Le déploiement de la fibre optique face à la dure (et triste) réalité du terrain

Laure déçue, Cédric mitigé

Le déploiement de la fibre optique face à la dure (et triste) réalité du terrain

Le déploiement de la fibre optique face à la dure (et triste) réalité du terrain

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Le plan France THD avance toujours à vitesse grand V, mais avec des disparités dans le déploiement de la fibre optique en fonction des territoires et des dégâts lors du raccordement des clients. L’Arcep et le gouvernement sont conscients des problèmes, mais peinent à mettre en place des solutions efficaces.

Cette semaine l'Université d'été du THD se tenait à Saint-Étienne, organisée comme chaque année par IdealCo, InfraNum et l'Avicca. L'occasion pour la filière de la fibre de se féliciter des avancées sur les déploiements dans les réseaux d'initiative publique (RIP, déployés par les collectivités), mais aussi de râler collectivement sur les conditions de raccordement des clients via le fameux mode STOC (Sous-Traitance aux Opérateurs Commerciaux).

Des conférences et tables rondes avec deux invités de marque : Laure de la Raudière (présidente de l'Arcep depuis un peu moins d'un an) et Cédric O (secrétaire d'État chargé du numérique). Ils partagent les problèmes remontés par les acteurs du terrain et annoncent du changement... avec plus ou moins de fermeté.

Notre dossier sur l’université d’été du THD

STOC v2 : Laure de la Raudière « déçue » de sa mise en place

Laure de la Raudière ouvrait le bal mercredi matin et, dès le début de son discours, elle se disait « déçue que la mise en place de la feuille de route STOC v2 ait pris autant de temps ». Pour rappel, les changements ont été annoncés au début de cette année et des opérateurs d’infrastructure ont déjà mis en place les nouveaux contrats depuis des mois déjà, mais d’autres ne les ont toujours pas encore signés.

Le mode STOC correspond à un fonctionnement dans lequel l'opérateur d'infrastructure (celui qui déploie le réseau) sous-traite à l'opérateur commercial (Bouygues Telecom, Free, Orange ou SFR) le raccordement du client final. Mais ces derniers sous-traitent eux aussi cette prestation… avec parfois jusqu’à sept niveaux d'intermédiaires nous explique un des participants de ce colloque (nous y reviendrons dans un prochain article).

Les nouveaux contrats STOC v2 doivent encadrer davantage les interventions afin d'éviter dérives et dégradations du matériel : armoires laissées ouverte aux quatre vents, serrures découpées à la meuleuse, jarretières installées en dépit des règles conduisant à terme à de gigantesques plats de nouilles dans les armoires, etc.

Avec cette nouvelle version, des audits et des formations sont mis en place, tandis que les techniciens doivent prendre des photos avant et après leur intervention, qu’ils joignent ensuite à leur compte rendu d’intervention. Pour qu'il soit efficace, ce mode STOC v2 doit être signé par l'ensemble des opérateurs d'infrastructure et commerciaux. Le fait que ce ne soit pas encore le cas agace donc, tant le régulateur que le gouvernement.

Orange et XP Fibre dans le viseur

Laure de la Raudière regrette cette situation, sans pour autant donner de noms : « Il faut que rapidement l'ensemble des opérateurs puissent signer ce mode STOC v2 » commente-t-elle poliment. Un constat largement partagé par d'autres acteurs que nous avons rencontrés. Au fil des discussions et des interventions, Axione, Altitude Infra et TDF nous ont confirmé avoir signé des contrats STOC v2 avec les quatre opérateurs commerciaux.

Ce n'est pas encore le cas d'Orange et de XP Fibre (anciennement SFR FTTH). Les deux assurent néanmoins que les contrats sont dans la dernière ligne droite et qu’ils ne devraient donc pas tarder à être signés avec tous les opérateurs commerciaux. Ce n’est probablement plus qu’une question de jours ou de semaines… il serait temps.

Il est d'ailleurs « amusant » de remarquer que les deux opérateurs d’infrastructures (parmi les plus gros) qui n’ont pas encore signé des contrats STOC v2 sont ceux rattachés à un opérateur (XP Fibre est détenu à 50,1 % par Altice). Laure de la Raudière marche sur des œufs et ne veut visiblement froisser personne : « la mise en place de ces nouveaux contrats STOC, c'est compliquée ». « C'est une vraie préoccupation pour moi [...] Je suis cela comme du lait sur le feu », nous répond-elle lorsque nous l'interrogeons sur l'implication de l'Arcep dans ce processus.

Cédric O a une « impression mitigée »

Le secrétaire d’État rejoint Laure de la Raudière sur les contrats STOC v2, et parle d’une « impression mitigée. On verra les chiffres, je crois quand même que l'ensemble des conventions STOC v2 n'ont pas été signées par les opérateurs d’infrastructure. Je trouve cela inacceptable. Qualitativement les choses semblent aller un peu mieux », mais il ne pense pas être « au bout de l'histoire » pour autant.

Il se lance ensuite dans une phrase en écho à la complexité du mode STOC : « je ne peux pas ne pas constater que le sujet est moins prévenant qu'il ne le fut, mais je ne peux pas non plus ne pas constater qu'il ne semble pas que tout le monde joue le jeu jusqu'au bout ». « C'est un sujet qui ne lasse pas de m'agacer », ajoute-t-il. Lui aussi précise qu’il va suivre le dossier de près. 

Indicateurs de qualité : le travail d'harmonisation continue

Comme annoncé, le régulateur est en train de récupérer auprès des opérateurs des « indicateurs » sur la qualité des raccordements effectués par les sous-traitants. Aucune conclusion n’a été tirée pour le moment.

« Nous sommes en train de les affiner et harmoniser, et nous allons partager ces informations dès qu'elles seront finalisées », indique Laure de la Raudière. Ce partage se fera dans un premier temps avec un groupe de travail interne, puis éventuellement plus largement auprès du grand public par exemple.

Un observatoire publié de manière régulière serait d'ailleurs le bienvenu, à l’image de ce qui existe déjà sur la qualité de service sur le fixe et le mobile. Mais rien n'a été annoncé en la matière.

Il faut finir de fibrer les zones très denses (ZTD)

Autre point abordé par Laure de la Raudière : le déploiement de la fibre dans les ZTD, où les opérateurs se livrent une guerre commerciale. Si le taux de logement pouvant sauter le pas est élevé et supérieur à celui des zones moyennement denses, le nombre de nouveaux foyers éligibles n'augmente que peu depuis plusieurs mois.

La présidente de l'Arcep n'y va pas par quatre chemins : « il faut continuer de mettre la pression sur les opérateurs » pour qu’ils déploient de la fibre, et elle ajoute que « le gouvernement peut le faire aussi ». Ariel Turpin, délégué général de l'AVICCA, abonde : « Le déploiement ZTD patine depuis des années » et il est en « chute libre depuis des années dans les zones moyennement denses (AMII) ».

L'AVICCA a d'ailleurs récemment publié une série de billets au vitriol sur le sujet.

La Loire où se tenait l'Université d'été du THD est un bon exemple de cette disparité. Il s'agit du premier RIP à proposer une connexion fibre à 100 % dans le département. Mais attention, cela ne veut pas dire que 100 % des habitants du département peuvent en profiter.

Il existe en effet des zones AMII (Appel à Manifestation d'Intention d'Investissement) et les opérateurs (Orange dans le cas présent) sont à la traine par rapport à leurs engagements. Résultats, les habitants qui se trouvent dans une zone RIP peuvent profiter de la fibre avant ceux dans une AMII. On retrouve la même chose dans d’autres départements, avec des zones très denses parfois largement à la traine face aux RIP. Le Nord-Pas-de-Calais en est un autre bon exemple avec Lille qui n’est qu’à 53 % de locaux éligibles, alors que le RIP est en passe d’atteindre les 100 %.

Parfois, les habitants des campagnes ou des petites villes sont donc fibrés avant ceux des grandes villes, qui dépendent du bon vouloir des quatre FAI nationaux. Ce n’est évidemment pas une généralité et il existe des villages qui sont encore loin d'être fibrés. Le plan France THD prévoit pour rappel d’arriver à 100 % de FTTH d’ici à 2025. 

Nous avons demandé à Cédric O des précisions sur ce chiffre de 100 %, qui ne sera jamais atteint selon le sénateur Patrick Chaize, il tempère : « Prenez l'exemple de l'électricité. Il n'existe pas de 100 % pour les autres réseaux soit, car techniquement ce n'est pas possible soit parce que les gens n'en veulent pas. Lors de l'électrification, des gens ont refusé d'être raccordés ». Pour la fibre, ce sera donc la même chose.

Nouveau service universel : l'Arcep sera saisi pour avis 

Concernant le service universel devant remplacer celui du cuivre, annoncé par Cédric O en mars, Laure de la Raudière précise qu'il faut le voir comme « une territorialisation du service universel » à cause des différents acteurs qui sont présents partout en France. Elle ajoute que « c'est le gouvernement qui est responsable de la rédaction du service universel » et elle ne s’étendra donc pas davantage pour le moment.

Le régulateur sera simplement « saisi pour avis et sera chargé des suivis de la qualité de service » par la suite, comme il le faisait déjà sur le service universel avec le cuivre. « On a lancé ce matin une consultation publique sur le nouveau cadre de service universel » des communications électroniques, ajoute Cédric O sur le sujet, invitant toutes les parties concernées à faire part de leurs retours. Elle est ouverte jusqu’au 12 novembre pour y participer.

Décommissionnement : Orange devrait vite déposer son projet

Cette question du service universel nous entraine évidemment vers celle du décommissionnement du réseau cuivre. « C'est un grand chantier porté par Orange, et l'Arcep se voit comme un garant de bon déroulement des opérations ». Pour InfraNum, le sujet est plus complexe qu’il n’y parait. Un des intervenants cite par exemple une étude suédoise expliquant que, parfois, retirer le cuivre serait plus polluant que le laisser en place.

La présidente de l’Arcep rappelle qu'avant d'en arriver là, il faut évidemment que la zone soit fibrée, mais aussi que les quatre opérateurs commerciaux « soient tous présents » pour faire jouer la concurrence, ou alors laisser un délai suffisamment long pour qu’ils puissent venir. Se pose aussi la question de la définition du service universel : est-ce que cela passera obligatoirement et uniquement par la fibre, ou bien est-ce que d‘autres technologies comme le satellite, le THD Radio, la 4G/5G fixe pourront être utilisée ?

La réponse n’est pas tranchée pour le moment et, là encore, c’est au gouvernement de décider. Une des pistes avancées par le régulateur serait de procéder en deux temps avec une « fermeture commerciale avant la fermeture technique ». La présidente de l’Arcep rappelle que 3 millions d'adresses ont déjà été fermées et 10 millions le seront début 2022. Le régulateur attend désormais qu'Orange « vienne lui présenter son projet […] qui sera mis en consultation publique » pour recueillir l’avis du secteur. Ce n’est plus qu’une question de semaines à priori.

En attendant, le régulateur prévient : « Il faut garder une qualité de service qui soit de bon niveau » sur le réseau cuivre, encore largement utilisé par de nombreux clients. Depuis la fin de l'année dernière, le service universel sur le cuivre n'a pas été reconduit pour rappel, mais Orange continue toujours à maintenir le réseau en état de fonctionnement, avec l’aide financière de ses trois concurrents.

Professionnels et particuliers : l'Arcep dit être à votre écoute

La présidente de l'Arcep lance au passage un appel aux professionnels qui auraient un projet de réseau privé mobile 4G ou 5G : « venez nous voir et on essayera de trouver la bonne solution pour monter ce projet avec vous de façon expérimentale ou pérenne ».

Cela vaut également pour les particuliers qui rencontreraient des soucis pour avoir la fibre chez eux alors que leurs voisins sont éligibles. Il arrive en effet que les opérateurs et/ou les communes se renvoient la balle et que l'utilisateur se retrouve pris au piège entre plusieurs interlocuteurs. Une situation qui nous a d’ailleurs été plusieurs fois signalée dans les commentaires de nos articles. Si une personne a l’impression d’être dans la maison qui rend fou des 12 travaux d’Astérix, elle peut se tourner vers le régulateur, via la plateforme J'Alerte l'Arcep.

N’hésitez pas à nous faire part de vos retours si vous avez l’occasion d’emprunter cette voie.

Enfin un déblocage sur l'utilisation des appuis communs

Lors de son intervention, Cédric O annonçait fièrement le déblocage qui posait problème de longue date : « Nous avons trouvé un accord pour drastiquement simplifier la question des appuis communs. Plus de 5 millions de poteaux qui vont être sollicités à terme. On est en train de finaliser les derniers points juridiques ». Il serait temps puisque le sujet était déjà au centre des débats lors de l'université d'été du THD en 2019.

Nous avons également demandé au ministre quelle est sa position concernant le retard des opérateurs Orange et SFR sur le déploiement de la fibre dans les zones AMEL et AMII et si, comme les conventions signées le lui permettent, il compte prendre des sanctions ? « Les opérateurs ont de toute évidence des circonstances atténuantes liées à la crise du Covid. J'avais dit que nous ferions le point fin septembre... il semble que nous ayons dépassé la deadline »… Rendez-vous est donc pris pour un point qu’on espère rapide.

Enfin, Laure de la Raudière en profite pour lancer un message : « l'enjeu de l’empreinte environnementale du numérique est devant nous. Le numérique ne doit pas se sentir exonéré de tout effort dans ce domaine-là. On espère que les parlementaires nous donneront les droits de collecte » afin de récupérer les données auprès de l’ensemble des opérateurs nécessaires pour mener à bien cette mission. Le sénateur Patrick Chaize a pour rappel déposé une proposition de loi en ce sens.

Dans la suite de notre dossier, nous nous pencherons sur le mode STOC dans la pratique, avec le point de vue des opérateurs d’infrastructure et de ceux qui interviennent au quotidien sur le terrain. Car quand on parle de jungle de la fibre optique, c’est une image qui se vérifie dans plusieurs sens du terme…

Sommaire de l'article

Introduction

STOC v2 : Laure de la Raudière « déçue » de sa mise en place

Orange et XP Fibre dans le viseur

Cédric O a une « impression mitigée »

Indicateurs de qualité : le travail d'harmonisation continue

Il faut finir de fibrer les zones très denses (ZTD)

Nouveau service universel : l'Arcep sera saisi pour avis 

Décommissionnement : Orange devrait vite déposer son projet

Professionnels et particuliers : l'Arcep dit être à votre écoute

Enfin un déblocage sur l'utilisation des appuis communs

Commentaires (38)


CCL : le déploiement aurait du être fait à travers un RIP National … De manière générales, les réseaux ( Fibre, Mobile, Transport d’énergie , … ) devraient rester propriété de l’état :



1 - Stratégiquement c’est pas trop mal pour un état de gérer et de pouvoir réguler son réseau d’énergie, de télécom, … Surtout dans le cadre d’un cyber-attaque, attaque terro, …



2 - L’article illustre bien le problème : les opérateurs rechignent à faire des investissements la ou ca n’est pas rentable .. L’état lui peut se le permettre, il sera toujours la dans 50 ans. Et en plus le Retour sur Investissement en louant son réseau aux opérateurs sera plus que bon.


J’ai été raccordé hier, je suis le 1er client sur le PBO qui peut en contenir 30.
Donc clairement je vais pas m’habituer vu que j’ai 29 chances de me faire sectionner ma fibre par un des prochains techniciens, qui ne vont sûrement pas tous bosser aussi bien que celui que j’ai eu, et quand je vois à quel point c’est bordélique de raccorder une fibre qui est minuscule, je donne pas cher de la peau de la mienne.


Pas plus tard qu’hier, j’ai assister à un raccordement fibre par free dans un quartier résidentiel qui a moins de 20 ans. Orange est celui qui a fait le déploiement de départ à la base.. Ca a débuter sur les chapeaux car après 45 min d’investigation pour trouver par ou passer la ligne cuivre entérrée de base, on s’aperçoit avec le technicien que le PBO renseigné n’est pas le bon, celui se trouvant 20 mètres plus loin que prévu et à plus grande distance du client, sans compter qu’a partir de ce PBO, la ligne traverse la rue en souterrain pour arriver sur le trottoir d’en face. Bilan : pour un pavillon situé en bord de rue : 60 mètres de fibre déployée ! Comme indiqué dans l’article, le technicien à bien fait des photos avant/après et j’ai pu constater par moi même que les PBO entérrés sont déjà dans des états pitoyables alors que le déploiement commence tout juste. De plus, le technicien free à proposer de retirer la ligne cuivre, mais pour cela, il nous à demander de rédiger et signer une décharge de résponsabilité ! Selon ses dires, chez la concurrence ils ont interdiction de le faire sous peine d’une amende d’un montant de 1500 €…. Franchement je plains certains techniciens qui bossent dur et bien.



Cydoo a dit:


Selon ses dires, chez la concurrence ils ont interdiction de le faire sous peine d’une amende d’un montant de 1500 €…. Franchement je plains certains techniciens qui bossent dur et bien.




Ça, c’est pour débiner la concurrence. Je suis chez Orange, le technicien a un peu hésité à tirer la fibre avec la paire cuivre (il n’est effectivement pas censé le faire).



En revanche, pour l’état des infrastructures, tout pareil que toi pour un quartier qui a 15-20 ans, mais la plupart des problèmes, c’est le BTP : trappes et gaines écrasées, enterrées, bétonnées, j’ose à peine imaginer comment ça se passe dans de l’ancien.


Ben a priori non, ce matin un technicien orange (sous traitant bien entendu mais qui dit être de chez Orange^^) m’a confirmer qu’il n’avait pas le droit de retirer la ligne cuivre sous peine d’amende lol
Bref, à vérifier si d’autres personnes ont entendu la même chose :chinois:



La ligne extérieure oui, mais dans ton domicile non. C’est bien dans ces cas de figures qu’ont me l’a affirmer :D


De nombreux RIP annoncent des fins de déploiement entre 2026 et 2030 mais nos gouvernants fantasment un déploiement à 100% d’ici 2025 sur tout le territoire. Ils sont complètement à côté de la plaque.



Sans compte le rappel ces derniers jours que la France serait couverte à 100% en THD (>30 mb/s) d’ici fin 2022… Si pour ça ils comptent sur les box 4G avec 200Go de fair use effectivement on sera très proche des 100% mais dans la pratique on devrait être plus proche des 7075%.


Décommissionnement : Orange devrait vite déposer son projet



Orange a annoncé la fermeture de plaques pour 2023 et 2024, pour 2025 et après d’après ARCEP il n’y a plus d’annonces de fermeture de plaques 5ans avant. Il y aurait du avoir une annonce en 2020 pour 2025. C’est fait maintenant sans annonces dans l’obscurité chez orange ?



deathscythe0666 a dit:


Ça, c’est pour débiner la concurrence. Je suis chez Orange, le technicien a un peu hésité à tirer la fibre avec la paire cuivre (il n’est effectivement pas censé le faire).




Comment tu gères la transition entre ADSL et fibre en faisant ça ? Il faut être absolument certain que la fibre sera opérationnelle dès sa pose ! (chez moi, il a fallu 3 semaines, heureusement qu’on n’avait pas enlevé la paire cuivre)



Cydoo a dit:


Pas plus tard qu’hier, j’ai assister à un raccordement fibre par free dans un quartier résidentiel qui a moins de 20 ans. Orange est celui qui a fait le déploiement de départ à la base.. Ca a débuter sur les chapeaux car après 45 min d’investigation pour trouver par ou passer la ligne cuivre entérrée de base, on s’aperçoit avec le technicien que le PBO renseigné n’est pas le bon, celui se trouvant 20 mètres plus loin que prévu et à plus grande distance du client, sans compter qu’a partir de ce PBO, la ligne traverse la rue en souterrain pour arriver sur le trottoir d’en face. Bilan : pour un pavillon situé en bord de rue : 60 mètres de fibre déployée ! Comme indiqué dans l’article, le technicien à bien fait des photos avant/après et j’ai pu constater par moi même que les PBO entérrés sont déjà dans des états pitoyables alors que le déploiement commence tout juste. De plus, le technicien free à proposer de retirer la ligne cuivre, mais pour cela, il nous à demander de rédiger et signer une décharge de résponsabilité ! Selon ses dires, chez la concurrence ils ont interdiction de le faire sous peine d’une amende d’un montant de 1500 €…. Franchement je plains certains techniciens qui bossent dur et bien.




60m tu t’en tires bien :) la mienne est passée par 5 boittiers sous le trottoir avant de traverser la rue. il a tiré environ 180m de fibre pour me raccorder en face de chez moi (20m en ligne droite)
ça a pris 8 mois et 11 passages de techniciens pour trouver le bon chemin.



sebp a dit:


60m tu t’en tires bien :) la mienne est passée par 5 boittiers sous le trottoir avant de traverser la rue. il a tiré environ 180m de fibre pour me raccorder en face de chez moi (20m en ligne droite) ça a pris 8 mois et 11 passages de techniciens pour trouver le bon chemin.




:mdr: Ça peut se comprendre peut-être par le fait qu’à l’époque tout le monde n’avait pas pris le téléphone en même temps, et faut espérer que le jour où il y aura de grands travaux dans ta rue, ils en profitent pour remettre tout à plat. :transpi:



(quote:1906014:alex.d.)
Comment tu gères la transition entre ADSL et fibre en faisant ça ? Il faut être absolument certain que la fibre sera opérationnelle dès sa pose ! (chez moi, il a fallu 3 semaines, heureusement qu’on n’avait pas enlevé la paire cuivre)




Tu m’as mal compris, je critique ce qu’a dit le technicien Free qui est manifestement faux. Dans mon cas, c’était soit on laisse le cuivre en place et on n’arrive pas à passer la fibre, soit on essayait en tirant la fibre à la place du cuivre (la ligne fait dans les 50m entre la trappe télécom devant chez moi et l’accès dans la rue). J’ai fait un choix, en toute connaissance de cause (si la paire cuivrée pétait pendant la manoeuvre, c’était mort pour la connexion).



Pour la transition, j’avais dans tous les cas déjà résilié et renvoyé la box ADSL donc, c’était du pareil au même.


A la campagne, quand on recoit un mail de Free disant “la fibre arrive chez vous” avec mon adresse
on a une idée du temps à attendre avant d’avoir une proposition commerciale et l’installation
2 mois ?
2 ans ?


J’aimerai bien connaitre l’emprunte environnementale / bilan carbone d’un appel téléphonique passé via le cuivre ou via la fibre. J’ose espérer qu’on s’est posé la question avant de dire qu’il faut decomissioner le cuivre.
Quelqu’un a une idée ?



(quote:1906036:Général de Gaulle)
A la campagne, quand on recoit un mail de Free disant “la fibre arrive chez vous” avec mon adresse on a une idée du temps à attendre avant d’avoir une proposition commerciale et l’installation 2 mois ? 2 ans ?




Dans mon cas :



“La fibre arrive dans votre ville” : 10 mai
“La fibre arrive prochainement à votre domicile” : 6 septembre avec date prévisionnelle au 21 septembre
Raccordement proprement dit : 7 octobre



Ceci étant, je suis raccordé au PBO, mais Free n’y envoie pas encore le signal, donc je suis encore sur ma VDSL :non: :mdr:



(quote:1906068:Watom!)
J’aimerai bien connaitre l’emprunte environnementale / bilan carbone d’un appel téléphonique passé via le cuivre ou via la fibre. J’ose espérer qu’on s’est posé la question avant de dire qu’il faut decomissioner le cuivre. Quelqu’un a une idée ?




Si ton téléphone est déjà numérique (fortement probable), ça consomme moins par la fibre (je ne sais pas si produire la fibre est moins coûteux que produire les câbles cuivre, mais il me semble aussi). Et même en comptant l’achat d’un téléphone neuf pour faire de la VoIP, je pense que ça reste compétitif.
Il y a également la possibilité que la disparition des lignes téléphoniques commutées permette de supprimer les autocoms.


Next INpact devient Super INpact !
“J’alerte l’Arcep” : CHECK !!!



(quote:1906036:Général de Gaulle)
A la campagne, quand on recoit un mail de Free disant “la fibre arrive chez vous” avec mon adresse on a une idée du temps à attendre avant d’avoir une proposition commerciale et l’installation 2 mois ? 2 ans ?



iFrancois a dit:


Dans mon cas :



“La fibre arrive dans votre ville” : 10 mai “La fibre arrive prochainement à votre domicile” : 6 septembre avec date prévisionnelle au 21 septembre Raccordement proprement dit : 7 octobre



Ceci étant, je suis raccordé au PBO, mais Free n’y envoie pas encore le signal, donc je suis encore sur ma VDSL :non: :mdr:




Vous etes sur des RIP, quitez les grands FAI, viendez sur les petits opérateur, ça marche impec et les hotlines sont bien plus efficasse en plus (Knet est top pour les geeks :o)


Quoi de mieux pour parler des retards que d’organiser une “université d’été” en automne ?
:transpi:



(reply:1906036:Général de Gaulle)
t’as la bonne fourchette :)




iFrancois a dit:


Dans mon cas :



“La fibre arrive dans votre ville” : 10 mai “La fibre arrive prochainement à votre domicile” : 6 septembre avec date prévisionnelle au 21 septembre Raccordement proprement dit : 7 octobre



Ceci étant, je suis raccordé au PBO, mais Free n’y envoie pas encore le signal, donc je suis encore sur ma VDSL :non: :mdr:




“La Fibre arrive dans votre quartier”, email reçu en septembre 2018 avec un délai estimé de 12 à 18 mois. Toujours rien. Au téléphone Orange m’a parlé de Janvier 2022…



En ville.



Cydoo a dit:

Selon ses dires, chez la concurrence ils ont interdiction de le faire sous peine d’une amende d’un montant de 1500 €….




Et c’est normal, la ligne appartient à Orange.


En partie privative non.
C’est l’un des problèmes souligné : on ne peut pas assurer de service universel permanent sans revenir sur la libéralisation du réseau construit par France Télécoms. La question est bien vite éludée d’ailleurs…



Bien qu’une amende existe elle reste tout à fait spéculative en pratique, et cela pose effectivement une question supplémentaire de recyclage (avec quelle chaleur va-t-il fondre ?).



Parfois, les habitants des campagnes ou des petites villes sont donc fibrés avant ceux des grandes villes, qui dépendent du bon vouloir des quatre FAI nationaux.




C’est mon cas !




Dans la suite de notre dossier, nous nous pencherons sur le mode STOC dans la pratique, avec le point de vue des opérateurs d’infrastructure et de ceux qui interviennent au quotidien sur le terrain. Car quand on parle de jungle de la fibre optique, c’est une image qui se vérifie dans plusieurs sens du terme…




Ca c’est sur…. :-(



Un autre point qu’i faudra traiter , c’est les échecs raccordement.
Parfois sur certaines maisons , les équipes se succèdent sans réussir, pour toute une variété de raison. La seule solution est de faire du BTP, mais ça coûte cher et parfois les habitants n’ont pas les moyens (ou pas la possibilité) de le faire , ex : locataires.
Aujourd’hui il faudrait dans ces cas-là monter des “équipes de raccordement de choc”, capable de déroger aux règles d’ingénierie, de conduire une pelleteuse, et d’avoir les droits de faire ça tant en domaine public qu’en domaine privé.
Et que ce soit financé spécifiquement, ptet avec une participation du propriétaire lissé.



OB a dit:


C’est mon cas !



Ca c’est sur…. :-(



Un autre point qu’i faudra traiter , c’est les échecs raccordement. Parfois sur certaines maisons , les équipes se succèdent sans réussir, pour toute une variété de raison. La seule solution est de faire du BTP, mais ça coûte cher et parfois les habitants n’ont pas les moyens (ou pas la possibilité) de le faire , ex : locataires. Aujourd’hui il faudrait dans ces cas-là monter des “équipes de raccordement de choc”, capable de déroger aux règles d’ingénierie, de conduire une pelleteuse, et d’avoir les droits de faire ça tant en domaine public qu’en domaine privé. Et que ce soit financé spécifiquement, ptet avec une participation du propriétaire lissé.




J’ai eu le cas en 2018, j’étais locataire vers Lyon. Y’avait une gaine bouché sur voie publique, impossible de passer la fibre. SFR avait l’exclusivité et eux ils s’en foutent royale, il veulent pas faire de travaux. Heureusement, Orange est arrivé sur le réseaux peu de temps après : j’ai souscris chez eux puis il aura fallu 5 tech pour constater le problème puis 6 mois plus tard ils ont fait les travaux ce qui m’a permis de me raccorder.


L’attitude respective des gestionnaires de RIP et des opérateurs dans certaines cas est responsable du retard quasi infini du déploiement de la fibre pour les locataires d’appartements dans des zones où la fibre est sensée être entièrement déployée.
Si je prend le cas de ma commune, Bois-le-Roi en Seine-et-Marne, plusieurs petits immeubles voient leur propriétaires découragés dans leurs démarches pour raccorder les appartements.
En effet, COVAGE, l’opérateur du RIP de Seine-et-Marne et les opérateurs fibre se renvoient la balle depuis plus d’un an alors que toutes les maisons individuelles mitoyennes des immeubles sont éligibles à la fibre depuis des mois!
C’est absurde pour ne pas dire kafkaïens !



(reply:1906036:Général de Gaulle)
Moi, en ville, à mon arrivée sur Toulouse en recherche d’un appart en 2008, j’en visite un, le locataire reçoit devant moi un coup de fil de Free qui indique que la fibre arrive dans la rue. Me suis dit “cool, nickel, le temps que j’arrive et que je m’installe la fibre sera mise en place au pire dans 6 mois c’est bon”.




J’ai quitté l’appart en 2014, et jamais vu le début d’une brindille de fibre. En revanche rien à dire sur la qualité de service de ADSL+Freebox de Free.



Comme quoi ils ont raison de vendre du rêve les enfoirés puisqu’effectivement j’ai souscrit chez eux histoire d’avoir déjà le “bon” opérateur pour après (bon j’exagère un peu je connaissais déjà Free et satisfait de leur service dans le logement précédent mais disons que ça faisait un argument de plus).



Les autres sont pas mieux.
Me souviens d’un gus, de SFR je crois, lors d’un stand public pour rameuter des clients…
“VENEZ VENEZ je vous dis tout de suite si vous êtes couverts par la fibre SFR’.
‘Heeeu ok, je suis au 27bis Rue xxxxx.”
“Hmmm je trouve rien pour le 27bis. Mais le 27 est fibré donc pour vous c’est certainement ok”.



Ou encore un autre opérateur…
“Au pire on vous passe un câble par la fenêtre’. MDR



Je veux bien que les commerciaux sont payés essentiellement à la commission e notoirement dénués de scrupules en premier lieu mais là c’était hallucinant de duplicité ou d’incompétence (voire les deux l’un n’empêchant pas l’autre).



Et sinon dans mon logement actuel, rue fibrée mais pas mon immeuble faute d’accord des copropriétaires (j’ai appris récemment qu’en fait on peut “provoquer” l’autorisation à l’initiative du locataire par un courrier LRAR spécifique mais comme je le quitte c’est trop tard. Pour info néanmoins, chercher “locataire demander raccordement fibre”.



Bref, je suppose (j’espère) que les choses ont évolué dans le bon sens mais pour moi même encore aujourd’hui ville ou campagne c’est un pari dans tous les cas.



Cydoo a dit:


La ligne extérieure oui, mais dans ton domicile non. C’est bien dans ces cas de figures qu’ont me l’a affirmer :D




Ah non la ligne appartient à Orange jusqu’à la première prise “T” (ou la prise “Test” sur les installations récentes), donc y compris chez toi ! Normalement, il y a une mention “Propriété de France Télécom” sur cette prise principale.



Cydoo a dit:


La ligne extérieure oui, mais dans ton domicile non. C’est bien dans ces cas de figures qu’ont me l’a affirmer :D




Etrange, je n’ai pas eu de notification de ta réponse. Mais bon pas grave, je fais un groupé avec Idiogène :D




(quote:1906216:Idiogène)
En partie privative non.




Jusqu’à la DTI ou la 1ere prise chez toi, ca appartient à Orange, je confirme. C’est ensuite que c’est privatif :chinois:




C’est l’un des problèmes souligné : on ne peut pas assurer de service universel permanent sans revenir sur la libéralisation du réseau construit par France Télécoms. La question est bien vite éludée d’ailleurs…




Tant qu’à Bruxelles ils seront à fond dans l’idéologie neo-libérale, ca sera systématiquement éludé, vu que pour eux il n’y a rien de mieux que le neo-libéralisme, même quand les faits prouvent que ca nous envoie à grande vitesse dans un mur en acier trempé de 50m d’épaisseur.




Bien qu’une amende existe elle reste tout à fait spéculative en pratique, et cela pose effectivement une question supplémentaire de recyclage (avec quelle chaleur va-t-il fondre ?).




C’est quoi le problème avec le recyclage et la température à laquelle le cuivre fond?



Patch a dit:


Jusqu’à la DTI ou la 1ere prise chez toi, ca appartient à Orange, je confirme. C’est ensuite que c’est privatif :chinois:




Pas toujours justement. L’interface privative commence en théorie avec le domaine public. Après il faut savoir qui a payé le cable : ce n’est pas toujours FT et cela implique que le droit d’Orange ou autre opérateur se limite alors à un droit d’accès et de maintenance et non une pleine proprieté.




Tant qu’à Bruxelles ils seront à fond dans l’idéologie neo-libérale, ca sera systématiquement éludé, vu que pour eux il n’y a rien de mieux que le neo-libéralisme, même quand les faits prouvent que ca nous envoie à grande vitesse dans un mur en acier trempé de 50m d’épaisseur.




C’est plutôt qu’il n’y a presque rien de libéral : on a juste changé de terme (novlang) et c’est la même caricature lénifiante que le stalinisme supposément combattu…
Quant au service Universel c’est intenable si l’état se retire du capital.




C’est quoi le problème avec le recyclage et la température à laquelle le cuivre fond?




A priori c’est avec des GES qu’on va recycler les milliers de tonnes en place donc ce n’est même pas un argument pour supprimer le cuivre en l’état ou même diminuer la primo extraction qui croit avec les objets connectés & co. On ne fait que brasser du vent pour dissimuler le déplacement de la demande donc l’accroissement de l’offre… pas très malin mais politiquement admis du moment que le public cible est démuni de contre- arguments.



(reply:1906237:Idiogène)
Ton commentaire a l’air très intéressant mais honnêtement je n’ai rien saisi passé le premier paragraphe.




Qu’entends tu par “caricature lénifiante que le stalinisme supposément combattu” ?



Quant au dernier paragraphe, faut reprendre depuis le début… :oops:



Citan666 a dit:


Qu’entends tu par “caricature lénifiante que le stalinisme supposément combattu” ?




C’est une caricature de libéralisation.
En France, au 19ème, on avait par exemple le droit de monter une companie de train dont TOUS les moyens de production étaient détenus par la societé exploitante.
Avec les libéralisations d’après guerre, on a pris peur et ce n’est pas ce modèle original du capital qui a été choisi : les réseaux de train, d’elec et d’information sont mutualisés par un cirque juridico-politique mielleux ou virtualiste-de-façade.
Bref : un vrai libéral contesterait ce fait et ne souscrirait pas à un avilissement de ses moyens sur lesquels il compte faire de l’exploitation. L’indépendance n’existant pas à cause de ces nombreuses servitudes on peut néanmoins diminuer les dépendances authentiques par une sortie conferée par le droit de (pleine) proprieté.




Quant au dernier paragraphe, faut reprendre depuis le début… :oops:




L’article parle du projet invisible d’Orange pour retirer le cuivre à terme.
En toile de fond il y a bien une volonté d’Orange de recycler son réseau et d’en faire un argument écolo.
Mais je suppose qu’on a surtout pas évoqué en public le seuil de rentabilité qui sera, personne n’en doute sérieument vue la faiblesse sur la consommation de la 5G, un éniemme gachis de ressources. D’où ma remarque : qui paye ? Avec quels arguments ?



fofo9012 a dit:


Ah non la ligne appartient à Orange jusqu’à la première prise “T” (ou la prise “Test” sur les installations récentes), donc y compris chez toi ! Normalement, il y a une mention “Propriété de France Télécom” sur cette prise principale.




Oui, la fameuse prise DTI/test mais elle généralement située au point d’arrivé dans ton domicile, tout ce qui en sort ensuite est ta propriété :chinois:



Cydoo a dit:


dans ton domicile




Au risque de me répéter : qui paye possède.
La seule obligation légalement définie est de disposer d’une adduction depuis le domaine public. Pour des raisons de coût et de praticité l’opérateur se contente maintenant de brancher son cable public au câble privé. La fibre c’est pareil.



D’où le hiatus entre FT et Orange et les autres opérateurs sur qui de quoi comment qu’on fait ou pas si amende mais non… :dors:



(quote:1906474:Idiogène)
Au risque de me répéter : qui paye possède. La seule obligation légalement définie est de disposer d’une adduction depuis le domaine public. Pour des raisons de coût et de praticité l’opérateur se contente maintenant de brancher son cable public au câble privé. La fibre c’est pareil.



D’où le hiatus entre FT et Orange et les autres opérateurs sur qui de quoi comment qu’on fait ou pas si amende mais non… :dors:




De toute facon tu ne feras (et verras probablement) jamais pire que ce que j’ai pu voir chez mon père : une fibre qui sort de l’armoire au bout de la rue, monte sur le toit de la 1ere maison, continue sur TOUS les toits (rue composée de maisons de ville collées, toutes font 1 étage de haut) jusqu’à l’autre bout de la rue (150m parcourus environ), bloquée par l’antenne TV de mon père pour pas que ca bouge trop, redescend en souterrain et ressort au niveau du PC Orange du voisin concerné par la fibre.
Bien entendu, en plus d’être débile et dangereux, celui qui a fait ca n’a demandé aucune autorisation aux propriétaires concernés. Après c’est sûr que c’est plus rapide que de la fixer en facade tout le long…


Dans l’Oise ?
Je suis allé dans un village de l’Oise (département avec presque 100% de couverture), effectivement j’en ai vu des malfaçons :




  • Fibre trop longue lovée et accrochée au poteau à hauteur d’humain,

  • Fourreau sorti trop tôt et fibre qui continue sans fourreau en sous-terrain dans la propriété après avoir traversé le mur de soutènement du jardin!

  • fibre qui traverse la route de poteau à poteau sans être tendue (càd un camion un peu haut l’arrache)

  • fibre qui court dans les gouttières, ou longe une facade au niveau du sol de la rue.

  • fibre qui rentre dans un regard sans passer par le fourreau prévu dans le béton (càd la fibre est écrasée par le couvercle en béton du regard !)



Et je te parle juste des trucs qui m’ont choqués pendant une marche digestive de 10min dans le village après un repas de famille, je n’ai pas spécialement cherché les pbs :)



Cydoo a dit:


Oui, la fameuse prise DTI/test mais elle généralement située au point d’arrivé dans ton domicile, tout ce qui en sort ensuite est ta propriété :chinois:




Pour ce qui a été construit avant les années 80-90 c’est donc la prise principale qui est en générale dans le salon. La prise DTI/Test c’est plus une exception pour les apparts et les lotissements pas trop vieux que la norme partout.



fofo9012 a dit:


Dans l’Oise ? Je suis allé dans un village de l’Oise (département avec presque 100% de couverture), effectivement j’en ai vu des malfaçons :




  • Fibre trop longue lovée et accrochée au poteau à hauteur d’humain,

  • Fourreau sorti trop tôt et fibre qui continue sans fourreau en sous-terrain dans la propriété après avoir traversé le mur de soutènement du jardin!

  • fibre qui traverse la route de poteau à poteau sans être tendue (càd un camion un peu haut l’arrache)

  • fibre qui court dans les gouttières, ou longe une facade au niveau du sol de la rue.

  • fibre qui rentre dans un regard sans passer par le fourreau prévu dans le béton (càd la fibre est écrasée par le couvercle en béton du regard !)



Et je te parle juste des trucs qui m’ont choqués pendant une marche digestive de 10min dans le village après un repas de famille, je n’ai pas spécialement cherché les pbs :)




Nope, pas loin de Marseille.
Il y a de sacrés bras cassés chez les sous-traitants vers chez toi! J’ai accompagné une équipe pour tirer des fibres pour le taf, s’ils avaient fait un truc du même genre en ma présence j’aurais été sacrément choqué, et pourtant je n’ai pas du tout été formé à ca :transpi:


Fermer