Thunderbird veut redéployer ses ailes dès cette année

Thunderbird veut redéployer ses ailes dès cette année

Le temps de la réflexion

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

Logiciel

03/01/2019
103

Thunderbird veut redéployer ses ailes dès cette année

Mozilla a présenté hier son plan de bataille pour Thunderbird. Le client email, open source et multiplateforme, pourrait bien s'offrir une seconde jeunesse, ses développeurs prévoyant un vaste renouvellement technique, autant qu'un remaniement de l'interface.

Après des années que l’on pourrait qualifier d’errance, Mozilla semble s’atteler sérieusement à moderniser son client mail Thunderbird. On savait déjà que le logiciel n’était plus uniquement géré par la communauté, l’éditeur lui ayant fait une place dans son infrastructure, ouvrant à Thunderbird certaines des ressources de Firefox.

Au cours de l’année écoulée, l’équipe a grandi pour atteindre huit personnes à temps plein sur le projet, la plupart ingénieurs. Six autres embauches sont prévues dès le début de l’année, là encore avec de solides compétences techniques. Un élargissement permis selon Mozilla par une accélération des donations à Thunderbird. Une manière aussi – de l’aveu même de l’éditeur – de générer un nouvel écho et de renforcer encore les dons.

Le projet semble surtout avoir maintenant des lignes de développement claires, Mozilla exposant les grands objectifs pour 2019. Beaucoup étaient jusqu’à présent des recommandations rassemblées par le développeur Magnus Melin en octobre dernier. Elles sont désormais un plan de bataille.

Réduire la dette technique et moderniser le code

Une grosse partie du travail actuel consiste à moderniser la base de code de Thunderbird. Celle de Firefox a très largement évolué en une seule année, avec l’entrée en piste de l’initiative Quantum, qui a permis au navigateur une nette remontée en performances.

Une première étape majeure a été franchie avec Thunderbird 60 (ESR), là pour montrer que Mozilla était à nouveau sérieux sur le sujet. Quatre versions sont sorties depuis et Thunderbird 65 a déjà sa première bêta. Mais un travail spécifique sur les performances sera fait par les nouveaux embauchés, avec un accent mis sur la détection des goulots d’étranglement. Mozilla se dit conscient des soucis dans ce domaine, qu’ils touchent l’interface ou les fonctions, la relève du courrier et autres.

Surtout, Thunderbird sera progressivement réécrit, notamment pour lui offrir ce que Firefox a lui-même mis du temps à obtenir : un socle multiprocessus, capable de répartir les calculs sur plusieurs cœurs du processeur. Mozilla évoque également un remplacement d’anciens morceaux du logiciel par des technologies plus modernes, mais sans vraiment détailler.

On trouve cependant dans la liste de Magnus Melin de nombreuses idées précises :

  • mieux intégrer Gmail (quitte à supporter ses spécificités, comme les labels),
  • renouveler les notifications et leur intégration dans chaque système d’exploitation,
  • mieux prendre en charge des fichiers ICS, finir la réécriture de nsMsgSend pour l’expédition des nouveaux courriers et se passer à terme de l’ancienne bibliothèque libmime et rendre les filtres contextuels,
  • les réécrire en JavaScript asynchrone (actuellement en C++ synchrone),
  • renouveler également la gestion des protocoles en commençant par SMTP.

Magnus Melin recommandait également de se pencher sur le cas spécifique d'Exchange. La synchronisation fonctionne mal, et s'il est possible de contourner le problème en activant côté serveur la compatibilité POP/IMAP, celle du calendrier reste bloquée. Il recommande donc que les développeurs se penchent sur cette fonction, les comptes Exchange étant courants.

Un planning chargé encore amplifié par les autres ambitions de l’éditeur : l’interface et les fonctions.

Rendre Thunderbird agréable

Mozilla est bien conscient qu’une modernisation de son code n’est pas suffisante. L’éditeur sait qu’il va devoir s’atteler à une révision UI/UX, autrement dit l’interface et l’expérience utilisateur. En dépit des retouches intervenues depuis quelques mois avec des éléments hérités de Photon, l’ensemble de l’interface accuse son âge, tout particulièrement dans la disposition des éléments et l’approche de l’organisation fonctionnelle. Des soucis accentués par des lenteurs dans certaines actions.

L’aspect graphique de ces changements reste à définir, mais Mozilla donne quand même d’autres détails. Par exemple, un travail particulier pour rendre les options et paramètres plus accessibles. Thunderbird contient de nombreuses fonctions et leur découverte n’est pas toujours aisée.

Le chiffrement tiendra également une place à part dans l’année qui vient. Les développeurs veulent simplifier leur approche pour l’utilisateur, qui devrait plus facilement pouvoir chiffrer ses courriers, le client prenant en charge des aspects supplémentaires. En clair, accompagner l’utilisateur et lui prémâcher autant que possible le travail, notamment dans la gestion des certificats. Cette approche se manifestera aussi par une simplification des messages d’erreur, jugés trop confus actuellement.

Cette amélioration de l’expérience « out of the box » s’étend à d’autres domaines. Par exemple, rendre Thunderbird plus riche en lui ajoutant les fonctions les plus appréciées des principales extensions. Une manière de répondre à plusieurs contraintes, dont le manque de découvertes des extensions (bon nombre n’en connaissent même pas l’existence selon Mozilla). En outre, l’éditeur craint qu’une majorité d’entre elles ne soient finalement jamais portées vers le standard WebExtensions.

Autre aspect visé, un meilleur module d’import/export des données, une opération qui a toujours manqué de simplicité dans le logiciel. Même chose pour l’accès à certaines informations et la synchronisation des contacts, qui nécessite aujourd’hui un support de vCard 3.0. Thunderbird ne gère que la version 2.0, une partie du code datant même de… 1996. Les supports intégrés de CardDAV et de WebDAV (pour les liens de fichiers) sont également prévus.

Notez que Mozilla constitue actuellement une équipe UX pour Thunderbird, via notamment les nouvelles embauches. Dans ce groupe, une personne est prévue pour travailler à temps plein sur ces aspects. L'éditeur travaille également sur un thème sombre, comme on peut le voir dans l'actuelle préversion de Thunderbird 65.

Redonner du succès à un client email en 2019

La question que beaucoup ne manqueront pas de se poser est aisée : n’est-il pas trop tard ? La prévalence de l’email n’a plus la même amplitude qu’il y a dix ans, les messageries étant passées par là. Même en entreprises, des produits comme Slack, Teams et Mattermost ont largement transformé la manière dont les équipes communiquent. Les canaux de conversation permettent une traçabilité dont le courrier électronique peut difficilement se vanter.

L’email reste cependant très utilisé, notamment par une frange d’internautes cherchant avant tout à protéger leurs communications. Le choix de Mozilla de se porter vers le chiffrement n’est pas un hasard, tout du moins d’en simplifier l’utilisation. Il illustre d’ailleurs la direction que semble prendre Thunderbird : garder les utilisateurs actuels tout en cherchant à en acquérir de nouveaux. D’où cette volonté placardée de simplifier l’interface. Surtout à l’heure où une partie des utilisateurs se contente d’ouvrir leur webmail principal sans plus installer le moindre client.

Il ne faut probablement attendre aucune révolution dans Thunderbird, les moyens qui lui sont dévolus ne sont tout simplement pas assez grands, sans commune mesure avec ceux de Firefox. Cependant, voir Mozilla s’occuper à nouveau plus sérieusement d’un logiciel presque abandonné à une époque devrait combler les aficionados de clients email open source et multiplateformes.

103

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Réduire la dette technique et moderniser le code

Rendre Thunderbird agréable

Redonner du succès à un client email en 2019

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (103)


Le 03/01/2019 à 15h 05

EN-FIN !

 

J’avoue ne pas avoir d’autre mot pour décrire ça ! Il serait temps de redonner ses lettres de noblesse à ce client courriel qui est en déshérence depuis tant d’années. Je l’utilise — et surtout mes parents — mais j’avoue que ses lenteurs et manques de fonction ont fini par m’en éloigner et que mes parents le

subissent plus qu’ils ne l’apprécient.

Bonne nouvelle donc&nbsp;<img data-src=" />



EDIT : des sauts de lignes en trop&nbsp;<img data-src=" />


eglyn Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 07

Je ne trouve pas que Slack remplace l’email quand même, c’est certes très pratique pour discuter en équipe, mais pour les échanges clients on reste sur de l’email par chez nous :)



Après pour Thunderbird, je leur souhaite du courage, car après avoir fait quelques aller-retour dessus, j’ai toujours été agacé soit par l’interface, la lenteur (synchro bloqué pour un oui ou pour un non), ou l’impossibilité de bien synchroniser de l’Exchange. Et je suis toujours retourné vers Outlook bien plus convivial et pratique (même si ça me désole…).



Enfin, s’ils améliorent vraiment tous ces points, pourquoi pas :)

&nbsp;

&nbsp;


Le 03/01/2019 à 15h 12

L’analyse en fin d’article est très pertinente. Personne ne veut configurer un client mail en 2019. Le couplage client et service qu’offrent Gmail, Outlook et leurs concurrents rend l’utilisation de Thunderbird par le grand publique peu probable. C’est encore plus parlant sur mobile où installer Gmail signifie accéder directement à sa messagerie alors qu’installer un client mail tiers (K9 par exemple) demande de se fader la config smtp et imap.



Il y a peut-être des cartes à jouer en entreprise. Pas chez les grands qui utilisent Exchange et donc Outlook + Skype. Mais dans les PME pourquoi pas…


eglyn Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 17

Et encore, dans les PME les abonnements Office 365 prennent de plus en plus de place…


Le 03/01/2019 à 15h 19

Bonne nouvelle !



[… des produits comme Slack, Teams et Mattermost ont largement transformé la manière dont les équipes communiquent]

Oui mais en entreprise on converse aussi avec l’extérieur de la boite. Des clients comme le dit @eglyn mais pas que. Toutes les communications externes se font pas tel ou par mail, voir même encore par fax…



Le mail bien que plein de défauts a encore de beaux jours devant lui je pense.


rg54 Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 20

Tu n’as pas utilisé Thunderbird pour la configuration d’une boite mail depuis combien de temps ?



Parce que ça fait déjà un bail que la config est largement automatisée (récupération auto des IMAP/SMTP, activation du chiffrement si dispo, etc.). il suffit d’entrer l’e-mail et le mot de passe, et ça se fait en 3 clics pour la plupart des fournisseurs.



L’interface Gmail (par exemple) a beau être agréable à utiliser, ça ne remplace pas pour autant un client mail niveau ergonomie et côté pratique, je trouve. Et ça a toujours l’avantage d’agréger plusieurs boites/calendriers/liste de contacts dans une interface unique.


Le 03/01/2019 à 15h 20

De plus en plus de clients lourds connaissent les configs imap smtp des grands fournisseurs ou bien les extrapolent à partir du nom de domaine pour simplifier la config.


numerid Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 23

Très bonne nouvelle ! Je suis toujours retournée à Thunderbird et au passage à Linux, je l’ai gardé. Outlook est très usinàgazeux. et si je connais des gens qui veulent configurer un client mail en 2019 parce qu’ils ne veulent pas que leurs données profitent à d’autres. Cela n’empêche nullement d’utiliser un webmail par ailleurs.


eglyn Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 25

Il faut déjà sur la plupart des fournisseurs standard (gmail, live, yahoo, etc..) autoriser l’IMAP qui est bloqué par défaut, donc premier truc relou à faire.

Ensuite, une fois l’IMAP fonctionnel cela ne configure pas automatiquement la synchro agenda, ni les contacts (en tout cas sur Gmail et Live), ou alors j’ai raté un truc ^^,



&nbsp;


Le 03/01/2019 à 15h 43

Il me semble que Gmail permet aussi d’agréger d’autres messageries mail.


Le 03/01/2019 à 15h 46

j’ai reconfiguré mon gmail dans thunderbird avec double authentification demaine derniere, thunderbird apparait comme une application SAML associée à mon compte google. J’ai trouvé ça propre mais plus trop standard pour du mail…


durthu Abonné
Le 03/01/2019 à 15h 46

Le protocole IMAP ne concerne que les mails, je ne vois pas en quoi ça permettrait une configuration automatique de tes agendas et autres.


Le 03/01/2019 à 15h 50

Ouai rien que ça. Une solution Google (ou autre) intègre mail, contact, calendriers et même discussion instantanée pour certains. C’est quoi l’alternative, un serveur DAV ? Ça convient aux techos bien sur, mais pour le grand public j’ai de gros doutes.


Le 03/01/2019 à 16h 05



L’email reste cependant très utilisé, notamment par une frange

d’internautes cherchant avant tout à protéger leurs communications. Le

choix de Mozilla de se porter vers le chiffrement n’est pas un hasard, tout du moins d’en simplifier l’utilisation.





+1000



On aura beau dire mais en entreprise, l’e-mail est de plus en plus utilisé comme un élément de preuve et un lieu de stockage de données: les données ne sont plus stockées sur le DD mais directement dans la boite mail.



Quand on voit le bousin que représente outlook, avec ses recherches qui n’aboutissent pas 1 fois sur 2, ses fermetures intempestives lors de la rédaction d’un mail, ses bugs incompréhensibles (impossibilité de changer format du texte parfois), avoir un concurrent sérieux qui n’oblige pas à mettre la main à la poche peut faire du mal à MS (et google).



Mozilla a un gros coup à jouer, espérons qu’ils sachent saisir leur chance.


Le 03/01/2019 à 16h 09

Fondamental d’avoir un client pour moi, le mail reste le mode de communication privilégié pour beaucoup d’indépendants je pense…



En attendant de voir s’ils s’améliorent je vais rester sur Outlook, il gère sans problème mon compte Exchange..


SebGF Abonné
Le 03/01/2019 à 16h 10







eglyn a écrit :



Et encore, dans les PME les abonnements Office 365 prennent de plus en plus de place…







Pluzun, Google Suite et Office 365 sont de redoutables concurrents pour les PME.



Faut dire qu’à 8€HT pour l’un et 10€HT par tête pour l’autre, clés en mains, facilement administrable, et offrant une palanquée de services associés, c’est juste imbattable…



Et quand du côté de Microsoft ça inclue la suite Office en lourd, bref.



A titre perso j’ai souscrit un abonnement Office 365 pour mon activité de Freelance, principalement en utilisant One Drive comme support de sauvegarde de mon PC (1To de données, 50Go pour la messagerie, et hébergement en Europe, pas dégueux comme offre) et bien que celui-ci soit sous Linux, les services en ligne sont pas trop mal.

Coût de l’opération : 10.40€HT/mois + le nom de domaine annuel à 15 balles…



Quand on voit de telles offres, à moins d’avoir un besoin réellement justifié (sécurité, confidentialité, etc) je ne vois pas quelle entreprise aura envie de se faire chier à maintenir une suite bureautique de nos jours.



Sinon du côté personnel, j’utilise Evolution pour avoir les mails de mon serveur perso + agenda et contacts de mon Nextcloud.



Le 03/01/2019 à 16h 35







seboquoi a écrit :



Fondamental d’avoir un client pour moi, le mail reste le mode de communication privilégié pour beaucoup d’indépendants je pense…



En attendant de voir s’ils s’améliorent je vais rester sur Outlook, il gère sans problème mon compte Exchange..







Pour moi Thunderbird + le plugin ExQuilla fonctionnent sans problème avec mon compte Exchange.



nicopelle Abonné
Le 03/01/2019 à 16h 38

c’est une bonne nouvelle….. dont je ne pense pas pouvoir bénéficier… ma boite à imposé l’utilisation de thunderbird …. en version 17.0.2…. <img data-src=" />



J’ai tenté de me mettre à jour, le plugin gérant le planning et différente fonctions ne marchent pas!!!! <img data-src=" />


micktrs Abonné
Le 03/01/2019 à 16h 41

J’aimerais bien savoir comment sont gérée les maj. Avec une possibilité de test ou pas ?

Puis pour le moment ce n’est pas chère. Mais dans quelques années, qui dis que les prix ne vont pas flambés et que tu sera obliger de rester car tout est produit avec la suite donc tu sera bloquer par l’absence de compatibilité avec autre chose ?



Les éditeurs l’on bien compris : les abonnements rapportent plus. Bcp d’entreprises payaient une suite un certain prix mais attendait plusieurs année (voir 10 ans) pour évoluer. Maintenant tout est à jour, mais le prix est tout les mois (voir tous les ans).





Revenons à l’actualité : Thunderbird est sympa mais bien merdique à utiliser. Et je ne parle que d’une utilisation personnelle.


eglyn Abonné
Le 03/01/2019 à 16h 46

Je sais bien :) je disais cela parce qu’il parlait d’agréger mail/agenda/contacts, et que pour faire cela, il ne faut pas juste configurer un compte en IMAP, c’est plus chiant que cela :)

&nbsp;


Le 03/01/2019 à 16h 53

Enfin une bonne nouvelle ! J’espère pouvoir l’installer facilement sur mon petit Linux Mint…



Perso, je l’utilise car j’ai des alias de ma boite principale que je souhaite utiliser en envoie… Et ça c’est pas un WebMail qui va me le gérer !


SebGF Abonné
Le 03/01/2019 à 17h 01

Concernant Office 365 :

Tu peux choisir de désactiver les mises à jour, les mensualiser, ou les faire tous les 6 mois. Tu peux aussi choisir le scope des produits à mettre à jour de manière automatisée ou en poussé.



Quant à la compatibilité entre les suites bureautique : c’est un sujet sans fin.

Malgré les formats XML plus ouverts et interopérables, ça reste une merde sans nom et importer un .docx dans Google Doc est toujours aussi foireux qu’avant. Et inversement et pareil entre suite lourdes.

Quant au procès d’intention, j’aimerais juste qu’on me dise quel est l’intérêt financier de vivre dans sa petite bulle. Si un logiciel n’est compatible avec personne, à l’ère du Claude et du SaaS qui permet de changer de crèmerie comme de chaussette, il crève.

Pas plus compliqué que ça.









macintosh_plus a écrit :



Enfin une bonne nouvelle ! J’espère pouvoir l’installer facilement sur mon petit Linux Mint…



Perso, je l’utilise car j’ai des alias de ma boite principale que je souhaite utiliser en envoie… Et ça c’est pas un WebMail qui va me le gérer !







Roundcube gère très bien les diverses identités rattachées à une boîte <img data-src=" />



thymotep Abonné
Le 03/01/2019 à 17h 16

Gmail le fait très bien, y compris avec des emails “externes” :&nbsphttps://support.google.com/mail/answer/22370?hl=fr


Le 03/01/2019 à 17h 18

Bah moi je suis dans une PME. On est abonné à Google Suite, mais ça n’empêche pas une grande proportion des utilisateurs de préférer un client lourd pour le mail (souvent Thunderbird).


Le 03/01/2019 à 17h 37

Tu a


Le 03/01/2019 à 17h 46

Tu as mille fois raisons.



Je fais l’admin sys des mails pour une grosse enseigne de Sushi. 17 domaines, près de 1000 boites, et bien le DSI a favorisé le libre/open source. C’est donc sous debian+postfix+courier+roundcube. Bref. Par contre pour envoyer/recevoir les mail c’est outlook et point barre. Parce que plus simple, plus facile et connu des utilisateurs, salariés, resto…



Autant pour le backend ils ont foncé sur le libre, autant pour le frontend utilisateur là c’est mort c’est M$ et rien d’autre. Moins de galère pour les responsables IT.



Thunderbird c’est pour les geek et des usages très spéciaux en IMAP (et JMAP si c’est suporté je ne sais plus). Parce qu’en POP sur une machine à l’heure du cross-device, là je ne vois pas.


Arcy Abonné
Le 03/01/2019 à 18h 19

<img data-src=" /> <img data-src=" />



Perso le client mail, c’est surtout pour pouvoir faire toutes mes opérations hors-lignes.

Pourquoi avoir besoin d’internet quand il s’agit de consulter du courrier (et ses pièces jointes) que t’es susceptible de relire plus tard ?



Bref, ça annonce du bon (déjà que le thème sombre … &lt;3).

Par contre, j’attends une sérieuse amélioration du coté de la recherche. Typiquement, Thunderbird me trouve plein de mails lors de la recherche mais au moment de les afficher, plus rien.


Fabimaru Abonné
Le 03/01/2019 à 18h 22
Le 03/01/2019 à 18h 39

Perso, j’ai testé mailbird dans le cas d’un usage privé.&nbsp; Franchement, top. Mais oui, Thuderbird est complétement à la ramasse et cela m’ennuie énormément car il était bien pratique.



Mais sinon oui, dans la boite, c’est Microsoft qui domine…


SebGF Abonné
Le 03/01/2019 à 18h 55

Cette simplicité affichée c’est aussi ce qui pousse des entreprises à passer leur bureautique sur Google.



Parce que “tout le monde” a un Gmail, c’est la même interface, les mêmes outils, le même écosystème, “tout le monde” a Android, etc.



A titre perso c’est une stratégie que je vois de plus en plus en entreprise : migrer tout ce qui peut l’être sur du SaaS (bureautique, comptabilité, progiciels métier, etc). C’est bien évidemment lié à une volonté de réduire les coûts et la masse salariale associée, mais aussi pour ne plus avoir à supporter des coûts d’infra et de maintenance associés.



Comme dans ton exemple personnel, si le backend est à 100% libre, il reste derrière le fait que ce sont des serveurs, des maintenances à faire, des sauvegardes à mettre en place, assurer de la haute disponibilité, etc. Tout ça a un coût, et c’est bien souvent une vision purement comptable qui va faire le choix.


Le 03/01/2019 à 19h 33

On attaque l’année avec une bonne nouvelle


Excellent. Super nouvelle.

Perso je ne me vois pas me passer d’un client lourd pour les mails (stockage hors ligne, sauvegarde, multicomptes, etc.), ni utiliser cette daube d’Outlook.

Donc, j’aime Thunderbird…


Le 03/01/2019 à 20h 04

Il me semble que la solution soit à aller chercher du côté des standards ouverts de type Markdown / HTML5 (? -sécurité…?) pour des documents simples, et (Lua)(La)TeX pour des documents complexes.



Pour les tableurs LibreOffice + Python semble prometteur ?


greenchris Abonné
Le 03/01/2019 à 20h 07

J’utilise Thunderbird depuis longtemps à titre privé et pro (TPE, je suis seul ;)).

J’en suis super content.

Je vous l’accorde, je ne suis pas exigeant, mais il gère très bien tout ce que je lui demande.



&nbsp;Hasard du calendrier, lundi 31, pour la première fois j’ai fais des dons pour les logiciels gratuits et libres que j’utilise depuis longtemps, libreoffice, Thunderbird et Davdroid (qui vient de changer de nom, Davx5).



Longue vie à Thunderbird. Pour le hors ligne, la sauvegarde sur plusieurs PC, le libre, …



En 2019, il me reste à passer sur une vraie adresse électronique, quitter laposte.net pour Gandi ou un équivalent ….


Le 03/01/2019 à 20h 10

les filtres contextuels,




  • les réécrire en JavaScript asynchrone (actuellement en C++ synchrone),

    Je suis curieux, je croyais que JavaScript était à peu près réservé aux Applications Web (une hérésie?), ce langage de programmation pourrait-il “se racheter” dans un autre contexte?


AlexKevler Abonné
Le 03/01/2019 à 20h 11

Un conseil, préfère Infomaniak à Gandi si tu dois passer sur une boîte mail perso + domaine. Déjà rien que par rapport au prix, ils sont imbattables (stockage illimité par boîte mail), et le mail Gandi est d’une lenteur, sans parler du prix du stockage…

J’adore Gandi pour les noms de domaines, mais ça se voit que le mail, c’est pas leur point fort.


greenchris Abonné
Le 03/01/2019 à 20h 22

Merci, je vais regarder ça.&nbsp;<img data-src=" />


Jarodd Abonné
Le 03/01/2019 à 20h 26

J’espère qu’on aura enfin une bonne gestion du calendrier en natif, actuellement la gestion avec un Lightning bien buggué et pas très fonctionnel c’est un peu galère.


Le 03/01/2019 à 20h 55

Si Thunderbird continue d’évoluer puisque sa dernière version date du 20 décembre 2018, force est de constater qu’à l’instar d’un 7-Zip, tout sent l’archaïsme dans ce client de messagerie, à commencer bien évidemment par l’interface. Outlook, malgré ses gros défauts, le domine largement en bien des points. Ceux qui veulent un client de messagerie digne de ce nom et libre de droit en son pour leur frais actuellement.


sylvaing Abonné
Le 03/01/2019 à 21h 15

Eh bien, ça fait plaisir de voir que Mozilla n’oublie pas Thunderbird. Je l’utilise sur plusieurs plateformes (principalement Windows et Linux) et je ne me verrais pas changer pour un autre logiciel. J’espère que Lightning sera aussi amélioré et que ça fait partie des extensions qui seront intégrées au client email.&nbsp;


Le 03/01/2019 à 21h 22

Ouh… Je vais faire le pessimiste, mais en général comme un révision moderne d’un logiciel signifie MOINS d’options et MOINS de customisation de l’interface, je m’attend à ce que Thunderbird rétrograde considérablement sur ces points.




 Thunderbird a certes une interface un peu "archaïque", mais justement ça le rend EFFICACE. Or les interfaces modernes ont tendance à privilégier l'oeil sur l'efficacité.       






  Rien que le thème noir me fait peur, car personnelement je l'ai en grisé ce qui me convient très bien. Si je dois choisir entre très blanc et très sombre, je serai perdant au change. Je préfererai pouvoir mettre un thème COMPLET de mon cru. Mais oui, je sais que vouloir customiser à sa sauce, c'est devenu une attitude de vieux con, donc je m'attends à ne pas pouvoir le faire...        






  Enfin... Je juge alors que si cela se trouve, ça se passerait bien. Sauf que Mozilla a un précédent : Firefox. Firefox a été chromisé pour tenter de concurrencer Chrome pour au final -et c'était évident- accélérer sa chute tout en nous faisant perdre des capacités de customisation, sans compter la perte d'options (si elles ne sont pas rendues moins accessibles, comme la gestion du cache maintenant dans about:config...). Ça a rétrogradé et pas qu'un peu, me contraignant à Waterfox en attendant de migrer sur Vivaldi.        






  Et donc je m'attends à la même chose ici. Et peut-être à devoir retourner chez des utilisateurs que j'ai fait switcher dessus pour leur mettre autre chose, en fonction du carnage que Mozilla va causer à son produit.        

&nbsp;









numerid a écrit :



Très bonne nouvelle ! Je suis toujours retournée à Thunderbird et au passage à Linux, je l’ai gardé. Outlook est très usinàgazeux. et si je connais des gens qui veulent configurer un client mail en 2019 parce qu’ils ne veulent pas que leurs données profitent à d’autres. Cela n’empêche nullement d’utiliser un webmail par ailleurs.






   Le plus gros défaut d'Outlook n'est pas son caractère usine à gaz, mais plutôt les fonctionnalités cachées comme par exemple TNEF aka Winmail.dat que recevront les destinataires en lieu du mail et des pièces jointes prévues.        

&nbsp;

Car bien sûr dans ces cas là, il n'y a pas d'options pour désactiver ces spécificités. Vouloir des options, c'est bon pour les vieux cons (bis).






   J'ai fait passer une petite entreprise sous Thunderbird juste à cause de Winmail.dat.


barlav Abonné
Le 03/01/2019 à 21h 24

j’utilise outlook actuellement par renoncement après rachat de live.fr, mais c’est de la merde en barre pour la recherche et plein d’autres points.

Bref, comme souvent, on est en profond désacord sur le ressenti utilisateur et le verbage de la philosophie.



Donc je reste curieux de leur évolution parce que chaque cas est particulier et qu’on ne vise pas les mêmes concepts.

<img data-src=" />


Le 03/01/2019 à 22h 07

Le backend est comme ça parce que c’est un choix de “possession” des datas. Le DSI est loin d’être con il a compris les enjeux de souveraineté de ses mails, il veut ça “chez lui”. Ce qui m’arrange il me paie pour maintenir l’infra avec un SLA de 99.999% et une garantie des données à 100%. <img data-src=" />



Par contre tout le reste, c’est clairement en SaaS et basta, parce que c’est simple c’est connu des utilisateurs etc.


Le 03/01/2019 à 22h 11

ENFIN les comptes exchange ! ! !


Le 03/01/2019 à 22h 33

Et bien quoi ? On ne peut plus exprimer son opinion sur les nullards de chez MozCorp. et du sabotage de leurs actifs sans que Torquemada ne frappe ?


Le 03/01/2019 à 22h 38

en partie . sinon c’est de l’autodiscover qu’il doit y avoir sur le serveur de messagerie qui renvoi justement ces informations imap/exchange etc


Le 03/01/2019 à 22h 40

Rien n’oblige à utiliser les dernières versions : pour ma part, j’en suis restée à Thunderbird 12 ESR qui est amplement suffisant, et ai migré sous Pale Moon qui évolue sagement.


Le 03/01/2019 à 22h 42

C’est amusant, j’ai acheté Outlook et je n’ai jamais accroché, pour le coup je ne le trouve absolument pas pratique. Finalement que ce soit au boulot ou bien chez moi c’est Thunderbird.

Pratique, libre, multiplateforme etc.



C’est donc, a priori, une bonne nouvelle que des moyens humains soient mis en oeuvre pour le moderniser.


Le 03/01/2019 à 23h 35

Euh, pour slack et consorts, l’email a une valeur juridique (même au sein de la communication en entreprise) que n’a pas les autres moyens de communication donc non l’email n’est pas mort.



Par contre… le webmail est en train de manger la part des clients lourds a toute vitesse, plus rapide, plus léger, plus simple et mis à jour du côté serveur et non client. Tous les gens “moyen à l’aise” avec les technologies informatiques passent au webmail (et au téléphone portable :p) comme ça plus besoin de synchroniser entre leurs différentes machines en cas de changement de mot de passe et faire venir un informaticien.



On topic :



J’attend de voir, si ils ont viré la team de vieux barbus qui dirigeait Thunderbird il y aura peut être de l’évolution.

J’ai arrêté de l’utiliser quand ils ont décidé de mettre l’abonnement automatique aux dossiers IMAP en option facultative&nbsp;(et bien planquée) ce qui a généré des tonnes de frustration chez les utilisateurs et ceux qui les aident.&nbsp;

&nbsp;

Tout comme le refus d’intégrer les protocoles ou extension de protocoles autre que imap / smtp / pop, il était plus que temps qu’ils acceptent d’intégrer ActiveSync / EWS pour les solutions exchange.

Il serait d’ailleurs très sympa qu’ils fassent la même chose pour les solutions Zimbra / open exchange / Lotus et intègrent leurs APIs histoire d’avoir accès à une solution complète de communication (gestion des calendriers / taches / contacts / …) et pas “juste les mails” parce qu’une team de barbus n’utilisent que ça et te lancent des scuds lorsque tu ouvres une demande de feature sur leur site à ce sujet.


Le 04/01/2019 à 00h 17







XMalek a écrit :



Il serait d’ailleurs très sympa qu’ils fassent la même chose pour les solutions Zimbra / open exchange / Lotus et intègrent leurs APIs histoire d’avoir accès à une solution complète de communication (gestion des calendriers / taches / contacts / …) et pas “juste les mails” parce qu’une team de barbus n’utilisent que ça et te lancent des scuds lorsque tu ouvres une demande de feature sur leur site à ce sujet.





<img data-src=" />



Le 04/01/2019 à 00h 53

Effectivement JavaScript a débuté sur le web, mais aujourd’hui il peut tourner partout.

Voici un exemple : Visual Studio Code est codé en JavaScript alors qu’il est déployé comme une application. Et les malins de StackBlitz arrive à le faire tourner dans un navigateur et y adjoindre presque tout pour du développement Web (intégration github + serveur + navigateur de test), cela dans une page Web au chargement immédiat.

Je ne sais pas si JavaScript se rachète, mais il se déploie partout et sur des applications qui ne sont pas de simples accessoires.


choukky Abonné
Le 04/01/2019 à 06h 16

<img data-src=" /> Super, j’attends de voir ça, même s’il me convient en l’état actuel depuis de nombreuse années. <img data-src=" />


SebGF Abonné
Le 04/01/2019 à 08h 32

C’est effectivement un choix éclairé, tout comme j’ai fait pareil pour mes mails perso avec ma propre solution + Nextcloud.



Mais ça devient de plus en plus rare dans la mesure où, comme je disais, c’est souvent un choix vu d’une ligne comptable.



La question de la souveraineté et de la possession se pose souvent oui (d’ailleurs des entreprises que j’ai connu ont banni AWS à cause de la politique de confidentialité trop poreuse selon eux, préférant des prestataires Claude plus locaux). Perso j’ai choisi Office 365 en particulier parce qu’il y a la garantie d’hébergement en Europe.

Ca vaut ce que ça vaut et reste basé sur de la confiance… Mais dans la mesure où ça concerne mon activité pro il me fallait une solution moins prise de tête que mon geekage perso.


yvan Abonné
Le 04/01/2019 à 08h 46

C’est qu’il y a des choses comme typescript qui sont apparues entre temps et qui permettent de faire du JS “propre” (typage, objet avec designs paterns etc.).



Du coup effectivement il n’y a plus tellement de limites à l’emploi de JS même si les humains ne codent pas directement en JS du coup.


Le 04/01/2019 à 08h 59

Il était temps! :)


Le 04/01/2019 à 09h 19







SebGF a écrit :



Perso j’ai choisi Office 365 en particulier parce qu’il y a la garantie d’hébergement en Europe.

Ca vaut ce que ça vaut et reste basé sur de la confiance…





La confiance en qui?

https://www.zdnet.fr/amp/actualites/acces-aux-donnees-cloud-a-l-etranger-microso…



Le 04/01/2019 à 10h 45

Normalement les data center français Azure devraient obtenir leurs certifications dans les prochaines semaines


Le 04/01/2019 à 10h 48

Outil indispensable pour moi. Tant mieux qu’il soit modernisé.



Au passage, je n’ai jamais réussi à faire fonctionner la fonction agenda de l’engin. Si c’est revu, tant mieux.


SebGF Abonné
Le 04/01/2019 à 10h 53







Commentaire_supprime a écrit :



Au passage, je n’ai jamais réussi à faire fonctionner la fonction agenda de l’engin. Si c’est revu, tant mieux.







C’est la raison pour laquelle je préfère Evolution, je n’ai jamais réussi à synchroniser correctement avec Thunderbird.



Le 04/01/2019 à 11h 17

La lecture des commentaires me laisse sans voix.



1/ Pour être un utilisateur intensif (actuellement : 21 comptes courriel en parallèle, 25 GB de données, environ 135’000 messages stockés, environ 250 à 350 messages par jour) de la première heure - et quasiment exclusif - de Thunderbird après être initialement passé par Netscape, je ne peux en aucun cas me plaindre de l’outil. J’apprécierai seulement une gestion un peu plus souple de l’agenda, sinon, pour le reste, Thunderbird fait le job très correctement et de manière hautement fiable.



2/ Les solutions “cloud” sont pour moi un tabou non négociable, j’ai donc besoin d’un client courriel local qui sait retrouver les informations que je cherche, qui me permet d’utiliser mes courriels comme une base de connaissance.



2.a/ Alors même que les craintes (justifiées) de fuite de données n’ont jamais été aussi élevées, que le RGPD renforce clairement les obligations de protection des données, je constate qu’une grande majorité des commentaires font l’apologie du cloud !!!

C’est incompréhensible et cela montre l’immense manque de maturité des utilisateurs.

Parfois, il faut savoir être paranoïaque !!!



2.b/ Le cloud ne fiabilise en aucun cas les données ni l’accès à celles-ci. Je suis très souvent en déplacement professionnel : les connexions Internet des hôtels ne sont pas toujours fiables et j’ai encore des clients qui ne disposent pas de réseau “wifi de courtoisie”. J’ai donc besoin de pouvoir accéder à mes courriels “off-line”.



2.c/ La sécurisation des 25 GB de courriel ne coûte que 5 à 10 minutes par sauvegarde (sur NAS : au bureau / maison ; sur disque USB externe : lors de déplacement).



Je vois régulièrement des clients ne pas être en mesure de retrouver ou de trier correctement les messages dans Outlook.

À titre professionnel, j’ai dû également utiliser MS-Mail (1992 - 1996), Lotus Notes (1997 - 2000) et Outlook (chez des clients).

Après ces expériences, je ne peux qu’être satisfait de Thunderbird.



Je souhaite une longue vie à Thunderbird en espérant qu’il reste toujours aussi efficace.

&nbsp;

J’espère seulement que ceux qui “jurent par le cloud” (à commencer par Office 365 et GMail) commencent à réaliser l’état avancé de dépendance dans lequel ils se sont mis, y compris la perte du contrôle de leurs données.

D’ailleurs, le 13° rapport des risques du Forum Économique Mondial (WEF) identifie entre autre la cyber-dépendance croissante (rising cyber dependency) comme un des risques économiques et sociétaux majeurs.



Bonne année 2019 !


Le 04/01/2019 à 11h 38

&gt;un remplacement d’anciens morceaux du logiciel par des technologies plus modernes, mais sans vraiment détailler.



L’interface de Thunderbird, est, tout comme Firefox, réalisé en XUL/CSS/JS. XUL, c’est du XML, mais c’est aussi un ensemble de technologie comme XBL, qui est l’ancêtre des Web Components (avec du shadow dom, avec une déclaration du composant en XML avec du JS embarqué etc), et utilisé depuis plus de 20 ans dans l’interface des applications Mozilla pour réaliser des composants graphiques pour XUL.



Depuis que Firefox ne permet plus d’installer des extensions en XUL (le système est maintenant les WebExtensions), les ingénieurs de Mozilla suppriment peu à peu tout ce qui était nécessaire aux extensions XUL, et les remplacent peu à peu par des technos modernes. Ainsi un gros nettoyage est fait au niveau de XBL : des composants XBL disparaissent carrément, ou sont remplacés par un équivalent en Web Component.

L’objectif ultime étant d’avoir à terme une interface réalisée uniquement en HTML/CSS/JS (mais ça va prendre encore plusieurs mois, voir années).



Toutes ces modifications sont apportées au niveau de Gecko et son toolkit. Et comme Thunderbird est basé sur Gecko et son toolkit, cela signifie que les développeurs de Thunderbird doivent eux aussi faire la migration des XBL de Thunderbird, avant que le mécanisme de XBL soit définitivement supprimé de Gecko. C’est un travail colossal (l’interface de TB est beaucoup plus complexe et riche que celle de Firefox), d’où l’embauche de nouveaux ingénieurs. C’est aussi un travail complexe, car des éléments XUL, comme ceux qui affichent la liste des messages, sont implémentés en grande partie en C++, pour des raisons de performances. Explications pour ceux qui développent : chaque item de la liste n’est pas un élément XUL ou HTML, mais est affiché par des composants spéciaux en C++. Les développeurs vont devoir donc trouver des techniques pour remplacer ça, tout en gardant des performances pour afficher de milliers de lignes dans une liste (ce qui est irréalisable en pur HTML ou XUL, ou alors il faudra accepter des temps de latence imposées par du lazy-loading comme le font les interfaces web).





&nbsp;


Le 04/01/2019 à 12h 27

Oui, mais concrètement, comment ça marche ?

Je suppose que ça veut dire que tu fais tourner le programme en question dans une sorte de navigateur web fonctionnant comme une sorte de machine virtuelle ?

Si c’est le cas, faut-il vraiment expliquer en quoi cette approche “usine à gaz” est nuisible, autant du point de vue des performances que de la sécurité ?

Un navigateur web, ce n’est pas un système d’exploitation ! Et les applications n’ont rien à faire sur la Toile !

Pour ma part, j’y vois surtout un moyen pour Google de prendre dominance sur l’informatique généraliste, en laissant Microsoft (et Linux!) sur le carreau !


Le 04/01/2019 à 12h 32

Dis-moi, est-ce que les protocoles dont tu parles sont des standards libres et ouverts ?

Si non, alors ils ont bien raison de ne pas vouloir les intégrer !



Idem pour les fonctionnalités non-e-mail - ce n’est pas à Thunderbird de s’en charger, il y a des logiciels dédiés pour ça !


Mihashi Abonné
Le 04/01/2019 à 13h 06

Node.js par exemple.


jerome_d Abonné
Le 04/01/2019 à 13h 22

C’est vrai que les produits de “communication” comme slack sont de plus en plus présent en entreprise.

Mais quoi qu’ils en disent, ces systèmes ne pouront jamais remplacé le mail d’après moi.

La raison est simple : ils sont des systèmes de communication captifs. Leur principe n’est pas de permettre une communication globale, mais uniquement dans le petit monde qu’ils gèrent. C’est entre autre la justification que m’a donné le support de slack quand je leur ai fait part de mon mécontentement lors de l’arrêt de la passerelle XMPP : “on espère que les gens qui avaient des services utilisant cette passerelle re-créeront ces services dans le cadre de Slack” (et donc spécifiquement pour slack).



Bref, encore une fois, leur principal objectif n’est pas de permettre de communiquer le mieux possible, mais avant tout de rendre les utilisateurs captifs. Ca donne :




  • une centralisation sur des serveurs qu’ils gèrent

  • une absence totale de compatibilité entre les différents “systèmes de communication”

    &nbsp;

    C’est pour moi LE problème qui fait qu’on n’a toujours pas (et qu’on n’aura sans doute pas avant très longtemps) de remplacant au mail (qui date de 1982 quand même). C’est assez déprimant, et j’en veux énormément aux différents géants du numérique sur ce sujet qui appliquent tous ce concept, et qui ce faisant travaillent activement à ralentir le développement de tout le monde.


eglyn Abonné
Le 04/01/2019 à 13h 24

Hum, tu oublies un paramètre, le coût…

Nous sommes chez nous sous Office 365, qui rempli très bien son taff, avec en plus la suite Office intégrée, pour seulement 14 € par user / mois

Pour l’équivalent hébergé sur site, et en voulant utiliser uniquement du libre, le coût serait phénoménal, entre l’infra nécessaire, la maintenance, les backups etc…

Donc, les idéaux c’est bien, mais faut être réaliste aussi :)



Après chez soi, c’est autre chose, on peut gérer sa boite mail avec un domaine chez OVH ou autre, et Thunderbird en client.



Je rajouterais que si tu utilises uniquement le client Thunderbird et que tu n’as pas l’infra serveurs chez toi, tu es dans le “cloud” hein&nbsp; ;)

&nbsp;


numerid Abonné
Le 04/01/2019 à 14h 24







SebGF a écrit :



C’est la raison pour laquelle je préfère Evolution, je n’ai jamais réussi à synchroniser correctement avec Thunderbird.





Ah bon ! Jamais eu de problème même en passant sous Linux !



Le 04/01/2019 à 15h 48

Qui est une machine virtuelle utilisant le moteur de Chrome…


Le 04/01/2019 à 15h 53

Oui, il faut être réaliste, utiliser les services des GAFAM, en particulier les services en ligne, ça a d’autres “coûts”…


Le 04/01/2019 à 16h 51







eglyn a écrit :



Donc, les idéaux c’est bien, mais faut être réaliste aussi :)







Oui, c’est pour cela que l’esclavagisme n’est pas terminé, parce qu’il faut être réaliste ça ne coûte pas cher <img data-src=" />



Sinon je trouve le côté coût phénoménal digne d’un «pognon de dingue» parce que pour moi louer une «solution» qui coûte 168€ par an par utilisateur ; mais qui enferme dans un éco système propriétaire (bonjour les hausses de prix à venir) c’est du court terme inepte (mais bien vendu).



choukky Abonné
Le 04/01/2019 à 19h 30







Erwannys a écrit :



Parfois, il faut savoir être paranoïaque !!!





C’est pas de la parano mais de la prudence.

Quel est le crétin qui irait déposer ses courriers papier dans un bureau de poste (par exemple) après en avoir pris connaissance? Personne. Pourquoi ce comportement différent dès qu’il y a numérisation, j’ai du mal à comprendre. <img data-src=" />



Ghimo Abonné
Le 05/01/2019 à 08h 25







choukky a écrit :





Quel est le crétin qui irait déposer ses courriers papier dans un bureau de poste (par exemple) après en avoir pris connaissance? Personne.







Je ne prendrais absolument pas le pari.

Personnellement les documents que je suis heureux de ne plus recevoir, parce que ça me prend de la place pour rien et que je n’en ai pas un besoin régulier, ce sont mes relevés de compte bancaire. Ils sont archivés pendant 10 ans sur les serveurs de la banque et ça me va très bien comme ça.



SebGF Abonné
Le 05/01/2019 à 08h 50







Ghimo a écrit :



Je ne prendrais absolument pas le pari.

Personnellement les documents que je suis heureux de ne plus recevoir, parce que ça me prend de la place pour rien et que je n’en ai pas un besoin régulier, ce sont mes relevés de compte bancaire. Ils sont archivés pendant 10 ans sur les serveurs de la banque et ça me va très bien comme ça.







Pareil, je ne garde en papier que les fiches de paie et avis d’impôt.



Le 05/01/2019 à 09h 20







SebGF a écrit :



Pareil, je ne garde en papier que les fiches de paie et avis d’impôt.







Pratique, mais sans électricité vos documents en ligne n’existent pas et sans Internet ils demeurent inaccessible.



SebGF Abonné
Le 05/01/2019 à 09h 32







Jeanprofite a écrit :



Pratique, mais sans électricité vos documents en ligne n’existent pas et sans Internet ils demeurent inaccessible.







Par chance, on vit dans un pays qui a l’électricité et un réseau Internet.



Mihashi Abonné
Le 05/01/2019 à 10h 52

Sauf quand tu as justement un problème et que tu as besoin du document pour résoudre ce dit problème… <img data-src=" />



Ce genre de micmac m’es déjà arrivé avec mon téléphone qui tombe en panne, je veux en acheter un nouveau sur internet, et au moment de payer : « rentrez le code que vous avez reçu par SMS » <img data-src=" />


Le 05/01/2019 à 12h 42







Erwannys a écrit :



J’espère seulement que ceux qui “jurent par le cloud” (à commencer par Office 365 et GMail) commencent à réaliser l’état avancé de dépendance dans lequel ils se sont mis, y compris la perte du contrôle de leurs données.



    D'ailleurs, le 13° rapport des risques du Forum Économique Mondial (WEF) identifie entre autre la cyber-dépendance croissante (rising cyber dependency) comme un des risques économiques et sociétaux majeurs.








   Et à part Office 365, qu'est-ce qui existe d'aussi complet ?         






   Libreoffice n'est pas une solution, il lui manque des fonctions utiles en entreprise et sa fiabilité est discutable. Encore hier soir, je consultais un spreadsheet ODS pour utiliser ses données dans un autre sous Excel et il a subitement crashé, avec obligation de récupérer le document... Sympa, je ne faisais QUE consulter, je n'intégrais RIEN dedans... Surtout, ce fichier contient une base client. C'est d'ailleurs pour ça que je le dégage sur Excel, en profitant pour le remanier au passage.         






   Pour la cyber-dépendance, il ne faut pas confondre avec la concentration habituelle des services. Le fait d'utiliser Gmail n'est pas cela, c'est juste qu'il est devenu trop gros pour qu'une alternative puisse se faire connaître aisément, même si pour les mails ça existe. Les gens vont sur Gmail parce qu'ils ne connaissent rien d'autres et/ou ne veulent pas prendre le risque d'aller ailleurs car Google « est trop gros pour tomber ».        

&nbsp;







Jeanprofite a écrit :



Oui, c’est pour cela que l’esclavagisme n’est pas terminé, parce qu’il faut être réaliste ça ne coûte pas cher <img data-src=" />




    Sinon je trouve le côté coût phénoménal digne d'un «pognon de dingue» parce que pour moi louer une «solution» qui coûte 168€ par an par utilisateur ; mais qui enferme dans un éco système propriétaire (bonjour les hausses de prix à venir) c'est du court terme inepte (mais bien vendu).








    Il ne faut pas oublier que le temps a un coût, même s'il n'est pas perçu. Dépenser 10 minutes de route pour aller à la station voisine qui fait gratter 1 € sur le plein, c'est 10 minutes qui extrapolé à son salaire horaire habituel aurait coûté bien plus que cette pièce, et au final il aurait mieux fallu paier à la première station.       






   La maintenance demande du temps, et donc de l'argent même si on ne le dépense pas.  Les 168 €, c'est le coût du temps de la maintenance et de la veille technologique, que tu as donc externalisé et qui te permet de faire autre chose à la place.   






   La réalité est qu'on a -comme d'habitude- une situation où on a deux extrèmes qui s'affrontent : les services concentrés, et l'auto-hébergement personnel.         






   Alors qu'il faudrait des micro-communautés qui mettent la main à la patte et au portefeuille pour constituer un petit service décent, dès lors que les mainteneurs sont de confiance. Prodiguer ces services à quelques centaines de personnes seulement par communauté permettrait de réduire d'autant les frais de maintenance par usager, et donc de rétablir le coût tout en ne dépendant pas des GAFAM sur la gestion des données. Et ça ferait peut-être créer quelques emplois, au passage... vu que la maintenance ne se fait pas tout seul.


Le 05/01/2019 à 14h 18

Ça me semble être le modèle des CHATONS.


Patch Abonné
Le 05/01/2019 à 14h 44







TheKillerOfComputer a écrit :



Et à part Office 365, qu’est-ce qui existe d’aussi complet ?




   Libreoffice n'est pas une solution, il lui manque des fonctions utiles en entreprise et sa fiabilité est discutable. Encore hier soir, je consultais un spreadsheet ODS pour utiliser ses données dans un autre sous Excel et il a subitement crashé, avec obligation de récupérer le document... Sympa, je ne faisais QUE consulter, je n'intégrais RIEN dedans... Surtout, ce fichier contient une base client. C'est d'ailleurs pour ça que je le dégage sur Excel, en profitant pour le remanier au passage.





Tu as donné tout seul l’origine du problème : Excel.

MS refuse de mettre une compatibilité parfaite avec ODF. Tu peux créer un document ODF, tu pourras le lire sans jamais aucun problème sur l’ensemble des plateformes le gérant. A l’exception d’une : MS Office, avec lequel tu auras 60% de chance d’avoir des merdes. Et toi tu accuses LO du problème volontairement généré par MS…



eglyn Abonné
Le 05/01/2019 à 15h 35

168 € / an / user c’est absolument rien comparé au coût de la maintenance d’une infra sur site, à moins que tu travaille gratuitement justement…

&nbsp;


choukky Abonné
Le 05/01/2019 à 16h 43







Ghimo a écrit :



Je ne prendrais absolument pas le pari.

Personnellement les documents que je suis heureux de ne plus recevoir, parce que ça me prend de la place pour rien et que je n’en ai pas un besoin régulier, ce sont mes relevés de compte bancaire. Ils sont archivés pendant 10 ans sur les serveurs de la banque et ça me va très bien comme ça.





Stocker ses propre relevés de compte sur les serveurs de sa propre banque ne me pose pas de problème particulier car c’est bien eux les émetteurs du document, par contre les stocker sur un compte email d’une autre société est pour moi parfaitement imprudent.



Dans ma phrase que tu citais, on était dans le cas de recevoir un document de A et le stocker chez B.<img data-src=" />



Le 05/01/2019 à 17h 24







eglyn a écrit :



168 € / an / user c’est absolument rien comparé au coût de la maintenance d’une infra sur site, à moins que tu travaille gratuitement justement…







Justement, en matière de cloud computing, je vois certaines offres de prestataires extérieurs qui pourraient éventuellement intéresser des pros. Et cela hors MS.



Après, j’y connais pas grand-chose dans ce domaine, c’est peut-être totalement inadapté à l’usage que tu en fais. C’est surtout pour voir ce que c’est vraiment et à quoi ça peut servir en milieu pro que je pose la question.



J’ai un pote qui est du métier, mais lui, il fait carrément les serveurs et il propose un package matériel + logiciels (Red Hat) + maintenance “mains dans les poches” pour l’utilisateur. Mais c’est pas donné.



eglyn Abonné
Le 05/01/2019 à 17h 57

Disons que l’avantage de Microsoft, c’est qu’il n’y a pas de prise de tête, le tarif est ce qu’il est, et tu as quand même pas mal de services derrière.&nbsp; Après tu deviens un peu prisonnier de la solution, mais si elle est efficace, je ne vois pas trop le problème, je suis pas un intégriste du libre ou de l’open-source <img data-src=" /> On utilise tout, en fonction de notre besoin :)

&nbsp;

Externaliser les serveurs, ça ne changerait pas grand chose,il y aurait de toute façon une maintenance à faire, gestion des sauvegardes, mises à jour de sécurité, etc…

On a 2 ESXi chez OVH, et ça demande pas mal de temps rien qu’en supervision et maintenance.



Sans compter qu’avec les mails, on est vite considéré comme du spam avec ses propres serveurs, faut configurer les champs SPF, etc.. c’est juste beaucoup de temps (et d’argent ^^) de perdu.

&nbsp;

&nbsp;


Le 05/01/2019 à 20h 57







Patch a écrit :



Tu as donné tout seul l’origine du problème : Excel.



MS refuse de mettre une compatibilité parfaite avec ODF. Tu peux créer un document ODF, tu pourras le lire sans jamais aucun problème sur l'ensemble des plateformes le gérant. A l'exception d'une : MS Office, avec lequel tu auras 60% de chance d'avoir des merdes. Et toi tu accuses LO du problème volontairement généré par MS...








Euh non, relis mon post.     





J’utilisais Libreoffice pour ouvrir le fichier ODS, dont je transférais du contenu vers un fichier Excel par copier/coller, donc juste de la consultation. Ce qui n’empêche pas Libreoffice d’avoir crashé. Et à chaque fois c’est en me faisant subir de sérieuses frayeurs car il lance la récupération de fichiers sans réelle raisons valables et je ne peux pas déterminer aisément l’étendue des dégats.



J’ai été très patient avec ce soft, mais ce n’est pas la première fois et j’ai eu des pertes de données à deux reprises qui me marquent encore. En comparaison Excel ne m’a fait suffire ça rarement, et je n’ai pas de mémoire de pertes. De facto, poubelle.



Mais c’est un GROS souci car ça va forcément nuire à ma migration sous Linux, sauf à me limiter à Office Online…



Patch Abonné
Le 05/01/2019 à 22h 16







TheKillerOfComputer a écrit :



Euh non, relis mon post.



J’utilisais Libreoffice pour ouvrir le fichier ODS, dont je transférais du contenu vers un fichier Excel par copier/coller, donc juste de la consultation. Ce qui n’empêche pas Libreoffice d’avoir crashé. Et à chaque fois c’est en me faisant subir de sérieuses frayeurs car il lance la récupération de fichiers sans réelle raisons valables et je ne peux pas déterminer aisément l’étendue des dégats.



J’ai été très patient avec ce soft, mais ce n’est pas la première fois et j’ai eu des pertes de données à deux reprises qui me marquent encore. En comparaison Excel ne m’a fait suffire ça rarement, et je n’ai pas de mémoire de pertes. De facto, poubelle.



Mais c’est un GROS souci car ça va forcément nuire à ma migration sous Linux, sauf à me limiter à Office Online…



Conclusion : PEBKAC, ou OS aux fondations pourries, au choix.

Tu es le seul et unique que j’ai entendu avoir ce genre de pb directement sur LO. Pourtant je bosse dessus depuis des années, ainsi que des centaines de collègues que j’aide quotidiennement…



Le 05/01/2019 à 23h 25







Commentaire_supprime a écrit :



J’ai un pote qui est du métier, mais lui, il fait carrément les serveurs et il propose un package matériel + logiciels (Red Hat) + maintenance “mains dans les poches” pour l’utilisateur. Mais c’est pas donné.





Ce genre de prestation m’intéresse pour du “semi-auto-hébergement”, étant incapable de configurer et surtout sécuriser un serveur : avoir un prestataire qui non seulement me loue l’espace, mais réalise la mise en place, la sécurisation et mise à jour des applications (serveur, blog / site, galerie photo, seedbox - pour du libre uniquement, agenda etc…).



Dans le cas cité c’est sans doute orienté pros, mais si un Chaton ou autre structure propose ça aux utilisateurs persos, je suis partant. Il faut une certaine garantie de pérennité, et ça demande du travail en

plus de l’expertise, donc le bénévolat ou la connaissance amicale a ses

limites. Bien sûr, en fonction du prix, ça peut être fait sans garantie de non-perte (à moi d’avoir des sauvegardes locales) ou de disponibilité 100%.



Le 05/01/2019 à 23h 33







Valeryan_24 a écrit :



Ce genre de prestation m’intéresse pour du “semi-auto-hébergement”, étant incapable de configurer et surtout sécuriser un serveur : avoir un prestataire qui non seulement me loue l’espace, mais réalise la mise en place, la sécurisation et mise à jour des applications (serveur, blog / site, galerie photo, seedbox - pour du libre uniquement, agenda etc…).



Dans le cas cité c’est sans doute orienté pros, mais si un Chaton ou autre structure propose ça aux utilisateurs persos, je suis partant. Il faut une certaine garantie de pérennité, et ça demande du travail en

plus de l’expertise, donc le bénévolat ou la connaissance amicale a ses

limites. Bien sûr, en fonction du prix, ça peut être fait sans garantie de non-perte (à moi d’avoir des sauvegardes locales) ou de disponibilité 100%.







Je ne t’envoie pas l’adresse de l’entreprise de mon pote, un petit contrat chez lui, ça comprend cinq chiffres minimum sur la facture annuelle dans la case “à payer HT”… <img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



Pour les utilisateurs perso, il me semble qu’il y a des prestataires qui proposent du owncloud ou, mieux, du Nextcloud prêt à l’emploi. Tu peux voir avec eux. Sachant que Owncloud comme Nextcloud est vendu en package à des entreprises.



Le 05/01/2019 à 23h 48







Patch a écrit :



Conclusion : PEBKAC, ou OS aux fondations pourries, au choix.



Tu es le seul et unique que j'ai entendu avoir ce genre de pb directement sur LO. Pourtant je bosse dessus depuis des années, ainsi que des centaines de collègues que j'aide quotidiennement...








Je veux bien le PEBKAC si on m'explique comment un Ctrl+C/V et cliquer la souris dans des cellules fait planter Libreoffice <img data-src="> Après je comprend, peut-être que le programme n'était pas prévu pour ça, j'aurai dû lire le manuel <img data-src=">  





Pour l’OS, j’aurai pû dire Windows 10, mais j’avais le même souci avant avec Windows 7.



Sérieusement, je ne sais pas. J’ai aussi eu des soucis avec Thunderbird il y a 1012 ans qui s’était amusé à me corrompre une partie de mes mails. Je ne me suis remis dessus que depuis 2 mois.



J’aime bien les logiciels libres, mais je n’ai pas l’impression que ce soit réciproque <img data-src=" /> Ou le fait d’être sur un système non-libre les perturbe <img data-src=" />









TheKillerOfComputer a écrit :



Je veux bien le PEBKAC si on m’explique comment un Ctrl+C/V et cliquer la souris dans des cellules fait planter Libreoffice <img data-src=" /> Après je comprend, peut-être que le programme n’était pas prévu pour ça, j’aurai dû lire le manuel <img data-src=" />



Pour l’OS, j’aurai pû dire Windows 10, mais j’avais le même souci avant avec Windows 7.



Sérieusement, je ne sais pas. J’ai aussi eu des soucis avec Thunderbird il y a 1012 ans qui s’était amusé à me corrompre une partie de mes mails. Je ne me suis remis dessus que depuis 2 mois.



J’aime bien les logiciels libres, mais je n’ai pas l’impression que ce soit réciproque <img data-src=" /> Ou le fait d’être sur un système non-libre les perturbe <img data-src=" />





Perso j’utilise LO et TB sur différents linux, W7, W10, depuis très longtemps. Et j’ai jamais eu ce genre de soucis.

Au taf c’est plutôt Outlook et Excel qui plantent assez souvent, surtout depuis qu’on est passé à O365… et je ne parle pas des lenteurs…



Le 06/01/2019 à 09h 46







TheKillerOfComputer a écrit :



Je veux bien le PEBKAC si on m’explique comment un Ctrl+C/V et cliquer la souris dans des cellules fait planter Libreoffice <img data-src=" /> Après je comprend, peut-être que le programme n’était pas prévu pour ça, j’aurai dû lire le manuel <img data-src=" />



Pour l’OS, j’aurai pû dire Windows 10, mais j’avais le même souci avant avec Windows 7.



Sérieusement, je ne sais pas. J’ai aussi eu des soucis avec Thunderbird il y a 1012 ans qui s’était amusé à me corrompre une partie de mes mails. Je ne me suis remis dessus que depuis 2 mois.



J’aime bien les logiciels libres, mais je n’ai pas l’impression que ce soit réciproque <img data-src=" /> Ou le fait d’être sur un système non-libre les perturbe <img data-src=" />







Essaye de voir la version de LO que tu as. Au boulot, j’ai des merdes avec la 4, qui plante parfois sans prévenir, mais les version ultérieures fonctionnent très bien, y compris sous W10 chez moi.



SebGF Abonné
Le 06/01/2019 à 10h 06

Ben là c’est pas le document qui est indispo, c’est ton outil qui est défaillant <img data-src=" />

(solution : se faire prêter un portable pour recevoir le SMS en mettant sa SIM dedans)



Mais le risque de perdre les documents ou considérer qu’ils n’existent pas, c’est le même que de perdre tous les cartons dans lesquels ils sont stockés en papier. Il suffit d’un incendie ou d’une inondation et adieux. Ou même plus bête, de jeter le mauvais carton.


Le 06/01/2019 à 12h 59

Je me demande si la comparaison avec l’amiante ne serait pas appropriée : c’est pas cher, très efficace… mais finira par te filer le cancer !


Le 06/01/2019 à 14h 10

Mauvaise nouvelle pour moi, c’était le client mail “léger” que j’utilisais, j’en suis très content comme il est actuellement et j’aurais voulu qu’il ne soit mis à jour que pour corriger les failles de sécurité :(

Quand je vois les usines à gaz que sont devenus les anciens clients mails que j’utilisais avant, avec chacun plus de fonctionnalités inutiles que les autres, j’espère qu’il ne va pas faire pareil…


Le 06/01/2019 à 14h 15







eglyn a écrit :



Je rajouterais que si tu utilises uniquement le client Thunderbird et que tu n’as pas l’infra serveurs chez toi, tu es dans le “cloud” hein&nbsp; ;) &nbsp;





Pas forcement. Dans mon cas, j’ai un petit serveur qui se charge de rapatrier tous mes mails avec fetchmail, qui expose un serveur IMAP, et mon client thunderbird sur ma workstation se connecte à cet IMAP “local”. Ce n’est pas vraiment une infra serveur de malade, juste une petite machine, qui pourrait être un rpi, et deux logiciels dessus. Je suis conscient que ce n’est pas le setup de M. tout-le-monde.



Le 07/01/2019 à 13h 05







tmtisfree a écrit :



Rien

n’oblige à utiliser les dernières versions : pour ma part, j’en suis

restée à Thunderbird 12 ESR qui est amplement suffisant, et ai migré

sous Pale Moon qui évolue sagement.





Ça dépend de si l’on a besoin ou non de mails chiffrés, vu qu’il y a eu une faille de sécurité touchant de nombreux clients e-mail traditionnels il y a quelques mois.



Pale Moon, j’y étais allé, j’en suis parti. Je ne sais plus pourquoi par contre, ça remonte à un moment…



&nbsp;





neves a écrit :



Mauvaise nouvelle pour moi, c’était le client mail “léger” que j’utilisais, j’en suis très content comme il est actuellement et j’aurais voulu qu’il ne soit mis à jour que pour corriger les failles de sécurité :(

Quand je vois les usines à gaz que sont devenus les anciens clients mails que j’utilisais avant, avec chacun plus de fonctionnalités inutiles que les autres, j’espère qu’il ne va pas faire pareil…





Il reste encore des “légers”, reste à définir “légers”. Consommation CPU/RAM, espace disque, ou fonctionnalités… mais ça peut se faire au prix de concessions.



Wikipedia a une page sympathique là dessus, bien qu’il doit en manquer :

https://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_email_clients



jotak Abonné
Le 07/01/2019 à 14h 22

Juste un mot à propos de Javascript… je suis d’accord avec toi, à première vue ça paraît aberrant de passer de C++ à Javascript pour gagner en perfs. À noter qu’ils ne parlent pas là de passer toutes l’appli en JS, mais juste le traitement des filtres. J’imagine que l’appli est déjà hybride C++ et JS.



En fait, c’est pas tellement le langage qui compte ici, mais le fait qu’il veulent passer de C++ synchrone vers JS asynchrone. Le fait est que C++ n’est pas un langage de choix pour faire de l’asynchrone, alors que JS se développe autour de ça depuis des années (avec son event loop pour palier au défaut du mono-thread). Bref les perfs ne viendront pas du langage mais de la façon dont il est utilisé.


SebGF Abonné
Le 07/01/2019 à 14h 23

J’ai le même montage pour ma messagerie perso.

Fetchmail va pop tous mes comptes plus ou moins historiques, et procmail classe tout selon des règles.

J’ai aussi pris une habitude de créer un alias par site où je m’inscris : ça permet de rapidement identifier ceux qui abusent des données personnelles <img data-src=" /> (du genre Auchan Drive qui vous envoie quand même des newsletters malgré les abonnements désactivés…)



Résultat, j’ai le même affichage que ce soit sur mon PC avec Evolution ou en externe avec Roundcube.



Côté SMTP je ne me suis pas pris la tête, mon postfix relaye à celui du FAI.



Le tout en liaison avec un Nextcloud privé qui centralise contacts et agenda, et j’ai une édition en ligne de documents avec Collabora.



Par contre pour le côté pro, j’ai préféré prendre une solution du marché out of box. Surtout qu’avec les SI plus ou moins chelous de certaines entreprises, on peut vite avoir des surprises dès qu’on sort des clous.


Le 07/01/2019 à 14h 31

Chez moi c’est exactement l’inverse, MSO tourne nickel, et LO est une catastrophe (j’utilise pas TB au boulot)

Faudrait qu’on mette en relation nos DSI pour qu’elles s’échangent leurs techniques de paramétrage… en espérant qu’on finira pas avec mon LO et ton MSO <img data-src=" />


Le 07/01/2019 à 17h 00

Ah, je ne savais pas que C++ n’a pas développé l’asynchrone (il me paraissait que c’était le cas pour la plupart de langages encore en développement…).

Mais pourquoi pas un autre langage que JavaScript ?

Parce qu’il n’est pas seulement mieux adapté à la Toile que les autres, mais à l’Internet en général (y compris les protocoles e-mail) ?


jotak Abonné
Le 07/01/2019 à 17h 48

C’est pas qu’on ne peut pas faire de l’asynchrone, mais c’est juste … plus chiant. En Javascript l’écosystème s’est largement développé autour de ça, avec les “promises”, des objets maintenant intégrés au langage qui sont dédiés à la gestion de résultats asynchrones (je ne sais pas si C++ a un équivalent, peut-être, mais encore faut-il que les API utilisées en tirent partie).

Et contrairement à un modèle multi-threadé qui favorise les race conditions (donc : risque de bugs accru, maintenance & debug plus difficile, “lourdeur” du code pour y palier…), le mono-thread javascript est beaucoup plus simple.



Après pourquoi Javascript? J’imagine qu’il y a des raisons politico-historiques liées à Mozilla, Thunderbird réutilise le moteur gecko de Firefox qui donc interprète le javascript, ceci expliquant peut-être cela. Je suppose que ce n’est pas utilisé dans toutes les couches du logiciel, mais uniquement dans la partie visuelle? (ça semblerait logique à vue de nez)


Le 07/01/2019 à 19h 04

Ah ben clairement avec ta logique Thunderbird va bien droit dans le mur.



Toute la concurrence fait plus que du mail, le “client mail” a évolué. Rester dans le mail des années 1995 fera que tout le monde arrête d’utiliser Thunderbird. Calendrier, taches et contacts partagés sont maintenant des standards des applications mails, ne pas l’avoir c’est se tirer une balle dans le pied avec un fusil à pompe.Thunderbird ne gère même pas webdav nativement alors que l’utilisation du protocole est maintenant gratuit.



Et pour les “API” et protocoles tous ne sont pas open source néanmoins ils permettent de gérer en multiplate-formes toutes les fonctionnalités nécessaires à un client mail moderne.



&nbsp;Si vraiment il y a un besoin d’un protocole “open source et gratuit” il est nécessaire que les équipes de thunderbird rejoignent les groupes de discussion imap4rev2 le futur imap4rev3 et imap5.


Leixia Abonné
Le 09/01/2019 à 20h 20

On utilise mattermost à la boite, mais ça n’a juste aucun rapport avec les mails, ce n’est pas le même usage.

Comme msn, facebook messenger, whatsapp n’ont jamais remplacés les mails….

&nbsp;

Sinon bonne nouvelle pour thunderbird… il était complètement dépassé, obligé de passer par cardbook, qui amène du coup un double gestionnaire de contacts.

&nbsp;

&nbsp;Quand on écrit un mail, il ne s’ouvre pas dans un onglet, mais ouvre une nouvelle fenêtre…



Par contre Outlook, je ne vois pas son intérêt, pas de cardav/caldav/gestion des filtres sieve… une intégration ratée de l’imap. Il est fait uniquement pour exchange.



Quand a l’utilité d’un client mail… quand on a plusieurs boites, c’est indispensable.

Nous utilisons bien des clients mails sur nos smartphones.