Relaxé après avoir injurié un tiers par mail

Relaxé après avoir injurié un tiers par mail

Injures, un destin

Avatar de l'auteur
Xavier Berne

Publié dans

Droit

06/03/2019
64

Relaxé après avoir injurié un tiers par mail

Le tribunal de grande instance de Paris vient de relaxer un individu à qui il était reproché d’avoir injurié un tiers dans un mail. La juridiction a considéré que l’infraction n’était pas constituée, les propos litigieux ayant été envoyés à une seule personne, autre que la victime. 

« Voila je tai donné mes horaires pour que tu puisses truander avec le bougnoul. » On ne sait malheureusement pas pourquoi Monsieur Y, recruté depuis à peine deux mois (et donc encore en période d’essai) a tenu de tels propos dans un mail envoyé à sa directrice. On ignore également si le salarié savait que la destinataire de son courrier électronique était aussi la compagne du « bougnoul » visé dans le message, par ailleurs créateur de la société dans laquelle il venait d’être embauché...

Toujours est-il que Monsieur Y s’est retrouvé devant le tribunal de grande instance de Paris pour injure non publique « commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée ». Une infraction passible d’une amende de 1 500 euros au regard de ses circonstances aggravantes.

Un envoi limité au seul destinataire, couvert par le secret des correspondances

Dans un jugement rendu le 19 novembre dernier, mais tout juste publié par Legalis, le tribunal de grande instance de Paris a relaxé le prévenu – quand bien même ce dernier avait reconnu être l’auteur des propos litigieux.

Et pour cause : le juge en charge du dossier a d’une part relevé qu’aucun tiers n’avait eu « connaissance de ces propos en dehors du destinataire lui-même », et d’autre part que ce mail était « couvert par le secret des correspondances ». Il a ainsi estimé qu’il n’y avait pas eu d’injure, même non publique, étant donné que le mail avait été envoyé « dans des conditions conférant [à ces propos] un caractère privé et confidentiel ».

« Les propos injurieux visant un tiers ne constituent à l’égard de celui-ci la contravention d’injure non publique que si l’écrit qui les contient a été adressé dans des conditions exclusives de tout caractère confidentiel, ce qui n’est pas le cas en l’espèce » conclut le jugement rendu par le tribunal de grande instance de Paris.

La partie civile n’a obtenu aucune indemnité, alors qu’elle réclamait notamment 3 000 euros au titre de son préjudice moral.

Un sort différent dès lors que le mail perd son caractère confidentiel

Le tribunal de grande instance de Paris semble avoir ainsi suivi la position de la Cour de cassation, pour qui les propos tenus dans des emails ne sont punissables sous la qualification de diffamation non publique « que si cette correspondance a été adressée dans des conditions exclusives de tout caractère confidentiel ». Et ceci bien entendu à condition que le courrier électronique vise « une personne autre que le destinataire du message ».

En 2015, le même tribunal de grande instance de Paris avait d'ailleurs condamné un représentant syndical CGT à payer 3 000 euros de dommages et intérêts suite à un courrier électronique envoyé à quatorze destinataires (voir notre article). Le juge avait ainsi considéré que le contenu du message relevait d’injures non publiques, eu égard également à « l’intention de nuire » de la personne mise en cause.

Si les propos litigieux sont tenus sur des espaces tels qu’un blog ou une page Facebook « ouverte », les injures deviennent en principe « publiques ». Sur le plan pénal, la différence est de taille : les injures publiques sont passibles d’une amende de 12 000 euros, contre 38 euros pour les injures non publiques.

64

Écrit par Xavier Berne

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Un envoi limité au seul destinataire, couvert par le secret des correspondances

Un sort différent dès lors que le mail perd son caractère confidentiel

Commentaires (64)


linkin623 Abonné
Le 06/03/2019 à 11h 02

Le mec fait une connerie, mais l’écrit qu’à une personne. Si tu es un minimum intelligent tu réfléchis un peu, tu mets ton ego de côté un instant et tu profites de la période d’essai pour le virer légalement.



Là tout le monde a lu l’email, et sait que le patron et sa femme ne sont pas plus fins que le boulet du début !



Merci Xavier pour les chroniques du droit 😅


Le 06/03/2019 à 11h 12

J’arrive pas à comprendre ce qui en fait des boulets à tes yeux. Parce qu’ils ne l’ont pas viré ? Qu’en sais-tu ? Ou parce qu’ils ont perdu le procès ?


choukky Abonné
Le 06/03/2019 à 11h 30

Bougnoul, on a le droit : Je le note. <img data-src=" />



Je ne suis pas sûr qu’on puisse le faire avec toutes les injures racistes … <img data-src=" />


Le 06/03/2019 à 11h 37

Alors ça c’est fort… Le classique Patron-Patronne qui emmerdent un emmerdeur et se retrouvent emmerdés.


fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 11h 48

Tu as le droit à ce que tu veux à partir du moment où tu ne t’adresses qu’à une seule personne en privé et que ce n’est pas la personne visée par l’injure que ce soit en ligne ou dans la vie réelle.


Le 06/03/2019 à 11h 50

La vache, comme si la justice avait que ça à faire… Aller porter plainte parce qu’un mec t’as insulté dans un mail… Niveau cour d’école. Le plus simple aurait été de le dire à leurs parents. Ils auraient vu ça directement avec les parents du vilain garçon. <img data-src=" />


fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 11h 59

Sur le principe, je n’ai rien à dire sur la plainte. L’injure non publique est prévue dans la loi et il y a une peine contre les responsables. Sinon, on va alléger le code pénal et supprimer tous ce que tu pense inutile.


Le 06/03/2019 à 12h 11

Décision classique. Il faut bien distinguer le caractère confidentiel des propos qui est un obstacle à l’exercice de poursuites et le caractère non publique qui est un des éléments constitutifs de l’infraction. C’est assez subtil mais déterminant.



Il y a d’autres cas, comme celui d’une attestation diffamatoire “publiée” lors d’une instance arbitrale qui est, par définition, confidentielle.


Patch Abonné
Le 06/03/2019 à 12h 18







Paratyphi a écrit :



La vache, comme si la justice avait que ça à faire… Aller porter plainte parce qu’un mec t’as insulté dans un mail… Niveau cour d’école.



Ou pas.

Ou alors tu aimes qu’on t’appelle le babtou fragile?



Le 06/03/2019 à 12h 18

J’avoue le plus perturbant reste ça:

&nbsp;

On ne sait malheureusement pas pourquoi Monsieur Y, recruté depuis à

peine deux mois (et donc encore en période d’essai) a tenu de tels

propos dans un mail envoyé à sa directrice.



Même le plus idiots des abrutis sait très bien qu’un tel mail, c’est la porte direct.

Pourquoi l’avoir écrit du coup?

&nbsp;

Volonté de se faire virer pour aller au chômage avec des droits prolongés?

Blague entre eux dont le patron s’est servie pour licencier?

&nbsp;

Franchement, j’ai du mal à comprendre.


Le 06/03/2019 à 12h 29

Ça dépend, le mail était chiffré de bout en bout ? Parce que sinon on ne peut pas vraiment parler de privé <img data-src=" />


Le 06/03/2019 à 12h 44







fred42 a écrit :



Sinon, on va alléger le code pénal et supprimer tous ce que tu pense inutile.







J’ai dit ça?







Patch a écrit :



Ou pas.

Ou alors tu aimes qu’on t’appelle le babtou fragile?







Il dit qu’il voit pas le rapport.



alex.d. Abonné
Le 06/03/2019 à 12h 45

Donc il n’y a que le “bougnoule” qui a été jugé potentiellement problématique. La dame, on dirait que ça ne l’a pas dérangée qu’on suggère qu’elle “truande”.

&nbsp;


fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 02

Comme on est 2 à ne pas avoir bien compris ce que tu voulais dire, essaie de reformuler.



Et explique nous pourquoi tu trouves mal à propos de porter plainte contre quelqu’un qui de l’avis de la personne visée par l’injure a enfreint la loi en utilisant une injure raciste (si j’ai mieux réussi à résumer ta pensé cette fois-ci).



On laisse de côté le fait que l’infraction n’était pas constituée ici et on suppose par exemple que le mail aurait été envoyé à plusieurs personnes ou la personne concernée par l’injure.


Patch Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 03









Paratyphi a écrit :



Il dit qu’il voit pas le rapport.



Ca ne semble pas te déranger qu’on traite qqu’un de bougnole. Donc on peut faire de même avec toi. CQFD.



Le 06/03/2019 à 13h 03

“bougnoul”, ca prend un ou 2 “L” ?&nbsp; <img data-src=" />


Le 06/03/2019 à 13h 06

Pas mieux.

Surtout qu’il s’agit d’un employé insultant un responsable d’entreprise.


Le 06/03/2019 à 13h 09

Larousse:

Familier. Tricher, ne pas respecter les conventions établies, les règles.



En gros ce mot n’est un synonyme de voler.


Le 06/03/2019 à 13h 10

Il faut avoir la référence ;)


Le 06/03/2019 à 13h 11







Patch a écrit :



Ca ne semble pas te déranger qu’on traite qqu’un de bougnole. Donc on peut faire de même avec toi. CQFD.







Ça te dérange quand on te dit que t’es pas beau ? Et pourtant c’est pas illégal. Truc de dingue, on découvre aujourd’hui que tout ce qui dérange n’est pas interdit par la Loi, et même que la Loi ne légifère pas tout. Truc de dingue !



fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 20

Je ne comprends pas ton propos. L’injure raciste non publique est punie par la loi.

Dire à quelqu’un qu’il n’est pas beau ne l’est pas a priori. Donc, pourquoi répondre comme cela à Patch ?


Le 06/03/2019 à 13h 25







fred42 a écrit :



Je ne comprends pas ton propos. L’injure raciste non publique est punie par la loi.

Dire à quelqu’un qu’il n’est pas beau ne l’est pas a priori. Donc, pourquoi répondre comme cela à Patch ?







Parce que c’est pas une question de “déranger”.



L’argument de Paratyphi à la base c’est que la justice a pas que ça à faire. Sous entendu : faudrait peut-être retravailler la Loi pour que ce genre de conneries n’y figurent pas. Vous, vous lui dites : oui mais c’est la Loi.



Dialogue de sourds.



barlav Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 28

Question philosophique: Est-ce que les nord africains sont trop sombres pour être clairs est une allusion raciale?

<img data-src=" />

<img data-src=" />


Le 06/03/2019 à 13h 32







fred42 a écrit :



Comme on est 2 à ne pas avoir bien compris ce que tu voulais dire, essaie de reformuler.



Et explique nous pourquoi tu trouves mal à propos de porter plainte contre quelqu’un qui de l’avis de la personne visée par l’injure a enfreint la loi en utilisant une injure raciste (si j’ai mieux réussi à résumer ta pensé cette fois-ci).



On laisse de côté le fait que l’infraction n’était pas constituée ici et on suppose par exemple que le mail aurait été envoyé à plusieurs personnes ou la personne concernée par l’injure.







Je vais expliquer doucement. Si la personne visée par le mail, avait reçu directement et à de nombreuses reprises (même en privé) un tombereau d’insulte de la part du gars, là ouais, ça vaut le coup de mettre en route la machine judiciaire. Mais là, le gars se fait insulter indirectement, une seule fois par un mec qui le connait à peine. Je suis désolé, mais c’est léger pour porter plainte. Tellement léger que le mec à été relaxé.







Patch a écrit :



Ca ne semble pas te déranger qu’on traite qqu’un de bougnole. Donc on peut faire de même avec toi. CQFD.







Mon petit pote, le racisme je connais t’inquiète. Mais à la différence de beaucoup de monde, les insultes, les petits commentaires et les avis des gens, je me les taille en biseau. Donc fait toi plaisir, insulte moi c’est open bar, j’en ai rien à carrer…



fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 51

OK, en fait, tu n’acceptes les plaintes que quand elles sont justifiées légalement et qu’en plus il y a de nombreuses infractions pour le même fait.

En fait, les juges n’auront plus qu’à décider de la peine puisque comme on n’aura plus que des plaintes recevables, on pourra éviter de vérifier si l’infraction est caractérisée.

Tu as trouvé la solution à l’engorgement de la justice, les juges vont devenir plus productifs, bravo.


Patch Abonné
Le 06/03/2019 à 13h 52







Kevsler a écrit :



Ça te dérange quand on te dit que t’es pas beau ? Et pourtant c’est pas illégal. Truc de dingue, on découvre aujourd’hui que tout ce qui dérange n’est pas interdit par la Loi, et même que la Loi ne légifère pas tout. Truc de dingue !



Tip : dire que qqu’un n’est pas beau n’est pas une insulte, bien que tu penses le contraire.

Par contre je vais t’apprendre un truc : bougnole, c’en est une.







Paratyphi a écrit :



Mon petit pote



On va se calmer, on n’a pas élevé les cochons ensembles. Je ne suis pas petit, et encore moins ton pote.

Pour le reste, je te laisse dans ton grand délire où tout le monde a le droit d’insulter tout le monde gratuitement.



Le 06/03/2019 à 14h 05







Patch a écrit :



Tip : dire que qqu’un n’est pas beau n’est pas une insulte.

Par contre je vais t’apprendre un truc : bougnole, c’en est une.







Oui mais c’est bien ça dont il est question, dans notre échange. Insultes ou pas insultes. On appelle ça comme on veut, le résultat est là : on perd du temps et du pognon de dingue pour des débilités sans conséquences. Je suis désolé, littéralement, de voir notre appareil judiciaire occupé à de telle âneries mesquines et infantiles…



Derrière ce constat, se cache un débat bien plus complexe que le rappel à la Loi. Déjà : où commence l’insulte ? Puis : qu’est-ce qu’une violence verbale ? Et : où situe-t-on la limite de l’illégal ? Enfin : est-ce que c’est à la Justice de se préoccuper de ça ? Pour finir : la Loi est-elle garante de la morale et des mœurs sociales ?



Bon franchement j’ai pas l’temps. Pas l’temps. J’ai un dev à finir.



P.S. : Pour répondre à ma dernier question ; non.



P.P.S. : Je ne pense pas un seul instant que tu sois moche.



Le 06/03/2019 à 14h 11
Le 06/03/2019 à 14h 20

Perso je te rejoins, il devrait y avoir obligation de passer par un médiateur pour ce cas de figure, tout au moins tant que la justice n’aura pas les moyens de traiter les cas plus graves en temps réel.

&nbsp;

Un peu comme la personne qui se présente aux urgences parce qu’elle à un rhume, elle a beau être malade, il y a d’autres options.


Le 06/03/2019 à 14h 25







fred42 a écrit :



OK, en fait, tu n’acceptes les plaintes que quand elles sont justifiées légalement et qu’en plus il y a de nombreuses infractions pour le même fait.

En fait, les juges n’auront plus qu’à décider de la peine puisque comme on n’aura plus que des plaintes recevables, on pourra éviter de vérifier si l’infraction est caractérisée.

Tu as trouvé la solution à l’engorgement de la justice, les juges vont devenir plus productifs, bravo.







Ah bah si un jour quelqu’un vient chez moi pour porter plainte, je risque pas de l’accepter vu que je taf pas dans la police… Après tu peux te pignoler et extrapoler autant que tu veux sur ce que je dis, j’estime juste qu’un truc pareil, ça vaut pas le coup de porter plainte. Je dis pas à la justice quoi faire, elle sait se gérer toute seule, la preuve, elle a relaxé un mec qui en a traité un autre de bougnoule. Tu n’as rien à dire à ce sujet? Pas de fine analyse sur l’état de la société et de la justice dans notre pays?







Patch a écrit :



On va se calmer, on n’a pas élevé les cochons ensembles. Je ne suis pas petit, et encore moins ton pote.

Pour le reste, je te laisse dans ton grand délire où tout le monde a le droit d’insulter tout le monde gratuitement.







Oooh, désolé mon choupinet, je t’ai choqué? encore? Du coup, si j’ai bien compris, pas d’insultes, pas de petits surnoms affectueux, ni de marques d’affection, c’est ça? Faut que je stérilise aussi mon clavier quand je tape ou ça va?



Sinon, j’ai jamais dit que tout le monde avait le droit d’insulter tout le monde gratuitement.



Allez, je te laisse dans ton “délire” où on peut porter plainte dès qu’un mec dit une connerie ou qu’on a ses petits sentiments froissé par un méchant.



Le 06/03/2019 à 14h 51

Le problème dans le cas de l’article, c’est que le “génie” qui a traité son chef de bougnoule*, ressort du tribunal sans aucune sanction. Le raccourci qui peut (et va sûrement) être fait par certains est qu’au final, il a rien fait de mal et c’est donc autorisé.



*À nos amis qui aiment interpréter, je dis que c’est pas gravissime, mais à aucun moment je dis que c’est normal.


Le 06/03/2019 à 14h 57

Ce qui est bizarre, c’est que (si j’ai bien compris) :

* il n’y a pas d’infractions si tu insulte une tierce personne dans 10 e-mails envoyés séparemment à 10 personnes différentes (confidentialité pour chaque e-mail)

* il y a infraction si tu insulte une tierce personne dans un même e-mail envoyé à 10 personnes (e-mail non publique)


Le 06/03/2019 à 14h 57

Il n’a pas traité son chef de bougnoule, il a dit à sa directrice que son chef était un bougnoule dans une conversation privée.

IL n’y a donc pas insulte selon la loi. S’il avait traité directement son chef de bougnoule il y avait insulte.



Duralex Unilever

&nbsp;


Le 06/03/2019 à 15h 04

Je suis d’accord, il y a là une nuance subtile. Mais c’est pas certain qu’elle soit saisie par tous.


Le 06/03/2019 à 15h 04

Le nombre de correspondants et de courriers ne définit pas l’insulte mais son caractère public, et donc l’infraction.



EDIT: une injure non publique et sans élément aggravant (type racisme, sexisme…) c’est une contravention de 38€ ; la même reconnue publique c’est jusque 12000€ d’amende.








dematbreizh a écrit :



Pas mieux.

Surtout qu’il s’agit d’un employé insultant un responsable d’entreprise.





Pourquoi surtout ?

Insulter ton boss c’est plus grave qu’insulter n’importe qui d’autre ?

Payer qqun ça te donne un traitement de faveur vis à vis de la loi ??



Le 06/03/2019 à 15h 26

Je me suis peut-être mal exprimé. En fait je ne comprends pas pourquoi une injure confidentielle serait mieux (aux yeux de la loi) qu’une injure non publique. Au final l’injure reste dans un cadre privé. Soit on condamne les deux cas de figure soit on laisse passer les deux.



A l’inverse, je comprends tout à fait la différence non publique/publique aux yeux de la loi et pourquoi une injure publique serait encore plus condamnable (le préjudice moral est plus important vu que beaucoup plus de personne peuvent être “témoins” de l’injure)


Patch Abonné
Le 06/03/2019 à 15h 35







Paratyphi a écrit :



Oooh, désolé mon choupinet, je t’ai choqué? encore? Du coup, si j’ai bien compris, pas d’insultes, pas de petits surnoms affectueux, ni de marques d’affection, c’est ça? Faut que je stérilise aussi mon clavier quand je tape ou ça va?



Les “petits surnoms affectueux” comme tu dis, sont à donner aux gens qu’on affectionne. Pas quand on veut répondre à un message sur un forum à qqu’un qu’on ne connait absolument pas.







Paratyphi a écrit :



Sinon, j’ai jamais dit que tout le monde avait le droit d’insulter tout le monde gratuitement.



Tu l’as juste très fortement sous-entendu dans ton 1er message. En effet, ce n’est pas du tout la même chose.









Paratyphi a écrit :



Allez, je te laisse dans ton “délire” où on peut porter plainte dès qu’un mec dit une connerie ou qu’on a ses petits sentiments froissé par un méchant.



T’as rien compris, quoi.

Bon en même temps pour toi c’est normal d’insulter… Donc bon.









Tandhruil a écrit :



Il n’a pas traité son chef de bougnoule, il a dit à sa directrice que son chef était un bougnoule dans une conversation privée.

IL n’y a donc pas insulte selon la loi. S’il avait traité directement son chef de bougnoule il y avait insulte.



Duralex Unilever



Il y a eu insulte, mais pas publique <img data-src=" />

Et la loi ne se base que sur les dires en public, donc pas de condamnation (c’est la petite nuance qui a fait la différence pour le tribunal).



fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 15h 40

En fait, c’est que le fait que les propos sont confidentiels qui font que ce n’est pas une injure.

L’injure non publique recouvre 2 cas : injure du destinataire ou injure d’un tiers devant plusieurs personnes. En “présence” de plusieurs personnes, les propos ne sont plus confidentiels.



Je ne sais pas répondre à ta première question : le même message envoyé séparément à plusieurs personnes (sans qu’il y ait la personne visée en destinataire).


RuMaRoCO Abonné
Le 06/03/2019 à 15h 42

Je suis d’accord que ça vol pas haut… Mais vu qu’il y a une législation sur le sujet, le problème n’est-il pas plutôt pourquoi la l’extrême difficulté (en coût et en délais) à pourvoi avoir justice…. ?&nbsp;

&nbsp;


Patch Abonné
Le 06/03/2019 à 15h 42







yope7 a écrit :



Je me suis peut-être mal exprimé. En fait je ne comprends pas pourquoi une injure confidentielle serait mieux (aux yeux de la loi) qu’une injure non publique. Au final l’injure reste dans un cadre privé. Soit on condamne les deux cas de figure soit on laisse passer les deux.



A l’inverse, je comprends tout à fait la différence non publique/publique aux yeux de la loi et pourquoi une injure publique serait encore plus condamnable (le préjudice moral est plus important vu que beaucoup plus de personne peuvent être “témoins” de l’injure)



Je dirais (peut-être en me trompant) que ca vient du droit à la vie privée/correspondance privée, où tant que ca ne touche pas à la sécurité des gens ou la sûreté de l’Etat, la loi n’a pas à intervenir <img data-src=" />



Le 06/03/2019 à 15h 49







yope7 a écrit :



Au final l’injure reste dans un cadre privé.







On peut insulter une fois mille personne mais on ne peut pas insulter 1000… Ah, non, c’est pas ça! <img data-src=" />



Si IRL je t’insulte en face à face sans témoin, ce n’est pas la même chose que si je le fais devant un groupe de personnes, même dans un lieu ou un cadre tout à fait privé.

Si je t’insulte dans un mail qui t’es adressé à toi seul, ce n’est pas la même chose que si j’ai mis des personnes en copie, pourtant ce sont leurs adresses privées.



fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 15h 53







Patch a écrit :



Il y a eu insulte, mais pas publique <img data-src=" />

Et la loi ne se base que sur les dires en public, donc pas de condamnation (c’est la petite nuance qui a fait la différence pour le tribunal).





Pour être plus précis :




  • on parle ici d’injure (et pas d’insulte).

  • la loi punit (différemment) l’injure publique et l’injure non publique.

  • ici, il est considéré qu’il n’y a pas injure parce que la personne visée n’était pas destinatrice du mail et que le mail envoyé à une seule personne est considéré comme confidentiel ce qui invalide le fait que ça soit une injure (qui nécessite “un minimum de publicité” d’après legalis). (remarque : c’est peut-être ce que tu voulais dire par ton expression “en public”)



Le 06/03/2019 à 15h 54

Merci, avec l’idée de correspondance privée je comprends un peu mieux la différence de traitement entre les deux cas.


Le 06/03/2019 à 16h 37

Le salarié a aussi le droit de mettre fin à sa période d’essai, si il trouve l’entreprise toute pourrie: ici une entreprise qui magouille visiblement <img data-src=" />


Le 06/03/2019 à 20h 04







Kevsler a écrit :



on perd du temps et du pognon de dingue pour des débilités sans conséquences. Je suis désolé, littéralement, de voir notre appareil judiciaire occupé à de telle âneries mesquines et infantiles…






  &nbsp;Kevsler, il faut t'adapter au nouveau monde du "politiquement correct".         

&nbsp;

&nbsp;Fait attention a n'insulter personne, a utiliser le bon pronom pour qualifier cette personne et n'accepter que les idees approuvees par les autorites ou partis politiques du camp des gentils.






  &nbsp;Par contre, c'est open bar pour les insultes si c'est quelqu'un qui fait parti du patriarcat (= homme hetero avec un zizi blanc) et pense par lui meme (donc extremiste) ..  

&nbsp;Et si en plus de ca il gagne plus de 4 ou 5 * le smic, l'insulte devient un devoir !


Le 06/03/2019 à 20h 32







Patch a écrit :



Les “petits surnoms affectueux” comme tu dis, sont à donner aux gens qu’on affectionne. Pas quand on veut répondre à un message sur un forum à qqu’un qu’on ne connait absolument pas.







Je suis au courant merci, je viens pas de débarquer sur les internets. <img data-src=" />







Patch a écrit :



Tu l’as juste très fortement sous-entendu dans ton 1er message. En effet, ce n’est pas du tout la même chose.







Tu l’as juste très fortement interprété comme ça. D’ailleurs je vois pas comment c’est possible d’en arriver à cette conclusion à partir de mon premier message. Il y une (très grosse) différence entre dire que le mec à “sur-réagit” en allant porter plainte et dire qu’on à le droit de s’insulter comme on veut.







Patch a écrit :



T’as rien compris, quoi.

Bon en même temps pour toi c’est normal d’insulter… Donc bon.







Toi non plus apparemment, mais vu comment tu as réagis à un simple “mon petit pote”, j’attends pas à avoir en face de moi quelqu’un de “lucide” ou qui va prendre le temps de lire mes dernières interventions. Notamment celle ou je dis que c’est pas parce que je trouve les faits pas gravissime, que je les trouve normaux pour autant.



choukky Abonné
Le 06/03/2019 à 20h 40







Patch a écrit :



Par contre je vais t’apprendre un truc : bougnole, c’en est une.





<img data-src=" /> C’est à moitié bougnoul et à moitié bagnole donc le doute et profitable à l’accusé. <img data-src=" />



edit : A moins que tu parlais d’un bougnoul en bagnole. <img data-src=" />



Quiproquo Abonné
Le 06/03/2019 à 20h 55

Si ça se trouve, il voulait écrire bougnat, et son clavier a fourché. Ça expliquerait pas mal de choses…


Le 06/03/2019 à 21h 14

Non.

Bougnoul ou bougnoule n’ est pas et n’ a jamais été raciste sauf dans la tête de certains incultes.

Bougnoule vient de bougnat qui n’ est rien d’ autre qu’ une autre dénomination du mot auvergnat.

Ceux qui l’ ont employé transformant dans leurs esprits ce mot en insulte quand cela ne l’ était pas usait de cette dénomination pour désigner les commerçants qui vendaient le vin et livraient le charbon.

Avec la livraison de charbon, leurs visages finissaient noirs ce qui pour certains ne pouvait que représenter que la lie de l’ humanité et la sous classe sociale selon eux à laquelle ils ne pouvaient accepter de faire partie ne serait ce qu un seul&nbsp; jour.

Mais le fait qu’ on les appelle bougnats relève de leurs origines auvergnates.

Si penser qu’ être auvergnat est une insulte, il est sûr et certain que cela risque de fâcher beaucoup de monde à Clermont Ferrand qui ne le savait pas.

Post Scriptum : je ne suis pas le moindre du monde auvergnat et ces gens à Paris constituent la caste des détenteurs d’ établissements de vendeurs de limonade et cafés en tout genre au point que pour trouver un emploi dans la restauration le plus simple reste de consulter le journal L’ Auvergnat des auvergnats à Paris.

Si les premiers auvergnats à Paris ont souffert de racisme, leurs descendants propriétaires de la majorité des cafés, hôtels & restaurants ont une vie bien plus confortable.

Mais quelle manque d’ imagination, haine, bêtise ou ignorance faut il pour traiter d’ auvergnats les étrangers d’ aujourd’ hui en pensant qu’ il s’ agit d’ une insulte.

L’ insulte de bachibouzouk du capitaine Haddock dans TINTIN est nettement plus drôle puisqu’ inutile au sens où nous ignorons sa signification profonde et qu’ il faudrait condamner Hergé mort depuis longtemps pour l’ avoir fait employer par son personnage.


Pliplou Abonné
Le 06/03/2019 à 21h 49

Y’a un moment faut arrêter de confondre l’origine d’un mot et son sens actuel…


fred42 Abonné
Le 06/03/2019 à 21h 56







fullero a écrit :



Bougnoule vient de bougnat qui n’ est rien d’ autre qu’ une autre dénomination du mot auvergnat.







Tu as une source fiable pour affirmer cela ? Je n’ai pas trouvé.



Par contre, le TLFi n’est pas d’accord avec cela et indique bien que c’est péjoratif.



Le 06/03/2019 à 22h 12

En privé seulement, et par courriel. <img data-src=" />


Quiproquo Abonné
Le 06/03/2019 à 22h 20

Cadeau



Mis à part ce petit détour haddockien, ton étymologie de bougnoule, bien que très poétique, est complètement farfelue.


Le 07/03/2019 à 02h 52







Patch a écrit :



Tip : dire que qqu’un n’est pas beau n’est pas une insulte, bien que tu penses le contraire.

Par contre je vais t’apprendre un truc : bougnole, c’en est une.







Sisi dire à une personne qu’elle n’est pas belle, et est donc moche, est une insulte. Surtout dans les sociétés où le paraitre a une place très importante. Comme celles dans lesquelles on vit. <img data-src=" />



Tu discrimines une personne en raison de son physique. Tu lui dis ptête pas qu’elle a une gueule de thon ou qu’elle ressemble à un étron mais c’est la même chose. Tu la rabaisse en considérant que toi t’es mieux qu’elle alors que t’as surement aussi une tête et un corps dégueulasse. <img data-src=" />



Tu ne traiteras pas les moches comme tu le fait avec les beaux et tu mépriseras ceux qui ne te plaisent pas. Parcontre tu trouveras ça insultant si un recruteur te recale en te disant que niveau physique t’as pas le profil pour l’emploi mais bon comme tu l’auras mérité c’est pas un soucis. <img data-src=" />



choukky Abonné
Le 07/03/2019 à 06h 04







fullero a écrit :



Non.

Bougnoul ou bougnoule n’ est pas et n’ a jamais été raciste sauf dans la tête de certains incultes.

Bougnoule vient de bougnat qui n’ est rien d’ autre qu’ une autre dénomination du mot auvergnat.

Ceux qui l’ ont employé transformant dans leurs esprits ce mot en insulte quand cela ne l’ était pas usait de cette dénomination pour désigner les commerçants qui vendaient le vin et livraient le charbon.

Avec la livraison de charbon, leurs visages finissaient noirs ce qui pour certains ne pouvait que représenter que la lie de l’ humanité et la sous classe sociale selon eux à laquelle ils ne pouvaient accepter de faire partie ne serait ce qu un seul  jour.

Mais le fait qu’ on les appelle bougnats relève de leurs origines auvergnates.

Si penser qu’ être auvergnat est une insulte, il est sûr et certain que cela risque de fâcher beaucoup de monde à Clermont Ferrand qui ne le savait pas.

Post Scriptum : je ne suis pas le moindre du monde auvergnat et ces gens à Paris constituent la caste des détenteurs d’ établissements de vendeurs de limonade et cafés en tout genre au point que pour trouver un emploi dans la restauration le plus simple reste de consulter le journal L’ Auvergnat des auvergnats à Paris.

Si les premiers auvergnats à Paris ont souffert de racisme, leurs descendants propriétaires de la majorité des cafés, hôtels & restaurants ont une vie bien plus confortable.

Mais quelle manque d’ imagination, haine, bêtise ou ignorance faut il pour traiter d’ auvergnats les étrangers d’ aujourd’ hui en pensant qu’ il s’ agit d’ une insulte.

L’ insulte de bachibouzouk du capitaine Haddock dans TINTIN est nettement plus drôle puisqu’ inutile au sens où nous ignorons sa signification profonde et qu’ il faudrait condamner Hergé mort depuis longtemps pour l’ avoir fait employer par son personnage.





<img data-src=" /> C’est pas à moi que tu dois faire ton laïus mais au Larousse. <img data-src=" />



bougnoul ou bougnoule

nom (ouolof bou-gnoul, noir)

Populaire. Terme injurieux et raciste pour désigner un Arabe.




Le 07/03/2019 à 07h 09







Pilipooop a écrit :



Y’a un moment faut arrêter de confondre l’origine d’un mot et son sens actuel…





Ce qui compte c’est le sens que l’on donne aux mots oui… Suffit de voir le nombre qui sont utilisés qui n’ont peu / plus rien à voir avec la définition de base. “Tapette” normalement c’est une petite tape, pourtant le mot est utilisé pour dénigrer un homosexuel / quelqu’un qui a un comportement définit comme “féminin”. Ça change selon les époques, faut pas faire semblant, quelqu’un qui utilise tel mot sait que c’est pour insulter, celui qui le reçoit sait qu’il se fait insulter, faut pas tourner autour du pot ^^



jelus Abonné
Le 07/03/2019 à 08h 44







Kevsler a écrit :



Alors ça c’est fort… Le classique Patron-Patronne qui emmerdent un emmerdeur et se retrouvent emmerdés.





LOL et reLOL

J’ai relu l’introduction 2 fois pour comprendre pourquoi les patrons ont perdu et là je comprends la position des protagonistes.

C’est comme un sketch mais dans la vraie vie



Bienvenue dans l’ère de l’immaturité, de la perversion narcissique et de la bonne morale qui les recouvre.


Z-os Abonné
Le 08/03/2019 à 22h 12

<img data-src=" /> Ça sent le premier lien trouvé sur google.


Mihashi Abonné
Le 09/03/2019 à 09h 48

Euh… le CNRTL c’est pas le « premier lien trouvé sur google » <img data-src=" />


Z-os Abonné
Le 09/03/2019 à 09h 55

<img data-src=" /> Pas le lien de Fred, celui de fullero.


Mihashi Abonné
Le 09/03/2019 à 10h 05

Fullero n’a pas mis de lien <img data-src=" />


Z-os Abonné
Le 09/03/2019 à 10h 45

Oui, j’ai fait un raccourci du coup en te répondant. Son texte ressemble furieusement au premier lien que m’a retourné google et qui pointe vers une page de discussion wikimedia.

Il a donc trouvé une page mais n’a pas mis sa source.



Je pense que c’est ce que demandait Fred pour lui expliquer par la suite que cette source n’zst pas forcément ce qu’il y a de plus sérieux.



Aprés pour faire un travail sur l’étymologie d’un mot c’est difficile en restant derrièrere son clavier. Un petit tour à la bibliothèque s’impose.