De l'eau liquide sur Mars : tout ce qu'il faut savoir en dix questions

De l’eau liquide sur Mars : tout ce qu’il faut savoir en dix questions

Trinquons à la santé de Mark Watney

Avatar de l'auteur

Sébastien Gavois

Publié dansSciences et espace

29/09/2015
78
De l'eau liquide sur Mars : tout ce qu'il faut savoir en dix questions

Hier soir, la NASA annonçait que, « dans certaines circonstances, de l'eau liquide a été trouvée sur Mars » et qu'elle y est encore présente de nos jours. De notre côté, nous avons décidé de faire le point sur cette découverte à travers dix questions que vous vous êtes peut-être posées.

Mars est la quatrième planète de notre système solaire, placée juste après la Terre et avant Jupiter. Par rapport à la planète bleue, le Centre National d'Études Spatiales (CNES) rappelle qu'il s'agit d'une « petite planète qui est sept fois moins volumineuse et dix fois moins massive ». Conséquence, la gravité y est trois fois plus faible et sa température oscille entre -100 et 0 °C à l'équateur, car elle est plus éloignée de notre Soleil.

Mars : une planète proche de la Terre qui intéresse beaucoup de monde

En dépit de cela, Mars est considérée par certains comme une « jumelle de la Terre » et elle a inspiré de nombreux scénarios de films et de romans de science-fiction, notamment car certains pensent qu'elle aurait pu abriter la vie et/ou que l'on pourrait y installer des colonies à l'avenir.

Plus terre à terre, les scientifiques s'intéressent également de près à Mars afin de percer plusieurs secrets sur son évolution, la présence actuelle ou passée de vie et d'eau. Au cours des dernières décennies, de nombreuses missions sont passées à proximité de la planète rouge, ou se sont posées sur sa surface. Dernière en date, Mars Science Laboratory, dont le célèbre rover Curiosity fait partie. Ce dernier est toujours en activité et envoie d'ailleurs régulièrement de nouvelles données.

La sonde Mars Reconnaissance Orbiter l'observe depuis plusieurs années

Mais hier ce n'était pas ce petit module tout terrain qui était à l'honneur, mais la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) lancée en 2005 et qui a pour but de cartographier la surface de la planète. Elle dispose pour cela de plusieurs instruments de mesure.

Mars Reconnaissance Orbiter MARS Orbiter NASA
La sonde - Crédit : NASA/JPL -  et sa caméra HiRISE - Crédits : NASA/JPL-Caltech/Ball Aerospace -

Il est d'abord question d'une caméra HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) prenant la forme d'un télescope de 0,5 m avec une ouverture f/24 capable de prendre des clichés avec une précision de 30 cm/pixel à une distance de 300 km (tous les détails se trouvent ici). On y retrouve également un spectromètre CRISM (Compact Reconnaissance Imaging Spectrometers for Mars) qui opère dans les longueurs d'onde comprises entre 362 et 3920 nanomètres, avec une précision de 18 m à une hauteur de 300 km.

Grâce aux relevés effectués via ces deux composants, la NASA annonce avoir fait une découverte qu'elle a qualifiée de « majeure » : sur Mars, « de l'eau à l'état liquide coule par intermittence », et ce, encore de nos jours.

Donc il y a de l'eau liquide sur Mars... mais on le savait déjà non ?

Suite à cette annonce, certains ont fait part de leur étonnement, voire de leur déception, pour ce qui devait être une annonce importante : « De l'eau sur Mars, pas de quoi fouetter un chat on le savait déjà non ? » En fait, la réponse n'est pas aussi simple qu'un oui ou un non.

Le fait que Mars ait abrité de l'eau dans le passé est un fait établi depuis longtemps. Le CNES explique d'ailleurs que « les dernières missions vers Mars (Mars Exploration Rovers et Mars Express) ont démontré que de l'eau à l'état liquide a bien existé peu après la formation de la planète et pendant quelques millions d'années ». Ce qui est par contre nouveau dans l'annonce d'hier, c'est que l'eau est encore présente maintenant à notre époque et sous sa forme liquide. Là encore ce n'est pas forcément une surprise puisque des travaux allant dans ce sens avaient été publiés il y a plusieurs années de cela.

La principale différence, et pas des moindres, c'est que la présence d'eau n'avait pas été identifiée avec certitude : il ne s'agissait que de fortes hypothèses, ce qui n'est pas du tout la même chose. Interrogé par nos confrères de RTL, François Forget (directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l'exploration spatiale) enfonce le clou : « Là, il y a une vraie confirmation. Ce qu'il faut savoir, c'est que sur la planète Mars, on n'a jamais vu de l'eau liquide car elle est vraiment instable ».

Comment les scientifiques sont-ils arrivés à cette conclusion ? 

La question est maintenant de savoir comment les scientifiques ont prouvé la présence d'eau liquide sur Mars. Pour cela, ils ont continué les travaux de 2011 sur lesquels ils s'étaient appuyés pour supposer (très fortement) la présence d'eau liquide sur Mars. Il s'agit de photos réalisées via HiRISE qui montrent des « stries sombres » qui apparaissent et disparaissent au fil des saisons martiennes : elles « se forment à la fin du printemps, se développent durant l'été et disparaissent à l'automne » :

Si les scientifiques pensaient donc qu'il s'agissait d'un phénomène qui est la conséquence d'une « coulée » d'eau liquide, mais rien ne permettait alors de le prouver scientifiquement. Le spectromètre (CRISM) embarqué pourrait aider puisque c'est justement l'une de ses missions, mais sa précision n'était alors pas suffisante pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

Les scientifiques ont donc « rusé », comme l'explique Marion Massé du Laboratoire de planétologie de Nantes à nos confrères du Figaro : « Le problème est que ces coulées sombres qui apparaissent en été sur les pentes chaudes des cratères font au maximum cinq mètres de large, or le spectromètre CRISM avec lequel nous travaillons n'a qu'une résolution de 18 m de large. Il est donc théoriquement très difficile de dire si ce qu'on observe est bien réel ou dû à un artefact ». Celle qui a co-signé l'étude scientifique qui confirme la présence d'eau sur Mars ajoute que son « collègue Lujendra Ohja a résolu cette difficulté en observant le même point à des moments différents, ce qui permet de détecter les variations saisonnières ».

Une confirmation sûre à 100 % de la présence d'eau liquide à la surface ? 

Pour reprendre les mots de François Forget, les travaux publiés donnent-ils une « vraie confirmation » de la présence d'eau à la surface de la planète rouge ? Pas tout à fait pour certains.

Tout le monde ne semble en effet pas d'accord, à commencer par Nicolas Mangold chercheur au Laboratoire de Planétologie et Géodynamique de Nantes et interviewé par Ciel et Espace, un magazine édité par l'Association Française d'Astronomie (AFA) : « La corrélation spatiale entre ces ravines et ces sels est très nette, poursuit le chercheur. C'est donc une belle avancée scientifique. Mais le communiqué de presse a clairement été gonflé, l'effet d'annonce est un peu trop gros ». Il indique par contre que « Certes, il s'agit de la preuve la plus forte que de l'eau coule actuellement sur Mars », tout comme François Forget : « On a pour la première fois un indice très fort d'eau liquide sur Mars ».

MARS NASA
Crédits : NASA/JPL/University of Arizona

Nicolas Mangold donne quelques détails afin d'expliquer sa retenue : « Nous ne sommes pas encore certains qu'elle coule en surface ! Ces ravines pourraient être par exemple créées par des remontées d'eau souterraine juste sous la surface. Et s'il est bel et bien avéré qu'elle coule en surface, ce n'est pas sous la forme de torrents, ni même de petits ruisseaux, c'est sous la forme d'une boue saturée en sel dont il n'existe pas d'équivalent sur Terre, où les conditions climatiques sont très différentes ».

Sur Internet, d'autres spécialistes du sujet « s'amusent » également de cet effet d'annonce de la NASA, dont la journaliste Alexandra Witze, correspondante pour la revue Nature (voir le tweet ci-dessous). D'autres y voient par contre une manœuvre de la NASA afin d'attirer la couverture médiatique à un moment crucial. C'est notamment le cas du spécialiste de l'astronomie Serge Brunier chez BFMTV : « Je ne vous cache pas que le fait que la NASA annonce cette découverte fin septembre n’est absolument pas dû au hasard. On est au moment des grands arbitrages budgétaires pour la NASA qui a besoin d’argent tous les ans à demander à l’administration américaine ».

De l'eau liquide alors que la température à la surface oscille entre -100 à 0°C ?

S'il vous reste quelques notions de physique, certains pourraient se demander comment se fait-il que l'on trouve de l'eau liquide alors que la température de la planète ne dépasse généralement pas les 0°C ? La réponse est simple, l'eau n'est pas pure : « La solution, c'est d'ajouter du sel dans l'équation. De la même manière que le sel fait fondre la glace sur les routes en hiver, il peut permettre à l'eau de s'écouler avant qu'elle s'évapore » explique de nouveau Marion Massé, mais à nos confrères du Parisien cette fois-ci.

Dans sa présentation, la NASA rentre plus dans les détails et précise qu'à cause de la pression atmosphérique, l'eau pure à l'état liquide sur Mars ne peut exister qu'entre 0 et 10°C seulement. En dessous elle gèle, au-dessus elle se vaporise. L'agence spatiale confirme que l'eau liquide découverte est en fait d'une saumure (de l'eau très salée) qui ne se transforme en glace qu'à partir de -70°C et qui ne devient un gaz qu'au-delà de 24°C sur Mars. Cette plage de température colle parfaitement avec les observations qui annoncent de l'eau liquide au printemps et en été, avant de disparaitre en automne et en hiver, lorsque la température descend aux alentours de -100°C.

Mars Reconnaissance Orbiter

Cette théorie s'emboite parfaitement avec une annonce récente du scientifique Morten Bo Madsen de l'Université de Copenhague (13 avril 2015). Il expliquait en effet que, grâce au Rover Curiosity, « nous avons découvert du perchlorate de calcium dans le sol qui, dans de bonnes conditions, absorbe la vapeur d'eau de l'atmosphère ». Les travaux du Danois ouvrent les portes à la réponse à la prochaine étape qui est de savoir comment l'eau peut se former à la surface de Mars. 

D'où vient-elle cette eau saumâtre ?

Selon les scientifiques, trois hypothèses sont en effet possibles, bien qu'une seule parait actuellement plausible. La première serait que l'eau liquide provienne de la glace qui se trouve sous la surface. Problème pour Marion Massé, « si cette eau gelée fond partiellement tous les étés, il faut qu'elle puisse se reformer l'hiver. Et nous n'avons pas trouvé comment ». Deuxième piste : du « givre » qui se déposerait en hiver. Mais il devrait alors disparaitre au printemps, alors que « les écoulements ont lieu plus tard dans l'année ». Bref, rien de bien probant pour le moment.

Finalement, la scientifique qui a co-signé les travaux précise que « l'hypothèse que nous privilégions s'appelle la déliquescence : les sels absorberaient l'humidité atmosphérique qui se transformerait en liquide ». Elle ajoute néanmoins que « cette explication pose quand même un souci, car il n'y a pas beaucoup d'eau dans l'atmosphère martienne. On favorise quand même cette hypothèse car plusieurs modélisations montreraient que c'est possible ».

Dans tous les cas cette possibilité doit encore être validée. Dans ce but, elle annonce à nos confrères que son équipe tentera de reproduire cette transformation dans un laboratoire avec les mêmes conditions de pression et de température, ce qui « permettrait de valider ou non nos hypothèses ». Dans tous les cas, cela ne remet pas en cause la présence d'eau liquide sur Mars.

De l'eau et donc potentiellement de la vie sur Mars ? 

Souvent, on nous rabâche que l'eau est source de la vie et que partout où il y a de l'eau sur Terre, il y a de la vie. Certes, mais qu'en est-il pour Mars ? Les différents intervenants qui ont pris la parole suite à l'annonce de la NASA restent relativement prudents.

C'est notamment le cas d'Alain Cirou, directeur de la rédaction de Ciel et Espace et de l'Association française d'astronomie (AFA), qui confirme au micro de nos confrères d'Europe 1 que passer de la présence d'eau liquide à celle de la vie « est un pas extrêmement difficile à franchir ».

Même son de cloche pour le chercheur François Forget interrogé par RTL cette fois-ci : « c'est très salé et c'est quelques jours par an ». Ce dernier ne ferme pas totalement la porte et évoque une possibilité inspirée de ce qui se passe en Antarctique où « il y a aussi des habitats saisonniers et les bactéries sont très contentes ». Dans tous les cas, impossible de savoir ce qu'il en est exactement sans des analyses plus poussées.

Rebelote à la NASA : « l'eau est un élément critique. On a maintenant un bon endroit où chercher. On pense que la vie a pu exister dans le passé, mais on ne sait pas si c'est encore le cas. On ne sait même pas comment la vie a commencé sur Terre ». Bref, personne n'en sait rien pour le moment et, dans tous les cas, ce n'était pas l'objet de l'annonce de la NASA d'hier.

Mais alors à quoi pourrait bien servir cette eau ?

Alain Cirou ajoute que « ce que l'on sait sur Terre, c'est que l'eau est intimement associée à la vie parce que l'eau est un diluant, c'est quelque chose qui permet le mélange ». Mais pour le scientifique, plutôt qu'une possible vie sur la planète rouge, ce qui l'interpelle c'est les possibilités que cela ouvre : « si un jour il y a une expédition, et bien on pourra forer et prélever de l'eau pour vivre ».

Et maintenant ?

Une chose est sûre, maintenant que des traces d'eau liquide ont été identifiées sur la surface de Mars, ces fameuses « stries » vont devenir un lieu potentiellement intéressant à visiter, analyser et photographier pour les prochaines missions qui iront sur Mars. « On pourrait imaginer une nouvelle mission en orbite avec un instrument ayant une meilleure résolution que l'outil de Mars Reconnaissance Orbiter. On pourrait aussi faire atterrir un robot à côté des écoulements » explique la scientifique.

Néanmoins, plusieurs questions éthiques se posent, notamment afin d'éviter de « contaminer » les planètes. S'il est généralement admis qu'envoyer un robot dans un endroit sec ne représente pas de danger particulier, il ne pourrait ne pas en être de même avec un milieu liquide ou une bactérie terrienne pourrait se développer. 

Quelles sont les prochaines missions pour Mars ? 

Dans tous les cas, il faudra être patient. En effet, les prochaines missions Exomars sont prévues pour 2016 et 2018 (avec une arrivée à destination le 19 octobre 2016 et en janvier 2019 respectivement). « Cette dernière comportera l'atterrissage d’un véhicule –véritable laboratoire sur roues– à la surface de la planète rouge » explique le CNES.

La première (2016) installera en orbite un satellite baptisé Trace Gas Orbiter (TGO) qui étudiera l'atmosphère et servira de relais pour les communications. De plus, le centre spatial ajoute que « TGO larguera un module démonstrateur d'entrée atmosphérique et de descente sous parachute qui atterrira en douceur à la surface de la planète rouge. L’ESA lui a donné le nom de Schiaparelli en l’honneur du célèbre astronome italien ». De son côté, la « mission de 2018 déposera une plateforme russe et un véhicule européen sur Mars. La plateforme d’atterrissage équipée d’instruments russes et européens prendra des mesures de son environnement pendant une année martienne (687 jours terrestres) ». 

Quelques années plus tard, ce sera au tour de Mars 2020 d'entrer en scène. Cette mission poussée par la NASA déposera également un rover au sol, évidemment bardé de capteurs en tout genre.  Il sera de la taille d'une voiture avec 3 mètres de long par 2,7 mètres de large et 2,2 mètres de haut. Tous les détails se trouvent par ici.

Mars 2020 Rover

S'intéresseront-elles aux traces d'eau liquide ?

Nos confrères de Sciences et Avenir ont interrogé François Forget afin de savoir si la découverte d'eau liquide allait avoir une influence sur ces trois missions. Sa réponse est sans détour : « Très certainement. Mais pas forcément dans le sens où on l'entend ». Il rejoint en effet Marion Massé et explique que « ces zones RSL sont désormais les pires qui soient car puisqu'il y a de l'eau liquide, il ne faut surtout pas la contaminer. Si une exploration de ces zones est réalisée, cela doit donc être fait avec un robot parfaitement stérile. Or, le processus de stérilisation est très cher et représente une fraction non négligeable du coût d'un rover ».

Pour le directeur de recherche, la question du coût écarterait de l'équation les missions Exomars dont « le budget est déjà très serré ». De plus la précision d'atterrissage ne serait pas suffisante avec une zone elliptique de 120 x 20 km. La situation est par contre différente avec Mars 2020 « qui sera capable de se poser dans une ellipse de 20 km sur 5 et de ramener des échantillons sur Terre pourrait, elle, tenter sa chance ». Encore faut-il que la NASA décide que ce sera le cas. « Rechercher des traces de vie passée peut être tout aussi intéressant que de traquer des formes de vies actuelles », ce qui promet des débats animés tonne-t-il en guise de conclusion.

Sachez enfin que la NASA a mis en ligne l'intégralité de sa conférence de presse d'hier, l'occasion de revenir cette annonce avec les explications et les images proposées par l'agence spatiale :

78
Avatar de l'auteur

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Guacamole sur un plateau

Guacamole sur un plateau (1/5) : on monte un bastion sécurisé

Vous cherchez le bastion ?

17:13 WebSécu 5
Mur d’OVHcloud à Roubaix, avec le logo OVHcloud

Projet européen sur le cloud : OVHcloud s’est retirée au dernier moment et s’explique

Tu me vois, tu ne me vois plus

16:45 IAWeb 2
IA Act

AI Act européen : un compromis de haute lutte, de rares interdictions

Un bon compromis, ça laisse tout le monde mécontent ?

16:35 DroitIA 0

Sommaire de l'article

Introduction

Mars : une planète proche de la Terre qui intéresse beaucoup de monde

La sonde Mars Reconnaissance Orbiter l'observe depuis plusieurs années

Donc il y a de l'eau liquide sur Mars... mais on le savait déjà non ?

Comment les scientifiques sont-ils arrivés à cette conclusion ? 

Une confirmation sûre à 100 % de la présence d'eau liquide à la surface ? 

De l'eau liquide alors que la température à la surface oscille entre -100 à 0°C ?

D'où vient-elle cette eau saumâtre ?

De l'eau et donc potentiellement de la vie sur Mars ? 

Mais alors à quoi pourrait bien servir cette eau ?

Et maintenant ?

Quelles sont les prochaines missions pour Mars ? 

S'intéresseront-elles aux traces d'eau liquide ?

Guacamole sur un plateau

Guacamole sur un plateau (1/5) : on monte un bastion sécurisé

WebSécu 5
Mur d’OVHcloud à Roubaix, avec le logo OVHcloud

Projet européen sur le cloud : OVHcloud s’est retirée au dernier moment et s’explique

IAWeb 2
IA Act

AI Act européen : un compromis de haute lutte, de rares interdictions

DroitIA 0
Panneau stop

Apple bloque Beeper, qui permettait d’utiliser iMessage sur Android

WebSoft 14

#LeBrief : faux avis sur Internet, enquêtes sur l’accord Microsoft et OpenAI, cybersécurité aux États-Unis

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

652e édition des LIDD : Liens Intelligents Du Dimanche

Next 9
dessin de Flock

#Flock distribue des mandales tous azimuts

Flock 14
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #11 et résumé de la semaine

Next 43
Carte graphique AMD GeForce

Cartes graphiques : 30 ans d’évolution des GPU

Hard 28

Google lance son opération de communications Gemini pour rivaliser avec OpenAI

IA 6
Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

Soft 41
Une petite fille en train d'apprendre à programmer et hacker logiciels et appareils électroniques

Un roman graphique explique les logiciels libres aux enfants

SoftSociété 21
Nouveautés pour Messenger

Meta lance (enfin) le chiffrement de bout en bout de Messenger, entre autres

Socials 5

#LeBrief : cloud européen, OSIRIS-REx a frôlée la catastrophe, CPU AMD Ryzen 8040

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Soft 21
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

HardScience 9
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

DroitSécu 18

En ligne, les promos foireuses restent d’actualité

DroitWeb 19

#LeBrief : modalité des amendes RGPD, cyberattaque agricole, hallucinations d’Amazon Q, 25 ans d’ISS

Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

ÉcoWeb 31
Formation aux cryptomonnaies par Binance à Pôle Emploi

Binance fait son marketing pendant des formations sur la blockchain destinées aux chômeurs

Éco 10
Consommation électrique du CERN

L’empreinte écologique CERN en 2022 : 1 215 GWh, 184 173 teqCO₂, 3 234 Ml…

Science 8
station électrique pour voitures

Voitures électriques : dans la jungle, terrible jungle, des bornes de recharge publiques

Société 78

#LeBrief : intelligence artificielle à tous les étages, fichier biométrique EURODAC

KDE Plasma 6

KDE Plasma 6 a sa première bêta, le tour des nouveautés

Soft 13
Un homme noir regarde la caméra. Sur son visage, des traits blancs suggèrent un traitement algorithmique.

AI Act et reconnaissance faciale : la France interpelée par 45 eurodéputés

DroitSociété 4
Api

La CNIL préconise l’utilisation des API pour le partage de données personnelles entre organismes

SécuSociété 3
Fouet de l’Arcep avec de la fibre

Orange sanctionnée sur la fibre : l’argumentaire de l’opérateur démonté par l’Arcep

DroitWeb 25
Bombes

Israël – Hamas : comment l’IA intensifie les attaques contre Gaza

IA 22

#LeBrief : bande-annonce GTA VI, guerre électronique, Spotify licencie massivement

Acheter sur Internet et payer avec sa carte bancaire

La DGCCRF traque les faux avis sur Internet avec son Polygraphe

ÉcoWeb 16

Logo OpenAI

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, l’accord entre Microsoft et OpenAI à la loupe

Droit 4

Une main tenant de gros paquets de dollars

87 % des agences états-uniennes ne parviennent pas à respecter les normes de cybersécurité

DroitSécu 3

Florie Marie démissionne de la présidence du Parti Pirate International

Société 8

Commentaires (78)


Drozo
Le 29/09/2015 à 12h33

la ou y’a de l’eau il y a peut être de la vie du Ricard !


Soltek
Le 29/09/2015 à 12h44

Cool bon article Séb ! <img data-src=" />


trash54
Le 29/09/2015 à 12h51

Merci pour l’article Seb <img data-src=" />


eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 12h53

Bon article, mais la référence à BFM fait quand même tache :x


MuadJC
Le 29/09/2015 à 12h58






eliumnick a écrit :

Bon article, mais la référence à BFM fait quand même tache :x

Pourquoi plus que celle à RTL au Figaro?



anonyme_97254becd5c5b064755d6772703ed968
Le 29/09/2015 à 13h05

article intéressant. Je dormirai moins cons ce soir !

Par contre : « le budget est déjà très serré ». C’est dingue que sur des activités de ce type on soit encore sous la coupe des usuriers !
La perpétuation de l’espèce doit passer outre l’usure, elle n’a pas de prix : il faudra surement un jour se décontaminer des usuriers !


Konoe
Le 29/09/2015 à 13h06

Don’t drink the water on mars !


garn Abonné
Le 29/09/2015 à 13h09

“Nxi & avenir” <img data-src=" />


Vanilys
Le 29/09/2015 à 13h14

C’était peut-être un effet de buzz de la part de la NASA, mais la confirmation en soit de présence d’eau liquide très salée est quand même sacrément importante !
Malheureusement, l’effet médiatique est là, il ne faut pas le nier, et c’est peut-être un peu surjoué : pas le choix, il en va des budgets alloués à la NASA. Obligée de faire un peu sa p*** son aguicheuse, quoi ;-) Et c’est bien malheureux, c’est un peu partout le cas dans la Recherche en général…

Sinon, ça me fait penser que le film The Martian (Seul sur Mars) arrive bientôt sur les écrans, et parait-il qu’il sera bien ! Je l’espère, j’avais perso lu le bouquin à l’époque, et je l’avais trouvé très très bon !


KP2
Le 29/09/2015 à 13h14

Ben ouais mais en l’espece, les “usuriers” sont les contribuables americains…

Concernant les couts, c’est plutot bien que la NASA fasse attention a son budget. Aujourd’hui, ils essayent (et arrivent a peu pres) a lancer des missions a moins de 700M$. Ca reste raisonnable et ca permet d’en faire plus.
C’est plutot pas mal…


latlanh
Le 29/09/2015 à 13h17

<img data-src=" /> Smoooooooooooke on the water on mars <img data-src=" />


KP2
Le 29/09/2015 à 13h19






Vanilys a écrit :

C’était peut-être un effet de buzz de la part de la NASA, mais la confirmation en soit de présence d’eau liquide très salée est quand même sacrément importante !
Malheureusement, l’effet médiatique est là, il ne faut pas le nier, et c’est peut-être un peu surjoué : pas le choix, il en va des budgets alloués à la NASA. Obligée de faire un peu sa p*** son aguicheuse, quoi ;-) Et c’est bien malheureux, c’est un peu partout le cas dans la Recherche en général…



La NASA surmédiatise un peu mais en meme temps, je prefere ca a des buzz a la con sur la derniere sextape d’une starlette de la tv realité.
Au moins, ca a un vrai interet intellectuel…

En tout cas, j’ai l’impression de n’avoir jamais autant entendu parler de l’exploration spatiale et des etoiles ses 2 ou 3 dernieres annees que des 20 ans precedents, me trompe-je ?



Vanilys a écrit :

Sinon, ça me fait penser que le film The Martian (Seul sur Mars) arrive bientôt sur les écrans, et parait-il qu’il sera bien ! Je l’espère, j’avais perso lu le bouquin à l’époque, et je l’avais trouvé très très bon !



Je creve d’envie de le voir. La bande annonce m’a fait halluciner…
J’adore la replique “I’m going to have to science the shit out of this.”



Lasout
Le 29/09/2015 à 13h19

Bon, ma réponse ne me fait pas plaisir à moi même car je partage plutôt ton opinion.
&nbsp;MAIS je suis un peu maso, et je me fais souvent l’avocat du diable, ce qui me fait dire:
&nbsp;Outre le problème des usuriers, il y a également le problème de l’équilibre des dépenses. Si l’avenir ne doit pas être négligé, il ne faut pas pour autant oublier le temps présent et les problèmes immédiats. Trouver le bon équilibre est délicat&nbsp;<img data-src=" />


anonyme_447570885b66ca42145fd71079a75237
Le 29/09/2015 à 13h21






KP2 a écrit :

Je creve d’envie de le voir. La bande annonce m’a fait halluciner…
J’adore la replique “I’m going to have to science the shit out of this.”


Le meilleur livre que j’ai lu cette année, c’est très geek mais super prenant. J’espère que le film sera à la hauteur…



Vanilys
Le 29/09/2015 à 13h23






KP2 a écrit :

Je creve d’envie de le voir. La bande annonce m’a fait halluciner…
J’adore la replique “I’m going to have to science the shit out of this.”


J’avais lu le bouquin en anglais (il était même pas encore sorti en français à cette époque), j’avais adoré : typiquement le genre de romans de SF contemporain haletant avec une bonne grosse tartine de sciences à l’intérieur : excellentissime !
Pour ça que je ne veux même pas mater la bande-annonce : je veux rester pur et vierge avant d’aller le voir au ciné :-)



coucou_lo_coucou_paloma
Le 29/09/2015 à 13h24


Là, il y a une vraie confirmation

Il y a les vraies, et les fausses confirmations. Là, ce sont des vraies.


DniMam
Le 29/09/2015 à 13h27

Merci pour cet article, j’ai adoré.&nbsp;<img data-src=" />
&nbsp;&nbsp;
ya plus qu’à attendre l’expédition sur Mars et le forage. :)


eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 13h38






DniMam a écrit :

Merci pour cet article, j’ai adoré. <img data-src=" />
  
ya plus qu’à attendre l’expédition sur Mars et le forage. :)



Et la contamination des explorateurs par les méchantes bactéries martiennes ^^ Oui les zombies viennent de mars ^^



Vanilys
Le 29/09/2015 à 13h41

(et petite pensée émue pour Spirit dont la dernière communication remonte à 2010, et à Opportunity toujours bien portant. Car on parle toujours de Curiosity vu qu’il est “récent”, mais quand même ! <img data-src=" /> )


yoda222
Le 29/09/2015 à 13h55






KP2 a écrit :

Ben ouais mais en l’espece, les “usuriers” sont les contribuables americains…

Concernant les couts, c’est plutot bien que la NASA fasse attention a son budget. Aujourd’hui, ils essayent (et arrivent a peu pres) a lancer des missions a moins de 700M$. Ca reste raisonnable et ca permet d’en faire plus.
C’est plutot pas mal…


Pas vraiment, la phrase citée fait référence au budget d’Exomars, qui est une mission ESA (+ collab Rokosmos), donc qui n’implique pas du tout les contribuables américains ;-)



anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298
Le 29/09/2015 à 13h57


tout ce qu’il faut savoir en dix questions

Clickbait <img data-src=" />


MuadJC
Le 29/09/2015 à 14h05






eliumnick a écrit :

Et la contamination des explorateurs par les méchantes bactéries martiennes ^^ Oui les zombies viennent de mars ^^

the Waters of Mars



Vanilys
Le 29/09/2015 à 14h09






ActionFighter a écrit :

Clickbait <img data-src=" />






  • Découvre le nom de celle qui “serait mouillée et très salée” !

  • 10 choses que vous voudrez connaitre sur notre voisine proche. La 3ème est tellement vraie !

  • Ces photos montrent à quel point elle peut être mouillée !

  • Une bonne raison qui fait dire aux femmes qu’elles préfèrent être comme Mars et non pas Vénus

  • Tu es plus mouillé et salé, ou sec et sucré ? Découvre si tu ressembles à Mars !



anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298
Le 29/09/2015 à 14h15






Vanilys a écrit :




  • Découvre le nom de celle qui “serait mouillée et très salée” !


    • 10 choses que vous voudrez connaitre sur notre voisine proche. La 3ème est tellement vraie !

    • Ces photos montrent à quel point elle peut être mouillée !


      <img data-src=" />

      Bon après, l’actu est pour les abonnés <img data-src=" />




Commentaire_supprime
Le 29/09/2015 à 14h15

Maintenant, on a un prétexte de plus pour aller y jeter un coup d’oeil de près à cette jolie planète !

J’attends aussi de voir si le projet de sous-marin pour les possibles océans d’Europe, le satellite de Jupiter, va avancer. Ce serait bien aussi…


Commentaire_supprime
Le 29/09/2015 à 14h16






latlanh a écrit :

<img data-src=" /> Smoooooooooooke on the water on mars <img data-src=" />



Nom tout trouvé pour la prochaine mission : Deep Purple.

<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



tifounon
Le 29/09/2015 à 14h22






Commentaire_supprime a écrit :

Nom tout trouvé pour la prochaine mission : Deep Purple.

<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />


Si les bugdets sont rabotés, ce sera plutot Status Quo&nbsp;<img data-src=" />
&nbsp;
&nbsp;Très bon article en tout cas, un peu éloigné de l’actu “informatique” mais y a bon quand même&nbsp;



eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 14h23






MuadJC a écrit :

the Waters of Mars



Jpensais plutôt à un épisode de doctor who ^^

Y’avait un film aussi qui utilisait cette idée.



eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 14h24






Commentaire_supprime a écrit :

J’attends aussi de voir si le projet de sous-marin pour les possibles océans d’Europe, le satellite de Jupiter, va avancer. Ce serait bien aussi…



Déjà faudrait être sur que ces océans existent (ok c’est hyper probable), puis il faudra trouver comment forer cette glace pour atteindre l’océan, tout en refermant cette glace derrière le sous marin (car il faut bien que la pression reste constante).



MuadJC
Le 29/09/2015 à 14h53






eliumnick a écrit :

Jpensais plutôt à un épisode de doctor who ^^.

C’est son titre.



KP2
Le 29/09/2015 à 14h57






yoda222 a écrit :

Pas vraiment, la phrase citée fait référence au budget d’Exomars, qui est une mission ESA (+ collab Rokosmos), donc qui n’implique pas du tout les contribuables américains ;-)



Ouais mais je voulais surtout dire que les “usuriers” etaient des contribuables. Autrement dit, des gens comme nous tous et pas une pseudo entité privée richissime qui cherche a reduire les couts coute que coute pour le bien de ses actionnaires.
Apres, que les contribuables soient americains, europeens ou malgaches importe peu…



SPlissken
Le 29/09/2015 à 15h20

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever &nbsp;les civilisations sous marines qui y vivent.
&nbsp;
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique


Vanilys
Le 29/09/2015 à 15h52






SPlissken a écrit :

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever  les civilisations sous marines qui y vivent.
 
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique


Sauf que pour les indiens d’Amérique, c’était voulu.



anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298
Le 29/09/2015 à 15h54






SPlissken a écrit :

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever  les civilisations sous marines qui y vivent.
 
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique


Ça m’étonnerait que les mecs forent avec leurs membres <img data-src=" />



SPlissken
Le 29/09/2015 à 15h58

Exact, bien vu


Commentaire_supprime
Le 29/09/2015 à 16h38






SPlissken a écrit :

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever  les civilisations sous marines qui y vivent.
 
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique



Les sondes spatiales à destination d’autres planètes, comme Mars, sont systématiquement stérilisées avant leur vol pour éviter ce genre de gag.



Optrolight Abonné
Le 29/09/2015 à 16h51

Très bonne synthèse et article !!


Picos
Le 29/09/2015 à 17h04






Commentaire_supprime a écrit :

Les sondes spatiales à destination d’autres planètes, comme Mars, sont systématiquement stérilisées avant leur vol pour éviter ce genre de gag.



Apparemment pas complètement vu la problématique soulevé par l’actu.



eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 17h12






SPlissken a écrit :

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever  les civilisations sous marines qui y vivent.
 
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique



Et aussi ramener involontairement des bactéries extra terrestres.



eliumnick Abonné
Le 29/09/2015 à 17h13






Commentaire_supprime a écrit :

Les sondes spatiales à destination d’autres planètes, comme Mars, sont systématiquement stérilisées avant leur vol pour éviter ce genre de gag.



Il me semble que y a moins de 10 ans, la NASA s’est appercue que sa procédure de stérilisation n’était pas suffisamment efficace, et que donc il est très probable que des bactéries terriennes soit arrivés n’importe ou ou l’on a envoyé une sonde <img data-src=" />



DniMam
Le 29/09/2015 à 21h25






eliumnick a écrit :

Et la contamination des explorateurs par les méchantes bactéries martiennes ^^ Oui les zombies viennent de mars ^^


Tout est dit.&nbsp;<img data-src=" />

J’éprouve de la compassion pour ces barbus scientifiques qui ont passés dans années à trouver de la vie dans une botte de foin, toute leur vie pour finalement apprendre qu’elles viennent de Terre. Les pauvres.&nbsp;<img data-src=" />



Obidoub
Le 30/09/2015 à 05h57

Je suggère un kickstarter pour le prochain Rover <img data-src=" />
&nbsp;Je pense que je pourrais claquer une grosse somme dans le projet en ce qui me concerne.


Loeff
Le 30/09/2015 à 06h25

Elle semble plus financière que technique cette problématique, donc ce n’en est pas une.


Commentaire_supprime
Le 30/09/2015 à 07h38






Loeff a écrit :

Elle semble plus financière que technique cette problématique, donc ce n’en est pas une.



Financière. Une stérilisation complète d’un engin spatial, ça coûte une blinde, et c’est réservé à ceux qui sont susceptibles de se poser sur une planète.



NonMais
Le 30/09/2015 à 08h31

très bon article!

Je propose qu’on fasse un tuyau géant entre la Terre et Mars, on y envoie tous nos gaz à effet de serre =&gt; bon pour la Terre, bon pour Mars (enfin pour notre futur invasion de celle-ci) qui va se réchauffer.
On em… la vie autochtone, on est là pour conquérir/envahir/décimer/s’approprier non? <img data-src=" />


Loeff
Le 30/09/2015 à 08h44






Commentaire_supprime a écrit :

Financière. Une stérilisation complète d’un engin spatial, ça coûte une blinde, et c’est réservé à ceux qui sont susceptibles de se poser sur une planète.


Absolument, mais il semble encore y avoir une différence entre un engin spatial qui se pose dans un environnement sec ou, au contraire, humide comportant potentiellement des bactéries. Dans ce dernier cas la stérilisation semble encore bien plus poussée.



linkin623 Abonné
Le 30/09/2015 à 08h49






latlanh a écrit :

<img data-src=" /> Smoooooooooooke on the water on mars <img data-src=" />


CrossOver Deep Purple / David Bowie ?



linkin623 Abonné
Le 30/09/2015 à 08h57

C’est bien de prendre des précautions, mais même si les bactéries sont les êtres les plus résistants qui soient, la durée du voyage vers Mars fait déjà un peu office de stérilisation…

De mémoire, cela va de 2 ans à plusieurs années, dans l’espace, exposé aux radiations, sans eau, sans oxygène, à une pression proche de 0, et à des températures allant de +200°C à -180°C…

Bref, pas un voyage de vacances. Et surement moins accueillant qu’une météorite.


eliumnick Abonné
Le 30/09/2015 à 09h01






linkin623 a écrit :

C’est bien de prendre des précautions, mais même si les bactéries sont les êtres les plus résistants qui soient, la durée du voyage vers Mars fait déjà un peu office de stérilisation…

De mémoire, cela va de 2 ans à plusieurs années, dans l’espace, exposé aux radiations, sans eau, sans oxygène, à une pression proche de 0, et à des températures allant de +200°C à -180°C…

Bref, pas un voyage de vacances. Et surement moins accueillant qu’une météorite.



Bof, on a bien trouvé des bactéries qui résisteraient :




  • à un voyage dans l’espace.

  • à l’impact d’une météorite sur une planète.

    Et c’est pas pake on a pas trouvé de bactéries qui ont toutes ces caractéristiques que cela n’existe pas.



SPlissken
Le 30/09/2015 à 09h31

“On em… la vie autochtone, on est là pour conquérir/envahir/décimer/s’approprier non?”&nbsp;
C’est pas faux, c est ce que l homme a toujours fait de tout temps, en particulier les occidentaux.


t0FF
Le 30/09/2015 à 09h41

Hum, à ma connaissance les bactéries les plus résistantes peuvent vivre sans lumière ni oxygène (mais avec de l’azote par contre).&nbsp;
Je n’ai pas trouvé de source pour des bactéries qui pourraient vivre sans hydrogène et sans azote, ni sur l’impact des radiations cosmiques ou des températures glaciales du vide sur ces bactéries.&nbsp;
&nbsp;
Du coup, sources &nbsp;?&nbsp;<img data-src=" />


eliumnick Abonné
Le 30/09/2015 à 09h52






blackdream a écrit :

Hum, à ma connaissance les bactéries les plus résistantes peuvent vivre sans lumière ni oxygène (mais avec de l’azote par contre). 
Je n’ai pas trouvé de source pour des bactéries qui pourraient vivre sans hydrogène et sans azote, ni sur l’impact des radiations cosmiques ou des températures glaciales du vide sur ces bactéries. 
 
Du coup, sources  ? <img data-src=" />



Au hasard :
lien 1
lien 2

Après, je n’ai pas précisé si les bactéries étaient actives ou non, si elles étaient exposés aux UV et tout.

Mais oui, une bonne couche d’isolant (par exemple sous la surface d’un astéroïde) et les bactéries résisteront longtemps.



Picos
Le 30/09/2015 à 09h58






Loeff a écrit :

Elle semble plus financière que technique cette problématique, donc ce n’en est pas une.



Que ce soit financier ou pas, si ça bloque pour être fait, c’est une problématique. Et puis je répondais a “Commentaire_supprime” qui disait que les engins qui se posent sur une planète sont “systématiquement” stérilisés.
Ce qui, d’après l’actu et les scientifiques compétents interrogés, ne semble pas du tout être le cas.



Commentaire_supprime a écrit :

Financière. Une stérilisation complète d’un engin spatial, ça coûte une blinde, et c’est réservé à ceux qui sont susceptibles de se poser sur une planète.



Apparement, Curiosity qui est bien sur Mars et prochaine Exomars qui s’y posera également ne seront pas “stérilisés” pour aller ponctionner de l’eau.



Loeff a écrit :

Absolument, mais il semble encore y avoir une différence entre un engin spatial qui se pose dans un environnement sec ou, au contraire, humide comportant potentiellement des bactéries. Dans ce dernier cas la stérilisation semble encore bien plus poussée.



Oui, il semble qu’il n’est pas nécessaire de stérilisé une engin qui ne fera que des zones sèches.
Pour moi, c’est stérile ou ça ne l’est pas. C’est assez binaire comme concept quand même. Soit t’as aucune bactérie (et la t’es stérile) soit t’en as (même si tu t’es lavé 15 fois) et donc c’est pas stérile. Suffit d’une bactérie pour que tu ne le sois pas quand même.



linkin623 a écrit :

C’est bien de prendre des précautions, mais même si les bactéries sont les êtres les plus résistants qui soient, la durée du voyage vers Mars fait déjà un peu office de stérilisation…

De mémoire, cela va de 2 ans à plusieurs années, dans l’espace, exposé aux radiations, sans eau, sans oxygène, à une pression proche de 0, et à des températures allant de +200°C à -180°C…

Bref, pas un voyage de vacances. Et surement moins accueillant qu’une météorite.



Comme eliumnick, je ne pense pas que cela gène vraiment toute les bactéries. Nous avons bien des bactéries très résistantes qui font des allez-retour sur les fusées que l’on envoi. Suffit d’une somme de facteur pour que ça survive.

Extrait de wiki :

si, il y a cinquante ans, la possibilité de survie de bactéries dans les environnements très difficiles que sont l’espace et les autres planètes était jugée peu probable, la découverte des bactéries extrêmophiles capables de vivre dans des conditions extrêmes, ainsi que de spores ayant survécu sur les sondes spatiales revenues sur Terre après leur mission, ont fait prendre conscience d’une possible pollution bactérienne.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_spatiale

Donc, non, le voyage dans l’espace ne suffit pas a stériliser un appareil.



eliumnick a écrit :

Bof, on a bien trouvé des bactéries qui résisteraient :




  • à un voyage dans l’espace.

  • à l’impact d’une météorite sur une planète.

    Et c’est pas pake on a pas trouvé de bactéries qui ont toutes ces caractéristiques que cela n’existe pas.



    +1 (cf mon lien wiki)

    Qu’on soit clair, y’a pas de débat, on est tous d’accord qu’il faut pas polluer les autres planêtes <img data-src=" />



t0FF
Le 30/09/2015 à 10h01

Merci (surtout pour le deuxième lien, dans le premier elles survivent longtemps, mais dans l’eau apparement).&nbsp;<img data-src=" />


NonMais
Le 30/09/2015 à 10h53

Picos parle pour toi : nous ne sommes pas tous d’accord pour dire qu’on ne veut pas polluer une autre planète (dans le sens y amener des bactéries par accident). Prenons une hypothèse totalement délirante sans aucune crédibilité : notre planète devient trop polluée pour nous permettre d’y survivre (oui je sais c’est totalement délirant, mais admettons). Si jamais on découvre une planète habitable, mon petit doigt me dit qu’on va sacrément chercher à y amener plus que des bactéries <img data-src=" />


Picos
Le 30/09/2015 à 11h57

Y’a mercure pour ça. Je suis sur que personne ne nous en voudra.

edit : Mercure n’a même plus de noyeau actif il me semble en plus. (c’est du coup même plus une vrai planete)

Edit 2 : My bad en fait si

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-mercure-…


OlivierJ Abonné
Le 30/09/2015 à 16h55






Vanilys a écrit :




  • Découvre le nom de celle qui “serait mouillée et très salée” !


    • 10 choses que vous voudrez connaitre sur notre voisine proche. La 3ème est tellement vraie !

    • Ces photos montrent à quel point elle peut être mouillée !

    • Une bonne raison qui fait dire aux femmes qu’elles préfèrent être comme Mars et non pas Vénus

    • Tu es plus mouillé et salé, ou sec et sucré ? Découvre si tu ressembles à Mars !


      <img data-src=" /><img data-src=" />
      &nbsp;

      eliumnick a écrit :

      Déjà faudrait être sur que ces océans existent (ok c’est hyper probable), puis il faudra trouver comment forer cette glace pour atteindre l’océan, tout en refermant cette glace derrière le sous marin (car il faut bien que la pression reste constante).


      “En refermant cette glace derrière” ? “il faut bien que la pression reste constante” ?&nbsp; Hein ? <img data-src=" />




OlivierJ Abonné
Le 30/09/2015 à 16h58






SPlissken a écrit :

Ptain, je vois bien qu un jour on fore sur Europe (satellite de Jupiter) ou Encelade (satellite de Saturne) , tout 2 soupçonnés d’avoir un ocean sous un couche de glace, et la en forant on contamine les océans par nos bacteries terriennes et on fait crever &nbsp;les civilisations sous marines qui y vivent.
&nbsp;
Bravo le genre humain qui referait le coup fait aux indiens d’Amérique


On a pris l’habitude de stériliser tout ce qui part dans l’espace, et encore plus si on soupçonne la possibilité d’une vie.



Vanilys a écrit :

Sauf que pour les indiens d’Amérique, c’était voulu.


Ah oui ? Qui t’a dit ça ?



OlivierJ Abonné
Le 30/09/2015 à 17h01






linkin623 a écrit :

C’est bien de prendre des précautions, mais même si les bactéries sont les êtres les plus résistants qui soient, la durée du voyage vers Mars fait déjà un peu office de stérilisation…

De mémoire, cela va de 2 ans à plusieurs années, dans l’espace, exposé aux radiations, sans eau, sans oxygène, à une pression proche de 0, et à des températures allant de +200°C à -180°C…

Bref, pas un voyage de vacances. Et surement moins accueillant qu’une météorite.


Pour ton 2e paragraphe, il est vrai que les conditions sont difficiles, mais il y a toutes les parties non exposées, l’électronique de bord entre autres, où des bactéries peuvent s’être nichées avant le départ, et je suppose qu’on ne stérilise pas de l’électronique comme on stérilise un bistouri en métal.



SPlissken a écrit :

“On em… la vie autochtone, on est là pour conquérir/envahir/décimer/s’approprier non?”&nbsp;
C’est pas faux, c est ce que l homme a toujours fait de tout temps, en particulier les occidentaux.


Oh la belle généralisation abusive. Et le fameux “de tous temps” qui est à bannir des rédactions sur les copies.

&nbsp;



eliumnick Abonné
Le 30/09/2015 à 20h06






OlivierJ a écrit :

<img data-src=" /><img data-src=" />
 
“En refermant cette glace derrière” ? “il faut bien que la pression reste constante” ?  Hein ? <img data-src=" />



lien



marsokod Abonné
Le 30/09/2015 à 21h29

Toutes les parties internes sont stérilisées et maintenues dans des espaces stérilisés lors de la fabrication (des salles blanches très haut niveau, avec sas et procédures spéciales pour rentrer). Airbus a construit une salle blanche exprès à Stevenage pour le rover d’Exomars.
&nbsp;
Après il faut bien comprendre qu’une stérilisation à 100% n’existe pas. Il y aura toujours des bactéries quelque part mais l’objectif est de diminuer autant que possible la dose. Et il y a peu de chances que les quelques bactéries ayant eu un ticket gratuit pour l’espace puissent s’épanouir dans le vide spatial (avec des températures assez clémentes dans un satellite/sonde spatiale, entre -30 et +30 pour beaucoup d’équipements).


OlivierJ Abonné
Le 30/09/2015 à 23h02






eliumnick a écrit :

lien


J’ai lu l’article Wikipédia mais n’ai pas plus compris ton commentaire précédent.



eliumnick Abonné
Le 01/10/2015 à 08h57






OlivierJ a écrit :

J’ai lu l’article Wikipédia mais n’ai pas plus compris ton commentaire précédent.



Ben imagine un glacon géant hyper lourd qui recouvre une piscine. Si tu fais un trou dans le glacon, bah à cause de la pression, l’eau va sortir par la.

Ben la sur Europe c’est la même chose.



OlivierJ Abonné
Le 01/10/2015 à 09h08






eliumnick a écrit :

Ben imagine un glacon géant hyper lourd qui recouvre une piscine. Si tu fais un trou dans le glacon, bah à cause de la pression, l’eau va sortir par la.

Ben la sur Europe c’est la même chose.


Je ne pense pas.
&nbsp; Quand bien même de l’eau arriverait à sortir, elle gèlerait vu la température. C’est la forte pression qui lui permet de rester liquide, probablement.



eliumnick Abonné
Le 01/10/2015 à 09h25






OlivierJ a écrit :

Je ne pense pas.
  Quand bien même de l’eau arriverait à sortir, elle gèlerait vu la température. C’est la forte pression qui lui permet de rester liquide, probablement.



Pour geler, il faut de la pression. Sans pression, c’est l’évaporation.



OlivierJ Abonné
Le 01/10/2015 à 13h20

Non, c’est l’inverse. Si tu appliques une forte pression à un bloc de glace, tu peux faire fondre l’eau. Il y a un tour connu comme ça avec un fil de fer et des poids, pendu autour d’un parallélépipède de glace.


eliumnick Abonné
Le 01/10/2015 à 13h25






OlivierJ a écrit :

Non, c’est l’inverse. Si tu appliques une forte pression à un bloc de glace, tu peux faire fondre l’eau. Il y a un tour connu comme ça avec un fil de fer et des poids, pendu autour d’un parallélépipède de glace.



Dans ton exemple, tu pars du bloc de glace.

Moi je pars d’eau liquide, présente sous la surface glacé d’Europe.

Et si tu mets de l’eau liquide dans un environnement sans aucune pression atmosphérique, oui sa température baissera, mais surtout, le liquide s’évaporera.



OlivierJ Abonné
Le 01/10/2015 à 15h13

Ou pas, vu qu’Europe est recouverte de glace (qui reste).


eliumnick Abonné
Le 01/10/2015 à 15h15






OlivierJ a écrit :

Ou pas, vu qu’Europe est recouverte de glace (qui reste).



Oui évidement ^^ J’ai repris la supposition des scientifiques qui pensent qu’il y a de l’eau liquide sous cette glace. Et bien sur pour le moment ce n’est qu’une supposition.

Edit : tu as bien conscience qu’un bloc de glace bouge peu en l’absence d’atmosphère car justement c’est un solide, au contraire de l’eau liquide qui est un fluide.



OlivierJ Abonné
Le 01/10/2015 à 16h49

Ce n’est pas pour le plaisir de te contrarier, mais il me semble, au vu de tes divers commentaires, que tes notions de physique ne sont pas tout à fait impeccables :) .

“Un bloc de glace bouge peu en l’absence d’atmosphère” : je ne sais pas comment interpréter ta phrase. Si tu veux dire que la glace bouge moins que l’eau en général, tout dépend de quelle glace tu parles dans quelles conditions. Un iceberg à la dérive, ça bouge. Un glacier, ça bouge, et à l’échelle de 1000 ans c’est un fluide quasiment. La glace peut fondre ou se sublimer, atmosphère ou pas.


killerbs007
Le 01/10/2015 à 17h21

&nbsp;Ca sent le petit coup de buzz pour le film de ridley scott, on voie a qu’elle point l’information met du temps a&nbsp;parvenir au commun des mortels, Mr Scott&nbsp;travaillant&nbsp;avec la nasa pour son&nbsp; nouveau film qui sort&nbsp; a la fin du mois, affirme connaitre l’information depuis des mois … On peux alors se&nbsp;demander se qui a pu les empêcher de révéler cette information plutôt.
&nbsp;&nbsp;&nbsp;En tous cas c’est une bonne chose des préjuger scientifique continue encore et toujours de tomber.


eliumnick Abonné
Le 01/10/2015 à 19h03






OlivierJ a écrit :

Ce n’est pas pour le plaisir de te contrarier, mais il me semble, au vu de tes divers commentaires, que tes notions de physique ne sont pas tout à fait impeccables :) .

“Un bloc de glace bouge peu en l’absence d’atmosphère” : je ne sais pas comment interpréter ta phrase. Si tu veux dire que la glace bouge moins que l’eau en général, tout dépend de quelle glace tu parles dans quelles conditions. Un iceberg à la dérive, ça bouge. Un glacier, ça bouge, et à l’échelle de 1000 ans c’est un fluide quasiment. La glace peut fondre ou se sublimer, atmosphère ou pas.



Bouger dans le sens réagir à la pression.

Si tu prends ton bloc de glace, que tu le mets dans une chambre à l’atmosphère contrôlée, et que tu fais le vide, il va rester un bloc de glace.
Si tu fais la même expérience avec de l’eau liquide dans un saut, l’eau va rapidement entrer en ébullition lors de la baisse de la pression. Et quand la pression sera presque nulle dans la chambre, tu n’auras plus d’eau liquide, mais uniquement de l’eau sous forme gazeuse.



OlivierJ Abonné
Le 02/10/2015 à 10h27






eliumnick a écrit :

Bouger dans le sens réagir à la pression.

Si tu prends ton bloc de glace, que tu le mets dans une chambre à l’atmosphère contrôlée, et que tu fais le vide, il va rester un bloc de glace.
Si tu fais la même expérience avec de l’eau liquide dans un saut, l’eau va rapidement entrer en ébullition lors de la baisse de la pression. Et quand la pression sera presque nulle dans la chambre, tu n’auras plus d’eau liquide, mais uniquement de l’eau sous forme gazeuse.


La glace se sublime aussi dans le vide (c’est encore plus facile a priori).
Pour l’eau en effet, en-dessous de 6 mbar, elle n’existe plus sous forme liquide, cf ce schéma par exemple :&nbsp;http://www.connaissancedesenergies.org/l-ebullition-de-l-eau-est-uniquement-liee… .



eliumnick Abonné
Le 02/10/2015 à 10h46






OlivierJ a écrit :

La glace se sublime aussi dans le vide (c’est encore plus facile a priori).
Pour l’eau en effet, en-dessous de 6 mbar, elle n’existe plus sous forme liquide, cf ce schéma par exemple : http://www.connaissancedesenergies.org/l-ebullition-de-l-eau-est-uniquement-liee… .



Tout ca pour dire que si on veut aller voir les potentiels océans sous la glace d’Europe, il faut s’assurer que l’eau de cet océan reste bien sous la glace.

Et sinon le titre du lien est trompeur : dans le reste de l’article ils parlent bien du couple pression-température.

De plus, le lien semble dire que “La glace se sublime aussi dans le vide (c’est encore plus facile a priori).” est faux. cf graph



OlivierJ Abonné
Le 02/10/2015 à 11h10






eliumnick a écrit :

Tout ca pour dire que si on veut aller voir les potentiels océans sous la glace d’Europe, il faut s’assurer que l’eau de cet océan reste bien sous la glace.


Je n’ai toujours pas compris. Vu l’énorme couche de glace, à supposer que l’eau commence à remonter, elle va geler en cours de route ; de toutes façons la glace ne forme probablement pas une couche totalement étanche, il y a des fissures. Et puis à une époque il n’y avait peut-être pas de glace. Bref tu penses à un faux problème.



eliumnick a écrit :

De plus, le lien semble dire que “La glace se sublime aussi dans le vide (c’est encore plus facile a priori).” est faux. cf graph


Non non. Je te rappelle que la glace peut déjà se sublimer sur terre, dans des conditions usuelles de pression et de température. Tout comme l’eau s’évapore en-dessous de 100 °C (sinon ça serait compliqué de sécher du linge en le pendant). Sur Wikipédia tu peux même lire :&nbsp;
“La neige et la glace peuvent sublimer lentement aux températures inférieures à la température de fusion (0&nbsp;°C).
C’est pourquoi dans l’hiver la neige sur un terrain peut disparaitre
lentement même si la température ne monte pas au-dessus de 0&nbsp;°C.”



eliumnick Abonné
Le 02/10/2015 à 12h14






OlivierJ a écrit :

Je n’ai toujours pas compris. Vu l’énorme couche de glace, à supposer que l’eau commence à remonter, elle va geler en cours de route ; de toutes façons la glace ne forme probablement pas une couche totalement étanche, il y a des fissures. Et puis à une époque il n’y avait peut-être pas de glace. Bref tu penses à un faux problème.



Ben si on fore pour envoyer un sous marin (ce qui est le post de départ), il faut bien faire un trou non ? ^^



OlivierJ a écrit :

Non non. Je te rappelle que la glace peut déjà se sublimer sur terre, dans des conditions usuelles de pression et de température. Tout comme l’eau s’évapore en-dessous de 100 °C (sinon ça serait compliqué de sécher du linge en le pendant). Sur Wikipédia tu peux même lire : 
“La neige et la glace peuvent sublimer lentement aux températures inférieures à la température de fusion (0 °C).
C’est pourquoi dans l’hiver la neige sur un terrain peut disparaitre
lentement même si la température ne monte pas au-dessus de 0 °C.”



Hmm en fait, je crois qu’on a pris des points de départ différent.
Perso, j’aurais tendance à dire que la pression influe sur la température.
A te lire, on dirait que pour toi la température influe sur la pression.



eliumnick Abonné
Le 02/10/2015 à 14h01






OlivierJ a écrit :





A chaque fois qu’on “débat”, j’ai l’impression qu’on raconte la même chose, mais avec un vocabulaire différent, ce qui fait qu’on ne se comprend pas, et au final on passe des jours à raconter la même chose :x



OlivierJ Abonné
Le 03/10/2015 à 13h24






eliumnick a écrit :

A chaque fois qu’on “débat”, j’ai l’impression qu’on raconte la même chose, mais avec un vocabulaire différent, ce qui fait qu’on ne se comprend pas, et au final on passe des jours à raconter la même chose :x


Sur cette conversation-ci, peut-être qu’on est plus en accord que ce qu’il paraît, c’est possible :) .