Pourquoi PornHub a été visé par une plainte en France

Pourquoi PornHub a été visé par une plainte en France

NSFW

Avatar de l'auteur

Marc Rees

Publié dansDroit

03/02/2020
103
Pourquoi PornHub a été visé par une plainte en France

Le Conseil Français des Associations pour les Droits de l’Enfant (COFRADE) a porté plainte en novembre 2018 contre le site PornHub. L'association lui reproche d’être accessible aux quatre vents, et en particulier aux mineurs. Nous avons aujourd'hui tous les détails de cette procédure, encore en souffrance. 

Alors que les députés viennent de voter une disposition rendant inefficace les « disclaimers » placardés à l’entrée des sites pornos, l’association a déposé plainte le 12 novembre 2018 contre la fameuse plateforme X. Aucune suite n’a été adressée à ce jour par le procureur de la République, mais selon la requérante, il existe bien « un risque réel et certain que des mineurs soient exposés à des images et vidéos à caractère pornographique ».

PornHub est détenu par la société MindGeek au Canada et son nom de domaine par Cartwright au Luxembourg. Le site est accessible en langue française par n’importe quel internaute. C'est cette ouverture trop large qui suscite la colère de la COFRADE. Elle déplore l’absence de « système de contrôle de l’âge de l’utilisateur » ou de « message d’avertissement explicitant la nature et le contenu du site ».

Une loi française applicable à l'encontre d'un site X étranger

« Aucune précaution n’a été prise par les créateurs du site PornHub qui ne peuvent ignorer que des mineurs peuvent avoir accès à leur site et donc percevoir et consommer des images et vidéos à caractère pornographique » explique-t-elle dans la plainte dont nous avons pu prendre connaissance.

Juridiquement, elle considère que le droit français, en l’espèce le droit pénal, est applicable à ce site étranger. « En matière de cybercriminalité, la compétence des juridictions françaises peut être retenue dès lors que les contenus illicites diffusés sur internet sont accessibles depuis la France, puisqu’il suffit qu’un élément constitutif de l’infraction ait eu lieu en France ».

Et puisque le site utilise un nom de domaine en .fr (pornhub.fr) et est disponible dans notre langue, le contenu litigieux est bien « orienté vers le public français », comme le scrute la Cour de cassation face à de tels conflits territoriaux.  Mieux, depuis la loi sur la réforme pénale de 2016, l’article 113-2-1 du Code pénal facilite davantage encore le rattachement d’une infraction à la législation française.

Le texte prévient en effet que « tout crime ou tout délit réalisé au moyen d'un réseau de communication électronique, lorsqu'il est tenté ou commis au préjudice d'une personne physique résidant sur le territoire de la République ou d'une personne morale dont le siège se situe sur le territoire de la République, est réputé commis sur le territoire de la République ».

Des contenus pornos accessibles aux mineurs, sans avertissement

Les personnes physiques dont il est ici question sont les mineurs français présents sur le sol national. Or, une autre disposition du code interdit de diffuser un contenu pornographique « susceptible d’être vu ou perçu » par un mineur de moins de 18 ans. Dès lors, en déduit la COFRADE, « les publications faites par le site internet PornHub sont matériellement constitutives du délit réprimé à l’article 227-24 du Code pénal ». 

La prose de cette infraction serait suffisamment vaste (« susceptible ») pour ne pas avoir à « rapporter la preuve qu’un mineur a vu ou perçu le message à caractère pornographique par l’intermédiaire du site internet ». « En l’espèce, poursuit la plainte, le site fr.pornhub.com / pornhub.fr ne dispose d’aucun message d’accueil expliquant et/ou avertissant les utilisateurs sur la nature et le contenu du site et/ou recueillant leur consentement sur leur exposition à des contenus pornographiques ».

La COFRADE affirme qu’« il ne fait aucun doute que le diffuseur a conscience de la possibilité et du risque que des mineurs français soient exposés au contenu à caractère pornographique, mais qu’aucun dispositif de contrôle et aucun message d’avertissement n’a été mis en place sur ce site afin d’en limiter l’accès par des mineurs ».

Les disclaimers et les vœux de la COFRADE

Alors que la plainte est toujours en cours, les parlementaires modifient actuellement l’article 227-24 du Code pénal, celui justement au cœur de cette procédure.

La réforme portée par le groupe LREM dans la proposition contre les violences conjugales vise à disqualifier les messages d’avertissements qu’on retrouve sur d’autres sites. Ces « disclaimers » par lesquels un internaute déclare être majeur (notre actualité sur la guerre portée au porno en ligne) ne permettraient plus d'échapper aux foudres de cette législation.

La COFRADE compte parmi ses membres l’Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique. En 2017, sous l’acronyme OPEN, cette association avait commandé à l’Institut français d'opinion publique un sondage sur l'évolution de la consommation de pornographie chez les ados et son influence sur leurs comportements sexuels.

Ce sondage est aujourd’hui régulièrement cité, notamment dans la charte sur le contrôle parental dévoilée dans nos colonnes ou sur la proposition de loi contre les violences conjugales (p.56 du rapport parlementaire).

Pour Thomas Rohmer, trésorier de la COFRADE et président fondateur d’OPEN, l’action initiée contre Pornhub permettra de démontrer que le 227-24 ne correspond plus à la réalité de l'écosystème. La suite d’une telle procédure, outre la condamnation du site X, sera d’en espérer le blocage, du moins si rien ne bouge.

Le Conseil Français des Associations pour les Droits de l’Enfant a d’autres projets en tête, bien plus ambitieux encore : il souhaiterait que les sites X fassent l’objet du même traitement que les sites d’argents en ligne, gérés jusqu’alors par l’ARJEL, l’autorité de régulation du secteur. Cette réforme, mentionnée dans la plainte, impliquerait que seuls les sites autorisés par l’administration puissent avoir pignon sur rue, les autres étant susceptibles d’être bloqués en justice.

Le 21 mars 2017, l’idée avait déjà été évoquée au ministère de la Famille, alors dirigé par Laurence Rossignol. Il avait été suggéré de créer une autorité administrative indépendante ou plutôt de confier la rédaction de la liste blanche des sites pornos autorisés au Conseil supérieur de l’audiovisuel.

103
Avatar de l'auteur

Écrit par Marc Rees

Tiens, en parlant de ça :

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

652e édition des LIDD : Liens Intelligents Du Dimanche

Et bonne nuit les petits

00:04 Next 7
dessin de Flock

#Flock distribue des mandales tous azimuts

13:40 Flock 14
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #11 et résumé de la semaine

11:47 Next 37

Sommaire de l'article

Introduction

Une loi française applicable à l'encontre d'un site X étranger

Des contenus pornos accessibles aux mineurs, sans avertissement

Les disclaimers et les vœux de la COFRADE

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

652e édition des LIDD : Liens Intelligents Du Dimanche

Next 7
dessin de Flock

#Flock distribue des mandales tous azimuts

Flock 14
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #11 et résumé de la semaine

Next 37
Carte graphique AMD GeForce

Cartes graphiques : 30 ans d’évolution des GPU

Hard 21

Google lance son opération de communications Gemini pour rivaliser avec OpenAI

IA 6
Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

Soft 37
Une petite fille en train d'apprendre à programmer et hacker logiciels et appareils électroniques

Un roman graphique explique les logiciels libres aux enfants

SoftSociété 20
Nouveautés pour Messenger

Meta lance (enfin) le chiffrement de bout en bout de Messenger, entre autres

Socials 5

#LeBrief : cloud européen, OSIRIS-REx a frôlée la catastrophe, CPU AMD Ryzen 8040

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Soft 21
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

HardScience 9
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

DroitSécu 17

En ligne, les promos foireuses restent d’actualité

DroitWeb 19

#LeBrief : modalité des amendes RGPD, cyberattaque agricole, hallucinations d’Amazon Q, 25 ans d’ISS

Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

ÉcoWeb 29
Formation aux cryptomonnaies par Binance à Pôle Emploi

Binance fait son marketing pendant des formations sur la blockchain destinées aux chômeurs

Éco 10
Consommation électrique du CERN

L’empreinte écologique CERN en 2022 : 1 215 GWh, 184 173 teqCO₂, 3 234 Ml…

Science 6
station électrique pour voitures

Voitures électriques : dans la jungle, terrible jungle, des bornes de recharge publiques

Société 78

#LeBrief : intelligence artificielle à tous les étages, fichier biométrique EURODAC

KDE Plasma 6

KDE Plasma 6 a sa première bêta, le tour des nouveautés

Soft 13
Un homme noir regarde la caméra. Sur son visage, des traits blancs suggèrent un traitement algorithmique.

AI Act et reconnaissance faciale : la France interpelée par 45 eurodéputés

DroitSociété 4
Api

La CNIL préconise l’utilisation des API pour le partage de données personnelles entre organismes

SécuSociété 3
Fouet de l’Arcep avec de la fibre

Orange sanctionnée sur la fibre : l’argumentaire de l’opérateur démonté par l’Arcep

DroitWeb 24
Bombes

Israël – Hamas : comment l’IA intensifie les attaques contre Gaza

IA 22

#LeBrief : bande-annonce GTA VI, guerre électronique, Spotify licencie massivement

Poing Dev

Le poing Dev – Round 7

Next 103
Logo de Gaia-X sour la forme d’un arbre, avec la légende : infrastructure de données en forme de réseau

Gaia-X « vit toujours » et « arrive à des étapes très concrètes »

WebSécu 7

Trois consoles portables en quelques semaines

Hard 37
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

DroitSécu 3

#LeBrief : fuite de tests ADN 23andMe, le milliard pour Android Messages, il y a 30 ans Hubble voyait clair

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (103)


iFrancois Abonné
Le 03/02/2020 à 10h34

Plutôt ironique, pour une assoc dont l’acronyme est OPEN, de vouloir interdire l’accès à des sites internet&nbsp;<img data-src=" />


JCDentonMale
Le 03/02/2020 à 10h40

Certes c’est ouvert aux 4 vents. Mais pour atterrir dessus il faut tout de même avoir la volonté d’y aller. Et si un gamin d’aujourd’hui veut absolument y aller, même bloqué en France, il trouvera comment faire. Ils sont loins d’être cons les gamins.

Bref, du vent pour pas grand chose et une future censure du web à cause de gens qui veulent imposer leur pensée.


carbier Abonné
Le 03/02/2020 à 10h44






JCDentonMale a écrit :

Bref, du vent pour pas grand chose et une future censure du web à cause de gens qui veulent imposer leur pensée.


Concept intéressant: vouloir un web accessible à tout et à tout le monde sans distinction de contenu et des problèmes inhérents est aussi une vision des choses.
Tous ceux qui militent pour cela veulent donc aussi imposer leurs pensées…



TriEdge
Le 03/02/2020 à 10h55

Ya un autre concept qui peut être sympa. Interdire complètement l’accès à internet à tout ceux qui votent à gauche. <img data-src=" />

Ca leur évitera de voir ce qu’ils ne veulent pas voir, de propager et de vouloir imposer leurs idées nauséabondes à tout le monde. <img data-src=" />


Freeben666 Abonné
Le 03/02/2020 à 10h55

Ils sont complètement à côté de la plaque… Les ados n’ont pas attendu PornHub pour regarder du porno. Même avant internet ça ne posait pas de problèmes <img data-src=" />

Quand au blocage il sera grandement innefficace, comme pour tous les autres blocages de sites web jusqu’ici. Soit il suffit de changer ses DNS, soit se rabattre vers un des nombreux autres sites qui proposent ce type de contenu.


Freeben666 Abonné
Le 03/02/2020 à 10h56

C’est valable pour ceux qui votent à droite également ;)


Zerdligham Abonné
Le 03/02/2020 à 11h00

Bayrou, président!


espritordu
Le 03/02/2020 à 11h00






carbier a écrit :

Tous ceux qui militent pour cela veulent donc aussi imposer leurs pensées…



Oui, comme n’importe quelle forme de militantisme.
À la différence que même si cette pensée là veut s’imposer elle ne veut en revanche pas contraindre.



alf.red
Le 03/02/2020 à 11h02

Le problème est pas de savoir si les ados arrivent ou pas à regarder du porno, ils y arriveront tojours. Le problème c’est la facilité d’accès.
Alors oui, ado, j’ai eu l’occasion de voir des vhs mais c’était autrement plus compliqué que de juste déverouiller un téléphone.

Et parler de censure, faut arrêter. Est-ce que vous êtes outrer de voir que les magasins de q dans les librairie ne sont pas en accès libre ? Faudrait peut être laisser les enfants pouvoir les acheter, non ?


meyrand018 Abonné
Le 03/02/2020 à 11h02

des sites comme PornH*** ont un modèle de fonctionnement extrêmement opaque financièrement, sont très proches de réseau de prostitution, ont été mis en cause pour du laxisme pour des contenus pédocriminels. Une simple recherche sur des sites de journaux sérieux font part de différentes procédures judiciaires en cours dans différents pays.

Des gamines (et des gamins je suppose) tombe&nbsp;&nbsp;pour de l’argent facile dans le piège de ce type de sites qui ne manquent jamais de s’offusquer quand ils sont mis en cause. La gratuité c’est pas pour tout le monde.

Je suis favorable à pouvoir diminuer d’une façon ou d’une autre les sources de revenus de ce type de site d’une part et d’autre part qu’ils assument leur responsabilité pour la protection des mineurs. La mise a disposition à des mineurs de contenus porno est punie par la loi en France.

Qu’il y ait des petits malins pour mettre des VPN ou craquer le contrôle parental de papa et maman ne dédouanent pas ces derniers ou les pouvoirs publics de prendre les moyens de protéger les gosses. Sur le fond, OK, ce ne sont pas les solutions techniques, qui détourneront tous les gosses de tout le porno dispo en ligne : la priorité c’est d’amener les parents à parler de ces sujets avec leur ado (et pré-ado).

&nbsp;L’idée c’est quand même que les gosses ne tombent pas sur ces “oeuvres d’art” par hasard ou malgré eux…&nbsp;


th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 11h02

Comme dirait notre président actuel sur d’autres sujets : “A force d’expliquer les gens finissent par comprendre.”

Et l’éducation des parents sur le numérique on en parles?&nbsp;<img data-src=" />

Car des sites pornos ça pleut sur le web, donc leur histoire de blocage est des plus utopiques, les gamins auront suffisamment de leur réseau social IRL pour trouver le “nouveau” site… (il n’y a que les adultes pour se faire gauler 2 fois sur le même site… <img data-src=" />)

En revanche, expliquer les dangers aux parents, et faire la promotion des moyens de sécurisation tels que les contrôles parentaux trop souvent inexistant sur les téléphones de nos chères enfants, c’est trop compliqué… (alors que sur les Box opérateur c’est obligatoire pour les contenus porno…) La responsabilité des parents serait de nouveau le point de départ, et cela simplifierait grandement les choses… “Ton gosse a accès sur son tél et s’est fait gauler… T’a pas fait ton taf de parent! Assume!”

C’est comme sur la route :




  • Le gouvernement : Il est interdit de faire de la trottinette sans casque!!!! C’est interdit la loi le dit!!!&nbsp;<img data-src=" />

  • Les parents : C’est pas bien, il faut mettre ton casque&nbsp;<img data-src=" />

  • Les enfants : C’est bon on nous voit pas, tu peux virer le casque!<img data-src=" />

    Y’a qu’a leur sucrer leur trottinette, et basta&nbsp;<img data-src=" />

    (Je précise à tout hasard, que “oui” j’ai des enfants, et que je ne souhaite entrer dans aucune polémique concernant notre président actuel, ce n’est qu’une simple citation)


TriEdge
Le 03/02/2020 à 11h07

La pour le coup ce gaucho est un spécialiste du “il faut censuré parce que j’ai dit qu’il le faut”. Il trouve même normal que sur un site de JV, des sujets qui sont en plein dans le thème passe à la trappe sans raison… <img data-src=" />


misterB
Le 03/02/2020 à 11h16






TriEdge a écrit :

Ya un autre concept qui peut être sympa. Interdire complètement l’accès à internet à tout ceux qui votent à gauche. <img data-src=" />

Ca leur évitera de voir ce qu’ils ne veulent pas voir, de propager et de vouloir imposer leurs idées nauséabondes à tout le monde. <img data-src=" />


LREM est de gauche ? <img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



TriEdge
Le 03/02/2020 à 11h20

Mais non, eux sont surtout du bord 💰💰💰💰💰. Droite ou gauche OSEF, tant que la planche à 💶 rempli les poches des copains ça leur va. <img data-src=" />

Ca serait plus pour assainir internet de tout ce qui le gangrène et ça éviterait plein de futur lois à la con digne des heures les plus sombres de l’histoire. <img data-src=" />


misterB
Le 03/02/2020 à 11h23






TriEdge a écrit :

Mais non, eux sont surtout du bord 💰💰💰💰💰. Droite ou gauche OSEF, tant que la planche à 💶 rempli les poches des copains ça leur va. <img data-src=" />

Ca serait plus pour assainir internet de tout ce qui le gangrène et ça éviterait plein de futur lois à la con. <img data-src=" />


Quelque soit le camps, il y aura toujours des cons pour penser que si ça les choques ça ne doit pas exister…



refuznik Abonné
Le 03/02/2020 à 11h23

Ici en l’occurence ce sont des catho de droite qui veulent réguler les sites de pron.


boogieplayer
Le 03/02/2020 à 11h23






Freeben666 a écrit :

Ils sont complètement à côté de la plaque… Les ados n’ont pas attendu PornHub pour regarder du porno. Même avant internet ça ne posait pas de problèmes <img data-src=" />.



C’était le porno à papa, qu’on pourrait qualifier de soft aujourd’hui. L’époque du porno à Vandel à minuit le samedi et des livres sous le manteau. Rien à voir avec le trash d’aujourd’hui qui dans certains gonzo, accessibles aussi facilement qu’une scene “soft” sur PH, s’apparente parfois à du gore ou de la dégradation ultime des femmes. On y trouve de l’urophilie, du prolapse, des jeunes filles clairement mineures dans la section teen et même du snuff movie (même s’il est souvent simulé) etc. Tout cela n’a plus rien à voir avec le porno d’il y’a 20 ans, c’était du cul, maintenant y’a en + de la violence et c’est accessible super facilement. L’urophilie ou le snuff était quasiment inaccessible aux ados il y’a 20 ans.

Le filtrage est impossible, les outils techniques son trop complexe à mettre en place, il faut donc commencer à éduquer nos enfants et les sites pornos pour ce faire.

Jaquie et Michel (par exemple) ou Dorcel en sont pleinement conscient et souhaitent travailler dans ce sens. Pornhub c’est plus compliqué, compte tenu du coté très très opaque de mindgeek



espritordu
Le 03/02/2020 à 11h28






th3squal a écrit :

En revanche, expliquer les dangers aux parents, et faire la promotion des moyens de sécurisation tels que les contrôles parentaux trop souvent inexistant sur les téléphones de nos chères enfants, c’est trop compliqué… (alors que sur les Box opérateur c’est obligatoire pour les contenus porno…) La responsabilité des parents serait de nouveau le point de départ, et cela simplifierait grandement les choses… “Ton gosse a accès sur son tél et s’est fait gauler… T’a pas fait ton taf de parent! Assume!”



Comme si c’était une telle évidence que les parents devraient avoir le pouvoir de s’ingérer dans la sexualité de leur enfant.
Comme si leur gosse était une sorte de glaise qu’ils auraient le droit de modeler à la guise de leurs opinions.

Si on considère un gamin incapable de décider pour lui-même sur quoi il devrait se pignoler et quelle consommation de porno il devrait avoir et que ce serait à ses parents de décider à sa place l’interrogation devient vertigineuse.

Est-ce que par exemple je devrais selon toi avoir le pouvoir de filtrer une partie des contenus pornos que je juge inconvenants et pas d’autres ? Si je veux faire de mon fils un pur mâle certifié Manif pour tous (ou Hallal, au choix) puis-je alors filtrer les zizis et les cuculs pour ne laisser passer que les gros nichons ?



refuznik Abonné
Le 03/02/2020 à 11h35

Je crois que tu connais pas trop le porno. Il y a 40 ans (et oui ça fait vieux) tu avais de scatologie, de la zoophilie, du snuff, etc… c’était principalement du pron venant d’allemagne, de russie et des pays du nord.

Et pour te reprendre le snuff et le teen c’est tout le temps pour de faux. Tous les gros sites web comme pornhub font les vérifications là-dessus par contre je ne pourrais en dire autant sur le dark web. Espace ou risque justement de se retrouver nos chers têtes blondes si on leur bloque les principaux sites.


jackjack2
Le 03/02/2020 à 11h47






meyrand018 a écrit :

des sites comme PornH*** ont un modèle de fonctionnement extrêmement opaque financièrement, sont très proches de réseau de prostitution, ont été mis en cause pour du laxisme pour des contenus pédocriminels. Une simple recherche sur des sites de journaux sérieux font part de différentes procédures judiciaires en cours dans différents pays.

Des gamines (et des gamins je suppose) tombe&nbsp;&nbsp;pour de l’argent facile dans le piège de ce type de sites qui ne manquent jamais de s’offusquer quand ils sont mis en cause. La gratuité c’est pas pour tout le monde.

Je suis favorable à pouvoir diminuer d’une façon ou d’une autre les sources de revenus de ce type de site d’une part et d’autre part qu’ils assument leur responsabilité pour la protection des mineurs. La mise a disposition à des mineurs de contenus porno est punie par la loi en France.

Qu’il y ait des petits malins pour mettre des VPN ou craquer le contrôle parental de papa et maman ne dédouanent pas ces derniers ou les pouvoirs publics de prendre les moyens de protéger les gosses. Sur le fond, OK, ce ne sont pas les solutions techniques, qui détourneront tous les gosses de tout le porno dispo en ligne : la priorité c’est d’amener les parents à parler de ces sujets avec leur ado (et pré-ado).

&nbsp;L’idée c’est quand même que les gosses ne tombent pas sur ces “oeuvres d’art” par hasard ou malgré eux…&nbsp;



Lol pourquoi tu mets des étoiles à pornhub?



Norde
Le 03/02/2020 à 11h50

Militer n’est pas imposer et l’absence de censure n’est pas une forme de censure.

C’est enfoncer des portes ouvertes que de dire cela, mais comme tu n’est pas à un non sens prêt… <img data-src=" />


wanou2 Abonné
Le 03/02/2020 à 11h59

Franchement, je passe pas mal de temps à essayer d’éduquer mon gamin au net. C’est pas aussi facile que tu sembles le sous entendre. La masse de contenu est telle sur le net et les interactions sociales nombreuses (et pas que sur le net) qu’il est quand même difficile d’avoir la main là dessus pour participer à l’éducation au réseau.

Franchement ça ne me dérange pas qu’à un moment où à un autre il aille voir du porno car c’est la nature humaine que d’être curieux de ces choses à l’adolescence. Par contre, ce qui me dérange c’est la facilité à avoir accès à du porno très hard qui n’a rien à voir avec ce qu’est la sexualité de la très grande majorité des gens.


carbier Abonné
Le 03/02/2020 à 12h08






Norde a écrit :

Militer n’est pas imposer


<img data-src=" />
Celle la je l’encadre
<img data-src=" />



Norde a écrit :

et l’absence de censure n’est pas une forme de censure.


La cela montre simplement que tu n’as rien compris au principe <img data-src=" />
Je ne parlais pas de censure mais d’imposer ses opinions. Mais au vue de ta 1ere affirmation, il est clair qu’il n’est pas utile d’essayer de t’expliquer.



fseraphine Abonné
Le 03/02/2020 à 12h25

Ca soulève quand même une vraie question que cette limitation de l’accès à la pornographie aux mineurs. Et il faut reconnaître que les bannières d’accueil actuelles ne sont au mieux qu’hypocrites.

&nbsp;Reste que toutes les solutions envisagées pour vérifier la majorité des utilisateurs de ces sites ont un arrière goût amer de flicage.


Coeur2canard
Le 03/02/2020 à 12h30






refuznik a écrit :

Je crois que tu connais pas trop le porno. Il y a 40 ans (et oui ça fait vieux) tu avais de scatologie, de la zoophilie, du snuff, etc… c’était principalement du pron venant d’allemagne, de russie et des pays du nord.

Et pour te reprendre le snuff et le teen c’est tout le temps pour de faux. Tous les gros sites web comme pornhub font les vérifications là-dessus par contre je ne pourrais en dire autant sur le dark web. Espace ou risque justement de se retrouver nos chers têtes blondes si on leur bloque les principaux sites.



IL dit pas que ça existait pas mais que ct pas accessible aux ados comme maintenant. Quoi tu vas défendre qu’internet a rien changé à la conso du porno chez les jeunes ? Ensuite sans parler de darkweb oui tu as plein de contenus illégaux ds la tetrachiée de sites pornos qui existent. Renseigne toi c’est facile.



Coeur2canard
Le 03/02/2020 à 12h33

J’arrive pas à savoir si tu rigoles ou pas en fait. Donc en fait t’es gamins, tu surveillés rien de ce qu’ils font et ce à quoi ils ont accès j’imagine ? Ben moi je préfère parler de trucs avec eux (sans aller jusqu’à leur imposer mes pratiques ou m’immiscer ds les leurs, l’amalgame est stupide) que laisser youporn faire leur éducation. A toi de voir.


MayeulC
Le 03/02/2020 à 12h44






meyrand018 a écrit :

des sites comme PornH*** ont un modèle de fonctionnement extrêmement opaque financièrement, sont très proches de réseau de prostitution, ont été mis en cause pour du laxisme pour des contenus pédocriminels. Une simple recherche sur des sites de journaux sérieux font part de différentes procédures judiciaires en cours dans différents pays.

Des gamines (et des gamins je suppose) tombe&nbsp;&nbsp;pour de l’argent facile dans le piège de ce type de sites qui ne manquent jamais de s’offusquer quand ils sont mis en cause. La gratuité c’est pas pour tout le monde.

Je suis favorable à pouvoir diminuer d’une façon ou d’une autre les sources de revenus de ce type de site […]

&nbsp;ce ne sont pas les solutions techniques, qui détourneront tous les gosses de tout le porno dispo en ligne : la priorité c’est d’amener les parents à parler de ces sujets avec leur ado (et pré-ado).

&nbsp;L’idée c’est quand même que les gosses ne tombent pas sur ces “oeuvres d’art” par hasard ou malgré eux…


Je suis d’accord avec les points cités, mais pas forcément pour de la censure à grande échelle. Certains moyens (injections javascript, MITM TLS, pistage) posent beaucoup trop de dangers pour les libertés civiles pour que l’on se permette d’ouvrir cette boîte de pandore.

Pour moi, notre société a aussi une tendance de plus en plus puritaine, à l’image des états-unis. Je pense qu’il n’y a pas de honte à avoir vis-à-vis de ces sujets, et qu’il est important d’aborder le sujet et ses ramifications relativement tôt (ensuite, je dis cela sans être parent, donc je suis probablement mal placé pour en juger, et la tâche est difficile).

Mais je préfère qu’un mineur ait été informé (addiction, réseaux de prostitution, exploitation, modes de financement…) avant de tomber dessus par hasard . Et ils vont tomber dessus par hasard. J’avais probablement moins de 10 ans lorsque j’ai vu mes premières publicités en ligne à caractère pornographique.



zeldomar Abonné
Le 03/02/2020 à 12h45

N’importe quoi de parler de censure.

Le porno est interdit aux mineurs, ces sites doivent appliquer la loi, à eux de trouver une solution.

Utiliser un VPN ou autres est possible, mais ça n’empêche pas de respecter la loi.


zeldomar Abonné
Le 03/02/2020 à 12h47

Soit plus explicite au lieu de te cacher derrière des mots valise comme “gaucho”.

Es-tu pour faire sauter l’interdiction du porno aux mineurs ?


Norde
Le 03/02/2020 à 12h49

Tu pourrai même te la faire tatouer sur le front avec un lien vers la définition :https://www.cnrtl.fr/definition/militer

Ça ne te rendra pas plus séduisant mais avec un peu de chance tu finira par être moins bête <img data-src=" /> (espoir…)


Idiogène
Le 03/02/2020 à 12h57

L’état s’en chargera :

cette réforme, mentionnée dans la plainte, impliquerait que seuls les sites autorisés par l’administration puissent avoir pignon sur rue, les autres étant susceptibles d’être bloqués en justice.


Le choix des hashtags va être délicat…


TheKillerOfComputer Abonné
Le 03/02/2020 à 13h03

Pour éviter l’extra-territorialité de la loi, Pornhub pourrait juste révoquer le domaine FR… Ou s’il tient à protéger sa marque, en faire un truc comique sans rapport mais toujours sous contrôle, ce qui permet de contourner l’esprit de la loi <img data-src=" />

De toute façon les “clients” connaissent l’adresse.

Quand à faire la même chose que l’ARJEL… Hahahahaha les clowns <img data-src=" /> Un changement de serveur DNS et ça repart. Si un gosse peut jouer du VPN, il peut jouer du DNS.


JCDentonMale
Le 03/02/2020 à 13h05

Question honnête : Selon la loi, interdiction aux mineurs de consulter des sites porno, ou interdiction aux sites porno de mettre leurs contenus à disposition de tous ? Si c’est le premier cas, c’est le mineur qui ne respecte pas la loi en allant visiter ce genre de site.
&nbsp;
Ensuite, c’est quasiment impossible de s’assurer que seuls des adultes ne puissent accéder aux contenus pour adultes sans mettre en place une identification forte, chose qu’à mon avis l’audience de ce genre de site préférerai éviter…


espritordu
Le 03/02/2020 à 13h08

Déjà j’espère qu’ils hériteront génériquement l’esprit de contradiction de papa, ce qui les préservera de se faire influencer par qui que ce soit ou quoi que ce soit.

Ensuite au delà de cet esprit de contradiction intuitif j’espère bien pouvoir leur apprendre l’esprit critique.
C’est un minimum à avoir dans la vie pour ne pas se faire bouffer par des requins bien plus gros que MindGeek et cie…genre…au hasard Facebook, le salafisme, le nationalisme, les SJW, etc.

Donc le petit bain avec brassard qu’est Internet sans aucune restriction me semble être un bon entraînement pour affronter ce vaste monde de merde pour lequel je n’ai pas moi pas du tout été préparé par des parents à côté de la plaque car pétés de préjugés idiots qui les empêchaient de le comprendre vraiment.


JCDentonMale
Le 03/02/2020 à 13h09

Bien sûr ! De là à constituer un fichier national des utilisateurs de ce genre de site classé par orientation sexuelle, la dérive fasciste n’est pas loin.


refuznik Abonné
Le 03/02/2020 à 13h12

Je ne pense pas si tu reprends son commentaire il dit bien Tout cela n’a plus rien à voir avec le porno d’il y’a 20 ans, c’était du cul, maintenant y’a en + de la violence et c’est accessible super facilement. L’urophilie ou le snuff était quasiment inaccessible aux ados il y’a 20 ans.

Et pour ta seconde réponse, n’extrapole pas sur ce que je n’ai pas dit.


alex.d. Abonné
Le 03/02/2020 à 13h14

C’est ce qui s’appelle porter plainte contre X.


JCDentonMale
Le 03/02/2020 à 13h15

Ce que je veux dire, c’est qu’au lieu de faire la police partout et censurer par-ci par-là, ce qui au final emmerde tout le monde et fait plaisir aux bien-pensants et aux multinationales, peut être que ce serait aux parents d’éduquer leurs gosses et leur apprendre à ne pas se perdre dans les méandres les plus sombres du web ?

Je suis pour le non flicage des usagers du web et pour un internet libre. Je suis aussi pour une responsabilisation des parents quant à l’usage fait d’internet et de la télévision par leurs enfants. On ne peut pas remplacer l’éducation parentale par des lois.


Jarodd Abonné
Le 03/02/2020 à 13h15

Le site .fr n’est qu’une redirection vers fr.pornhub.com. Plein de sites font ça juste pour éviter le cyber-squatting. Je ne vois pas en quoi cela « oriente vers le public français ». Vers le contenu, probablement, vu qu’il y a des chaînes française (J&M, etc.), mais le public, c’est le même quel que soit l’extension, non ?


Idiogène
Le 03/02/2020 à 13h33

Tu as bien résumé le problème : on confond internet avec le web.
Sinon :

Le texte prévient en effet que « tout crime ou tout délit réalisé au moyen d’un réseau de communication électronique, lorsqu’il est tenté ou commis au préjudice d’une personne physique résidant sur le territoire de la République ou d’une personne morale dont le siège se situe sur le territoire de la République, est réputé commis sur le territoire de la République ».


Le préjudice est réalisé en France. Mais comme l’ordre de générer la vidéo est donnée à distance, matériellement l’infraction n’est pas constituée dans le schéma standard de la justice. Ce texte revient donc à une forme d’incantatoire. On sera bien entendu tous d’accords pour des lois de circonstance permissives ou positives mais c’est avant tout les incohérences ou les durcissements de peines pour les mineurs votées en amont qui génèrent cette situation ubuesque. La french tech s’en frotte les mains, les autres expliquent qu’il faut éduquer et que sais-je. Oui, mais non.


Tandhruil
Le 03/02/2020 à 13h34

De ce que j’ai compris :
Si le site dispose d’un accès .fr avec du contenu en français c’est de facto qu’il souhaite commercer avec la France et doit donc se plier au droit français.


Jarodd Abonné
Le 03/02/2020 à 13h41






TheKillerOfComputer a écrit :

Pour éviter l’extra-territorialité de la loi, Pornhub pourrait juste révoquer le domaine FR… Ou s’il tient à protéger sa marque, en faire un truc comique sans rapport mais toujours sous contrôle, ce qui permet de contourner l’esprit de la loi <img data-src=" />


C’est un peu ce que je pensais… La page .fr pourrait rediriger vers fr.pornhub.com uniquement après avoir saisi&nbsp; sa date de naissance. C’est plus restrictif qu’un simple bouton “J’accepte”, et cela engage la responsabilité de celui qui saisit.
&nbsp;
Mais j’imagine que cela ne conviendra toujours pas à ces assos (et députés) qui veulent juste la mort du porno.



Commentaire_supprime
Le 03/02/2020 à 13h47






alf.red a écrit :

Le problème est pas de savoir si les ados arrivent ou pas à regarder du porno, ils y arriveront tojours. Le problème c’est la facilité d’accès.
Alors oui, ado, j’ai eu l’occasion de voir des vhs mais c’était autrement plus compliqué que de juste déverouiller un téléphone.

Et parler de censure, faut arrêter. Est-ce que vous êtes outrer de voir que les magasins de q dans les librairie ne sont pas en accès libre ? Faudrait peut être laisser les enfants pouvoir les acheter, non ?



Exact. L’interdiction du porno aux mineurs, ce n’est pas de la censure, c’est de l’hygiène publique, si j’ose dire. Et je ne la remet pas en cause.

Même si les gamins arriveront toujours à contourner (quoi que le plus jeune de mes neveux, il n’a pas inventé l’eau tiède…), ce n’est pas une raison pour faire de l’open bar, c’est irresponsable.

Après, c’est comme tout, la meilleure solution c’est l’éducation. Reste à y mettre les moyens, et à avoir la volonté d’agir. C’est un débat politique, là.



Tandhruil a écrit :

De ce que j’ai compris :
Si le site dispose d’un accès .fr avec du contenu en français c’est de facto qu’il souhaite commercer avec la France et doit donc se plier au droit français.



Exact.

Il y a une loi en France qui est applicable à tout site ayant .fr comme extension. Pornhub doit s’y soumettre, point.



th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 13h53






espritordu a écrit :

Si on considère un gamin incapable de décider pour lui-même sur quoi il devrait se pignoler et quelle consommation de porno il devrait avoir et que ce serait à ses parents de décider à sa place l’interrogation devient vertigineuse.

Est-ce que par exemple je devrais selon toi avoir le pouvoir de filtrer une partie des contenus pornos que je juge inconvenants et pas d’autres ? Si je veux faire de mon fils un pur mâle certifié Manif pour tous (ou Hallal, au choix) puis-je alors filtrer les zizis et les cuculs pour ne laisser passer que les gros nichons ?


Les parents ont un devoir de protection et d’entretien de leur enfant. Ils doivent veiller sur sa sécurité et contribuer à son entretien matériel et moral, c’est-à-dire le nourrir, l’héberger, prendre des décisions médicales, surveiller ses relations et ses déplacements… Chacun des parents doit contribuer à l’entretien de l’enfant en fonction de ses ressources et de celles de l’autre parent, et des besoins de l’enfant,

Les parents ont un devoir d’éducation, ils doivent veiller à son éducation intellectuelle, professionnelle, civique… Les parents qui n’assurent pas l’instruction obligatoire de leur enfant, s’exposent à des sanctions pénales,

Les parents ont un devoir de gestion du patrimoine(droit d’administration et de jouissance des bien de l’enfant).

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3132
A partir de cette base saine, chacun fait ce qu’il souhaite. D’ou ma phrase :&nbsp;

th3squal a écrit :

Et l’éducation des parents sur le numérique on en parles?&nbsp;<img data-src=" />&nbsp;


Je ne parles pas de bloquer ni d’interdire, mais de responsabiliser les parents, et de ce fait, que ces derniers fassent en sorte de d’éduquer et de protéger leurs enfants de ce qui leurs semblent mauvais pour eux au sens légal du terme.

Ensuite, c’est accessoirement ce que nous appelons “l’émancipation” qui en théorie pour des personnes saines d’esprit et doués de libre arbitre, permet de se faire ses propres opinions.

Quoi qu’il arrive pour être formatés “Pur mâle certifié Manif pour tous” ou autre, ce ne sera pas par un contrôle parental sur le web, mais par une façon de penser générale au sein de l’entourage proche… Crois moi, j’ai des exemples autour de moi, et pourtant ils ont accès au web sans aucune restriction… Mais il s’agit la d’un autre sujet…

L’éducation ce n’est pas l’interdiction, c’est avant tout d’expliquer à un enfant ce qu’il voit au quotidien, qui est fait pour des adultes et par des adultes, qui eux ont en théorie conscience de ce qu’ils voient, et de limiter leur exposition aux choses qu’ils ne seraient pas encore en capacité de comprendre.



Overnumerousness
Le 03/02/2020 à 14h00






Marc Rees a écrit :

« disclaimers »


Pourquoi reprendre en (fr)anglais ce que vous avez par ailleurs su traduire fort convenablement par&nbsp; « avertissement » &nbsp;?



Maô
Le 03/02/2020 à 14h01

Pourquoi a-t-on besoin de faire des lois pour pallier à l’incompétence des parents ?
C’est pas en déresponsabilisant les parents que l’éducation sera mieux demain, au contraire. C’est à eux de gérer ce genre de problème, les députés ont d’autres sujets bien plus important à traiter…


anonyme_f6b62d162990fde261db0e0ba2db118e
Le 03/02/2020 à 14h15






Maô a écrit :

Pourquoi a-t-on besoin de faire des lois pour pallier à l’incompétence des parents ?

C’est marrant ce concept de “compétence” pour un parent <img data-src=" />



th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 14h21






wanou2 a écrit :

Franchement, je passe pas mal de temps à essayer d’éduquer mon gamin au net. C’est pas aussi facile que tu sembles le sous entendre. La masse de contenu est telle sur le net et les interactions sociales nombreuses (et pas que sur le net) qu’il est quand même difficile d’avoir la main là dessus pour participer à l’éducation au réseau.

Franchement ça ne me dérange pas qu’à un moment où à un autre il aille voir du porno car c’est la nature humaine que d’être curieux de ces choses à l’adolescence. Par contre, ce qui me dérange c’est la facilité à avoir accès à du porno très hard qui n’a rien à voir avec ce qu’est la sexualité de la très grande majorité des gens.


Je suis d’accord avec toi sur la complexité de la chose. Mais personnellement, je trouve que les dangers du Net font qu’un ado de moins de 14 ans n’à rien à faire sur internet sans aucune limitation ni surveillance, pas seulement vis à vis du porno… 15/16ans c’est encore une autre histoire, après tout dépends aussi de l’enfant lui même.

Qu’il y ai des interactions sociales sur le sujet, je trouve cela totalement normal, c’est même indispensables à la construction de chacun, et c’est surtout dans ces situations que chacun peut exposer sa façon de penser, ses connaissances sur le sujet, ce qu’ils ont déjà vu ou entendu chez eux, ce qu’ils ressentent, etc.

Ce que je trouve en revanche dangereux, c’est au contraire quand il n’y à pas cette notion d’interactions sociale, et qu’un individu seul ignorant tout du sujet se fasse une opinion sur de simples exemple ne représentant pas la réalité. Et on sait très bien que les enfants se font vite des opinions solides et indéboulonnables…

Adulte, on est relativement parés de part notre esprit plus critique (même si on se rends compte à l’usage que ce n’est pas forcément le cas de tous le monde). Mais enfant, nous sommes désemparés, pas préparés,&nbsp;car pas suffisamment de recul pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas de la réalité…

Oui nos enfants nous scotchent car ils apprennent vite, mais ils apprennent des techniques et des savoir faire, et non des savoir penser, ce qui met beaucoup plus de temps à venir… C’est la notre rôle d’accompagnement…



th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 14h25






Maô a écrit :

Pourquoi a-t-on besoin de faire des lois pour pallier à l’incompétence des parents ?
C’est pas en déresponsabilisant les parents que l’éducation sera mieux demain, au contraire. C’est à eux de gérer ce genre de problème, les députés ont d’autres sujets bien plus important à traiter…


Pourquoi est-on obligé de légiférer pour les déjections canines voire humaines sur les trottoirs?&nbsp;<img data-src=" />



loser Abonné
Le 03/02/2020 à 14h51

“avertissement” c’est pas terrible comme traduction.
“décharge” ou “dénégation” de responsabilité me parait plus exact <img data-src=" />


vizir67 Abonné
Le 03/02/2020 à 14h54






th3squal a écrit :

Pourquoi est-on obligé de légiférer pour les déjections canines voire humaines sur les trottoirs? <img data-src=" />




brrk !!!!!!!!!!!



carbier Abonné
Le 03/02/2020 à 15h14






JCDentonMale a écrit :

Je suis pour le non flicage des usagers du web et pour un internet libre. Je suis aussi pour une responsabilisation des parents quant à l’usage fait d’internet et de la télévision par leurs enfants. On ne peut pas remplacer l’éducation parentale par des lois.


Cela tombe bien, personne ne parle de remplacer mais d’aider: c’est n’est pas un remplacement mais un complément.

Avec ton raisonnement, autant laisser la vente d’armes en libre service en France: ben oui c’est aux parents d’expliquer aux enfants qu’il ne faut pas s’en servir et surtout pas à l’Etat de se substituer.



espritordu
Le 03/02/2020 à 15h21






th3squal a écrit :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3132
A partir de cette base saine, chacun fait ce qu’il souhaite. D’ou ma phrase :
th3squal a écrit :
Et l’éducation des parents sur le numérique on en parles? <img data-src=" />

Je ne parles pas de bloquer ni d’interdire, mais de responsabiliser les parents, et de ce fait, que ces derniers fassent en sorte de d’éduquer et de protéger leurs enfants de ce qui leurs semblent mauvais pour eux au sens légal du terme.

Ensuite, c’est accessoirement ce que nous appelons “l’émancipation” qui en théorie pour des personnes saines d’esprit et doués de libre arbitre, permet de se faire ses propres opinions.





th3squal a écrit :

Ce que je trouve en revanche dangereux, c’est au contraire quand il n’y à pas cette notion d’interactions sociale, et qu’un individu seul ignorant tout du sujet se fasse une opinion sur de simples exemple ne représentant pas la réalité. Et on sait très bien que les enfants se font vite des opinions solides et indéboulonnables…

Adulte, on est relativement parés de part notre esprit plus critique (même si on se rends compte à l’usage que ce n’est pas forcément le cas de tous le monde). Mais enfant, nous sommes désemparés, pas préparés, car pas suffisamment de recul pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas de la réalité…

Oui nos enfants nous scotchent car ils apprennent vite, mais ils apprennent des techniques et des savoir faire, et non des savoir penser, ce qui met beaucoup plus de temps à venir… C’est la notre rôle d’accompagnement…



Je ne vois vraiment pas pourquoi un enfant ne pourrait pas avoir suffisamment d’esprit critique pour comprendre que Rocco prend des petites pilules bleues.

En quoi le porno serait un danger si l’éducation donné à un enfant visait à développer son esprit critique afin de lui permettre de s’émanciper de toute forme d’éducation, que ce soit celle de ses parents, de l’école ou de Pornhub ?

C’est très très loin d’être le cas.
Croire que c’est le cas est naïf. Ou décréter que ça devrait être le cas et que chacun devrait prendre ses responsabilités en fonction c’est se mettre la tête dans le sable.

En fait très peu de parents éduquent leur enfants pour leur permettre de s’émanciper. Si c’était le cas il n’y aurait même pas de discussion sur ces sujets car nous serions pour la plupart ici-mêmes également émancipés, et aptes à transmettre cette émancipation sans se faire autant de mouron pour de telles trivialités.

On passe de Charybde en Scylla. De Pornhub qui donne une fausse image de la sexualité aux parents/milieu scolaire qui enfoncent durablement des préjugés dans le crâne des enfants.

En attendant le mal-être sexuel, les discriminations elles persistent.



Tandhruil
Le 03/02/2020 à 15h21

Peut être un jour lira-t-on dans un journal : un enfant vient de se suicider d’une éjaculation en pleine face !


Commentaire_supprime
Le 03/02/2020 à 15h33






th3squal a écrit :

Pourquoi est-on obligé de légiférer pour les déjections canines voire humaines sur les trottoirs? <img data-src=" />



Je dirais simplement que c’est parce que l’on est dans un état de droit, et qu’une interdiction doit faire l’objet d’un texte légal spécifique qui la définit dans ses modalités d’appréciation et d’application, cela (en principe) dans l’intérêt de la société dans son ensemble.

Donc, si tu n’interdis pas aux propriétaires de chiens de laisser leurs animaux de compagnie se soulager sur les voies de circulation piétonnes urbaines, c’est que tu l’autorise parce que c’est légal faute de texte l’interdisant. Principe élémentaire du droit : pas interdit, donc autorisé, interdit, donc réglementé.



TriEdge
Le 03/02/2020 à 16h02

Tu veux leur interdire de regarder ce qu’ils pratiquent déjà dans le dos des parents ? <img data-src=" />

Faudrait plutôt interdire les clips de musiques bien trop bordeline et provocant et en finir avec les “mon corps mes choix” ça serait bien plus efficace pour leur santé mentale et leur éviter de mal finir. <img data-src=" />


wanou2 Abonné
Le 03/02/2020 à 16h05

Le problème c’est que mon fiston 12 ans est à peu près sous contrôle dans la sphère familiale (suivi des activités, discussions des activités sur le net, …) certains de ses camarades le sont beaucoup moins. Du coup, on fait quoi avec le gamin qui montre youporn à ses camarades dans la cour du collège avec son forfait data illimité ?


th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 16h25

Je ne peux qu’être d’accord avec toi…

Mais la société actuelle n’est plus “formatée” pour cela… L’esprit critique n’est plus enseigné, et les parents n’en sont plus forcément pourvu…

Ce que je souhaiterait c’est que les parents soient plus souvent face à leur responsabilité de non éducation (sur ce sujet comme d’autres) que ce soit par ignorance ou conviction…

Mais laisser un enfant libre de tout faire sur internet n’est pas l’aider à son développement psychologique, il y a certaines étapes à passer, à nous de l’aider à les passer plus ou moins vite en fonction de notre expérience.

Si internet était éducateur, ça se saurait… et ce serait une révolution…


th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 16h27






Commentaire_supprime a écrit :

Je dirais simplement que c’est parce que l’on est dans un état de droit, et qu’une interdiction doit faire l’objet d’un texte légal spécifique qui la définit dans ses modalités d’appréciation et d’application, cela (en principe) dans l’intérêt de la société dans son ensemble.

Donc, si tu n’interdis pas aux propriétaires de chiens de laisser leurs animaux de compagnie se soulager sur les voies de circulation piétonnes urbaines, c’est que tu l’autorise parce que c’est légal faute de texte l’interdisant. Principe élémentaire du droit : pas interdit, donc autorisé, interdit, donc réglementé.


La démarche est donc de dire :
Nous sommes intellectuellement trop con pour vivre en société dans une intelligence suffisamment globale, ainsi nous sommes obligé quand même de légiférer sur ce sujet qui est d’une débilité et d’une insignifiance la plus totale du fait d’un non savoir vivre généralisé.



th3squal Abonné
Le 03/02/2020 à 16h30






wanou2 a écrit :

Le problème c’est que mon fiston 12 ans est à peu près sous contrôle dans la sphère familiale (suivi des activités, discussions des activités sur le net, …) certains de ses camarades le sont beaucoup moins. Du coup, on fait quoi avec le gamin qui montre youporn à ses camarades dans la cour du collège avec son forfait data illimité ?


L’éducation.

Ne pas occulter, car il est obligatoirement au contact dans sa sphère estudiantine.

Mais expliquer, sans laisser pour autant libre accès…

Avec un peu de chance, ton fils sera peut être le cheval de Troie qui apportera une sorte d’esprit critique dans son groupe de camarade… du genre “Mon père m’en as parlé…c’est pas du tout comme ça en vrai… c’est que du cinéma ça… en vrai… elle fait semblant!”



Coeur2canard
Le 03/02/2020 à 16h35

Mouais bon écoute si tu peux te prévaloir comme ça de ton esprit critique. Perso NXI je ne vois rien de fou ds ce que tu dis ou ne vois rien qui n’ait été dit 10 000 fois. Quant aux catégories chelou que tu invoques, de facebook au salafisme en passant par les SJW (chelou ds le fait de les mettre côte à côte) pfff lol mais c’est ta 1ère contradiction. Tu veux développer l’esprit critique en enfermant le débat via la distribution de jolies petites étiquettes. Ah mais lui c’est un extrémiste, lui sûrement un gaucho, lui un nazi, lui un… hum. Tu m’en voudras pas d’avoir ma petite idée concernant un mec qui vante son esprit critique et la phrase d’après sans qu’on lui demande rien étale son petit lot d’étiquettes qui lui permettent d’éviter toute pensée et de se réfugier dans ses idées bien arrêtées. Bref.&nbsp;

Ensuite c’est très louable de ne pas vouloir façonner ses enfants et de les laisser évoluer comme bon leur semble. On en revient à un débat sur l’inné et l’acquis, un classique de l’aporie. Mais surtout c’est tellement peu réaliste. LEs enfants sont des buvards. Si c’est pas toi qui leur parle de cul et plus généralement de relations entre deux personnes, d’autres le feront : d’autres personnes ou d’autres choses (comme youporn et sa floppée de belles représentations sur la sexualité). De toute façon on est d’accord, ce sera le cas : toi tu ne fais que te retirer du débat que tu pourrais avoir avec tes gosses (qui comme chaque gosse, à moins d’en avoir fait de vrais petits soldats, feront leur propre choix et leur chemin vis à vis de leurs vieux). A chaque individu de faire ses choix, qui seront déterminés par son environnement, ce que les uns et les autres lui auront dit etc.&nbsp;


Coeur2canard
Le 03/02/2020 à 16h46

Ta 1ère remarque est pas tout à fait fausse, mais pas tout à fait honnête non plus. BoogiePlayer parle clairement de son vécu en tant qu’ado. Ayant autour des 35 aujourd’hui, je pourrais dire exactement la même chose : qd j’étais ado (j’ai eu mon 1er modem au lycée et ca permettait pas de voir des videos porn, en plus ct pas mon utilisation), j’avais pas accès à tout un tas des contenus dont tu parles. Qqs gentils magazines se passaient en sous main, ou la VHS du mec qui avait canal et enregistrait discretos le samedi soir. PAs plus.&nbsp;

&nbsp;Aujourd’hui en 3 clics t’as accès à toutes les saloperies. Les forums (particulièrement adressés aux jeunes)sont remplis de liens “piégés” t’emmenant ici ou là. Et on parle pas de fake, de fausses simulation comme y en a plein les grands sites dont tu parles.&nbsp;
De ce fait je n’extrapole pas tant que ça, je ne pense pas. Mon taff est lié au numérique ds les établissements scolaires (des écoles aux lycées). Et tkt que les contenus les plus hards peuvent circuler allègrement. C’est ça aussi le zéro contrôle : plein de jeunes voient des trucs tellement faciles, ou de trucs qu’ils n’ont pas été volontaires pour voir.&nbsp;
Pour moi effectivement une petite couche de contrôle ferait pas de mal. Le contrôle n’est jamais parfait. MAis je ferais la comparaison avec les armes à feu : oui tu peux t’en procurer en France, mais je trouve notre culture vis à vis d’elles bcp moins nocive qu’aux US, et surtout même rapporté à un chiffre par habitant, t’as tellement moins de morts/blessés/accidents.&nbsp;


espritordu
Le 03/02/2020 à 17h11






Coeur2canard a écrit :

Tu veux développer l’esprit critique en enfermant le débat via la distribution de jolies petites étiquettes.



Non, ce n’est pas ça.
Fondamentalement je suis un troll. Ma verve est un pur produit du web. Et malgré la trentaine bien passée je continue à écrire comme tel, aujourd’hui plus par facilité que par envie de provocation.
Donc je caricature à outrance des sujets qui mériteraient plus de précautions oratoire et de subtilité. En comptant sur la charité de mes interlocuteurs (mais aussi leur sens de la dérision) pour passer outre ces réflexes trolliques.
Et puis aussi pour ne pas être chiant, voir caresser l’espoir d’être quelquefois drôle.



Coeur2canard a écrit :

Ensuite c’est très louable de ne pas vouloir façonner ses enfants et de les laisser évoluer comme bon leur semble. On en revient à un débat sur l’inné et l’acquis, un classique de l’aporie. Mais surtout c’est tellement peu réaliste. LEs enfants sont des buvards. Si c’est pas toi qui leur parle de cul et plus généralement de relations entre deux personnes, d’autres le feront : d’autres personnes ou d’autres choses (comme youporn et sa floppée de belles représentations sur la sexualité). De toute façon on est d’accord, ce sera le cas : toi tu ne fais que te retirer du débat que tu pourrais avoir avec tes gosses (qui comme chaque gosse, à moins d’en avoir fait de vrais petits soldats, feront leur propre choix et leur chemin vis à vis de leurs vieux). A chaque individu de faire ses choix, qui seront déterminés par son environnement, ce que les uns et les autres lui auront dit etc.



Quel choix ?
La sexualité n’est pas choix.
Rien dans toutes les cochoncetés que moi petite éponge de 12 ans ait pu coquinement et goulûment absorber, de mes premiers émois sur le catalogue des Trois Suisses aux pages collées des BD de Manara subtilisées dans le fond du placard de mon père, jusqu’à mes premières Japonaises se faisant caca dans la bouche sur Emule, rien de tout ça n’a déterminé ma passion sans limite des fessiers rebondis.
Elle s’est révélée à moi comme les 10 commandements à Moïse devant les hypnotiques balancements pelviens d’Émilie, la petite brune au carré mi-long de la 5è D.

Quant à mes illusions acquises devant le téléfilm érotique du dimanche soir sur M6 elles ont tenues exactement 46 secondes lorsque quelques années plus tard l’Émilie en question s’exerça sur moi au pipeau.

Rien ne m’avait prédéterminé à une telle autodidaxie.



refuznik Abonné
Le 03/02/2020 à 17h20

Bah justement il faut jamais généraliser vis à vis de son vécu mais savoir prendre de la hauteur, avoir une vue d’ensemble et surtout avoir une connaissance au moins technique (mon petit côté info.) pour ne pas tomber sur des biais (je te rassure moi aussi j’en ais sur certains sujets, mais on est là pour discuter et pourquoi pas apprendre).

Du faites justement de ton travail, tu dois de ton côté sécuriser les accès publiques contre le porno mais aussi les intrusions ou autres (₁). Donc en revient à utiliser un contrôle parental à la maison et dans les écoles/lycées. Et là je suis tout à fait d’accord.

(₁) Ne pas oublier de travailler et de le faire en partenariat avec les profs car j’ai eu pas mal de connaissance en tant que profs de lycée me rapportant qu’ils ne pouvaient pas utiliser correctement le réseau de leurs lycées pour les cours (surtout dans les cours de langue).



SebGF Abonné
Le 03/02/2020 à 17h21


Des contenus pornos accessibles aux mineurs, sans avertissement

(…)
« En l’espèce, poursuit la plainte, le site fr.pornhub.com / pornhub.fr ne dispose d’aucun message d’accueil expliquant et/ou avertissant les utilisateurs sur la nature et le contenu du site et/ou recueillant leur consentement sur leur exposition à des contenus pornographiques ».


Question : Y a-t-il eu un constat ?

Parce que là je viens d’ouvrir une fenêtre privée, taper “pornhub.fr” et avoir une immense page noire qui indique ceci :


Avez-vous 18 ans ?
Pornhub est une communauté qui offre du contenu réservé aux adultes.
Vous devez avoir 18 ans ou plus pour entrer.

J’ai 18 ans ou plus - Entrer


L’assertion citée au début du message est totalement fausse.


Commentaire_supprime
Le 03/02/2020 à 18h10






th3squal a écrit :

La démarche est donc de dire :
Nous sommes intellectuellement trop con pour vivre en société dans une intelligence suffisamment globale, ainsi nous sommes obligé quand même de légiférer sur ce sujet qui est d’une débilité et d’une insignifiance la plus totale du fait d’un non savoir vivre généralisé.



Non.

La démarche est de dire que l’on vit dans une société civilisée basée sur l’état de droit, où les interdictions, pour être valables, doivent être légales. Et donc, encadrées par la loi.

Le type qui fait cager son clébard en plein milieu du trottoir (vu tout à l’heure quand je suis allé faire mes courses), il risque une amende s’il se fait toper, parce que la loi a reconnu, justement, que c’était un comportement asocial et l’a sanctionné en conséquence.

L’alternative, c’est un monde sans loi où chacun fait la sienne comme bon lui semble, et ça s’appelle l’anomie. Ou un monde à la Mad Max, pour simplifier. Testé et pas vraiment approuvé en Somalie…

C’est pas une histoire de trop ou pas assez con, c’est une histoire de principe de base de l’état de droit : si c’est pas interdit, c’est autorisé, si c’est interdit, c’est parce que la loi le dit. C’est une garantie contre l’arbitraire. Et cela passe par mettre dans la loi ce qui est interdit, que ce soit a priori insignifiant ou pas.

Le mec qui laisse son clebs chier en plein milieu du trottoir, il pourra te répliquer que c’est toi qui l’emmerde par manque de savoir-vivre en lui faisant remarquer que c’est dégueulasse et incivique alors qu’il ne t’a rien demandé et que tu n’as pas à lui dire où faire chier son clebs. Si la loi ne l’interdit pas, il a raison par défaut. Si la loi l’interdit, il se prend une prune si un pandore passe par là.

Ce n’est pas être obligé de légiférer sur ce sujet qui est d’une débilité et d’une insignifiance la plus totale du fait d’un non savoir vivre généralisé, c’est dire clairement ce qu’il est interdit de faire en société, et qui est pénalisable. Le savoir-vivre, tu en as autant de définitions que de personnes qui s’en réclament, c’est insuffisant comme défense devant un tribunal.



Quiproquo Abonné
Le 03/02/2020 à 18h54

Décharge ça me semble approprié.


skankhunt42
Le 03/02/2020 à 18h58






Maô a écrit :

Pourquoi a-t-on besoin de faire des lois pour pallier à l’incompétence des parents ?
C’est pas en déresponsabilisant les parents que l’éducation sera mieux
demain, au contraire. C’est à eux de gérer ce genre de problème, les
députés ont d’autres sujets bien plus important à traiter…


Pour
la faire courte : A l’époque des VHS le porno était moins facile
d’accès et les parents ne passaient pas leur vie au travail. Alors que
maintenant n’importe quel gamin à un smartphone et peut regarder du
porno pendant que les parents passent leur vie au travail.

Du
coup c’est très difficile d’éduquer un enfant et plus facile d’interdire
par des lois. Personnellement je pense que c’est à l’école que devrait
ggérer une majeure partie de l’éducation au lieu de leur faire passer
leur vie le cul sur une chaise à enchainer des math et autres conneries.

J’aimerais
bien voir une étude sur le porno / violence / éducation avec des
variable du type niveau de vie du pays, temps passé au travail, temps
passé à l’école, quel type d’enseignement, ect.
&nbsp;


th3squal a écrit :

Pourquoi est-on obligé de légiférer pour les déjections canines voire humaines sur les trottoirs ?


J’ai pas noté de véritable changement car la police à disparue de nos rues.



sanscrit
Le 03/02/2020 à 20h34

heu avant internet, il fallait connaitre qqun qui connaissait qqun qui possédait une cassette VHS (320x200 je le rappel) de mauvaise qualité qui voulait bien te la preter pour aller la regarder chez qqun ui connaisait qqun qui possedait un magetoscope quand ses parents n’etais pas là.

Pour les revues le circuit est plus court mais le probleme était le même.
Je sais il n’y avais internet en 1990.


carbier Abonné
Le 03/02/2020 à 20h40






SebGF a écrit :

Question : Y a-t-il eu un constat ?

Parce que là je viens d’ouvrir une fenêtre privée, taper “pornhub.fr” et avoir une immense page noire qui indique ceci :

L’assertion citée au début du message est totalement fausse.


Sauf que la plainte date de novembre 2018.
Ne me demande pas pourquoi NXi la ressort de la poussière alors qu’aucune suite n’a été donnée.

Ils se sont peut être aperçu que cela faisait de l’audience.



Commentaire_supprime
Le 03/02/2020 à 21h06






carbier a écrit :

Sauf que la plainte date de novembre 2018.
Ne me demande pas pourquoi NXi la ressort de la poussière alors qu’aucune suite n’a été donnée.

Ils se sont peut être aperçu que cela faisait de l’audience.



La justice, c’est pas rapide. Ils n’ont peut-être eu une date d’audience que récemment, d’où la niouze.



Coeur2canard
Le 04/02/2020 à 08h17

Mmmh à ta lecture effectivement je pense avoir manqué d’un sens de la dérision dont je ne suis pas le dernier à me prévaloir pourtant.&nbsp;
Pour le reste, “choix” n’était pas le bon mot. Il n’empêche que personne n’est un pur autodidacte. Tes ptits mangas, tes ptits cacas japonais, puis tout le reste (même si plus tu vieillis plus cela perd en impact), ont contribué à forger ce que tu as personnellement vécu comme une évidence (ou une fatalité pour certains).


Coeur2canard
Le 04/02/2020 à 08h28

En fait dans les bahuts les accès sont plutôt sécurisés, je parle plutôt de ce qui tourne sur les smartphones, de la vidéo de décapitation au bon snuff movie en passant par tout l’arc en ciel de ce qui se fait crade ds le porno.&nbsp;
Bien peu d’éducation là-desssus, à l’école (malgré des efforts et des progrès hétérogènes géographiquement) et surtout à la maison, où le contrôle parental est très peu activé.

&nbsp;Je travaille bcp avc les profs sur ces questions, notamment parce que l’impact de ce que les gamins voient ds tout le joli porno se paie cash à un certain niveau. Attention je ne veux pas faire ds le discours alarmiste d’une génération complètement malade biberonnée au porno, plein de gamins s’en sortent très bien. Mais j’assiste à un tas de comportements hyper abusés : des photos dégradantes prises à l’insu de, à&nbsp;la tournante sur une élève filmée, oui la nouvelle génération a entre les mains un outil qui change complètement la donne (moi j’ai eu mon premier 3310 après le bac qd je suis parti ds le supérieur).&nbsp;

La hauteur, j’essaye, mais cela m’empêche ds ce domaine d’avoir les idées très arrêtées. Bien que bercé de certains idéaux libertaires et d’une envie d’ouverture dès lors qu’on parle du net, depuis quelques années les discours a posteriori simplistes qui étaient les miens ne passent pas l’épreuve de la réalité.&nbsp;


la_hyene Abonné
Le 04/02/2020 à 08h30

A débattre ainsi nous ne trouverons pas de consensus avant que nos enfants ne soient à leur tour parents.


th3squal Abonné
Le 04/02/2020 à 08h35

Pour information, cette “loi” antédiluvienne date de 1994 Article R644-2 du code pénal, cependant elle ne concernait auparavant que les “&nbsp;matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage ” avec une contravention de 4ème classe.

-&gt; en 2007&nbsp;Article R632-1 du code pénal, elle est complétée par décret afin de préciser les cas (déjections comprises) et préciser de plus le fait “d’uriner sur la voie publique”, en revanche on abaisse à une contravention de 2ème classe.
-&gt;&nbsp;en 2010&nbsp;Article R635-8 du code pénal, ajoute le fait d’être déposé à l’aide d’un véhicule, et modification en contravention de 5ème classe. C’est d’ailleurs ce texte qui avait fait polémique, avec la sanction pouvant atteindre 1500 à 3000€ pour “une crotte de chien” (entre autre bien sur).
-&gt; en 2015 Article R633-6 du code pénal, elle complétée&nbsp;à nouveau afin d’ôter cette notion de véhicule pour la généraliser et abaisser&nbsp; à une contravention de 3ème classe.

Donc si je résume la situation, avant 2007, tout le monde chiait et pissait partout en toute impunité? Pourtant dans mes souvenirs, les rues étaient plus propres il y a 15ans qu’aujourd’hui… (du moins dans les villes que j’ai eu l’occasion de côtoyer, et j’ai eu l’occasion d’en visiter un bon nombre sur cette période)

En conclusion, la nécessité de légiférer dans un état de droit, se pose initialement par le constat d’un trouble à l’ordre publique, qu’il est de facto nécessaire de réguler par une loi ou un décret, afin de rétablir l’ordre publique par la possibilité de sanctionner un contrevenant.

L’état de droit ne remplace pas le savoir vivre. Il y “contraint” sous une forme désirée&nbsp;pensée par une “élite” restreinte.

Sur le principe, c’est l’idéal.

Nous sommes malheureusement dans ce constat ici concernant Pornhub. La régulation intelligente ne se fait pas par elle même, de ce fait on légifère pour cadrer, et permettre de sanctionner les contrevenants, au risque de diminuer les libertés individuelles, au (soit disant) profit de l’intérêt général.
&nbsp;
Le seul soucis ce sont ces élites actuelles qui n’y&nbsp; connaissent pas forcément grand chose (mais personne n’est omniscient), et qui, au lieu de se documenter via des rapports de professionnels du domaine, veulent légiférer sur un coup de tête, car politiquement c’est bon pour leur image sur le moment… Nous sortons dés lors de&nbsp;la politique de droit commun.


Commentaire_supprime
Le 04/02/2020 à 08h59






th3squal a écrit :

Pour information, cette “loi” antédiluvienne date de 1994 Article R644-2 du code pénal, cependant elle ne concernait auparavant que les “ matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage ” avec une contravention de 4ème classe.

-&gt; en 2007 Article R632-1 du code pénal, elle est complétée par décret afin de préciser les cas (déjections comprises) et préciser de plus le fait “d’uriner sur la voie publique”, en revanche on abaisse à une contravention de 2ème classe.
-&gt; en 2010 Article R635-8 du code pénal, ajoute le fait d’être déposé à l’aide d’un véhicule, et modification en contravention de 5ème classe. C’est d’ailleurs ce texte qui avait fait polémique, avec la sanction pouvant atteindre 1500 à 3000€ pour “une crotte de chien” (entre autre bien sur).
-&gt; en 2015 Article R633-6 du code pénal, elle complétée à nouveau afin d’ôter cette notion de véhicule pour la généraliser et abaisser  à une contravention de 3ème classe.

Donc si je résume la situation, avant 2007, tout le monde chiait et pissait partout en toute impunité? Pourtant dans mes souvenirs, les rues étaient plus propres il y a 15ans qu’aujourd’hui… (du moins dans les villes que j’ai eu l’occasion de côtoyer, et j’ai eu l’occasion d’en visiter un bon nombre sur cette période)



Avant 2007, d’autres lois étaient appliquées. S’il y a eu changement dans la loi, c’est que les lois précédentes se sont avérées inadaptées à l’évolution de la société.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un jour le fait de laisser n’importe quel animal domestique chier en pleine rue être légal…

Et je te confirme pour l’avoir vécu, dans les années 1970, des propriétaires de chien faisaient bien caguer leurs bestioles en plein milieu des trottoirs. Le savoir-vivre n’était guère plus développé qu’aujourd’hui, il faut croire…


En conclusion, la nécessité de légiférer dans un état de droit, se pose initialement par le constat d’un trouble à l’ordre publique, qu’il est de facto nécessaire de réguler par une loi ou un décret, afin de rétablir l’ordre publique par la possibilité de sanctionner un contrevenant.

L’état de droit ne remplace pas le savoir vivre. Il y “contraint” sous une forme désirée pensée par une “élite”


L’état de droit permet de donner des bases uniformes, non arbitraires et opposables aux gougnafiers aux règles de savoir-vivre, en fixant les interdits et les sanctions légales qui sont applicables en cas de transgression.


Sur le principe, c’est l’idéal.


C’est ce qu’un certain Montesquieu a défini comme principe égalitaire et équitable pour vivre en société.


Nous sommes malheureusement dans ce constat ici concernant Pornhub. La régulation intelligente ne se fait pas par elle même, de ce fait on légifère pour cadrer, et permettre de sanctionner les contrevenants, au risque de diminuer les libertés individuelles, au (soit disant) profit de l’intérêt général.


La régulation intelligente spontanée d’un secteur a toujours été, pour moi, un mythe. Tout opérateur économique et social a tendance à abuser de son pouvoir parce que c’est dans son intérêt. Pornhub peut-être (c’est à démontrer par la justice), Boeing l’a fait à coup sûr en dictant ses conditions aux autorités de certification de son dernier moyen-courrier, avec des morts au final…

Après, comme tu dis, tout est question d’équilibre, et l’abus de la répression dans ce domaine risque d’avoir des conséquences nuisibles dans d’autres.

Et, au final, on en revient au même, c’est plus le public qu’il faut éduquer qu’autre chose. Mais bon, ça risque de développer l’esprit critique, la responsabilité civique et la citoyenneté, et c’est pas vraiment ce qui intéresse nos classes dirigeantes…
 

Le seul soucis ce sont ces élites actuelles qui n’y  connaissent pas forcément grand chose (mais personne n’est omniscient), et qui, au lieu de se documenter via des rapports de professionnels du domaine, veulent légiférer sur un coup de tête, car politiquement c’est bon pour leur image sur le moment… Nous sortons dés lors de la politique de droit commun.


Exact.



Plastivore Abonné
Le 04/02/2020 à 09h49

Tu as raison, et je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que si un mineur veut accéder à du contenu pornographique, il y arrivera. Néanmoins, il ne me parait pas mal venu de chercher à rendre la démarche plus compliquée, ne serait-ce que par principe. C’est un élément de dissuasion et je pense que personne ne s’attend à une efficacité à 100% (enfin, la plupart des personnes prenant part au débat, parce que c’est clair qu’on va avoir des députés ou membres d’associations qui pensent qu’un algorithme sorti d’un chapeau magique sera capable de différencier un mineur d’un majeur tout seul comme un grand).

Pour faire une analogie vraiment foireuse, ça reviendrait à dire que ça ne sert à rien de réguler la vente de tabac aux mineurs, puisqu’ils arriveront quand même à s’en procurer par des moyens détournés (je sais, c’est pas le même cas de figure, mais c’est pour illustrer ce qui ne fonctionne pas dans ton raisonnement - au moins de mon point de vue).

Dans ce cas précis, je pense que ce qui fait tiquer, c’est le fait qu’il n’y ait même pas un splash screen ou une landing page avec ne serait-ce qu’un avertissement, ce qui donne l’impression qu’ils n’ont envie de faire aucun effort vis-à-vis de la protection des mineurs. C’est clair qu’on les enquiquinerait quand même s’ils avaient ça sur leur site, mais il y a vraiment un manque de volonté manifeste ici.


skankhunt42
Le 04/02/2020 à 12h38






Plastivore a écrit :

Pour faire une analogie vraiment foireuse, ça reviendrait à dire que ça ne sert à rien de réguler la vente de tabac aux mineurs, puisqu’ils arriveront quand même à s’en procurer par des moyens détournés (je sais, c’est pas le même cas de figure, mais c’est pour illustrer ce qui ne fonctionne pas dans ton raisonnement - au moins de mon point de vue).


A contrario plus tu veut interdire le tabac en augmentant les prix et plus la contrebande augmente et donc l’accès au mineurs. C’est pareil avec le cannabis, 45% des jeunes en france et 25% en hollande. Comme je le disais dans un commentaire précédant c’est les mentalité autour de l’interdit qu’il faudrait changer.

Le problème c’est que si t’explique à des gamins de 14 ans comment ça marche le sexe pour de vrai t’en aura un paquet qui voudront essayer. Si à ça tu rajoute plus de temps libre c’est bingo. La preuve à 15 ans ça couche déja en allemagne alors qu’en france il faut attendre 17 ans et demi.

&nbsp;



vizir67 Abonné
Le 04/02/2020 à 13h02

La preuve : à 15 ans on couche déjà en Allemagne, alors qu’en France il faut attendre 17 ans et demi.

(stp) sources ?


skankhunt42
Le 04/02/2020 à 13h06






vizir67 a écrit :

(stp) sources ?


&nbsp;Tu peut pas recherchez toi même ? Comme quoi l’école ça sert à rien… En image ici .



vizir67 Abonné
Le 04/02/2020 à 13h12

certes, mais il y-a 15 ans (2005) !
(je pense : qu’il a eu changement)


skankhunt42
Le 04/02/2020 à 13h17






vizir67 a écrit :

certes, mais il y-a 15 ans (2005) ! (je pense : qu’il a eu changement)


C’est justement ça le problème, pas d’étude et des lois à la cons…



anonyme_f6b62d162990fde261db0e0ba2db118e
Le 04/02/2020 à 14h29






Coeur2canard a écrit :

En fait dans les bahuts les accès sont plutôt sécurisés, je parle plutôt de ce qui tourne sur les smartphones, de la vidéo de décapitation au bon snuff movie en passant par tout l’arc en ciel de ce qui se fait crade ds le porno.&nbsp;


Hum, le premier truc flippant que mon fils a vu sur Youtube, c’est sur l’ordi de la classe pendant une pause ( ils étaient 4 ou 5 seuls dans la classe).
“Effectivement, apparemment les “”“filtres de l’académie”“” ont sauté.”

Et à l’époque il n’avait pas de smartphone.



hellmut Abonné
Le 04/02/2020 à 14h54

je me demande un truc.
on est en France, où la pénétration des box opérateurs est juste énorme. c’est à dire que le routeur qui permet l’accès à internet de l’écrasante majorité des français appartient à l’opérateur.
pourquoi ne pas demander gentiment (au début) aux opérateurs de fournir et d’activer par défaut un logiciel de contrôle parental dans leur box? ça sera la responsabilité du propriétaire de la ligne (donc un adulte) de désactiver ce contrôle ou de le paramétrer. je dis pas que ça l’empêche de filer ses codes à son gosse hein.
ça c’est pour le fixe.

Pour le mobile il faut réfléchir à autre chose, c’est évident. mais au delà de la question de l’éducation (qui est quand même la base) il me semble qu’il existe des solutions techniques qui pourraient modérer les ardeurs d’une majorité de gamins.

après le gosse qui arrive à contourner le truc, tant mieux, c’est qu’il est sans doute pas trop con. ^^


misocard Abonné
Le 04/02/2020 à 14h59

Ben pour le mobile c’est encore plus simple. Si l’abonnement/carte prépayée est à un mineur on peut filtrer les requêtes vers certains sites. Après ça saute via un simple VPN.

Mais du coup ça ferait tomber la responsabilité sur les tuteurs, c’est&nbsp; pas le but de la loi.


Coeur2canard
Le 04/02/2020 à 15h22

Ah ben ça je ne dis pas. Mais bon globalement y a une liste noire élaborée et mise à jour par l’université de Toulouse et utilisée dans quasi tous les établissements. Après pas mal d’établissements vont même jusqu’à filtrer youtube aussi (en n’autorisant que des vidéos déposées par les profs, ou des fois aussi à cause de soucis de bande passante).&nbsp;
Bref tout ç a pour dire que globalement un bon filtrage fait son taff. Même si oui, le web évoluant tous les jours, on peut tjs tomber sur un truc


hellmut Abonné
Le 04/02/2020 à 15h34

mouais, l’idée d’un filtre massif chez l’opérateur c’est pas vraiment mon truc. ^^


misocard Abonné
Le 04/02/2020 à 15h48

Je me disais que le contrôle parental sur la box c’était la même chose …

Mais soyons clair, je ne suis pas pour.


th3squal Abonné
Le 04/02/2020 à 15h57






hellmut a écrit :

je me demande un truc.
on est en France, où la pénétration des box opérateurs est juste énorme. c’est à dire que le routeur qui permet l’accès à internet de l’écrasante majorité des français appartient à l’opérateur.
pourquoi ne pas demander gentiment (au début) aux opérateurs de fournir et d’activer par défaut un logiciel de contrôle parental dans leur box? ça sera la responsabilité du propriétaire de la ligne (donc un adulte) de désactiver ce contrôle ou de le paramétrer. je dis pas que ça l’empêche de filer ses codes à son gosse hein.
ça c’est pour le fixe.

Pour le mobile il faut réfléchir à autre chose, c’est évident. mais au delà de la question de l’éducation (qui est quand même la base) il me semble qu’il existe des solutions techniques qui pourraient modérer les ardeurs d’une majorité de gamins.

après le gosse qui arrive à contourner le truc, tant mieux, c’est qu’il est sans doute pas trop con. ^^


Pour les BOX il suffit de couper le câble… quoi que non ça coupe tout seul&nbsp;<img data-src=" />&nbsp;



Patch Abonné
Le 04/02/2020 à 20h09






Commentaire_supprime a écrit :

Avant 2007, d’autres lois étaient appliquées. S’il y a eu changement dans la loi, c’est que les lois précédentes se sont avérées inadaptées à l’évolution de la société.


Ou que comme souvent, certains ont vu la possibilité de mettre leur nom sur une loi inutile de plus…



SebGF Abonné
Le 04/02/2020 à 20h10

J’ai mis deux liens vers des études récentes sur la sexualité des jeunes dans l’autre actualité.

https://www.nextinpact.com/news/108656-la-guerre-est-declaree-contre-porno-en-li…


hellmut Abonné
Le 05/02/2020 à 15h41

ah non le contrôle parental c’est pas la même chose que du filtrage opérateur. le logiciel tourne sur ta box et c’est toi qui l’administre (même si la box est propriété de l’opérateur).


misocard Abonné
Le 05/02/2020 à 16h00

Je vois où se situe la différence … mais

Pour que le contrôle parental fonctionne il faut une liste des sites.
Vu que les sites de cette liste sont interdits aux moins de 18 ans et qu’il est possible de savoir si un abonnement (ou carte prépayée) est liée à un majeur l’exécutif aurait pour devoir de demander aux opérateurs mobile de filtrer les contenus de ces sites pour les mineurs.

La technologie existe déjà vu qu’elle est utilisée pour d’autres sites. Moralement c’est défendable.


hellmut Abonné
Le 05/02/2020 à 16h14

l’abonnement est lié au propriétaire de la ligne, qui n’est pas forcément le mineur.


Tandhruil
Le 05/02/2020 à 16h21

Pour l’abonnement mycanal, l’abonné a obligation de créer un code parental puis le choix de le désactiver. A noter que les programme adultes restent malgré tout indisponibles avant minuit <img data-src=" />

On pourrait imaginer le même genre de solution (sauf l’indisponibilité avant minuit) avec black-listage des sites connus (une liste mise à disposition sur un serveur du CSA).

edith : fautes de frappe


hellmut Abonné
Le 05/02/2020 à 16h38

oui, mais pas chez l’opérateur.
c’est la porte ouverte à n’importe quoi par la suite.


RuMaRoCO Abonné
Le 05/02/2020 à 17h45

Je crois savoir que l’expression “jouer à touche pipi” existe depuis au moins les années 1920…
Donc la curiosité sur le sujet de la part des enfants ne dates pas d’hier…

Et pu..naise, PORN HUB c’est quand même suffisamment explicite non ?. On ne tombe pas sur ce site par hasard.&nbsp;

&nbsp;


democrite
Le 06/02/2020 à 00h26

Les français adorent interdit et faire des lois sur tout ce qui bouge ou pas. Bientôt on ne pourra plus se branler ou il y aura des règles et des quotas,genre 3 fois par semaine car il faut économiser l’énergie etc.


OB Abonné
Le 06/02/2020 à 08h58


Plastivore a écrit :

Pour faire une analogie vraiment foireuse, ça reviendrait à dire que ça ne sert à rien de réguler la vente de tabac aux mineurs, puisqu’ils arriveront quand même à s’en procurer par des moyens détournés (je sais, c’est pas le même cas de figure, mais c’est pour illustrer ce qui ne fonctionne pas dans ton raisonnement - au moins de mon point de vue).

Pour moi , la loi ici sert à 2 chose:




  1. Signaler que c’est interdit

  2. Pouvoir facturer les débitants de tabac en cas de vente aux mineurs.

    Car oui un mineur qui veux se procurer du tabac le fait.

    La question est de savoir si la loi a un intérêt si le second point est (à ce jour) inatteignable.&nbsp;
    Je peux entendre que oui dans le cas du porn , mais cet interdit existe déjà.

    Or, ce qui marche mieux (mais qui coûté un pognon de dingue) pour le tabac c’est tout le système de prévention et de décrédibilisation du tabac.
    La comparaison avec le cannabis est intéressante : Ce dernier est complètement interdit, pourtant les jeunes en fument quand même énormément et n’ont aucun mal à s’en procurer.

    Une loi, c’est l’équivalent juridique d’un yakafokon , et ça peux même empirer les chose en rendant les filières d’approvisionnement plus opaque et mafieuses.
    &nbsp;

    J’ai l’impression que pour le porn on est dans la même logique.
    &nbsp;

    &nbsp;


ungars
Le 08/02/2020 à 13h54

Avant internet, il y avait quoi ? Sex-shops et cinéma X : des gamins de de 14 ans pouvaient y entrer facilement ?


ungars
Le 08/02/2020 à 13h55

On est dans une logique défaitiste.


ungars
Le 08/02/2020 à 13h57

Edith est un prénom féminin <img data-src=" />


Patch Abonné
Le 08/02/2020 à 19h52






ungars a écrit :

Avant internet, il y avait quoi ? Sex-shops et cinéma X : des gamins de de 14 ans pouvaient y entrer facilement ?

Il y avait aussi les VHS et les magazines X. Ca s’échangeait sous le manteau de ceux qui étaient intéressés, sans aucun pb.