse a ses avantages. Tous les pratiquants de taï-chi le savent bien. :D

f_p_

Quant au "pissage de lignes" : le risque industriel porté par les outils type "co-pilot" ou autres est la génération massive de code non optimisé, voire faux, et de pseudo-tests qui ne capturent pas les cas particuliers. En cela, le TDD (développement basé sur les tests) me semble une dérive dommageable, car plus on a de code à lire et maintenir, plus la dette technique augmente. Les tests doivent exister, mais pas devenir la métrique principale du développement.
Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.
D'où mon point : glorifier un outil parce qu'il "augmente la productivité", sans définir celle-ci autrement qu'en volume/vitesse, est un risque. La lenteur dans l'apprentissage de la vitesse a ses avantages. Tous les pratiquants de taï-chi le savent bien. :D
Personne ne glorifie quoi que ce soit.

En revanche, tu diabolises des outils pour l'unique raison qu'ils améliorent la productivité.
Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.

Prend 5 min de recul. Tu es littéralement en train de justifier pourquoi il est vraiment important que les étudiants aient utilisés ces outils durant leurs études.

S'ils ne l'ont pas fait, ils seront effectivement un risque pour leur entreprise.
Modifié le 02/04/2024 à 17h10

Historique des modifications :

Posté le 02/04/2024 à 17h09


Personne ne glorifie quoi que ce soit.

En revanche, tu diabolises des outils pour l'unique raison qu'ils améliorent la productivité.

Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.


Prend 5 min de recul. Tu es littéralement en train de justifier pourquoi il est vraiment important que les étudiants aient utilisés ces outils durant leurs études.

S'ils ne l'ont pas fait, ils seront effectivement un risque pour leur entreprise.

wagaf

Personne ne glorifie quoi que ce soit.

En revanche, tu diabolises des outils pour l'unique raison qu'ils améliorent la productivité.
Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.

Prend 5 min de recul. Tu es littéralement en train de justifier pourquoi il est vraiment important que les étudiants aient utilisés ces outils durant leurs études.

S'ils ne l'ont pas fait, ils seront effectivement un risque pour leur entreprise.
Non. Ils ont juste besoin qu'on leur explique en une heure pourquoi ils ne doivent pas les utiliser pendant leurs études, et comment ils pourront éventuellement les utiliser une fois qu'ils auront appris à analyser et programmer.
Un outil qui génère du code en permettant de faire l'impasse sur la phase d'analyse n'est pas un outil pertinent pour l'enseignement, et peut constituer un risque en termes de qualité logicielle.
Le code est la formalisation d'une pensée qui doit préexister.

wagaf

De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).
Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.
Une évaluation, ça ne sert pas à apprendre, mais à vérifier ce qui a été appris. :windu:
Ca me rappelle quand je faisais du code Cobol sur mainframe : écriture papier, vérification, encodage et nombre de soumissions réduit pour que ça marche. Autant te dire que les bugs, tu les vérifies deux à trois fois avant de resoumettre. :D
Heureusement que ce temps là est révolu quand même ... quand je vois la souplesse de debugging de Visual Studio en .NET, je ne reviendrais pas en arrière pour tout l'or du monde.
Quand je vois la quantité de requêtes que bloque mon dns adguard home... On devrait discuter de tous les trackers et de la data transmis au quotidien à notre insu. À l'heure où j'écris ces lignes sur ces dernières 24 heures :

151 335 requêtes dns 142 121 requêtes bloquées soit 93.91% sans que cela n'affecte mon usage! J'ai de la domotique et des assistants vocaux ce qui gonfle en partie les chiffres il est vrai, mais tout de même.

Sans tous ses trackers auxquels on peut ajouter tous les médias qui se lancent automatiquement sur le web, le net serait bien plus léger et respectueux de l'environnement. Il suffit de voir des sites comme jeuxvideo.com, le bon coin ou allociné pour s'en convaincre. Alors ? On en parle ?
Voilà, ça pourrait être un bon départ de discussion : supprimer la pub. Ça serait bien plus intéressant que limiter à X Go...
Ou bien, on pourrait commencer par chercher ce qui consomme le plus, et si c'est un service essentiel ou pas. Par exemple, demander "comment cuire un oeuf" à une IA qui va consommer plus d'eau pour me répondre, que moi pour cuire mon oeuf, ça pourrait être une autre approche.
Jette un œil à reverso. Tu va tomber de ta chaise en regardant le nombre de traceurs
:D
Seulement voilà, à l’instar de bien des prosélytes, Najat Vallaud-Belkacem veut projeter dans un socle juridique que le cadre moral ne fournit pas.


Pas sûr qu'il manque un mot, donc je ne le signale pas, mais je ne comprends pas cette phrase (la fin surtout veut projeter quoi ?)
Modifié le 29/03/2024 à 17h45

Historique des modifications :

Posté le 29/03/2024 à 17h44


Seulement voilà, à l’instar de bien des prosélytes, Najat Vallaud-Belkacem veut projeter dans un socle juridique que le cadre moral ne fournit pas.


Pas sûr qu'il manque un mot, donc je ne le signale pas, mais je ne comprends pas cette phrase

suisdac, signalé via la fonction idoine, AMHA, manque un "ce" avant que le cadre moral. Mais je me trompe peut-être :-).
Dans l’absolu, Najat Vallaud-Belkacem n’est pas plus illégitime qu’un(e) autre pour donner son avis.


Mais elle n'est pas plus légitime non plus.
Elle a été ministre il y a 10 ans, et après ? Ça lui donne visiblement accès à des tribunes un peu partout, et à des éditos qui parlent de ces tribunes. Mais quelle autorité morale a-t-elle ? Déjà si elle parlait d'éducation nationale (son ancien ministère), je ne suis pas sûr qu'on la prenne très au sérieux, mais de numérique... Il y a tellement de vrais experts qui ont des avis bien plus intéressants, mais qui ne sont jamais interrogés (ou dans des media encore plus confidentiels que Next). Vous l'aviez fait dans vos magazines, c'est plutôt la voie à suivre selon moi, plutôt que donner la parole à des toutologues qui ont surtout montré leur incompétence quand ils étaient au pouvoir.

À ce compte-là, on peut aller interroger n'importe quel quidam à la terrasse d'un bar, lui aussi aura un avis sur tout. On fait ça sur un ton humoristique, ça passera bien mieux (comme les micro-trottoirs de Meurice). Ou qui à se donner de grands airs, on interroge environ 1000 personnes, en biaisant la question, et ensuite on a accès à tous les plateaux tv en disant qu'on parle au nom "des français" qui promis, sont tous représentés, on é vérifié qu'ils ont des connaissances profondes sur le sujet.

Parce que là, ça se veut sérieux, mais vous lui donnez une importance qu'elle ne mérite pas.
Étonnante, l'injonction contradictoire de nos responsables politiques à vouloir la croissance économique, l'austérité de la dépense publique et une sobriété (ou une transition écologique) des usages des ressources.

La publicité par exemple : la consommation compulsive, les promotions commerciales (parfois défendues pour un meilleur pouvoir d'achat). On n'interdira jamais la publicité ciblée et la collecte de données personnelles.

Hier, j'ai vu une vidéo du service numérique de France inter dans laquelle une journaliste interviewait un prof d'histoire-géo qui vit sans smartphone, sans mobile, juste un ordinateur portable pour ses mails. Ce que ça impliquait en terme d'acceptation sociale est quand même fou. C'est comme moi, qui vit sans voiture.

France inter organisait une journée spéciale « Smartphone : tous accros ! Comment dompter nos écrans ? » le jeudi 28 mars 2024, hier.
https://www.facebook.com/100064360762529/posts/pfbid02FDYBTG8oa9PWHQWoEVv5HuavMYosb7mydM16un2F6P1GuHsntBNVcSSogwaXe6wHl/
Hum... ça fleure bon le 1er avril, avec un peu d'avance (un bon lien à 10G a pu créer un décalage temporel)
Il est étonnant cet édito. Pourquoi avez-vous cru que ce billet de Najat Vallaud-Belkacem demandait une réponse sérieuse et détaillée ? Moi je l'avais déjà oublié. Vous lui donnez trop d'importance.
Au contraire, c'est important de démonter ce genre d’âneries avec de vrais arguments et aussi de montrer que sa tribune avait peut-être un autre but comme la conclusion le laisse supposer.

Et j'ai bien aimé la comparaison avec la viande et les tickets de rationnement.
Si elle le pense et ose l'écrire c'est que d'autres partagent cette opinion, il est important d'apporter des arguments rationnels pour montrer son absurdité avant que cela ne prenne trop d'ampleur.
C'est là où je regrette le paywall de next, ce genre d'article devrais être très largement diffusé.
À chaque Go consommé, un chaton meurt


Efface toute sa librairie Steam et relance le téléchargement.

Ceci était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Le FLNJ approuve. Ils en ont marre de ces prédateurs :francais:
On est bien chez GOG ^^
Bravo pour cet édito qui résume bien les problèmes que pourrait rencontrer une telle mesure si elle venait à être adoptée.

Lorsque j'ai entendu parler de cette mesure, j'ai regardé un peu sur quelques jours ma consommation, malgré ma connexion ADSL avec un débit très loin de la fibre. Mise à jour des applications de mon portable et de ma tablette(10-15 applications par jour minimum), mises à jour de mes ordinateurs et avec Arch linux, c'est régulièrement plusieurs centaines de Mo, même chose pour mes machines virtuelles et mes ordinateurs sous windows, téléchargement de distributions linux, synchronisation NAS et cloud, visionnage de vidéos youtube, d'enregistrements via le cloud (molotov et OQEE), navigation sur applications avec le portable lorsque je ne suis pas chez moi, appels via le wi fi, etc.

Rien qu'avec le portable, j'utilise bien plus de 3 Go sur mon forfait, même si je suis raisonnable et que j'active le wi fi à la maison.

Mon GPS fait régulièrement des mises à jours entre 1 et 8 Go, dernièrement 8 Go mais je ne l'avais pas utilisé depuis plusieurs mois.

Au boulot, je ne suis pas sur un poste avec un ordinateur mais les collègues sont pour la plupart sur des postes en virtualisation.

Bref, les 3 Go ou même 10 Go ne veulent rien dire, surtout que des insultes via des tweets, des messages sur les réseaux sociaux ou sur youtube ne prennent pas beaucoup de data alors que le visionnage d'une vidéo sur le site de france TV ou d'arte atteindra 1 Go facilement.

Mais on peut vraiment se demander si le positionnement de cette ancienne ministre sans actualité est la preuve d'une grande naïveté ou si c'est justement calculé pour faire parler d'elle et qu'elle revienne sur le devant de la scène, au moins niveau médias. Si c'est la naïveté, ce genre de prise de parole en méconnaissance totale d'un sujet fait peur car elle ne l'a pas écrit sur un coin de table un matin en mangeant son petit déj, à moins qu'elle ne l'ait écrit en voyant ses enfants devant la TV. Mais si c'est dans le but de faire parler d'elle, c'est malheureusement réussi
Je ne sais pas si c'est par ce que je suis trop habitué aux conneries que l'on peut entendre ici et là mais je trouve qu'on lui tombe beaucoup dessus.
J'ai par exemple l'impression que des choses concrètes comme l'histoire des boites noire de la loi renseignement ont fait moins de bruit.

Note: Pas que Next hein, c'est même logique de trouver un tel édito ici. Mais cette horde de personnes offusqués qui s’arrête aux 3G me laisse perplexe.

___
Si l’on souhaite réduire sa consommation et limiter son impact sur la planète, il y aurait dès lors des mesures bien plus efficaces.


Je reformule:
Je ne vais pas me réduire, même un peu ma consommation / mon usage de cequevousvoulez car il y a bien des mesures plus iNpactantes à prendre avant. Mon iNpact ne serait qu'une goûte d'eau.


Si la reformulation est exacte, cet argument m'agace, d'autant plus que je le vois de plus en plus.

Ce n'est pas parce qu’il y a des mesures qui seront bien plus efficaces qu'il ne faut pas, aussi, effectuer de petites action à notre échelle.
De même il est à mon sens contre-productif d’opposer la technologie 1 avec la 2 ou avec le fait de réduire les consommations ou modifier les usages de X.


L'impact ne serait qu'une goutte d'eau ... mais les océans ne sont qu'un ensemble de gouttes d'eau.
Modifié le 30/03/2024 à 01h12

Historique des modifications :

Posté le 30/03/2024 à 01h04


Je ne sais pas si c'est par ce que je suis trop habitué aux conneries que l'on peut entendre ici et là mais je trouve qu'on lui tombe beaucoup dessus.
J'ai par exemple l'impression que des choses concrètes comme l'histoire des boites noire de la loi renseignement ont fait moins de bruit.

___

Si l’on souhaite réduire sa consommation et limiter son impact sur la planète, il y aurait dès lors des mesures bien plus efficaces.


Je reformule:
Je ne vais pas me réduire, même un peu ma consommation / mon usage de cequevousvoulez car il y a bien des mesures plus iNpactantes à prendre avant. Mon iNpact ne serait qu'une goûte d'eau.


Si la reformulation est exacte, cet argument m'agace, d'autant plus que je le vois de plus en plus.

Ce n'est pas parce qu’il y a des mesures qui seront bien plus efficaces qu'il ne faut pas, aussi, effectuer de petites action à notre échelle.
De même il est à mon sens contre-productif d’opposer la technologie 1 avec la 2 ou avec le fait de réduire les consommations ou modifier les usages de X.


L'impact ne serait qu'une goutte d'eau ... mais les océans ne sont qu'un ensemble de gouttes d'eau.

Posté le 30/03/2024 à 01h12


Je ne sais pas si c'est par ce que je suis trop habitué aux conneries que l'on peut entendre ici et là mais je trouve qu'on lui tombe beaucoup dessus.
J'ai par exemple l'impression que des choses concrètes comme l'histoire des boites noire de la loi renseignement ont fait moins de bruit.

Note: Pas que Next hein, c'est logique de trouver un tel édito ici. Mais cette horde de personnes offusqués qui s’arrête aux 3G me laisse perplexe.

___

Si l’on souhaite réduire sa consommation et limiter son impact sur la planète, il y aurait dès lors des mesures bien plus efficaces.


Je reformule:
Je ne vais pas me réduire, même un peu ma consommation / mon usage de cequevousvoulez car il y a bien des mesures plus iNpactantes à prendre avant. Mon iNpact ne serait qu'une goûte d'eau.


Si la reformulation est exacte, cet argument m'agace, d'autant plus que je le vois de plus en plus.

Ce n'est pas parce qu’il y a des mesures qui seront bien plus efficaces qu'il ne faut pas, aussi, effectuer de petites action à notre échelle.
De même il est à mon sens contre-productif d’opposer la technologie 1 avec la 2 ou avec le fait de réduire les consommations ou modifier les usages de X.


L'impact ne serait qu'une goutte d'eau ... mais les océans ne sont qu'un ensemble de gouttes d'eau.

Oui et y'a des endroits dans le monde ou on implante des DC consommateur d'eau dans des endroits ou l'eau est quasiment plus potable :
https://www.lepoint.fr/monde/uruguay-google-accuse-de-piller-les-dernieres-gouttes-d-eau-potable-19-07-2023-2528822_24.php

Je sais pas à quel point cette news est sensationnaliste mais l'impact du numérique sur la technologie c'est un point qui doit être réfléchie.
Modifié le 30/03/2024 à 10h00

Historique des modifications :

Posté le 30/03/2024 à 09h59


Oui et y'a des endroits dans le monde ou on implante des DC consommateur d'eau dans des endroits ou l'eau est quasiment plus potable :
https://www.lepoint.fr/monde/uruguay-google-accuse-de-piller-les-dernieres-gouttes-d-eau-potable-19-07-2023-2528822_24.php

En somme, soit la tribune était naïve et témoigne d’une méconnaissance profonde du sujet, soit elle était ciselée et a accompli sa mission : faire parler et permettre à l’ancienne ministre d’arpenter les plateaux de télévision et de radio (la preuve, on en parle même sur Next), sur lesquels elle s’est employée à réorienter le débat sur le temps d’écran. Mais Internet, en tant que ressource, mérite beaucoup mieux que ces petits avis assassins


NVB est loin d’être une idiote. C’est même plutôt une fine mouche quand il s’agit de la chose médiatique. Sans cette histoire de limite quotidienne, son discours serait resté dans les basses couches. On peut parier sans trop de risque sur une exagération volontaire pour faire parler (du sujet/d’elle).

À sa décharge, elle use du champ actuel des possibilités pour tenter de se hisser au premier plan. Autres temps, autres armes, autres stratagèmes. Moralement, peut-on se permettre d’utiliser les principes mêmes que l’on entend dénoncer, pour justement mieux les dénoncer. Le débat est ouvert.
Pour l'histoire de la quantité de données, je l'invite à l'expérimenter en souscrivant à une offre Home 4G ayant 200GB de quota par mois. Mon constat sur mon usage que j'ai du restreindre à mort à cause de ce forfait que j'ai eu le temps que ma nouvelle résidence soit reliée en FTTH (et heureusement que les normes actuellement font que c'est une obligation de base, et donc le délai est raccourci, mais j'ai eu un battement de trois mois quand même). Il va être similaire à celui que vous faites dans cet édito.

Oubliez le télétravail : visioconf à gogo, ça vous défonce le quota en un rien de temps. 15GB en une journée. Je ne faisais qu'une journée de TT par jour, donc imaginez que sur 3, voire 4 jours par mois, j'avais 60GB de mon quota pris pour ça. Et j'ai aussi du attendre le lendemain d'être sur site pour récupérer le livrable de mise à jour d'un éditeur de progiciel. J'allais pas cramer 3GB comme ça.

Oubliez le travail : nombre des activités professionnelles intellectuelles sont basées sur l'usage d'une connexion à un serveur distance (solution SaaS ou on-premise, peu importe). Beaucoup d'échange de données, ça compte vite.

Oubliez les jeux vidéo : le moindre jeu fait 10 à 20GB de données à télécharger, quand ce n'est pas une cinquantaine voire une centaine pour les plus gros.

Complément : oubliez les jeux vidéo WC sur smartphone. On ne s'en rend pas beaucoup compte, mais ils consomment pas mal de données surtout avec leurs mise à jour très régulières. Perso je n'ai que Final Fantasy Brave Exvius en passe-temps dessus, chaque semaine il prendra 500MB minimum pour ses nouveaux contenus.

Oubliez les mises à jour de l'OS de votre ordinateur, peu importe la religion derrière. Un batch de mise à jour Manjaro lorsqu'il y a un gros lot, c'est 3GB de packages à récupérer. Multiplié par le nombre de machines, on fait les comptes. Me concernant : 1 PC fixe, 1 HTPC, 1 PC portable et un second à usage pro. Mettre à jour ces 4 machines "coûterait" 12GB en une session. J'ai pas envie de faire un cache local, pas que ça à foutre ni à gérer. Je n'ai aucune idée de combien le Windows 11 de ma machine de jeux a eu besoin, mais à mon avis il ne fut pas neutre dans cette histoire non plus.

Oubliez le Web : en dehors de marginaux dans mon genre qui essayent de réduire le poids des pages web qu'ils produisent (450kB pour la homepage de mon blog, 140 pour un article - 8MB pour la page de cet article de Next #balleperdue), ce gros cul bouffe des dizaines de MB pour la moindre page affichée. Et avec les sites qui font de l'auto-refresh caché, ça défile. J'ai vu les compteurs car on les a sur une offre home 4G. En une heure, mon navigateur consommait 1GB. Oui, j'ai trente mille onglets ouverts et mon usage n'est pas représentatif. Mais réfléchissez-y, les sites web qu'on consulte passent leur temps à récupérer des données sans rien nous demander puisqu'ils sont dans le paradigme de l'abreuvage passif du client.

Oubliez les activités créatives : J'ai du limiter mes petits développements personnels au strict minimum (car un pip install ça pompe aussi, heureusement qu'il cache sur le PC lui d'ailleurs pour la réutilisation!), je n'ai pas pu mettre à jour mes modèles d'IA générative pour bosser avec Stable Diffusion (pas trop un souci car ceux que j’avais ce moment-là étaient bons, mais je voulais profiter des améliorations de Turbo). Et fort heureusement je ne travaille que de l'ebook donc des fichiers qui vont pas au delà de 2MB (dont 1.5 pour l'image de couverture). Mais une session de recherche pour trouver de l'inspiration, des images pour un décor, se documenter sur certains aspects, etc. Bah ça pompe (cf le point sur le Web - que ce soit OSM ou Google Maps, ça tûte). Et bien entendu, je vous laisse imaginer ma capacité à upload un batch de photos en RAW et même développées sur mon kDrive : impossible sans cramer une grosse partie.

Imaginez ensuite l'impact pour les personnes se lançant dans le streaming en ligne : une telle restriction interdirait de facto cette activité.

Oubliez les médias en ligne : Bah oui, tout le monde bouffe du Youtube et de la série TV à ne plus savoir qu'en faire. Perso j'en consomme très peu, un épisode de ma série du moment par jour. moins de 1GB en général.

Ah, au fait, l'upload aussi ça bouffe de la donnée. Et on envoie plus qu'on ne l'imagine entre les requêtes en ligne et l'espionnage massif des smartphones (et probablement de Windows) qui envoient des tonnes de données à Google. Sans parler des upload automatiques des Cloud de ces services, des appels en visio, des MMS, etc.

Verdict : en deux mois, j'ai pu voir ce que je consommais avec ces usages restreints que j'ai du mesurer. 400GB. J'avais gardé en réserve deux abonnements mobile (mon perso et mon pro) pour cramer de la donnée dessus pour des téléchargements lourds type mise à jour de jeu, etc. En moyenne sur le forfait home 4G, j'étais à 10GB par jour en me restreignant sachant que j'en suis utilisateur exclusif (j'ai évité de filer le Wi-Fi aux amis de passage justement en leur disant pourquoi...). Alors imaginez maintenant pour une famille moyenne.

Donc à la question : "a-t-on autant besoin d'Internet ?" et la question sur une limitation quotidienne, je répondrai : oui sans quoi nombre d'activités sociales et professionnelles se verraient supprimées avec la casse qui va avec.

Enfin, j'ajouterai également un point sur la volonté de limiter un usage quotidien : la violence psychologique d'une telle mesure pour nombre de personnes. Perso, j'ai connu l'époque des forfaits limités en heures dont le dépassement coûtait une couille (ou un ovaire, comme vous préférez). Tout ce que ça engendre, c'est de la frustration. Je doute sincèrement que vivre frustré soit quelque chose de sain dans le temps.

Deuxièmement, une part non négligeable (question de point de vue) de la population française se doit déjà de compter des usages à la virgule près pour ne pas finir dans le rouge, ou pour l'être le moins possible à la fin du mois. Ajoutez encore de la pression en ce sens (car je rappelle que l'usage d'Internet reste indispensable, et même obligatoire pour les rapports avec l'administration française et nombre d'entités), et j'ai des doutes que le résultat soit productif. Personnellement, je n'ai pas de soucis financier qui me contraignent à ce genre de mécanique et restriction. Mais j'ai aussi connu une période pendant trois ans où je vivais avec 400€/mois.

Donc bon, si toute idée est bonne à prendre, il est aussi nécessaire de savoir prendre du recul dessus et de l'évaluer. La méthode des "5 pourquoi" et le canard en plastique, ça marche très bien pour se rendre rapidement compte si une proposition est viable ou non et ce sont des mécaniques psychologiques de base.
Par contre n'oublions surtout pas de harceler les gens, un simple tweet à la c de 240 caractères consomme kedal. En gros le ludique, le créatif, l'éducatif ça ça bouffe de la bande passante, pas le harcèlement !

:smack:on va pouvoir continuer à se déchainer en ligne.

J'aimerais bien entendre Éric Bothorel lui expliquer 2-3 trucs

lanoux

Par contre n'oublions surtout pas de harceler les gens, un simple tweet à la c de 240 caractères consomme kedal. En gros le ludique, le créatif, l'éducatif ça ça bouffe de la bande passante, pas le harcèlement !

:smack:on va pouvoir continuer à se déchainer en ligne.

J'aimerais bien entendre Éric Bothorel lui expliquer 2-3 trucs
Pour le coup j'ai pas accès à Twitter donc je suis incapable de le dire. Mais combien pèse une page sur ce site ?

Sur l'instance Mastodon où je suis, la homepage avec les fils Home, Local, et les Mentions c'est 30MB en ce qui me concerne.
"qu'une journée de TT par jour"
:transpi:

Winderly

"qu'une journée de TT par jour"
:transpi:
Oui bien vu, il fallait comprendre "par semaine" :transpi:
C'est dommage de s'être concentré sur les 3Go et de pas avoir chercher à réfléchir à ce qu'est devenu internet en 2020... Ca donne un édito un peu facile ou tout le monde est d'accord (3Go = parefeu openoffice), avec des arguments fallacieux (ticket de rationnement, je déteste le point godwin mais on est d'accord que la référence est explicite ?) et des lieux communs (internet = liberté de s'exprimer).

Au moins tout le monde sera d'accord sur cette Edito et on pourra passer à la prochaine polémique.
Consommer.
Plus.
De.
Données.
Ne.
Consomme.
Pas.
Plus.
D’énergie.

Consommer plus de données ne consomme pas plus d’énergie.
Ni de matières premières.

Je veux bien qu’on parle de la théorie du colibri, mais please arrêtons l’écologie homéopathique.
Tu veux signifier quoi au juste ?
Que le trafic de données n’a pas d’impact (impact marginal) sur la consommation des appareils et notamment des routeurs box etc (c’est ce qu’affirme l’Arcep) ?

Ça peut cependant se discuter quand on voit comment un OneDrive peut à lui seul affoler un processeur :)

Ce qui paraît indéniable, c’est que la progression des usages du numérique entraîne de facto une augmentation de ressources énergétique et de l’impact sur l’environnement lié au numérique. Est ce qu’elle remplace d’autres consommations, et que la balance est du coup positive ou équilibrée au global, c’est sans doute difficile à prouver mais c’est une hypothèse qui doit être considérée. Est ce qu’elle génère un effet sur le renouvellement des appareil connectés (les usages entraînant un besoin d’équipement croissant) dont la fabrication, l’approvisionnement, le traitement sous forme de déchet etc) qui conduit à faire s’envoler la facture énergétique. Très probable (d’où effet colibri à considérer).

Que l’impact du numérique dans son ensemble et des données en particulier n’a qu’un impact marginal ramené à la consommation énergétique générale ?




Labsyb

Tu veux signifier quoi au juste ?
Que le trafic de données n’a pas d’impact (impact marginal) sur la consommation des appareils et notamment des routeurs box etc (c’est ce qu’affirme l’Arcep) ?

Ça peut cependant se discuter quand on voit comment un OneDrive peut à lui seul affoler un processeur :)

Ce qui paraît indéniable, c’est que la progression des usages du numérique entraîne de facto une augmentation de ressources énergétique et de l’impact sur l’environnement lié au numérique. Est ce qu’elle remplace d’autres consommations, et que la balance est du coup positive ou équilibrée au global, c’est sans doute difficile à prouver mais c’est une hypothèse qui doit être considérée. Est ce qu’elle génère un effet sur le renouvellement des appareil connectés (les usages entraînant un besoin d’équipement croissant) dont la fabrication, l’approvisionnement, le traitement sous forme de déchet etc) qui conduit à faire s’envoler la facture énergétique. Très probable (d’où effet colibri à considérer).

Que l’impact du numérique dans son ensemble et des données en particulier n’a qu’un impact marginal ramené à la consommation énergétique générale ?




Si on parle purement du trafic web, la consommation nécessaire à transporter et servir la donnée est tout à fait marginale par foyer comparativement à d'autres postes d'économies environnementales possibles (on parle de moins d'1W par user au moment de la consommation du contenu, vraiment ridicule).

Si l'infrastructure existe (et aujourd'hui c'est le cas, qu'on le déplore ou non), que le terminal a été fabriqué et acheté, limiter la conso web, que ce soit en limitant la qualité des vidéos, ou en limitant les données en général n'aura un impact positif ridicule sur l'environnement, quand il n'est pas franchement négatif (cas du télétravailleur qui va au bureau pour économiser de la bande passante par exemple).

Ce qu'on peut faire pour économiser, c'est éteindre sa box quand on ne l'utilise pas, à la rigueur, quand c'est possible.
Mais quand on voit ce que va consommer le chauffage ou le transport sur un foyer par rapport à l'usage du numérique, bon, on se trompe de combat (il y a au minimum un facteur 10).
Même dans le numérique, il y a des pistes qui sont bien plus sérieuses et utiles (réguler l'IA sur un plan environnemental, récupérer la chaleur des datacentres, imposer un support logiciel étendu à 10 ans des terminaux aux constructeurs...)

Alors oui, si une portion significative de la population diminuait son usage drastiquement, on aurait peut-être un effet légèrement positif sur la consommation liée au numérique sur le long terme (le temps que les datacenter ferment s'ils ne sont pas réutilisés pour d'autres usages).
Il y aura aussi des reports négatifs sur plein d'autres secteurs qui annuleraient probablement le bénéfice d'un côté (le numérique a une empreinte positive sur le physique à bien des égards).

Mais si on veut vraiment avoir un impact rapide, il vaut mieux concentrer le débat public sur des postes qui sont vraiment consommateurs d'énergie.
Si ne pas faire 100m en voiture équivaut à un an d'un usage illimité des ressources web, peut-être que c'est là-dessus qu'il faut commencer par agir. Ou sur l'isolation. Ou sur l'efficacité du chauffage. Ou sur les pistes du numériques citées plus haut.

La capacité à faire des efforts de tous est limitée, le politique doit se concentrer sur ce qui va régler le problème avec le moins d'efforts possibles.
Najat est complètement irresponsable avec cette proposition dans le débat public, qui nous éloigne tous des vraies solutions, en en débattant sérieusement sans contradictoire scientifique, on perd tous du temps, et des mythes nocifs se créent et pour longtemps.
De l'irresponsabilité, ou de l'incompétence.

Ferd

Si on parle purement du trafic web, la consommation nécessaire à transporter et servir la donnée est tout à fait marginale par foyer comparativement à d'autres postes d'économies environnementales possibles (on parle de moins d'1W par user au moment de la consommation du contenu, vraiment ridicule).

Si l'infrastructure existe (et aujourd'hui c'est le cas, qu'on le déplore ou non), que le terminal a été fabriqué et acheté, limiter la conso web, que ce soit en limitant la qualité des vidéos, ou en limitant les données en général n'aura un impact positif ridicule sur l'environnement, quand il n'est pas franchement négatif (cas du télétravailleur qui va au bureau pour économiser de la bande passante par exemple).

Ce qu'on peut faire pour économiser, c'est éteindre sa box quand on ne l'utilise pas, à la rigueur, quand c'est possible.
Mais quand on voit ce que va consommer le chauffage ou le transport sur un foyer par rapport à l'usage du numérique, bon, on se trompe de combat (il y a au minimum un facteur 10).
Même dans le numérique, il y a des pistes qui sont bien plus sérieuses et utiles (réguler l'IA sur un plan environnemental, récupérer la chaleur des datacentres, imposer un support logiciel étendu à 10 ans des terminaux aux constructeurs...)

Alors oui, si une portion significative de la population diminuait son usage drastiquement, on aurait peut-être un effet légèrement positif sur la consommation liée au numérique sur le long terme (le temps que les datacenter ferment s'ils ne sont pas réutilisés pour d'autres usages).
Il y aura aussi des reports négatifs sur plein d'autres secteurs qui annuleraient probablement le bénéfice d'un côté (le numérique a une empreinte positive sur le physique à bien des égards).

Mais si on veut vraiment avoir un impact rapide, il vaut mieux concentrer le débat public sur des postes qui sont vraiment consommateurs d'énergie.
Si ne pas faire 100m en voiture équivaut à un an d'un usage illimité des ressources web, peut-être que c'est là-dessus qu'il faut commencer par agir. Ou sur l'isolation. Ou sur l'efficacité du chauffage. Ou sur les pistes du numériques citées plus haut.

La capacité à faire des efforts de tous est limitée, le politique doit se concentrer sur ce qui va régler le problème avec le moins d'efforts possibles.
Najat est complètement irresponsable avec cette proposition dans le débat public, qui nous éloigne tous des vraies solutions, en en débattant sérieusement sans contradictoire scientifique, on perd tous du temps, et des mythes nocifs se créent et pour longtemps.
De l'irresponsabilité, ou de l'incompétence.
Mais quand on voit ce que va consommer le chauffage ou le transport sur un foyer par rapport à l'usage du numérique, bon, on se trompe de combat (il y a au minimum un facteur 10).


Vu la situation dans laquelle on est, il faut essayer de gagner sur tous les plans. Même ceux qui sont minoritaires. Certes, il faut impérativement gagner sur les gros postes, mais ça ne dispense pas de gagner aussi sur les moins gros.

white_tentacle

Mais quand on voit ce que va consommer le chauffage ou le transport sur un foyer par rapport à l'usage du numérique, bon, on se trompe de combat (il y a au minimum un facteur 10).


Vu la situation dans laquelle on est, il faut essayer de gagner sur tous les plans. Même ceux qui sont minoritaires. Certes, il faut impérativement gagner sur les gros postes, mais ça ne dispense pas de gagner aussi sur les moins gros.
Si on avait une volonté forte de tout le monde, et beaucoup de moyens, why not.
Ce n’est malheureusement pas le cas, pour survivre nous allons devoir choisir nos combats environnementaux (at least ceux qui sont portés dans le débat public et qui nécessitent un investissement personnel de tous les citoyens au quotidien)

Ferd

Si on parle purement du trafic web, la consommation nécessaire à transporter et servir la donnée est tout à fait marginale par foyer comparativement à d'autres postes d'économies environnementales possibles (on parle de moins d'1W par user au moment de la consommation du contenu, vraiment ridicule).

Si l'infrastructure existe (et aujourd'hui c'est le cas, qu'on le déplore ou non), que le terminal a été fabriqué et acheté, limiter la conso web, que ce soit en limitant la qualité des vidéos, ou en limitant les données en général n'aura un impact positif ridicule sur l'environnement, quand il n'est pas franchement négatif (cas du télétravailleur qui va au bureau pour économiser de la bande passante par exemple).

Ce qu'on peut faire pour économiser, c'est éteindre sa box quand on ne l'utilise pas, à la rigueur, quand c'est possible.
Mais quand on voit ce que va consommer le chauffage ou le transport sur un foyer par rapport à l'usage du numérique, bon, on se trompe de combat (il y a au minimum un facteur 10).
Même dans le numérique, il y a des pistes qui sont bien plus sérieuses et utiles (réguler l'IA sur un plan environnemental, récupérer la chaleur des datacentres, imposer un support logiciel étendu à 10 ans des terminaux aux constructeurs...)

Alors oui, si une portion significative de la population diminuait son usage drastiquement, on aurait peut-être un effet légèrement positif sur la consommation liée au numérique sur le long terme (le temps que les datacenter ferment s'ils ne sont pas réutilisés pour d'autres usages).
Il y aura aussi des reports négatifs sur plein d'autres secteurs qui annuleraient probablement le bénéfice d'un côté (le numérique a une empreinte positive sur le physique à bien des égards).

Mais si on veut vraiment avoir un impact rapide, il vaut mieux concentrer le débat public sur des postes qui sont vraiment consommateurs d'énergie.
Si ne pas faire 100m en voiture équivaut à un an d'un usage illimité des ressources web, peut-être que c'est là-dessus qu'il faut commencer par agir. Ou sur l'isolation. Ou sur l'efficacité du chauffage. Ou sur les pistes du numériques citées plus haut.

La capacité à faire des efforts de tous est limitée, le politique doit se concentrer sur ce qui va régler le problème avec le moins d'efforts possibles.
Najat est complètement irresponsable avec cette proposition dans le débat public, qui nous éloigne tous des vraies solutions, en en débattant sérieusement sans contradictoire scientifique, on perd tous du temps, et des mythes nocifs se créent et pour longtemps.
De l'irresponsabilité, ou de l'incompétence.
au début j'éteignais la box la nuit, ensuite un technicien me l'a débranché pour brancher quelqu'un d'autre :ane:, maintenant elle reste allumée
Modifié le 30/03/2024 à 14h40

Historique des modifications :

Posté le 30/03/2024 à 14h40


au début j'éteignais la box la nuit, ensuite un technicien me l'a débranché pour brancher quelqu'un d'autre:ane:, maintenant elle reste allumée

Balayer d'un revers de la main les problèmes de consommation énergétique, de non optimisation des codes: chapeau bas.

Ce n'est certes pas la bande passante qui consomme le plus, mais derrière cette problématique il y a la consommation liées au stockage, aux serveurs toujours plus puissants nécessaires, etc. etc.

On inverse le problème: plutôt que d'optimiser pour restreindre les besoins en bande passante, on est dans une fuite en avant où il faut en permanence l'augmenter pour compenser les tailles toujours plus importantes des sources sans jamais remettre en question la taille de celles-ci.

En fait cet édito me fait penser aux éditos des journalistes sportifs remettant en cause le dopage dans le sport: difficile d'être objectif quand on est partie prenante.
Alors, c’est contre intuitif mais aujourd’hui les optimisations hardware font qu’on arrive à servir plus de gens avec moins de ressources.
La consommation énergétique des centres de données et du telco est assez stable alors que les usages explosent (hors IA et cryptos qui sont un vrai sujet)

Je n’ai pas un rapport religieux à l’écologie, ni même politique.
Je considère que c’est un sujet scientifique.
Et en matière de rationalité, voici les faits.

Prenons le worst case scenario : next.ink.
Next est virtualisé, mais l’ensemble de ses VMs tournent sur un serveur dédié.
C’est beaucoup moins efficace que l’hébergement en VPS, et encore moins que l’hébergement des gafams pour qui chaque cycle compte.
C’est aussi beaucoup plus cher, mais dans notre cas, pas tant que ça

Le serveur consomme 100w de charge moyenne.
Il sert environ 1000 visites par heure.
La distrib telco nationale est un non sujet, on parle de millièmes de W par visite.
Chaque visite va donc consommer 0,1Wh.
Sur un usage de 50 pages ouvertes sur une heure, un user aura consommé 5Wh (hors énergie du terminal évidemment).
A noter, que la page fasse 1Mo ou 100Mo, le résultat serait sensiblement le même, le serveur resterait idle, et le telco ne consomme rien.

La réalité du web, c’est que la majorité des requêtes sont faites sur des infras beaucoup plus optimisées, concentration des acteurs oblige. Sur un serveur optimisé, on peut tirer easy 100 000 visiteurs par heure sur le même budget énergie (nous avons un use case interne où nous envoyons 40 Gbps de données à 2k visiteurs en simultané, et sur du vieux matos qui plus est).

Refaisons rapidement le calcul : sur des sites aussi denses, on consomme 0,05Wh tout compris sur la partie serveur et distribution.
Bon. Est-ce que c’est vraiment la peine de prendre le haut parleur, d’attirer l’attention de tout le monde, alors que chacun de ces visiteurs a une conso de 500Wh h24 7j/7 avec des usages sur lesquels on peut effacer 50Wh avec la même quantité d’effort social ?

On peut tout à fait débattre de la place du numérique dans la société et dans l’environnement, évidemment. Il faut, même. Next sert à ça d’ailleurs.
Mais faisons le avec une connaissance précise du sujet. Sans science, point de salut.

Ferd

Alors, c’est contre intuitif mais aujourd’hui les optimisations hardware font qu’on arrive à servir plus de gens avec moins de ressources.
La consommation énergétique des centres de données et du telco est assez stable alors que les usages explosent (hors IA et cryptos qui sont un vrai sujet)

Je n’ai pas un rapport religieux à l’écologie, ni même politique.
Je considère que c’est un sujet scientifique.
Et en matière de rationalité, voici les faits.

Prenons le worst case scenario : next.ink.
Next est virtualisé, mais l’ensemble de ses VMs tournent sur un serveur dédié.
C’est beaucoup moins efficace que l’hébergement en VPS, et encore moins que l’hébergement des gafams pour qui chaque cycle compte.
C’est aussi beaucoup plus cher, mais dans notre cas, pas tant que ça

Le serveur consomme 100w de charge moyenne.
Il sert environ 1000 visites par heure.
La distrib telco nationale est un non sujet, on parle de millièmes de W par visite.
Chaque visite va donc consommer 0,1Wh.
Sur un usage de 50 pages ouvertes sur une heure, un user aura consommé 5Wh (hors énergie du terminal évidemment).
A noter, que la page fasse 1Mo ou 100Mo, le résultat serait sensiblement le même, le serveur resterait idle, et le telco ne consomme rien.

La réalité du web, c’est que la majorité des requêtes sont faites sur des infras beaucoup plus optimisées, concentration des acteurs oblige. Sur un serveur optimisé, on peut tirer easy 100 000 visiteurs par heure sur le même budget énergie (nous avons un use case interne où nous envoyons 40 Gbps de données à 2k visiteurs en simultané, et sur du vieux matos qui plus est).

Refaisons rapidement le calcul : sur des sites aussi denses, on consomme 0,05Wh tout compris sur la partie serveur et distribution.
Bon. Est-ce que c’est vraiment la peine de prendre le haut parleur, d’attirer l’attention de tout le monde, alors que chacun de ces visiteurs a une conso de 500Wh h24 7j/7 avec des usages sur lesquels on peut effacer 50Wh avec la même quantité d’effort social ?

On peut tout à fait débattre de la place du numérique dans la société et dans l’environnement, évidemment. Il faut, même. Next sert à ça d’ailleurs.
Mais faisons le avec une connaissance précise du sujet. Sans science, point de salut.
Quand je vois cette démonstration, cela me rappelle nombre de problématiques que j'ai du adresser qui étaient systématiquement vues sous le prisme de la technique. Alors que le sujet de fond était purement organisationnel.

Ici, j'ai l'impression qu'on cherche à traiter un sujet sociétal au regard d'une donnée technique qui n'a que peu de valeur en réalité.

Ferd

Alors, c’est contre intuitif mais aujourd’hui les optimisations hardware font qu’on arrive à servir plus de gens avec moins de ressources.
La consommation énergétique des centres de données et du telco est assez stable alors que les usages explosent (hors IA et cryptos qui sont un vrai sujet)

Je n’ai pas un rapport religieux à l’écologie, ni même politique.
Je considère que c’est un sujet scientifique.
Et en matière de rationalité, voici les faits.

Prenons le worst case scenario : next.ink.
Next est virtualisé, mais l’ensemble de ses VMs tournent sur un serveur dédié.
C’est beaucoup moins efficace que l’hébergement en VPS, et encore moins que l’hébergement des gafams pour qui chaque cycle compte.
C’est aussi beaucoup plus cher, mais dans notre cas, pas tant que ça

Le serveur consomme 100w de charge moyenne.
Il sert environ 1000 visites par heure.
La distrib telco nationale est un non sujet, on parle de millièmes de W par visite.
Chaque visite va donc consommer 0,1Wh.
Sur un usage de 50 pages ouvertes sur une heure, un user aura consommé 5Wh (hors énergie du terminal évidemment).
A noter, que la page fasse 1Mo ou 100Mo, le résultat serait sensiblement le même, le serveur resterait idle, et le telco ne consomme rien.

La réalité du web, c’est que la majorité des requêtes sont faites sur des infras beaucoup plus optimisées, concentration des acteurs oblige. Sur un serveur optimisé, on peut tirer easy 100 000 visiteurs par heure sur le même budget énergie (nous avons un use case interne où nous envoyons 40 Gbps de données à 2k visiteurs en simultané, et sur du vieux matos qui plus est).

Refaisons rapidement le calcul : sur des sites aussi denses, on consomme 0,05Wh tout compris sur la partie serveur et distribution.
Bon. Est-ce que c’est vraiment la peine de prendre le haut parleur, d’attirer l’attention de tout le monde, alors que chacun de ces visiteurs a une conso de 500Wh h24 7j/7 avec des usages sur lesquels on peut effacer 50Wh avec la même quantité d’effort social ?

On peut tout à fait débattre de la place du numérique dans la société et dans l’environnement, évidemment. Il faut, même. Next sert à ça d’ailleurs.
Mais faisons le avec une connaissance précise du sujet. Sans science, point de salut.
Je vais faire court: il n'y a rien de contre intuitif.
La consultation de pages web statiques n'a rien de problématique au niveau énergétique.

On peut même optimiser au max au niveau hardware à l'unité cela ne change rien à ce que je dis au global.

Exemple: la consommation individuelle des avions n'a jamais été aussi basse et pourtant les émissions de GES du secteur aérien explose.

Prenons le cas du jeu vidéo, où le moindre jeu actuel pèse des dizaines, voire des centaines de Go: le problème n'est pas le transit mais le stockage et le matériel nécessaire pour le faire tourner.

carbier

Je vais faire court: il n'y a rien de contre intuitif.
La consultation de pages web statiques n'a rien de problématique au niveau énergétique.

On peut même optimiser au max au niveau hardware à l'unité cela ne change rien à ce que je dis au global.

Exemple: la consommation individuelle des avions n'a jamais été aussi basse et pourtant les émissions de GES du secteur aérien explose.

Prenons le cas du jeu vidéo, où le moindre jeu actuel pèse des dizaines, voire des centaines de Go: le problème n'est pas le transit mais le stockage et le matériel nécessaire pour le faire tourner.
Je crois que la comparaison avec le secteur aérien a ses limites.
On a fait -30% sur la conso de kérosène, vs +3 000% sur l’efficacité de l’IT dans la même période de temps.
Le numérique a du reste un impact bien supérieur à l’aviation sur l’évolution de nos sociétés - enfin il me semble.
Et d’ailleurs, je n’ai pas trouvé d’études qui chiffre l’impact positif du numérique sur l’environnement mais il est réel, tout particulièrement sur le tertiaire (effacer du transport, du chauffage et du foncier c’est un effet sensible et bienvenu).
Sur l’aviation, not so much.

Sur les jeux, j’ai du mal à évaluer précisément l’empreinte mais je ne pense pas que la production d’un ssd de 1 ou 2 To ne soit fondamentalement le centre du sujet quant à l’impact des terminaux.
Ils vont durer au moins 10 ans, et c’est une relativement petite pièce - et le network reste un non sujet, moins d’un Wh par tranche de 100 Go.
Par contre, oui, les GPUs c’est plus relou - j’ai toutefois l’impression que l’efficacité par W n’augmente pas aussi vite sur les dernières générations, ce qui augure peut être d’une durée de vie plus grande - à confirmer, et le sujet resterait problématique anyway.
Et jouer consomme de l’énergie pour le coup, mais en hiver c’est du chauffage, et en été la production d’électricité est structurellement sur-capacitaire.

Le plus gros problème reste le terminal dans l’absolu, il faut le conserver le plus longtemps possible.
Mais ce n’est absolument pas ce sur quoi porte le débat ouvert par NVB, malheureusement.
D’où mon intervention.
Elle explique ressentir ce problème, succombant par exemple au dernier coup d’œil aux réseaux sociaux le soir avant de dormir, « et à me retrouver, deux heures plus tard, à commenter, à m'indigner, à sourire et à m'amuser aussi ».


Sur ce point, l'outil (Internet ou le Web) n'est pas en cause. Personne, je dis bien personne, ne vous colle un flingue sur la nuque pour aller lire la notif de dernière seconde dans votre lit. Si je fais partie des personnes dénonçant les pratiques addictives des médias sociaux, j'estime aussi qu'il y a une part de responsabilité personnelle.

Mon portable, le soir, il est dans mon bureau. Le seul appareil électronique dans ma chambre, en dehors du vénérable Nokia Lumia 530 qui me sert de réveil, c'est ma liseuse numérique. Que j'arrête une fois que j'ai décidé que c'était bon.

L'addiction des médias sociaux est similaire à cette stupide notion "droit à la déconnexion" au travail qui est un non sens pour moi. Ce n'est pas un droit, c'est un devoir, et personne n'a à vous contraindre -en dehors d'astreinte prévue pour- de jeter un oeil aux mails pro à 23 heures. Le problème est que tout ceci est de la pression insidieuse indirecte. Et ça, c'est pas la faute du Web (qui est un outil) mais d'entreprises/employeurs qui exploitent nos faiblesses psychologiques. Voilà un sujet de lutte qui me semble déjà plus pertinent.

Je me souviens des jeux d'origine coréenne qui affichaient régulièrement un message rappelant depuis combien de temps on était dessus (lié aux lois là bas en raison de la forte addiction aux jeux vidéo qui a conduit à des drames). Il y a des moyens de lutter contre les mécanismes utilisés qui sont très simples : le défilement illimité qui empêche d'avoir une chronologie du temps passé (une pagination est une cassure qui nous réveille), les contenus joués automatiquement, les propositions de contenus en boucle, etc. Rien qu'un effort restreignant l'usage de ces mécaniques permettrait de réapprendre, voire d'apprendre, à lever le nez. Si personnellement je devais plaider pour une mesure radicale, ce serait un couvre feu de notifications de service en ligne (sauf essentiels - les médias sociaux ne le sont pas). Et pas que notifications "gling gling" du portable j'entend, mais bien : plus aucune indication de nouveau contenu (les bulles à chiffre, etc).

Cela peut sembler idiot, mais lorsque la demande d'effort s'inverse, on déconnecte plus vite. Et ce, grâce à une autre mécanique de l'esprit humain : la flemme. Quand on vous sert en permanence des choses sous le nez, vous ne faites aucun effort et consommez passivement. Voire même devenez exigeant. Quand on vous demande de lever votre cul pour aller chercher, d'un coup il y a réflexion, voire résignation.
L'addiction est une maladie.

carbier

L'addiction est une maladie.
Et ?

Comme il y a plein d’addictions, on limite très fortement la consommation de tous sur tout ce qui peut amener à une addiction ?

Comme dit dans l'édito, combattons d'abord l'alcool, la cigarette. J'y ajoute les drogues illégales qui montrent d'ailleurs qu'interdire ou limiter un marché ne fonctionne pas. La prohibition aux USA a aussi montré ses limites.

Si elle a un problème d'addiction, ce qu'elle laisse entendre, qu'elle aille voir un médecin ou qu'elle s'installe un contrôle parental limitant son usage.

Si elle était accro au jeu, elle demanderait de fermer les casinos et les sites de jeu en ligne plutôt que de se faire interdire de casino ?

Je veux bien que le numérique apporte son lot d'addictions, mais ce n'est pas la limitation très forte de la quantité de données pouvant être consommée chaque semaine qui va le résoudre.

fred42

Et ?

Comme il y a plein d’addictions, on limite très fortement la consommation de tous sur tout ce qui peut amener à une addiction ?

Comme dit dans l'édito, combattons d'abord l'alcool, la cigarette. J'y ajoute les drogues illégales qui montrent d'ailleurs qu'interdire ou limiter un marché ne fonctionne pas. La prohibition aux USA a aussi montré ses limites.

Si elle a un problème d'addiction, ce qu'elle laisse entendre, qu'elle aille voir un médecin ou qu'elle s'installe un contrôle parental limitant son usage.

Si elle était accro au jeu, elle demanderait de fermer les casinos et les sites de jeu en ligne plutôt que de se faire interdire de casino ?

Je veux bien que le numérique apporte son lot d'addictions, mais ce n'est pas la limitation très forte de la quantité de données pouvant être consommée chaque semaine qui va le résoudre.
Les sites de jeu en ligne devrait être interdit. C'est mon opinion, je ne te demande pas de la partager.

Je n'ai pas à décider quelle addiction est pire qu'une autre, quant à l'édito c'est comme beaucoup d'argumentaires qu'on peut entendre: il y a pire ailleurs alors ne faisons rien ici.

carbier

Les sites de jeu en ligne devrait être interdit. C'est mon opinion, je ne te demande pas de la partager.

Je n'ai pas à décider quelle addiction est pire qu'une autre, quant à l'édito c'est comme beaucoup d'argumentaires qu'on peut entendre: il y a pire ailleurs alors ne faisons rien ici.
Je n'ai pas à décider quelle addiction est pire qu'une autre, quant à l'édito c'est comme beaucoup d'argumentaires qu'on peut entendre: il y a pire ailleurs alors ne faisons rien ici.


Ce n'est pas vraiment ce que j'en ai retenu. Il y a des addictions relatives à des services numériques en ligne, et je ne pense pas que cet édito le nie ou le sous estime (de plus il me semble que Next parle régulièrement des risqués liés au domaine du numérique).

C'est l'angle d'attaque qui est contesté, et c'était aussi mon propos sur le sujet de l'addiction. Celle-ci n'est pas forcément causée par un volume de donnée mais par des schémas d'usage qui font qu'on ne lève jamais le nez.

Je vais faire un petit parallèle relatif à une expérience personnelle. Depuis que j'ai redécouvert la musique en vinyle (car n'ayant jamais eu la nostalgie de ce support, c'était plus une opportunité curieuse), j'ai constaté quelque chose de bénéfique à ce dernier lors de sessions de travail (pro ou activité personnelle) en musique.

Avec un Spotify en lecture infinie, c'est un bruit de fond et derrière je ne levais quasi jamais le nez du guidon.

Avec un disque à retourner au bout de 15 ou 20 minutes, j'ai des micro pauses qui me font redresser la tête et me lever une minute.

Bah ça fait un bien fou.

D'où mon explication sur les mécanismes qui contribuent à l'addiction des services en ligne.
Merci à Flock pour l’illustration de l’article : fantastique !
Très bonne analyse :merci:

Il ne reste plus à Najat Vallaud-Belkacem qu'à rejoindre, sur CNews, Ségolène Royal qui s'occupe des uniformes à l'école :bouletdujour:
Un belge pour nous confirmer que la haine en ligne n'existe pas en Belgique grââââce à leur magnifique l'internet limité à xx Go/mois?
Bravo et merci Vincent pour cet article pertinent !

[quote]
Il y avait un boulevard pour lancer une réflexion plus vaste. Ce texte était une opportunité pour faire à nouveau réfléchir à nos usages. Mais cette partie légèrement introspective s’arrête vite pour laisser place à un constat sec : puisque nous sommes incapables de nous contrôler, la contrainte doit venir de l’extérieur, « donc de la loi, donc de l’État ».[/quote]

Et là, entièrement d'accord. Ce n'est pas parce que tout ne va pas bien sur Internet qu'il faut en brider les usages. Comme dit, cette position ne permet pas d'évoquer les sujets de fonds et c'est regrettable.
En général, les politiciens sont des imbéciles mal conseillés mais celle-là, c'est le sommet de la pyramide.
Il me semble que vous n'avez vraiment pas de bol en France ces derniers temps avec vos dirigeants quand même ...