Un système d’exploitation souverain ? Il y a comme un OS

Après le Far West, l'OS en gelée

Un système d’exploitation souverain ? Il y a comme un OS

Un système d’exploitation souverain ? Il y a comme un OS

Au Forum international sur la cybersécurité (FIC), Guillaume Poupard, numéro un de l'ANSSI, a dégommé en quelques mots l’idée même d’un OS souverain - concept qui a pourtant fait son chemin dans le projet de loi sur le Numérique.

À l’esquisse de l’amendement signé Delphine Batho, tout juste voté par les députés, des médias ont déjà anticipé l’arrivée toute imminente d’un Windows Made in France, prêt à « booter » sur le PC de notre brave Mme Michu.

À y regarder de plus près, celui-ci demande non à Bernard Cazeneuve de se transformer en Bill Gates, mais au gouvernement de remettre au Parlement, dans les trois mois après la promulgation de la loi Lemaire , « un rapport sur la possibilité de créer un Commissariat à la souveraineté numérique rattaché aux services du Premier ministre ». Sa mission toute tracée ? Préciser « les conditions de mise en place, sous l'égide de ce Commissariat, d’un système d’exploitation souverain et de protocoles de chiffrement des données, ainsi que les moyens et l'organisation nécessaires au fonctionnement de cet établissement public ».

Bernard Kim Jong ?

Comment peut-on déjà évoquer cet OS souverain, respectueux de nos droits et libertés, quand l’amendement, qui doit encore survivre aux débats au Sénat, se contente de réclamer un rapport sur la possibilité de créer un commissariat qui envisagera la possibilité de créer un OS souverain ?

La pente est encore bien raide avant d’atteindre ce nirvana logiciel. Et au FIC de Lille, Guillaume Poupard s’est amusé à la savonner méticuleusement. « Si c'est redévelopper un OS à partir de rien pour mettre je ne sais pas trop quelle technologie, c’est un non-sens. Si c'est un OS maitrisé par l’État pour y mettre plein de saletés, je m'y opposerai. Nous ne sommes pas en Corée du Nord mais heureusement dans un État de droit ». Et le patron de l’ANSSI d’insister : « L’OS souverain, je n’y crois pas. »

Il a par ailleurs rappelé que l’ANSSI a travaillé de longues dates sur un OS sécurisé reposant sur une couche Linux, visant à avoir plusieurs niveaux de confiance pour des architectures sécurisées. « Si c’est ça faire un OS souverain, on l'a déjà ! »

L'OS in translation

Poupard a rappelé que l’idée caressée par l’élue s’inscrivait dans le sillage des travaux de Pierre Bellanger, notamment son livre intitulé « La souveraineté numérique ». Sur ce lien, le même Bellanger implore sans nuance l’arrivée d’un « système d’exploitation souverain » qui « sera notre Constitution dans l’immatériel. Il garantira la sécurité des données, les libertés individuelles, le droit et l’économie des entreprises, il mutualisera les ressources et engagera la nation entière dans le renouveau et la croissance. »

Et sur cette autre page, en l’occurrence son blog, il explique que ce système d'exploitation « est qualifié de souverain en ce qu'il est sur le réseau la continuation de la République, de ses valeurs, de ses droits et de ses devoirs. Ici la loi et le code informatique ne font qu'un. Le système d'exploitation du réseau est une nouvelle expression de notre Constitution. »

En 2014, ses idées irriguaient également les propos d’Arnaud Montebourg, comme le rapportait le site L’Opinion. Mais une prose a davantage été remarquée un an plus tard, c’est celle de Malek Boutih sur la « Génération Radicale », un rapport remis à François Hollande, commandé en février 2015 par Manuel Valls. Objectif ? « Analyser les dynamiques individuelles et collectives qui conduisent des individus, souvent jeunes, à se radicaliser, pour mieux les prévenir. »

Il ne faut pas tout Bellanger

En ce mois de juin 2015, donc, le député socialiste de l’Essonne dépeignait Internet comme un univers guidé par « la loi du Far West », l’expression qu'il partage avec Nicolas Sarkozy... Selon lui, rythmé par « l’utilisation subtile d’Internet par les groupes radicaux », ce Far-West ne pourrait jamais éliminer les activités djihadistes à coup de lois sécuritaires. Pourquoi ? « Cela tient bien sûr à la difficulté d’opérer un contrôle total du réseau et aux limites évidentes du respect des libertés individuelles et collectives ». Dans tous les cas, il y aura toujours des petits malins pour trouver « les moyens de contourner les barrières sur le Net. Et leur propagande [pourra] continuer à se diffuser de manière édulcorée sur des sites qui restent dans le cadre juridique légal. »

« Faut-il en conclure que les pouvoirs publics, l’État de droit, ne peut s’imposer sur la Toile ? » s’interrogeait faussement le député. Évidemment non, puisque « la réponse à cette question a été apportée par Pierre Bellanger, spécialiste incontesté des enjeux du réseau, qui a théorisé le concept de souveraineté numérique ».

Ainsi guidé par Bellanger-spécialiste-incontesté, Boutih évangélisait : « Son constat, basé sur des années d’expérience, est que derrière l’anarchie supposée de la Toile, se cache un ordre, celui des opérateurs américains qui de fait sont les vrais maîtres. Sa démonstration est implacable quand il évoque par exemple la plateforme YouTube. Premier site mondial de vidéos, il est utilisé par les djihadistes pour afficher leur propagande et en particulier les vidéos les plus violentes et les plus criminelles. Confronté aux demandes de particuliers ou d’États de censurer ces images, YouTube s’est toujours réfugié derrière le droit américain et les notions de liberté pour refuser de répondre aux injonctions. Aussi les images d’une décapitation peuvent rester accessibles plusieurs jours alors qu’une association de lutte contre le cancer du sein est censurée dans les minutes qui suivent sa mise en ligne pour cause de pornographie ! »

Batho sur l’OS

Pour palier ces difficultés, ce fichu réseau Internet qui n’arrive pas à échapper « à l’autorité américaine », l’inspiré Boutih, éclairé par notre spécialiste, proposait de passer, plutôt qu'une action juridique ou réglementaire, « par le contrôle du coeur de la Toile qu’est le système d’exploitation ». Il suggérait tout autant « la création d’un Commissariat à la souveraineté numérique », « outil indispensable permettant l’alliance des pouvoirs publics et du privé pour doter la France et l’Europe de leur propre infrastructure numérique, sans reproduire la logique autarcique du modèle chinois ».

Bref... Mêmes idées, mêmes concepts, mêmes parfums entre les recommandations de 2015 et la proposition de Delphine Batho dans le projet de loi Numérique. L’avantage incontesté de l’amendement porté par sa grande copine socialiste est qu'il s'épargnera les critiques qu’avait dû affronter notre guidé du Far West. Des critiques ? Plusieurs incontestables grincheux avaient carbonisé sa prose, rappelant que Boutih est aussi directeur des relations institutionnelles de Skyrock. Une entreprise qui a pour incontestable PDG un certain Pierre Bellanger...

Commentaires (198)




« sera notre Constitution dans l’immatériel. Il garantira la sécurité des données, les libertés individuelles, le droit et l’économie des entreprises, il mutualisera les ressources et engagera la nation entière dans le renouveau et la croissance. »





Il ferait revenir l’être aimé et m’assurerait une augmentation ? <img data-src=" />





Son constat, basé sur des années d’expérience, est que derrière l’anarchie supposée de la Toile, se cache un ordre, celui des opérateurs américains qui de fait sont les vrais maîtres





Éradiquons les zaméricains et nous éradiquerons le djihadisme <img data-src=" />



Merci Marc pour ce florilège matinal <img data-src=" />




« Si c’est redévelopper un OS à partir de rien pour mettre je ne

sais pas trop quelle technologie, c’est un non-sens. Si c’est un OS

maitrisé par l’État pour y mettre plein de saletés, je m’y opposerai.

Nous ne sommes pas en Corée du Nord mais heureusement dans un État de

droit ». Et le patron de l’ANSSI d’insister : « L’OS souverain, je n’y crois pas. »





Ce swag !



Il est à l’ANSSI, il a tout compris <img data-src=" />



Entre ces déclarations et leurs guides de sécurisation de BGP et de Linux, je trouve que cet organisme tire la France vers le haut. C’est assez rare pour être souligné !


Le mec a encore un skyblog ! :eek:





Et sur cette autre page, en l’occurrence son blog,








MacGuiPro a écrit :



Le mec a encore un skyblog ! :eek:





Si ça se trouve, il utilise un Mac. <img data-src=" />









MacGuiPro a écrit :



Le mec a encore un skyblog ! :eek:





En même temps c’est sa radio, non ?



Bon maintenant que tout le monde sait que c’est une aberration et même si on adore les usines à gaz, on peut passer à autre chose? Histoire de ne pas y consacrer trop d’argent non plus…



Si vous voulez un cloud souverain, un os souverain sur du matériel souverain relancez le minitel.&nbsp;








John Shaft a écrit :



&nbsp;

Merci Marc pour ce florilège matinal <img data-src=" />





Je me suis dit la même chose. Il a du bouffer 2 kg de clémentines pendant la nuit. <img data-src=" />









L’eclaireur a écrit :



Bon maintenant que tout le monde sait que c’est une aberration et même si on adore les usines à gaz, on peut passer à autre chose? Histoire de ne pas y consacrer trop d’argent non plus…



Ben non. Le but c’est justement de perdre du temps et de l’argent inutilement. De toute façon, c’est toi qui paye. <img data-src=" />



Cofondateur même, selon la fiche Wikipedia de la station


A mon avis s’il veut un OS plus sécurisé, il faut qu’il se connecte avec notre OS national, le Minitel. <img data-src=" />








MacGuiPro a écrit :



Le mec a encore un skyblog !&nbsp;





Ça existe encore ? :o



Alors en fait, ils veulent faire un OS pour… Contrer Google et leurs services en ligne ? J’comprends pas trop, là.



Ça démarre fort les jeux de mots !


Ils ont deux ou trois décennies de retard sur un tel projet, c’est trop tard maintenant.


Un os made in france basé sur linux, perso je ne trouverais pas déconnant.

A la rigueur se servir de ce qui existe et des entreprises françaises. (Mandriva etc).



Promouvoir ça dans le public ( administrations etc), je ne trouve pas ça déconnant.

Certes ça a un coût etc, mais au final si c’est bien fait ça peut créer de l’emploi sur ce domaine là.



Mais pour ça il faut réutiliser l’existant, rester sur du libre, ne pas rajouter de porte dérobé etc.

Bref juste favoriser l’économie française même si c’est pour faire des compromis.


C’est clair qu’il fallait se lancer idéalement dans les années 80. Mais on a tenté, avec Bull, Thomson,… Sans grand succès. Le Far West qu’a été le marché de l’informatique personnelle des années 80 a été dominé par les Américains. <img data-src=" />


Et ce que je ne comprends pas, c’est que de l’autre côté Microsoft rend l’installation d’un OS alternatif de plus en plus compliqué…

Et du côté du gouvernement, ils ne réagissent pas !



http://www.developpez.com/actu/82892/Windows-10-un-grand-pas-vers-la-fin-de-la-d…








Salamandar a écrit :



Ça existe encore ? :o



Alors en fait, ils veulent faire un OS pour… Contrer Google et leurs services en ligne ? J’comprends pas trop, là.





C’est bien ce que je me suis dit également, avoir un OS souverain n’empechera pas d’aller sur YT & co, non ?



On vote bientôt pour les meilleurs titres et sous-titres ?&nbsp;<img data-src=" />&nbsp;


Ah et pour information les amis, côté distributions Linux françaises on a :





  • &nbsp;Linux Mint, basé sur Ubuntu, donc avec un peu de ses défauts mais aussi l’avantage que tout le monde connaît

  • Manjaro, une sublime distribution, facile à mettre en place, à utiliser, basée sur ArchLinux, avec tous ses avantages et sans sa difficulté d’installation.



    Donc je trouve qu’on est servis, ils n’ont plus qu’à se baser sur Manjaro voire même travailler avec les équipes de Mint (Cinnamon est français du coup, d’ailleurs), et le tour est joué !


« l’utilisation subtile d’Internet par les groupes radicaux », faut le reconnaître les AD sont très radicalisés sur ce sujet.<img data-src=" />


C’est clair, ils se déchaînent en ce moment ! <img data-src=" />








Salamandar a écrit :



Ah et pour information les amis, côté distributions Linux françaises on a :

&nbsp;Linux Mint, basé sur Ubuntu, donc avec un peu de ses défauts mais aussi l’avantage que tout le monde connaîtManjaro, une sublime distribution, facile à mettre en place, à utiliser, basée sur ArchLinux, avec tous ses avantages et sans sa difficulté d’installation.Donc je trouve qu’on est servis, ils n’ont plus qu’à se baser sur Manjaro voire même travailler avec les équipes de Mint (Cinnamon est français du coup, d’ailleurs), et le tour est joué !





C’est français Manjaro ? Source ?



Y’a til vraiment ne serait ce qu’une personne au gouvernement qui pense vraiment que des gens installeraient cette merde d’OS français ??



Mais personne ne dit rien sur ce gachi d’argent pour trouver des projets débiles, et les mecs payés pour faire ça ? C’est révoltant




se contente de réclamer un rapport sur la possibilité de créer un commissariat qui envisagera la possibilité de





with pincettes and à reculons <img data-src=" />









Burn2 a écrit :



Un os made in france basé sur linux, perso je ne trouverais pas déconnant.

A la rigueur se servir de ce qui existe et des entreprises françaises. (Mandriva etc).



Promouvoir ça dans le public ( administrations etc), je ne trouve pas ça déconnant.

Certes ça a un coût etc, mais au final si c’est bien fait ça peut créer de l’emploi sur ce domaine là.



Mais pour ça il faut réutiliser l’existant, rester sur du libre, ne pas rajouter de porte dérobé etc.

Bref juste favoriser l’économie française même si c’est pour faire des compromis.





Avoir un OS indépendant d’une société privée étrangère pour l’état est une bonne chose je trouve aussi.



Je n’ai pas vraiment d’autre “source officielle” pour le coup, juste que j’ai aussi vu des pseudos français sur les chans IRC :p

http://distrowatch.com/table.php?distribution=manjaro

C’est donc franco-austro-allemand :)



Pour info, c’est basé sur ArchLinux qui est canadien (même source), ya plus américain comme système ;)


En résumé, il chie à la gueule des géants du net et de nouvelle technologie car en France on arrive difficilement à les suivre dans la course avec tous les chargeurs que l’on s’est vidé dans les pieds.

C’est toujours amusant tout de même de les voir focaliser sur les même boîtes, de casser du sucre dessus à longueur de journée, de les accuser de tous les maux. Mais tout le monde sait que tout ça, c’est la fautes de toute façon aux jeux vidéo (niveau bouc émissaire, j’ai pas envie de sortir trop tôt le point Godwin)









L’eclaireur a écrit :



Bon maintenant que tout le monde sait que c’est une aberration et même si on adore les usines à gaz, on peut passer à autre chose? Histoire de ne pas y consacrer trop d’argent non plus…



Si vous voulez un cloud souverain, un os souverain sur du matériel souverain relancez le minitel.





C’est malheureusement ce qu’ils sont persuadés, il sont sûrs qu’internet, c’est pratiquement exclusivement google, amazon, facebook et apple. Le seul problème pour eux, c’est que ce minitel-mondiale, il n’est pas en France.



Niveau indépendance des entreprises américaines, Linux est loin d’être tout blanc. Il y a beaucoup de développeurs qui travaillent dans des grandes compagnies américaines : http://www.extremetech.com/wp-content/uploads/2014/02/02DataFlowBills3-1390852937757.jpg



Intel, Texas Instrument, IBM, Google participent à l’écriture du noyau.



A mon sens (et c’est mon idéologie), créer son propre noyau libre de toute ingérance américaine serait le top. Idéalement baser les postes sur du hardware français (ST Microelectronics, ou ce qu’il en reste, Bull,…).


un Marc très en forme <img data-src=" />



sinon un OS souverain punaise ça doit bien faire 15 ans qu’on en parle


Donner des moyens sérieux à Framasoft, histoire qu’ils soient un peu plus mis en avant, ce serait probablement plus productif !


Il y a plein de chose à faire dans le domaine de la souveraineté numérique :




  • aider à l’émergence d’un OS libre pour smartphone : il faut tordre le bras des constructeurs pour avoir des drivers libres et un multiboot

  • aider à sécuriser tout ce qui doit l’être : TLS, firefox, les serveurs web, DNS, mail, etc…

  • développer des alternatives aux solutions US : libreoffices, etc…



    Un service publique de souveraineté numérique, serait crédible et reconnu, si il fait des logiciels libres. Si c’est pour faire du fermé, personne n’aura confiance.








Ami-Kuns a écrit :



Ils ont deux ou trois décennies de retard sur un tel projet, c’est trop tard maintenant.





C’est pas trop tard non, mais ça mériterait des moyens considérables à mettre en place.



Article INtéressant qui décrypte les réseaux d’influences de ces Députés appelant à la création d’un OS souverain, et les enjeux sous-jacents pour ces gens-là.



Et pourquoi pas demander le retrait de la France du Commandement centralisé de l’OTAN ? Et le retrait de l’Union européenne (puisque l’ensemble des Etats de l’UE fait partie de l’OTAN) ? Soyons fous, soyons audacieux, allons au bout du raisonnement.


Si c’est sous forme de baisse d’impôts et autres avantages etc… pour attirer les entreprises pour faire chez nous&nbsp; des os pourquoi.



&nbsp;Par contre un projet d’état, je suis totalement contre.













Ricard a écrit :



C’est pas trop tard non, mais ça mériterait des moyens considérables à mettre en place.





Donc payer plus d’impôts ou augmenter notre déficit et diminuer notre compétitivité.







&nbsp;



STMicroElectronics <img data-src=" />

Non sérieusement, mon père y bosse, je suis dans “l’école d’STM” (Phelma), mais actuellement ils sont incapables de faire du “grand public” utilisable… Encore moins niveau logiciel.

Ya qu’à voir les Stm32 qu’ils tentent de mettre en face des Arduinos, ça a beau être génial sur le papier, c’est une horreur à mettre en place (tout le monde est d’accord sur le fait qu’ils devraient avoir honte de leur SDK).



Côté noyau Linux, il suffirait à peu près de faire un fork, non ? Je veux dire, ce n’est pas parce que des multinationales américaines y ont participé qu’il faut tout mettre à la poubelle. L’idée n’est pas d’avoir du code indépendant, l’idée est d’avoir un projet indépendant, non ?








MacGuiPro a écrit :



Niveau indépendance des entreprises américaines, Linux est loin d’être tout blanc. Il y a beaucoup de développeurs qui travaillent dans des grandes compagnies américaines : http://www.extremetech.com/wp-content/uploads/2014/02/02DataFlowBills3-1390852937757.jpg



Intel, Texas Instrument, IBM, Google participent à l’écriture du noyau.



A mon sens (et c’est mon idéologie), créer son propre noyau libre de toute ingérance américaine serait le top. Idéalement baser les postes sur du hardware français (ST Microelectronics, ou ce qu’il en reste, Bull,…).







Oui c’est sur, mais déjà sans aller à forker linux par exemple, on peut auditer le code de solution existante comme Linux ou *BSD. Ca serait déjà un bon pas en avant plutôt que de dépendre d’une société soumise au patriot act…







cyrano2 a écrit :



Il y a plein de chose à faire dans le domaine de la souveraineté numérique :




  • aider à l’émergence d’un OS libre pour smartphone : il faut tordre le bras des constructeurs pour avoir des drivers libres et un multiboot

  • aider à sécuriser tout ce qui doit l’être : TLS, firefox, les serveurs web, DNS, mail, etc…

  • développer des alternatives aux solutions US : libreoffices, etc…



    Un service publique de souveraineté numérique, serait crédible et reconnu, si il fait des logiciels libres. Si c’est pour faire du fermé, personne n’aura confiance.





    Promouvoir des solutions alternatives ou au moins européennes devraient être un axe déjà exploité. Ne serait-ce que pour avoir des alternatives viable se développer aux centrales d’informations comme Google <img data-src=" />







C’est vrai qu’on ne parle pas assez des OS mobiles. Ya Tizen qui arrive, qui va peut-être taper fort sur Android, et l’Europe n’est nulle part (pour ne pas dire la France).


Mais vu l’incompétence des élus et des dirigeants, et avec toutes les lois actuels, ma confiance serait proche de zéro.


Je m’étais arrêté aux capacités de ST de faire des µcontrôleurs et autres puces (et même à leurs tentatives avortées de cartes graphiques grand-public). C’est à ma connaissance le plus gros fondeur français.



Et faire un fork de quelque chose déjà “noyauté” par les Américains, est-ce que ça a beaucoup de sens ? Ca aurait plus de sens selon moi de réellement partir sur des bases “saines”, et de recommencer. On dispose déjà de noyaux français utilisés dans l’industrie, il nous reste à les rendre POSIX-compliant (plus facile à dire qu’à faire), ou à développer de nouveaux paradigmes (noyau time-triggered par exemple).


C’est une possibilité en effet, de mettre les agences comme l’ANSSI (et probablement d’autres plus secrètes) sur l’audit et l’analyse de code existant (propriétaire ou non) pour en faire une base. Ou alors partir d’une base franco-française respectant les standards internationaux (POSIX entre autres).


ST sait graver des CPU avec une gravure “correct” (entendre pas la plus fine mais suffisant pour 95% des usages)

Mais au vu des coûts ils ne feront rien. Car seul 3 gus ira acheter le hardware spécial OS souverain français


Plus le temps passe et plus j’ai l’impression que notre cher gouvernement veut jouer les apprentis sorciers de l’informatique. Ca n’y connait rien mais pas grave on fait quand même.

Et finalement ca prend du temps mais il vont finir par y arriver à nous faire une belle petite dictature à la chinoise en douce.

Je préconise qu’on instaure une idée que je viens d’avoir, qui serait un camp de redressement pour les gens qui vont sur internet et ne font pas bien ce que le gouvernement dit de faire. Ah mince l’idée a déjà été utilisée ailleurs.








joma74fr a écrit :



Article INtéressant qui décrypte les réseaux d’influences de ces Députés appelant à la création d’un OS souverain, et les enjeux sous-jacents pour ces gens-là.



Et pourquoi pas demander le retrait de la France du Commandement centralisé de l’OTAN ? Et le retrait de l’Union européenne (puisque l’ensemble des Etats de l’UE fait partie de l’OTAN) ? Soyons fous, soyons audacieux, allons au bout du raisonnement.





Et surtout, vive l’exception culturelle&nbsp;<img data-src=" /> (spéciale dédicace à Pierre Bellanger, l’homme médiatique, plus que politique)



Faut voir, si on fait un PC bureautique, qui correspondrait à (à la louche) 80% des besoins des administrations, il faut calculer la rentabilité du projet. Après il faut les coûts du logiciel (OS, suite bureautique, couches réseau & IHM & gestion des périphériques,…), et là ça peut monter très vite.


Certes, de ce côté là ils se démerdent pas mal (enfin côté technique. Côté décisionnel, c’est une catastrophe).

Mais ils ne sont pas au niveau de faire des procos. Ils pourraient peut-être faire des cartes mères, encore que je ne connais pas les capacités nécessaires pour ça…



Par contre je ne vois pas en quoi le noyau pourrait être “noyauté” par les Américains. J’veux dire, c’est du code source, avec des milliers (?) de contributeurs partout dans le monde, les contributeurs genre IBM etc ne font quand même pas tout ce qu’ils veulent.

Enfin c’est une question naïve, tu as peut-être plus d’éléments de compréhension que moi ^^”

Surtout que si c’est pour faire un noyau français, je ferais plus confiance à Linux. Côté vie privée, renseignement, etc, autant que côté fonctionnement et fiabilité (pas que j’ai pas confiance en les compétences françaises, juste que ya du boulot avant qu’un noyau soit fiable).

&nbsp;

Faire un audit avant de faire un fork, ça me semblerait en tout cas tout à fait censé ;)


« par le contrôle du coeur de la Toile qu’est le système d’exploitation »



C’est moi ou le type n’a compris ni ce qu’est Internet ni ce qu’est un OS ?


Des CPUs ? Tu penses aux uContrôlleurs du genre STM32 ? Ce n’est pas des procos, c’est cadencé à 220MHz maxi.

En plus, ST ne connaît que l’ARM (et ils le connaissent bien).

http://www.st.com/web/en/catalog/mmc/FM141








Ami-Kuns a écrit :



Mais vu l’incompétence des élus et des dirigeants, et avec toutes les lois actuels, ma confiance serait proche de zéro.





C’est plus que certain.



ST avait fait des cartes graphiques (plutôt pas mauvaises, pas à la pointe, mais un bon milieu de gamme), les Kyro. Donc s’ils savent faire des GPU, je pense que le pas pour les CPU est assez mince. Après on est d’accord, c’est pas ST qui va concurrencer les&nbsp;Core i7 demain (ni même les processeurs AMD <img data-src=" />).



&nbsp;Je n’ai pas audité le noyau Linux, donc je ne peux pas dire qu’il faut faire confiance à IBM, Google & co ou non. Là-dessus, je ne peux qu’avoir de la paranoïa (qu’elle soit basée sur des faits réels ou non).



Personnellement j’aime bien le tout ou rien. Quitte à faire quelque chose de vraiment français, autant repartir sur des bases neuves plutôt que de réutiliser un code existant. Nos organismes de recherche public ont des solutions existantes de noyaux, il doit bien en exister quelques uns qu’on pourrait exploiter.


le minitel a été réinventé par Apple et Google, ça s’appelle AppStore, Google Play, ou encore Freebox ou Bbox Miami (le monopole en moins, mais il faut changer d’OS ou de FAI pour accéder à un autre magasin numérique).


Un OS souverain en partant de zéro est une belle utopie.

Une version de Linux modifié et sécurisé est plus réaliste.

&nbsp;


Tu parles de ça ? :http://www.wikiwand.com/fr/Kyro

Ils font de l’embedded, donc petite microélectronique, capteurs, etc. Niveau performance, FirefoxOS ne tournerait même pas dessus. Et ce n’est pas leur but :)



Côté passage de GPU à CPU, je t’assure que le pas n’est pas aisé (mon voisin à l’instant, étudiant en électronique numérique, qui compte bosser chez ARM, me le confirme :) ).



Ah du coup on n’est pas d’accord sur un point : pour moi quand il existe des librairies etc, c’est bien de pouvoir les utiliser. L’idée étant d’utiliser la même librairie (et donc même API) que les autres, et que ce soit plus propre :)




des médias ont déjà anticipé l’arrivée toute imminente d’un Windows Made in France, prêt à « booter » sur le PC de notre brave Mme Michu.







« Si c’est redévelopper un OS à partir de rien pour mettre je ne sais pas trop quelle technologie, c’est un non-sens. Si c’est un OS maitrisé par l’État pour y mettre plein de saletés, je m’y opposerai. Nous ne sommes pas en Corée du Nord mais heureusement dans un État de droit ».







  1. C’est complètement irréaliste de développer un « nouveau Windows made in France », je pense que tout le monde est d’accord là-dessus. Ça demande des ressources tellement colossales de développer un OS, on n’arrivera à rien en voulant développer un OS à partir de zéro… Si l’État veut se doter de son propre OS il faut donc se baser sur de l’existant. Je pense que ce serait stupide de se débarrasser de Windows pour aller dans les bras de Google ou de Apple, ça ne changerait rien au problème… Le meilleur point de départ serait donc une distribution GNU/Linux, la meilleure solution pour ne dépendre d’aucun géant américain.



  2. Un tel OS ne sera jamais adopté par le public. Moi le premier, je n’aurais aucune envie d’installer un « OS gouvernemental », rien que le nom ça fait peur… Non, il est évident qu’un tel « OS souverain » aurait surtout vocation à être utilisé par l’administration française elle-même, là encore pour se débarrasser de la dépendance aux géants américains.





    Bref, pour moi un « OS souverain » devrait avant tout être un OS utilisé par les services de l’État pour gagner en indépendance vis-à-vis des géants américains (Microsoft, Apple, Google, Oracle…). Là, ça aurait du sens, à condition bien sûr de ne pas chercher à développer un truc à partir de zéro.







    Il a par ailleurs rappelé que l’ANSSI a travaillé de longues dates sur un OS sécurisé reposant sur une couche Linux, visant à avoir plusieurs niveaux de confiance pour des architectures sécurisées. « Si c’est ça faire un OS souverain, on l’a déjà ! »





    Qu’est-ce qu’ils attendent pour le déployer et l’utiliser réellement, alors ?


Je pense qu’il a utilisé le mot “coeur” dans le sens de “base de fonctionnement” (ce qui donne vie au réseau internet) et non dans le sens de “centre du réseau”. (mais je peux me tromper)


Faisons simple : que l’état (l’Europe ?) propose un socle système et applicatif open source&nbsp; et sécurisé qui garanti l’interopérabilité et notre sécurité numérique.&nbsp; Distribution linux et autres outils ouverts sont à la fois disponibles et à “standardiser”.

Obligations légales pour les armées et les administrations de les utiliser….


C’était ces cartes. De mémoire elles ont reçu un accueil tiède, par des performances en dessous de nVidia ou ATI à l’époque. Mais ça a montré que la France pouvait, dans le début des années 2000, tenir la course à l’armement.

Après, je n’ai pas suivi les évolutions de ST depuis 2008, donc s’ils ont pris un virage vers le µcontrôleur, effectivement on est loin du CPU x86.



D’ailleurs, une nouvelle archi CPU ça serait aussi pas mal, un ARM à la française, ça le ferait. Il faudrait faire un bond en arrière (en terme de performances par exemple), mais développer un petit CPU sur une archi novatrice ça pourrait être bien. Financièrement peu rentable je suppose, mais efficace.



Quant au noyau et aux librairies, je suis pour une indépendance totale (c’est à dire plus qu’un fork d’un projet existant). On saurait développer un navigateur (qui ne passe pas tout de suite les tests ACID), on saurait développer un petit traitement de texte,… A mon sens mettre les projets de recherche Français (à la Chinoise, on déclare un grand projet et on met un paquet de pognon dessus) ça a du sens, et ça donnerait une vraie indépendance, supérieure à ce qu’on aurait en faisant un nième Linux qui ne sera pas maintenu.


Ce que je vois surtout c’est que le fameux commissariat est encore un objet “au milieu”. On n’est pas sur un modèle décentralisé, n’est ce pas ?



Comme dit déjà on a ce qu’il faut coté OS, il suffit juste d’en faire une promotion adéquat. Éventuellement avec une obligation légale des constructeurs de faire des pilotes matériel pour ces OS (en tout cas une famille d’OS). C’est quand même toujours un problème flagrant de nos jours.

&nbsp;

&nbsp;Et non il n’est pas trop tard pour une souveraineté. Maintenant de quelle souveraineté on parle est une autre histoire. Si c’est celle du peuple sur ces données personnelles et l’usage fait de celles-ci, ok. Si c’est pour un outil d’état cela ne peut que finir mal.



&nbsp;


Qui à parlé de laisser le choix ?&nbsp;&nbsp;



Aujourd’hui certains diront que c’est impossible (je reste persuadé que la France et prête pour une politique encore bien plus directive.) , mais dans 5 à 10 ans ?&nbsp;


<img data-src=" /><img data-src=" />


Ah les incontestables spécialistes, informatique, sécurité, économique, écologique, on entend toujours les mêmes, et les problèmes sont toujours là.

Ces spécialistes, c’est comme l’administration française, on va en crever. &nbsp;








Konrad a écrit :



Qu’est-ce qu’ils attendent pour le déployer et l’utiliser réellement, alors ?







Si on a un “SELinux” version ANSII plutôt que NSA ca pourrait être pas mal oui…



Okok, je dois avouer que je n’étais pas assez vieux à l’époque pour le constater <img data-src=" />

Mais oui actuellement, ils bossent essentiellement sur le microcontrôlleur et les capteurs, donc sur l’embedded. Après, ils ont les usines qu’il faut (si ils ne ferment pas la nouvelle Crolles 300), donc si ils veulent se relancer dans la course, c’est possible.



Une nouvelle archi ? Supportée par absolument rien ? Baaaaaah je dirais pas non, mais à condition que ce soit un truc suffisamment réfléchi pour que partir de zéro soit effectivement très intéressant côté Watts/perfs. Et si son développement est fait en accord avec le noyau Linux (ou un noyau POSIX), ça peut être avantageux.



Ben justement, je me dis qu’il vaut mieux se baser sur un truc existant (Linux + Qt/GTK), qui a une bonne base de développeurs déjà, et qui continuera quoi qu’il arrive ^^’


Ce qu’on attend ? Un véritable ambition politique venant de vrais hommes et femmes qui en ont…. et pas des larves de mega fonctionnaires soumis à tous les lobbys de la planète !

Il suffit de voir combien d’administrations publiques ont validé des achats d’IPhone …. pour quel ROI ?

Nous finançons ceux qui nous tuent….


On rentre dans le débat effectivement des capacités industrielles de France. Pour moi l’électronique devrait être une des priorités du gouvernement. La Chine a lancé plus de 100 projets (de plusieurs millions chacun), comme ici : http://www.businessinsider.com/108-giant-chinese-infrastructure-projects-that-are-reshaping-the-world-2011-12?op=1&IR=T, on devrait faire de même avec nos moyens. Développer une architecture CPU suffisante pour un PC de bureau administratif serait un bon projet.



Développer quelque chose compatible avec des standards internationaux, c’est la base même du projet Linux. :) A mon sens on peut faire de même avec un OS français, en gardant la compatibilité avec POSIX au minimum. On ne va pas réinventer les langages de programmation (nos chercheurs le font très bien ça avec des trucs utilisés quasiment que dans les universités, coucou CAML), on peut repartir d’un standard, le C, et développer dessus ce qu’il nous faut.



Je suis pour une interopérabilité au niveau applicatif (documents,…), mais pour un développement maîtrisé à 100% des couches basses (et à mon goût abstrait des apports de Google, IBM & co).


PS:

&nbsp; Je sais pas pour vous mais ca:

http://cast.skyrock.net/bellanger/SOUVERAINETE_NUMERIQUE_CONDITION_DE_LA_DEFENSE…

(en lien dans l’article) démarre sur les chapeaux de roue dès la page 3. Si vous voulez vous marrer un peu aujourd’hui, et bien une lecture s’impose.

&nbsp;








Salamandar a écrit :



[…]

Une nouvelle archi ? Supportée par absolument rien ? Baaaaaah je dirais pas non, mais à condition que ce soit un truc suffisamment réfléchi pour que partir de zéro soit effectivement très intéressant côté Watts/perfs.

[…]



Ça existe

&nbsp;





Il a par ailleurs rappelé que l’ANSSI a travaillé de longues dates sur

un OS sécurisé reposant sur une couche Linux, visant à avoir plusieurs

niveaux de confiance pour des architectures sécurisées. « Si c’est ça faire un OS souverain, on l’a déjà ! »



Va-t-on l’utiliser pour le vote électronique ? <img data-src=" />


Je trouve que les propos ne sont absolument pas constructifs.



C’est tentant de basher l’incompétence autour de ce sujet, mais au final, je trouve la manière de faire quelque peu enfantine.



Si l’ANSSI développe une distribution sécurisée, c’est bien pour quelque chose, donc au lieu de basher l’idée en révélant les discours qui sont derrière, notamment cette utopie du verrouillage du net, il aurait mieux fait d’expliquer en quoi une distribution maîtrisée par l’état français pourrait être une bonne chose pour les administrations.



Et, au delà d’une distribution française, c’est une vraie volonté de développement d’outils communs aux administrations qu’il faudrait, qui permettrait de gagner à la fois en souveraineté et sur le long terme, en budget.


C’est pas l’ANSSI en cause, ils ont les compétences pour cela , mais les politiques ne savent pas ce qu’ils veulent et changent d’avis tous les quatre matin.








Ami-Kuns a écrit :



C’est pas l’ANSSI en cause, ils ont les compétences pour cela , mais les politiques ne savent pas ce qu’ils veulent et changent d’avis tous les quatre matin.





Oui, l’ANSSI n’est pas en cause, mais son directeur pourrait essayer d’être plus constructif dans son discours.









ActionFighter a écrit :



Si l’ANSSI développe une distribution sécurisée, c’est bien pour quelque chose, donc au lieu de basher l’idée en révélant les discours qui sont derrière, notamment cette utopie du verrouillage du net, il aurait mieux fait d’expliquer en quoi une distribution maîtrisée par l’état français pourrait être une bonne chose pour les administrations.



Et, au delà d’une distribution française, c’est une vraie volonté de développement d’outils communs aux administrations qu’il faudrait, qui permettrait de gagner à la fois en souveraineté et sur le long terme, en budget.







+1 <img data-src=" />



Pour les politiciens et journaleux qui ont une compréhension limitée du sujet, c’est plus facile de faire du bruit en sortant des vannes à base de « développer un Windows à la française à partir de zéro, mais ça n’est pas réaliste ! », ou encore « vous vous prenez pour Bill Gates ou quoi LOL ». En sortant des vannes comme ça ils se croient plus malins, et surtout ils veulent éviter le débat. Car s’il y a débat on risquerait de s’apercevoir qu’ils n’y connaissent rien…



ça fait 2 ans qu’un nouvel OS doit taper sur android (et 5 ans que le véritable iPhone killer sort demain).&nbsp;



Il me semble que Tizen ne concerne que Samsung, qui n’est plus aussi influent qu’avant dans le monde des fabricants de smartphone.


cf. ceci:

&nbsp;

“CLIP fournit des mécanismes de cloisonnement qui rendent possible le traitement simultané, sur le même poste informatique, d’informations publiques d’une part et sensibles d’autre part, au sein de deux environnements logiciels totalement isolés.



Les équipes techniques de l’ANSSI ont élaboré, pour les besoins de l’administration, un système d’exploitation sécurisé dénommé CLIP. Ce système d’exploitation basé sur Linux intègre un ensemble de mécanismes de sécurité qui lui confèrent un très haut niveau de résistance aux codes malveillants et lui permettent d’assurer la protection d’informations sensibles. Il fournit par ailleurs des mécanismes de cloisonnement qui rendent possible le traitement simultané, sur le même poste informatique, d’informations publiques d’une part et sensibles d’autre part, au sein de deux environnements logiciels totalement isolés, dans l’objectif d’éliminer les risques de fuite des informations sensibles sur le réseau public. Ce système peut être déployé aussi bien sur des passerelles de sécurité que sur des postes clients, y compris portables. Il permet notamment l’accès à des informations sensibles dans un cadre d’utilisation nomade.”



y’a même une video (mais le son est dégueu)




« Si c’est ça faire un OS souverain, on l’a déjà ! »





Ah bon ? <img data-src=" />

Il fait référence au Minitel ou c’set sérieux ?


c’est une distrib spécifique à leurs besoins.

c’est pas le genre de trucs que tu vas installer chez Mme Michu.

la mère Michu, le cloisonnement elle s’en tape. ^^








TexMex a écrit :



PS:

&nbsp; Je sais pas pour vous mais ca:

http://cast.skyrock.net/bellanger/SOUVERAINETE_NUMERIQUE_CONDITION_DE_LA_DEFENSE…

(en lien dans l’article) démarre sur les chapeaux de roue dès la page 3. Si vous voulez vous marrer un peu aujourd’hui, et bien une lecture s’impose.

&nbsp;





La page 3 <img data-src=" />. Je n’ai pas de mots pour décrire ça. C’est ça le spécialiste incontesté des enjeux du réseau de nos députés ? Mon Dieu, ayez pitié de nous.



C’est quand même fait pour être déployé dans les administrations et les OIV (Opérateurs d’Importance Vitale). L’OS souverain à la base, c’est important pour ça. Si la recette de madeleines et les photos de vacances à La Baule de madame Michu finit sur les serveurs de la NSA, on s’en tape aussi ^^.


Le plus drôle c’est que plus loin il tombe juste (même si c’est des poncifs flagrants) su certains trucs mais en utilisant des arguments loufoques ou contradictoires a ce qu’il avance.


dans les administrations? là où le déplacement d’un bouton génère un mini-tsunami? <img data-src=" />

quant aux OIV ils sont indépendants dans leur choix d’OS.



je veux dire: au delà de la conception/développement qui couterait un bras et prendrait des années, il faut aussi que les gens s’en servent.

si y’a pas de besoin ça va être compliqué. ^^








TexMex a écrit :



PS:

&nbsp; Je sais pas pour vous mais ca:

http://cast.skyrock.net/bellanger/SOUVERAINETE_NUMERIQUE_CONDITION_DE_LA_DEFENSE…

(en lien dans l’article) démarre sur les chapeaux de roue dès la page 3. Si vous voulez vous marrer un peu aujourd’hui, et bien une lecture s’impose.

&nbsp;





Merci, c’est effectivement très fort.



ils anticipent qu’il y aura bientôt beaucoup de socialistes au chômage donc on va ajouter aux milliers d’organismes publics qui coutent des milliards et qui servent à rien d’autres organismes publics où on pourra caser les copains en délicatesse de mandat.



Toute une philosophie qui se révèle là !!!!


Par administration je ne parle pas de la mairie de mon bled ^^. Je pensais plutôt aux ministères (industrie, défense, recherche), les centres de recherche…



Les OIV sont évidemment indépendants dans leur choix d’OS, et pour qu’ils aient envie de migrer sur un OS souverain, il faut qu’ils y voient une plus-value. La sécurité de l’information est une plus-value non négligeable pour eux.



AMHA le besoin existe.


Allez tous virer votre Windows/OS X/Ubuntu/Debian/Gentoo/Arch/Hurd/FreeBSD et mettre Mageia bande de terroristes ! <img data-src=" />


Es tu conscient qu’en étalant une telle stupidité en tentant de faire un trait d’humour, tu es en train de desservir ton propos?



Moi je dis ça, c’est pour aider…


non non ce n’est pas de l’humour, je n’ai jamais été aussi sérieux, mais visiblement tu ne dois pas lire le journal officiel très souvent.

&nbsp;Sinon, tu trouveras toutes les illustrations de ce que j’ai résumé en une phrase dans les écrits de la cour des comptes et les rapports du conseil d’état.


Ouais donc en fait non, oubliez notre OS souverain, hein… Tous comptes fais, on en veux pas, je veux dire Windows 10 ou Mac OS X sont de très bon OS, et Linux le graaale de la perfection Osique.



Et puis, quand l’OS serait fait, il faudra de la maintenance, il faudra des équipes pour conseiller les entreprises, faire du SAV pour les utilisateurs, aider a l’installation dans les parcs de postes de travail, j’imagine déjà la qualité de service aligné avec le reste de la fonction public.


si le besoin existe c’est peut-être dans une partie des DSI.

au niveau métier jsuis pas certain que les utilisateurs aient un besoin de cloisonnement.



après s’ils s’agit de leur proposer une possibilité de plus, c’est très bien. jsuis content que l’ANSSI ait développé une solution maison de sécu.



de là à en faire un OS souverain… je préfère que l’Etat aide les entrepreneurs français plutôt que de faire un “cloud souverain”-like, ce qui arrivera forcément si on repart sur les mêmes bases.


“Des milliers d’organismes publics qui ne servent à rien et coutent des milliards”. Vous savez déjà ce que ça fait un million, Larmina&nbsp;?

&nbsp;


Il y a un gros problème avec la news, elle est pleine de sous titre. <img data-src=" />


Quel casse OS ce Poupard.



<img data-src=" />




d’un Windows Made in France, prêt à « booter » sur le PC de notre brave Mme Michu.

Les oreilles vont siffler dans les ministères. <img data-src=" />


&nbsp;+1 je vois pas le rapport








MacGuiPro a écrit :



A mon avis s’il veut un OS plus sécurisé, il faut qu’il se connecte avec notre OS national, le Minitel. <img data-src=" />









j’ai presque envie de dire que tout le monde semble oublier qu’il y avait l’alternative mandriva qui était francaise.. avant qu’elle ne soit fermée.. ils auraient pu investir&nbsp;



&nbsp;Ils ont fait quoi chez Mandriva ? Une n-ième distribution Linux ou alors tout un OS ?


Ce gouvernement Manuel (pas Intellectuel) Valls permet tout de même un niveau d’expression du crétinisme rarement (jamais?) atteint!



Mais bon, la comparaison (c’est clair qu’un Patrioct Act va bientôt nous sembler léger) avec la Corée du Nord devient chaque jour moins farfelue… Pour un bilan qui reste mauvais, faute d’avoir compris les enjeux depuis 30 ans pas plus que (faute de commencer par les étudier) des ennemis bien actuels, ayant atteint la masse critique du fait des décennies d’errements, devant lesquels ils ne savent faire que les pompiers apeurés s’offrant le luxe de gaspiller les moyens en arrosant à côté.


Un système d’exploitation fait en France pour le grand public, chacun sait que ça ne peut être que du Linux.&nbsp; Car vu les difficultés qu’il y a à obtenir des drivers optimisés sous cet OS , j’imagine mal les constructeurs se casser le cul pour un autre truc totalement exotique fait au pays des 1000 fromages. Déjà on avait bien rigolé avec le parefeu Open Office, mais jusqu’au sont-ils prêt à aller ?&nbsp;



Le minimum obligatoire qui a l’air d’être impossible à mettre en place serait une obligation d’un choix de système d’exploitation sur les PC neuf, actuellement c’est la pomme ou la fenêtre, le pingouin reste à la porte :(

&nbsp;

&nbsp;


Le 27/01/2016 à 11h58