Malgré des conditions difficiles, SpaceX récupère encore le premier étage de Falcon 9

Malgré des conditions difficiles, SpaceX récupère encore le premier étage de Falcon 9

C'était chaud, à tous les points de vue

Avatar de l'auteur
Sébastien Gavois

Publié dans

Sciences et espace

09/05/2016
141

Malgré des conditions difficiles, SpaceX récupère encore le premier étage de Falcon 9

Pour la troisième fois, SpaceX parvient à récupérer le premier étage de sa fusée Falcon 9. La situation semblait par contre compliquée puisque sur le chemin du retour la fusée allait bien plus vite qu'avant à cause d'une orbite de lancement plus éloignée. 

En fin de semaine dernière, SpaceX envoyait en orbite le satellite japonais JCSAT-14. La mission s'est déroulée sans anicroche, le satellite ayant été mis en place sur son orbite géosynchrone comme prévu (36 000 km). Mais c'est « l'objectif secondaire » de la mission qui était au centre des attentions : la récupération du 1er étage de la fusée Falcon 9. Alors que SpaceX estimait qu'il y avait environ une chance sur deux que cela fonctionne correctement, le premier étage est venu se poser sans encombre sur la barge Of Course I Still Love You.

Il y a un peu plus d'un mois, SpaceX récupérait le premier étage de sa mission CRS-8, une première sur une barge en pleine mer après « l'exploit technologique » du mois de décembre, lorsque la société d'Elon Musk parvenait pour la première fois à ramener sur la terre ferme une partie de sa fusée Falcon 9.

Les paramètres de vol de cette mission la rendaient plus compliquée que les autres comme l'explique Elon Musk sur Twitter : « le retour de la fusée sera beaucoup plus rapide et plus chaud que la dernière fois », ce qui limite les chances d'y arriver. Une heure plus tard, alors que le premier étage était posé sur la barge, le PDG expliquait qu'il « serait peut-être nécessaire d'augmenter la taille du hangar de stockage des fusées ». C'est en effet la troisième à revenir à bon port.

Dans tous les cas, ces succès à répétitions commencent à inquiéter certains. Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, expliquait ainsi à nos confrères du Monde que « l’Europe doit prendre la mesure de ce qui se passe aux États-Unis, car si rien n’est fait, dans dix ans, notre filière des lanceurs sera en grande difficulté ».

Voici pour finir le lancement de la fusée et, à 8 min 30 après le décollage (29 min 30 sur la vidéo ci-dessous) le retour du premier étage :

141

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (141)


Le 09/05/2016 à 07h 38

Comme d’hab les français 10 ans de retard sur les ricains, heureusement qu’on fait du fromage <img data-src=" />


Le 09/05/2016 à 07h 38

Je trouve ça genial. En revanche, je m’interroge sur la taille de l’effectif de Space X, car ils enchainent les lancements en ce moment. Je pensais que c’était une relative petite boite, mais à ce rythme, ils doivent quand meme être un sacré nombre pour arriver à enchainer les missions.

En Europe oui, on va regarder le train passer…. Comme sur le reste…


Le 09/05/2016 à 07h 43

tant qu’ils sauront pas faire du pain et du fromage correctement c’est nous qui aurons 10 ans d’avance.


Le 09/05/2016 à 07h 43

10 ans t’es dur ! Arianespace menait la danse jusqu’à present. Mais, les européens sont tellement lents à se mettre d’accord.

Et là, avec la commission européenne qui met son grain de sel d’un point de vue concurrence au rapprochement Airbus / Safran…


Le 09/05/2016 à 07h 44

Faut voir… le principal désavantage de la récupération c’est la diminution de la charge utile (il faut garder carburant/comburant pour le retour du premier étage), par contre effectivement cela peut faire des économies si la partie récupérée est encore viable….ou pas !!



A++


Le 09/05/2016 à 07h 44

N’exagérons rien, on ne parle pas de la NASA. C’est une entreprise privée qui se trouve être US, tout comme elle pourrait être russe ou allemande.


Le 09/05/2016 à 07h 46

Je n’exagère pas, je m’interroge, je ne parle meme pas de la NASA. Euh… en fait, je me demande si t’as lu <img data-src=" />


Le 09/05/2016 à 07h 47







Ohmydog a écrit :



Je trouve ça genial. En revanche, je m’interroge sur la taille de l’effectif de Space X, car ils enchainent les lancements en ce moment. Je pensais que c’était une relative petite boite, mais à ce rythme, ils doivent quand meme être un sacré nombre pour arriver à enchainer les missions.

En Europe oui, on va regarder le train passer…. Comme sur le reste…





Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.

C’est un peu comme comparer une gondole et un ferry^^



Pour SpaceX, c’est seulement maintenant que ça devient intéressant… On va voir combien de temps il faut pour remettre en état les étages récupérés, le coût de la maintenance, puis la fiabilité pour de nouveau vols.



Là, seulement, on saura si ça a un véritable intérêt, et s’il faut s’en inquiéter.



Le 09/05/2016 à 07h 48

C’est vachement rigolo dans la video quand le 1er étage se pose, on voit un gros flash de lumiere et tous les gens font “oooh”. On a vraiment l’impression que ca a fait un grand boum…



En tout cas, le plus dingue avec Space X est qu’on se pose même plus la question de la réussite de la mission. C’est devenu acquis et routinier. Alors qu’il y a encore 5 ou 6 ans, c’était à chaque fois considéré comme un exploit…

Tous les regards sont tournés vers la récupération du 1er étage ou non… en pleine mer en plus !


Le 09/05/2016 à 07h 48

Comme d’hab ces derniers temps alors, mais ça n’a pas tjrs été le cas. Ariane Espace, Airbus, le tgv c’est (c’était) pas vraiment à la ramasse non plus…

Et sur bien d’autres points les USA sont quand même bien derrières les européens. Bref tout n’est pas blanc ou noir, mais le self bashing ça me pèse surtout un lundi matin <img data-src=" />


Le 09/05/2016 à 07h 49

Peut-être, mais j’ai l’impression qu’ils progressent très vite. Ce qui est décevant aussi, c’est que les idées sont de leur côté, et plus trop du notre.


Le 09/05/2016 à 07h 50

C’est bon le fromage… perso je trouve que c’est plus utile de fabriquer du fromage que d’envoyer des fusées dans l’espace…


Le 09/05/2016 à 07h 52







Ler van keeg a écrit :



Pour SpaceX, c’est seulement maintenant que ça devient intéressant… On va voir combien de temps il faut pour remettre en état les étages récupérés, le coût de la maintenance, puis la fiabilité pour de nouveau vols.

Là, seulement, on saura si ça a un véritable intérêt, et s’il faut s’en inquiéter.







Pour le cout, je crois que c’est deja clairement établi… E. Musk disait que la remise en etat coute environ 3M\( alors qu'un 1er etage complet coute 60M\). Quand bien même la remise couterait 2x ou même 3x plus cher, ca restera de toute facon plus avantageux.

Après tu as raison d’aborder la question de la fiabilité lors d’un 2nd lancement. C’est probablement le seul doute dans l’affaire..



Le 09/05/2016 à 07h 53

Oui j’ai lu, j’ai lu”En Europe oui, on va regarder le train passer…. Comme sur le reste”.

Et je te réponds (que SpaceX aurait très bien pu être française, la NASA aurait-elle “regardé le train passer” pour autan?).



L’auto-critique c’est bien, encore faut-il ne pas en abuser. Je vois plutôt que le pdg d’Ariane réagit.


Lyaume Abonné
Le 09/05/2016 à 07h 53

En même temps, c’est une boîte privée.

Donc faudrait trouver un type qui puisse avoir autant de pognon et d’ambition pour monter une boîte pareille en Europe. Tout en sachant qu’il va concurrencer ArianeEspace qui est un projet européen.



Faudrait être sacrément couillu…


zepompom Abonné
Le 09/05/2016 à 07h 56

Le problème que je vois avec ce raisonnement c’est que si on se rend compte que c’est une bonne idée, ils auront 10 ans d’avance à ce moment là. Et ce sera très difficilement rattrapable. SpaceX aura l’expérience, les données de vol, la confiance. Surtout que rien ne les empêche de faire plus gros comme fusée une fois que les actuelles fonctionnent, et d’aller marcher sur les plates bandes d’Ariane. Il ne faut pas paniquer, mais il faut quand même se pencher sérieusement sur la question.


Le 09/05/2016 à 07h 57

Pour moi Ariane Space n’est en rien européen. La France à elle seule soutient 76% du budget spatial.



Pour Ariane 6, la France est à 75%, l’Allemagne 6.5%.



On pourrait très bien se passer des 27 boulets. <img data-src=" />


Le 09/05/2016 à 07h 58

Alors on va envoyer du fromage dans l’espace ! <img data-src=" />


Le 09/05/2016 à 07h 58

Les principaux soucient se passent généralement sur le premier étage. Quand le premier étage est en train d’atterrir, le tir a déjà de grande chance d’être une réussite.

Et il ne faut quand même pas oublier qu’il y a moins d’un an, un lanceur explosait en plein vol… Niveau fiabilité, SpaceX a encore tout a prouvé quand Ariane 5 enchaine 71 réussites consécutives.



Dans tous les cas, je salue l’exploit de SpaceX <img data-src=" />

On commence à retrouver une bonne compétition dans le spatial :)


Le 09/05/2016 à 07h 58

Ils ont eu un échec y a moins d’un an… Et je parle pas d’un échec de récupération mais d’un Dragon qui a explosé… Donc dire “on parle pas d’échec” ça me semble aller un peu vite en besogne.


Le 09/05/2016 à 07h 59

C’est sur que concurrencer la NASA c’est un truc d’eunuque.


Lyaume Abonné
Le 09/05/2016 à 08h 10

La NASA ne fait plus de lanceur. Et c’est bien dans cette brèche que plusieurs investisseurs se sont engouffrés. Donc non, SpaceX ne concurrence par la NASA, c’est même la NASA qui file du boulot à SpaceX.


Le 09/05/2016 à 08h 15

C’est un autre débat ! Mais je suis entièrement d’accord avec toi !

Surtout que ce qui complique toujours la tache ce sont les retrocessions industrielles.


Le 09/05/2016 à 08h 16

Je crois &nbsp;qu’au rythme de la gondole, elle va mettre un vent au ferry. La falcon 9 fonctionne bien. La fiabilité reste à prouver mais pour le moment ça reste dans les standards (ariane 5 est aujourd’hui fiable mais les débuts, que ce soi pour Ariane 5G ou Ariane 5 ECA furent… explosifs).



Et surtout Space X tente. C’est ce qui pêche aujourd’hui chez nous. Avoir cette peur que ça ne marche pas.


Le 09/05/2016 à 08h 17







Cashalow a écrit :



Ils ont eu un échec y a moins d’un an… Et je parle pas d’un échec de récupération mais d’un Dragon qui a explosé… Donc dire “on parle pas d’échec” ça me semble aller un peu vite en besogne.







Pour une société aussi jeune qui a démarré from scratch, ca reste quand même très acceptable…



Le 09/05/2016 à 08h 23

Et puis regardez : même si elle est en retard, Falcon 9 Heavy arrive. Je vais ajoutr un nouveau si mais celui là peut faire mal à l’Europe si c’est confirmer, si tout fonctionne pour Space X, ça va faire mal.

En performance 2X mieux qu’Ariane 5 en version consommable et en version réutilisable (premiers étages) un petit plus performant. A un coût déjà inférieur en consommable.



Bref Space X attaque fort, Arianespace pleure mais au lieu de cela il faut se bouger et essayer d’être un peu novateur plutôt que de vivre sur ses acquis (et Ariane 6 en 2020, c’est presque une blague, c’est dans une éternité)


tazvld Abonné
Le 09/05/2016 à 08h 24







SrBelial a écrit :



tant qu’ils sauront pas faire du pain et du fromage correctement c’est nous qui aurons 10 ans d’avance.







Fait gaffe, les boulanger français s’expatrie très bien au USA et on y trouve du bon pain dans les resto.

Pour le fromage, aucun soucis, on à le temps avant de voir un Vieux Lille débarqué au USA (il doit être encore dans la liste des armes chimiques..) !







Ler van keeg a écrit :



Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.

C’est un peu comme comparer une gondole et un ferry^^



Pour SpaceX, c’est seulement maintenant que ça devient intéressant… On va voir combien de temps il faut pour remettre en état les étages récupérés, le coût de la maintenance, puis la fiabilité pour de nouveau vols.



Là, seulement, on saura si ça a un véritable intérêt, et s’il faut s’en inquiéter.





Mais tu coup, je suis curieux, on fait voler quoi comme satellite dans les orbites basses ?



Le 09/05/2016 à 08h 24

Sauf que le jour où on s’en inquiètera il sera sans doute trop tard, les essais ont débuté en 2011 mais le développement a commencé des années auparavant, pratiquement au tout début de la création de SpaceX. D’ici qu’Ariane 6 sorte et qu’on se rend compte que ça ne suffira pas à garder ses parts de marchéon aura plus de 10 ans de retard.








Ler van keeg a écrit :



Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.

C’est un peu comme comparer une gondole et un ferry^^



Pour SpaceX, c’est seulement maintenant que ça devient intéressant… On va voir combien de temps il faut pour remettre en état les étages récupérés, le coût de la maintenance, puis la fiabilité pour de nouveau vols.



Là, seulement, on saura si ça a un véritable intérêt, et s’il faut s’en inquiéter.







Il faut de toute façon s’en inquiéter vu la lenteur de fonctionnement d’ArianeEspace et la rapidité de Space X, à mon avis, c’est déjà trop tard pour les européens.




Le 09/05/2016 à 08h 28

La cause de l’explosion était du à un boulon qu’un des contractants pour lequel un des contractants avait donné des informations erronées et qui était beaucoup moins résistant qu’il devait l’être mais ça ne remet pas en cause la fiabilité de Falcon 9 en général.


Le 09/05/2016 à 08h 30

Quel dommage de se limiter à dire que ces&nbsp;réussites ne sont pas Françaises, ou encore “Européennes”

J’aime mon pays, et&nbsp;il produit de très nombreuses innovations technologiques,

Mais l’aventure spatiale est d’abord une question de volonté, puis d’investissements (cf l’accès à la Lune pour les US,&nbsp;détermination à laquelle on ajoute la rivalité avec les Russes à l’époque)

A noter que nous ne sommes pas des quiches dans le domaine spatial, puisqu’Ariane est une réussite constante, sans parler de missions Européennes comme Rosetta et la comète Tchouri (tout simplement exceptionnel)

Force est de reconnaître que SPACE X, qui, non non, n’est pas vraiment&nbsp;une “petite boîte” (!!) et son patron Elon Musk, ont l’envie, la volonté et mettent les moyens.

Donc ça finit par marcher, et tant mieux. Qu’ils soient donc une source d’émulation…plutôt qu’une unique inquiétude économique, la conquête spatiale est tellement fascinante, et je pense qu’elle est au&nbsp;dessus de ça.

Bousillons moins d’argent public dans des inepties, et investissons, au lieu d’espérer que ça foire chez nos voisins, parce-qu’en attendant, d’ici quelques années (2030?), ils finiront&nbsp;par poser quelqu’un sur Mars, et bien sûr, on ne sera pas dans la boucle, comme depuis 50 ans.&nbsp;


Le 09/05/2016 à 08h 31







Krogoth a écrit :



C’est sur que concurrencer la NASA c’est un truc d’eunuque.





Bein techniquement ils ont pris l’argent de la NASA pour développer leur fusée. C’est pas de la concurrence, ils en profitent pour se lancer puis quand tout marchera bien, tous les profits & les techniques auront été transférée du public au privé, bien joué.

&nbsp;Lyaume a écrit :

La NASA ne fait plus de lanceur. Et c’est bien dans cette brèche que plusieurs investisseurs se sont engouffrés. Donc non, SpaceX ne concurrence par la NASA, c’est même la NASA qui file du boulot à SpaceX.



Ils ont pas abandonné le développement du SLS encore la NASA. Premier vol en 2018 normalement.&nbsp;



Dicky Premier a écrit :



Bref Space X attaque fort, Arianespace pleure mais au lieu de cela il faut se bouger et essayer d’être un peu novateur plutôt que de vivre sur ses acquis (et Ariane 6 en 2020, c’est presque une blague, c’est dans une éternité)



Comme au dessus, ça a été décidé l’année dernière je&nbsp;crois Ariane 6, 5 ans du projet au premier lancement c’est super efficace, le SLS a été décidé en 2011 donc bon… Tu montes pas une nouvelle fusée en un rien de temps.



Le 09/05/2016 à 08h 32







Ler van keeg a écrit :



Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.

C’est un peu comme comparer une gondole et un ferry^^



Pour SpaceX, c’est seulement maintenant que ça devient intéressant… On va voir combien de temps il faut pour remettre en état les étages récupérés, le coût de la maintenance, puis la fiabilité pour de nouveau vols.



Là, seulement, on saura si ça a un véritable intérêt, et s’il faut s’en inquiéter.





Le dernier satellite qu’ils ont lancé rentrait dans la catégorie de ce que lance habituellement Proton ou Ariane en orbite haute. Les caractéristiques de Falcon 9 ont été revu à la hausse récemment.

http://www.spacex.com/about/capabilities



Le 09/05/2016 à 08h 32

toujours aussi excitant et impressionnant !

bravo


Le 09/05/2016 à 08h 41







KP2 a écrit :



Pour une société aussi jeune qui a démarré from scratch, ca reste quand même très acceptable…





Petit article (en Anglais) sur le fait que l’échec fait partie du processus chez SpaceX…



&nbsphttp://arstechnica.com/science/2016/05/because-failure-is-an-option-spacex-can-d…



Sérieusement, si SpaceX arrive à reconditionner et réutiliser les premiers étages à prix réduit, ça va faire mal aux entreprises aérospatiales de bon papa…



Le 09/05/2016 à 08h 44







trashcan75 a écrit :



Comme au dessus, ça a été décidé l’année dernière je&nbsp;crois Ariane 6, 5 ans du projet au premier lancement c’est super efficace, le SLS a été décidé en 2011 donc bon… Tu montes pas une nouvelle fusée en un rien de temps.





Bah Ariane 6, le début du projet c’est 2012 (études initiées en 2009), et ils y pensaient avant. En 2014, la version figée en 2013 est remise en cause par les industriels et une nouvelle version émerge.

Aujourd’hui Ariane c’est un moteur vulcain comme Ariane 5, des EAP qui seront les mêmes que l’étage de propulsion de Vinci et la dernière nouveauté d’Ariane 5 (prochainement, européenement parlant, normalement), le moteur Vinci.



&nbsp;Pas trop de nouveautés, donc oui je maintiens c’est trop long pour une fusée qui apporte une technologie connue, robuste et à des coûts maîtrisés mais sans rêve, sans audace (comme le SLS).



tazvld Abonné
Le 09/05/2016 à 08h 47







trashcan75 a écrit :



Sauf que le jour où on s’en inquiètera il sera sans doute trop tard, les essais ont débuté en 2011 mais le développement a commencé des années auparavant, pratiquement au tout début de la création de SpaceX. D’ici qu’Ariane 6 sorte et qu’on se rend compte que ça ne suffira pas à garder ses parts de marchéon aura plus de 10 ans de retard.





Il ne faut cependant pas oublier qu’il y a encore pas mal de différence entre les 2 lanceurs :

SpaceX : petite charge, orbite basse

Ariane : Charge importante, orbite moyenne et haute



De ce qui ressort des avis d’experts du domaine, c’est que c’est simple d’envoyer des petites charge pas bien haut, cependant les emmerdes techniques sont plus ardues lorsqu’il faut les envoyer plus loin, le moindre petit écart peut être catastrophique pour la mission (comme on a pu voir récemment pour l’envoi d’un des satellite pour le système de géolocalisation européen).




Le 09/05/2016 à 08h 52







tazvld a écrit :



Il ne faut cependant pas oublier qu’il y a encore pas mal de différence entre les 2 lanceurs :

SpaceX : petite charge, orbite basse

Ariane : Charge importante, orbite moyenne et haute





Euh… non…&nbsp; faudrait un peu se mettre à jour sur le sujet, le dernier lancement était en orbite haute, et la version “Full Thrust” de la Falcon 9 a des caractéristiques très comparables à celles de la fusée Ariane 5 question charge utile…



Le 09/05/2016 à 08h 54

Hein ? Petite charge ? Pas haut ?

Falcon 9 envoie des satellites “normaux” en GTO, des charges utiles bien plus lourdes en LEO et poursuit le développement pour avant 2020 pour envoyer des hommes vers l’ISS, des charges utiles de 20t en GTO etune douzaine vers mars.


Le 09/05/2016 à 08h 55







Dicky Premier a écrit :



Je crois &nbsp;qu’au rythme de la gondole, elle va mettre un vent au ferry. La falcon 9 fonctionne bien. La fiabilité reste à prouver mais pour le moment ça reste dans les standards (ariane 5 est aujourd’hui fiable mais les débuts, que ce soi pour Ariane 5G ou Ariane 5 ECA furent… explosifs).



Et surtout Space X tente. C’est ce qui pêche aujourd’hui chez nous. Avoir cette peur que ça ne marche pas.





Le problème c’est qu’on met en vis à vis une entreprise privée et une organisation publique (si l’on parle de l’ESA) et là ça change beaucoup de choses.

&nbsp;

Si la NASA a pris autant d’avance par le passé c’est parce qu’il y avait une course à l’espace possible grâce à la guerre froide. Depuis, les choses se sont tassées et l’argent ne coule plus à flot depuis bien longtemps, ouvrant une brèche pour &nbsp;les entreprises privées comme SpaceX, qui n’a rien à perdre et n’a pas une bureaucratie l’obligeant à justifier chaque $ dépensé, chaque idée, chaque projet…



Aujourd’hui c’est compliqué de prendre le risque de se lancer dans une nouvelle génération de fusée quand on a une base établie qui fonctionne très bien et qui est rentabilisée, face à une start-up qui joue les cow-boys et sort une techno disruptive.



C’est un peu comme en informatique dans les années 70-80 quand IBM ne voulait pas lâcher ses mainframes pendant que d’autres boîtes plus petites sortaient des micro-ordinateurs pourtant intéressants.



Le 09/05/2016 à 08h 55

Les performances des lanceurs Space X (en version consommable) :&nbsp;http://spacenews.com/spacexs-new-price-chart-illustrates-performance-cost-of-reu…


Faut juste comparer les moyens

Etats unis : financement public massif, planche à billet, préférence nationale, achat des talents internationaux&nbsp;et impérialisme économique

France : financement public moribond, planche à billet interdite, pas de préférence nationale voire européenne,&nbsp;abandon des talents, laxisme (trahison/corruption ?)&nbsp;de nos politiques


carbier Abonné
Le 09/05/2016 à 09h 02







Dicky Premier a écrit :



Et puis regardez : même si elle est en retard, Falcon 9 Heavy arrive. Je vais ajoutr un nouveau si mais celui là peut faire mal à l’Europe si c’est confirmer, si tout fonctionne pour Space X, ça va faire mal.

En performance 2X mieux qu’Ariane 5 en version consommable et en version réutilisable (premiers étages) un petit plus performant. A un coût déjà inférieur en consommable.



Bref Space X attaque fort, Arianespace pleure mais au lieu de cela il faut se bouger et essayer d’être un peu novateur plutôt que de vivre sur ses acquis (et Ariane 6 en 2020, c’est presque une blague, c’est dans une éternité)





Toujours adoré le french bashing de bon matin… Prendre les ingénieurs européens pour des incompétents est tellement à la mode…

Tu parles avec des si, des estimations etc. Les parts de marché d’Ariane vont être rognés cela c’est sur, mais le nombre de lancements sans problème des fusées en font la lanceur le plus sur au monde, ce qui est déjà énorme dans le monde du lancement de satellites.

Pour finir SpaceX fait un pari énorme sur la réutilisation du 1er étage. Cela reste un pari et on ne développe pas un projet tel que celui la en parallèle d’un projet à fusée “jetable”.



Ariane et SpaceX ont donc chacun fait un pari dans la technologie à utiliser. Et contrairement à ce que certains semble penser ici, tout n’est pas encore fini pour SpaceX:




  • les couts de remise en fonctionnement et le temps nécessaire sont pour l’instant des estimations

  • le taux de fiabilité d’une réutilisation est encore à prouver

  • le nombre de réutilisation possible n’a pas non plus été prouvé.

    On en est donc encore à la phase de validation de la pérennité du projet. (encore une fois, tout est question de cout et pas seulement de faisabilité)



    Si SpaceX réussit, tant mieux pour eux il auront eu raison.

    Si SpaceX échoue, c’est ArianeEspace qui aura eu raison.



carbier Abonné
Le 09/05/2016 à 09h 07







Krogoth a écrit :



C’est sur que concurrencer la NASA c’est un truc d’eunuque.





Concurrencer la Nasa ? <img data-src=" />

Mais les US font avec SpaceX, la même chose qu’avec Boeing: du financement déguisé de projets…

Faut arrêter de croire que les US jouent le jeu de la libre concurrence: ils savent pertinemment que le lancement d’engins dans l’espace est stratégique et veulent se passer à l’avenir complètement de la Russie: donc ils mettent énormément de moyens dans SpaceX



Le 09/05/2016 à 09h 09







AlphaBeta a écrit :



Faut juste comparer les moyens

Etats unis : financement public massif, planche à billet, préférence nationale, achat des talents internationaux&nbsp;et impérialisme économique

France : financement public moribond, planche à billet interdite, pas de préférence nationale voire européenne,&nbsp;abandon des talents, laxisme (trahison/corruption ?)&nbsp;de nos politiques





La Nasa au niveau financement public, c’est plus trop ça… c’est un organisme qui a de moins en moins les moyens de ses ambitions et qui se fait démonter de plus en plus par les apôtres du néolibéralisme qui ne peuvent soutenir la vue d’une entreprise publique.



Sinon, question trahison, faudrait voir tous ces états membres qui tolèrent et soutiennent la collecte massive de données par la NSA… il y a pas mal d’informations relevant plus ou moins du secret commercial d’entreprises ou d’inventeurs européens qui sont collectées ou déduites par la NSA, et qui s’en sert ensuite pour soutenir les entreprises US (sa mission n°1 depuis la chute du rideau de fer)



Le 09/05/2016 à 09h 18







carbier a écrit :



Toujours adoré le french bashing de bon matin… Prendre les ingénieurs européens pour des incompétents est tellement à la mode…

Tu parles avec des si, des estimations etc. Les parts de marché d’Ariane vont être rognés cela c’est sur, mais le nombre de lancements sans problème des fusées en font la lanceur le plus sur au monde, ce qui est déjà énorme dans le monde du lancement de satellites.

Pour finir SpaceX fait un pari énorme sur la réutilisation du 1er étage. Cela reste un pari et on ne développe pas un projet tel que celui la en parallèle d’un projet à fusée “jetable”.



Ariane et SpaceX ont donc chacun fait un pari dans la technologie à utiliser. Et contrairement à ce que certains semble penser ici, tout n’est pas encore fini pour SpaceX:




  • les couts de remise en fonctionnement et le temps nécessaire sont pour l’instant des estimations

  • le taux de fiabilité d’une réutilisation est encore à prouver

  • le nombre de réutilisation possible n’a pas non plus été prouvé.

    On en est donc encore à la phase de validation de la pérennité du projet. (encore une fois, tout est question de cout et pas seulement de faisabilité)



    Si SpaceX réussit, tant mieux pour eux il auront eu raison.

    Si SpaceX échoue, c’est ArianeEspace qui aura eu raison.







    +1.



    Et c’est pas toujours un bien d’être le premier à développer une techno disruptive.



    Exemple : en 1950, les Anglais ont été les premiers dans l’avion à réaction de transport avec le De Havilland Comet, une technologie disruptive et pleine d’avenir à l’époque. Problème : leur avion avait un défaut de conception, la cellule se cassait au droit des hublots à cause de la pressurisation, et il y a eu des morts.



    Boeing et Douglas ont attendu un peu en continuant de vendre leurs avions à hélice avant de faire pareil et de sortir, en 19581959, leurs 707 et DC8. Qui n’ont pas eu ce problème, les Anglais ayant essuyé les plâtres avec le Comet.



    Je pense qu’Arianespace a tout à gagner à attendre de voir ce que ça va donner Space X avant de faire pareil en mieux, ou pas, en économisant des frais de mise au point. Pour l’instant, leur étage récupérable, c’est un prototype, et en série, on ne sait pas ce que ça donne.



Le 09/05/2016 à 09h 22

Faut voir aussi que ça ne joue pas dans la même cour. Ariane 5, c’est du gros lanceur, capable d’envoyer une vingtaine de tonnes en orbite basse et 8-10 tonnes en géostationnaire. Soit le double de la Falcon 9. Donc déjà une partie de la clientèle est différente. Et pour la clientèle partagée (petits satellites), Ariane peut en envoyer 2 par tir quand SpaceX n’en envoie qu’un.



Sachant que le coût en carburant augmente exponentiellement avec la charge (vu que le carburant nécessaire à faire décoller la charge utile nécessite d’amener du carburant supplémentaire pour être lui même emmené…) et encore plus avec l’atterrissage (vu qu’il faut aussi faire monter le carburant nécessaire à la descente), l’avantage économique de Space X reste à démontrer. D’autant que réutiliser la fusée coûte également très cher en contrôles (sans parler que seul le premier étage est récupéré).



Par contre il est clair que techniquement ça leur permet de prendre rapidement des compétences en terme de rendez-vous. Et que le marché actuel s’oriente beaucoup vers les petits satellites, ce qui correspond à leur modèle économique du coup.



Bref c’est un pari qu’ils font, mais pour l’instant personne ne peut dire s’il sera rentable ou non. D’où le fait que les autres attendent et regardent, je suppose qu’ils ont ce qu’il faut dans les cartons mais qu’ils ne passeront pas à la partie pratique tant que la rentabilité ne sera pas prouvée.


Le 09/05/2016 à 09h 24







carbier a écrit :



Si SpaceX réussit, tant mieux pour eux il auront eu raison.

Si SpaceX échoue, c’est ArianeEspace qui aura eu raison.





Je pense pas que la question soit d’avoir tort ou raison de manière totalement blanche ou noire… la réussite peut se présenter avec des niveaux différents.



Ce qui est par contre intéressant, c’est de voir d’autres idées germer autour de la ré utilisabilité, comme le système Adeline d’Airbus… ce qui est par contre dommage, c’est que ce n’est pas près d’être fiancé.

&nbsp;



Le 09/05/2016 à 09h 27







piklo a écrit :



Comme d’hab ces derniers temps alors, mais ça n’a pas tjrs été le cas. Ariane Espace, Airbus, le tgv c’est (c’était) pas vraiment à la ramasse non plus…

Et sur bien d’autres points les USA sont quand même bien derrières les européens. Bref tout n’est pas blanc ou noir, mais le self bashing ça me pèse surtout un lundi matin <img data-src=" />





Bien d’accord avec toi sur ce point…



Le 09/05/2016 à 09h 32







Commentaire_supprime a écrit :



Je pense qu’Arianespace a tout à gagner à attendre de voir ce que ça va donner Space X avant de faire pareil en mieux, ou pas, en économisant des frais de mise au point. Pour l’instant, leur étage récupérable, c’est un prototype, et en série, on ne sait pas ce que ça donne.





Attendre pour la phase commerciale, pourquoi pas, mais il serait fou de ne pas travailler aujourd’hui sur un prototype… car si SpaceX réeussi son pari et casse les prix dans les 5 ans, Ariane Espace sera dans une situation impossible si elle n’a pas au moins une solution en phase test.



Le 09/05/2016 à 09h 42

Avec les outils de simulation actuels des ratés comme celui-là il y en a de moins en moiins et loupé un départ peut être très risqué également (cf Microsoft Zune).


Le 09/05/2016 à 09h 46







Krogoth a écrit :



loupé un départ peut être très risqué également (cf Microsoft Zune).





Le marché de la mise en orbite est politique, financier et technologique, alors que le marché des lecteurs audio est marketing. Je doute qu’on puisse tirer des leçons du second pour le premier.



Le 09/05/2016 à 09h 47

Tout ce qui est satellite d’observation de la Terre par exemple. Entre autre sur des orbites héliosynchrones (autrement dit ça repasse tous les jours au même endroit à la même heure par rapport au soleil), mais aussi sur des orbites encore plus basses pour tout ce qui est satellite militaire, satellite de surveillance, etc. Tout ce qui touche à la cartographie à intérêt à être en orbite basse, pour avoir une meilleure résolution spatiale, et pour capturer plus d’image en un temps donné. Mais c’est aussi le cas pour les constellations de satellites type OneWeb https://fr.wikipedia.org/wiki/Constellation_de_satellites_OneWeb) ou le GPS…



A contrario l’orbite géostationnaire n’est intéressante que pour des couvertures statiques, type diffusion TV ou satellites de télécommunication (et encore pas tous, car ça implique un délai important). D’autant que l’orbite géostationnaire n’est pas compatible avec une utilisation dans les hautes latitudes (les satellites se retrouvent sous la ligne d’horizon, et sont même déjà perturbés dès les 60° de latitude…).



Bref, chaque orbite a ses avantages et inconvénients. Mais pour te donner une idée de la différence, l’orbite géostationnaire est à 36.000kms d’altitude, le GPS à 20.000 kms, des satellites d’obsrvation comme SPOT 6-7 à 700kms et la station spatiale internationale à 400 kms…


Le 09/05/2016 à 09h 54

http://www.air-cosmos.com/airbus-devoile-ses-concepts-pour-des-lanceurs-semi-reutilisables-36555

Rassuré ?

Et tu noteras que ce n’est pas juste du powerpoint, ça a influencé certains choix techniques d’Ariane 6…


Le 09/05/2016 à 09h 55





French Bashing ? J’adore quand on déforme mes propos. Surtout avec un ton Carbier, dans la demi mesure et la certitude d’avoir raison.&nbsp;

Je parle où des ingénieurs dans mes propos ? “Arianespace qui pleure” c’est à dire Stéphane Israël si tu connais (wikipédia est ton ami). Je te laisse prendre connaissance de sa dernière interview dans le Monde.

La solution n’est pas de se lamenter mais justement de faire confiance aux ingénieurs.&nbsp;



Space X ne développe pas que le réutilisable. Falcon 9 est consommable, de base.

Si la récupération n’est pas rentable, ils auront quand même développé des fusée consommables performantes, car elles le sont.

La Falcon 9 Heavy a tout à prouver et on saura avant 2020 (avant Ariane 6) si Space X a réussi son pari avec la fusée la plus puissante depuis Saturn V. Et donc si Space X sera présent ou non lors de la prochaine décade.


Le 09/05/2016 à 10h 02

«&nbsp;l’Europe doit prendre la mesure de ce qui se passe aux États-Unis, car si rien n’est fait, dans dix&nbsp;ans, notre filière des lanceurs sera en grande difficulté&nbsp;».Il est marrant, ça fait des années qu’ils arrête pas de nier le “danger” que représente SpaceX et la brusquement il se réveille ^^’


Le 09/05/2016 à 10h 03

18 missions a lancer cette année. On verra s’ils arrivent au compte par contre vu que ça demande une augmentation de cadence. La ils en sont a 318.


Le 09/05/2016 à 10h 07







Poppu78 a écrit :



http://www.air-cosmos.com/airbus-devoile-ses-concepts-pour-des-lanceurs-semi-reutilisables-36555

Rassuré ?

Et tu noteras que ce n’est pas juste du powerpoint, ça a influencé certains choix techniques d’Ariane 6…





J’ai parlé du système Adeline un peu plus tôt… il faut toutefois noter qu’il ne faut rien attendre de cette initiative avant 2025-2030… si ça ne rejoint pas l’avion spatial Hermès dans la catégorie “on a fait de beaux modèles réduits pour le Bourget et on a pas été plus loin”



Le 09/05/2016 à 10h 08

&nbsp;Ça vient d’où tes 76 % ?



Budget 2015 ESA :

France&nbsp; : 22,2 %

Allemagne : 24,6 %

&nbsp;

http://www.esa.int/For_Media/Highlights/ESA_budget_2015


Le 09/05/2016 à 10h 10







ragoutoutou a écrit :



Sérieusement, si SpaceX arrive à reconditionner et réutiliser les premiers étages à prix réduit, ça va faire mal aux entreprises aérospatiales de bon papa…







Mouais, ca reste à voir… à ma connaissance, ils ne jouent pas sur le meme tableau… encore…



Le 09/05/2016 à 10h 10

C’est financement no limit, car ça évite à la NASA de faire ces recherches, eux ils financent juste et après récupèreront les lanceurs…


Le 09/05/2016 à 10h 24







carbier a écrit :



Pour finir SpaceX fait un pari énorme sur la réutilisation du 1er étage. Cela reste un pari et on ne développe pas un projet tel que celui la en parallèle d’un projet à fusée “jetable”.





Ben si, cf la Falcon9, qui en mode “jetable” reste un lanceur très compétitif.



Le 09/05/2016 à 10h 28

Beaucoup parlent de F9 petit lanceur, Ariane gros lanceur… Oubliez pas FH qui arrive a la fin de l’année, et qui est plus gros que tout ce qui existe actuellement…


carbier Abonné
Le 09/05/2016 à 10h 30







Dicky Premier a écrit :



French Bashing ? J’adore quand on déforme mes propos. Surtout avec un ton Carbier, dans la demi mesure et la certitude d’avoir raison.





Ce n’est pas moi qui ait dit que c’était une blague de ne sortir Ariane 6 qu’en 2020 avec tous les sous entendus derrière…





Dicky Premier a écrit :



Je parle où des ingénieurs dans mes propos ? “Arianespace qui pleure” c’est à dire Stéphane Israël si tu connais (wikipédia est ton ami). Je te laisse prendre connaissance de sa dernière interview dans le Monde.

La solution n’est pas de se lamenter mais justement de faire confiance aux ingénieurs.





Il ne se lamente par rapport à la technologie de SpaceX mais par rapport à la distorsion de concurrence: en gros les US les financent indirectement comme pour Boeing et ils demandent donc un soutien plus important de l’UE.

La bataille des lanceurs n’est pas seulement une bataille technologique c’est aussi et surtout une bataille géopolitique entre les US, la Russie, la Chine et l’Europe…






Le 09/05/2016 à 10h 36







KP2 a écrit :



Mouais, ca reste à voir… à ma connaissance, ils ne jouent pas sur le meme tableau… encore…





Tout dépend de ce qu’on appelle même tableau…

&nbsp;

SpaceX, c’est plus de 4000 personnes, Arianespace c’est 330 …

&nbsp;

Cette année, si tout se passe bien, SpaceX aura effectué 14 lancements en technologie propre… contre 8? pour Arianespace…



… et beaucoup plus d’étages de Falcon 9 que d’étages d’Ariane 5 reviendront se poser après avoir accomplis leurs missions.

&nbsp;



Le 09/05/2016 à 10h 42

C’est beau ce que à quoi Space X est arriver en seulement 14 ans (créations en 2002 si j’en croit Wikipédia). A coter de ça nous européen, on a pas évoluer depuis près de 20 ans (Ariane 5 premier vol en 1996)… Et encore au moins 4 ans avant la prochaine version… Alors que si on avait une vrai volonté européenne pour Arianespace, on pourrais largement faire mieux que SpaceX… Mais non l’espace c’est pas intéressant (rien que de voir qu’on a jamais eu de lancer pour des missions habité et que l’on a toujours été dépendant des USA/Russes pour ça)…

Enfin peut-être que ça réveillera nos crétins qui nous gouvernent…

(Si en plus SpaceX arrivent à envoyer des hommes sur Mars avant aucune agence gouvernementale, ca va être jolie…)


Le 09/05/2016 à 10h 54

Avec sa mise à jour Falcon 9 peut déjà concurrencer Ariane 5 pour la plupart des gros satellites en géostationnaire sauf qu’il peut n’en mettre qu’un seul sur orbite, là où ça fait mal c’est que lancer 2 Falcon 9 reste moins cher que de lancer une seule Ariane avec 2 satellites. Si en plus il réussi son pari du réutilisable sans même parler de Falcon Heavy ça va faire encore plus mal, je crois que le seul obstacle de SpaceX pour le moment c’est sa capacité à enchainer les lancements mais ils finiront bien atteindre leur vitesse de croisière.


Le 09/05/2016 à 11h 03

Vous oublier de dire que la plupart des lancements sont une volonté politique des entreprises. ( ex: charge utilile sat - entreprise francais, développement - entreprises us , etc… ) est au final c’est l’assurance du contractant qui valide ou non l’envoi avec tel ou tel lanceur. Est dans l’esprit des assurances Ariane est le plus fiable est préfèrer. Mis bon si on ne craint rien dans un avenir proche, il vas falloir ce bouger.


Le 09/05/2016 à 11h 17

La NASA à toujours été un vaste gouffre a pognon (comme concorde, comme le TGV, comme ariane). Jeter suffisamment de brouzouf sur un sujet quelconque et pas révolutionnaire et vous y arriverez. le TGV n’était pas un exploit même aller sur la lune n’était pas un exploit. L’exploit c’est de faire des choses complexes avec peut de moyens choses qu’une agence publique ne pourra jamais faire car le budgets de ces agences ne dépend pas leur réussite commerciale donc pourquoi innover, pourquoi prendre des risques? Il vaut mieux continuer à vivre pépère des subventions et jouer la sécurité pour se faire oublier car les crashs de fusées au 20H pourrait faire se rendre compte au contribuable qu’ils finances un truc pour rien.&nbsp;


Le 09/05/2016 à 11h 22

La “volonté” n’a rien à voire dans l’histoire. pour avancer il faut innover, pour innover il faut prendre des risques. par définition une administration ne prend jamais de risques sauf en temps de guerre (et encore)


Le 09/05/2016 à 11h 26

C’est vrai, c’est pas comme si l’europe ne financait pas directement et massivement ariane espace depuis 50 ans…


Le 09/05/2016 à 11h 42







ragoutoutou a écrit :



Tout dépend de ce qu’on appelle même tableau…

 

SpaceX, c’est plus de 4000 personnes, Arianespace c’est 330 …

 

Cette année, si tout se passe bien, SpaceX aura effectué 14 lancements en technologie propre… contre 8? pour Arianespace…



… et beaucoup plus d’étages de Falcon 9 que d’étages d’Ariane 5 reviendront se poser après avoir accomplis leurs missions.





12 Lancements prévus cette année pour Arianespace est une grosse partie sont des lancements double, c’est a dire qu’A5 lance 2 satellites d’un seul coup.



Le 09/05/2016 à 11h 45







Kikilancelot a écrit :



&nbsp;Alors que si on avait une vrai volonté européenne pour Arianespace, on pourrais largement faire mieux que SpaceX…





Suffit de regarder l’Airbus A400M pour se rendre compte que la ‘vrai volonté européenne’ c’est pas demain la veille…



Reste que si l’Europe veut faire barrage à SpaceX, elle n’a qu’à exiger que cette entreprise soit cotée en bourse: deux mois après l’entreprise deviendra stagnante sous la pression des actionnaires…

&nbsp;



Le 09/05/2016 à 11h 46







trashcan75 a écrit :



Avec sa mise à jour Falcon 9 peut déjà concurrencer Ariane 5 pour la plupart des gros satellites en géostationnaire sauf qu’il peut n’en mettre qu’un seul sur orbite, là où ça fait mal c’est que lancer 2 Falcon 9 reste moins cher que de lancer une seule Ariane avec 2 satellites. Si en plus il réussi son pari du réutilisable sans même parler de Falcon Heavy ça va faire encore plus mal, je crois que le seul obstacle de SpaceX pour le moment c’est sa capacité à enchainer les lancements mais ils finiront bien atteindre leur vitesse de croisière.





Si tu prends le prix publique de Spacex qui sont a minima. Mais dans les faits c’est souvent plus cher que ce qu’ils mettent en avant. Le dernier GPS c’est 82 millions de dollars par exemple, loin des 62. Et pour l’instant, juste pour rappel il ont surtout fait mal aux Russes. Mais ces derniers se sont saborde tout seul. Arianespace n’a jamais remporte autant de contrats et fait autant de lancements.



Le 09/05/2016 à 11h 48







ragoutoutou a écrit :



Suffit de regarder l’Airbus A400M pour se rendre compte que la ‘vrai volonté européenne’ c’est pas demain la veille…



Reste que si l’Europe veut faire barrage à SpaceX, elle n’a qu’à exiger que cette entreprise soit cotée en bourse: deux mois après l’entreprise deviendra stagnante sous la pression des actionnaires…





Ce qui est intéressant c’est de voir que les gouvernements nationaux ont de moins en moins d’ambition. Et c’est aujourd’hui l’UE qui joue de plus en plus au moteur avec différents programmes spatiaux fédérateurs.



Le 09/05/2016 à 11h 53

Un autre gros soucis pour Arianespace c’est que les deux plus gros marchés pour les satellites sont les USA et la Chine, c’est juste les deux seuls pays qui en ont assez domestiquement pour faire vivre leur industrie spatiale avec notamment les juteux contrats des marchés publiques aux USA qui sont fermé aux autres pays. Jusque là c’était le consortium Boeing/Lockheed qui avait ce marché qu’ils facturaient 2 à 3x plus cher que n’importe qui mais avec SpaceX qui vient de remporter un contrat avec l’armée américaine ils pourront encore plus jouer sur les prix pour leur clients hors-USA. &nbsp;Ce n’est pas pour rien que Hollande exige une ouverture des marchés publiques aux USA dans les négociations du TTIP car dans moins de 10 ans ça pourrait couler l’industrie spatiale européenne. Le patron l’Arianespace s’en est d’ailleurs alarmé récemment.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/05/05/face-a-spacex-le-pdg-d-arianes…

&nbsp;


Le 09/05/2016 à 12h 00







seb2411 a écrit :



12 Lancements prévus cette année pour Arianespace est une grosse partie sont des lancements double, c’est a dire qu’A5 lance 2 satellites d’un seul coup.





Sur l’agenda, je vois quelques un de ces lancements via Soyouz …&nbsp; pour Galileo…



Sinon, je vois aussi quelques lancements doubles pour la F9 (deux en juin par exemple)… et en novembre, 10 satellites en un lancement pour l’opérateur télécom “Iridium NEXT” (comme quoi le nombre de satellites, ça dit pas grand chose)…



&nbsp;



Le 09/05/2016 à 12h 04







ragoutoutou a écrit :



Sur l’agenda, je vois quelques un de ces lancements via Soyouz …  pour Galileo…



Sinon, je vois aussi quelques lancements doubles pour la F9 (deux en juin par exemple)… et en novembre, 10 satellites en un lancement pour l’opérateur télécom “Iridium NEXT” (comme quoi le nombre de satellites, ça dit pas grand chose)…





Du coup le nombre de lancement non plus.



Le 09/05/2016 à 12h 07







Ler van keeg a écrit :



SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, .







Tu réalises que Falcon Heavy de Space X lancera des satellites BEAUCOUP plus lourds ( deux fois plus) que Ariane dès cet automne tant en orbite basse que géostationnaire.




Le 09/05/2016 à 12h 07







ragoutoutou a écrit :



Reste que si l’Europe veut faire barrage à SpaceX, elle n’a qu’à exiger que cette entreprise soit cotée en bourse: deux mois après l’entreprise deviendra stagnante sous la pression des actionnaires…

&nbsp;



Ah, ce genre de clichés…&nbsp;

Combien de jeunes pousses ont connu une grande expansion de leur business suite à leur introduction en bourse ? Beaucoup. Parfois temporairement, parfois plus durablement.

&nbsp;

Le but d’un actionnaire, c’est en général de gagner de l’argent. Et quand un actionnaire investit dans une entreprise en pleine expansion, ce n’est pas dans son intérêt de la freiner (contrairement à celui qui achètera un major du CAC40 qui préfèrera une certaine stabilité).&nbsp;



Est-ce qu’il serait possible de moins véhiculer ce genre d’idées dommageables pour tous les acteurs économiques ? Merci.



Le 09/05/2016 à 12h 09







seb2411 a écrit :



Du coup le nombre de lancement non plus.





ça dépend si la fusée revient après ou pas <img data-src=" />



Le 09/05/2016 à 12h 10
Le 09/05/2016 à 12h 12







von-block a écrit :



Tu réalises que Falcon Heavy de Space X lancera des satellites BEAUCOUP plus lourds ( deux fois plus) que Ariane dès cet automne tant en orbite basse que géostationnaire.





Nop car au final tu n’as pas de satellite de cette taille. Et pas de projet dans ce sens. Le Falcon Heavy a du sens pour des missions habitées ou des lancements multiples. Encore que dans ce cas le volume risque d’être la limite.



Le 09/05/2016 à 12h 13







dmann a écrit :



De la cour des comptes.








http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/La-politique-de-transport-spati…





Ca date un peu par contre. Il s’est passe pas mal de choses depuis.



Le 09/05/2016 à 12h 15

Le plus intéressant n’est pas de savoir si la récupération et la remise en état du premier étage est rentable maintenant, c’est surtout que si ça ne l’est pas, SpaceX (et BlueOrigin) vont tout faire pour que ça le devienne.



L’étape d’après ce sera les lanceurs 100% réutilisables (pour tous les étages - si tant est que cette organisation perdure et qu’on n’ait pas à la place un vaisseau fait d’un seul bloc)



Et l’étape encore après, ce sont les engins spatiaux permettant les vols civils dans l’espace…



L’avenir est en marche, et ça fait plaisir à voir :)





Par contre les européens ont vraiment intérêt à se bouger le luc dès maintenant, l’avance d’Ariane5 ne durera pas éternellement.


Le 09/05/2016 à 12h 18







ragoutoutou a écrit :



Tout dépend de ce qu’on appelle même tableau…

&nbsp;

SpaceX, c’est plus de 4000 personnes, Arianespace c’est 330 …

&nbsp;

Cette année, si tout se passe bien, SpaceX aura effectué 14 lancements en technologie propre… contre 8? pour Arianespace…



… et beaucoup plus d’étages de Falcon 9 que d’étages d’Ariane 5 reviendront se poser après avoir accomplis leurs missions.

&nbsp;





On peut difficilement comparer les employés , Arianespace c’est la société qui exploite les lanceurs , c’est astrium qui les conçoit / fabrique . Astrium space system c’est 17 000 personnes.



De même pour le nombre de lancement , pour arianespace il faut aussi compter les vega et soyouz



Le 09/05/2016 à 12h 19







seb2411 a écrit :



Nop car au final tu n’as pas de satellite de cette taille. Et pas de projet dans ce sens. Le Falcon Heavy a du sens pour des missions habitées ou des lancements multiples. Encore que dans ce cas le volume risque d’être la limite.







En fait non, car pour le moment, Falcon Heavy prévoit embarquer plusieurs satellites à la fois lors de ces premières missions (pour le moment plusieurs satellites de la même compagnie, mais rien ne l’empêche d’en lancer un jour de différentes compagnies)



Le 09/05/2016 à 12h 20







Natsume a écrit :



Par contre les européens ont vraiment intérêt à se bouger le luc dès maintenant, l’avance d’Ariane5 ne durera pas éternellement.





Les européen avancent mais c’est forcement plus complexe et politique et donc plus long. La priorité c’est A6 pour dans 4 ans. Pour avoir un lanceur valable. Ensuite il y a plusieurs projets en cours pour pouvoir réutiliser l’étage principal d’Ariane 6.



Le 09/05/2016 à 12h 22







von-block a écrit :



En fait non, car pour le moment, Falcon Heavy prévoit embarquer plusieurs satellites à la fois lors de ces premières missions (pour le moment plusieurs satellites de la même compagnie, mais rien ne l’empêche d’en lancer un jour de différentes compagnies)





Oui mais le volume est limite en coiffe (je doute que tu fasses entrer plus deux gros satcom). Du coup c’est un peu complexe. Perso je vois pas Falcon Heavy comme autre chose que pour de grosses missions spécialise (USAF, NASA et autre). sauf a sous utiliser le lanceur.



Le 09/05/2016 à 12h 38

Je ne connais pas toutes leurs missions, mais je sais que VIASAT avait prévu de lancer leur prochain satellite Viasat-2 avec Falcon Heavy cet automne.



Par contre à cause de délais ils ont dû se tourner vers Ariane-5



Le satellite fait 6700Kg. C’est donc dire que Falcon Heavy fera du commercial aussi et compétionera avec Ariane.



Le 09/05/2016 à 12h 42







Natsume a écrit :



Le plus intéressant n’est pas de savoir si la récupération et la remise en état du premier étage est rentable maintenant, c’est surtout que si ça ne l’est pas, SpaceX (et BlueOrigin) vont tout faire pour que ça le devienne.&nbsp;



Même si je suis plutôt optimiste sur ce sujet, il faut quand même garder en tête que ce n’est pas parce qu’on veut quelque chose qu’on peut forcément y parvenir…

&nbsp;

Ca a l’air bien partit pour le moment, mais la vraie question sera de connaitre le coût de remise en fonction des différents étages: pour chaque pourcent de défaillance supplémentaire, ce sont des millions qui s’envolent.&nbsp;



Le 09/05/2016 à 13h 01







Faith a écrit :



Même si je suis plutôt optimiste sur ce sujet, il faut quand même garder en tête que ce n’est pas parce qu’on veut quelque chose qu’on peut forcément y parvenir…



&nbsp;     



Ca a l’air bien partit pour le moment, mais la vraie question sera de connaitre le coût de remise en fonction des différents étages: pour chaque pourcent de défaillance supplémentaire, ce sont des millions qui s’envolent.&nbsp;





Quand on voit que les essaies d’atterrissage ont débuté en 2012 on peut s’imaginer que le développement du système a dû commencer bien des années plus tôt, trois, quatre ou même cinq ans avant. Ca m’étonnerait quand même qu’ils aient passé autant de temps et d’énergie si ils n’étaient pas certain que ce ne soit pas rentable.



Le 09/05/2016 à 13h 10







von-block a écrit :



Tu réalises que Falcon Heavy de Space X lancera des satellites BEAUCOUP plus lourds ( deux fois plus) que Ariane dès cet automne tant en orbite basse que géostationnaire.





N’exagérons rien.

SpaceX n’a pas grand chose comme retour sur cette fusée, et vu la fiabilité d’Ariane sur le long terme, ce n’est pas tout de suite qu’une agence qui aura fabriqué un satellite de cette envergure fera confiance à SpaceX les yeux fermés…



Le 09/05/2016 à 13h 24







trashcan75 a écrit :



Quand on voit que les essaies d’atterrissage ont débuté en 2012 on peut s’imaginer que le développement du système a dû commencer bien des années plus tôt, trois, quatre ou même cinq ans avant. Ca m’étonnerait quand même qu’ils aient passé autant de temps et d’énergie si ils n’étaient pas certain que ce ne soit pas rentable.





J’en doute. Si tu ne prends pas de risques, surtout dans ce genre de secteur, tu n’obtiendras rien. Il faut rappeler que fin 2008 il étaient pas loin d’abandonner. Et les différents crash et rate a l’atterrissage montre qu’il n’y a pas de certitudes. Leur business plan se base sur certaines assomptions et prévisions mais il faut que les prévisions collent avec la réalité. Et ça c’est toujours impossible d’avoir des certitudes.



Le 09/05/2016 à 13h 26







trashcan75 a écrit :



si ils n’étaient pas certain que ce ne soit pas rentable.



Ils en sont convaincus. Mais impossible d’en être certain tant que les réutilisations n’auront pas eu lieu de manière régulière.

&nbsp;&nbsp;

Disons qu’il y a forcément moyen de rendre la technique rentable (en limitant à certaines altitudes, etc) mais on ne peut être certain de sa rentabilité absolue pour le moment.&nbsp;

Et quant à révolutionner le prix au kg, c’est encore une autre histoire (je croise les doigts pour que leurs espérances soient confirmées)



Le 09/05/2016 à 13h 28







trashcan75 a écrit :



Quand on voit que les essaies d’atterrissage ont débuté en 2012 on peut s’imaginer que le développement du système a dû commencer bien des années plus tôt, trois, quatre ou même cinq ans avant. Ca m’étonnerait quand même qu’ils aient passé autant de temps et d’énergie si ils n’étaient pas certain que ce ne soit pas rentable.





En tout cas, maintenant qu’ils ont un échantillon “retour pépère” et un “retour extrême”, ils vont pouvoir analyser l’usure dans les deux cas et commencer à définir concrètement leur marge de manœuvre commerciale pour le recyclage.



Le 09/05/2016 à 13h 34







ragoutoutou a écrit :



En tout cas, maintenant qu’ils ont un échantillon “retour pépère” et un “retour extrême”, ils vont pouvoir analyser l’usure dans les deux cas et commencer à définir concrètement leur marge de manœuvre commerciale pour le recyclage.





Yep c’est la partie cruciale. Récupérer les étages on savait que c’était possible, mais rendre tout ça fiable et rentable c’est une autre paire de manche. C’est de mon point de vue LA partie décisive a défaut d’être la partie impressionnante.



Le 09/05/2016 à 13h 36

Pas de satellites de cette taille car pas de fusee de cette taille. On va pas fabriquer des satellites que l’on ne peut pas lancer. La FH permettra a ces satellites d’apparaitre, meme si ca prendra du temps.


Le 09/05/2016 à 13h 38

l’une des autres utilités &nbsp;de la FH est de permettre une recuperation du premier étage la ou un satellite lourd sur F9 le permettrait pas forcement.


Le 09/05/2016 à 13h 42







luinil a écrit :



Pas de satellites de cette taille car pas de fusee de cette taille. On va pas fabriquer des satellites que l’on ne peut pas lancer. La FH permettra a ces satellites d’apparaitre, meme si ca prendra du temps.





Ariane 5 et les lanceurs US peuvent lancer plus de 10 tonnes. Ce n’est pas pour autant que tu as des sats de 10 tonnes. Et la baisse moyenne des masses des sats est amplifiée par l’arrivée de nouvelles technos, comme la propulsion électrique qui a permis de fortement réduire la masse au lancement.



Le 09/05/2016 à 13h 47







Misesboy a écrit :



La NASA à toujours été un vaste gouffre a pognon (comme concorde, comme le TGV, comme ariane). Jeter suffisamment de brouzouf sur un sujet quelconque et pas révolutionnaire et vous y arriverez. le TGV n’était pas un exploit même aller sur la lune n’était pas un exploit. L’exploit c’est de faire des choses complexes avec peut de moyens choses qu’une agence publique ne pourra jamais faire car le budgets de ces agences ne dépend pas leur réussite commerciale donc pourquoi innover, pourquoi prendre des risques? Il vaut mieux continuer à vivre pépère des subventions et jouer la sécurité pour se faire oublier car les crashs de fusées au 20H pourrait faire se rendre compte au contribuable qu’ils finances un truc pour rien.&nbsp;





Arf ça permet surtout de faire des avancées technologiques qui n’auraient pas pu se faire dans d’autres conditions, ou sur un plus long terme.



Si on n’avait pas chercher à déposer un mec sur la Lune dans les années 60, tu ne serais pas en train de commenter sur ce site web depuis ton PC ou ton smartphone par exemple.



Le 09/05/2016 à 14h 08







Ler van keeg a écrit :



Arf ça permet surtout de faire des avancées technologiques qui n’auraient pas pu se faire dans d’autres conditions, ou sur un plus long terme.



Si on n’avait pas chercher à déposer un mec sur la Lune dans les années 60, tu ne serais pas en train de commenter sur ce site web depuis ton PC ou ton smartphone par exemple.





Exact et si la NASA n’avait pas développé les technos, formée tout ce monde et crée un vivier d’ingénieurs compétents avec une grosse expérience il n’y aurait tout simplement pas de SpaceX.



Les grosses agences comme la NASA et l’ESA leurs but c’est d’investir la ou ce n’est pas rentable pour les entreprises pour des raisons scientifiques ou technologiques et ouvrir la voie ensuite aux entreprises nationales.



C’est une blague ? Ce n’est plus trop ca ?

Officiellement en baisse, tous les projets de développements civils sont portés par des projets militaires.

Plus cons que nous, on les aide…. cf. F35 !

&nbsp;


Rappelons à ceux qui n’y connaissent pas grand chose, et vu les commentaires, ils sont nombreux que les technologies embarquées dans la Falcon sont très anciennes et plutôt considérées comme obsolètes !



&nbsp;Ce qui a changé, c’est tout ce qu’il a autour… financement, gestion du risque, industrialisation, etc.



Faut comparer ce qui est comparable, SpaceX est l’arme utilisée par les USA pour s’attaquer aux industries spatiales mondiales, en leur refourguant cadeau des technologies et des moyens (base spatiale) ainsi qu’une quantité astronomique d’argent public via des contrats Dragon surpayés !


Le 09/05/2016 à 14h 14







seb2411 a écrit :



Yep c’est la partie cruciale. Récupérer les étages on savait que c’était possible, mais rendre tout ça fiable et rentable c’est une autre paire de manche. C’est de mon point de vue LA partie décisive a défaut d’être la partie impressionnante.





Remarque, ne pas être capable de ramener le premier étage du tout aurait été également décisif…





  • S’ils ne savent pas recycler de manière satisfaisante rapidement, ça reléguera le lanceur à un status de bon lanceur pas trop cher et ils pourront encore itérer sur la technologie ou la revoir complètement pour améliorer la récupérabilité.

    &nbsp;

  • S’ils savent recycler les étages de manière satisfaisante rapidement, ils seront en position pour casser les prix d’ici quelques années et mettre les concurrents dans&nbsp; une situation intenable si ceux-ci n’ont pas une technologie pour survivre à la baisse des coûts.



    De toutes façons ce ne sera pas un tout ou rien vu l’approche… si par exemple ils ne doivent replacer 3 des 9 moteurs à chaque retour (les trois moteurs utilisés pour freiner), ça représente combien de millions d’économisés?



    En tout cas, face à SpaceX, ne pas avoir de projet concret avec des dates concrètes et une priorité élevée sur ce genre de technologie pourrait bien s’avérer suicidaire.



Le 09/05/2016 à 14h 24







seb2411 a écrit :



J’en doute. Si tu ne prends pas de risques, surtout dans ce genre de secteur, tu n’obtiendras rien. Il faut rappeler que fin 2008 il étaient pas loin d’abandonner. Et les différents crash et rate a l’atterrissage montre qu’il n’y a pas de certitudes. Leur business plan se base sur certaines assomptions et prévisions mais il faut que les prévisions collent avec la réalité. Et ça c’est toujours impossible d’avoir des certitudes.





Ils ont crashé leur 3 premiers lancements avec Falcon 1 mais qui n’a pas déjà raté ses premiers lancements? Le crash de l’année passé n’était pas dû à un défaut de conception ou à une maladresse mais à un boulon défectueux d’un contractant qui n’avait pas respecté les normes, ils ont changé depuis. Pour ce qui est des attérissages les crashes le temps de parfaire le truc est tout à fait normal et on voit que ça fonctionne de mieux en mieux, de toute manière Elon a déjà dit qu’il n’espérait pas cette année tous les récupérer mais au moins la moitié et jusqu’à 90% dès 2018. Même si personne n’est à l’abris d’un accident, il suffit de voir la Russie, on peut dire que la mise en orbite est maitrisé et l’atterissage le sera aussi, faut juste voir la rentabilité du truc maintenant mais on le saura bien assez vite.



Le 09/05/2016 à 14h 26







AlphaBeta a écrit :



Rappelons à ceux qui n’y connaissent pas grand chose, et vu les commentaires, ils sont nombreux que les technologies embarquées dans la Falcon sont très anciennes et plutôt considérées comme obsolètes !





Ce serait intéressant d’avoir une véritable analyse sur ce point (genre écrite par un vrai spécialiste), et de comparer aussi ça aux Ariane 5 et Soyouz … Avoir aussi une mise en perspective des coûts de “l’obsolète” face aux solutions supérieures d’un point de vue industrialisation/recyclage …



On pourrait en revenir à la blague “j’ai pas besoin de courir plus vite que l’ours, je dois juste courir plus vite que toi”



&nbsp;



Le 09/05/2016 à 14h 38







ragoutoutou a écrit :



En tout cas, face à SpaceX, ne pas avoir de projet concret avec des dates concrètes et une priorité élevée sur ce genre de technologie pourrait bien s’avérer suicidaire.





Exact et ce que je trouve remarquable avec SpaceX c’est leur stratégie à long terme justement, même si c’est utopique, pour eux c’est coloniser Mars alors toutes leur innovations tournent autour de ça, par exemple le système d’évacuation de Dragon qui va servir en même temps de système pour attérrir sur Mars, lui même élaboré grâce aux essaies sur la récupération qui va lui permettre de rentre le voyage plus accessible financièrement etc.. juste génial alors que la stratégie des autres se résume désormais à ne pas se laisser distancer par SpaceX sur les satellites commerciaux, ça fait presque pshiiit limite.



Le 09/05/2016 à 14h 49

Oups désolé je n’avais pas fait attention que c’était toi qui en avais parlé.

Pour la date ça ne me paraît pas incohérent : ça laisse le temps de voir si le marché vaut le coup ou pas, et de paufiner en observant les erreurs de SpaceX. Je pense que c’est aussi un appel du pied pour les subventions…


Le 09/05/2016 à 14h 56

Oui mais entre le falcon premier du nom qui a tente un atterrissage et les Falcon 9 aujourd’hui il y a beaucoup de changements et je pense que leur vision entre celle d’il y a 15 ans et celle d’aujourd’hui a change. Il n’y a pas de certitudes.


Le 09/05/2016 à 14h 58







seb2411 a écrit :



[…] Leur business plan se base sur certaines assomptions[…]



&nbsp;Ils font les lancements le 15 août seulement ?



Blague vaseuse, mais ce mot est un faux ami



Le 09/05/2016 à 15h 14







levhieu a écrit :



Ils font les lancements le 15 août seulement ?



Blague vaseuse, mais ce mot est un faux ami





arf en effet ^^ .



Le 09/05/2016 à 15h 20







levhieu a écrit :



Ils font les lancements le 15 août seulement ?



Blague vaseuse, mais ce mot est un faux ami







C’est un “demi” faux ami, the Assumption (avec majuscule) se traduit bien par l’Assomption en français. Mais après c’est le contexte ^^



Le 09/05/2016 à 15h 28







Poppu78 a écrit :



Oups désolé je n’avais pas fait attention que c’était toi qui en avais parlé.

Pour la date ça ne me paraît pas incohérent : ça laisse le temps de voir si le marché vaut le coup ou pas, et de paufiner en observant les erreurs de SpaceX. Je pense que c’est aussi un appel du pied pour les subventions…





Je pense que c’est surtout le dernier point… mais ça me semble très risqué de ne pas se montrer plus volontaire…



Le 09/05/2016 à 16h 03







ragoutoutou a écrit :



Je pense que c’est surtout le dernier point… mais ça me semble très risqué de ne pas se montrer plus volontaire…





La problématique pour les Européens c’est surtout de pouvoir lancer suffisamment pour rentabiliser la réutilisation. Maintenant il y a des études en cours qui pourraient se concrétiser une fois A6 opérationnelle.



Le 09/05/2016 à 16h 28

Les premiers Falcon n’ont pas essayer d’atterrir, ce qu’ils n’arrivaient pas a bien faire était la separation entre le premier et second étage ou le premier avait tendance a pas couper son moteur complètement et a rentrer en collision avec le second.


Le 09/05/2016 à 19h 07

D’un côté vu que pour l’aérospatiale ça a tendance à utiliser des technos un peu vieille mais qui ont fait leur preuve hein… Après vu qu’on a pas fait énormément de progrès technique dans le lancement d’un satellite bah est-ce vraiment de la vieille techno ?


En France, avant de vouloir lancer une fusée, il faut d’abord survivre aux banques qui œuvrent sans relâche pour vous surendetter avant de tout saisir, aux 36 000 organismes de taxation et de collecte (URSAFF, CCI, Chambre de Métiers, mutuelles, assurances…sans oublier la taxe sur la musique du répondeur téléphonique), aux législations qui changent tous les mois, aux concurrents et aux basses manœuvres politiques.


Les moteurs ressemblent furieusement aux moteurs des années 6070, sont&nbsp;même moins performants que les &nbsp;vicking des premières Ariane.

Seule différence, ils en mettent 9 pour faire décoller leur bousin quand Ariane 1-4 se contentait de 4 moteurs e t des boosters.

Ce qui a changé, c’est que la construction de ces moteurs entre dans une chaine industrielle et logistique totalement issue du privée…. pas de service public, pas de financement de la recherche, rien de tout ca…

La NASA se chargeant de les alimenter en pognon via des contrats bidons (Dragon), et de leur mettre à disposition toute la logistique américaine de lancement&nbsp;quand Arianespace loue le centre spatial guyanais…



&nbsp;Quant à l’atterrissage du premier étage, c’est juste un peut&nbsp;de mécanique, rappelons que les européens ont fait&nbsp;atterrir des sondes sur Titan, sur un astéroïde.. la technologie pour recouper un étage est simplement jusqu’à maintenant jugée non rentable !

Arretons donc ces mascarades autour de spaceX

&nbsp;


Le 10/05/2016 à 09h 33







Kikilancelot a écrit :



D’un côté vu que pour l’aérospatiale ça a tendance à utiliser des technos un peu vieille mais qui ont fait leur preuve hein… Après vu qu’on a pas fait énormément de progrès technique dans le lancement d’un satellite bah est-ce vraiment de la vieille techno ?





Justement, toutes ces technos datent des années 50-60, quand l’investissement était massif &nbsp;- course à l’espace, toussa - et se basent sur des techniques des années 40 (c’est moins glorieux certes).



En terme de fusée, on en est à la charrette et on attend le moteur à explosion voire mieux là. Mais les investissements sont moins massifs, alors on préfère se reposer sur des anciennes technos qui ont fait leurs preuves… Ou pas, cf. la fusée Antares qu’on a voulu propulser par des moteurs de fusée N1 (l’équivalent soviétique de la Saturn V), refourgués aux américains,&nbsp;qui n’a jamais marché, et qui finalement marche toujours aussi bien qu’à l’époque (décollage d’Antares).



Le 10/05/2016 à 10h 14







Ler van keeg a écrit :



Justement, toutes ces technos datent des années 50-60, quand l’investissement était massif  - course à l’espace, toussa - et se basent sur des techniques des années 40 (c’est moins glorieux certes).



En terme de fusée, on en est à la charrette et on attend le moteur à explosion voire mieux là. Mais les investissements sont moins massifs, alors on préfère se reposer sur des anciennes technos qui ont fait leurs preuves… Ou pas, cf. la fusée Antares qu’on a voulu propulser par des moteurs de fusée N1 (l’équivalent soviétique de la Saturn V), refourgués aux américains, qui n’a jamais marché, et qui finalement marche toujours aussi bien qu’à l’époque (décollage d’Antares).





En même temps dans tous les domaines de propulsion/motorisation on reste sur des solutions dont l’origine remonte a 1 siècle voir plus.



Par contre si on arrive a terme a réutiliser les fusées et avoir un fonctionnement comme un avion, ça pourrait faire chuter énormément les coûts, et du coup, a terme, pousser vers un très fort développement du marché spatial.



Le 10/05/2016 à 11h 09







AlphaBeta a écrit :



Les moteurs ressemblent furieusement aux moteurs des années 6070, sont&nbsp;même moins performants que les &nbsp;vicking des premières Ariane.

Seule différence, ils en mettent 9 pour faire décoller leur bousin quand Ariane 1-4 se contentait de 4 moteurs e t des boosters. &nbsp;&nbsp;



&nbsp;

Elon ne s’en ai jamais caché, à la base il voulait acheter des lanceurs russes en rab après la chute de l’URSS mais il a finit par se dire qu’il pouvait les faire lui-même, la techno des moteurs n’ayant pratiquement jamais évolué depuis un demi siècle. D’ailleurs même ses lanceurs partent d’un principe russe de privilègier plusieurs petits moteurs les plus simple possible dans leur conception plutôt que peu de gros, cela en prévision du réutilisable, des moteurs faciles à réparer ou à remplacer, de plus si un des moteurs tombe en panne durant un lancement le lanceur peut malgré tout continuer à remplir sa mission. Au niveau des désavantages j’avais juste lu qu’au plus on a de moteurs au plus ça devenait périlleux car chaque moteur doit être légèrement désynchronisé avec le suivant sinon ça créait des tremblements qui faisait exploser le lanceur, pour Falcon Heavy avec ses 27 moteurs le problème est par exemple exponentiellement plus délicat à gérer.



Le 10/05/2016 à 11h 49







Faith a écrit :



Même si je suis plutôt optimiste sur ce sujet, il faut quand même garder en tête que ce n’est pas parce qu’on veut quelque chose qu’on peut forcément y parvenir…

&nbsp;

Ca a l’air bien partit pour le moment, mais la vraie question sera de connaitre le coût de remise en fonction des différents étages: pour chaque pourcent de défaillance supplémentaire, ce sont des millions qui s’envolent.&nbsp;





Pouvoir y parvenir, c’est avant tout une question de temps et de moyens : L’humanité a déjà prouvé à maintes reprises qu’elle savait dépasser des limites apparemment infranchissables.



Le problème des institutionnels comme la NASA et l’ESA, c’est qu’ils sont soumis aux bons vouloirs de nos politiques, tant sur les moyens (le fameux budget et son déficit) et le temps (vite un coup d’éclat avant une élection pour se faire réélire !)

&nbsp;

SpaceX et BlueOrigin n’ont pas ces problèmes : leurs patrons ont largement assez d’argent et assez de patience pour voir leurs rêves se réaliser. Ils n’ont de compte à rendre à personne, et du coup ils peuvent se projeter loin dans l’avenir, et mener de vrais projets.

Même pas besoin d’un calcul pour prédire que ça sera rentable au bout de X années : ils poursuivent un rêve !

Et enfin, ils sont loin d’être des imbéciles. Ils ont déjà réussi de nombreux business (Tesla par exemple).

… Ils vont réussir celui ci aussi, et peut être même plus tôt qu’on ne le pense.

&nbsp;



Le 10/05/2016 à 12h 17







trashcan75 a écrit :



&nbsp;

Elon ne s’en ai jamais caché, à la base il voulait acheter des lanceurs russes en rab après la chute de l’URSS mais il a finit par se dire qu’il pouvait les faire lui-même, la techno des moteurs n’ayant pratiquement jamais évolué depuis un demi siècle. D’ailleurs même ses lanceurs partent d’un principe russe de privilègier plusieurs petits moteurs les plus simple possible dans leur conception plutôt que peu de gros, cela en prévision du réutilisable, des moteurs faciles à réparer ou à remplacer, de plus si un des moteurs tombe en panne durant un lancement le lanceur peut malgré tout continuer à remplir sa mission. Au niveau des désavantages j’avais juste lu qu’au plus on a de moteurs au plus ça devenait périlleux car chaque moteur doit être légèrement désynchronisé avec le suivant sinon ça créait des tremblements qui faisait exploser le lanceur, pour Falcon Heavy avec ses 27 moteurs le problème est par exemple exponentiellement plus délicat à gérer.





Les moteurs russes, il s’est fait coiffer sur le poteau par &nbsp;Orbital Sciences Corporation&nbsp;et il doit être bien content au final, vu que les moteurs des fusées N1 sont tout sauf fiables.



Le 10/05/2016 à 15h 36







Natsume a écrit :



Même pas besoin d’un calcul pour prédire que ça sera rentable au bout de X années : ils poursuivent un rêve !





Exact pour Elon c’est un rêve de gosse, je me rappelle de l’interview où il a été très touché en parlant de ses héros d’enfance comme Neil Amstrong et d’autres astronautes qui avaient dénigré SpaceX en disant qu’il n’y connaissait rien. Quelle belle revanche et c’est pas fini!

https://www.youtube.com/watch?v=8P8UKBAOfGo



&nbsp;A titre personnel, j’espère que cela finira en fumée… mais je dis bien à titre personnel…&nbsp;

&nbsp;

Il n’y a pas de génie à faire voler des fusées des années 60 entièrement&nbsp;montées&nbsp;avec des technologies fournies par la NASA et des moyens financiers illimités également fournis par la NASA….


Le 10/05/2016 à 16h 19







Ler van keeg a écrit :



Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.

C’est un peu comme comparer une gondole et un ferry^^&nbsp;





Tu fais erreur.



&nbsp;SpaceX n’avait pas dévoilé la véritable puissance du Falcon 9. Mais depuis la mise à jour on sait maintenant que le Falcon 9 est beaucoup plus puissant qu’on le pensait.



Le 10/05/2016 à 16h 40







Illuminati a écrit :



Tu fais erreur.



 SpaceX n’avait pas dévoilé la véritable puissance du Falcon 9. Mais depuis la mise à jour on sait maintenant que le Falcon 9 est beaucoup plus puissant qu’on le pensait.







Mouais



Le 10/05/2016 à 16h 47







Gundar a écrit :



Mouais







Je me suis trompé d’image, ne pas tenir compte de ça <img data-src=" />



Le 10/05/2016 à 16h 55







Ler van keeg a écrit :



Ouh là, pas si vite. Pour l’instant nous n’avons pas de soucis à nous faire, SpaceX ne joue pas dans la même catégorie, justement à cause des contraintes dues au principe de l’étage réutilisable. Ariane peut lancer des satellites bien plus lourds, voire plusieurs, sur des orbites différentes.







D’après les constructeurs respectifs, Ariane 5 peut embarquer 20t en orbite basse avec 720 tonnes au sol, contre 22t pour le Falcon 9 avec ses 549 tonnes au total. Ariane est un peu à la ramasse en fait…



http://www.spacex.com/falcon9

http://www.arianespace.com/vehicle/ariane-5/



Le 10/05/2016 à 19h 03







AlphaBeta a écrit :



&nbsp;A titre personnel, j’espère que cela finira en fumée… mais je dis bien à titre personnel…&nbsp;

&nbsp;

Il n’y a pas de génie à faire voler des fusées des années 60 entièrement&nbsp;montées&nbsp;avec des technologies fournies par la NASA et des moyens financiers illimités également fournis par la NASA….





Tu racontes n’importe quoi, c’est une boite 100% privée qui a tout élaboré from scratch, quand à tes espoirs je suis désolé de te dire qu’elles seront très vite douchés.



Le 10/05/2016 à 19h 16







Gundar a écrit :



D’après les constructeurs respectifs, Ariane 5 peut embarquer 20t en orbite basse avec 720 tonnes au sol, contre 22t pour le Falcon 9 avec ses 549 tonnes au total. Ariane est un peu à la ramasse en fait…



http://www.spacex.com/falcon9

http://www.arianespace.com/vehicle/ariane-5/





Je ne suis pas sûr mais je crois que ces chiffres c’est quand Falcon 9 utilise tout son carburant sans espérer dès lors un atterrissage. Je ne sais pas combien il faut retirer de charge utile pour avoir assez de carburant au retour.



Le 10/05/2016 à 21h 07







trashcan75 a écrit :



Je ne suis pas sûr mais je crois que ces chiffres c’est quand Falcon 9 utilise tout son carburant sans espérer dès lors un atterrissage. Je ne sais pas combien il faut retirer de charge utile pour avoir assez de carburant au retour.





&nbsp;

Ce n’est pas important. Qu’ils récupèrent ou non le lanceur, le prix demandé au client est inférieur à tous les autres concurrents. S’ils récupèrent le lanceur alors ce sont quelques millions qui sont récupérés et qui viennent garnir les coffres de SpaceX.

&nbsp;

Falcon 9 v1.0 : LEO&nbsp;10,45&nbsp;tonnes&nbsp;/ GTO 4,54 tonnes.Falcon 9 v1.1 : LEO&nbsp;13,15&nbsp;tonnes&nbsp;/&nbsp;GTO&nbsp;4,85 tonnes.Falcon 9 v1.2 : LEO&nbsp;22,80&nbsp;tonnes /&nbsp;GTO&nbsp;8,30 tonnes.



Ariane 5 ES&nbsp;: &nbsp;LEO 20,00 tonnes.

Ariane 5&nbsp;ECA :&nbsp;GTO&nbsp;10,50 tonnes.

&nbsp;

Pour la version récupérable il faut diminuer ces valeurs d’environ 30%.

Mais même si SpaceX ne récupère pas son lanceur, le coût est inférieur à celui d’Ariane 5.



Le 10/05/2016 à 21h 58







Illuminati a écrit :



Ariane 5 ES :  LEO 20,00 tonnes.

Ariane 5 ECA : GTO 10,50 tonnes.





Pour être exacte c’est plutôt dans les 11 a 12 tonnes en GTO. Et dans les 22 tonnes en LEO.



Le 11/05/2016 à 08h 30







Gundar a écrit :



D’après les constructeurs respectifs, Ariane 5 peut embarquer 20t en orbite basse avec 720 tonnes au sol, contre 22t pour le Falcon 9 avec ses 549 tonnes au total. Ariane est un peu à la ramasse en fait…



http://www.spacex.com/falcon9

http://www.arianespace.com/vehicle/ariane-5/





Peut-être, mais c’est faire l’impasse sur les 2T de différence sen orbite géostationnaire, ainsi que son plus petit diamètre, qui peuvent faire la différence en attendant Ariane 6.



Le 11/05/2016 à 10h 19







Ler van keeg a écrit :



Peut-être, mais c’est faire l’impasse sur les 2T de différence sen orbite géostationnaire, ainsi que son plus petit diamètre, qui peuvent faire la différence en attendant Ariane 6.





Et faire un ratio Masse total capacité d’emport n’a pas vraiment de sens. Surtout que les capacité par SpaceX sont pour le moment très théoriques. De plus c’est bien beau de lancer a pas cher mais si les clients doivent attendre 6 mois a un an par rapport au planning prévu, c’est pas sur que ça continue d’être aussi rentable (un satellite immobilise au sol ne rapporte rien et coûte de l’argent).



Le 11/05/2016 à 12h 35

Environ 30%


Quelle naiveté…. renseigne toi bien sur le financement du programme spatial de SpaceX par des achats ahurissants de capsules Dragon

Renseigne toi sur les transferts de compétences technologiques nasa / spaceX

Renseigne toi sur la mise à disposition gracieuse des pas de tir et de la logistique NASA

&nbsp;


Pour l’instant il n’y a pas de concurrence … Ariane peu envoyer du gros tonnage mais il est certain que leurs concurrents ne vont pas en rester là. Ils ont intérêt à se bouger les fesses rapidement.








loulou206 a écrit :



C’est bon le fromage… perso je trouve que c’est plus utile de fabriquer du fromage que d’envoyer des fusées dans l’espace…





Même si j’aime pas le fromage, je suis tout à fait d’accord avec toi. L’humanité ne mange pas de fusée !



Le 15/05/2016 à 15h 18

En tout cas je salue les progres ahurissant fait en si peu de temps face aux poids lourd du secteur qui peine a faire rever le grand public en 2016. Un lanceur qui atterri enfin comme la fusée de tintin c’est conceptuellement absolument génial. Avec assez de ressource on peut pondre un modele de dingue. Decidement Elon reussi tout…