Nintendo refuse de licencier, malgré les demandes de certains actionnaires

Nintendo refuse de licencier, malgré les demandes de certains actionnaires

Et pendant ce temps-là, chez Electronic Arts...

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Économie

08/07/2013
142

Nintendo refuse de licencier, malgré les demandes de certains actionnaires

Satoru Iwata, l'emblématique PDG de Nintendo, s'est récemment entretenu avec les actionnaires lors de la 73e assemblée générale. De nombreuses questions ont été soulevées, notamment celle d'éventuels licenciements afin de réduire les couts structurels du constructeur. Une idée qu'Iwata a rejetée en bloc.

wii u

Le yen, le meilleur ennemi de Nintendo

Depuis maintenant deux ans, les résultats financiers de Nintendo sont plutôt en demi-teinte. En effet, l'année 2012 s'était terminée avec un déficit important, environ 400 millions d'euros, tandis que l'année fiscale 2013 finit sur un léger bénéfice de 55 millions d'euros, principalement dû à un taux de change favorable du yen. En effet, les fluctuations de la monnaie japonaise ont pesé pour environ 300 millions d'euros dans le bilan du géant nippon. 

 

Lors de la dernière assemblée générale des actionnaires de Nintendo, de nombreuses questions sur la santé financière de la firme sont venues se greffer à l'ordre du jour. Certains actionnaires ont même ouvertement demandé à Satoru Iwata, le PDG de Nintendo si des licenciements étaient envisagés pour réduire les coûts. En effet, autour de l'an 2000, la firme réalisait à peu près le même chiffre d'affaires qu'aujourd'hui, mais affichait de confortables bénéfices. De fait, selon les actionnaires, une réduction des effectifs serait bénéfique. 

 

Pour Iwata, la question d'une restructuration ne se pose pas pour le moment, puisqu'il estime que ce sont surtout les fluctuations du yen sur le marché monétaire qui affectent le plus les comptes de Nintendo, plutôt que les coûts de personnel. Par exemple, les 2,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires enregistrés en 2012 correspondent à environ 230 milliards de yens. En 2007, les ventes étaient de 2.8 milliards de dollars, mais cela correspondait à un peu plus de 327 milliards de yens. Les résultats de la firme, annoncés en yens sont donc très fortement dépendants du marché monétaire. 

 

Le dirigeant refuse pour l'heure de réduire ses effectifs, arguant que « dans notre industrie, il y a des hauts et des bas chaque année ou presque », avant d'ajouter que « si nous réduisons notre personnel pour de meilleurs résultats à court terme, le moral de nos employés baisserait et je doute sincèrement que des employés qui ont peur d'être licenciés soient capables de créer des jeux qui pourront impressionner le monde entier ».

La Wii U au centre des débats

Autre sujet brûlant : la Wii U. Cette fois-ci, il n'est pas directement question de ses ventes, mais de l'absence relative d'éditeurs tiers sur la plateforme. Selon Iwata, ces derniers n'ont pas profité du lancement de la console pour proposer de titres originaux.

 

En effet, ils ont pour la plupart porté des titres déjà sortis depuis un moment, ne pouvant donc pas profiter de bons niveaux de ventes. Il est vrai que le choix d'EA, pour ne citer que celui-là, de ressortir Mass Effect 3 un an après son lancement, n'était peut-être pas le plus judicieux pour accompagner une nouvelle console. Mais sur ce point, Nintendo n'est pas tout blanc puisque l'éditeur n'a pas non plus vraiment proposé de titres originaux, pas plus que de nouvelles déclinaisons de ses licences phares comme Mario Kart ou encore Zelda, hormis Super Mario Bros U.

 

Le dirigeant souligne également que l'attitude des éditeurs japonais et des Occidentaux n'était pas la même. Au Japon, ils supportent ardemment la Wii U, tandis que les Occidentaux ont des réactions très variables, les uns abandonnant presque la console, tandis que les autres continuent de la soutenir. 

 

Si l'on en croit le responsable, le soutien des éditeurs américains et européens n'est pas négligeable, puisque de nombreux titres comme Watch Dogs, Skylanders ou Batman Arkham Origins sont attendus sur Wii U et aucun d'entre eux n'est un jeu à petit budget. De plus, d'autres titres provenant de ces éditeurs n'ont pas encore été annoncés, mais seraient également en cours de développement sur Wii U. Iwata continue donc de croire en sa console de salon, il reste maintenant à voir comment celle-ci se comportera lors des fêtes de fin d'année où elle devra composer avec la PlayStation 4 et la Xbox One.

142

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Le yen, le meilleur ennemi de Nintendo

La Wii U au centre des débats

Commentaires (142)


Le 08/07/2013 à 08h 16

Voilà.

Ca c’est un vrai patron.


Le 08/07/2013 à 08h 21



si nous réduisons notre personnel pour de meilleurs résultats à court terme, le moral de nos employés baisserait et je doute sincèrement que des employés qui ont peur d’être licenciés soient capables de créer des jeux qui pourront impressionner le monde entier





Si les patrons pouvaient un peu plus penser comme ça, ils réaliseraient à quel point le moral des employés peut jouer sur la compétitivité de leur entreprise. Bravo M. Iwata <img data-src=" />


dada55 Abonné
Le 08/07/2013 à 08h 26

Ouais, m’enfin, la culture du travail n’est pas la même ici qu’au Japon, hein. Je peux me tromper, mais aux dernières nouvelles, c’était pas vraiment tout rose de bosser sur cette ile.


Le 08/07/2013 à 08h 30

Bien <img data-src=" />

Bonne réaction



Mais je ne suis pas certain que si le yen serait plus haut, il aurait eu la même réponse.


Citan666 Abonné
Le 08/07/2013 à 08h 30







Drepanocytose a écrit :



Voilà.

Ca c’est un vrai patron.





Pas mieux.<img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 08h 32







Murazor a écrit :



Si les patrons pouvaient un peu plus penser comme ça, ils réaliseraient à quel point le moral des employés peut jouer sur la compétitivité de leur entreprise. Bravo M. Iwata <img data-src=" />



A nuancer tout de même… Tout le monde n’est pas Nintendo et a les reins assez solides pour garder tout le monde.



Le 08/07/2013 à 08h 34

Depuis quand ils sont communistes au Japon???? Un petit coup de Carlos Ghosn ne leur ferait pas de mal à Nintendo <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 08h 38







dada55 a écrit :



Ouais, m’enfin, la culture du travail n’est pas la même ici qu’au Japon, hein. Je peux me tromper, mais aux dernières nouvelles, c’était pas vraiment tout rose de bosser sur cette ile.





Me semble que ça c’est un peu améliorer, les jeunes n’étant plus “300% boulot/entreprise” mais ça reste quand même différent d’ici.



Constance Abonné
Le 08/07/2013 à 08h 39

Chapeau bas :)


Le 08/07/2013 à 08h 39

Bah… On verra bien si c’est une bonne décision d’ici un ou deux ans. Mais tot ou tard, si Nintendo remonte pas la pente, ils risquent quand meme d’avoir des soucis et de finir par licencier.


Le 08/07/2013 à 08h 39







FunnyD a écrit :



Depuis quand ils sont communistes au Japon???? Un petit coup de Carlos Ghosn ne leur ferait pas de mal à Nintendo <img data-src=" />







je pense surtout que le patron de nintendo fait confiance à l’envie de bosser de ces employés



Le 08/07/2013 à 08h 41







feuille_de_lune a écrit :



je pense surtout que le patron de nintendo fait confiance à l’envie de bosser de ces employés







Et aussi qu’ils se font de la pub au passage.



Le 08/07/2013 à 08h 45

Trop de sociétés font des bénéfices colossaux, et se permettent de licencier !!



Bien sûr, c’est facile de dire “On a fait un bénéfice net en recule de xx millions”, mais ça reste un bénéfice <img data-src=" />



Toute société faisant un bénéfice, devrait être TRES LOURDEMENT taxées si elle licencie.



Mais comme Gouvernement / Actionnaires / Dirigeants, sont souvent les mêmes, un bon licenciement, ça permet d’engranger un peu plus de bénéfice, et tout le monde ferme les yeux.


Le 08/07/2013 à 08h 49

Ça existe encore des patrons comme ça?

Et la compétitivité, hein, qu’est-ce qu’il en fait cet anarcho-communo-gaulliste? <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 08h 53







feuille_de_lune a écrit :



je pense surtout que le patron de nintendo fait confiance à l’envie de bosser de ces employés





C’était une blague <img data-src=" />, j’approuve évidement cette politique, ca va de plus remotiver si il y en avait besoin, les salariés de Nintendo.



plumachau a écrit :



Trop de sociétés font des bénéfices colossaux, et se permettent de licencier !!



Bien sûr, c’est facile de dire “On a fait un bénéfice net en recule de xx millions”, mais ça reste un bénéfice <img data-src=" />



Toute société faisant un bénéfice, devrait être TRES LOURDEMENT taxées si elle licencie.



Mais comme Gouvernement / Actionnaires / Dirigeants, sont souvent les mêmes, un bon licenciement, ça permet d’engranger un peu plus de bénéfice, et tout le monde ferme les yeux.





Je ne suis pas d’accord, il vaut mieux une société qui licencie 10% suand elle fait des bénéfices, qu’une autre qui licencie 30 % quand elle fait des pertes, diriger une entreprise, c’est aussi prévoir. Par contre, les licenciements qui ne servent qu’à augmenter les dividendes sont eux, réellement scandaleux.



Le 08/07/2013 à 08h 55

Je pense que le fait qu’Iwata a commencé tout en bas de l’échelle chez Nintendo, en tant que programmeur, avant de gravir les échelons doit beaucoup jouer dans sa vision de la culture d’entreprise.



C’est sûr que c’est pas en France avec nos grands patrons-héritiers qu’on verrait ça…


Le 08/07/2013 à 08h 55

Bravo Nintendo. <img data-src=" />



Maintenant refaites des vraies consoles (de salon) et j’achète. <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 08h 57

C’est de belles paroles, et c’est rares de voir un patron défendre une telle vision.

On verra ce que ça donne sur la durée. De toute façon la WiiU manque de hits Nintendo, donc trancher dans les studios maison n’aiderait pas actuellement.


Le 08/07/2013 à 08h 58







Steelskin Kupo a écrit :



Je pense que le fait qu’Iwata a commencé tout en bas de l’échelle chez Nintendo, en tant que programmeur, avant de gravir les échelons doit beaucoup jouer dans sa vision de la culture d’entreprise.



C’est sûr que c’est pas en France avec nos grands patrons-héritiers qu’on verrait ça…





Ou en auto-entrepreneur mdr xD



Le 08/07/2013 à 08h 59

Bravo à Satoru Iwata !

Enfin un patron qui pense autrement qu’avec son porte-monnaie.

Si les patrons français pourraient en prendre de la graine, plutôt que de pleurer à propos des charges pour cacher leur nullité…











DeadEye a écrit :



A nuancer tout de même… Tout le monde n’est pas Nintendo et a les reins assez solides pour garder tout le monde.







Ca, c’est une excuse bidon, et ce, même dans les PME. Les entreprises françaises sont riches, et il y a suffisamment de travail pour ne pas avoir à licencier, et même à embaucher. Mais les patrons de PME augmentent sans arrêt leurs revenus car ils pensent devenir riches car ils ont été élevés dans l’idée qu’un patron, ça devenait forcément riche. Résultat, ils empochent plus de pognon maintenant, mais ils oublient que c’est au détriment du développement de leurs sociétés. Ils ne voyent que sur le court terme. Iwata voit à plus long terme car il sait qu’un jeu vidéo ou une nouvelle console, ça ne se développe pas en un mois, et que si les employés sont démotivés, ils ne vont pas concevoir de bons produits.




Le 08/07/2013 à 09h 02







plumachau a écrit :



Trop de sociétés font des bénéfices colossaux, et se permettent de licencier !!



Bien sûr, c’est facile de dire “On a fait un bénéfice net en recule de xx millions”, mais ça reste un bénéfice <img data-src=" />



Toute société faisant un bénéfice, devrait être TRES LOURDEMENT taxées si elle licencie.



Mais comme Gouvernement / Actionnaires / Dirigeants, sont souvent les mêmes, un bon licenciement, ça permet d’engranger un peu plus de bénéfice, et tout le monde ferme les yeux.







Ce que tu proposes, en plus d’être idiot, c’est le meilleur moyen de bloquer complètement les embauches. Plus personne ne va embaucher s’il est impossible de licencier (c’est ce qui se passe en France depuis longtemps : une entreprise embauche uniquement lorsqu’elle est absolument certaine de pouvoir gérer ce nouvel employé sur le long terme).



Si une entreprise a un site A qui réalise 10 millions de bénéfice, et un site B qui réalise 5 millions de pertes, on interdit de licencier, comme ça l’entreprise fera faillite 2 ans plus tard ? En voilà une idée qu’elle est bonne.



Le 08/07/2013 à 09h 03







FunnyD a écrit :



C’était une blague <img data-src=" />, j’approuve évidement cette politique, ca va de plus remotiver si il y en avait besoin, les salariés de Nintendo.





Désolé, j’avais pas tout de suite tilté.



ça sent le manque de caféine toussa toussa



Le 08/07/2013 à 09h 04

J’espère d’ailleurs que la valeur du yen va baisser / se maintenir d’ici la fin de la semaine, il faut que je change une liasse d’euros.


Le 08/07/2013 à 09h 04







moi1000 a écrit :



Ca, c’est une excuse bidon, et ce, même dans les PME. Les entreprises françaises sont riches, et il y a suffisamment de travail pour ne pas avoir à licencier, et même à embaucher. Mais les patrons de PME augmentent sans arrêt leurs revenus car ils pensent devenir riches car ils ont été élevés dans l’idée qu’un patron, ça devenait forcément riche. Résultat, ils empochent plus de pognon maintenant, mais ils oublient que c’est au détriment du développement de leurs sociétés. Ils ne voyent que sur le court terme. Iwata voit à plus long terme car il sait qu’un jeu vidéo ou une nouvelle console, ça ne se développe pas en un mois, et que si les employés sont démotivés, ils ne vont pas concevoir de bons produits.







Ah ouais, t’en tiens une belle couche quand même. Tu sais qu’énormément de patrons ne se payent pas pendant des années, avant de finalement pouvoir se dégager un demi-smic ? Le tout sans avoir droit aux allocations chômage en cas de pépin, pour lesquelles ils cotisent pourtant.



Le 08/07/2013 à 09h 13







moi1000 a écrit :



Bravo à Satoru Iwata !

Enfin un patron qui pense autrement qu’avec son porte-monnaie.

Si les patrons français pourraient en prendre de la graine, plutôt que de pleurer à propos des charges pour cacher leur nullité…









Ca, c’est une excuse bidon, et ce, même dans les PME. Les entreprises françaises sont riches, et il y a suffisamment de travail pour ne pas avoir à licencier, et même à embaucher. Mais les patrons de PME augmentent sans arrêt leurs revenus car ils pensent devenir riches car ils ont été élevés dans l’idée qu’un patron, ça devenait forcément riche. Résultat, ils empochent plus de pognon maintenant, mais ils oublient que c’est au détriment du développement de leurs sociétés. Ils ne voyent que sur le court terme. Iwata voit à plus long terme car il sait qu’un jeu vidéo ou une nouvelle console, ça ne se développe pas en un mois, et que si les employés sont démotivés, ils ne vont pas concevoir de bons produits.





+1



Le 08/07/2013 à 09h 19







moi1000 a écrit :



Bravo à Satoru Iwata !

Enfin un patron qui pense autrement qu’avec son porte-monnaie.

Si les patrons français pourraient en prendre de la graine, plutôt que de pleurer à propos des charges pour cacher leur nullité…









Ca, c’est une excuse bidon, et ce, même dans les PME. Les entreprises françaises sont riches, et il y a suffisamment de travail pour ne pas avoir à licencier, et même à embaucher. Mais les patrons de PME augmentent sans arrêt leurs revenus car ils pensent devenir riches car ils ont été élevés dans l’idée qu’un patron, ça devenait forcément riche. Résultat, ils empochent plus de pognon maintenant, mais ils oublient que c’est au détriment du développement de leurs sociétés. Ils ne voyent que sur le court terme. Iwata voit à plus long terme car il sait qu’un jeu vidéo ou une nouvelle console, ça ne se développe pas en un mois, et que si les employés sont démotivés, ils ne vont pas concevoir de bons produits.







Tu veux dire que si le travail peut être fait à 7 salariés, le patron doit en garder 9 ou 10 ? C’est un contresens économique.



Le 08/07/2013 à 09h 22







Freud a écrit :



Ah ouais, t’en tiens une belle couche quand même. Tu sais qu’énormément de patrons ne se payent pas pendant des années, avant de finalement pouvoir se dégager un demi-smic ? Le tout sans avoir droit aux allocations chômage en cas de pépin, pour lesquelles ils cotisent pourtant.





Comme au casino, beaucoup de joueurs perdent, d’autres rentrent dans leurs frais, et seul quelques uns décrochent le pactole. Ca ne rend pas pour autant les petits et moyens joueurs plus sympathiques.



Le 08/07/2013 à 09h 23







metaphore54 a écrit :



Tu veux dire que si le travail peut être fait à 7 salariés, le patron doit en garder 9 ou 10 ? C’est un contresens économique.







Et 9 personnes feront le travail mieux, plus vite et dans des conditions de sécurité nécessairement meilleures.



Le 08/07/2013 à 09h 24







Freud a écrit :



Ah ouais, t’en tiens une belle couche quand même. Tu sais qu’énormément de patrons ne se payent pas pendant des années, avant de finalement pouvoir se dégager un demi-smic ? Le tout sans avoir droit aux allocations chômage en cas de pépin, pour lesquelles ils cotisent pourtant.







Mais bien sûr !!!

Je peux presque entendre les violons. Ca me donne envie de lâcher une larme.

Ces fameux patrons “pauvres”, ils sont du même genre que certains qui font la manche en te faisant croire qu’ils ont un handicap. C’est du pipeau complet, car de l’argent, ils en récupère autrement. Il y a même eu dans le coin un patron-pleureur qui s’est fait chopper pour avoir fait du boulot au noir. Alors forcément, ce sont des chiffres qui n’entre pas en compte dans le chiffre d’affaires de la société, et donc officiellement, il ne peut pas gagner beaucoup d’argent, mais derrière, il s’en faisait un paquet. Faut arrêter de pleurer pour ces voyous qui ne pensent qu’à eux.

Qu’ils prennent exemple sur Iwata !



Le 08/07/2013 à 09h 26







blob741 a écrit :



Et 9 personnes feront le travail mieux, plus vite et dans des conditions de sécurité nécessairement meilleures.





Faut il encore avoir suffisamment de contrat pour avoir les 9.



Le 08/07/2013 à 09h 27







moi1000 a écrit :



Mais bien sûr !!!

Je peux presque entendre les violons. Ca me donne envie de lâcher une larme.

Ces fameux patrons “pauvres”, ils sont du même genre que certains qui font la manche en te faisant croire qu’ils ont un handicap. C’est du pipeau complet, car de l’argent, ils en récupère autrement. Il y a même eu dans le coin un patron-pleureur qui s’est fait chopper pour avoir fait du boulot au noir. Alors forcément, ce sont des chiffres qui n’entre pas en compte dans le chiffre d’affaires de la société, et donc officiellement, il ne peut pas gagner beaucoup d’argent, mais derrière, il s’en faisait un paquet. Faut arrêter de pleurer pour ces voyous qui ne pensent qu’à eux.

Qu’ils prennent exemple sur Iwata !







Je confirme : tu en tiens une belle couche.



Tu me sors un exemple, et tu en fais une généralité.



Bref. Faut pas s’étonner de l’état du pays avec des mentalités comme ça.



Le 08/07/2013 à 09h 28







metaphore54 a écrit :



Tu veux dire que si le travail peut être fait à 7 salariés, le patron doit en garder 9 ou 10 ? C’est un contresens économique.







Non du tout.

Pour l’exemple de la news, les actionnaires estiment que le même boulot peut être fait par moins d’employés, mais comme le dit Iwata, ça va influer sur d’autres facteurs qu’il faut prendre en compte. Si les employés viennent bosser en touriste car ils pensent qu’ils vont se faire virer, le coût pour l’entreprise risque d’être plus élevé que si ils gardent tous les employés, qui de fait resteront motivés, voir même gagneront de la motivation en voyant que leur patron ne les prend pas pour des kleenex.









Freud a écrit :



Ah ouais, t’en tiens une belle couche quand même. Tu sais qu’énormément de patrons ne se payent pas pendant des années, avant de finalement pouvoir se dégager un demi-smic ? Le tout sans avoir droit aux allocations chômage en cas de pépin, pour lesquelles ils cotisent pourtant.





Je ne le vois pas comme ca.

Tant que son entreprise est viable, le business et la “plus-value” qu’elle génère sont en quelque sorte du capital injecté dans cette entreprise, qui au final appartient au patron, donc ca reste une forme de benef pour le patron.



Un peu comme si le patron en question se versait un bon salaire qu’il convertissait aussitôt en le reinjectant sous forme de capital dans son entreprise.



Le salarié ne “s’enrichit” QUE par son salaire, le patron s’enrichit à la fois par son salaire et par la “valeur” de l’entreprise qu’il possède. C’est TOUTE la différence.



Le 08/07/2013 à 09h 31







Freud a écrit :



Je confirme : tu en tiens une belle couche.



Tu me sors un exemple, et tu en fais une généralité.



Bref. Faut pas s’étonner de l’état du pays avec des mentalités comme ça.







Mais moi au moins, je sors un exemple. Et c’est sûrement pas le seul dans ce cas.

C’est donc plutôt à cause de la mentalité de ces gens-là (ou toi, vu que tu les soutiens) que la France va mal, tout ça par simple égoïsme de quelques personnes qui voyent pas plus loin que le bout de leurs nez



L’actionnariat, le fléau du 21ème siècle………. <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 09h 32

Pour les communistes en herbe qui trainent sur le topic, petit rappel de base : une entreprise a pour but de gagner de l’argent. Pas de faire du social.



Quand je lis des conneries du genre “toutes les PME sont riches”, ça me fait peur de voir la déconnexion avec la réalité de certains.



À les croire, il suffit de créer une entreprise pour automatiquement voir de l’argent rentrer, et donc les patrons qui licencient sont forcément des salauds puisqu’ils ont de l’argent (ben oui, ils ont une entreprise, ils sont donc forcément riches).



Si c’est si simple que ça, montez votre entreprise, vous verrez. Je rigolerai bien quand vous ferez partie des patrons qui ne peuvent pas se payer car ils doivent payer des factures et qu’il ne reste plus rien. Enfin, ça, c’est dans l’hypothétique cas où vous montez votre entreprise, ce qui ne risque pas d’arriver, de toute évidence.


Le 08/07/2013 à 09h 33







metaphore54 a écrit :



Faut il encore avoir suffisamment de contrat pour avoir les 9.







Là dessus on est d’accord, mais l’hypothèse de départ me semblait être, on en a 9, on peut le faire à 7, on en prend 2, on leur fait creuser un trou, une balle pour 2 et on maximise les profits.



Même sur le principe de licencier quand on fait un bénéfice, ça ne me choque pas. Je placerait la limite dans le licenciement pour augmenter la rentabilité au détriment des conditions de travail de ceux qui restent.



Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 09h 33







blob741 a écrit :



Et 9 personnes feront le travail mieux, plus vite et dans des conditions de sécurité nécessairement meilleures.



ou pas.

le contraire peut être vrai aussi : pas assez de boulot, tout le monde se tire dans les pattes. j’ai déjà vu ce cas pas mal de fois.



Le 08/07/2013 à 09h 34

Beau gosse Iwata!



Mais qu’en pense elpetio ? C’est ça qui intéresse les français !


Le 08/07/2013 à 09h 34

au moins c’est poser ouvertement après si virer il y a faut commencer par les actionnaires hahaha ^^


Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 09h 35







Drepanocytose a écrit :



Je ne le vois pas comme ca.

Tant que son entreprise est viable, le business et la “plus-value” qu’elle génère sont en quelque sorte du capital injecté dans cette entreprise, qui au final appartient au patron, donc ca reste une forme de benef pour le patron.



Un peu comme si le patron en question se versait un bon salaire qu’il convertissait aussitôt en le reinjectant sous forme de capital dans son entreprise.



Le salarié ne “s’enrichit” QUE par son salaire, le patron s’enrichit à la fois par son salaire et par la “valeur” de l’entreprise qu’il possède. C’est TOUTE la différence.



la valeur de l’entreprise, tant que celle-ci n’est pas vendue, est 100% virtuelle. tout comme les plus-values sur des actions : tant que tu ne vends pas, c’est du virtuel. c’est TOUTE la différence.



Le 08/07/2013 à 09h 35

Ah ben ça change du sempiternel:







“Total a réalisé en 2012 15 milliards de dollars de bénéfice, ce qui représente une perte de 5% de bénéfice par rapport à 2011. Aussi, Total va licencier cinquante mile employés en 2013 pour rester à flot. N’oubliez pas de faire votre plein chez Total sur les aires d’autoroutes et bonnes vacances.”



Monsieur Iwata, je vous dis bravo.








Koubiacz a écrit :



L’actionnariat, le fléau du 21ème siècle………. <img data-src=" />





Non, l’actionnariat n’est pas un mauvais système par nature.

C’est le manque de contrôle de l’actionnarait, sa toute-puissance par rapport au salariat depuis quelques temps et la repartition des benefs entr les deux qui devient de plus en plus inégale qui est le vrai souci.



Comme pas mal de systèmes, c’est pas le système qui est mauvais, c’est sa régulation et sa gestion quotidienne…



Eagle1 Abonné
Le 08/07/2013 à 09h 36







plumachau a écrit :



Trop de sociétés font des bénéfices colossaux, et se permettent de licencier !!



Bien sûr, c’est facile de dire “On a fait un bénéfice net en recule de xx millions”, mais ça reste un bénéfice <img data-src=" />



Toute société faisant un bénéfice, devrait être TRES LOURDEMENT taxées si elle licencie.



Mais comme Gouvernement / Actionnaires / Dirigeants, sont souvent les mêmes, un bon licenciement, ça permet d’engranger un peu plus de bénéfice, et tout le monde ferme les yeux.







n’importe quoi. tu n peux pas juger uniquement sur le bénéfice.



une entreprise est quelque chose de privé, elle appartient à son propriétaire.

Si je proposait une loi obligeant les foyers qui finissent le mois à plus de 50 eurs de bénéfice à embaucher une femme de ménage tu trouverais ça normal ?









Patch a écrit :



la valeur de l’entreprise, tant que celle-ci n’est pas vendue, est 100% virtuelle. tout comme les plus-values sur des actions : tant que tu ne vends pas, c’est du virtuel. c’est TOUTE la différence.





Bien sûr que c’est virtuel.

Mais (et je dis bien mais), quand le patron vend il est le seul à faire des gros benefs dessus.

Ca me parait donc justifié que tant qu’il ne vend pas, il soit le seul à en pâtir.



On ne peut pas prôner la culture du risque et sous-entendre en même temps qu’il faudrait gagner à tous les coups, c’est pas bien logique.



Le 08/07/2013 à 09h 38

Facile de ne jamais licencier, il suffit de ne pas embaucher <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 09h 38







moi1000 a écrit :



Non du tout.

Pour l’exemple de la news, les actionnaires estiment que le même boulot peut être fait par moins d’employés, mais comme le dit Iwata, ça va influer sur d’autres facteurs qu’il faut prendre en compte. Si les employés viennent bosser en touriste car ils pensent qu’ils vont se faire virer, le coût pour l’entreprise risque d’être plus élevé que si ils gardent tous les employés, qui de fait resteront motivés, voir même gagneront de la motivation en voyant que leur patron ne les prend pas pour des kleenex.





re +1







Freud a écrit :



Pour les communistes en herbe qui trainent sur le topic, petit rappel de base : une entreprise a pour but de gagner de l’argent. Pas de faire du social.



Quand je lis des conneries du genre “toutes les PME sont riches”, ça me fait peur de voir la déconnexion avec la réalité de certains.



À les croire, il suffit de créer une entreprise pour automatiquement voir de l’argent rentrer, et donc les patrons qui licencient sont forcément des salauds puisqu’ils ont de l’argent (ben oui, ils ont une entreprise, ils sont donc forcément riches).



Si c’est si simple que ça, montez votre entreprise, vous verrez. Je rigolerai bien quand vous ferez partie des patrons qui ne peuvent pas se payer car ils doivent payer des factures et qu’il ne reste plus rien. Enfin, ça, c’est dans l’hypothétique cas où vous montez votre entreprise, ce qui ne risque pas d’arriver, de toute évidence.





Presque envie de dire, quand tu monte ta boite tu te renseigne sur l’état du marché, les possibles clients etc … enfin quand tu fait ça bien ^^.



Le 08/07/2013 à 09h 39







moi1000 a écrit :



Non du tout.

Pour l’exemple de la news, les actionnaires estiment que le même boulot peut être fait par moins d’employés, mais comme le dit Iwata, ça va influer sur d’autres facteurs qu’il faut prendre en compte. Si les employés viennent bosser en touriste car ils pensent qu’ils vont se faire virer, le coût pour l’entreprise risque d’être plus élevé que si ils gardent tous les employés, qui de fait resteront motivés, voir même gagneront de la motivation en voyant que leur patron ne les prend pas pour des kleenex.







Les actionnaires ne sont pas tous des connaisseurs, certains qui ne sont là que pour le court terme et en ont rien à faire si l’entreprise fait des bourdes et ferme les portes dans 3 ou 4 ans tant qu’ils ont leurs gains pour partir investir ailleurs.



Ce que je veux dire un travail qui doit être fait à 7, certains actionnaires vont demander qu’ils ne soient que 5, juste pour toucher leur bénéfice sans s’occuper des conséquences pour l’entreprise, le pdg est là justement pour p^rendre les bonnes décisions pour la pérennité de son entreprise.



Le 08/07/2013 à 09h 45







Eagle1 a écrit :



n’importe quoi. tu n peux pas juger uniquement sur le bénéfice.



une entreprise est quelque chose de privé, elle appartient à son propriétaire.

Si je proposait une loi obligeant les foyers qui finissent le mois à plus de 50 eurs de bénéfice à embaucher une femme de ménage tu trouverais ça normal ?





Les entreprises ont une responsabilité envers l’économie le chômage mène à la récession dans le system actuel et comme la récession mène au chômage…cercle vicieux.



Le 08/07/2013 à 09h 45

Mouais, quand on regarde la source de l’info, en fait il n’y a eu qu’une question sur le thème des licenciements, et pas avec grande insistance:





Both the sales of the last fiscal year and the year before have dropped to a level of 600 billion yen, but around the year 2000, sufficient profit was made even at a similar level of sales. You have suffered operating losses in the recent two fiscal years, but I believe you could have made the same level of profit as before if your cost structures had been equal. If high costs were the reason, shouldn’t you have carried out corporate restructuring?





Pas de quoi jeter des fleurs à Iwata, il ne s’est pas courageusement opposé à une demande forcenée des actionnaires (mythe du gentil patron à l’ancienne qui défendrait bec et ongle ses salariés), il ne fait que rendre des comptes suite à la baisse/stagnation des profits.


Le 08/07/2013 à 09h 46







nucl3arsnake a écrit :



Presque envie de dire, quand tu monte ta boite tu te renseigne sur l’état du marché, les possibles clients etc … enfin quand tu fait ça bien ^^.







Ca veut pas dire pour autant que ça va marcher. Quand tu montes une boite (Surtout en informatique), c’est souvent quitte ou double, même quand tu fais les choses en bien.



Le 08/07/2013 à 09h 48

Je m’incline !

Aie ! Putain de bureau de merde


Le 08/07/2013 à 09h 48







Wen84 a écrit :



Ca veut pas dire pour autant que ça va marcher. Quand tu montes une boite (Surtout en informatique), c’est souvent quitte ou double, même quand tu fais les choses en bien.





Oui enfin y’a pas que l’informatique comme boite, et c’est partout pareil.



Là j’ai un ancien collègue qui a monté sa boite il a fait des contrat AVANT de créer sa boite pour commencer avec qqch …



Après y’a bien faire et bien faire ^^









Wen84 a écrit :



Ca veut pas dire pour autant que ça va marcher. Quand tu montes une boite (Surtout en informatique), c’est souvent quitte ou double, même quand tu fais les choses en bien.





C’est le jeu.

Le fait que tu puisses “doubler” la mise en t’aidant du travail d’autrui justifie que tu puisses perdre la mise.

Et reciproquement, le fait que tu puisses être le seul à perdre ta mise justifie qu’en cas de succès, les benefs sont pour toi.



Schématiquement, hein.



Le 08/07/2013 à 09h 49







moi1000 a écrit :



Mais bien sûr !!!

Je peux presque entendre les violons. Ca me donne envie de lâcher une larme.

Ces fameux patrons “pauvres”, ils sont du même genre que certains qui font la manche en te faisant croire qu’ils ont un handicap. C’est du pipeau complet, car de l’argent, ils en récupère autrement. Il y a même eu dans le coin un patron-pleureur qui s’est fait chopper pour avoir fait du boulot au noir. Alors forcément, ce sont des chiffres qui n’entre pas en compte dans le chiffre d’affaires de la société, et donc officiellement, il ne peut pas gagner beaucoup d’argent, mais derrière, il s’en faisait un paquet. Faut arrêter de pleurer pour ces voyous qui ne pensent qu’à eux.

Qu’ils prennent exemple sur Iwata !





<img data-src=" /> non mais allo, Iwata un exemple a suivre mais quelle vision il a ce monsieur !

La Wii U est un bide, de grand éditeur s’en détourne car c”est de la merde.



c’est 100 % des employées qui va se retrouvé sur le carreau d’ici 5 ans



Ashuura Abonné
Le 08/07/2013 à 09h 52

Bravo M. IWATA pour cette image véhiculée <img data-src=" />



<img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 09h 56







Drepanocytose a écrit :



Non, l’actionnariat n’est pas un mauvais système par nature.

C’est le manque de contrôle de l’actionnarait, sa toute-puissance par rapport au salariat depuis quelques temps et la repartition des benefs entr les deux qui devient de plus en plus inégale qui est le vrai souci.



Comme pas mal de systèmes, c’est pas le système qui est mauvais, c’est sa régulation et sa gestion quotidienne…







L’actionnariat est surtout un contre-pouvoir au patron (à moins que le patron soit devenu un contre pouvoir à l’actionnariat ?), genre démocratie censitaire. Mais au final patron ou actionnaire, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, tous les deux sont des représentants du capital, s’entendant sur le but de tirer un max de profit mais différents parfois sur les méthodes. Les salariés eux n’ont pas un tel contre-pouvoir, alors qu’ils produisent tout, si ce n’est un CE pour négocier un garage à vélo et une machine à café. Le capital contre le travail.



Le 08/07/2013 à 10h 00







Freud a écrit :



Pour les communistes en herbe qui trainent sur le topic, petit rappel de base : une entreprise a pour but de gagner de l’argent. Pas de faire du social.

(…)







Je me laisse rêver qu’un jour on puisse dire qu’une entreprise c’est la pour gagner de l’argent ET faire du social… ça serait une bien bonne avancée.



Sinon, je reconnais une certaine vérité dans tes propos : j’ai eu quelques expériences dans 2 ou 3 PME, assez neuves (plus ou moins 1 an et demi, 2 ans), où les dirigeants ne pouvaient se virer un salaire et vivaient sur leurs économies (dans un cas, il a préféré me gratifier d’une petite somme pour mon boulot de stagiaire plutôt de se payer un peu… en bonhomme fort bien sympa <img data-src=" />)



Le 08/07/2013 à 10h 13

“Moi j’ai pas besoin de travail, le salaire me suffit” ^^

L’avenir économique de la rationalisation, c’est le revenu de base inconditionnel.


Le 08/07/2013 à 10h 22

Je me demande bien qui sont ces actionnaires qui réfléchissent avec … ben rien.



Nintendo a besoin de sortir des jeux … et qui va les lui faire sinon ses petits employés.



Idem côté hardware où Nintendo doit déjà plancher sur ses futures consoles.



Bref, il faut du monde aujourd’hui.



Parce que côté éditeurs tiers, ils se sont bien gavé pendant des années sur DS et Wii mais fuient le navire au moindre petit accroc …


Le 08/07/2013 à 10h 23







malock a écrit :



Je me laisse rêver qu’un jour on puisse dire qu’une entreprise c’est la pour gagner de l’argent ET faire du social… ça serait une bien bonne avancée.





Oui, et puis c’est pas comme si les entreprises n’avait aucun rôle social. ^^



C’est un peu comme si on disais, les arbres ont pour but de faire du bois, pas de faire de l’ombre…



Le 08/07/2013 à 10h 25







Freud a écrit :



Pour les communistes en herbe qui trainent sur le topic, petit rappel de base : une entreprise a pour but de gagner de l’argent. Pas de faire du social.







Ça se discute quand même.

La bonne vision serait surement une combinaison des deux.



Le 08/07/2013 à 10h 27







maestro321 a écrit :



Oui, et puis c’est pas comme si les entreprises n’avait aucun rôle social. ^^



C’est un peu comme si on disais, les arbres ont pour but de faire du bois, pas de faire de l’ombre…











Reznor26 a écrit :



Ça se discute quand même.

La bonne vision serait surement une combinaison des deux.







Absolument !

<img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 10h 35







Drepanocytose a écrit :



Voilà.

Ca c’est un vrai patron.







Un vrai patron ? Si prendre des mauvaises décisions c’est être un “patron”, oui ont peu dire qu’il est un très bon patron <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 10h 36







Industriality a écrit :



Un vrai patron ? Si prendre des mauvaises décisions c’est être un “patron”, oui ont peu dire qu’il est un très bon patron <img data-src=" />





Faire des erreurs ne fait pas de toi un mauvais patron, il ne faut juste pas en faire de trop. Je ne connais aucun patron qui n’a pas fait d’erreur.



Le 08/07/2013 à 10h 44







nucl3arsnake a écrit :



Oui enfin y’a pas que l’informatique comme boite, et c’est partout pareil.



Là j’ai un ancien collègue qui a monté sa boite il a fait des contrat AVANT de créer sa boite pour commencer avec qqch …



Après y’a bien faire et bien faire ^^







Ben justement comme tu dis bien faire c’est subjectif. Les boites qui réussissent le mieux sont souvent celles qui ont pris le plus de risque et qui dit risque dit echec potentiel. Et non y a pas que l’informatique comme boite, mais on est sur un site de quoi ? D’informatique. Et non, c’est pas partout pareil. Tu montes pas une boite d’informatique, comme un magasin de lingerie.



Le 08/07/2013 à 10h 45







Drepanocytose a écrit :



C’est le jeu.

Le fait que tu puisses “doubler” la mise en t’aidant du travail d’autrui justifie que tu puisses perdre la mise.

Et reciproquement, le fait que tu puisses être le seul à perdre ta mise justifie qu’en cas de succès, les benefs sont pour toi.



Schématiquement, hein.





C’est exactement ce que je viens de dire hein :p



Le 08/07/2013 à 10h 46







Reznor26 a écrit :



Ça se discute quand même.

La bonne vision serait surement une combinaison des deux.





Je connais aucune entreprise privé qui a pour objectif de faire du social.









Wen84 a écrit :



Je connais aucune entreprise privé qui a pour objectif de faire du social.





Il y a pourtant tout un tas de scoop, d’entreprises communautaristes, de fonds de placement éthiques, etc…



C’est parce que la société ne leur assigne pas ce rôle social et leur laisse comme seul but le pognon à tout prix, que les entreprises ne font pas de social.

On pourrait très bien imaginer des politiques publiques / fiscales / les deux qui orienteraient ou inciteraient les entreprises à vraiment faire du social..



Le 08/07/2013 à 10h 50







feuille_de_lune a écrit :



Désolé, j’avais pas tout de suite tilté.



ça sent le manque de caféine toussa toussa





En même temps je n’avais pas mis de smileys <img data-src=" /> par forcement facile de voir l’ironie <img data-src=" />



Zlebouffon a écrit :



Beau gosse Iwata!



Mais qu’en pense elpetio ? C’est ça qui intéresse les français !





Faut virer les arabes <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 10h 53







Wen84 a écrit :



Je connais aucune entreprise privé qui a pour objectif de faire du social.







Et je crois que c’est bien dommage…

Mon petit avis perso, c’est de penser qu’en faisant du social avec ses employés, on obtient le meilleur de leurs talents. Autrement dit, en les voyant autrement d’une machine à abattre du boulot, le tout avance mieux…



PS : je connais un patron de PME particulièrement qui est très sensible à tout cela. Je n’hésiterai pas à rejoindre son aventure même si le salaire y est faible pour m’assurer un taff où il fait bon y aller.



Le 08/07/2013 à 10h 53







Wen84 a écrit :



Je connais aucune entreprise privé qui a pour objectif de faire du social.





Dans l’absolu, c’est vrai, car une boite qui fait trop de social va se faire bouffer par les concurrents. Aprés ca n’empeche pas d’en faire un petit peu.



Le 08/07/2013 à 10h 54







Freud a écrit :



Si c’est si simple que ça, montez votre entreprise, vous verrez. Je rigolerai bien quand vous ferez partie des patrons qui ne peuvent pas se payer car ils doivent payer des factures et qu’il ne reste plus rien. Enfin, ça, c’est dans l’hypothétique cas où vous montez votre entreprise, ce qui ne risque pas d’arriver, de toute évidence.









Je suis désolé, mais je paye des factures, tu paies des factures, tous les lecteurs de PC INpact paient des factures. Si ces patrons ne sont pas foutu de faire leur boulot correctement, qu’ils prennent un balai et fassent homme ou femme de ménage : ça demande aucune compétence particulière.



Il ne faut pas oublier que dans une entreprise, on peut très bien la faire tourner sans patron (ça s’appelle une coopérative) alors que sans ses employés, le patron ne peut rien faire.









FunnyD a écrit :



Dans l’absolu, c’est vrai, car une boite qui fait trop de social va se faire bouffer par les concurrents. Aprés ca n’empeche pas d’en faire un petit peu.





Non, dans l’absolu c’est faux.

Ce sont les règles éco actuelles qui créent cet état de fait, c’est en fait très relatif.

Encore une fois, on pourrait orienter le marché du travail avec des politiques pour renforcer le rôle social des entreprises.



Le 08/07/2013 à 10h 55







Drepanocytose a écrit :



Il y a pourtant tout un tas de scoop, d’entreprises communautaristes, de fonds de placement éthiques, etc…



C’est parce que la société ne leur assigne pas ce rôle social et leur laisse comme seul but le pognon à tout prix, que les entreprises ne font pas de social.

On pourrait très bien imaginer des politiques publiques / fiscales / les deux qui orienteraient ou inciteraient les entreprises à vraiment faire du social..







Correctif, je connais aucune entreprise qui fait VRAIMENT du social xD









Wen84 a écrit :



Correctif, je connais aucune entreprise qui fait VRAIMENT du social xD





Il y a des bailleurs de logement social privé.



Encore une fois, ce n’est possible que par incitation, parce que si on laisse la nature humaine faire toute seule (comme on fait actuellement) avec cette chimère de l’autorégulation, c’est toute la merde de la nature humaine qui prend le pas : cupidité, etc….



Le 08/07/2013 à 10h 59







Drepanocytose a écrit :



Non, dans l’absolu c’est faux.

Ce sont les règles éco actuelles qui créent cet état de fait, c’est en fait très relatif.

Encore une fois, on pourrait orienter le marché du travail avec des politiques pour renforcer le rôle social des entreprises.







L’objectif premier d’une entreprise c’est de produire quelque chose qui rapporte quelque chose. Le social n’est pas un objectif en soi, car il n’apporte rien à une entreprise. Par contre, il peut en découler. On peut très bien faire marcher une boite, tout en gardant une vision social en tete. Mais désolé, je joue peut etre sur les mots, mais pour moi, ce n’est pas en soi un objectif.



Le 08/07/2013 à 11h 01







Drepanocytose a écrit :



Il y a des bailleurs de logement social privé.



Encore une fois, ce n’est possible que par incitation, parce que si on laisse la nature humaine faire toute seule (comme on fait actuellement) avec cette chimère de l’autorégulation, c’est toute la merde de la nature humaine qui prend le pas : cupidité, etc….







+1



Si des lois sont faites dans ce sens, ça pourra profiter à tous les Français. Mais pour celà, il faut d’abord faire des lois qui gênent grandement la délocalisation.



Le 08/07/2013 à 11h 02







malock a écrit :



Et je crois que c’est bien dommage…

Mon petit avis perso, c’est de penser qu’en faisant du social avec ses employés, on obtient le meilleur de leurs talents. Autrement dit, en les voyant autrement d’une machine à abattre du boulot, le tout avance mieux…



PS : je connais un patron de PME particulièrement qui est très sensible à tout cela. Je n’hésiterai pas à rejoindre son aventure même si le salaire y est faible pour m’assurer un taff où il fait bon y aller.





Ça fait parti de la rentabilité, une entreprise où il fait de vivre. Certaine entreprises ont créé une salle de repos pour permettre à ses employés de faire la sieste, d’autres des contrats pour masser ses employés etc…, mais au final c’est positif pour la rentabilité, sinon ça n’aurait aucun intérêt.









Wen84 a écrit :



L’objectif premier d’une entreprise c’est de produire quelque chose qui rapporte quelque chose. Le social n’est pas un objectif en soi, car il n’apporte rien à une entreprise. Par contre, il peut en découler. On peut très bien faire marcher une boite, tout en gardant une vision social en tete. Mais désolé, je joue peut etre sur les mots, mais pour moi, ce n’est pas en soi un objectif.





Non, le but premier d’une entreprise c’est de produire quelque chose et d’arriver à l’équilibre en faisant vivre decemment les gens qui participent à cette entreprise.. POINT.

Le profit, et surtout le toujours plus de profit, n’est pas une fin en soi. Je répète : il y a des entreprises qui ne cherchent QUE l’équilibre pour continuer, et pas le profit…



Alors après c’est pratique d’argumenter la survie des entreprises grâce à l’investissement et au profit à tout prix, que les entreprises grossissent et tout le tralala, mais grossir et se diversifier n’est pas une fin en soi.

Il y a des petits entrepreneurs qui ne veulent SURTOUT PAS grossir.



Le 08/07/2013 à 11h 03







Drepanocytose a écrit :



Il y a des bailleurs de logement social privé.



Encore une fois, ce n’est possible que par incitation, parce que si on laisse la nature humaine faire toute seule (comme on fait actuellement) avec cette chimère de l’autorégulation, c’est toute la merde de la nature humaine qui prend le pas : cupidité, etc….





Mais j’imagine que leur objectif ça reste de faire du fric, sinon il aurait coulé depuis le temps ^^



Le 08/07/2013 à 11h 05







Wen84 a écrit :



Ben justement comme tu dis bien faire c’est subjectif. Les boites qui réussissent le mieux sont souvent celles qui ont pris le plus de risque et qui dit risque dit echec potentiel. Et non y a pas que l’informatique comme boite, mais on est sur un site de quoi ? D’informatique. Et non, c’est pas partout pareil. Tu montes pas une boite d’informatique, comme un magasin de lingerie.





D’où l’interet des enquetes avant =).



Sans oublier les boites qui lapide l’argent l’année d’ouverture sans passer aux impôts, etc …



Je pense que beaucoup ne font pas le bon travail en amont









Wen84 a écrit :



Mais j’imagine que leur objectif ça reste de faire du fric, sinon il aurait coulé depuis le temps ^^





T’imagine mal. Leur objectif c’est de payer leurs salariés, d’assurer des loyer décents et un petit profit pour investir et seulement pour investir.

Rien d’autre.



Après evidemment c’est pas tout rose, il y en a qui profiitent du système pour s’enrichir indûment.



On vous a bien pourri le cerveau avec ce profit et ce toujours plus de profit comme fondement unique des entreprises, c’est incroyable…



Le 08/07/2013 à 11h 08







Drepanocytose a écrit :



Non, le but premier d’une entreprise c’est de produire quelque chose et d’arriver à l’équilibre en faisant vivre decemment les gens qui participent à cette entreprise.. POINT.





Pour marcher une boite à besoin de faire du fric, c’est tout. Tout le reste n’est que supplément.

On peut se faire des illusions. Moi je m’en fais pas, le niveau de France qu’on a actuellement dans les pays riches est avant tout, parce que derrière y a des gens qui bossent comme des tarés pour nous le fournir. Oui, on pourrait dire que c’est la vision d’un gros . Mais en fait non, c’est juste la vision d’un gars qui se fait pas d’illusion.



Le 08/07/2013 à 11h 08







Drepanocytose a écrit :



T’imagine mal. Leur objectif c’est de payer leurs salariés, d’assurer des loyer décents et un petit profit pour investir et seulement pour investir.

Rien d’autre.

..





Et pour ça faut faire du fric, non j’imagine très bien.



Maintenant, tu peux t’imaginer que mon cerveau est endoctriné ou je sais pas quel *, ce genre d’insinuation me fait juste rire. Ma pensé est libre, juste elle ne te plait pas.



Le 08/07/2013 à 11h 10







nucl3arsnake a écrit :



D’où l’interet des enquetes avant =).



Sans oublier les boites qui lapide l’argent l’année d’ouverture sans passer aux impôts, etc …



Je pense que beaucoup ne font pas le bon travail en amont







Sans doute, mais j’insisite, mais en faisant toutes les enquetes que tu veux. Tu n’as rien sans prendre un risque à un moment où à un autre, à moins d’etre un gros chanceux. Forcement, tu vas avoir de la concurrence, des imprévues…

Après je suis d’accord avec toi pour bien faire les choses, faut bien s’y préparer.









Wen84 a écrit :



Et pour ça faut faire du fric, non j’imagine très bien.





Putain c’est quoi que tu ne comprends pas entre faire du fric pour arriver à l’équilibre plus un petit pécule pour l’invest, et faire du fric pour cet équilibre et le petit pécule d’invest PLUS un gros profit ?

Sans le gros profit, ca marche aussi !



C’est le gros profit qui n’est pas une fin en soi.



Le 08/07/2013 à 11h 10







Drepanocytose a écrit :



T’imagine mal. Leur objectif c’est de payer leurs salariés, d’assurer des loyer décents et un petit profit pour investir et seulement pour investir.

Rien d’autre.







Pas de cash de coté pour les moments difficile et pour se protéger d’un rachat d’une entreprise concurrente ?



Le 08/07/2013 à 11h 11







Drepanocytose a écrit :



Non, dans l’absolu c’est faux.

Ce sont les règles éco actuelles qui créent cet état de fait, c’est en fait très relatif.

Encore une fois, on pourrait orienter le marché du travail avec des politiques pour renforcer le rôle social des entreprises.





Mais à quel niveau effecturais tu cette orientation?









metaphore54 a écrit :



Pas de cash de coté pour les moments difficile et pour se protéger d’un rachat d’une entreprise concurrente ?





Evidemment que si. Je schématisais seulement.

Par contre, le profit pour le profit et encore plus de profit, ce n’est pas le but.



Edit : sinon pour se faire racheter quand on est pas en bourse, ce n’est possible que si tu veux vendre je crois.



Le 08/07/2013 à 11h 13







Wen84 a écrit :



Sans doute, mais j’insisite, mais en faisant toutes les enquetes que tu veux. Tu n’as rien sans prendre un risque à un moment où à un autre, à moins d’etre un gros chanceux. Forcement, tu vas avoir de la concurrence, des imprévues…

Après je suis d’accord avec toi pour bien faire les choses, faut bien s’y préparer.





Et pas tout misé sur le gros risque, parce qu’en cas d’échec perdre toute une boite juste sur ça :s









FunnyD a écrit :



Mais à quel niveau effecturais tu cette orientation?





Là où ca fait mal : le fisc, pour commencer.

Ensuite conditionner (vraiment) les aides aux entreprises à un rôle social. On les aide beaucoup en ce moment, mais sans aucune contrepartie ou presque.

Plus plein d’auters choses, mais je ne suis pas économiste ni politicien, d’autres pourraient avoir de bonnes idées.



Edit : et d’ailleurs cette incitation fiscale on la fait déjà : credit d’impot pour installations d’entreprises en ZUP, etc…



Le 08/07/2013 à 11h 15







Drepanocytose a écrit :



Putain c’est quoi que tu ne comprends pas entre faire du fric pour arriver à l’équilibre plus un petit pécule pour l’invest, et faire du fric pour cet équilibre et le petit pécule d’invest PLUS un gros profit ?

Sans le gros profit, ca marche aussi !



C’est le gros profit qui n’est pas une fin en soi.





Hey mollo.

Je comprends tout à fait la vision de la petite boite, qui veut produire juste ce dont elle a besoin. Mais je comprends aussi la grosse boite dont la nécessité et de ne pas se faire avaler et pour ça y a pas 36 solutions.

Maintenant, tu peux chercher un équilibre. On en cherche tous. Si une boite peut produire, tout en fournissant un bon niveau de vie à ses employées, elle le fera. Mais au final, l’équilibre a toujours été dicté par le plus fort, jusqu’à preuve du contraire, ça a toujours été ainsi.



Eagle1 Abonné
Le 08/07/2013 à 11h 16







Stargateur a écrit :



Les entreprises ont une responsabilité envers l’économie le chômage mène à la récession dans le system actuel et comme la récession mène au chômage…cercle vicieux.







oui elles ont une responsabilité et très souvent les “grosses” l’oublient et préfèrent les dividendes à court terme (ce qui ressemble très fortement à nos sytèmes politiques d’ailleurs, que l’on maintient malgré tout).



mais il ne faut jamais oublier qu’a l’origine, elles sont la propriété privé de quelques personnes.



Le 08/07/2013 à 11h 16







Drepanocytose a écrit :



Evidemment que si. Je schématisais seulement.

Par contre, le profit pour le profit et encore plus de profit, ce n’est pas le but.







Bah si pour faire tout ça, tu dois investir plus que tes concurrents, c’est une compétition, si il doit y avoir des règles, elles doivent être appliquées à tout les concurrents au niveau nationale pour un secteur qui ne sort pas de la frontière et internationale pour une entreprise qui exporte.



Pour le premier cas c’est faisable pour le second cas c’est infaisable.



Le 08/07/2013 à 11h 17







nucl3arsnake a écrit :



Et pas tout misé sur le gros risque, parce qu’en cas d’échec perdre toute une boite juste sur ça :s





Ca dépent d’énormement de facteur. En général, beaucoup de petites boites décollent vite, parce que justement malgré les risques, elles ont pas grand chose à perdre. Contrairement à une boite énorme, qui se retrouve vite avec des marges de manoeuvres limités.



Le 08/07/2013 à 11h 17







Wen84 a écrit :



Et pour ça faut faire du fric, non j’imagine très bien.



Maintenant, tu peux t’imaginer que mon cerveau est endoctriné ou je sais pas quel *, ce genre d’insinuation me fait juste rire. Ma pensé est libre, juste elle ne te plait pas.







Certes ta pensée est libre.

C’est dingue tout de même ce rapport au gros sous…

Des thunes des thunes des thunes… rien à foutre de l’humain… je veux des pépètes !

Je caricature, pas taper…



Le 08/07/2013 à 11h 18







Wen84 a écrit :



Ca dépent d’énormement de facteur. En général, beaucoup de petites boites décollent vite, parce que justement malgré les risques, elles ont pas grand chose à perdre. Contrairement à une boite énorme, qui se retrouve vite avec des marges de manoeuvres limités.





Sauf qu’une petite boite qui mise tout si elle ce plante elle a pas de fond pour ce “réparé”. Alors qu’une grosse peux plus facilement avoir de l’argent de coté ^^



Le 08/07/2013 à 11h 19







Drepanocytose a écrit :



Là où ca fait mal : le fisc, pour commencer.

Ensuite conditionner (vraiment) les aides aux entreprises à un rôle social. On les aide beaucoup en ce moment, mais sans aucune contrepartie ou presque.

Plus plein d’auters choses, mais je ne suis pas économiste ni politicien, d’autres pourraient avoir de bonnes idées.



Edit : et d’ailleurs cette incitation fiscale on la fait déjà : credit d’impot pour installations d’entreprises en ZUP, etc…





Oui, mais si tu fais cela au niveau franco francais, je ne suis pas sur que l’économie francaise encaisse cela bien, il faudrait faire cela au niveau européen et il faudrait le faire aprés avoir redressé les économies européennes.









FunnyD a écrit :



Oui, mais si tu fais cela au niveau franco francais, je ne suis pas sur que l’économie francaise enca





Je vois l’argument même si ton post n’est pas complet….

Evidemment c’est d’une prise de conscience au niveau mondial qu’il faut le faire….



Ce qui n’empêche pas de pénaliser non plus les entreprises qui font vraiment que de la merde dans ce domaine (ou dans celui de l’environnement, qui se rejoignent) : par exemple droits de douane sur les produits bridés trop polluants ou qui font bosser des gosses (ce qui peut s’apparenter à une forme de dumping, donc de concurrence déloyale, etc.)



Le 08/07/2013 à 11h 22







malock a écrit :



Certes ta pensée est libre.

C’est dingue tout de même ce rapport au gros sous…

Des thunes des thunes des thunes… rien à foutre de l’humain… je veux des pépètes !

Je caricature, pas taper…





Tu ne caricatures pas, il suffit de regarder le “trésor de guerre” des grosses sociétés.



Le 08/07/2013 à 11h 22







FunnyD a écrit :



Oui, mais si tu fais cela au niveau franco francais, je ne suis pas sur que l’économie francaise encaisse cela bien, il faudrait faire cela au niveau européen et il faudrait le faire aprés avoir redressé les économies européennes.







Peut être dans le bâtiment à condition que ça ne décourage pas les entreprises étrangère à investir en France.



Le 08/07/2013 à 11h 24

et bah la prochaine fois faudra surtout sortir une vraie console, et pas un attrape couillon, ca a marché une fois, ca marche pas deux apparement… et j’ai peur qu’il ne reste meme pas de troisieme tentative.


Le 08/07/2013 à 11h 26







chaton51 a écrit :



et bah la prochaine fois faudra surtout sortir une vraie console, et pas un attrape couillon, ca a marché une fois, ca marche pas deux apparement… et j’ai peur qu’il ne reste meme pas de troisieme tentative.







Nintendo n’a pas encore perdu, surtout qu’à l’heure actuelle la wii U est la console la plus vendue des next gen. <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 11h 27







chaton51 a écrit :



et bah la prochaine fois faudra surtout sortir une vraie console, et pas un attrape couillon, ca a marché une fois, ca marche pas deux apparement… et j’ai peur qu’il ne reste meme pas de troisieme tentative.





Laquelle?









chaton51 a écrit :



et bah la prochaine fois faudra surtout sortir une vraie console, et pas un attrape couillon, ca a marché une fois, ca marche pas deux apparement… et j’ai peur qu’il ne reste meme pas de troisieme tentative.





Pas sûr.

Pour l’instant tout le monde est en mode attentiste sur la PS4 et la XBO, et la seule vraie comparaison possible c’est avec l’image de ces deux consoles nextgen.



Quand elles sortiront et qu’on verra leurs vrais défauts (au choix : prix des jeux, fiabilité, problèmes de DRM possibles, occasion, etc.), là on pourra vraiment comparer et voir.



Le 08/07/2013 à 11h 35







malock a écrit :



Certes ta pensée est libre.

C’est dingue tout de même ce rapport au gros sous…

Des thunes des thunes des thunes… rien à foutre de l’humain… je veux des pépètes !

Je caricature, pas taper…





Il y a une chose qu’il faut comprendre. Ma vision n’est pas : “Des thunes des thunes des thunes… rien à foutre de l’humain”

Oui, tu caricatures, mais j’ai envie de dire : C’est dingue cette vision noir ou blanc que les gens ont. Moi, je préfére voir les choses en gris (Ou en couleurs, c’est plus jolie).



Le 08/07/2013 à 11h 36







metaphore54 a écrit :



Peut être dans le bâtiment à condition que ça ne décourage pas les entreprises étrangère à investir en France.





Dans le batiment? Ma femme y a travaillé, c’est en grande majorité un milieu d’escroc, ca leur ferait les pieds <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 11h 40







Freud a écrit :



Ce que tu proposes, en plus d’être idiot, c’est le meilleur moyen de bloquer complètement les embauches. Plus personne ne va embaucher s’il est impossible de licencier (c’est ce qui se passe en France depuis longtemps : une entreprise embauche uniquement lorsqu’elle est absolument certaine de pouvoir gérer ce nouvel employé sur le long terme).



Si une entreprise a un site A qui réalise 10 millions de bénéfice, et un site B qui réalise 5 millions de pertes, on interdit de licencier, comme ça l’entreprise fera faillite 2 ans plus tard ? En voilà une idée qu’elle est bonne.







On restructure, et on transfert les pertes sur les bénéfices, ça s’appel de la gestion de personnel, et ça évite les licenciement.



Mais tu n’es pas concerné par le chaumage et la crise, tant mieux pour toi?



Le 08/07/2013 à 11h 44

Je pense qu’il n’est pas utile de parler de social ou PME dans le cas de nintendo.



La position de iwata est juste du bon sens à mon avis. Nintendo n’a pas encore sortie de gros titre sur WiiU, ils entame une transition vers les jeux “HD” avec leur console et ils devraient licencier?



Il vaut mieux garder les équipes et voir ce qu’elle arrivent à produire comme valeur “commerciale” plutôt que de commencer à licencier au tout début de cette génération…



Les licenciements, ils y penseront après avoir fini les gros projets en fonction du retour sur investissement, en espérant que cette position soit suivie des faits. <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 11h 47







Wen84 a écrit :



Si une boite peut produire, tout en fournissant un bon niveau de vie à ses employées, elle le fera. Mais au final, l’équilibre a toujours été dicté par le plus fort par la boîte qui placera le plus de pognon dans les paradis, jusqu’à preuve du contraire, ça a toujours été ainsi.





<img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 11h 49

Un entreprise se doit de s’adapter continuellement à son environnement. Licencier ou ne pas licencier ne devrait pas dépendre d’une “vague idéologie sur l’état d’esprit de ses employés” mais de l’état et des perspectives de l’entreprises. Par ailleurs une entreprise peut très bien être bénéficiaire à un temps t mais mal organisé pour répondre au défis futurs. Etre manager d’une société c’est avant tout tenter de prévoir l’avenir et organiser la société en ce sens. De plus l’améliorations des performances est non seulement souhaitable pour une entreprise mais il est économiquement indispensable et moralement vertueuse. La remise en cause permanente des stratégies, de l’offre et des moyens de productions est le seul vecteur permettant d’assurer la pérennité d’une entreprise.


Le 08/07/2013 à 11h 52







Wen84 a écrit :



Il y a une chose qu’il faut comprendre. Ma vision n’est pas : “Des thunes des thunes des thunes… rien à foutre de l’humain”

Oui, tu caricatures, mais j’ai envie de dire : C’est dingue cette vision noir ou blanc que les gens ont. Moi, je préfére voir les choses en gris (Ou en couleurs, c’est plus jolie).







Oui, ce n’était pas lié particulièrement à ta vision (je t’ai cité toi car disons que tu es “plutôt accès dans la défense du modèle des gros sous” (à nuancer bien sûr)).

Je crois tout de même que la majorité des salariés sont dans des sociétés où le gris tend vers le noir… Il y a en a donc aussi qui tendent vers le blanc mais cela m’apparaît bien trop minoritaire.



Le 08/07/2013 à 12h 00







Misesboy a écrit :



Un entreprise se doit de s’adapter continuellement à son environnement. Licencier ou ne pas licencier ne devrait pas dépendre d’une “vague idéologie sur l’état d’esprit de ses employés” mais de l’état et des perspectives de l’entreprises. Par ailleurs une entreprise peut très bien être bénéficiaire à un temps t mais mal organisé pour répondre au défis futurs. Etre manager d’une société c’est avant tout tenter de prévoir l’avenir et organiser la société en ce sens. De plus l’améliorations des performances est non seulement souhaitable pour une entreprise mais il est économiquement indispensable et moralement vertueuse. La remise en cause permanente des stratégies, de l’offre et des moyens de productions est le seul vecteur permettant d’assurer la pérennité d’une entreprise.







“les perspectives de l’entreprise” : avec ça, tout est justifié ! Parfait !

On retrouve un groupe comme Michelin, qui ferme une première usine à Poitiers, envoie une grosse partie des salariés à Tours (cimer pour la famille !) et fini, 5 ans après par fermer l’usine de Tours : “mais vous comprenez bien, la perspective de l’entreprise est de faire plein de blé (pour en faire de la farine), les objectifs sont donc de déplacer la production en Pologne et au Brésil”



Le 08/07/2013 à 12h 06



Au Japon, ils supportent ardemment la Wii U





Hein ?



Voila qu’il troll maintenant <img data-src=" />


Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 11







Drepanocytose a écrit :



Bien sûr que c’est virtuel.

Mais (et je dis bien mais), quand le patron vend il est le seul à faire des gros benefs dessus.

Ca me parait donc justifié que tant qu’il ne vend pas, il soit le seul à en pâtir.



On ne peut pas prôner la culture du risque et sous-entendre en même temps qu’il faudrait gagner à tous les coups, c’est pas bien logique.



le risque se monnaye mais seulement s’il est gagnant, sur ce point on est d’accord <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 12h 14







malock a écrit :



Oui, ce n’était pas lié particulièrement à ta vision (je t’ai cité toi car disons que tu es “plutôt accès dans la défense du modèle des gros sous” (à nuancer bien sûr)).

Je crois tout de même que la majorité des salariés sont dans des sociétés où le gris tend vers le noir… Il y a en a donc aussi qui tendent vers le blanc mais cela m’apparaît bien trop minoritaire.





Bah, encore faut il définir ce qu’est le noir et le blanc, à part une vision binaire et subjective. Je défends pas un systeme plutot qu’un autre. Pour moi, les systemes ne sont différents que dans la forme, dans le fond ils sont tous pareils.

Persos, la majorité des gens que je connais ne sont pas à plaindre. En France, en règle général, on est pas à plaindre. En fait, je trouve meme parfois scandaleux de voir certaines personnes se plaindre de leurs petites conditions, alors qu’on vit mille fois mieux que dans certains pays.

Mais à l’echelle terrestre, ma vision est que je doute qu’on puisse etre plus d’un ou deux milliard (Et encore je vise large) à vivre comme nous en France. Alors soit on accepte ce principe, soit on essaye de rechercher un VERITABLE équilibre, mais ça me semble juste utopique.



Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 19







Wiistiti a écrit :



Pas de quoi jeter des fleurs à Iwata, il ne s’est pas courageusement opposé à une demande forcenée des actionnaires (mythe du gentil patron à l’ancienne qui défendrait bec et ongle ses salariés), il ne fait que rendre des comptes suite à la baisse/stagnation des profits.



mais il aurait aussi pu dire qu’il commencait à penser à lacher du lest. sauf que comme il a dit ca aurait démotivé tout le monde, et surtout un employé est une ressource et non une source de coûts (ce que peu de patrons ont compris).



Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 24







malock a écrit :



Je me laisse rêver qu’un jour on puisse dire qu’une entreprise c’est la pour gagner de l’argent ET faire du social… ça serait une bien bonne avancée.



justement ca n’a jamais été le rôle d’une entreprise, et ne le sera jamais tant qu’on aura une économie capitaliste ;)



Le 08/07/2013 à 12h 25







Patch a écrit :



mais il aurait aussi pu dire qu’il commencait à penser à lacher du lest. sauf que comme il a dit ca aurait démotivé tout le monde, et surtout un employé est une ressource et non une source de coûts (ce que peu de patrons ont compris).





Une ressource qui ne peut être exploité pour diverses raisons est un coût, une ressource doit être utilisé au plus proche possible du 100%.



Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 30







metaphore54 a écrit :



Une ressource qui ne peut être exploité pour diverses raisons est un coût, une ressource doit être utilisé au plus proche possible du 100%.



oui mais pour beaucoup de patrons, un employé n’est pas une ressource, uniquement un centre de coûts qu’il faut diminuer au max (quitte à produire de la merde, facon human centipede).



Le 08/07/2013 à 12h 32







Patch a écrit :



oui mais pour beaucoup de patrons, un employé n’est pas une ressource, uniquement un centre de coûts qu’il faut diminuer au max (quitte à produire de la merde, facon human centipede).







L’équilibre est difficile à trouver et des fois tu dois te séparer d’employés utiles pour survivre.



Le 08/07/2013 à 12h 34







Patch a écrit :



justement ca n’a jamais été le rôle d’une entreprise, et ne le sera jamais tant qu’on aura une économie capitaliste ;)







Je suppose que les deux peuvent cohabiter. Je sais pas…

Tu as peut-être raison…

Je ne suis pas un grand fan de ce modèle capitaliste dans lequel nous vivons. Nous savons qu’il évolue… je préfère garder en tête que nous allons le faire évoluer dans le bon sens…

J’suis peut-être qu’un p’tit rêveur abruti… tant pis !



Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 34







metaphore54 a écrit :



L’équilibre est difficile à trouver et des fois tu dois te séparer d’employés utiles pour survivre.



là je ne parlais pas de survivre, juste de faire plus de fric <img data-src=" />



Citan666 Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 40







Freud a écrit :



Pour les communistes en herbe qui trainent sur le topic, petit rappel de base : une entreprise a pour but de gagner de l’argent. Pas de faire du social.



Quand je lis des conneries du genre “toutes les PME sont riches”, ça me fait peur de voir la déconnexion avec la réalité de certains.



À les croire, il suffit de créer une entreprise pour automatiquement voir de l’argent rentrer, et donc les patrons qui licencient sont forcément des salauds puisqu’ils ont de l’argent (ben oui, ils ont une entreprise, ils sont donc forcément riches).



Si c’est si simple que ça, montez votre entreprise, vous verrez. Je rigolerai bien quand vous ferez partie des patrons qui ne peuvent pas se payer car ils doivent payer des factures et qu’il ne reste plus rien. Enfin, ça, c’est dans l’hypothétique cas où vous montez votre entreprise, ce qui ne risque pas d’arriver, de toute évidence.





Autant je suis d’accord que le “toutes les PME sont riches” c’est une connerie bien grasse, autant faudrait vraiment arrêter avec ce principe foireux.



Une entreprise n’est pas là pour “gagner de l’argent”. Elle est là pour s’insérer dans la socété en proposant un service ou un produit bénéfique à la communauté.

Bien entendu, cela implique de dégager des bénéfices, pour engager de nouveaux projets, survivre à une mauvaise passe, etc. Comme un particulier qui met de l’argent de côté pour les coups durs. Comme l’écureuil qui fait sa provision de noisettes pour l’hiver.

Mais l’argent n’est pas et ne doit pas être la fin, uniquement le moyen.

Pour ceux qui souhaiteraient me contredire, je les invite auparavant à réfléchir à la sémantique des deux termes généralement utilisés pour désigner ces entités : “entreprise” et “société”. Ainsi qu’à la genèse de ces entités.<img data-src=" />



Si certains veulent poursuivre la discussion, on peut aussi ouvrir un topic sur le forum pour une fois… <img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 12h 43







Patch a écrit :



là je ne parlais pas de survivre, juste de faire plus de fric <img data-src=" />







Oui, je l’ai rajouté car les cas existent, mais la difficulté à trouver un équilibre est valable. Un employeur ne souhaite pas se séparer d’employés qui sont rentable, à part les investisseurs à court termes personne ne le souhaite.




Patch Abonné
Le 08/07/2013 à 12h 47







metaphore54 a écrit :



Oui, je l’ai rajouté car les cas existent, mais la difficulté à trouver un équilibre est valable. Un employeur ne souhaite pas se séparer d’employés qui sont rentable, à part les investisseurs à court termes personne ne le souhaite.





tu te trompes, il y en a qui sont assez cons pour les faire fuir et ne garder que les lèche-culs. j’ai déjà vu le cas, des mecs ultra-compétents à qui on aurait pu demander des trucs géniaux se sont barrés et rien n’a été fait pour les retenir, et à côté d’autres qui vivent, mangent, boivent et dorment pour la société mais pas supers dans leur boulot, ils cherchaient à les garder en les faisant grimper dans les postes.



Le 08/07/2013 à 12h 53







Patch a écrit :



tu te trompes, il y en a qui sont assez cons pour les faire fuir et ne garder que les lèche-culs. j’ai déjà vu le cas, des mecs ultra-compétents à qui on aurait pu demander des trucs géniaux se sont barrés et rien n’a été fait pour les retenir, et à côté d’autres qui vivent, mangent, boivent et dorment pour la société mais pas supers dans leur boulot, ils cherchaient à les garder en les faisant grimper dans les postes.







Oui, mais là tu reste sur les cas franco français, un des rares endroits ou la compétence et le boulot ne te fait pas monter. Les grandes surfaces font comme les anglo saxons, donc cherchent la compétence dans les employés avant d’aller chercher pas forcément compétents ailleurs.



Le 08/07/2013 à 13h 08



Nintendo refuse de licencier, malgré les demandes de certains actionnaires



En même temps on pouvait s’en douter avec un moustachu communiste en guise de mascotte.<img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 13h 14

Plus globalement, on peut pondre le meilleur système du monde, tant que le facteur humain n’est pas éliminé, il sera perverti, et quelque soit la position de la personne dans le système.



Ex 1. Le communisme

Ex 2. Le capitalisme

Ex 3. La politique

Ex 4. La gestion des HLM (vu que l’on oppose le social à l’entreprise)

etc.


Un vrai patron, Iwata <img data-src=" />



Certains devraient sérieusement en prendre de la graine, comme récemment Zynga qui a embauché Don Mattrick pour des millions de dollars alors qu’ils ont licencié plusieurs centaines de personnes quelques mois auparavant. Si ça, ce n’est pas scandaleux… <img data-src=" />


Le 08/07/2013 à 14h 29







malock a écrit :



Je me laisse rêver qu’un jour on puisse dire qu’une entreprise c’est la pour gagner de l’argent ET faire du social… ça serait une bien bonne avancée.







Ca se faisait avant… j’arrive pas du tout à me rappeler le nom de ce type de fonctionnement (Saint-Gobin le faisait: système de retraie interne, mise en place de colonie de vacance pour les enfants d’ouvrier, système de santé, bourse scolaire etc.) La gauche et les syndicats ont péter çà.



Citan666 Abonné
Le 08/07/2013 à 14h 49







Patch a écrit :



tu te trompes, il y en a qui sont assez cons pour les faire fuir et ne garder que les lèche-culs. j’ai déjà vu le cas, des mecs ultra-compétents à qui on aurait pu demander des trucs géniaux se sont barrés et rien n’a été fait pour les retenir, et à côté d’autres qui vivent, mangent, boivent et dorment pour la société mais pas supers dans leur boulot, ils cherchaient à les garder en les faisant grimper dans les postes.





Je confirme, j’ai vu pareil dans une boîte, où le management du grand patron à base de “je sais tout j’ai toujours raison”, “j’ai confiance mais je supervise tout” combiné à une mise en échec systémique (genre donner 5 jours pour une mission qui en demande objectivement le double, ou feindre d’en savoir plus sur un domaine qu’un mec qui y bosse depuis des années) produit un climat où seuls les planqués et les arrivistes peuvent survivre. Le plus triste étant que tout autre état d’esprit est voué à disparaître, soit que le salarié choisisse une des deux “catégories” suscitées, soit qu’il se barre.



Résultat, la plupart des gens brillants et de bonne volonté se tirent, ceux qui restent tirent les sonnettes d’alarme, tandis que le big boss reste dans sa tour dans les nuages, tel Saroumane… <img data-src=" />



Citan666 Abonné
Le 08/07/2013 à 14h 57







CryoGen a écrit :



Ca se faisait avant… j’arrive pas du tout à me rappeler le nom de ce type de fonctionnement (Saint-Gobin le faisait: système de retraie interne, mise en place de colonie de vacance pour les enfants d’ouvrier, système de santé, bourse scolaire etc.) La gauche et les syndicats ont péter çà.





Salauds de gauche ! <img data-src=" /><img data-src=" />

À cause d’eux, on doit subir une protection sociale que de nombreux pays nous envient… À commencer par une partie des (citoyens) américains, où perdure le système précité dans lequel l’entreprise gère elle-même les services “sociaux” dont bénéficient ses salariés. Ce qui assure une protection allant de minable à excellente selon la politique de l’entreprise et le status du salarié.



Cela étant, ça commence à revenir en France, surtout pour les grandes entreprises, notamment dans les domaines où le pouvoir public commence clairement à défaillir (gestion des crèches en tête). Les patrons recommencent à comprendre qu’une personne qui s’inquiète de sa situation personnelle ou familiale, c’est une personne pas concentrée, donc pas efficace.<img data-src=" />









Murazor a écrit :



Si les patrons pouvaient un peu plus penser comme ça, ils réaliseraient à quel point le moral des employés peut jouer sur la compétitivité de leur entreprise. Bravo M. Iwata <img data-src=" />





comprend pas. Suffit de virer les employés pas motivés, justement parce qu’ils influencent négativement l’équipe.





<img data-src=" />



Le 08/07/2013 à 16h 37







CryoGen a écrit :



Ca se faisait avant… j’arrive pas du tout à me rappeler le nom de ce type de fonctionnement (Saint-Gobin le faisait: système de retraie interne, mise en place de colonie de vacance pour les enfants d’ouvrier, système de santé, bourse scolaire etc.) La gauche et les syndicats ont péter çà.





On appelait ça le paternalisme, citroen était assez connu pour ça.Mais il y a eu ce qu’on appelle un beau revers à cette technique, quand certains patrons un peu trop “paternels”, finissaient par enclaver leurs ouvriers et les payer avec une monnaie de singe qui était utilisable seulement dans les infrastructures construites par l’entreprise qui les embauchait.



Le 08/07/2013 à 19h 04

Xavier niel version japonais <img data-src=" />








moi1000 a écrit :



Mais moi au moins, je sors un exemple. Et c’est sûrement pas le seul dans ce cas.

C’est donc plutôt à cause de la mentalité de ces gens-là (ou toi, vu que tu les soutiens) que la France va mal, tout ça par simple égoïsme de quelques personnes qui voyent pas plus loin que le bout de leurs nez





Bon je suis un peu a la ramasse sur ce com, mais sincerement quand je vois ca je saute au plafond !

T’as cree une entreprise dans ta vie ? Visiblement non ! T’en as dirige une ? Visiblement pas non plus. Alors quand on ne connait pas on la ferme sagement et on evite de dire des conneries.



J’ai ete entrepreneur personnellement avec plusieurs periodes sans aucun salaire (ba oui quand ton client, une municipalite te paye pas …), par contre les salaries eux etaient payes, l’URSSAF et tous ces voleurs eux etaient payes. Faut arreter de reflechir avec le JT de TF1. Des vereux il y en a partout, y compris chez les salaries, mais globalement les “petits” patrons sont ceux qui font vivre l’economie et sont dans l’ecrasante majorite treeeees loin du stereotype que tu veux faire passer. Tu es tout juste ridicule.



Le 09/07/2013 à 07h 48







zemarsu a écrit :



J’ai ete entrepreneur personnellement avec plusieurs periodes sans aucun salaire (ba oui quand ton client, une municipalite te paye pas …), par contre les salaries eux etaient payes, l’URSSAF et tous ces voleurs eux etaient payes. Faut arreter de reflechir avec le JT de TF1. Des vereux il y en a partout, y compris chez les salaries, mais globalement les “petits” patrons sont ceux qui font vivre l’economie et sont dans l’ecrasante majorite treeeees loin du stereotype que tu veux faire passer. Tu es tout juste ridicule.









  1. Un client te paye pas, tu le poursuis en justice. Point.

  2. Tu dis que l’URSSAF sont des voleurs, mais sans eux, pas de sécurité sociale. Alors tu devais pas tant manquer d’argent que ça, si tu pouvais te passer de la Sécu et payer une bonne grosse mutuelle.

  3. le journal de TF1 va plutôt dans ton sens. Ca doit être toi qui doit regarder Pernaut chaque début d’après midi

  4. J’ai bossé dans pas mal de PME, et non, les patrons de PME sont bien pour la plupart comme ça. Ca magouille autant que les patrons du CAC40. A des niveaux moins élevés bien sûr, mais ça magouille autant.



Le 09/07/2013 à 20h 11

Bonjour

voila un patronj qui a de la morale et non pas comme ces actionnaires qui lorqu’ils n’ont plus les gains escomptés ils se débarassent des ouvriers comme des “kleenex”. Ce sont ces gens là qui génèrent le chômage dans un seul but mercantile. Lorsqu’il faudra régler les comptes ces ceux la qu’il ne faudra pas oublier.


Citan666 Abonné
Le 10/07/2013 à 08h 57







moi1000 a écrit :





  1. Un client te paye pas, tu le poursuis en justice. Point.



    1. Tu dis que l’URSSAF sont des voleurs, mais sans eux, pas de sécurité sociale. Alors tu devais pas tant manquer d’argent que ça, si tu pouvais te passer de la Sécu et payer une bonne grosse mutuelle.

    2. le journal de TF1 va plutôt dans ton sens. Ca doit être toi qui doit regarder Pernaut chaque début d’après midi

    3. J’ai bossé dans pas mal de PME, et non, les patrons de PME sont bien pour la plupart comme ça. Ca magouille autant que les patrons du CAC40. A des niveaux moins élevés bien sûr, mais ça magouille autant.





      Bon, allez, je sais que tu n’es qu’un bon gros troll qui s’amuse à lancer de la nitro pour garder un bon flux de commentaires (ce qui a au moins le mérite de montrer que la page a de l’activité. C’est peut-être bénéfique pour le référencement ou la “réputation” du site, à l’équipe de nous dire).



      Je devrais pas tomber dedans, mais c’est trop tentant…

    4. Poursuivre un client en justice est, dans 99%, d’une stupidité sans nom vu que ça coûte énormément d’argent, tu n’es généralement pas sûr de gagner (sauf dossier en béton armé option titane), tu pourris définitivement ta relation avec ton client et tu envoies un très mauvais signal en termes d’image à tous tes clients potentiels (“je suis un chieur”), d’autant plus s’agissant des administrations, qui communiquent plus entre elles que ne pourraient le faire des entités privées. Quand bien même, dans le cas précis, tu serais complètement dans ton bon droit.

      Autrement dit, pour te permettre de poursuivre le client il faut déjà avoir une solide réputation, disposer de ressources suffisantes pour tenir 2 ans de procédure (minimum à prévoir pour être prudent), avoir assez d’éléments concrets et que l’enjeu soit réellement majeur. Autrement dit, tu exclus déjà tous les auto-entrepreneurs ainsi que la majorité des PME.

    5. Son commentaire est certainement exagéré, néanmoins j’ai eu pas mal d’échos de cas où l’URSSAF faisait preuve d’une grande intransigeance quand il s’agissait de toucher ses sous, alors même que les autres créanciers acceptaient un minimum de flexibilité pour assurer la pérennité de l’entreprise.

    6. Je ne peux pas réagir sur ce point, si je voulais vraiment regarder de la merde, je me contenterais largement des déjections canines qui parsèment mes rues.

    7. Généraliser, dans un sens ou dans l’autre, est de toute façon une connerie. Mais quitte à généraliser, autant le faire dans un sens conforme aux valeurs françaises traditionnelles (genre la présomption d’innocence), non ? ;)

      Je connais personnellement deux personnes qui, dirigeant des entreprises, mériteraient au minimum des baffes, au pire des actions civiles et pénales. Ce n’est pas pour autant que je crois nécessaire de considérer par principe tout patron comme un salopard véreux (plénonasme ?). Ne serait-ce que parce que, lorsque je tombe sur un authentique entrepreneur, ça pourrait le démotiver définitivement de se prendre mes préjugés pourris en pleine face. <img data-src=" />