Les institutions européennes implorent Facebook d’autoriser leurs publicités transnationales

De l’ingérence

Les institutions européennes implorent Facebook d’autoriser leurs publicités transnationales

Les institutions européennes implorent Facebook d’autoriser leurs publicités transnationales

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Facebook a provoqué une certaine colère des trois institutions européennes. Commission, Conseil et Parlement ont adressé un courrier au réseau social pour qu’il accepte leurs publicités d’intérêt général à l’échelle européenne. À ce jour, les règles actuelles les limitent à la Belgique.

La Commission européenne avait édité en janvier dernier un code de bonne pratique pour aider les plateformes à traquer les fausses informations. Elle invitait dans le même temps les signataires (Google, Facebook, Twitter et Mozilla) « à intensifier leurs efforts » contre ces contenus sensibles en période électorale. 

Afin de se prémunir contre ces campagnes, Facebook a ainsi décidé depuis quelques semaines de mettre en place une série de règles en Europe, inspirées de ses pratiques aux États-Unis. 

Accusé par l’UE d’être trop laxiste, en référence aux interférences durant les élections américaines de 2016, Facebook indique désormais qu’« en cas d’élections générales ou nationales dans l’Union européenne (…) les partis politiques et les candidats en campagne pour ces élections devront faire une demande d’autorisation publicitaire et placer des avertissements portant la mention « Financé par » sur toutes leurs publicités, et ce, jusqu’à la fin de la période électorale ».

Restrictions sur les publicités transfrontalières

En plus de ces règles de transparence, le réseau social introduit une barrière très rigoureuse pour éviter justement ces ingérences étrangères. Les annonceurs dans l’Union européenne qui prévoient de diffuser des publicités politiques ou liées à des débats d’intérêt général devront eux aussi passer par ce processus d’autorisation. 

Or, dans les critères examinés à cette occasion, le réseau social a mis au-devant de la scène celui de la localisation : « vous ne pourrez diffuser des publicités que dans le pays pour lequel une autorisation vous a été accordée. Vous devrez compléter le processus d’autorisation pour le pays dans lequel vous souhaitez diffuser les publicités ». 

Impossible donc pour des acteurs européens de placer de la publicité dans d’autres États membres que leur pays de résidence, pour parler d’un débat d’intérêt général. 

Les pubs du Parlement, du Conseil et de la Commission limitées... à la Belgique

Seul hic, les secrétariats du Parlement européen, du Conseil et de la Commission européenne sont finalement victimes de ces mesures de restrictions. C’est ce que révèle une lettre dévoilée par Guy Verhofstadt, président du groupe ALDE sur son compte Twitter. 

Le Conseil de l’Union européenne utilise déjà Facebook pour informer les citoyens à propos de ses travaux à travers l’Europe et le monde. « Les publicités payantes constituent une importante part de leur trousse à outils d’informations numériques » écrivent les trois signataires. Même démarche pour la Commission européenne. 

Or, avec les nouvelles règles, « en pratique, nos institutions ne pourraient plus être en capacité de promouvoir du contenu sur Facebook ailleurs qu’en Belgique ». Alors que par nature, elles ont vocation à s’adresser à l’Europe entière. 

Dans ce courrier, les trois organisations européennes implorent Facebook de reconsidérer ses règles pour autoriser ces institutions, mais également d’autres acteurs comme les partis politiques ou les eurodéputés « à lancer des campagnes paneuropéennes » à l’occasion du rendez-vous électoral.

Une politique pro-nationaliste, selon les Verts

Pour les Verts, ces règles « créent une barrière sans précédent pour les organisations politiques européennes, où le seul moyen de s'y conformer serait de créer des entités et d'employer du personnel dans tous les pays de l'UE ». 

L’eurodéputé Reinhard Bütikofer juge donc anormal « qu’une entreprise privée impose des règles aux institutions démocratiques et aux organisations telles que le Parlement européen ou les partis européens qui ont le droit légitime de faire de la publicité dans toute l'Union européenne ». Toujours selon le président du parti de Verts, « avec ces règles, Facebook met de facto en place des obstacles qui menacent les discours autour de la démocratie européenne ». 

Son collègue Philippe Lamberts, à la tête du groupe au Parlement européen, va même plus loin : avec ces nouvelles règles, « en substance, Facebook favorise les nationalistes et les multinationales en empêchant la communication des organisations transnationales. »

Google interdit les publicités se rattachant à un débat d’intérêt général 

Depuis le 15 mars, Google a également pris de nouvelles mesures, en particulier en France. Le géant du Net interdit désormais toutes les publicités se rattachant à un débat d’intérêt général. 

Par cette exclusion, l’entreprise américaine vient finalement sortir des griffes de la loi contre la manipulation de l’information. Un texte qui impose certes de nombreuses obligations de transparence, mais que de nombreux intermédiaires jugent trop flou et donc impraticable. Voire dangeureux puisque susceptible d'engendrer de lourdes sanctions.   

Maria Gomri, directrice du service juridique de Google en France, nous confirme cette position : « à la suite de l’adoption d'une nouvelle loi en France, nous n'autoriserons plus les publicités faisant la promotion de contenus d'information se rattachant à un débat d'intérêt général pendant la période électorale relative aux élections européennes de 2019. Nous travaillons avec les annonceurs concernés pour nous assurer qu’ils comprennent bien ces changements. » 

Fait notable, ces nouvelles règles ne concernent pas seulement les campagnes sur le moteur Google, mais également sur la plateforme YouTube, bref tout son écosystème.   

L’entreprise a rédigé par ailleurs un livre blanc pour expliquer comment elle lutte contre la désinformation en ligne.  Sur ses propres outils d’abord, ses algorithmes mettent davantage en avant les contenus jugés plus fiables.

S’agissant des élections européennes, Google a notamment introduit un nouveau processus de vérification d'annonces afin de s'assurer que l'annonceur est bien celui qu'il prétend être. En outre, un rapport sur la transparence des annonces électorales spécifique à l'UE sera présenté. Il devrait fournir davantage d'informations sur les annonceurs, sur les destinataires de ces annonces et sur le montant des sommes dépensées.

Commentaires (97)


Peut-être que si nos institutions politiques cessaient de se reposer sur des acteurs privés il n’auraient pas ce type de soucis ? C’est un peu l’arroseur arrosé une fois de plus…



A quand les Etats totalement supplantés par les Facebook, Google et consorts ?


Alala c’est risible…


Si les trois institutions européennes considèrent qu’elles ne peuvent fonctionner sans Facebook, je propose qu’on les dissolve dans l’acide pour repartir de zéro.



Ou que Bruxelles rachète facebook. <img data-src=" />


Ben alors??



On veut imposer des conditions d’exercice lourdingues aux autres mais on refuse de s’y plier??

C’est pas très european friendly, tout ça…

&nbsp;

&nbsp;Faite ce que je dis, pas ce que je fais…<img data-src=" />


Ca serait comique si cela ne démontrait pas l’impuissance des institutions européennes à communiquer auprès&nbsp; des citoyens européens.



Faut vraiment être convaincu par la nécessité de l’Europe (ce que je suis) pour encore se sentir concerné par sa construction.


Tiens maintenant NXi fait du racolage dans les titres maintenant ?

Les institutions européennes n’implorent pas à moins que j’ai du mal à comprendre le sens de la phrase



Thus Facebook’s advertising rules preventing ad providers contracted by EU political actors to provide their services across the EU would ignore the way in which EU law works. Againts this background, political actors affected would reserve their right to take legal action against such measures





Bref toujours le même sens partial du traitement de l’information sur ces sujets… au plus grand bonheur de nombreux commentateurs.



Sinon tout cela va dans le bon sens: forcer les réseaux sociaux sur la transparence dans l’utilisation de données personnelles de ciblage pour les campagnes publicitaires.


“On veut des règles sur la pub politique, mais pas pour les nôtres, hein, vous comprenez …” <img data-src=" />


En même temps la pub tu la fais là où il y a du monde à la regarder. Entre Facebook et le site officiel de la commission européenne je pense que le choix est vite fait.


De mémoire quand on entre dans un bâtiment de la Commission Européenne, on ne se trouve plus dans le pays hôte (principe similaire aux ambassade), et en l’occurrence on se trouve juste dans l’Union Européenne et pas dans un pays membre spécifique.



Exemple d’effet : ceux qui travaillent à la Commission Européenne à Bruxelles n’ont pas les mêmes jours fériés que les personnes travaillant en Belgique.



Tout ça pour dire que si Facebook limite les publicités de la Commission Européenne à la Belgique, Facebook est en tord vu que la Commission Européenne n’est pas en Belgique…



Après j’ai pas de compte facebook donc osef.


À tous les coups, vu le prochain gouvernement belge qui nous pend au nez, les publicités ne s’afficheront plus qu’à Bruxelles-Capitale si ça continue…


Et vive l’UE comme dirait l’autre.


Facebook n’est pas un service public, ce n’est pas non plus la poste. Quelqu’un pour l’expliquer au technocrates de Bruxelles ?


Il n’y a jamais eu de services publics en Union européenne. D’après le traité de Lisbonne, il y a des services d’intérêt économique général.

&gt;&gt;&nbsphttps://www.collectivites-locales.gouv.fr/services-dinteret-economique-general-s…


Ce que je comprends de cette phrase c’est que d’après les lois européennes FB n’aurait pas le droit de s’opposer à ce que les pubs politiques soient visibles partout dans l’Union?

Effectivement ce n’est pas la même chose… du tout.

<img data-src=" />




Son collègue Philippe Lamberts, à la tête du groupe au Parlement européen, va même plus loin : avec ces nouvelles règles, « en substance, Facebook favorise les nationalistes et les multinationales





Ah parce que ce n’est pas la politique de l’UE au pouvoir depuis bientôt 30 ans, qui fait monter partout le nationalisme et favorise les multinationales? Encore un “responsable mais pas coupable” qui se cherche des boucs émissaires <img data-src=" />








Arkeen a écrit :



“On veut des règles sur la pub politique les fake news, mais pas pour les nôtres, hein, vous comprenez …” <img data-src=" />







Fixed <img data-src=" />



Et avec la même logique, il n’y a jamais eu de citoyens dans l’UE, que des consommateurs <img data-src=" />


Merde, j’ai pas prévu de popcorn, ça gâche la fête. <img data-src=" />


Comment les gens peuvent ils être à ce point dépendant de Facebook… Sérieusement on faisait comment avant ? Qu’ils lachent la grappe aux Gafa et songent sérieusement à développer une alternative Européenne!



La Russie et la Chine y sont arrivé, pourquoi pas nous?


Lol mais en Chine et en Russie les gens se méfient des plateformes officielles et utilisent Telegram et consort pour parler de politique

Les GAFA existent et une bonne partie des gens sont dessus : On peut le déplorer mais c’est comme ça

Communiquer sur les médias réellement utilisés est ce qui est le plus logique


Une actualité parfaite pour les trolls en tout genre qui voient l’UE comme la source de tous leurs problèmes personnels. Vous êtes vraiment ingrats. <img data-src=" />


« L’eurodéputé Reinhard Bütikofer juge donc anormal « qu’une entreprise privée impose des règles aux institutions démocratiques et aux organisations »

Il a pas compris quoi dans entreprise privée, le monsieur « ma maison, mes règles » c’est pourtant simple. Et comme déjà dis, c’est anormal d’utiliser facebook pour la propagande politique, j’ai un compte Facebook, uniquement pour le lier à certains jeux qui l’utilisent pour les sauvegardes de compte. L’europe n’a donc comme moyen de diffusion d’informations qu’une entreprise américaine ?

Quitte à utiliser Facebook, autant supprimer les bureaux de votes, mette les politiques et leur partis sur Facebook et voter via son compte Facebook , celui qui a le plus de like est élu <img data-src=" />


+1


“petit-à-petit, on en arrivé là : pas de “Facebook”…….pas de vote” !

“c’est dingue”* !!! <img data-src=" />



* et, malheureux


UE s’est bien faite b…ée par les gafa, ça démontre bien l’impuissance de cette institution très chère et inutile, quand c’est pas carrément nuisible…








Radithor a écrit :



Il n’y a jamais eu de services publics en Union européenne. D’après le traité de Lisbonne, il y a des services d’intérêt économique général.

&gt;&gt;&#160https://www.collectivites-locales.gouv.fr/services-dinteret-economique-general-s…



Ca tombe bien, FB n’est pas ca non plus <img data-src=" />







Lambig a écrit :



Une actualité parfaite pour les trolls en tout genre



Merci à toi d’illustrer parfaitement ta phrase <img data-src=" />









ProFesseur Onizuka a écrit :



Et avec la même logique, il n’y a jamais eu de citoyens dans l’UE, que des consommateurs <img data-src=" />





Tout à fait : un citoyen, par définition, fait ses propres lois. Comme ce n’est pas le cas, il n’existe pas de « citoyens dans l’UE ». L’Union Economique n’est de facto qu’un grand marché.










spidermoon a écrit :



« L’eurodéputé Reinhard Bütikofer juge donc anormal « qu’une entreprise privée impose des règles aux institutions démocratiques et aux organisations »

Il a pas compris quoi dans entreprise privée, le monsieur « ma maison, mes règles » c’est pourtant simple. Et comme déjà dis, c’est anormal d’utiliser facebook pour la propagande politique, j’ai un compte Facebook, uniquement pour le lier à certains jeux qui l’utilisent pour les sauvegardes de compte. L’europe n’a donc comme moyen de diffusion d’informations qu’une entreprise américaine ?

Quitte à utiliser Facebook, autant supprimer les bureaux de votes, mette les politiques et leur partis sur Facebook et voter via son compte Facebook , celui qui a le plus de like est élu <img data-src=" />



Rigole pas, ils seraient capables de le faire…



NXi a peut-être fait une lecture entre les lignes un peu ambitieuse, mais avant de parler de racolage, restons sur le sujet : “Commission, Conseil et Parlement ont adressé un courrier au réseau social”. S’ils adressent un courrier, c’est qu’ils ne sont pas exactement en position d’exiger. Alors quand ces 3 institutions européennes demandent poliment en esperant une réponse positive… ça ressemble bigrement à de l’imploration non ?








Patch a écrit :



Merci à toi d’illustrer parfaitement ta phrase <img data-src=" />





Tu pourrais être plus clair ? Ça m’intéresse. Sincèrement.









didli a écrit :



NXi a peut-être fait une lecture entre les lignes un peu ambitieuse, mais avant de parler de racolage, restons sur le sujet : “Commission, Conseil et Parlement ont adressé un courrier au réseau social”. S’ils adressent un courrier, c’est qu’ils ne sont pas exactement en position d’exiger. Alors quand ces 3 institutions européennes demandent poliment en esperant une réponse positive… ça ressemble bigrement à de l’imploration non ?





Ah bon ?

Quand tu envoies un courrier à un partenaire/sous traitant dans lequel tu lui rappelles ses obligations, et que tu lui ajoutes qu’en cas de manquement des actions en justice pourront être menées, c’est de l’imploration ?



Tu as une drôle de vision des échanges professionnels dis moi.









didli a écrit :



Alors quand ces 3 institutions européennes demandent poliment en esperant une réponse positive… ça ressemble bigrement à de l’imploration non ?





Non.



Monsieur,



Étiez-vous sérieux lorsque vous disiez que les détracteurs de l’Union Européenne sont des « ingrats » ?


Tu déformes ses propos. Ce n’est pas ce qu’il a dit.








spidermoon a écrit :



« L’eurodéputé Reinhard Bütikofer juge donc anormal « qu’une entreprise privée impose des règles aux institutions démocratiques et aux organisations »

Il a pas compris quoi dans entreprise privée, le monsieur « ma maison, mes règles » c’est pourtant simple. Et comme déjà dis, c’est anormal d’utiliser facebook pour la propagande politique, j’ai un compte Facebook, uniquement pour le lier à certains jeux qui l’utilisent pour les sauvegardes de compte. L’europe n’a donc comme moyen de diffusion d’informations qu’une entreprise américaine ?

Quitte à utiliser Facebook, autant supprimer les bureaux de votes, mette les politiques et leur partis sur Facebook et voter via son compte Facebook , celui qui a le plus de like est élu <img data-src=" />





Pas mal comme amoncellement de raccourcis simplistes dis moi.



Rappel d’un raisonnement de base:





  • “L’europe n’a donc comme moyen de diffusion d’informations qu’une entreprise américaine ? ” Faux

  • L’Europe utilise comme un de ses moyens d’informations une entreprise américaine pouvant potentiellement touchés un grand nombre de citoyens



  • “Et comme déjà dis, c’est anormal d’utiliser facebook pour la propagande politique, j’ai un compte Facebook, uniquement pour le lier à certains jeux qui l’utilisent pour les sauvegardes de compte.”

  • Biais cognitif: arrêter de croire que le monde entier à les mêmes pratiques que soi. Enormément d’européens utilisent FB avec leur vrai nom ET comme moyen de partage d’information principal.

    De plus c’est le principe même d’une campagne de pub ciblée de ne pas “s’attaquer” aux comptes FB non actif.



    Tu peux le regretter comme moi, mais ce n’est pas la faute de l’UE si beaucoup de nos concitoyens sont assez egocentriques pour utiliser FB quotidiennement.



    Quant aux bonnes idées du style: mais pourquoi l’UE ne developpe pas un FB interne. Grande idée dites moi: je suis sur que si un jour l’UE annonçait la création d’un tel site, personne ne trouverait à redire à ce que les états puissent collecter les informations privées de l’ensemble de leurs citoyens.

    En fait il faudrait plutôt revoir l’intérêt (ou pas) des réseaux sociaux.



Que voulait-il dire selon-toi par “ Vous êtes vraiment ingrats” ?



Et puis, je ne déforme pas ses propos je les interprète autant que faire se peut ;)











carbier a écrit :



Ah bon ?

Quand tu envoies un courrier à un partenaire/sous traitant dans lequel tu lui rappelles ses obligations, et que tu lui ajoutes qu’en cas de manquement des actions en justice pourront être menées, c’est de l’imploration ?



Tu as une drôle de vision des échanges professionnels dis moi.





ouais, ouais, sur quelles base? Une entreprise privé à tout a fait le droit de refuser un client si celui-ci ne veut pas se conforter a sa politique général, point barre. t’es pas jouasse, tu gicles. pas difficile à comprendre pourtant.









lanoux a écrit :



ouais, ouais, sur quelles base? Une entreprise privé à tout a fait le droit de refuser un client si celui-ci ne veut pas se conforter a sa politique général, point barre. t’es pas jouasse, tu gicles. pas difficile à comprendre pourtant.





Je suppose que tu sais qu’une entreprise privée, aussi puissante soit-elle, doit se conformer aux lois en vigueur ?

Je suppose que tu sais aussi que quand on est dans une position aussi dominante que FB sur les réseaux sociaux, il faut faire très attention à ce qu’on fait ou pas (y compris dans ses CGU).



PS: il est toujours aussi délicieux de voir les ardents défenseurs de la liberté d’expression et des valeurs de partage venir défendre les gentils GAFAM contre les méchants gouvernements en place ou contre l’U.E.









carbier a écrit :



Quand tu envoies un courrier à un partenaire/sous traitant dans lequel tu lui rappelles ses obligations, et que tu lui ajoutes qu’en cas de manquement des actions en justice pourront être menées, c’est de l’imploration ?





Quelles sont les obligations dans ce cas? Publier les contenus politiques des partis au pouvoir? Pif Gadget a les mêmes?



Ce n’est pas cette partie là que tu as déformée, j’insiste sur le mot. Relis ses propos, tu verras que tu les as mal interprétés. Il ne parlait pas de tous les détracteurs de l’UE mais juste de certains.


Oui. Cette institution a de gros défauts. Tout le monde le sait. Mais elle a aussi apporté beaucoup au continent. Et ça, trop de monde l’oublie. Et sous prétexte qu’une institution a des défauts, il faudrait la supprimer ou la quitter ? Quitte à perdre ses avantages ? Quel est l’objectif recherché ?



En tant que breton, il ne me viendrait jamais à l’esprit de revendiquer de quitter la France, sous prétexte que cet Etat a également de gros défauts. Vous trouvez ce raisonnement aberrant ? Moi aussi.






Par cette exclusion, l’entreprise américaine vient finalement de se sortir des griffes de la loi

contre la manipulation de l’information. Un texte qui impose certes de nombreuses obligations

de transparence, mais que de nombreux intermédiaires jugent trop flou et donc impraticable.

Voir dangereux puisque susceptible d’engendrer de lourdes sanctions. ..



une façon plus polie de les envoyer ‘bouler’, et hop…..tiens-ça ! <img data-src=" />








Lambig a écrit :



Oui. Cette institution a de gros défauts. Tout le monde le sait. Mais elle a aussi apporté beaucoup au continent. Et ça, trop de monde l’oublie. Et sous prétexte qu’une institution a des défauts, il faudrait la supprimer ou la quitter ? Quitte à perdre ses avantages ? Quel est l’objectif recherché ?



En tant que breton, il ne me viendrait jamais à l’esprit de revendiquer de quitter la France, sous prétexte que cet Etat a également de gros défauts. Vous trouvez ce raisonnement aberrant ? Moi aussi.







Sur le principe je suis tout à fait d’accord avec l’idée de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Dans le fond, vous n’êtes tout simplement pas d’accord avec la synthèse des défauts et qualités de l’UE que font certaines personnes (sans parler des trolls qui, comme ils sont des trolls, ne peuvent pas être pris au sérieux).



De votre point de vue, la synthèse qui consiste à rejeter l’UE est une forme d’ingratitude. Du point de vue d’autres personnes c’est plus prosaïquement une erreur de jugement. Et du point de vue d’autres personnes c’est une nécessité. Et n’oubliez pas que le rejet de l’UE telle qu’elle existe n’implique pas nécessairement de rejeter toute idée d’alliance européenne (ou même internationale, plus largement).



Le terme “ingrat” est tellement fort, que vous pourriez passez pour un troll ^^’







fred42 a écrit :



Ce n’est pas cette partie là que tu as déformée.







Ah bah tu vois… Mon interprétation était plutôt juste.



Des fascistes bleus qui parlent de démocratie ? C’est dingue !








Lambig a écrit :



Et sous prétexte qu’une institution a des défauts, il faudrait la supprimer ou la quitter ? Quitte à perdre ses avantages ? Quel est l’objectif recherché ?



Ca se complique si on considère l’Ecosse qui pourrait quitter le RU pour ne pas quitter l’UE.

Ou au contraire qui quitte l’UE pour ne pas avoir à quitter le RU <img data-src=" />



Et n’oubliez pas que le rejet de l’UE telle qu’elle existe n’implique pas nécessairement

de rejeter toute idée d’alliance européen…



exactement !!! <img data-src=" />


@Lambig L’UPR n’a jamais dit que l’UE était la source de TOUS nos problèmes, mais qu’elle est la source de la majorité de nos problèmes actuels, parce que nos politiques n’ont plus aucun pouvoir ni aucune marge de manoeuvre. D’ailleurs il n’y a pas besoin d’adhérer aux idées d’Asselineau pour s’en convaincre : TOUS les partis politiques font le même constat : l’UE ne marche pas !

Ensuite il y a deux sons de cloche : ceux qui promettent “une autre europe” depuis 60 ans - jamais la même que celle du voisin (déjà ils ne sont pas d’accord entre eux) - en oubliant de préciser qu’il faut l’unanimité des 27 états membres pour changer la moindre virgule, ce qui n’arrivera jamais. C’est juste de la logique bassement mathématique : à 7, on pouvait encore trouver des consensus. Mais à 27, c’est même pas en rêve !

Quant au second son de cloche, vous le connaissez : sortie juridique via l’article 50, comme nous le permettent les traités.

Nos amis anglais commencent à découvrir les joies de la dictature européiste, puisqu’il se passe actuellement au R.U. exactement ce qui s’est passé en France en 2005 : les élus trahissent le vote du peuple, parce que dans l’UE fasciste, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la démocratie sont une insulte à l’intelligence et aux plans des banquiers.

Et ceci n’est pas du troll, mais des faits.








Lambig a écrit :



Mais elle a aussi apporté beaucoup au continent. Et ça, trop de monde l’oublie.







Des exemples? <img data-src=" />









Kevsler a écrit :



Sur le principe je suis tout à fait d’accord avec l’idée de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Dans le fond, vous n’êtes tout simplement pas d’accord avec la synthèse des défauts et qualités de l’UE que font certaines personnes (sans parler des trolls qui, comme ils sont des trolls, ne peuvent pas être pris au sérieux).



De votre point de vue, la synthèse qui consiste à rejeter l’UE est une forme d’ingratitude. Du point de vue d’autres personnes c’est plus prosaïquement une erreur de jugement. Et du point de vue d’autres personnes c’est une nécessité. Et n’oubliez pas que le rejet de l’UE telle qu’elle existe n’implique pas nécessairement de rejeter toute idée d’alliance européenne (ou même internationale, plus largement).



Le terme “ingrat” est tellement fort, que vous pourriez passez pour un troll ^^’



&nbsp;

Il est fort, mais il ne concerne pas tout le monde. Je pensais surtout à nos cher nationalistes qui rejettent toute idée d’intégration européenne. Et une alliance n’aurait pas les mêmes avantages. Il y a une sorte de malhonnêteté intellectuelle qui dresse un schéma très manichéen. D’un côté la gentille France, de l’autre la méchante Europe. La réalité est bien plus nuancée. D’ailleurs, Fred42 avait bien compris mes propos :&nbsp; “il ne parlait pas de tous les détracteurs de l’UE mais juste de certains”.

&nbsp;





recoding a écrit :



Ca se complique si on considère l’Ecosse qui pourrait quitter le RU pour ne pas quitter l’UE.

Ou au contraire qui quitte l’UE pour ne pas avoir à quitter le RU <img data-src=" />





Ces pauvres Écossais sont effectivement les dindons de la farce. <img data-src=" />



Alors moi qui souhaite voire la destruction de l’UE parce que c’est une machine bureaucratique à détruire les souverainetés nationales sans jamais chercher créer de vrais conditions propices à la construction d’une nation européenne, une machine anti-démocratique par essence qui plus est, je suis quoi ?



Je suis un ingrat ? Un troll ? Juste un con ?


Rappelez-vous que la construction européenne s’est faite au lendemain des pages les plus sombres de l’Histoire du continent. Depuis, nous avons :




  • une paix durable ;

  • une économie relativement solide (oui oui, nous sommes des privilégiés qui mangeons tous les jours à notre faim !) ;

  • la liberté d’aller et venir où nous voulons ;

  • une cour de Justice européenne souvent bien plus protectrice que notre système judiciaire national (combien de fois l’État français s’est fait topé à juste titre ?) ;

  • etc.



    Et même si l’Europe peut paraître faible face aux GAFAM, pensez-vous sincèrement que l’État français aurait pu se protéger seul ? Bien sûr que non.


Et moi que suis-je si je souhaite de tout cœur la disparition des souverainetés nationales, aujourd’hui totalement inadaptées au monde actuel ? Et que répondre si je vous affirme que je souhaite une Europe intégrée et sociale ?



Un anarchiste ? Un communiste ? Juste un con ? <img data-src=" />


Moi je n’ai pas assimilé les gens qui pensent différemment de moi à des “ingrats”.

Merci de répondre à ma question.


Eh bien vous prenez le qualitatif que vous souhaitez. Désolé de vous avoir vexé. <img data-src=" />








ProFesseur Onizuka a écrit :



Des exemples? <img data-src=" />



Un marché unique de consommateurs.

Ce n’est pas suffisant? <img data-src=" />



C’est un art d’éviter de répondre aux questions qu’on vous pose. Malheureusement je suis au regret de vous dire que vous n’excellez pas dans ce domaine. Oui, c’est une litote.



Pour répondre à la votre, de question, je ne sais pas, je ne vous connais pas. Je suis plutôt d’accord avec vous (pas sur tout), mais vos espoirs sont très mal placés. Très très mal placés. Quelques exemples :





oui oui, nous sommes des privilégiés qui mangeons tous les jours à notre faim !



Non, non. Il y a des disparités au sein de l’UE, tout le monde n’est pas aussi “privilégié” que le français moyen. Et même au sein de la France, certains ne mangent pas à leur faim.





Europe peut paraître faible face aux GAFAM, pensez-vous sincèrement que l’État français aurait pu se protéger seul ? Bien sûr que non.



Pensez-vous sincèrement que l’Europe vous protège des GAFAM ? Un peu lecture.








Lambig a écrit :



Rappelez-vous que la construction européenne s’est faite au lendemain des pages les plus sombres de l’Histoire du continent. Depuis, nous avons :




  • une paix durable ;



    C’est relatif. Faut surtout pas regarder les voisins pour dire ca. Ni l’économie qui se recentralise à fond, avec les sous qui tombent dans les poches des plus riches en priorité.





    Lambig a écrit :



  • une économie relativement solide (oui oui, nous sommes des privilégiés qui mangeons tous les jours à notre faim !) ;



    La Grèce et le Portugal confirment.







    Lambig a écrit :



  • la liberté d’aller et venir où nous voulons ;



    • une cour de Justice européenne souvent bien plus protectrice que notre système judiciaire national (combien de fois l’État français s’est fait topé à juste titre ?) ;

    • etc.



      Là par contre on est d’accord.







      Lambig a écrit :



      Et même si l’Europe peut paraître faible face aux GAFAM, pensez-vous sincèrement que l’État français aurait pu se protéger seul ? Bien sûr que non.



      Je ne suis pas sûr que ca serait pire à ce niveau <img data-src=" />




@Lambig

Le nationaliste, c’est celui qui déteste le pays des autres. Et l’UPR n’est pas nationalise : elle est patriote… Vous vous trompez de cible. D’ailleurs Asselineau n’aime pas lui même le terme de “parti souverainiste” : il préfère le terme de “parti de libération nationale”, beaucoup plus proche du “Conseil National de la Résistance”, dont l’objectif était également de rassembler temporairement tous les français, de tous les partis (y compris ceux qui ne peuvent naturellement se supporter), pour combattre un ennemi commun.

&nbsp;Je reprends maintenant votre propagande :




  • “une paix durable”&nbsp; : non, ce n’est pas l’UE qui nous a apporté la paix, mais bien les 300 missiles nucléaires de nos sous-marins, et l’assurance pour nos attaquants de subir une destruction mutuelle globalisée.

  • “une économie relativement solide” : ben non : on mangeait très bien en France avant Maastricht ! La globalisation des échanges n’a rien à voir avec l’UE. Et si ce que vous affirmez était vrai,expliquez moi alors pourquoi je vois chaque samedi des centaines de milliers de gilets jaunes dans les rues, expliquant qu’ils n’arrivent plus à joindre les deux bouts ?

  • “la liberté d’aller et venir où nous voulons” : ça a toujours été le cas, simplement, l’espace Schengen, qui n’a encore une fois rien à voir avec l’UE, permet de passer des frontières sans présenter ses papiers. Cela étant, le passeport reste toujours obligatoire pour partir plus loin, donc là aussi, votre argument est nul…

  • “une cour de Justice européenne souvent bien plus protectrice que notre système judiciaire national” : non, là encore. D’abord c’est bien la CJUE qui nous colle des prunes quand l’état français traîne à transcrire les GOPÉ annuelles qui ruinent notre pays. Ensuite côté informatique, puisque nous sommes bien dans un forum dédié, je vous signale que c’est grâce à la CJUE que les GAFAM peuvent continuer à nous fourguer des appareils avec OS préinstallés, au détriment des logiciels libres et des OS GNU/linux, trompant et spoliant le consommateur de la liberté de choix, en ne payeant que ce dont il a réellement besoin.

    La propagande européiste, ça va 2mn, mais là, ça devient lourd…


Ce que tu as dit dans ton message précédent ne te classe pas dans ceux “qui voient l’UE comme la source de tous leurs problèmes personnels”. Il ne t’as donc pas considéré comme un ingrat.



Comme il l’a dit, applique toi le qualificatif que tu préfères.


Tu as oublié “troll”, si tu veux prendre le message au sens littéral de bout en bout. Un peu de rigueur, que diable !



Personnellement j’arrêterais de prendre pour argent comptant les propos d’un gars qui dit “oui”, puis “non”, selon le sens du vent. D’ailleurs j’devrais même arrêter de rentrer dans ton jeu de joute verbale toute moisie (c’est rigolo mais fatiguant)








Lambig a écrit :





  • une paix durable ;









    • C’est la politique économique, défendue par l’UE et au pouvoir depuis des décennies, qui fait s’envoler le nationalisme aux quatre coins de l’Europe aujourd’hui.







      Lambig a écrit :



      une économie relativement solide (oui oui, nous sommes des privilégiés qui mangeons tous les jours à notre faim !) ;







    • Chômage de masse en Europe.

    • L’Europe de l’est qui se vide de ses jeunes avec des millions de gens obligés de quitter leur pays/famille pour occuper les emplois les plus avilissants d’un pays voisin.

    • La part des salaires qui ne finit pas de baisser par rapport aux profits des entreprises (L’UE et ses salaires à 300euros/mois sont bien rentables pour les patrons qui peuvent délocaliser).







      Lambig a écrit :




  • la liberté d’aller et venir où nous voulons ;









    • Avant l’UE, t’as déjà vu un douanier Allemand ou Italien t’empêcher de passer la frontière?







      Lambig a écrit :




  • une cour de Justice européenne souvent bien plus protectrice que notre système judiciaire national (combien de fois l’État français s’est fait topé à juste titre ?) ;









    • Oui combien de fois? Et ça continu de plus belle… ça veut dire que la France se moque bien de la justice de l’UE.







      Lambig a écrit :



      Et même si l’Europe peut paraître faible face aux GAFAM, pensez-vous sincèrement que l’État français aurait pu se protéger seul ? Bien sûr que non.







    • Au temps des taxes douanières, la France avait un réel pouvoir de négociation/législation/régulation avec toute entreprise/pays du monde, qui voulait accéder au marché français et ses consommateurs.










Patch a écrit :



La Grèce et le Portugal confirment.







Les restaus du cœur aussi <img data-src=" />









carbier a écrit :



Je suppose que tu sais qu’une entreprise privée, aussi puissante soit-elle, doit se conformer aux lois en vigueur ?

Je suppose que tu sais aussi que quand on est dans une position aussi dominante que FB sur les réseaux sociaux, il faut faire très attention à ce qu’on fait ou pas (y compris dans ses CGU).



PS: il est toujours aussi délicieux de voir les ardents défenseurs de la liberté d’expression et des valeurs de partage venir défendre les gentils GAFAM contre les méchants gouvernements en place ou contre l’U.E.





justement, elle se conforme aux lois en vigueurs e, ayant édités leur CGU refusant clairement de délivrer un service (qu’elles ne sont pas obligé de par la loi de délivrer) qui après ratification de l’UE leurs font courir le risque de supers amendes. Ce n’est pas un service public, on parle des GAFAM.

Et qu’y a t il de marrant la dedans? je les utilises pas et les conchis, mais je conchis tout autant notre gvt et l’UE. Où est donc la contradiction? Parce que j’aime pas l’un je dois forcément soutenir les proposition débiles de l’autre?









Lambig a écrit :



En tant que breton, il ne me viendrait jamais à l’esprit de revendiquer de quitter la France, sous prétexte que cet Etat a également de gros défauts.



Par contre que les francs quittent la gaule <img data-src=" />










ProFesseur Onizuka a écrit :



Les restaus du cœur aussi <img data-src=" />



En effet, il y avait plus près de nous (honte à moi de ne pas y avoir pensé alors que je suis bénévole dans une asso humanitaire <img data-src=" /> )…







lanoux a écrit :



justement, elle se conforme aux lois en vigueurs e, ayant édités leur CGU refusant clairement de délivrer un service (qu’elles ne sont pas obligé de par la loi de délivrer) qui après ratification de l’UE leurs font courir le risque de supers amendes. Ce n’est pas un service public, on parle des GAFAM.

Et qu’y a t il de marrant la dedans? je les utilises pas et les conchis, mais je conchis tout autant notre gvt et l’UE. Où est donc la contradiction? Parce que j’aime pas l’un je dois forcément soutenir les proposition débiles de l’autre?



On ne dit jamais “de par”, sauf s’il s’agit de Dieu <img data-src=" />



Merci. Mes commentaires ont amené beaucoup de réponses. Certaines sont intéressantes, d’autres sont tout simplement hautaines et hors-sujet. Toute proportion gardée, j’ai parfois l’impression de revivre l’histoire yougoslave. Il suffit parfois d’une personne pour détruire des années de vivre-ensemble.


Je suis tout à fait d’accord avec votre intervention. Ne croyez pas que je vois l’UE comme quelque chose de magnifique, sans défaut. Même si les origines de la crise grecque sont essentiellement nationales, sa gestion par l’UE a été catastrophique. On pourrait presque dire que la situation a été dégradée par l’UE.








Patch a écrit :



En effet, il y avait plus près de nous (honte à moi de ne pas y avoir pensé alors que je suis bénévole dans une asso humanitaire <img data-src=" /> )…



On ne dit jamais “de par”, sauf s’il s’agit de Dieu <img data-src=" />





Toi va pas impliquer notre éponge national Gérard dans tout ça!! En plus il s’en fout de l’europe, il s’est cassé en russie



Pathétique.



Rien que ta 1ère affirmation. Typique de celui qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Regarde dans les autres pays du monde pour voir si c’est différent et donc inhérent à l’UE.

L’être humain a cela de fascinant qu’il ne retient jamais rien de ses erreurs passées, toi le premier.



Pourquoi est-ce que le nationalisme monte ? Simplement parceque beaucoup de citoyens considèrent que c’est “l’autre” qui est responsable de ses propres problèmes.

Et dans cet autre tu peux mettre, l’étranger, le riche, le pauvre, la multinationale ou encore les politiques ou ceux qui ont fait des études… tout dépend de qui tu es… Et encore une fois tu en es le parfait exemple.








hansi a écrit :





Nos amis anglais commencent à découvrir les joies de la dictature européiste, puisqu’il se passe actuellement au R.U. exactement ce qui s’est passé en France en 2005 : les élus trahissent le vote du peuple, parce que dans l’UE fasciste, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la démocratie sont une insulte à l’intelligence et aux plans des banquiers.

Et ceci n’est pas du troll, mais des faits.





C’est vraiment lamentable d’essayer d’instrumentaliser une votation populaire.

&nbsp;

Le RU a voté leave à un instant T, et c’est tout. Il n’a pas voté pour un leave sans aucun accord, comme il n’a pas voté pour un leave sur le contenu de l’accord que propose May. C’est des millions de citoyens qui ont votés selon leurs propres idées, les promesses qui leur ont été faites et leurs propres biais. Parmi ceux qui ont voté leave, certains étaient prêts à partir en claquant la porte, d’autres pas et là dessus, les élucubrations sur les raisons du vote (qui plus est lorsqu’elles sont à but politique) sont totalement hors de propos. La seule chose qu’on peut dire avec certitude et sans passer pour un charlatan, c’est que à ce moment, les citoyens se sont prononcés pour partir. D’ailleurs: qu’est-ce qui aurait été respecter la volonté populaire? le plan May ou un hard brexit? peut-être une autre solution ?



A titre d’exemple sur la complexité de ce genre de sujet, il a fallu pas moins de 4 votations populaires portant sur divers aspects du processus pour séparer le canton du Jura du canton de Berne en Suisse. et c’est qu’un canton. C’est dire à quel point c’est compliqué de gérer ce type de séparation.

&nbsp;

en plus, en acceptant de revoter et en votant “remain” si votation il y avait, le peuple britannique ferait tout autant la démonstration de ce qu’est la démocratie, et ce qu’est le droit d’un peuple à disposer de lui-même.



Franchement… y a plein de raisons valables d’être contre l’UE telle qu’elle est actuellement. Par exemple, tu pourrais critiquer la politique de l’UE très stricte vis à vis du RU pour le brexit. C’est pas nécessaire d’ajouter des âneries pour positionner son parti en défenseur des droits. Le fiasco qu’est le Brexit n’a pas non plus besoin d’âneries supplémentaire pour être navrant.









ProFesseur Onizuka a écrit :





  • Avant l’UE, t’as déjà vu un douanier Allemand ou Italien t’empêcher de passer la frontière?



    Point que j’avais loupé : empêché, non. Par contre la procédure de contrôle pouvait prendre du temps, surtout quand il y avait du monde <img data-src=" />









    Lambig a écrit :



    Je suis tout à fait d’accord avec votre intervention. Ne croyez pas que je vois l’UE comme quelque chose de magnifique, sans défaut. Même si les origines de la crise grecque sont essentiellement nationales, sa gestion par l’UE a été catastrophique. On pourrait presque dire que la situation a été dégradée par l’UE.



    Ah non ce point est même certifié sur facture… Même si le fait qu’il y ait eu trafic des comptes financiers à la base avec l’aide de Goldman Sachs n’a pas aidé.







    lanoux a écrit :



    Toi va pas impliquer notre éponge national Gérard dans tout ça!! En plus il s’en fout de l’europe, il s’est cassé en russie



    Mais à lui seul il concentre 50% des exportations de vin francais vers la Russie <img data-src=" />



@blossom&nbsp; Les 2 ans sont passés, et le fait est qu’une majorité de lords britanniques ne respectent pas le vote du peuple, comme en France en 20052008. L’UE est une dictature qui ne dit pas son nom, et qui veut “punir” les sortants, parce qu’en bon dictateur, elle est viscéralement incapable de négocier quoi que ce soit. Ne comparez pas l’histoire suisse avec l’UE, vous faites dans le hors sujet.

D’autre part, vous ne répondez en rien à mes “âneries”. Si déjà vous insultez les gens, faites au moins l’effort d’y mettre des arguments. Il est surtout “navrant” de n’offrir que vos convictions européistes gratuites…

Enfin, puisque vous semblez l’ignorer, Mme May avait voté contre le Brexit, mais a quand même été choisie à l’époque pour le négocier parce qu’au RU, le premier ministre est toujours issu, par tradition, du parti ayant le plus d’adhérents. Comprenez que les pro-Brexit ne se sont pas enfuis après le vote : ils ne pouvaient tout simplement pas, d’après la législation britannique, assurer eux-mêmes la sortie du R.U. En clair : c’est comme si en France, les français votaient demain pour le Frexit, et qu’on demandait à notre traître de l’élysée de négocier la sortie avec nos partenaires. Vous voyez tout de suite le problème, et le jeu de dupes dont est aujourd’hui accusée Mme May.

L’UPR n’aura pas ce problème, parce que si le mouvement arrive demain aux affaires, il aura d’emblée TOUTE la légitimité de négocier IMMEDIATEMENT la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN - personne ne pouvant dire que cela ne fait pas partie du programme de ses candidats, ces objectifs étant inscrits dans la Charte fondatrice ! Qui plus est : nous n’aurons pas le problème irlandais à gérer.








hansi a écrit :



@blossom  Qui plus est : nous n’aurons pas le problème irlandais à gérer.







On aura les problèmes Corses et Breton à la place <img data-src=" />









recoding a écrit :



Quelles sont les obligations dans ce cas? Publier les contenus politiques des partis au pouvoir? Pif Gadget a les mêmes?







Tu n’auras pas de réponse… <img data-src=" />









spidermoon a écrit :



On aura les problèmes Corses et Breton à la place <img data-src=" />





Nous ne sommes pas un problème mais LA solution, en plus nous on veut rester avec nos cousins irlandais (ils ont de la guinness et du whisky!!!!)









carbier a écrit :



Pourquoi est-ce que le nationalisme monte ? Simplement parceque beaucoup de citoyens considèrent que c’est “l’autre” qui est responsable de ses propres problèmes.

Et dans cet autre tu peux mettre, l’étranger, le riche, le pauvre, la multinationale ou encore les politiques ou ceux qui ont fait des études… tout dépend de qui tu es… Et encore une fois tu en es le parfait exemple.





Et pourquoi les gens considèrent que “l’autre” est responsable de ses problèmes?

Ou plutôt pourquoi les gens ont des problèmes qu’ils n’avaient pas avant et qu’ils reprochent à l’Europe d’en être la source?



(question sérieuse)



Moi qui suis un “européen” convaincu (mais pas dans le sens de la m.. néo-libérale qu’on nous impose depuis le début), ça me chiffonne quand-même de voir l’Europe grogner parce qu’elle ne peut pas profiter de l’outil de propagande ultime. Ça fait un peu mesquin.








js2082 a écrit :



Et pourquoi les gens considèrent que “l’autre” est responsable de ses problèmes?

Ou plutôt pourquoi les gens ont des problèmes qu’ils n’avaient pas avant et qu’ils reprochent à l’Europe d’en être la source?



(question sérieuse)





Des problèmes qu’ils n’avaient pas avant ?

Tu parles desquels ?



Le chomage ? certes il a un peu augmenté mais il était aussi haut ou presque il y a 20 ans. Et son évolution est structurelle avec de moins en moins de postes à faible compétence à pourvoir (merci l’automatisation)



Le pouvoir d’achat ? le salaire moyen a augmenté de 47% en 20 ans alors que l’inflation n’a augmenté que de 35% dans le même temps.

De plus les taux d’intérets n’ont jamais été aussi bas que depuis quelques années maintenant



La pauvreté ? Si le pourcentage de personnes pauvres n’a pas vraiment augmenté en 15 ans, ce n’est pas le cas des plus pauvres d’entre eux. Et c’est effectivement la où est le problème.



Mais l’UE n’a pas grand chose à avoir la dedans. C’est un phénomène mondial.



Bref on ne va pas faire un roman dessus, mais on est sur du ressenti et surtout sur de l’egocentrisme. On est obnubilé par nos problèmes. On voudrait que les politiques les résolvent mais uniquement les notres par ceux de nos voisins. Du coup, vu que c’est impossible et qu’il faut faire des concessions et bien il faut trouver des boucs émissaires.



Et que répondre si je vous affirme que je souhaite une Europe intégrée et sociale ?



celle-là….ils* l’ont oubliée (de la faire) !

par contre “l’autre Europe” (celle des Marchands) = ‘youpi’ !!! <img data-src=" />



* nos chers Pères-fondateurs


Il est assez amusant de s’entendre répondre pour seul argument que l’on a des convictions européistes gratuites (d’ailleurs lesquelles?) lorsque celui qui répond est lui-même le chantre des convictions “UPRistes” gratuites. D’ailleurs, je suis très dubitatif sur bon nombre d’aspects de l’UE actuelle, mais je sais aussi reconnaître les avantages que la construction européenne peut (ou pourrait) avoir.



Pour le reste, relis mon commentaires. Ta bille n’est pas un argument.



Pour te simplifier la lecture:




  • Séparer deux entités aussi profondément liées est très difficile. (l’exemple de la séparation du Jura n’est pas hors sujet dans la mesure

    où elle est un bon exemple de scission passablement démocratique d’un

    territoire.)

  • Il n’est pas légitime d’inférer quoi que ce soit d’autre du vote du Brexit que le fait que le RU souhaitait partir au moment T.

  • Il n’est en particulier pas possible de définir quel sortie voulait le peuple britannique lorsqu’il a voté. Seul le principe de la sortie a été décidé.

  • Partant, et sans expression populaire supplémentaire, il n’est pas possible de se draper dans la volonté populaire pour exiger un brexit “dur”, “mou” ou autre. ça vaut pour ceux qui veulent clamer leurs convictions gratuites “UPRistes” comme “européistes”.



    Personnellement, je suis d’accord avec toi sur le fait que l’UE a été étonnement stricte et unie dans les négociations. Je ne déduit cependant pas de cet élément que l’UE est dictatoriale. Son marché unique lui offre un grand poids dans les négociations avec la majeure partie de ses partenaires, et pas uniquement le RU (les suisses (hs de nouveau?) sont par exemple passablement mis sous pression aussi lorsqu’ils veulent accéder au marché unique).



    Enfin, mais c’est aussi personnel, j’ai le sentiment que les apôtres du brexit se font petit de chez petit, et que May a été plutôt la seule à avoir le cran de sauter dans la fosse aux serpents, et elle se tient à un départ.



    Encore une fois, c’est pas nécessaire d’aller chercher aussi loin pour avoir un discours critique de l’UE.


le problème : c’est qu’on a menti pour que les “Britanniques” votent pour le ‘Brexit’

et l”Europe NE leur facilite pas les choses (faut les punir pour éviter la contagion aux autres Pays) !



on en est là……….“3 ans, et ‘ils’ sont; tjrs. pas sortis” <img data-src=" />








bloossom a écrit :



Personnellement, je suis d’accord avec toi sur le fait que l’UE a été étonnement stricte et unie dans les négociations. Je ne déduit cependant pas de cet élément que l’UE est dictatoriale.



&nbsp;

C’est toujours facile de critiquer. L’Europe est unie ? C’est une dictature. L’Europe est désunie ? C’est quelque qui ne fonctionne pas. <img data-src=" />



@bloosom




  • ce qu’un peuple fait, il peut le défaire, à condition d’être souverain, comprenez d’avoir des politiques qui appliquent réellement ses choix ! Nous donner ici des exemples suisses, pays où il existe un référendum citoyen contraignant qui fonctionne, face à notre pays sous le joug européen, c’est hors sujet - je maintiens mon propos.

  • le peuple britannique s’est exprimé pour un Brexit. Il y avait 2 ans pour le négocier dur ou mou - ça c’était aux politiques de faire leur boulot. 2 ans plus tard, le fait est que la décision démocratique n’est toujours pas appliquée, et que même la Reine s’en offusque publiquement (“But why is it so long ?”) !

    Ah oui : le coup du grand poids économique de l’UE… Quelle belle plaisanterie ! Mince : PSA a du, pour la seconde fois, se retirer d’Iran parce que les américains ont décidé de sanctions unilatérales, et qu’ils n’en ont rien à foutre de leurs esclaves européens. Idem pour Total. Je vous passe les nombreuses amendes des américains envers nos banques, avec des sommes en milliards d’euros d’amende, quand tout ce que l’UE arrive à faire au bout de 20 ans, c’est collé une toute petite amendette ridicule contre un GAFAM ou un autre - et encore : après des années de procès ! Il suffit de prendre le bénéfice des GAFAM, et de regarder les amendes européistes pour se fendre la poire : on nage dans l’esbroufe totale ! Faire croire que l’UE aurait un poids, alors qu’elle n’en a aucun, et qu’elle n’a même pas été capable d’imposer un simple câble USB standard de recharge à Apple - la blague !

    Je vous rappelle aussi qu’avant Maastricht, pour délocaliser une entreprise, il fallait l’accord préalable de Bercy. Depuis notre entrée dans le bousin européen, toute entreprise peut se délocaliser où elle veut ! La France s’est désindustrialisée comme jamais, en un temps record, parce que tous ceux qui avaient une usine pouvant être déménagée l’ont transféré fissa, principalement en Asie, où l’on connaît les coups de main d’œuvre. Et les 500 000 travailleurs détachés en France en 2017, je les ai rêvé ? C’est ça l’UE ? Offrir nos emplois aux pays de l’Est, pour enrichir encore plus M. Bouygues et Cie ? Rappelons que ces travailleurs là payent leur charges sociales dans leur pays d’origine : ils n’apportent rien au budget de l’état ! Et c’est l’UE qui encourage et sponsorise encore ce mécanisme - les français sont-ils au courant ? Sont-ils d’accord ? (j’en doute…). Et l’euro trop fort pour notre économie - on pourrait encore en parler ! Tous les économistes savent que l’euro est déjà condamné, mince : aucun grand média n’en parle !

    Etrange que France Télévision ne laisse jamais l’UPR s’exprimer sur les chaînes publiques&nbsp; payées par le contribuable. Comme pour les logiciels libres dans les magasins, il ne faut surtout pas que les français sachent et comprennent les mécanismes mortifères de l’UE, qui nous ont mené où nous sommes.

    Car il faut arrêter de rêver, si nous sommes aujourd’hui dans la merde grâce à l’UE, c’est parce qu’il ne pouvait pas en être autrement.








carbier a écrit :



Pathétique.



Rien que ta 1ère affirmation. Typique de celui qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Regarde dans les autres pays du monde pour voir si c’est différent et donc inhérent à l’UE.

L’être humain a cela de fascinant qu’il ne retient jamais rien de ses erreurs passées, toi le premier







L’UE applique la politique du FMI, comme tous les pays du monde où le nationalisme arrive au pouvoir aujourd’hui <img data-src=" />









ProFesseur Onizuka a écrit :



L’UE applique la politique du FMI, comme tous les pays du monde où le nationalisme arrive au pouvoir aujourd’hui <img data-src=" />





Tu veux dire que la Russie applique la politique du FMI ?

Sinon il est aussi sur et certain qu’il fait meilleur vivre dans les pays du moyen orient qu’en Europe <img data-src=" />









carbier a écrit :



le salaire moyen a augmenté de 47% en 20 ans alors que l’inflation n’a augmenté que de 35% dans le même temps.









  • Ici on voit 20% d’augmentation du salaire moyen (sachant que le médian est bien plus représentatif de la réalité majoritaire) entre 2000 et 2017 <img data-src=" />



  • Inflation dont les paramètres sont choisis par les privilégiés (hauts fonctionnaires), complètements déconnectés de la réalité majoritaire <img data-src=" />









ProFesseur Onizuka a écrit :





  • Ici on voit 20% d’augmentation du salaire moyen (sachant que le médian est bien plus représentatif de la réalité majoritaire) entre 2000 et 2017 <img data-src=" />





    • Inflation dont les paramètres sont choisis par les privilégiés (hauts fonctionnaires), complètements déconnectés de la réalité majoritaire <img data-src=" />



      Je dirais même plus : le salaire moyen pour comparer, c’est de la merde en barre.

      Suffit qu’une seule personne voit son salaire exploser pour faire exploser la moyenne, sans qu’aucun autre salaire ne bouge. Contrairement au salaire médian.










ProFesseur Onizuka a écrit :





  • Ici on voit 20% d’augmentation du salaire moyen (sachant que le médian est bien plus représentatif de la réalité majoritaire) entre 2000 et 2017 <img data-src=" />







    Utiliser le dollar pour comparer une évolution de salaire en euro est ridicule quand le dollar est passé de 0,92 à 1,13 €?

    Son chiffre est crédible. on a 45 % d’augmentation entre 2000 et 2016.





  • Inflation dont les paramètres sont choisis par les privilégiés (hauts fonctionnaires), complètements déconnectés de la réalité majoritaire <img data-src=" />



    Là, tu pointes une partie du problème avec le logement, mais évite de déconsidérer les gens qui travaillent à l’INSEE qui sont transparents sur ce qu’ils font. Ils expliquent que le logement est sous représenté dans l’indice parce que seule les dépenses des locataires sont inclus, la dépense étant nulle pour les propriétaires (même accédants puisque leurs remboursements ne sont pas des dépenses). Ils indiquent que l’inflation retouchée pour tenir compte de cela n’est pas beaucoup plus forte.



    Ils parlent aussi de la notion de taux d’effort en logement qui augmente et c’est là que semble le vrai problème : le pouvoir d’achat hors logement diminue d’autant que ce taux d’effort augmente. Il reste donc moins à dépenser à salaire constant. De plus, ce taux d’effort augmente plus vite pour les ménages les plus modestes.



    Il faut donc tout faire pour diminuer le coût du logement ce qui reste difficile tant qu’il y a pénurie.



    Comme quoi, on a des infos intéressantes à l’INSEE et elles peuvent servir à poser un diagnostic sur les problèmes.



l’INSEE DEVRAIT nous donner les chiffres : de ce qu’il reste APRÈS les dépenses ‘contraintes’….




  • loyer

  • nourriture

  • chauffage

  • ordures ménagères

  • eau, gaz, élect. , etc



    “sur un SMIG (de 1 100 E.) , il NE doit pas rester grand-chose” !!! <img data-src=" />








fred42 a écrit :



…Utiliser le dollar pour comparer une évolution de salaire en euro est ridicule…







Ok <img data-src=" />



Mais de toute façon sur la courbe de Friggit, le revenu des ménages est pris en compte, et on voit qu’un travailleur de 2019 doit travailler 70% de plus qu’un travailleur d’entre 1965 à 2000 pour se payer le même logement = depuis 20 ans, travailler en France devient moins rentable chaque année pour ceux qui ont leur logement à acheter <img data-src=" />



Pour ceux qui achètent sans crédit, tu as raison, mais c’est rare pour les travailleurs.



Vu que les taux ont beaucoup baissé, c’est bien moins évident.



Par exemple, je fais les calculs à salaire constant pour simplifier :

pour 100 000 € en 2000 taux 6,5 %, on dépense 178 937 €

et pour 170 000 € en 2019 taux de 1,5 %, on dépense 196 878 € ce qui ne fait que 10 % de plus. C’est donc plus mais pas beaucoup.



C’est d’ailleurs les taux bas qui font que les prix ont augmentés. Il n’y aurait pas d’acheteurs à ces prix sans ces taux très bas.


On s’amusait l’année dernière avec ma jeune nièce à comparer avant et maintenant cette histoire de logement.

On a retrouvé mon premier salaire en 1971 : 1490ff par mois et le loyer du studio de 14m² rue du moulin vert ( 14ème) 550ff /mois

Son salaire 2018 de début 2200€ par mois et le studio de 18m² à 750€ mois rue de Reuilly (12ème)

Je sais c’est un cas précis et unique mais mon fils en 2008 était dans une proportion identique ( 1 tiers pour le studio de 28m² dans le 15ème avec un salaire plus conséquent )

donc les courbes de grands économistes me font quand même sourire car je n’y retrouve pas nécessairement de la réalité.


Le 21/04/2019 à 10h51