[MàJ] Uber condamné à 100 000 euros d’amende par la justice française

[MàJ] Uber condamné à 100 000 euros d’amende par la justice française

Qui en veut à l’argent d’Uber ?

Avatar de l'auteur
Xavier Berne

Publié dans

Droit

16/10/2014
68

[MàJ] Uber condamné à 100 000 euros d’amende par la justice française

Accusé de « pratiques commerciales trompeuses », Uber pourrait écoper d’une amende de 100 000 euros et d’une interdiction de faire la promotion de son service UberPOP (qui permet à des particuliers d’être mis en relation pour une simple course). C’est en tout cas le souhait du Parquet dans ce dossier, qui était examiné hier devant le tribunal correctionnel de Paris.

La filiale française de l’entreprise américaine Uber comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Paris, nous apprend aujourd’hui Le Monde. Comme nous l’avons révélé, le Procureur de la République de Paris avait décidé le 2 avril dernier d’ouvrir une enquête préliminaire à l’encontre la société de transports de particuliers pour « pratiques commerciales trompeuses ».

 

Plus précisément, c’est le nouveau service « UberPOP » qui est dans le viseur de la justice, cette dernière s’étant saisie du dossier suite à une dénonciation de la brigade de répression des fraudes. Son principe ? Mettre en relation des particuliers souhaitant effectuer un trajet en commun. Sauf qu’aux yeux de la DGCCRF, cela va bien au-delà du simple partage des frais permis dans le cadre du covoiturage (essence, assurance, usure du véhicule). Et pour cause. En vigueur sur Paris depuis février dernier, UberPOP impose de fixer le prix de chaque course à 4 euros minimum, puis 35 centimes la minute et 80 centimes le kilomètre.

Du « faux covoiturage » selon la DGCCRF 

Hier, la procureur Fanny Huboux a ainsi demandé à ce qu’Uber soit condamné à une amende de 100 000 euros, soit un tiers de l’amende prévue par l’article du Code de la consommation relatif aux pratiques commerciales trompeuses. Elle a également requis l'interdiction de pratiquer la promotion commerciale de ce service pendant cinq ans sur le territoire français, toujours selon Le Monde. « L'enjeu, pour le parquet, (...) c'est de faire cesser ce type de pratique », qui pourrait « complètement déséquilibrer le marché » a-t-elle déclaré.

 

De son côté, Uber a laissé entendre durant l’audience qu’il était loin d’avoir engrangé une telle somme. Selon Le Figaro, un responsable de l’entreprise a ainsi affirmé qu’UberPOP avait perçu 36 000 euros de commission sur les 180 000 euros de courses effectuées durant les mois de février et mars. « Il a également révélé que le montant moyen d'une course était de 13 euros, pour un trajet moyen de 5 à 7 kilomètres » notent nos confrères.

 

La décision a été mise en délibéré au 16 octobre. Il est à noter que l'Union nationale des taxis (UNT) et la Chambre syndicale des loueurs d'automobile (CSLA) se sont portées parties civiles. 

 

Rappelons enfin qu’Uber a également été assigné il y a peu par l’Association française des taxis, cette fois en raison des pratiques de ses véhicules de tourisme avec chauffeur - les fameux VTC (voir notre article). L’affaire devrait également être examinée devant les juridictions parisiennes. Vous pourrez revoir à ce sujet notre émission du 14h42 consacrée à la guerre entre taxis et VTC. 

68

Écrit par Xavier Berne

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Du « faux covoiturage » selon la DGCCRF 

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (68)


Le 10/07/2014 à 07h 03



Qui en veut à l’argent d’Uber ?





Et aux fesses de la crémière ?<img data-src=" />


Jarodd Abonné
Le 10/07/2014 à 07h 27

Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche en France…


Le 10/07/2014 à 07h 39

Si les taxis étaient plus abordables aussi.. Il n’y aurait pas tout ces problèmes.


Le 10/07/2014 à 07h 48







Jarodd a écrit :



Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche, en France il est montré du doigt en France…







A New-York par exemple il y a une guerre des prix avec les taxis grâce ou à cause de la concurrence en fonction d’où on se place.




eglyn Abonné
Le 10/07/2014 à 08h 01



« L’enjeu, pour le parquet, (…) c’est de faire cesser ce type de pratique », qui pourrait « complètement déséquilibrer le marché »





Peut-être que secouer un peu ce marché ferait du bien au consommateur …


Le 10/07/2014 à 08h 06

C’est un bon début mais c’est encore pas assez. Les USA ont racketté quelques 8 milliards à nos entreprises (enfin, à BNP), 100k€ dans l’autre sens c’est une goutte d’eau. Tournée d’amendes pour tout le monde, non mais <img data-src=" />


Stoane Abonné
Le 10/07/2014 à 08h 09







Jarodd a écrit :



Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche en France…









metaphore54 a écrit :



A New-York par exemple il y a une guerre des prix avec les taxis grâce ou à cause de la concurrence en fonction d’où on se place.







On parle d’ici du service UberPop pas de l’activité principale d’Uber.









eglyn a écrit :



Peut-être que secouer un peu ce marché ferait du bien au consommateur …





Peut-être que revoir l’hyper-réglementation moyenageuse de la profession de taxi ferait du bien à la société.



Le 10/07/2014 à 08h 24

Je suis d’accord sur le fait que UberPop c’est vraiment bas de la part de Uber, qu’ils prennent des part aux taxis car ils on un meilleur service légèrement plus cher je suis pour a 9000% <img data-src=" />, mais qu’ils proposent un service comme UberPop je trouve ça assez moche et pas vraiment interessant en temps que client (hormis bien sur pour le prix).


Le 10/07/2014 à 08h 27

UberPop c’est une infrastructure puissante au service du taxi clandestin, sans assurance, sans garanties, sans réglementation et sans imposition.



Clairement le tribunal aurait dû requérir l’amende maximum.


Le 10/07/2014 à 09h 14







Manixxx a écrit :



UberPop c’est une infrastructure puissante au service du taxi clandestin, sans assurance, sans garanties, sans réglementation et sans imposition.





Preuves ?



Le 10/07/2014 à 09h 14

On voudrait tuer la conccurence, on ne s’y prendrait pas autrement.<img data-src=" />


Le 10/07/2014 à 09h 47







maxxyme a écrit :



Preuves ?





Preuves du contraire, surtout ! A quoi sert UberPop, sinon au taxi clandestin ?



Le 10/07/2014 à 09h 55







Manixxx a écrit :



UberPop c’est une infrastructure puissante au service du taxi clandestin, sans assurance, sans garanties, sans réglementation et sans imposition.



Clairement le tribunal aurait dû requérir l’amende maximum.







N’importe quoi …

je prends Uber Pop tous les jours depuis que je me suis cassé le pied car mes trajets coûtent 5€ max: UberPop n’a pas de chaffeur avec license VTC mais ils sont tous auto entrepreneur. La grande majorité de ces personnes sont des freelances ou employés qui ont du temps et des retraités: j’ai vu des mecs qui font de la videos, un graphiste, un programmeur, un serveur, un consultant, un stagiaire en droit …

l’autre partie (qui devient majoritaire la nuit) est composé de mec qui prennnent leur voiture pour faire chauffeur comme job principal car il ne travaillent que quelques heures genre plonge, ménage etc….



UberPop est certes pas très VTC mais ça permet de voir des gens qui se bougent le cul pour bosser et qui souvent bossent dans l’informatique <img data-src=" />



@Xavier tu as qu’à te balader une semaine sur Paris un UberPOp



PS aucun des faux taxis qui te démarchent à l’aéroport travaillent pour uber … et ça c’est le taxi clandestin que tu payes cash



Le 10/07/2014 à 10h 11







thiboo a écrit :



N’importe quoi …

je prends Uber Pop tous les jours depuis que je me suis cassé le pied car mes trajets coûtent 5€ max: UberPop n’a pas de chaffeur avec license VTC mais ils sont tous auto entrepreneur. La grande majorité de ces personnes sont des freelances ou employés qui ont du temps et des retraités: j’ai vu des mecs qui font de la videos, un graphiste, un programmeur, un serveur, un consultant, un stagiaire en droit …

l’autre partie (qui devient majoritaire la nuit) est composé de mec qui prennnent leur voiture pour faire chauffeur comme job principal car il ne travaillent que quelques heures genre plonge, ménage etc….



UberPop est certes pas très VTC mais ça permet de voir des gens qui se bougent le cul pour bosser et qui souvent bossent dans l’informatique <img data-src=" />



@Xavier tu as qu’à te balader une semaine sur Paris un UberPOp



PS aucun des faux taxis qui te démarchent à l’aéroport travaillent pour uber … et ça c’est le taxi clandestin que tu payes cash







C’est exactement ce qu’il te dit ! Les gens qui font ça exercent une activité de taxi sans avoir la licence. Ce sont des gens qui se mettent à la disposition de clients pour leur faire payer le transport et pas des gens qui ont un trajet à faire et partagent les frais par le biais du covoiturage.



Le 10/07/2014 à 10h 54



De son côté, Uber a laissé entendre durant l’audience qu’il était loin d’avoir engrangé une telle somme



Mais c’est parfaitement terrible, ils risquent de chopper une amende qui va leur faire perdre de l’argent. <img data-src=" />




la procureur Fanny Huboux a ainsi demandé à ce qu’Uber soit condamné à une amende de 100 000 euros, soit un tiers de l’amende prévue par l’article du Code de la consommation relatif aux pratiques commerciales trompeuses



Justice laxiste <img data-src=" />


Le 10/07/2014 à 12h 00







TaigaIV a écrit :



Mais c’est parfaitement terrible, ils risquent de chopper une amende qui va leur faire perdre de l’argent. <img data-src=" />





Mdr. Etonnant que ca ne soit pas compris lors des news Hadopi.

Une amende, c’est avant tout dissuasif, donc plus cher que le simple ‘remboursement’ du prix magasin.



Le 10/07/2014 à 12h 13







thiboo a écrit :



La grande majorité de ces personnes sont des freelances ou employés qui ont du temps et des retraités: j’ai vu des mecs qui font de la videos, un graphiste, un programmeur, un serveur, un consultant, un stagiaire en droit …

l’autre partie (qui devient majoritaire la nuit) est composé de mec qui prennnent leur voiture pour faire chauffeur comme job principal car il ne travaillent que quelques heures genre plonge, ménage etc….





Merci d’avoir parfaitement décrit un taxi clandestin !



Le 10/07/2014 à 12h 32







Manixxx a écrit :



Merci d’avoir parfaitement décrit un taxi clandestin !







Oui et ? Le seul problème que je vois avec ça c’est que c’est interdit et que je ne vois pas pourquoi.







Jarodd a écrit :



Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche en France…







Une start-up qui ne fais pas de vague est une boite qui ne compte pas en France. Parce que dès qu’on essaye de faire différemment et de bousculer le marché, il y a toujours des gens pour raler.



Qu’on continue a empêcher nos boite d’innover et de faire différemment et la courbe du chômage ne s’inversera pas de si tôt. Pour les taxi, il y a une demande énorme et on nous empêche d’apporter l’offre pour la satisfaire. C’est complément idiot.








Le 10/07/2014 à 12h 33

bug, message envoyé plusieurs fois …


Le 10/07/2014 à 12h 34

bug, message envoyé plusieurs fois …


Le 10/07/2014 à 13h 27







Nhacsam a écrit :



Oui et ? Le seul problème que je vois avec ça c’est que c’est interdit et que je ne vois pas pourquoi.







Quelques indices :




  • les revenus ne sont pas déclarés aux impôts

  • la personne n’est pas assurée pour le transport de passagers en tant qu’activité commerciale



    Le covoiturage est à peu près juridiquement défini, si tu cherches un covoiturage, il y a blablacar par exemple (même s’il y a aussi quelques dérives sur ce site)



    Tous les taxis clandestins ne sont pas des escrocs, de même que tous les taxis officiels ne sont pas honnêtes. N’empêche, j’aimerai pas être le con qui est impliqué dans un accident avec un taxi clandestin, parce que je doute que son assurance mette volontiers la main au portefeuille.





    Qu’on continue a empêcher nos boite d’innover





    Ceux qui empêchent d’innover sont les centrales de taxi. D’ailleurs, le rapport Thévenoud contient des mesures favorables à l’émancipation des taxis desdites centrales. Là, on parle d’une boîte qui se fait du fric sur le dos de gens qu’elle incite à ne pas respecter la loi. Ça t’étonne qu’elle soit sous les foudres de la justice ?



Le 10/07/2014 à 15h 58

ca sent pas bon pour blablacar cette histoire …



le covoiturage va tuer les taxis, les trains, les avions, les bateaux, les chameaux,les cheveaux, les hélicoptères ou encore les calèches



<img data-src=" />


Le 10/07/2014 à 18h 46







Jarodd a écrit :



Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche en France…







Justement : se faire de l’argent quand on est entrepreneur c’est un crime en France. Tu dois payer une amende qui vaut une bonne part de ton CA… Ils appellent ça des charges, des taxes et autres cotisations.



linkin623 Abonné
Le 10/07/2014 à 21h 13







killer63 a écrit :



ca sent pas bon pour blablacar cette histoire …



le covoiturage va tuer les taxis, les trains, les avions, les bateaux, les chameaux,les cheveaux, les hélicoptères ou encore les calèches



<img data-src=" />





Oui enfin, entre un site qui te propose un prix pour ton trajet (que tu peux changer), et un autre qui te donne une tarification à la minute / kilomètre, c’est pas pareil.

De plus, les assurances ont intégré cela dans leurs contrats, et certaines récompensent les covoitureurs.



La définition même d’un taxi, c’est un transport individuel de passagers à titre commercial, et dont les tarifs / licences sont définis par décret.



UberPop fait du transport de passagers, de manière tarifée et définie. C’est du taxi.

Pourtant je les aime pas ces taxis, mais là franchement c’est pas fin du tout. Et les assurances vont commencer à lâcher des clients qui ont eu des accidents avec UberPop, c’est un gros indice.



Le 10/07/2014 à 22h 44







white_tentacle a écrit :



Quelques indices :




  • les revenus ne sont pas déclarés aux impôts

  • la personne n’est pas assurée pour le transport de passagers en tant qu’activité commerciale





    Ce n’est pas déclaré parce que c’est interdit, et non pas l’inverse.

    De plus Thiboo nous a dit qu’ils étaient auto entrepreneur. Si tel est le cs, ils sont déclaré.







    white_tentacle a écrit :



    Ceux qui empêchent d’innover sont les centrales de taxi.







    Une centrale de taxi n’a pas vraiment besoins d’innover parce qu’elle n’a pas vraiment de concurrence et que le système en place la fait vivre très confortablement. De plus, les grosses innovations viennent rarement des entreprises déjà en place. Parce que ça représente un risque élevé et ça demande un grand écarts très dur à gérer (surtout quand ça impacte le business model ou que ça demande des compétences différentes).



Le 11/07/2014 à 04h 29







TheRealBix a écrit :



Si les taxis étaient plus abordables aussi.. Il n’y aurait pas tout ces problèmes.





Ce n’est pas toujours vrai !

Il y a 1 mois je suis aller à Paris, pour mon trajet, le VTC me couter 60€.

Le taxis 40€ … Ouai il n’avait pas la petite bouteille d’eau et il ne m’a pas massé les pieds… Mais franchement osef ! Et il était vraiment sympa.



Après tout dépend des villes, à Nice les taxis coûtent une blinde, sans prendre des détours.



Le 11/07/2014 à 05h 34







Nhacsam a écrit :



Ce n’est pas déclaré parce que c’est interdit, et non pas l’inverse.

De plus Thiboo nous a dit qu’ils étaient auto entrepreneur. Si tel est le cs, ils sont déclaré.







Et comme, bien évidemment, ils sont assurés à titre commercial, il n’y a aucun soucis et tout est en règle. C’est donc uniquement pour protéger le monopole des taxis que c’est interdit <img data-src=" />





Une centrale de taxi n’a pas vraiment besoins d’innover parce qu’elle n’a pas vraiment de concurrence et que le système en place la fait vivre très confortablement. De plus, les grosses innovations viennent rarement des entreprises déjà en place. Parce que ça représente un risque élevé et ça demande un grand écarts très dur à gérer (surtout quand ça impacte le business model ou que ça demande des compétences différentes).





Yep, mais là, elles sont allées au-delà, en usant de leur quasi-monopole pour empêcher le développement d’offres alternatives type réservation sur mobile. Elles continuent d’ailleurs face à Uber. Le malheur, c’est qu’Uber est loin d’être une entreprise exemplaire, et que d’autres acteurs respectueux du cadre légal auraient pu se développer sans cette mainmise des centrales de taxi sur le marché.



Le 16/10/2014 à 13h 08







eXa a écrit :



Je suis d’accord sur le fait que UberPop c’est vraiment bas de la part de Uber, qu’ils prennent des part aux taxis car ils on un meilleur service légèrement plus cher je suis pour a 9000% <img data-src=" />, mais qu’ils proposent un service comme UberPop je trouve ça assez moche et pas vraiment interessant en temps que client (hormis bien sur pour le prix).






  C'est au client de décider pas à l'état.        






  Si le client veut un "taxi covoiturage", pourquoi doit on lui interdire? Du moment qu'il est conscient ce ce qu'il achète, bien sur.     






  Pour protéger la caste des taxis? En quoi sont ils si importants pour mériter un tel traitement?


Le 16/10/2014 à 13h 09







Jarodd a écrit :



Etonnant, Uber est souvent cité en exemple de l’entreprenariat qui marche en France…





Uber, oui.

UberPOP =&gt; dehors le travail dissimulé.



Le 16/10/2014 à 13h 13







psn00ps a écrit :



Uber, oui.

UberPOP =&gt; dehors le travail dissimulé.





Dans ce cas là pourquoi ne pas se débrouiller pour taxer comme le travail plutôt que d’interdire?

Pourquoi toutes les lois qui sont passées n’ont fait que protéger les taxis de la concurrence? Que ce soit les moto taxis ou les VTC tout le monde s’est fiat baiser…sauf les taxis qui peuvent continuer à roupiller…









Alucard63 a écrit :



C’est au client de décider pas à l’état.




  Si le client veut un "taxi covoiturage", pourquoi doit on lui interdire? Du moment qu'il est conscient ce ce qu'il achète, bien sur.     






  Pour protéger la caste des taxis? En quoi sont ils si importants pour mériter un tel traitement?







Parce que Uberpop n’est pas du covoiturage. Le covoiturage est une pratique qui consiste à partager les frais d’un trajet (essence, péage) alors que taxi et VTC est la vente d’un service lucratif de transport de personne.



Le marketing peut faire des amalgames. Le juridique appelle un chat, un chat.



Le 16/10/2014 à 13h 21

Pitié stop les titres qui n’ont rien à voir avec l’article.



Le procureur a requis une peine.

Uber n’est pas encore condamné. C’est completement différent !!!


Le 16/10/2014 à 13h 22







thiboo a écrit :



N’importe quoi …

je prends Uber Pop tous les jours depuis que je me suis cassé le pied car mes trajets coûtent 5€ max: UberPop n’a pas de chaffeur avec license VTC mais ils sont tous auto entrepreneur. La grande majorité de ces personnes sont des freelances ou employés qui ont du temps et des retraités: j’ai vu des mecs qui font de la videos, un graphiste, un programmeur, un serveur, un consultant, un stagiaire en droit …

l’autre partie (qui devient majoritaire la nuit) est composé de mec qui prennnent leur voiture pour faire chauffeur comme job principal car il ne travaillent que quelques heures genre plonge, ménage etc….



UberPop est certes pas très VTC mais ça permet de voir des gens qui se bougent le cul pour bosser et qui souvent bossent dans l’informatique <img data-src=" />



@Xavier tu as qu’à te balader une semaine sur Paris un UberPOp



PS aucun des faux taxis qui te démarchent à l’aéroport travaillent pour uber … et ça c’est le taxi clandestin que tu payes cash





Si vous avez un accident grave, qui paiera vos soins et votre invalidité ?

Êtes-vous certain que votre chauffeur est assuré pour une utilisation commerciale ?



Vous risquez gros, car vous devrez vous retourner contre lui pour tout dédommagement : bon courage.

&nbsp;



Le 16/10/2014 à 13h 22







A-snowboard a écrit :



Pitié stop les titres qui n’ont rien à voir avec l’article.



Le procureur a requis une peine.

Uber n’est pas encore condamné. C’est completement différent !!!





lis la mise à jour … le titre de la news a été changé pour la refléter .&nbsp;



Le 16/10/2014 à 13h 47







Tim-timmy a écrit :



lis la mise à jour … le titre de la news a été changé pour la refléter .&nbsp;





Autant pour moi.



Patch Abonné
Le 16/10/2014 à 13h 58







Alucard63 a écrit :



Dans ce cas là pourquoi ne pas se débrouiller pour taxer comme le travail plutôt que d’interdire?

Pourquoi toutes les lois qui sont passées n’ont fait que protéger les taxis de la concurrence? Que ce soit les moto taxis ou les VTC tout le monde s’est fiat baiser…sauf les taxis qui peuvent continuer à roupiller…





lobby de la part de G7 qui veut garder son monopole merdique (et des autres taxis qui croient que les prix de leurs licences comme les arbres montent jusqu’au ciel)…



Le 16/10/2014 à 14h 08







Alucard63 a écrit :



Dans ce cas là pourquoi ne pas se débrouiller pour taxer comme le travail plutôt que d’interdire?

Pourquoi toutes les lois qui sont passées n’ont fait que protéger les taxis de la concurrence? Que ce soit les moto taxis ou les VTC tout le monde s’est fiat baiser…sauf les taxis qui peuvent continuer à roupiller…





Je t’arrête tout de suite, il y a d’abord les fumeurs et les vendeurs de shit qui attendent la légalisation et la taxation de leurs activités illégales, chacun son tour.



Le 16/10/2014 à 14h 13







le hollandais volant a écrit :



Justement : se faire de l’argent quand on est entrepreneur c’est un crime en France. Tu dois payer une amende qui vaut une bonne part de ton CA… Ils appellent ça des charges, des taxes et autres cotisations.





C’est connu Uber paye des charges en France&nbsp;<img data-src=" />



Le 16/10/2014 à 14h 39







TaigaIV a écrit :



Je t’arrête tout de suite, il y a d’abord les fumeurs et les vendeurs de shit qui attendent la légalisation et la taxation de leurs activités illégales, chacun son tour.





<img data-src=" />



Le 16/10/2014 à 14h 46







Aloyse57 a écrit :



Si vous avez un accident grave, qui paiera vos soins et votre invalidité ?

Êtes-vous certain que votre chauffeur est assuré pour une utilisation commerciale ?



Vous risquez gros, car vous devrez vous retourner contre lui pour tout dédommagement : bon courage.

&nbsp;





Cool story…



Et si je veux prendre le risque quand même, de quel droit peut on m’en empêcher?

&nbsp;

&nbsp;Le même problème existe pour le covoiturage longue distance, ça m’a jamais empêché de les prendre.



Le 16/10/2014 à 14h 47







Manixxx a écrit :



Merci d’avoir parfaitement décrit un taxi clandestin !







Où est le problème de vouloir travailler ?

Ce sont des gens qui veulent juste travailler plus pour gagner plus.

Il n’y a pas eu (à ma connaissance) de magouille à la AirBnB où tu peux facilement tomber sur des gens vraiment douteux (et puis louer un endroit ce n’est pas tout à fait un travail…).



Le 16/10/2014 à 14h 56







Alucard63 a écrit :



Cool story…



Et si je veux prendre le risque quand même, de quel droit peut on m’en empêcher?

&nbsp;

&nbsp;Le même problème existe pour le covoiturage longue distance, ça m’a jamais empêché de les prendre.





S’ils rentrent dans une autre voiture, les victimes dans celles-ci seront-elles indemnisées par leur assurance étant-donné que la voiture a été utilisé pour un usage commercial non prévu par les conditions de l’assurance ?



Ton chacun pour sa gueule me semble vite trouver ses limites, tu n’est pas tout seul au monde, d’autres gens utilisent les routes…



De plus ton histoire du libre choix en connaissance de cause ne tient même pas vu que Uber ne donne pas les infos qui parmettraient aux consommateurs de connaitre le cadre exact de ces prestations (Peu doivent être au courrrant qu’ils ne sont pas couvert en cas d’accident justement)



aureus Abonné
Le 16/10/2014 à 14h 59







BabyAzerty a écrit :



Où est le problème de vouloir travailler ?

Ce sont des gens qui veulent juste travailler plus pour gagner plus.

Il n’y a pas eu (à ma connaissance) de magouille à la AirBnB où tu peux facilement tomber sur des gens vraiment douteux (et puis louer un endroit ce n’est pas tout à fait un travail…).





Pour la n-ième fois le problème c’est que qui dit travail dit assurance liée au travail.

Le travail au black c’est pas d’assurance.

Qui dit pas d’assurance, dit travailleur qui paie tout en cas d’accident.

Donc le travailleur finira ruiner et l’état devra payer ton hospitalisation (oui parce que nous on est généreux tout de même, on va pas te laisser crever au bord de la route parce que t’as pas d’assurance).

Donc en faite, vous faites payer la France entière parce que vous trouvez les taxis trop chère.&nbsp;



Et effectivement on parle pas encore du mec qu’est dans la voiture d’en face.



Le 16/10/2014 à 14h 59







BabyAzerty a écrit :



Où est le problème de vouloir travailler ?

Ce sont des gens qui veulent juste travailler plus pour gagner plus.

Il n’y a pas eu (à ma connaissance) de magouille à la AirBnB où tu peux facilement tomber sur des gens vraiment douteux (et puis louer un endroit ce n’est pas tout à fait un travail…).





Il y a un compromis à trouver aussi : Vouloir travailelr évidémment que c’est bien, mais tu es bien obligé de reconnaitre qu’il y a encore un flou au niveau de la protection des clients : Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas encore eu de problèmes qu’il ne faut pas y réflechir dès maintenant : D’habitude on reproche de s’occuper de ce genre de problèmes juste après un incident en raison du buzz…



Il faudrait un peu arrêter de raconter des conneries. Devenir taxi ce n’est pas facile : entre la formation initiale lourde et chères, la licence, la législation, l’assurance, le véhicule qui doit respecter certains critères, etc… Il y a tout un tas de paramètres à prendre en compte et un jeune taxi n’est absolument pas du tout rentable durant les premières années (oui, j’ai un proche dans cette situation, je sais de quoi je parle).

&nbsp;

Les tarifs des taxis sont fixés par la législation, ils ne les décident pas eux-même, ce qui évite que certains tirent les prix vers le bas ou vers le haut à leur guise (ce qui, en campagne par exemple, est une très bonne chose).

UberPOP fait faire le travail d’un taxi par des non-professionnels, c’est tout à fait normal de les en empêcher. S’il faut se faire chier pour devenir pro il y a une raison (bonne ou mauvaise, osef) et il n’est pas question que n’importe qui puisse prendre la place de celui qui s’est fait chier à respecter la loi sans arriver à joindre les deux bouts avant au moins 4 ans d’expérience.


Le 16/10/2014 à 15h 03

“Il est à noter que l’Union nationale des taxis (UNT) et la Chambre syndicale des loueurs d’automobile (CSLA) se sont portées parties civiles. ”

Tu m’étonnes. C’est vraiment les seuls qui aient quelque chose à perdre.


Cacao Abonné
Le 16/10/2014 à 15h 03







killer63 a écrit :



ca sent pas bon pour blablacar cette histoire …



le covoiturage va tuer les taxis, les trains, les avions, les bateaux, les chameaux,les cheveaux, les hélicoptères ou encore les calèches



<img data-src=" />





Ah bah perso, j’utilise blablacar parce que tout le monde fait pareil mais si ce site pouvais disparaitre, ça me dérangerai pas. Quand on voit comment ils se rincent sur les frais, juste pour avoir créé un site internet…



Le 16/10/2014 à 15h 07







nobugging a écrit :



C’est un bon début mais c’est encore pas assez. Les USA ont racketté quelques 8 milliards à nos entreprises (enfin, à BNP), 100k€ dans l’autre sens c’est une goutte d’eau. Tournée d’amendes pour tout le monde, non mais <img data-src=" />





Plus de 1.5 milliard à microsoft en 10 ans quand même



Apple ça va pas tarder et ça devrait être énorme…. et ça va certainement toucher toutes les boites d’IT réfugiées en Irlande.



Et c’est sans compter les multiples amendes infligés par les divers gouvernement européens à Google, Amazon, etc…



Le 16/10/2014 à 15h 33







Sigma42 a écrit :



S’ils rentrent dans une autre voiture, les victimes dans celles-ci seront-elles indemnisées par leur assurance étant-donné que la voiture a été utilisé pour un usage commercial non prévu par les conditions de l’assurance ?



Ton chacun pour sa gueule me semble vite trouver ses limites, tu n’est pas tout seul au monde, d’autres gens utilisent les routes…



De plus ton histoire du libre choix en connaissance de cause ne tient même pas vu que Uber ne donne pas les infos qui parmettraient aux consommateurs de connaitre le cadre exact de ces prestations (Peu doivent être au courrrant qu’ils ne sont pas couvert en cas d’accident justement)





Les deux points tiennent la route à mon sens.



Le seul truc c’est de voir la loi autrement. La loi doit donner un cadre mais pas limiter le commerce.



Pour le point 1 il me semble que la loi peut aussi y répondre: que tu amènes ton gosse à l’école ou un passager d’un point A à un point B (ta copine par exemple) cela ne t’empêche pas d’être couvert non?



Pour le point 2 c’est pareil. Il y a une différence entre forcer l’information du consommateur par les entreprises d’un côté et vouloir arrêter purement et simplement leur business de l’autre…



Si je suis à 100% pour la protection du consommateur par l’information et des outils de défense contre les arnaques je suis totalement contre des règlementations qui empêchent le consommateur de consommer ce qu’il souhaite. C’est purement contre productif.



Le 16/10/2014 à 15h 50







Alucard63 a écrit :



Les deux points tiennent la route à mon sens.




  Le seul truc c'est de voir la loi autrement. La loi doit donner un cadre mais pas limiter le commerce.        






  Pour le point 1 il me semble que la loi peut aussi y répondre: que tu amènes ton gosse à l'école ou un passager d'un point A à un point B (ta copine par exemple) cela ne t’empêche pas d'être couvert non?         






  Pour le point 2 c'est pareil. Il y a une différence entre forcer l'information du consommateur par les entreprises d'un côté et vouloir arrêter purement et simplement leur business de l'autre...        






  Si je suis à 100% pour la protection du consommateur par l'information et des outils de défense contre les arnaques je suis totalement contre des règlementations qui empêchent le consommateur de consommer ce qu'il souhaite. C'est purement contre productif.








 Pour le point 1 : Je ne suis pas super callé niveau loi, mais à mon avis même si on supprimait les restriction de ce côté les assureurs continueront à chercher la petite bête et considérer que selon leurs critères le chauffeur éxerçait une activité pro, et du coup retour au point de départ... Enfin ce n'est juste qu'une supposition, mais vu comme les assureurs sont à l'affut la petite bête pour pas avoir à dédomager...      






Pour le point 2 : J'entend bien, et s'il n'y avait pas le point 1 je serais tout à fait d'accord, car : Que fait-on si un de ces conducteurs cause un incident à une autre voiture : Ce n'est pas QUE le client qui est concerné mais les usagers de la route en général...    





EDIT : Disons qu’au minium les autorités auraient pu demander à Uber de mettre en place un système de vérification des assurances des conducteurs plutôt que d’attendre que des fautes ne soient commises : Prévenir plutôt que d’agir et éviter les procès en amont



aureus Abonné
Le 16/10/2014 à 15h 54







Alucard63 a écrit :



Les deux points tiennent la route à mon sens.



Le seul truc c’est de voir la loi autrement. La loi doit donner un cadre mais pas limiter le commerce.



Pour le point 1 il me semble que la loi peut aussi y répondre: que tu amènes ton gosse à l’école ou un passager d’un point A à un point B (ta copine par exemple) cela ne t’empêche pas d’être couvert non?



Pour le point 2 c’est pareil. Il y a une différence entre forcer l’information du consommateur par les entreprises d’un côté et vouloir arrêter purement et simplement leur business de l’autre…



Si je suis à 100% pour la protection du consommateur par l’information et des outils de défense contre les arnaques je suis totalement contre des règlementations qui empêchent le consommateur de consommer ce qu’il souhaite. C’est purement contre productif.





Bas la loi y répond, elle définit ce qui est du covoiturage et ce qui ai jugé comme le métier de taxi sans licence.&nbsp;

Tu cherche à partager tes frais de voiture de manière ponctuelle =&gt; covoiturage

Tu cherche à gagner de l’argent de manière régulière =&gt; taxi

Et me dit pas que uberPOP c’est du covoiturage :

“Et pour cause. En vigueur sur Paris depuis février dernier, UberPOP impose de fixer le prix de chaque course à 4 euros minimum, puis 35 centimes la minute et 80 centimes le kilomètre”



Qui dit taxi dit assurance, encadrement,…

Le juge à déclarer ca comme un service de taxi, ils respectent les lois imposés aux taxis.



Le 16/10/2014 à 15h 57







aureus a écrit :



Bas la loi y répond, elle définit ce qui est du covoiturage et ce qui ai jugé comme le métier de taxi sans licence.&nbsp;



 Tu cherche à partager tes frais de voiture de manière ponctuelle =&gt; covoiturage       

Tu cherche à gagner de l'argent de manière régulière =&gt; taxi

Et me dit pas que uberPOP c'est du covoiturage :

"Et pour cause. En vigueur sur Paris depuis février dernier, UberPOP impose de fixer le prix de chaque course à 4 euros minimum, puis 35 centimes la minute et 80 centimes le kilomètre"






 Qui dit taxi dit assurance, encadrement,...       

Le juge à déclarer ca comme un service de taxi, ils respectent les lois imposés aux taxis.








La loi y répond mais pas correctement.&nbsp;      






En limitant les possibilités du covoiturage elle sur valorise artificiellement un travail sans grande plus value. Ce qui est doublement pénalisant:      






1) Pour le client qui paye plus cher un service basique   car l'état lui interdit d'accéder à celui qu'il désire   

2) Pour la société qui utilise mal ses ressources humaines






Donc oui la loi y répond, mais pas correctement à mon sens.


aureus Abonné
Le 16/10/2014 à 16h 02







Alucard63 a écrit :



La loi y répond mais pas correctement.&nbsp;




 En limitant les possibilités du covoiturage elle sur valorise artificiellement un travail sans grande plus value. Ce qui est doublement pénalisant:       






 1) Pour le client qui paye plus cher un service basique   car l'état lui interdit d'accéder à celui qu'il désire    

2) Pour la société qui utilise mal ses ressources humaines






 Donc oui la loi y répond, mais pas correctement à mon sens.







Bas sans rentrer dans le débat de la licence, les limitations servent aux assurances, aux impots, à la formation, la sécurité sociale, les charges, etc….

C’est pas pour rien qu’un service de taxi est aussi plus chère.

Après on peut tout supprimer et dire que tout le monde peut travailler sans assurances, sans taxes, sans impots,….&nbsp;&nbsp;

Parce que je vois pas pourquoi certains seraient autorisés à travailler au black et pas moi dans mon métier.



Le 16/10/2014 à 16h 19







Alucard63 a écrit :



La loi y répond mais pas correctement.&nbsp;




 En limitant les possibilités du covoiturage elle sur valorise artificiellement un travail sans grande plus value. Ce qui est doublement pénalisant:







Je veux bien que tu me dises en quoi la loi limite les possibilités du covoiturage. Covoiturage, donc la pratique consiste à partager les frais d’un déplacement. Il y a eu plein d’aménagement ces dernières années de ce côté-là, notamment sur la prise en compte du covoiturage pour les accidents de parcours (qui sont considérés comme des accidents du travail).



De même, tous les contrats d’assurance intègrent cette clause (en tout cas, chez les assureurs sérieux). Bref, je ne vois pas ce qui m’empêche, aujourd’hui, de faire du covoiturage. Après, je ne peux pas gagner d’argent en roulant, mais ça, c’est différent. De la même manière que je peux aller repeindre gratos le plafond d’un copain, mais que je ne peux pas le faire payer parce que je ne suis pas artisan.



Maintenant, si tu préfères qu’on puisse tout faire sans jamais payer de charges / d’impôts et sans contrôle, c’est ton droit de le penser, mais ce n’est pas le fonctionnement de notre société. Et l’histoire et les exemples montrent quand même qu’un peu de contrôle, c’est pas mal en fait, et que la mutualisations des dépenses, c’est pas mal aussi, genre, pour que tout le monde puisse avoir accès aux soins…



Le 16/10/2014 à 16h 52

&nbsp; L’État français est plus&nbsp; rapide pour condamner les entreprises concurrentes (Uber), que pour condamner les entreprises des copains (Bygmalion, L’Oréal…) <img data-src=" />


Le 16/10/2014 à 18h 07







white_tentacle a écrit :



Je veux bien que tu me dises en quoi la loi limite les possibilités du covoiturage. Covoiturage, donc la pratique consiste à partager les frais d’un déplacement. Il y a eu plein d’aménagement ces dernières années de ce côté-là, notamment sur la prise en compte du covoiturage pour les accidents de parcours (qui sont considérés comme des accidents du travail).



De même, tous les contrats d’assurance intègrent cette clause (en tout cas, chez les assureurs sérieux). Bref, je ne vois pas ce qui m’empêche, aujourd’hui, de faire du covoiturage. Après, je ne peux pas gagner d’argent en roulant, mais ça, c’est différent. De la même manière que je peux aller repeindre gratos le plafond d’un copain, mais que je ne peux pas le faire payer parce que je ne suis pas artisan.



Maintenant, si tu préfères qu’on puisse tout faire sans jamais payer de charges / d’impôts et sans contrôle, c’est ton droit de le penser, mais ce n’est pas le fonctionnement de notre société. Et l’histoire et les exemples montrent quand même qu’un peu de contrôle, c’est pas mal en fait, et que la mutualisations des dépenses, c’est pas mal aussi, genre, pour que tout le monde puisse avoir accès aux soins…





Les impôts c’est une chose. Mais empêcher une activité en est une autre.



Mettre tout le monde sur un pied d’égalité: ok. Mais empêcher volontairement un service de fonctionner non.



Le 16/10/2014 à 18h 12







Cartmaninpact a écrit :



&nbsp; L’État français est plus&nbsp; rapide pour condamner les entreprises concurrentes (Uber), que pour condamner les entreprises des copains (Bygmalion, L’Oréal…) <img data-src=" />





Normal, pour UberPOP il n’y a pas eu besoin de chercher.



Le 16/10/2014 à 19h 18







Cacao a écrit :



Ah bah perso, j’utilise blablacar parce que tout le monde fait pareil mais si ce site pouvais disparaitre, ça me dérangerai pas. Quand on voit comment ils se rincent sur les frais, juste pour avoir créé un site internet…





enfin une commentaire qui parle de blablacar, LE site le + utilisé pour le covoiturage&nbsp; inter cité! Certains usages sont aussi très limite, qd tu vois des gars qui font des trajets d’1h ou 2 avec un monospace 8 sièges payant au prix standard, ils se font une belle marge aussi!

blablacar se prend une belle petite commission sur chq trajet (%), mais c est rien comparé à AmigoExpress au Québec qui se prend une commission fixe de $5!

covoiturage-libre.fr est une alternative intéressante et gratuite en France!

&nbsp;Je suis d’ailleurs surpris du succès de uber-pop en France entre justement les sites Francais plutôt bien développés.

EDIT: en fait non,&nbsp; blablacar&nbsp; et&nbsp; covoiturage-libre.fr sont plutot ds les trajets longues

distances inter villes, qui évitent ainsi de se frotter aux taxis. C’est

en effet bien différent de uberpop qui était plutot ds les trajets

courte distance.



Le 16/10/2014 à 19h 22

comment supprime t on un commentaire?


Le 16/10/2014 à 20h 32

Bien fait pour Uber.&nbsp;99% des gens qui font du Uber &nbsp;POP le font pour gagner du fric, c’est juste lamentable. Sous couvert d’être innovant, Uber s’en met plein les fouilles et bypass les assurances et tout le reste de la legislation.&nbsp;

Uber tu peux trouver n’importe qui au volant, un gars qui a pu faire déjà 10-12heures de courses dans la journée, ou pire: ceux qui bossent la nuit après une journée de boulot pour améliorer leur train de vie. Le mec tient à peine debout et te ramène de ta soirée.. genre vive le délire.



Le concept est complètement biaisé d’avance, tu pourrais faire un Uber de n’importe quoi: plombier, infirmière, …

C’est bien joli de connecter les gens, la technologie est très sympa, mais au final on en revient au fait que n’importe qui peut s’inscrire, sans aucune contrepartie.&nbsp;

&nbsp;

J’imagine bientôt Uber Bus: Tu possèdes un bus? Tu vas au boulot avec? Eh bien tu peux aussi emmener les enfants de ton quartier à l’école pour partager tes frais. 5 allers-retour dans la journée? Oh mais monsieur, c’est qu’une activité annexe.


Le 16/10/2014 à 20h 48







EricB a écrit :



comment supprime t on un commentaire?





seuls les modérateurs le peuvent. soit tu vides/remplaces ton comm’, soit tu le signales.



Le 16/10/2014 à 22h 49







Gui13 a écrit :



C’est bien joli de connecter les gens, la technologie est très sympa, mais au final on en revient au fait que n’importe qui peut s’inscrire, sans aucune contrepartie.&nbsp;





Cela s’appelle le solutionisme, dont l auteur vient d etre interviewé ds le monde:

&nbsphttp://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/10/16/on-devrait-traiter-la-silicon-va…

Ou pourquoi les FB/Google/Apple and Co sont plus dangereux que la NSA et co!



Le 17/10/2014 à 04h 35







TheRealBix a écrit :



Si les taxis étaient plus abordables aussi.. Il n’y aurait pas tout ces problèmes.





ça dépend, en juin j’ai voulu réserver un VTC sur Uber (je n’ai pas pu, ma banque a cru à une fraude), coût du trajet : 60€, j’ai donc pris un taxi, aimable, avec qui j’ai bien discuté, coût du trajet : 40€ !



Mais à Nice les trajets sont hors de prix, halala l’escroquerie touristique…



Le 17/10/2014 à 07h 54







Manixxx a écrit :



UberPop c’est une infrastructure puissante au service du taxi clandestin, sans assurance, sans garanties, sans réglementation et sans imposition.



Clairement le tribunal aurait dû requérir l’amende maximum.





Tout à fait d’accord. <img data-src=" />&nbsp;C’est du travail déguisé<img data-src=" />









Alucard63 a écrit :



Les impôts c’est une chose. Mais empêcher une activité en est une autre.




Mettre tout le monde sur un pied d'égalité: ok. Mais empêcher volontairement un service de fonctionner non.







Dans un sens tu as raison, Uber pop ne peut pas fonctionner

s’il correspond à un service de covoiturage lucratif (paradoxe entre “covoiturage” et “lucratif”)

et s’il ressemble aussi à un service VTC qui n’est pas vraiment du VTC

(puisque les contraintes de formation du chauffeur, entre autres, ne sont pas respectées)

sans être vraiment du covoiturage.

&nbsp;

Oui, Uber pop a inventer le service “VTC light” (innovation, lowcost, bas prix, etc) et le service “VTC light” court-circuite la législation. Et jusqu’à preuve du contraire, la loi s’impose aux contrats commerciaux. Donc le “VTC light” est illégale jusqu’à une prochaine réforme législative (parles-en à ton député).

&nbsp;

En fait, personne n’empêche Uber pop de fonctionner. Il y a seulement des conditions d’exercice du service à remplir :

&nbsp;




  • soit uber pop est un service de covoiturage : alors la seule contrainte est de partager les frais (carburant - essence) avec éventuellement des frais de mise en relation perçus par uber pop – comme c’est le cas de blablacar (même si blablacar permet parfois quelques abus actuellement).



  • soit uber pop est un service de VTC : alors les contraintes sont la formation du chauffeur, l’assurance VTC, et quelques autres formalités (comme le service VTC Uber qui fonctionne et qui n’est pas empêché de fonctionner par qui que ce soit, malgré le lobby des taxis). L’avantage du service de VTC est de pouvoir gagner sa vie avec cette activité (dans la mesure où c’est vraiment rentable pour le chauffeur).









joma74fr a écrit :



&nbsp;- soit uber pop est un service de covoiturage : alors la seule contrainte est de partager les frais (carburant - essence)






  désolé, erreur dans mon précédent commentaire : "péage" au lieu de "essence"