votre avatar Abonné

f_p_

est avec nous depuis le 26 juillet 2013 ❤️

Bio

Oups.
On dirait que quelqu'un ici aime garder ses petits secrets, comme si de par hasard il y avait quelque chose à cacher...
Désolé, ô lectrice de passage, cher lecteur égaré, pas de révélation sensationnelle pour le moment sur ce profil.
Repassez plus tard ?

71 commentaires

Photo d'une pince coupante

Le 06/04/2024 à 09h 46

Oui, clairement. Et on a bien senti sa fébrilité à enfin arriver à son but, lui qui a envoyé des courriels exprès pour demander que la nouvelle version vérolée soit intégrée au plus vite à toutes les distributions. Il s'est fait rattraper par la patrouille avant, mais sur ce coup on l'a échappé belle.
Cela va inciter à mieux analyser les paquetages eux-mêmes : tout paquetage dont l'exécution conduit à modifier le code source doit être considéré comme suspect.

Le 03/04/2024 à 13h 11

Personne ne glorifie quoi que ce soit.

En revanche, tu diabolises des outils pour l'unique raison qu'ils améliorent la productivité.

Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.

Prend 5 min de recul. Tu es littéralement en train de justifier pourquoi il est vraiment important que les étudiants aient utilisés ces outils durant leurs études.

S'ils ne l'ont pas fait, ils seront effectivement un risque pour leur entreprise.

Non. Ils ont juste besoin qu'on leur explique en une heure pourquoi ils ne doivent pas les utiliser pendant leurs études, et comment ils pourront éventuellement les utiliser une fois qu'ils auront appris à analyser et programmer.
Un outil qui génère du code en permettant de faire l'impasse sur la phase d'analyse n'est pas un outil pertinent pour l'enseignement, et peut constituer un risque en termes de qualité logicielle.
Le code est la formalisation d'une pensée qui doit préexister.

Le 02/04/2024 à 08h 12

De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).

Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.

Quant au "pissage de lignes" : le risque industriel porté par les outils type "co-pilot" ou autres est la génération massive de code non optimisé, voire faux, et de pseudo-tests qui ne capturent pas les cas particuliers. En cela, le TDD (développement basé sur les tests) me semble une dérive dommageable, car plus on a de code à lire et maintenir, plus la dette technique augmente. Les tests doivent exister, mais pas devenir la métrique principale du développement.
Le cas récent du générateur qui produisait massivement une dépendance à une bibliothèque inexistante est très révélateur : le pimpin qui prend comme acquis ce que sort la machine (parce qu'il aura été "formé" à cela) est un risque pour son entreprise. Et pour comprendre les limites de l'outil, il faut commencer par les fondamentaux.
D'où mon point : glorifier un outil parce qu'il "augmente la productivité", sans définir celle-ci autrement qu'en volume/vitesse, est un risque. La lenteur dans l'apprentissage de la vitesse a ses avantages. Tous les pratiquants de taï-chi le savent bien. :D

Le 02/04/2024 à 07h 51

De mon point de vue, les évaluations de code sur papier sont une absurdité totale, sauf si c'est juste pour remplir une ligne de code ou deux dans un questionnaire.

Ça ne correspond à aucune pratique réelle, ça n'aide pas à apprendre quoi que ce soit. Le cas légitime pour ça est un grave manque de ressources qui force à rester sur papier.

Et ça n'a strictement rien à voir avec le "nombre de lignes pissées par jour" (sous entendu qu'on ralenti les étudiants volontairement en leur faisant écrire sur papier, et c'est supposé être positif ? :keskidit: ).

Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore)

:facepalm:

Si un étudiant découvre les outils qu'il va réellement utiliser au quotidien quand il arrive en entreprise c'est qu'il n'a pas été formé comme il se doit.

Et c'est pour cela que "enseignement" et "formation" ne sont pas la même chose. La "formation", c'est le fait d'être apte à utiliser une technique ou un outil. L'"enseignement", c'est "apprendre à apprendre".
Vous parlez de formation, moi je parle d'enseignement.
Le techno-solutionnisme, ça ne marche pas en enseignement. D'où l'échec de filer des tablettes et autres "machins" numériques aux enfants. Là, c'est pareil. Pour faire réfléchir, pas besoin d'un ordinateur.

Le 31/03/2024 à 12h 17

Je vous rassure : les évaluations papier / crayon / gomme / cerveau, ça existe toujours, et heureusement ! Cela me semble essentiel au développement d'une réflexion intérieure sur ce qu'on écrit, sans se faire entraîner par les "assistants" et autres "co-pilotes" qui ne vous s'habituent pas à ralentir votre action pour vous relire. Les outils de productivité, ça peut être bien en entreprise (et encore : le nombre de lignes pissées par jour n'est pas synonyme de code de qualité), mais en vrai on n'apprend jamais à un pilote à voler en le mettant directement dans un avion de chasse...

Des personnages effondrés : WTF ?!

Le 10/03/2024 à 12h 24

Cnil - > Plainte en ligne. 😇

Saisie de l'infrastructure du rançongiciel LockBit

Le 02/03/2024 à 16h 41

Je pense que si, la donnée se vole, comme on vole une histoire. La donnée est abstraite de son support, non ?
Par contre on ne vole pas le fichier, il est effectivement copié, comme on photocopie un livre.

Qui plus est, les "histoires", ça n'est protégé par rien, et heureusement !
"Les idées sont de libre parcours", dit l'adage attribué à Henri Desbois (apocryphe)

Le 02/03/2024 à 16h 40

Je pense que si, la donnée se vole, comme on vole une histoire. La donnée est abstraite de son support, non ?
Par contre on ne vole pas le fichier, il est effectivement copié, comme on photocopie un livre.

Vous pouvez le penser, mais ce n'est pas exact en droit. :non:
Le vol, c'est la "soustraction frauduleuse de la chose d'autrui". La donnée n'est pas une "chose", c'est un bien immatériel, et celui qui recopie une donnée ne "soustrait" pas, mais "multiplie".
C'est pour cela qu'il y a des incriminations différentes, attachées à chaque catégorie de données protégée par son régime spécifique.
En droit d'auteur, on parlera de "contrefaçon", en droit des données à caractère personnel, de "violation", etc.

Le 21/02/2024 à 18h 36

Attention à la sémantique dans l'article : juridiquement, les données, ça ne se "vole" pas. Il y a accès frauduleux à des systèmes de traitement automatisé de données (STAD), et actions de copie illicite et conduisant à rendre inaccessibles les données en question. Voilà.
:cap:

Flipper Zero

Le 14/02/2024 à 11h 38

J'ai une solution ! Au lieu d'envoyer des signaux interceptables et copiables, pour ouvrir le véhicule, on aurait un dispositif matériel unique. Pour faire pas cher et pratique, cela pourrait être juste un petit bout de métal avec une information unique encodée dessus. Comme par exemple un profil de dents et de creux. Et on appellerait cela une "clé".

Je vais de suite déposer un brevet, car je pense que c'est la bonne solution à cet excès de technologie pour résoudre un faux problème.

Bruce McCandless II

Le 10/02/2024 à 12h 39

Plus exactement : le couple combinaison+fauteuil est une autre sorte de vaisseau spatial, qui combine les fonctions support (respiration + chauffage + communication) et déplacement. Autonomie limitée et pas de capacité de ré-rentrée, j'en conviens. :D

CNIL Logo

Le 10/02/2024 à 12h 32

Les J. O. seront sûrement l'occasion d'étudier cette question, puisque ce type de dispositifs sera mis en œuvre.
Rappelons aussi le fait que, malgré l'augmentation régulière de ses effectifs, la CNIL manque encore de moyens humains pour mener à bien ses missions (contrôles, sanctions et accompagnement). Les délais d'intervention s'en ressentent.

un caddie dans un supermarché.

Le 18/01/2024 à 19h 40

C’est un exemple un peu extrême mais l’évolution technologique se fait souvent par petites touches.
La caisse automatique peut être vue comme un état intermédiaire avant la caisse full rfid par exemple.
Et si le seul motif est de réduire la charge salariale tant que le service est équivalent ça se défend aussi, si le consommateur s’y retrouve sur le prix.
On pourrait arguer que l’actionnaire récupérera le profit, c’est probable transitoirement, mais ça reste un marché de compétition, un concurrent finira par restituer la marge récupérée.
Encore une fois, il FAUT se préoccuper de retrouver un rôle social utile au personnes qui perdront leur job. Ce sont les deux faces de la même pièce, celle de l’évolution permanente de nos sociétés, et pas seulement sur le volet technologique d’ailleurs

Il ne s'agit pas d'une simple réduction de masse salariale, mais du transfert de la charge de travail du caissier vers le client.
Celui-ci est censé bénéficier d'une "récompense" sous la forme de temps gagné, mais cette promesse n'est pas tenue. De fait, quel intérêt pour le client à se fatiguer plus sans aucun avantage pour lui ? Seul le commerçant y gagnerait alors.

AI Act : le Parlement européen pourrait autoriser l’identification biométrique « en temps réel à distance »

Le 10/11/2023 à 06h 53

Jean Moulin était un “terroriste”, pour le régime autoritaire qu’il combattait. Et notre ministre de l’intérieur parle tout le temps d’“éco-terroristes”.
L’intérêt de banaliser le mot, c’est de généraliser l’usage des technologies les plus intrusives dans la faille juridique qui aura été ouverte.
L’interdiction totale est une nécessité démocratique.


Le ministère des Armées lance un métavers pour rediriger les joueurs vers ses offres d'emploi

Le 06/11/2023 à 18h 57


tazvld a dit:


Ca ne valait pas les bons IBM Thinkpad qui pouvaient être utilisés comme arme de jet, comme bouclier et toujours fonctionner après.




Je plussoie. Les nouveaux sont plus fins et se lancent plus loin, comme le chapeau de Oddjob dans Goldfinger.


Le 06/11/2023 à 18h 53

Quand j’ai lu : “cabinet de conseil spécialisé en accélération digitale”, je me suis dit : Gérard Majax ?
Puis j’ai compris qu’il s’agissait d’accélération numérique… :francais:


Les voitures autonomes de Cruise mises à l'arrêt après un accident grave

Le 06/11/2023 à 18h 45


vexal a dit:


Faire circuler des véhicules autonome en circuit contrôlé, ça existe déjà depuis longtemps




Ah ben oui, à Paris, ils appellent ça le VAL, et à Toulouse, le métro ! 😁


Le 06/11/2023 à 15h 57


(quote:2163521:DantonQ-Robespierre)
Pourrait être avantageusement remplacé par un truc du style : “Cruise s’enlise” - ou équivalent. …?




“La croisière s’amuse”, ça ne le ferait pas non plus, alors ? :D


#ChatControl : un compromis « historique » exclut la surveillance des messageries en Europe

Le 31/10/2023 à 13h 46


fofo9012 a dit:


Comment faire ça sans casser le chiffrement bout en bout ? Imaginons un groupe What’s App avec un titre évocateur, il faudra toujours une porte dérobée quand un juge aura autorisé le mandant de surveillance ?




C’est souvent par infection de l’équipement lui-même que cela s’opère. Les données sont récupérées en clair avant/après transmission, celle-ci étant intègre.
Une version “instrumentée” du logiciel peut aussi être utilisée, v. l’affaire Encrochat, une belle réussite de la Gendarmerie nationale.


Mots de passe aléatoires : Synology se fait avoir par des dés pipés, un problème pourtant connu

Le 26/10/2023 à 14h 33

Des circuits électroniques légers pour générer de l’aléatoire, ça existe :
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9rateur_de_nombres_al%C3%A9atoires_mat%C3%A9riel
Leur débit est limité, mais pour générer une clé et un mot de passe de temps en temps, c’est très pratique.
Y’avait ça de base sur mon DAI (c’est du matos de l’âge de Kraftwerk, Konrad Schnitzler et autres 😉). Autrement dit : messieurs les constructeurs, allez-y, régalez-nous. 🙂


Emmanuel Macron voudrait bannir les cyberharceleurs des réseaux sociaux, sans juge

Le 06/09/2023 à 13h 19


carbier a dit:


Le ban de 6 mois, 1 an ou plus en attendant que la justice statue.



Qui parle de problème d’accès à la justice ?




Vous-même, qui considérez (avec raison) qu’un an, dans ces domaines, c’est trop long.




Je dis simplement que le temps de la justice restera dans tous les cas trop long par rapport aux temps numériques.




En niant la possibilité d’existence de procédures accélérées, qui existent dans d’autres domaines (interdiction de manifestations, etc.).




PS: tu comptes changer la procédure de référé ? ou alors tu proposes que toute personne utilisant un réseau social ne puisse le faire que sous sa véritable identité ?




J’aime bien le vouvoiement quand on ne se connaît pas, c’est plus correct. C’est le Président de la République qui a fait des annonces pour proposer des sanctions rapides sans passer par un juge. Il serait tout aussi efficace, et plus respectueux des libertés et droits fondamentaux garants d’un régime démocratique, que cela passe par une procédure accélérée devant un juge, ce qui est possible si les moyens nécessaires sont alloués. Et, bien évidemment, quand on este en justice, c’est sous sa véritable identité.



Après, si vous préférez les coups de menton martiaux en l’air et les “solutions” simplistes à des problèmes complexes, c’est votre droit.


Le 06/09/2023 à 11h 07


carbier a dit:


Super: on passe de 2 à 1 an. Cela changerait tout pour les victimes de cyberharcélement.




Et qu’est-ce qu’il y a dans le mot “moyenne” que vous n’avez pas compris ? :D



Plus de moyens, c’est la possibilité de créer des pôles d’expertise (comme en fiscal, etc.) et de disposer de plus de procédures de référé, qui existent déjà pour les cas les plus urgents.



Les budgets rachitiques dont dispose actuellement la justice empêchent de consacrer des moyens aux outils “spéciaux”, tellement la carence générale est importante.



Prétendre que plus de moyens n’aideraient pas à résoudre le problème de l’accès à la justice est un raisonnement… surprenant.


Tensor Processing Unit (TPU) v5e de Google Cloud : plus performant que les v4 ? Oui… et non

Le 30/08/2023 à 16h 53

Sémantiquement, il n’est pas correct de parler de “MFLOPS” quand on calcule sur des INT. On devrait plutôt parler de MIPS (Mega Instructions Per Second - - ou GIPS, TIPS, etc.).
“Avant”, quand la surface sur les puces était très limitée, un FLOP coûtait un paquet d’instructions entières, et donc de cycles, d’où le fait de travailler plutôt en virgule fixe pour éviter tout le travail d’alignement des (pseudo-)mantisses.
Aujourd’hui, avec des millions de transistors dédiés à l’unité flottante, on peut livrer un FLOP par cycle en scalaire, et donc un FLOP coûte le même temps qu’une instruction entière (mais clairement pas la même énergie ! ). Cependant, la représentation n’est pas identique, d’où le maintien nécessaire de la différence de terme. :phiphi: :cap:


Quand chatGPT est utilisé par les « crowd workers » pour entraîner d'autres modèles de langage

Le 17/06/2023 à 06h 59


Joeman a dit:


Pas compris le point 2 du tweet de fin: en quoi utiliser des données synthétiques serait pire niveau biais que d’utiliser justement des données issues d’humains, par définition biaisés ?




Parce que cela rajoute, au “signal” humain des rédacteurs de contenus que l’on voudrait étudier, le biais des concepteurs du système (choix des données ayant alimenté le modèle). De fait, le signal n’est plus exploitable en tant que tel.



Il ne s’agit donc pas des mêmes “biais”. Les humains ont des “opinions” et des “préjugés”. On peut éventuellement les appeler “biais” si l’on peut les confronter à des faits scientifiquement prouvés (rotondité de la Terre, inefficacité de l’hydroxychloroquine, etc.). Dans bien d’autre cas, faute de faits, cela reste des “opinions” que l’on veut pouvoir mesurer sans biais ajouté.


Bellingcat : former à l’esprit critique pour lutter contre la désinformation

Le 04/02/2023 à 10h 53


JnnT a dit:


« Quant aux moyens : le rasoir d’Occam laisse supposer que plus Bellingcat est connu, plus ses campagnes de financement participatif fonctionnent.
Comique, le “financement participatif”. Vous n’y croyez pas vous-même, j’espère ?




Ben si, vu que je les finance. :D




Si généreux donateurs il y a, connaissez-vous leur identité ?




Au moins la mienne. Pour les autres, y’a un truc qui s’appelle la protection des données à caractère personnel. :D #JDCJDR




Car c’est plutôt à Bellingcat de prouver son indépendance. J’exige de vous des “preuves fortes” de cette indépendance.




Vous n’avez rien à exiger de moi, et ils n’ont rien à prouver non plus. Ils peuvent avoir une opinion, mais de là à dire qu’ils sont financés par le MI6, il y a un sacré pas que vous franchissez sans preuve.


Le 03/02/2023 à 12h 16


JnnT a dit:


Bellingcat a disposé subitement de moyens d’investigation importants, très pointus technologiquement. L’information diffusée est orientée à 100% contre la Russie, comme - tiens, donc ! - la politique étrangère britannique




Cet argument est… surprenant, on va dire. Bellingcat dénonce Poutine, le MI6 denonce Poutine, donc Bellingcat travaille pour le MI6… :roll:



Quant aux moyens : le rasoir d’Occam laisse supposer que plus Bellingcat est connu, plus ses campagnes de financement participatif fonctionnent.



Des affirmations très peu probables demandent des preuves fortes. En avez-vous à fournir ?


Retour sur le rachat de Boxcryptor par Dropbox, entre flou et quête d’alternatives

Le 17/12/2022 à 10h 22

Un sujet à peine évoqué dans l’article : les “brevets logiciels”. En Europe, ces brevets sont illégaux, mais l’office européen des brevets et autres tord la loi pour prétendre qu’il est en droit d’en délivrer.
Il s’agit d’une menace considérable pour l’industrie informatique européenne, qui doit être contrée politiquement, comme cela avait été fait en 2005 par le rejet de la directive européenne (écrite par les lobbies) visant à les légaliser.


La CNIL condamne EDF à une amende de 600 000 euros pour violation du RGPD, les détails de cette décision

Le 02/12/2022 à 07h 24


sephirostoy a dit:


J’étais relativement surpris quand j’ai reçu un formulaire autorisant EDF à communiquer mes données personnelles à ses concurrents, et sans réponse de ma part, c’est consenti par défaut.




Cela leur a été imposé par le législateur, dans le cadre de l’“ouverture à la concurrence” (lire : la doxa des économistes néo-féodaux pour détruire le service public et recréer les fermages de l’Ancien régime).



Cependant, les personnes peuvent s’opposer à cette communication.


On vous explique le b.a.-ba de l’euro numérique

Le 22/11/2022 à 07h 43

En termes de protection des données à caractère personnel, voir quelques éléments ici :
https://edpb.europa.eu/our-work-tools/our-documents/other-guidance/statement-042022-design-choices-digital-euro-privacy_en


Intelligence artificielle : le Conseil d’État veut des moyens et une « super CNIL »

Le 27/09/2022 à 06h 12


vince120 a dit:


Très intéressant. Je ne peux cependant pas m’empêcher de me poser une question, si telle ou telle collectivité territoriale n’a pas les ressources pour monter une équipe mais que d’autres le peuvent, sachant que les besoins sont très similaires de l’une à l’autre ne serait il pas intéressant que l’état mette à disposition des solutions réutilisables “clé en mains” ?




Effectivement. La solution dans ce cadre me semble être le recours à des systèmes disponibles sous licences libres et une mutualisation des compétences, à la manière de ce que met en œuvre l’ADULLACT. Si la DINUM coordonne les actions au niveau des administrations centrales, pour les collectivités, il faut d’autres courroies de transmission, et Etalab ne peut que servir de référence, pas accompagner les usages déconcentrés ni agir sur le terrain.


Les deux CNIL européennes se voient refuser leurs demandes d'augmentation

Le 18/09/2022 à 15h 01


(quote:2093919:127.0.0.1)
L’union européenne n’ayant pas de statuts clairs (autre que “c’est un truc unique” © ™ ), tu me permettras d’appeler administration l’ensemble des services qui la compose.




Ce que vous dites est inexact. Les statuts de l’UE sont définis par le TUE et le TFUE (qu’on les aime ou pas). Notamment, le Conseil représente les États membres, qui ont délégué à l’UE la gestion d’une partie de leurs compétences. De plus, le terme d’administration désigne normalement ce qui relève du pouvoir exécutif, alors que le Parlement européen, par exemple, relève du pouvoir législatif. Par exemple, on ne peut pas non plus appeler la France une “administration” : il y a un parlement, un gouvernement, etc.



L’UE n’est pas un objet “hors sol”, mais une union politique décidée par ses États membres. Dans ce système, des dynamiques de transferts de pouvoir existent (on accuse souvent la Commission d’en vouloir plus, pas toujours à tort), mais il n’est pas exact de dire qu’ils s’en “auto-investissent” sans l’aval des États. Et cela ne concerne ni l’EDPS, ni l’EDPB, qui sont l’objet de cet article.



Je n’ai pas à vous permettre de dire ou pas ce que vous voulez. En revanche, je me permets de corriger certains points, pour la bonne compréhension des lecteurs. 😉 Et je ne crois pas qu’on se connaisse assez pour se tutoyer… :D


Le 18/09/2022 à 09h 34


ricozed a dit:


:mad2: Pourtant ça rapporte de l’argent à l’état, il y a eu combien de millions récupérés par l’état sur 2021 ?




Pour la France (CNIL), voir ici. C’est indiqué dans chaque rapport annuel.


Le 18/09/2022 à 09h 28


fred42 a dit:


Aux états, tu veux dire ici ? Mais combien d’amendes ont donné ces 2 institutions de l’UE et pour quel montant cumulé ?




L’EDPB n’a pas pour fonction de sanctionner directement les responsables de traitement. Elle vise à l’harmonisation des analyses juridiques et éventuellement des sanctions au sein du “guichet unique” de l’UE, notamment grâce à l’article 65 du RGPD, qui permet à des autorités de protection des données “concernées” d’émettre des objections (motivées) sur les projets de décisions soumises par l’autorité “cheffe de file”. En général, cela a conduit à relever le montant des sanctions. Voir ici.


Le 18/09/2022 à 09h 20


(quote:2093576:127.0.0.1)
C’est vrai qu’on manque cruellement de fonctionnaires en Europe, et aussi en France. On se sent vraiment sous-administré ici. Il me paraît normal de payer davantage d’impôt pour faire fonctionner ces administrations qui se sont auto-investies de nouvelles missions.




C’est bien évidemment totalement inexact. C’est le co-législateur européen qui créé les institutions et définit ou amende leurs pouvoirs.



Ensuite, tout dépend de ce que vous entendez par “coûter”. La police, ça coûte, mais c’est pour faire respecter la loi, par rapport à “celle du plus fort”. Pareil pour ces institutions. À vous de décider, selon ce que vous votez, si vous voulez que la loi soit effectivement appliquée ou pas. :D


Le 18/09/2022 à 09h 15

L’EDPB et l’EDPS ont toutes deux pour acronymes “CEPD” en français, ce qui ne simplifie pas la lecture de l’article ! :mad2: Mieux vaut parler de “Comité EPD” pour l’EDPB, et de “Contrôleur EPD” pour l’EDPS (qui est en fait la “CNIL” des seules institutions administratives de l’UE, et sans pouvoir dans l’UE en général).


Recalibré, Next INpact se réorganise et va de l’avant

Le 17/09/2022 à 06h 16


Teuf a dit:


D’où le fait que j’ai bien précisé que nous étions exigeants. Soit la vidéo est efficace soit il n’y a pas de vidéo. :yes: Mais si des lecteurs connaissent des influenceurs au niveau de nos exigences, nous sommes prêts à discuter avec eux :chinois:




<copinage>
Vousavezledroit fait du contenu vidéo ludique mais aussi pointu sur le droit, y compris celui du numérique. À mobiliser sur certains sujets ?
</copinage>


Le retrogaming et l’indispensable travail de mémoire

Le 18/06/2022 à 15h 28

Les patrons ont été condamnés pour avoir fait jouer des “randoms” à des jeux dont la licence organisait l’usage uniquement à titre personnel (on pourrait dire “limitée au cercle de famille”, même si l’extension du droit de représentation aux jeux est un peu audacieuse).
Où voyez-vous une exception à cela dans le droit d’auteur national ?


Le 16/06/2022 à 18h 40


(quote:2077434:Kazer2.0)
Pour ça que j’ai précisé “en France”, là c’est des Patrons de bar japonnais.




Il pourrait se passer la même chose chez nous : la contrefaçon de droits d’auteur a les mêmes conséquences en France.


Le 16/06/2022 à 07h 12

La loi s’est déjà invité, tu peux faire sauter les protections légalement en France tant que c’est dans un cadre d’interopérabilité (si je dis pas de connerie) , je pense qu’il y a moyen d’utiliser ça.


https://m.youtube.com/watch?v=Dtm6HA1KIN8


Les difficultés du contrôle d’âge en ligne, une « preuve de concept » sur la rampe

Le 30/05/2022 à 06h 36

Notons qu’il s’agit de double pseudonymisation, au sens du RGPD. L’anonymisation est une et irréversible… :cap:


Un rapport propose plusieurs pistes d'améliorations de la CADA

Le 12/04/2022 à 20h 11

Le diable est dans les détails de la procédure, et il s’habille en PRADA. 😹


Le 12/04/2022 à 20h 02

Le diable est dans les détails de la procédure, et il s’habille en PRADA. 😹


Difficile autonomie universitaire dans le numérique

Le 25/03/2022 à 09h 13

J’ai fait plusieurs stages et emplois saisonniers dans le public, où on m’a dit, je cite : “tu travailles trop vite, il faut en faire moins sinon après on nous demandera d’en faire autant tous les jours”.



Certes, c’était un emploi de catégorie C (vérification des demandes de passeports et cartes d’identités), mais d’expérience, une partie du fonctionnariat (catégories C et B) est en réalité de l’emploi aidé.



Alors oui, il vaut clairement mieux employer des personnes que de fabriquer des chômeurs, mais certaines critiques sont justifiées.


D’accord avec le constat. Pour autant, je pense que ce n’est pas/plus le cas dans les secteurs dont on parle. Les DSI universitaires, si elles peuvent avoir à gérer un passif sur certaines catégories d’emplois, sont sous une pression continue pour mettre en œuvre des technologies de plus en plus pointues, ce qui nécessite des compétences spécifiques. Ça n’empêchera pas des cas individuels de flemme (ni dans le privé, d’ailleurs, contrairement à un mythe tenace), mais ce n’est pas une raison pour détruire l’ensemble du système.
Comme le disait @Follc, la question est : comment investir dans les budgets universitaires (entre autres), au niveau des usagers “pull”, en tant que leviers de souveraineté, plutôt que de filer 150 millions d’un coup en “push” à des potes pour monter un pseudo-cloud souverain qui ne marchera pas car le marché n’a pas été traité (remember CloudWatt et Numergy).


Le 25/03/2022 à 08h 53

Effectivement, il faudrait que les aurorités de la concurrence enquêtent fortement sur les pratiques de dumping des Big Techs, qui détruisent toute concurrence, secteur par secteur, tout en se finançant sur ceux pour lesquels la concurrence a déjà été détruite ou sur des rentes régaliennes (type : contrat “open bar” entre Microsoft et le ministère de la défense, en dehors de tout cadre légal).


Le 25/03/2022 à 06h 05

Comme dit dans l’article, il existe un problème réel de maintien des talents. Depuis dix ans que le point d’indice est gelé dans la fonction publique, tous les emplois publics (prof, juge, infirmier, etc.) ont perdu 20% de pouvoir d’achat par rapport à des emplois équivalents dans le privé. Et ceux dans l’informatique sont encore plus rémunérateurs, donc les grilles sont complètement inadaptées.
Même avec l’intérêt public en vue, les personnes ont des familles à nourrir. Mutualiser les développements (Esup, etc.) est une très bonne idée, mais il faut des bras localement pour mettre en œuvre, et des infrastructures aussi.
Le but des gouvernements depuis 2009 et l’“autonomie des universités” est de passer sur un modèle payant à l’américaine. D’où la destruction plus ou moins insidieuse des services publics, par sous-financement, alors qu’on subventionne massivement le privé avec les impôts des pauvres (CICE, baisse de la fiscalité, etc.). Et on monte la population contre ces “feignasses de fonctionnaires”, pour qu’elle n’aille surtout pas critiquer les politiques à l’origine des dysfonctionnements qui en résultent.


Au Journal officiel, un bon gros digital d’honneur

Le 21/02/2022 à 14h 19


Inodemus a dit:


J’avais déjà discuté ici de ce sens, mais je n’avais pas réussi à savoir si digit était “d’usage autorisé” en français.




Le mot français pour “digit” est “chiffre”.



Dans ce contexte, on l’opposait à “analogique” (= continu), donc affichage à cadran avec une infinité de positions possible de l’aiguille.



On parle en français d’afficheur “numérique”, ou “à chiffres” (= ensemble discret de valeurs)


Les pistes du CEA pour les batteries du futur

Le 11/02/2022 à 07h 45

Je souffre de voir le mot “soufre” mal orthographié de la sorte… :roll:


Cookies : le Conseil d’État valide l'amende CNIL de 100 millions d'euros contre Google

Le 31/01/2022 à 14h 38

ça, c’est comme les peines prévues par le “Code Civil”, entre…




  • prévue (15 ans) “encourue”

  • requise (10)

  • établie (réellement, avec les remises automatiques : 1 mois par année accomplie)
    au bout 5 ans, t’es libre–> ‘youpi’ !




(15 ans = 5 ans) :reflechis:


Ça ne se passe pas vraiment comme vous le décrivez. Voir par exemple, pour les sanctions pénales :



https://m.youtube.com/watch?v=zj-0bTnw4gQ


Le 31/01/2022 à 14h 35


SomeDudeOnTheInternet a dit:


Je serais curieux de voir la liste des amendes que Google a réellement payées, et qui n’ont pas été annulées en appel.




Dans le cas des sanctions “CNIL”, il faut payer l’amende avant de faire appel. Donc pour les sanctions qui ont fait objet d’appel et pour lesquelles la sanction a été confirmée, l’argent est bien déjà dans les caisses de l’État.
https://www.cnil.fr/fr/cnil-direct/question/sanctions-ou-va-largent-lorsquune-sanction-pecuniaire-est-prononcee-par-la-cnil


L'avenir du Web version Hadopi ? Un blocage à tous les étages

Le 08/12/2021 à 08h 11


BlackLightning a dit:


… finiraient par révéler le poteau rose.




C’est mignon. :love:



Pour ce beau lapsus tapoti, voici un pot-aux-roses… :musique: