Streaming illicite de matchs : un sénateur veut qu’Hadopi rende une décision de blocage en 5 minutes

Streaming illicite de matchs : un sénateur veut qu’Hadopi rende une décision de blocage en 5 minutes

300 secondes chrono

Avatar de l'auteur
Marc Rees

Publié dans

Droit

11/02/2019
57

Streaming illicite de matchs : un sénateur veut qu’Hadopi rende une décision de blocage en 5 minutes

Le sénateur Jean-Pierre Leleux (LR) suggère que la Hadopi puisse rendre une décision de blocage des sites de streaming de compétitions sportives. Idéalement dans les cinq minutes après le début d’un match. Un voeu prononcé à l'occasion d'un colloque organisé par la Hadopi, jeudi dernier au Sénat.

La question du blocage judiciaire est réglée en France depuis plusieurs années. En 2013, la justice a ainsi ordonné aux FAI de couper l’accès aux sites de la galaxie Allostreaming en se fondant sur un article phare du Code de la propriété intellectuelle. Quatre ans plus tard, dans les pas de la Cour de justice de l'Union européenne, la Cour de cassation a même considéré que les frais de ces mesures pouvaient être supportés par les seuls FAI.

En effet, écrit la haute juridiction, « nonobstant leur irresponsabilité de principe, les fournisseurs d’accès et d’hébergement sont tenus de contribuer à la lutte contre les contenus illicites et, plus particulièrement, contre la contrefaçon de droits d’auteur et de droits voisins, dès lors qu’ils sont les mieux à même de mettre fin à ces atteintes ».

Seulement, avec le succès des sites de streaming de compétitions sportives, l'industrie en question ne veut se contenter d’un tel dispositif qui prend parfois des mois, si ce n’est des années, pour aboutir. Lors du colloque organisé au Sénat par la Hadopi, plusieurs voix ont sans surprise plaidé pour des solutions  plus ambitieuses, en particulier le live blocking.

L'exemple anglais du live blocking 

En octobre 2018, dans son rapport sur l’audiovisuel, la députée Aurore Bergé avait déjà les yeux tournés sur cet instrument en vigueur au Royaume-Uni, celui du blocage en direct.

« Chaque semaine, sont ainsi bloqués les sites de live streaming illégaux pour une période correspondant environ à la durée de l’évènement sportif qu’ils envisageaient de diffuser, détaille la Hadopi, dans un document comparant les réponses internationales au piratage. La liste des sites concernés est en principe établie au début de chaque semaine par les ayants droit. Cette liste peut toutefois être actualisée en cours de semaine. Certaines mesures sont susceptibles d’être également prises en temps réel, au moment même de la diffusion de l’évènement sportif » 

Au Sénat, en marge de la conférence du 7 février, Jean-Pierre Leleux a considéré que le temps était venu de dépoussiérer l’institution. Certes, « Hadopi a fait son œuvre du mieux possible si l’on tient compte des compétences qui lui ont été confiées par la loi. La partie sensibilisation au pillage des droits d’auteur est bien gérée par elle ». Seulement, nous confie-t-il, 10 ans après le vote de la loi de 2009, « il faut [lui] donner plus de pouvoir puisqu’on se rend compte que la procédure judiciaire est trop longue, pas efficace ». Des propos dans la droite ligne des voeux de l'institution elle-même. 

Une décision rendue dans les cinq minutes, après identification

À l’égard des sites de streaming de compétitions sportives, en particulier, le sénateur considère que, pour être justement efficace, cette décision doit tomber très rapidement, « dans les cinq minutes qui suivent le début d’un match ».

Sur le plan technique, « j’imagine qu’il y a des moyens », même si « le tout est de ne pas se tromper et d’avoir affaire à un site qui diffuse des liens pirates ». Pour huiler ce processus, l’idée serait en tout cas que la Hadopi soit à même d’identifier ces sites au préalable, avant de prendre une décision. Il admet tout de même que « l’élément juridique peut être compliqué parce qu’on est dans un pays de droit ».

Outre l’aspect opérationnel, la difficulté d’une décision de blocage (ou de déréférencement des moteurs) est en effet qu’elle frappe l’intégralité d’un site où des contenus licites peuvent côtoyer des contenus qui ne le sont pas. Voilà pourquoi l'appréciation par le juge de ces parts respectives est parfois complexe. 

Autre piste de réforme suggérée par le sénateur : la possibilité pour l'autorité de distribuer des sanctions à l'encontre des abonnés non sécurisés, sans passage par la case judiciaire. « Il faut donner des pouvoirs de sanctions administratives, sans se départir du contrôle du juge, peut-être a posteriori dans un certain nombre de cas » considère Jean-Pierre Leleux. Son montant ? « Pas forcément très élevé, peut-être au niveau d'une contravention de première classe, 25 ou 30 euros ».

57

Écrit par Marc Rees

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

L'exemple anglais du live blocking 

Une décision rendue dans les cinq minutes, après identification

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (57)


durthu Abonné
Le 11/02/2019 à 13h 48

J’ai lu “sénateur”, “décision” et “5 minutes” dans le titre et j’ai déjà commencé à rire … <img data-src=" />


Le 11/02/2019 à 13h 55

C’est pas du tout le genre d’outil qui a le potentiel d’être détourné pour faire de la censure “just-in-time”.


Le 11/02/2019 à 13h 55







durthu a écrit :



J’ai lu “sénateur”, “décision” et “5 minutes” dans le titre et j’ai déjà commencé à rire … <img data-src=" />





La même. J’ai cru que l’on était dredi ou le 1er avril en avance. :)



Le 11/02/2019 à 13h 57

Donc en gros il faudra développer des solutions de streaming en mode fast-flux où les IP changent toute les 4 minutes tout en protégeant la ou les sources initiales, un peu comme TOR ? Avec du FTTH entre 100 et 500Mbps dans tous les foyers ?



“challenge accepted”.



Mais le résultat risque de pas forcément plaire aux AD qui adorent la centralisation :-)


Le 11/02/2019 à 13h 57

Après avoir soutenu de Villiers, Fillon et Wauquiez, il s’enfonce encore un peu plus…

&nbsp;Enfin on voit dans tous les cas qu’il ne connaît pas ce dont il parle, comme le montrent toutes les citations de la dernière partie


dvr-x Abonné
Le 11/02/2019 à 14h 04

En même temps, ce qu’ils disent est vrai… Tu peux pas bloquer un site de Streaming illégale s’il faut plusieurs mois de procédure…


Le 11/02/2019 à 14h 10







durthu a écrit :



J’ai lu “sénateur”, “décision” et “5 minutes” dans le titre et j’ai déjà commencé à rire … <img data-src=" />





Pareil et je me suis même dit que c’est maintenant la plus courte histoire drôle que je connaisse.



Le 11/02/2019 à 14h 13



Il admet regrette tout de même que « l’élément juridique peut être compliqué parce qu’on est dans un pays de droit ».



<img data-src=" />

mauvaise tournure de phrase/20… <img data-src=" />









dvr-x a écrit :



En même temps, ce qu’ils disent est vrai… Tu peux pas bloquer un site de Streaming illégale s’il faut plusieurs mois de procédure…





oui mais comme indiqué, laisser 5 minutes à une autorité administrative pour mettre en place un truc avec de gros effets de bords potentiels, ça fait un peu limite niveau bénéfice/risque…





la possibilité pour l’autorité de distribuer des sanctions à l’encontre des abonnés non sécurisés, sans passage par la case judiciaire.



du coup la HADOPI a publié les specs de ce qu’elle considère être une “sécurisation” de la ligne, histoire de caractériser un minimum le délit ?



Le 11/02/2019 à 14h 14

Cela veut donc dire qu’Hadopi va se founir d’une MO externe dispo et pas chère (au hasard TMG) afin d’avoir un contrôle 247.



Donc en fait, sous l’égide de l’Hadopi, un contractuel (presta ssii/stagiaire) validera le lien comme étant illégal puis envoi auto aux FAI pour blackilist instant avec MAJ des noeuds DNS dans la foulée … oui oui le blocage en France est vu comme infaillible par DNS.



Et après t’as Free qui te sort des forfait Internet premium CSP++ pour financer le bousin.



Elle est belle la taxe carbone 2.0.



Enjoy. Plus c’est gros, plus ça passe.


Le 11/02/2019 à 14h 31

Pas besoin d’un contractuel il suffit de demander à l’Adjudant Pichon


Le 11/02/2019 à 14h 33







WereWindle a écrit :



du coup la HADOPI a publié les specs de ce qu’elle considère être une “sécurisation” de la ligne, histoire de caractériser un minimum le délit ?





La légende dit qu’un jour ils le savaient, mais que les documents concernant les bonnes pratiques à suivre ainsi que les logiciels proposés pour surfer en toute légalité ont disparus. Sûrement volés. Par des pirates. Anonymes. Mais travaillant sûrement pour la Russie.



Je les aiderai bien avec un petit mail de soutien, mais j’ai trop peur que ma connexion internet soit utilisée frauduleusement en essayant de les contacter <img data-src=" />



Mais si tu prends ce vieux prétexte de sécurisation de ligne et un peu toute la mentalité autour, tu te demandes si limite pour eux le moyen pour être sûr d’être dans la légalité, c’est avec ton routeur débranché scotché autour de la taille, à guetter le premier mec qui essaierait de rentrer chez toi pour se connecter frauduleusement. Pff <img data-src=" />



Le 11/02/2019 à 14h 35

On applique la même chose aux politocards qui racontent de la merde ? Perte de tout leurs postes/mandats en -5min.


Le 11/02/2019 à 14h 36

“&nbsp;Hadopi&nbsp;a fait son œuvre du mieux possible si l’on tient compte des compétences qui lui ont été confiées par la loi. La partie sensibilisation au pillage des droits d’auteur est bien gérée par elle”<img data-src=" />

<img data-src=" />


Le 11/02/2019 à 15h 00







WereWindle a écrit :



oui mais comme indiqué, laisser 5 minutes à une autorité administrative pour mettre en place un truc avec de gros effets de bords potentiels, ça fait un peu limite niveau bénéfice/risque…





Le problème comme toujours dans la rapidité, ce sont les conséquences d’un faux positif : A grand pouvoir, grandes responsabilité - et donc grosses sanctions en cas d’abus (voir même de simple erreur, y compris de bonne fois).



Or, là encore, ces officines veulent bien le “pouvoir” mais ne veulent surtout pas de la responsabilité - notamment financière & procédurière - qui va avec.



Ils veulent une coupure en 5mn, mais quel est le recours ? Une procédure administrative de 5 ans, qui se conclura sur un pauvre papier qui reconnaîtra que c’était abusif et c’est tout ?

A partir du moment où il n’y a pas de “risque” pour la Hadopi&nbsp; , ses membres & sa direction, ça ne peux QUE dériver.



Enfin je note avec amertume que dans ce genre de cas, on protégerais mieux les droits télévisuels (notamment du sport) que les enfants victime d’abus sexuels… (puisqu’ils aiment bien comparer les solutions techniques & juridique).



Le 11/02/2019 à 15h 07

« le tout est de ne pas se tromper et d’avoir à faire à un site qui diffuse des liens pirates »



Le jour où ils se tromperont, qui paiera le manque à gagner pour le site bloqué ?


Le 11/02/2019 à 15h 10

&nbsp;Donc on risque seulement une amende de 25 ou 30 € ? Ça reste bien moins cher que si l’on décide de se mettre dans la légalité en s’abonnant à toutes les chaînes diffusant du sport. Jamais l’offre n’a été aussi morcelée, chère et infâme. <img data-src=" />



Quand ils comprendront enfin que ça ne fait plaisir à personne de se taper un streaming bulgare en 144p pour voir un match de football, peut-être se poseront-ils enfin les bonnes questions.


Groupetto Abonné
Le 11/02/2019 à 15h 15

AMHA, la recrudescence du piratage des “compétitions sportives” (-&gt; le foot) est en partie liée au fait que SFR ait décidé de mettre l’abo RMC Sport à 20 euros par mois.



Ils ont peut-être payé un peu trop cher pour la LDC?


Le 11/02/2019 à 15h 20







Groupetto a écrit :



AMHA, la recrudescence du piratage des “compétitions sportives” (-&gt; le foot) est en partie liée au fait que SFR ait décidé de mettre l’abo RMC Sport à 20 euros par mois.



Ils ont peut-être payé un peu trop cher pour la LDC?





Et encore, tu parles de RMC Sport, mais si tu veux suivre, admettons, La Liga,&nbsp; il t’en coûtera l’abonnement BeIn Sports, si tu veux une autre compétition, Eurosport, et ainsi de suite…



Les tarifs sont ce qu’ils sont, mais ajouté au fait qu’il n’existe (du moins pas à ma connaissance, je peux me tromper) aucun bouquet regroupant toutes ces offres en une seule, ce n’est pas étonnant que les sites de streaming illégaux fleurissent.



Le 11/02/2019 à 15h 39







Alastor a écrit :



Et encore, tu parles de RMC Sport, mais si tu veux suivre, admettons, La Liga,&nbsp; il t’en coûtera l’abonnement BeIn Sports, si tu veux une autre compétition, Eurosport, et ainsi de suite…



&nbsp;

Mais est-ce que cette fragmentation n’est pas justement faite exprès pour rapporter plus d’argent ?

&nbsp;





Alastor a écrit :





Oui enfin le piratage a toujours existé , depuis que les chaînes payantes existent - certains se souviennent encore des décodeurs pirate canal+ avec les lignes à retard…



C’est tout le modèle économique qui est biaisé dès le départ , en commençant par des abus de langages empruntés au monde physique (“vol” au lieu de manque à gagner entre autre), et via l’utilisation de DRM qui par nature & principe ne peuvent qu’être inefficace. Surtout , comme il a été noté sur l’autre fil de discussion sur la Hadopi, avec le fait que quasiment toute émission diffusée se retrouve dans les 24h qui suivent sur les réseaux P2P, donc en streaming aussi.

&nbsp;

J’ai noté d’ailleurs que les trucs les plus difficiles à trouver sont certaines séries de merde française, parce que personne ne veux perdre son temps avec elles…

Faudrait proposer ça à la Hadopi : Utiliser les subventions lié à “l’exception culturelle Française”, pour produire de la merde que personne ne veux regarder, et donc que personne ne pirate. Comme ça on aurait le taux le piratage le plus faible du monde.



Chaft52 Abonné
Le 11/02/2019 à 15h 44

<img data-src=" />


Guik Abonné
Le 11/02/2019 à 15h 55

Ils le font bien en Chine


Le 11/02/2019 à 16h 46

A force de faire chier le peuple, les DNS menteurs des gros opérateurs seront bientôt déserté, bye ;)



La répression ne sert à rien hormis faire perdre du temps a tous le monde pour jouer au chat et a la souris…


Le 11/02/2019 à 16h 57







Guikhome a écrit :



Ils le font bien en Chine





Il ont du mal en Chine, le GreatFirewall est une passoire, ça fait bien chier Mme Michu (Wang dans ce cas…) qui veut avoir des nouvelles de sa fille qui étudie en Europe, mais ceux qui veulent le passer, ils le passent alèse.



&nbsp;



Le 11/02/2019 à 17h 06

<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />&nbsp; Des barres de rires, c’est des comiques ,ils vont arriver un jour à se faire aimer de tous tant ils sont marrant


Z-os Abonné
Le 11/02/2019 à 17h 33

Un responsable d’une des structures en parlait il n’y a pas très longtemps (en janvier sur rtl le soir je pense) et indiquait que des négociations étaient en cours pour proposer un forfait unique.

Le gars semblait avoir compris que l’hadopi ne servait à rien et qu’il fallait réduire le morcellement.


choukky Abonné
Le 11/02/2019 à 19h 30







OB a écrit :



Donc en gros il faudra développer des solutions de streaming en mode fast-flux où les IP changent toute les 4 minutes tout en protégeant la ou les sources initiales, un peu comme TOR ? Avec du FTTH entre 100 et 500Mbps dans tous les foyers ?



“challenge accepted”.



Mais le résultat risque de pas forcément plaire aux AD qui adorent la centralisation :-)





<img data-src=" /> Pourquoi réinventer la roue alors que nous avons le “super” blocage par dns menteur. <img data-src=" />



choukky Abonné
Le 11/02/2019 à 19h 48







Bobskye a écrit :



A force de faire chier le peuple, les DNS menteurs des gros opérateurs seront bientôt déserté, bye ;)



La répression ne sert à rien hormis faire perdre du temps a tous le monde pour jouer au chat et a la souris…





Pourquoi “A force” ?

Qu’ a t-on à gagner à y rester ?

J’y vois que de la paresse, alors que le changement prend une minute à tout péter. <img data-src=" />

Et pour les plus “bricoleurs” un raspberry pi avec bind ou unbound suffit à résoudre le problème définitivement. <img data-src=" />



Soriatane Abonné
Le 11/02/2019 à 19h 50

Je suis curieux de la solution technique.

Le blocage du streaming se fait par DNS, il me semble.

Et sauf erreur le DNS ne permet le blocage d’un flux en 5 min. Je crois que la propagation des informations du DNS prennent 24 à 48h.


cauzik Abonné
Le 11/02/2019 à 19h 54

Si quelqu’un a des pistes pour demain… <img data-src=" />


choukky Abonné
Le 11/02/2019 à 19h 59

Va falloir qu’ils trouvent une offre interressante après nous avoir pris pour des cons pendant une décénnie. <img data-src=" />


Le 12/02/2019 à 06h 11

Zapper toute décision de justice.

Et bidouiller du DNS à la volée.

… Que de bonnes idées (ou pas) ma parole.


carbier Abonné
Le 12/02/2019 à 06h 22







choukky a écrit :



Va falloir qu’ils trouvent une offre interressante après nous avoir pris pour des cons pendant une décénnie. <img data-src=" />





Raisonnement intéressant sachant que la plupart des acteurs n’existaient même pas il y a 10 ans et que Bein ne date que de 6 ans (et encore une offre groupée est intervenu très rapidement)

Mais bon je suppose au vue de tes commentaires que tu mets dans le même sac toutes les chaines payantes.



Ensuite il faut être cohérent, si l’argent mis dans le sport via des chaines payantes te semble à jeter, boycotte. Il suffit de ne plus regarder le sport.

Sinon, en fait tu cautionnes le système car même si tu ne paies pas, les acteurs du sport eux sont payés grace à ce système.



Mais bon c’est dans l’air du temps.



SebGF Abonné
Le 12/02/2019 à 06h 24

Le document parle plus de blocage d’IP que de redirection DNS, en mentionnant l’aspect temporaire de la mesure.


choukky Abonné
Le 12/02/2019 à 06h 30







carbier a écrit :



Ensuite il faut être cohérent, si l’argent mis dans le sport via des chaines payantes te semble à jeter, boycotte. Il suffit de ne plus regarder le sport.





<img data-src=" /> Tu me croira ou pas, c’est ton problème : Je ne regarde aucun sport à la tv puisque je n’ais plus de tv.

A l’époque où j’en avais une, même les sports qui m’interressent finissaient par me saouler au bout d’un quart d’heure de canapé.

Le sport, c’est fait pour être pratiqué, pas le cul vissé dans le canapé.



Bon, ça c’est fait. <img data-src=" />



Le 12/02/2019 à 07h 17







Soriatane a écrit :



Je suis curieux de la solution technique.

Le blocage du streaming se fait par DNS, il me semble.

Et sauf erreur le DNS ne permet le blocage d’un flux en 5 min. Je crois que la propagation des informations du DNS prennent 24 à 48h.





La propagation prends 24 à 48h pour les serveurs DNS eux-même .

La box est un simple redirecteur , le “vrai” DNS est celui du FAI. Et là, la coupure peux intervenir en 5mn si nécessaire.

Sur la livebox, par ex, tu ne peux _pas_ changer l’adresse du serveur DNS , pareil chez bouygues: Ca implique que si tu veux changer de DNS, soit il faut le faire sur le PC, soit il faut un routeur intermédiaire pour “distribuer” au LAN les IP du DNS que tu veux .

Dans l’idéal, il faudrait que ce routeur supporte l’un des protocole de chiffrement/intégrité du DNS , car il n’y a pas des kilomètres avant que les FAI bloquent ou changent le port 53 si bon nombre de client commencent à changer leurs DNS manuellement.

&nbsp;



Kazer2.0 Abonné
Le 12/02/2019 à 07h 35

Tu as effectivement plusieurs méthodes, mais pas forcément des plus simple (du Pi-Hole qui fait aussi serveur DHCP à simplement virer la livebox et mettre un autre routeur, genre ubiquiti).



Cette mode des “boxs” en France me casse bien les noix, c’est des FAIs, qu’ils fassent leur boulot bien plutôt que de mal le faire tout en rajoutant de l’inutile à foison. Même Free s’y met.



Après bon courage pour bloquer le changement de DNS comme tu suggères, avec le DNS-over-https ou un simple VPN <img data-src=" />


choukky Abonné
Le 12/02/2019 à 07h 36







OB a écrit :



Dans l’idéal, il faudrait que ce routeur supporte l’un des protocole de chiffrement/intégrité du DNS , car il n’y a pas des kilomètres avant que les FAI bloquent ou changent le port 53 si bon nombre de client commencent à changer leurs DNS manuellement.





Pour le moment, on leur demande de travailler (blocage par dns) sans rémunération donc la tendance est à faire le minimum syndical. <img data-src=" />



Le 12/02/2019 à 07h 59







carbier a écrit :



Ensuite il faut être cohérent, si l’argent mis dans le sport via des chaines payantes te semble à jeter, boycotte. Il suffit de ne plus regarder le sport.

Sinon, en fait tu cautionnes le système car même si tu ne paies pas, les acteurs du sport eux sont payés grace à ce système.





Je ne suis pas convaincu par ce raisonnement. Des acteurs ont littéralement volé un sport et la seule réponse valable serait de leur laisser faire ce qu’ils veulent en le désertant ?



tpeg5stan Abonné
Le 12/02/2019 à 08h 08







OB a écrit :



Enfin je note avec amertume que dans ce genre de cas, on protégerais mieux les droits télévisuels (notamment du sport) que les enfants victime d’abus sexuels… (puisqu’ils aiment bien comparer les solutions techniques & juridique).







Il ne faut pas exagérer non plus, à la fin du match le pirate est tranquille (à part Kim Dotcom, tu connais beaucoup de pirates qui ont été inquiétés ?) tandis que normalement la chasse aux violeurs dure pendant des années et des années, et à la fin on les retrouve quand même.



Le 12/02/2019 à 08h 16

Je ne suis pas sur qu’on puisse parler de vol quand les “acteurs” déboursent des Milliards d’Euros.

Il y a 10 ans la ligue des champions était diffusée sur TF1, l’UEFA et les Coupes Française sur France TV, seule la L1 était sur Canal.



Aujourd’hui tout est diffusé sur des chaines payantes. S’ils n’y avait pas d’obligation de diffuser l’équipe nationale en clair, je suis sur que la coupe du monde serait également sur une chaine à péage.



Sinon, gratuit et légal il y a la Radio.


Le 12/02/2019 à 08h 53







tpeg5stan a écrit :



Il ne faut pas exagérer non plus, à la fin du match le pirate est tranquille (à part Kim Dotcom, tu connais beaucoup de pirates qui ont été inquiétés ?) tandis que normalement la chasse aux violeurs dure pendant des années et des années, et à la fin on les retrouve quand même.





C’est vrai, et tu as raison, ça relativise ces lois aussi.

Il est vrai que je parlais plus des moyens techniques - là, on reste “simplement” dans des histoires de gros sous.



Le 12/02/2019 à 09h 01

Interdire les flux DNS je en crois pas que ce soit possible dans le cadre de la neutralité du net.

&nbsp;


Le 12/02/2019 à 09h 02







Kazer2.0 a écrit :



Cette mode des “boxs” en France me casse bien les noix, c’est des FAIs, qu’ils fassent leur boulot bien plutôt que de mal le faire tout en rajoutant de l’inutile à foison. Même Free s’y met. &nbsp;



&nbsp;

+1

Et maintenant la plupart des box peuvent mm plus passer en mode bridge. Et quand c’est le cas, ça reste la galère en IPv6 (chez free).

Dernièrement, la dernière vacherie c’est l’utilisation par Orange d’options DHCP à la con (en lieu & place du PPP) - des options qui sont compliqués à mettre en place sur des routeurs alternatifs et dont le contenu pour chaque personne n’est pas implicite.









Kazer2.0 a écrit :



Après bon courage pour bloquer le changement de DNS comme tu suggères, avec le DNS-over-https ou un simple VPN <img data-src=" />





Ca met du temps, mais ça commence à arriver - On dit merci qui ? Merci les FAI :-)

&nbsp;



Le 12/02/2019 à 09h 14







Tandhruil a écrit :



Interdire les flux DNS je en crois pas que ce soit possible dans le cadre de la neutralité du net.

&nbsp;





Je ne suis pas sur que la neutralité du net soit “supérieure” à la mise en œuvre d’une décision de justice par les FAI - surtout que là, il n’y aurais pas discrimination envers UN service DNS en particulier.

Aujourd’hui déjà des FAI bloquent les ports 25, 139 et 445 sans désactivation possible et sans que cela ne soit “vu” comme une atteinte à la neutralité du net .



Le 12/02/2019 à 09h 17

Le coût est répercuté sur le téléspectateur sans que le service se soit amélioré. En y ajoutant la notion d’exclusivité pour chaque retransmission, c’est bien du vol manifeste. Il n’y a aucun choix d’offre pour le téléspectateur.



En vrai, cela ne me dérange pas de payer. Je me suis bien abonné à BeinSport par exemple. Mais cet abonnement ne comprend toutes les compétitions que je souhaite voir. Et leur application web est en plus moins stable qu’un streaming illégal. Ce qui est certain, c’est que je ne renouvellerai pas mon abonnement.



J’écoute déjà beaucoup de matchs à la radio pour une raison : les commentaires des fréquences locales sont de bien meilleure qualité que ceux de la télévision (coucou SFR). Mais du sport sans le voir, c’est compliqué. L’un ne remplace pas l’autre, et vice versa.


Le 12/02/2019 à 09h 31

Tu es sur pour SMTP ? J’ai un mail free et je suis chez Orange, bon je n’utilise plus de SMTP parce que le mot de passe en clair c’est pas top.

Concernant les protocoles moisis de Microsoft, si on me demande mon avis je suis pour.&nbsp; <img data-src=" />

C’est uniquement en France ou c’est une décision mondiale ?



Le DNS n’est quand même pas à ce niveau.

&nbsp;





Lambig a écrit :



Le coût est répercuté sur le téléspectateur sans que le service se soit amélioré. En y ajoutant la notion d’exclusivité pour chaque retransmission, c’est bien du vol manifeste. Il n’y a aucun choix d’offre pour le téléspectateur.





Si c’est trop cher, le téléspectateur ne paye pas et ne regarde pas… C’est d’ailleurs globalement ce qui se passe avec RMC Sport.

Ca s’appelle l’offre et la demande.

Concernant l’interdiction du streaming illicite je pense que c’est une tentative de sauver les meubles pour SFR qui s’est planté, mais c’est trop tard.



Le 12/02/2019 à 09h 48







Tandhruil a écrit :



Si c’est trop cher, le téléspectateur ne paye pas et ne regarde pas… C’est d’ailleurs globalement ce qui se passe avec RMC Sport.

Ca s’appelle l’offre et la demande.





C’est d’une grande naïveté. Le streaming illégal avait fortement chuté avec l’arrivée de BeinSport et ses offres à prix raisonnable. La réalité, c’est que je n’ai jamais vu autant de personnes cherchant des liens pour du streaming illégal depuis l’arrivée de SFR. Un fan de football cherchera quoiqu’il advienne une manière de regarder.



Le 12/02/2019 à 10h 25

Je n’ai pas de statistique sur le streaming illégal, je ne sais donc pas s’il est lié à l’augmentation du prix des abonnements ou si c’est parce qu’aujourd’hui, n’importe qui peut utiliser un M3U sur un player type Kodi.


Le 12/02/2019 à 12h 27

Grosse synergie avec l’article 13, je pense que cette proposition sera examinée avec attention par le gouvernement <img data-src=" />


Le 12/02/2019 à 12h 42

Travaillant dans le domaine, je peux dire que certains pays européens se sont déjà dotés des moyens légaux et techniques pour industrialiser le live DNS blocking (le Portugal par exemple) et beaucoup d’autres sont en cours de négociations/lobbying.




J'ai collaboré à la mise en place du système portugais, voici quelques points qui me paraissent importants:      

- Ils utilisent des presta dont ils ne connaissent pas le fonctionnement: c'est des black-box qui leur envoient des requêtes de blocage DNS. La protection contre les faux-positifs passe par une whitelist et aucun contrôle n'est fait pour s'assurer de la qualité des résultats à priori. Le focus est clairement sur le blocage massif et rapide, quitte à faire quelques dommages collatéraux.

- Certains prestas se sont lancés dans ce business à l'arrache, j'ai du collaborer avec des boîtes qui

n'en comprenaient pas les bases (notamment une ignorance totale du fait que des preuves légales sont nécessaires dans tous les cas: pcaps, IPs + WHOIS, screenshots, etc). La qualité/fiabilité des systèmes et des résultats est évidemment liée au niveau de compétences des prestas.

- Le blocage DNS est une solution cheap et qui fonctionne bien dans la majorité des cas. Il faut au moins quelques connaissances techniques, parfois même du matériel supplémentaire pour le contourner: c'est suffisant pour emmerder la majorité des utilisateurs.

- La stratégie de lutte contre le streaming live n'est pas de se débarrasser de tous les sites pirates, on sait bien qu'ils vont repop ailleurs, sous un autre nom. Le but est de couper le stream en live pour détériorer le confort des users (le stream coupe, il te faut 1-2mn pour en lancer un autre -&gt; tu manques une partie de ton match) et ainsi les pousser vers les offres légales.






D'une manière générale, l'heure semble être celle de l'industrialisation des blocages/takedowns et à la mise en commun des ressources des ayant-droit. De plus en plus de hostings collaborent et le takedown live de hostings/servers commence à prendre de l'ampleur, sur simple email de notification des prestas. Donc selon moi, en Europe les jours du streaming web sont comptés (et celles de la neutralité du net aussi - si tant est qu'elle existe encore)      






PS: je suis dév, je bosse sur une platforme anti-content piracy: c'est mon travail, pas mes convictions - je suis plutôt aligné sur vous quant à cette industrie et ses pratiques, donc merci de pas taper!

krogoth21 Abonné
Le 12/02/2019 à 13h 41







Chaka2828 a écrit :



&nbsp;merci de pas taper!





Combien pour concevoir une backdoor pour torpiller le système à l’heure des matchs ?

&nbsp;<img data-src=" />



dylem29 Abonné
Le 12/02/2019 à 13h 57

«&nbsp;Il faut donner des pouvoirs de sanctions administratives, sans se départir du contrôle du juge, peut-être a posteriori dans un certain nombre de cas&nbsp;»



&nbsp;Whaaaat, j’ai rien pigé.


Le 12/02/2019 à 14h 03

Le cas du Portugal le prouve : c’est un problème velu.


fred42 Abonné
Le 12/02/2019 à 14h 07

Y a un truc que je ne comprends pas :

Quand tu as fait la résolution de DNS pour avoir l’adresse IP, tu ne la refais pas avant l’expiration du TTL, donc avec un TTL supérieur à la durée du match, changer la réponse DNS ne sert que pour ceux qui “arrivent en retard”.



Le seul cas où passer par la réponse DNS fonctionne est si le TTL est très court, comme cela arrive dans certains cas.


Le 12/02/2019 à 19h 54







Chaka2828 a écrit :



Travaillant dans le domaine,[…]





Tout d’abord, témoignage très très intéressant, merci bcp !



&nbsp;





Chaka2828 a écrit :





  • Le blocage DNS est une solution cheap et qui fonctionne bien dans la majorité des cas. Il faut au moins quelques connaissances techniques, parfois même du matériel supplémentaire pour le contourner: c’est suffisant pour emmerder la majorité des utilisateurs. &nbsp;



    &nbsp;

    C’est souvent le cas - pour les sites de Torrent c’est pareil même si c’est moins “fréquent”.&nbsp; On vise toujours la “majorité incompétente” , Hadopi c’est très exactement le même principe.





    Avec l’effet à long terme - qui à mon avis est plutôt positif - de “former” les utilisateurs aux techniques pour rester discret , ce qui peux resservir ensuite.



    &nbsp;





    Chaka2828 a écrit :



  • La stratégie de lutte contre le streaming live n’est pas de se débarrasser de tous les sites pirates, on sait bien qu’ils vont repop ailleurs, sous un autre nom. Le but est de couper le stream en live pour détériorer le confort des users (le stream coupe, il te faut 1-2mn pour en lancer un autre -&gt; tu manques une partie de ton match) et ainsi les pousser vers les offres légales.





    C’est une technique qui a le mérite de l’efficacité , effectivement.

    Mais c’est ensuite aux développeurs de trouver des contres-mesures , qui auront l’avantage de compliquer encore le “take-down”. Technologies qui pourront resservir dans d’autres contextes , c’est donc là encore pour moi quelque chose de positif.



    En fait on peux voir les ayants-droit comme des “chercheurs en sécurité” visant à imposer la censure (quelque soit sa nature, économique ou politique) - et les développeurs de solutions de partage comme des défenseurs des libertés. En tous cas c’est mon approche.

    &nbsp;







    Chaka2828 a écrit :



    D’une manière générale, l’heure semble être celle de l’industrialisation des blocages/takedowns et à la mise en commun des ressources des ayant-droit. De plus en plus de hostings collaborent et le takedown live de hostings/servers commence à prendre de l’ampleur, sur simple email de notification des prestas. Donc selon moi, en Europe les jours du streaming web sont comptés (et celles de la neutralité du net aussi - si tant est qu’elle existe encore) &nbsp;





    J’en suis pas si sûr.



    Déjà tu parles des hosting / servers. Ca implique forcément une centralisation & un SPOF. Je pense également que tant que ces SPOF existeront / seront exposés , le blocage aura un impact.

    Je reste personnellement convaincu que la multiplication des lignes FTTH avec un débit en upload conséquent sera un tournant :

    En *DSL , le débit upload d’UNE source étant ridicule et ne pouvais tenir 1 seul flux TV, encore moins HD . Demain, même si le NAT reste gênant, des particuliers pourront être “relais” transitoires&nbsp; de flux (on parle de quelques minutes chaque heures, par ex) lorsqu’ils lanceront les programmes de visu.



    Alors oui, bien sur, ça risque de finir en sur-enchère , avec par exemple des FAI qui tenteront de bloquer tous les ports en entrée par défaut chez les abonnés - certains FAI , satellite par exemple, font ça en considérant qu’un port en écoute est un service “pro” qui se paye un premium de plusieurs centaines d’euros / mois. Et ça se contourne en quelques minutes…



    &nbsp;

    J’ai bien plus confiance dans la créativité de milliers de dev “libre” qui agissent par conviction que de quelques centaines de dev “pro” payés pour faire des programmes dont la finalité les exècrent. Je me demande combien de dev de TMG avaient un compte T411…







    Chaka2828 a écrit :

    je suis plutôt aligné sur vous quant à cette industrie et ses pratiques, donc merci de pas taper!



    Bien au contraire , et encore merci de ton message , c’est un point de vu très intéressant .



Le 14/02/2019 à 08h 46







Tandhruil a écrit :



Tu es sur pour SMTP ? J’ai un mail free et je suis chez Orange, bon je n’utilise plus de SMTP parce que le mot de passe en clair c’est pas top.

Concernant les protocoles moisis de Microsoft, si on me demande mon avis je suis pour.&nbsp; <img data-src=" />

C’est uniquement en France ou c’est une décision mondiale ?



&nbsp;

Absolument sur pour le SMTP.



Attention, ce qui est bloqué c’est le port 25 - c’est à dire la possibilité de recevoir des mails sur un serveur mail local chez toi.



Si tu utilises simplement thunderbird (ou autre) chez toi, il y a de fortes chances que tu utilises le port 587 “MTA Submission” . Et ça, bien sur, c’est pas bloqué.



Il est faux de dire que le SMTP n’est pas chiffré:



Tu peux utiliser le port SMTPS (465) , mais aussi depuis plus récemment, deux serveurs entre eux peuvent négocier du chiffrement sur le port 25, avec STARTTLS:

https://uname.pingveno.net/blog/index.php/post/2016/06/13/SSL-vs-TLS-vs-STARTTLS

https://starttls-everywhere.org/



Google le supporte, par exemple.

&nbsp;

Pour les protocoles Microsoft, je suis pour aussi , mais j’aimerais quand même bien pouvoir le désactiver si j’en ai envie. Et ça , actuellement c’est impossible à ce que j’en sais.

&nbsp;

De ce que j’en ai vu beaucoup de FAI grand public dans le monde bloquent ces 3 ports (25, 139, 445), que ce soit au coeur de réseau ou dans les box.

C’est aussi une question de support technique - déjà que les utilisateurs appellent le support lorsque “Internet est bloqué” (alors que c’est souvent le PC familial qui est vérolé jusqu’à la moelle) et qu’on sais que la durée de vie d’un PC windows sans firewall sur internet est de quelques minutes justement à cause des ports 139 et 445, bon…&nbsp;



Bloquer TOUS les ports par défaut ça me parait pas incohérent, même en ipv6. Mais que ce soit déblocable .



ReunigKozh Abonné
Le 16/02/2019 à 18h 14

Le lobby de la FFF a encore payé ou alors ce cher sénateur en a marre qu’on lui donne les résultats des matchs lorsqu’il est en séance au Sénat

Il y a peut-être des trucs plus importants dans une société où les inégalités s’accroissent