Publié dans Droit

79

« Contrefaçon d’opinion », « haineur », « substitution de visage » au menu des nouvelles traductions officielles

« Contrefaçon d'opinion », « haineur », « substitution de visage » au menu des nouvelles traductions officielles

« Entre deux micro-récits de contrefaçon d’opinion, même les adeptes de la culture de l’effacement ou les haineurs adorent tomber sur un coffre-surprise au détour d’un livre d’évasion, relance d’une précédente série ». Vous n’avez pas vraiment tout compris ? C’est normal. 

Au Journal officiel, a été consacrée ce matin une nouvelle série de traductions officielles. La Commission d’enrichissement de la langue française a encore trempé sa plume dans l’univers des nouvelles technologies pour imposer ces équivalents français aux mots et expressions anglaises :

  • « Lootbox » devient « coffre-surprise »
  • « Astroturfing » se traduit désormais par « contrefaçon d'opinion »
  • « Cancel culture », « culture de l’effacement »
  • « Hater », « haineur » ou « fauteur de haine »
  • « escape book », « livre d’évasion »
  • « story », « microrécit vidéo »
  • « Reboot », « relance »
  • « face swap » est officiellement traduit par « substitution de visage »

Selon ce décret de 1996, ces traductions « sont obligatoirement utilisées à la place des termes et expressions équivalents en langues étrangères (…) dans les décrets, arrêtés, circulaires, instructions et directives des ministres, dans les correspondances et documents, de quelque nature qu'ils soient, qui émanent des services et des établissements publics de l'État ».

79

Tiens, en parlant de ça :

Pilule rouge et bleue avec des messages codés

Europol milite pour un chiffrement de bout en bout « flexible »

Here we go again

17:00 Sécu 11
Collectif La Barbe

Inclusion dans la tech : critiqué, le CEO de Qovery menace une internaute de poursuites

Re:Qovery

14:49 Société 17
La Section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act – FISA)

L’extension des prestataires américains devant collaborer avec la NSA fait polémique

All your base are belong to US

12:25 DroitSécu 10
79

Fermer

Commentaires (79)


Microrécit vidéo c’est quand même un poil long. Mais, en jouant le jeu de la traduction de tous termes, comment le faire de manière plus simple ?



ElMarcassin a dit:


Microrécit vidéo c’est quand même un poil long. Mais, en jouant le jeu de la traduction de tous termes, comment le faire de manière plus simple ?




“story” n’inclut pas de référence à la vidéo. L’usage a fait que c’est surtout le cas, mais le terme lui-même ne l’impose pas. Donc à partir de là on pourrait utiliser ce qu’on veut et lui attacher un nouveau concept.



Un peu comme le GPS : en français, le “S” se traduit par “satellite”, alors que dans la version originale, il n’est pas question de satellites, juste “système de positionnement mondial’. Ça pourrait utiliser des antennes fixes.



Donc pour “story”, on pourrait mettre juste “microrécit”. C’est un peu ce que je reproche à certaine de ces traductions : elles sont trop complexes car elles veulent être plus spécifiques que le mot initial.



(reply:1885279:le hollandais volant)




En effet, ça me semble déjà mieux.


Pour reboot et hater, ils veulent réinventer la langue francaise? :keskidit:
Redémarrage et haineux, c’était trop logique faut croire…


Tu peux aussi dire “relancer le système” et “redémarrer le système”. Mais encore une fois, c’est la traduction officielle mais tu n’es pas obligé de les utiliser.


Surtout que pour “relance” ça me semble limite hors propos ethymologiquement.
Un ordinateur si tu l’as déjà lancé une fois, pas sûr que tu ais jamais l’occasion qu’il survive pour le “relancer” un jour …



On démarre et on relance une voiture du coup…. 🙄


DanLo

Surtout que pour “relance” ça me semble limite hors propos ethymologiquement.
Un ordinateur si tu l’as déjà lancé une fois, pas sûr que tu ais jamais l’occasion qu’il survive pour le “relancer” un jour …



On démarre et on relance une voiture du coup…. 🙄



(reply:1885300:Patch)
Je crois que ça concerne le reboot des séries, pas des ordis. Ca reste pas terrible comme traduction, mais “on prend les mêmes et on recommence” c’était trop long :roll:



Oui, étonnant.



Ce qui m’amuse c’est que je ne comprends pas certains de ces termes, que ce soit en anglais ou en français.



Pour cancel culture, culture de l’effacement est pas mal du tout, mais j’ai aussi entendu culture du bannissement que je trouvais très bon également.
(encore que, je trouve le terme culture imparfait, en français comme en anglais)


À mon avis vu les autres mots traduits, “reboot” devait ici être entendu dans un contexte cinématographique / artistique, “license reboot” / “movie reboot”.
Cela dit à ce compte j’aurais préféré “réécriture” ou “refonte”.



Quand à hater -> haineur vs haineux, bien que ça me vrille les yeux, techniquement ils n’ont pas eu d’autre choix.



Hater est un substantif. On peut bien entendu en langage courant “substantiver” haineux à la volée, mais en “bon” français la correspondance à haineux serait “hating” àma, et je suppose donc qu’ils se sont sentis obligés d’inventer un substantif dédié pour la correspondance avec hater.




Cela dit tout va bien, ils proposent aussi “fauteur de haine”, et je trouve ça de plutôt bon goût (le parallèle avec fauteur de troubles est évident, et bien trouvé ^^)



:smack:



EDIT: oups, ultra grillé XD


En effet, on sent que les mec qui ont pondu la traduction ne sont pas tombé sur les bonne sources …
Je trouve qu’ils mettent du langue trop soutenue pour des mots d’argo en face … pas terrible cette fournée je trouve.


Mimoza

En effet, on sent que les mec qui ont pondu la traduction ne sont pas tombé sur les bonne sources …
Je trouve qu’ils mettent du langue trop soutenue pour des mots d’argo en face … pas terrible cette fournée je trouve.


Pour moi c’est le principal problème, ils essaient de traduire des termes d’argot par des termes en Français soutenu, il faudrait peut-être “créer” des mots français qui transcrivent l’idée du mot anglais. Ou alors garder simplement les mots d’anglais…
Je ne comprends pas ce refus de créer de nouveaux mots pour de nouveaux usages… ça pourrait éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser.
A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.


eglyn

Pour moi c’est le principal problème, ils essaient de traduire des termes d’argot par des termes en Français soutenu, il faudrait peut-être “créer” des mots français qui transcrivent l’idée du mot anglais. Ou alors garder simplement les mots d’anglais…
Je ne comprends pas ce refus de créer de nouveaux mots pour de nouveaux usages… ça pourrait éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser.
A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.



eglyn a dit:


éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser. A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.




Le français fonctionne beaucoup par apocope. Une expression à rallonge est rarement un problème au quotidien, que ce soit à l’oral ou à l’écrit, car le contexte autorisera un raccourci : par exemple « substitution » plutôt que « substitution de visage ». La rallonge n’est là que lorsque le contexte exige de lever l’ambiguïté. C’est un système assez efficace.


Overnumerousness


eglyn a dit:


éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser. A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.




Le français fonctionne beaucoup par apocope. Une expression à rallonge est rarement un problème au quotidien, que ce soit à l’oral ou à l’écrit, car le contexte autorisera un raccourci : par exemple « substitution » plutôt que « substitution de visage ». La rallonge n’est là que lorsque le contexte exige de lever l’ambiguïté. C’est un système assez efficace.


Je pense que c’est pour cela que l’anglais est utilisé, et gardé même une fois les termes “traduits”, c’est court, facile à taper, et compréhensible avec un seul mot.
D’ailleurs la traduction de lootbox dans l’exemple est mal faite car il manque l’idée de “loot” justement, qui n’est pas un cadeau, mais plutôt un butin. D’ailleurs on dit “looter” dans tous les jeux. Pourquoi ne pas créer le terme “looter” du coup ? Vu qu’il rempli complètement le sens qu’on veut lui donner à savoir récompense + ramasser + butin


eglyn

Je pense que c’est pour cela que l’anglais est utilisé, et gardé même une fois les termes “traduits”, c’est court, facile à taper, et compréhensible avec un seul mot.
D’ailleurs la traduction de lootbox dans l’exemple est mal faite car il manque l’idée de “loot” justement, qui n’est pas un cadeau, mais plutôt un butin. D’ailleurs on dit “looter” dans tous les jeux. Pourquoi ne pas créer le terme “looter” du coup ? Vu qu’il rempli complètement le sens qu’on veut lui donner à savoir récompense + ramasser + butin



eglyn a dit:


Je pense que c’est pour cela que l’anglais est utilisé, et gardé même une fois les termes “traduits”, c’est court, facile à taper, et compréhensible avec un seul mot.




Non justement, ça n’a rien de compréhensible, en tout cas pas par des non-anglophones. Le fait est qu’il est aujourd’hui attendu de la population française qu’elle le devienne (disons au moins B2 en compréhension écrite), et c’est l’une des raisons qui peuvent expliquer la prolifération des anglicismes aujourd’hui.
Cette hypothèse est à nuancer toutefois, le français ayant connu énormément d’anglicismes tout au long du XXe siècle, dont beaucoup ont aujourd’hui disparu. Peut-être la flemme de traduire vient-elle aussi de ce qu’on perçoit l’inutilité de ces termes ? Car honnêtement, qui pense sincèrement que l’expression face swap soit indispensable aujourd’hui, et plus encore dans 20 ans ?


Overnumerousness


eglyn a dit:


Je pense que c’est pour cela que l’anglais est utilisé, et gardé même une fois les termes “traduits”, c’est court, facile à taper, et compréhensible avec un seul mot.




Non justement, ça n’a rien de compréhensible, en tout cas pas par des non-anglophones. Le fait est qu’il est aujourd’hui attendu de la population française qu’elle le devienne (disons au moins B2 en compréhension écrite), et c’est l’une des raisons qui peuvent expliquer la prolifération des anglicismes aujourd’hui.
Cette hypothèse est à nuancer toutefois, le français ayant connu énormément d’anglicismes tout au long du XXe siècle, dont beaucoup ont aujourd’hui disparu. Peut-être la flemme de traduire vient-elle aussi de ce qu’on perçoit l’inutilité de ces termes ? Car honnêtement, qui pense sincèrement que l’expression face swap soit indispensable aujourd’hui, et plus encore dans 20 ans ?


C’est compréhensible pour les gens qui l’utilisent, et c’est le principal intêret :) que les gens qui communiquent se comprennent.
Si tu ne le comprends pas, c’est que tu ne l’utilise pas, et que tu n’en as donc pas besoin.



Tout au long de ta vie tu vas apprendre des choses que tu ne connaissais pas avant, dont des nouveaux mots.
Et il n’y a pas que dans l’informatique au sens large ou cela se produit, en physique aussi beaucoup, par exemple Supernovae, si on ne te dit pas ce que c’est tu ne peux pas le deviner, pourtant ce n’est pas un anglissisme.



Mais une fois que tu l’as appris, ça t’évitera de dire: étoile très massive en fin de vie qui explose ^^


eglyn

Pour moi c’est le principal problème, ils essaient de traduire des termes d’argot par des termes en Français soutenu, il faudrait peut-être “créer” des mots français qui transcrivent l’idée du mot anglais. Ou alors garder simplement les mots d’anglais…
Je ne comprends pas ce refus de créer de nouveaux mots pour de nouveaux usages… ça pourrait éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser.
A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.


Je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il serait acceptable de garder le mot étranger (pour généralisé un peu et pas se limiter à l’anglais).



J’y vois plusieurs raisons :




  • Se faire coloniser par la culture dominante. Quelle soit meilleur ou pas n’est pas la question, c’est juste que l’on «mondialise» la culture et on perd la diversité. Sachant que les monopoles ne sont jamais bon, je ne pense pas que ce soit la meilleur voie.



  • Perte de la maitrise de la langue. Si on garde le mot étranger, la définition «officiel» devient celle de la langue en question, qui plus est rédigé dans ladite langue.



  • Perte de la cohésion de la langue («haine» => «haineux» = OK, alors que «hater» ??? KO)



  • (auto?) Limitation de création de nouveau mot. Plus besoin d’essayer de créer, il suffit de reprendre … mouai bof.




Mais l’usage est changeant. Dans les années 90, «hardware», «software» étaient indétrônable, alors que maintenant «matériel» et «logiciel» sont plus utilisés. Comme quoi avec des traduction correcte on peux tout a fait adapter le vocabulaire.
Autre exemple celui de «ordinateur». Alors que de l’autre coté de l’atlantique «computer» est d’usage on France on «invente» ce nouveau mot rapidement adopté. Source : https://journals.openedition.org/bibnum/534


Mimoza

Je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il serait acceptable de garder le mot étranger (pour généralisé un peu et pas se limiter à l’anglais).



J’y vois plusieurs raisons :




  • Se faire coloniser par la culture dominante. Quelle soit meilleur ou pas n’est pas la question, c’est juste que l’on «mondialise» la culture et on perd la diversité. Sachant que les monopoles ne sont jamais bon, je ne pense pas que ce soit la meilleur voie.



  • Perte de la maitrise de la langue. Si on garde le mot étranger, la définition «officiel» devient celle de la langue en question, qui plus est rédigé dans ladite langue.



  • Perte de la cohésion de la langue («haine» => «haineux» = OK, alors que «hater» ??? KO)



  • (auto?) Limitation de création de nouveau mot. Plus besoin d’essayer de créer, il suffit de reprendre … mouai bof.




Mais l’usage est changeant. Dans les années 90, «hardware», «software» étaient indétrônable, alors que maintenant «matériel» et «logiciel» sont plus utilisés. Comme quoi avec des traduction correcte on peux tout a fait adapter le vocabulaire.
Autre exemple celui de «ordinateur». Alors que de l’autre coté de l’atlantique «computer» est d’usage on France on «invente» ce nouveau mot rapidement adopté. Source : https://journals.openedition.org/bibnum/534


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”. Franchement, tout serait plus simple avec une seule langue sur la planète.
Je ne vois pas d’avantage à garder des “exceptions culturelles” qui n’existent que parce qu’à une époque les gens étaient trop loin les uns des autres pour avoir fait évoluer leur langue de la même manière.



La mondialisation a le même effet que ce qui s’est passé dans les pays avec la disparition des langues régionales (qui sont justes folkloriques maintenant).



Donc, il est bien de savoir comment une langue à évoluer à travers les siècles (si tu lis les textes originaux de Molière, tu te piques les yeux sur l’orthographe variable selon la page ;D, un comble pour la “langue de Molière”), mais il ne faut pas l’empêcher d’évoluer sous un prétexte de “culture”, car on perd son intérêt premier: communiquer facilement et clairement.


eglyn

Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”. Franchement, tout serait plus simple avec une seule langue sur la planète.
Je ne vois pas d’avantage à garder des “exceptions culturelles” qui n’existent que parce qu’à une époque les gens étaient trop loin les uns des autres pour avoir fait évoluer leur langue de la même manière.



La mondialisation a le même effet que ce qui s’est passé dans les pays avec la disparition des langues régionales (qui sont justes folkloriques maintenant).



Donc, il est bien de savoir comment une langue à évoluer à travers les siècles (si tu lis les textes originaux de Molière, tu te piques les yeux sur l’orthographe variable selon la page ;D, un comble pour la “langue de Molière”), mais il ne faut pas l’empêcher d’évoluer sous un prétexte de “culture”, car on perd son intérêt premier: communiquer facilement et clairement.



eglyn a dit:


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”.




Littérature ? Poésie ? Jeux de mots ?


Overnumerousness


eglyn a dit:


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”.




Littérature ? Poésie ? Jeux de mots ?


Tout cela existe dans toutes les langues, tu ne te pose pas la question des jeux de mots en latin que je sache (Bigus Dickus ? )


eglyn

Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”. Franchement, tout serait plus simple avec une seule langue sur la planète.
Je ne vois pas d’avantage à garder des “exceptions culturelles” qui n’existent que parce qu’à une époque les gens étaient trop loin les uns des autres pour avoir fait évoluer leur langue de la même manière.



La mondialisation a le même effet que ce qui s’est passé dans les pays avec la disparition des langues régionales (qui sont justes folkloriques maintenant).



Donc, il est bien de savoir comment une langue à évoluer à travers les siècles (si tu lis les textes originaux de Molière, tu te piques les yeux sur l’orthographe variable selon la page ;D, un comble pour la “langue de Molière”), mais il ne faut pas l’empêcher d’évoluer sous un prétexte de “culture”, car on perd son intérêt premier: communiquer facilement et clairement.


Je ne suis pas d’accord sur le fait d’une langue unique pour la planète. Avoir 1 langue de communication international (comme l’anglais essaye malheureusement de l’être) Ok, mais laisser les pays avoir leur propre langue me parait essentiel. Par contre, pour moi, la langue de communication ne devrait PAS être issue d’un pays et culture spécifique. Cela donne trop d’avantage politique/économique à un acteur. Une langue construite simple et transparent à apprendre serait bien plus bénéfique (ex : Esperanto, Lojban, …)
Je n’ai plus les sources, mais j’avais lu que les personnes connaissants plusieurs langue ont une empathie plus développé envers les étrangers.



La langue est le reflet de ton mode/lieu de vie. Regarde les inuite qui ont des centaines de mots pour dire «neige». Donc il est illusoire de se dire que la planète entière peux parler une seule langue dans la vie de tous les jours.



La langue arabe est intéressante aussi par le fait qu’elle fédère plein de peuple sur différent continent, mais si tu regardes dans les détails de la vie de tous les jours chaque «région» à ses spécificités.


eglyn

Pour moi c’est le principal problème, ils essaient de traduire des termes d’argot par des termes en Français soutenu, il faudrait peut-être “créer” des mots français qui transcrivent l’idée du mot anglais. Ou alors garder simplement les mots d’anglais…
Je ne comprends pas ce refus de créer de nouveaux mots pour de nouveaux usages… ça pourrait éviter les expressions à rallonge que personne ne va utiliser.
A croire que pour eux la langue française est figée dans une époque et n’a plus la possibilité de changer.


Français soutenu faut pas exagéré.
À la limite si justement pour traduire “hater” ils avaient choisi “haïsseur” j’aurais compris…



Pour le reste des traductions je ne vois franchement rien qu’on puisse qualifier de français soutenu.
Ce qui (au-delà des occasions manquées de remettre un mot existant en valeur) n’est pas un problème gravissime par ailleurs, nous sommes d’accord sur ce point.



On peut juste précisément regretter le même phénomène ici qu’en politique depuis (au moins) 30 ans : faute de connaître son sujet on invente de nouveaux trucs par dessus les anciens ce qui contribue plus ou moins à un millefeuille indigeste.




eglyn a dit:


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”. Franchement, tout serait plus simple avec une seule langue sur la planète.




Je pense qu’un certain nombre de chercheurs en linguistique ou sociologie seront heureux de te donner des pistes de réflexion sur le lien entre langue et culture.
Et à moins de soutenir qu’une culture universelle serait désirable (outre le fait que c’est inmaintenable sur le long terme ce serait de toute façon une catastrophe pour l’humanité), on ne peut donc que se réjouir que différentes langues existent.



Soit dit en passant, ça n’empêche pas les échanges mondiaux. La preuve, presque tout le monde parle anglais (et dans 50 ans chinois). On a pas l’obligation de se cantonner à l’apprentissage et l’usage d’une seule langue, le cerveau humain peut encaisser bien plus. :D


Citan666

Français soutenu faut pas exagéré.
À la limite si justement pour traduire “hater” ils avaient choisi “haïsseur” j’aurais compris…



Pour le reste des traductions je ne vois franchement rien qu’on puisse qualifier de français soutenu.
Ce qui (au-delà des occasions manquées de remettre un mot existant en valeur) n’est pas un problème gravissime par ailleurs, nous sommes d’accord sur ce point.



On peut juste précisément regretter le même phénomène ici qu’en politique depuis (au moins) 30 ans : faute de connaître son sujet on invente de nouveaux trucs par dessus les anciens ce qui contribue plus ou moins à un millefeuille indigeste.




eglyn a dit:


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”. Franchement, tout serait plus simple avec une seule langue sur la planète.




Je pense qu’un certain nombre de chercheurs en linguistique ou sociologie seront heureux de te donner des pistes de réflexion sur le lien entre langue et culture.
Et à moins de soutenir qu’une culture universelle serait désirable (outre le fait que c’est inmaintenable sur le long terme ce serait de toute façon une catastrophe pour l’humanité), on ne peut donc que se réjouir que différentes langues existent.



Soit dit en passant, ça n’empêche pas les échanges mondiaux. La preuve, presque tout le monde parle anglais (et dans 50 ans chinois). On a pas l’obligation de se cantonner à l’apprentissage et l’usage d’une seule langue, le cerveau humain peut encaisser bien plus. :D


Je me suis peut être mal exprimé, ce que je voulais dire c’est qu’on ne peut pas figer une langue sous prétexte de conserver une culture et donc empêcher son changement.



Et si ce changement passe par l’intégration de mots étrangers , il faut que cela se fasse. C’est ceux qui parlent qui font évoluer la langue pas ceux qui décident de traduire tous les anglicismes…


Mais « hater » se se traduisait pas déjà par « haineux » ?


Même avec la traduction, la phrase d’introduction ne veut rien dire



(reply:1885295:Trit’)




Y’a des gens qui sont payés grassement pour faire ça, ils se doivent de justifier leur travail.


On a trouvé le haineux, c’est une commission composée de personnes bénévoles :)


Y a plein d’instances et de groupes de travail de bénévoles.



Hugues1337 a dit:


Tu peux aussi dire “relancer le système” et “redémarrer le système”. Mais encore une fois, c’est la traduction officielle mais tu n’es pas obligé de les utiliser.




Ce que je relance, c’est un moteur, pas un système que je redémarre.



(quote:1885295:Trit’)
Mais « hater » se se traduisait pas déjà par « haineux » ?




Haineux est un adjectif, hater est un substantif, l’un ne peut donc pas être la traduction officielle de l’autre…


Coffre-surprise pour lootbox, ça commence à ressembler à la définition d’EA : “surprise mechanics” :mdr:


On perd surtout le sens de loot : butin et sa notion de vol.



MoonRa a dit:


Y’a des gens qui sont payés grassement pour faire ça, ils se doivent de justifier leur travail.




Ce sont des bénévoles (source). Certes, des pontes d’académiciens, potes de ministres, etc., qui ne sont pas dans le besoin par ailleurs, mais il n’y a pas de budget spécifique. Donc quand on se récupère des néologismes à côté de la plaque, je me dis qu’on en a pour notre argent…


Ni Astroturfing ni contrefaçon d’opinion ne me parlent. J’ai dû demander à wikipedia ce que c’est.


« story », « microrécit vidéo »



Il y a des scrum masters qui vont s’amuser


Ce sont des traductions pour un contexte donné. Les users stories sont émises dans un autre cadre, à savoir des expressions de besoin.




microrécit vidéo
Forme abrégée : microrécit, n.m.
Domaine : Audiovisuel-Informatique/Internet.
Définition : Vidéo de format très court, mise en ligne pendant une période limitée, qui est utilisée sur les réseaux sociaux pour mettre en récit la vie quotidienne de son auteur.
Note : Le format narratif du microrécit vidéo peut également être utilisé plus largement, pour des fictions ou des publicités.
Équivalent étranger : story.




Et oui, un mot peut avoir plusieurs sens différents selon le contexte dans lequel il est employé.



Le hic étant que NXI reprend une liste à la Prévert dénuée de l’information principale, à savoir le contexte d’application.



Suffit de lire le décret pour comprendre la portée de la traduction.


La Commission d’enrichissement de la langue française a encore..FRAPPE
dans l’univers des nouvelles technologies pour imposer
ces équivalents français aux mots et expressions anglaises..



on le voit bien, leurs traductions (aussi) sont “bénévoles”* !
(lol)




  • faites ‘par.dessus.la.jambe’ (hop.hop, vite fait) :langue:



(quote:1885319:alex.d.)
Ni Astroturfing ni contrefaçon d’opinion ne me parlent. J’ai dû demander à wikipedia ce que c’est.




C’est le cas de la moitié des termes anglais cités ici pour moi, et leur traduction française ne m’aide pas plus.


Bon et c’est quand qu’ils obligent les publicitaires à utiliser numérique à la place de digital ?


Déjà fait il n’y a pas si longtemps que ça d’ailleurs..!
https://www.nextinpact.com/article/46366/ca-y-est-digital-est-officiellement-traduit-numerique



SebGF a dit:


Ce sont des traductions pour un contexte donné. Les users stories sont émises dans un autre cadre, à savoir des expressions de besoin.

Suffit de lire le décret pour comprendre la portée de la traduction.




Quand une blague à deux balles engendre une réponse premier degré … c’est …dredi je vais aller me reposer…



chichillus a dit:


Ce sont des bénévoles (source). Certes, des pontes d’académiciens, potes de ministres, etc., qui ne sont pas dans le besoin par ailleurs, mais il n’y a pas de budget spécifique. Donc quand on se récupère des néologismes à côté de la plaque, je me dis qu’on en a pour notre argent…




En attendant, où sont les linguistes, qui devraient être les plus compétents (puisque la langue est précisément leur domaine de compétence) et donc les plus légitimes pour proposer des traductions ? Vous saviez que l’Académie française, censée être la seule institution décidant du fonctionnement du français (au moins de ce côté de l’Atlantique, le Québec ayant aussi son OQLF), n’en comportait aucun parmi ses « immortels » ?




(quote:1885308:33A20158-2813-4F0D-9D4A-FD05E2C42E48)
Haineux est un adjectif, hater est un substantif, l’un ne peut donc pas être la traduction officielle de l’autre…




Et pourquoi donc ? Tu connais les adjectifs substantivés ? Quand tu dis « le rouge », « le tordu »… Là aussi, ce sont des adjectifs, au départ, qui sont pourtant utilisés comme des noms. Et devine quoi ? Ça fonctionne très bien et ne pose aucun problème ! Donc, traduire « hater » par « haineux » (comme le fait déjà absolument tout le monde, et à raison) ne peut pas en poser soudainement un à partir d’aujourd’hui, et n’en posera d’ailleurs pas.


Je suis vraiment mitigé… D’un côté je comprend bien que la langue française doit perdurer mais d’un autre côté l’anglicisme permet de faire de sacré raccourci que ça sois à l’oral ou à l’écrit.



Citan666 a dit:


À mon avis vu les autres mots traduits, “reboot” devait ici être entendu dans un contexte cinématographique / artistique, “license reboot” / “movie reboot”. Cela dit à ce compte j’aurais préféré “réécriture” ou “refonte”.




Réécriture ou refonte aurait été plus clair :chinois:




Quand à hater -> haineur vs haineux, bien que ça me vrille les yeux, techniquement ils n’ont pas eu d’autre choix.



Hater est un substantif. On peut bien entendu en langage courant “substantiver” haineux à la volée, mais en “bon” français la correspondance à haineux serait “hating” àma, et je suppose donc qu’ils se sont sentis obligés d’inventer un substantif dédié pour la correspondance avec hater.




Hating est un dérivé du verbe “hate”, donc rien à voir :D
Et “hater” se traduit bien par “haineux” en francais, depuis des décenies…


“Hating est un dérivé du verbe hate, donc rien à voir”
Bah si bien au contraire.
Hating c’est l’application au participe présent du verbe, mais il peut aussi s’employer comme adjectif bien que ce soit assez peu courant et aussi correct en pratique que notre bravitude…



Dans la mesure où il existe déjà un adjectif correct, qui est traduction directe de “haineux” : “heinous”.
Sauf que cet adjectif, pour une raison qui m’échappe, est assez peu employé, pourtant c’est pas du vocabulaire de grande littérature. XD



Donc traduire “hater” par “haineur” (bien que, soit dit en passant, le substantif “haïsseur” dérivé du verbe haïr existe à ma connaissance et aurait parfaitement collé m’enfin)…
C’est faire la même démarche que certains anglais. :)


Citan666

“Hating est un dérivé du verbe hate, donc rien à voir”
Bah si bien au contraire.
Hating c’est l’application au participe présent du verbe, mais il peut aussi s’employer comme adjectif bien que ce soit assez peu courant et aussi correct en pratique que notre bravitude…



Dans la mesure où il existe déjà un adjectif correct, qui est traduction directe de “haineux” : “heinous”.
Sauf que cet adjectif, pour une raison qui m’échappe, est assez peu employé, pourtant c’est pas du vocabulaire de grande littérature. XD



Donc traduire “hater” par “haineur” (bien que, soit dit en passant, le substantif “haïsseur” dérivé du verbe haïr existe à ma connaissance et aurait parfaitement collé m’enfin)…
C’est faire la même démarche que certains anglais. :)


Je ne suis pas fan des traductions littérales, chez moi moi on dit “rageux” et je trouve que c’est beaucoup plus explicite.
Bientôt on va remplacer “un tiens vaut mieux que deux tu l’auras” par “un oiseau dans la main vaut mieux que deux sur une branche”.



eglyn a dit:


Pour moi c’est le principal problème, ils essaient de traduire des termes d’argot par des termes en Français soutenu, il faudrait peut-être “créer” des mots français qui transcrivent l’idée du mot anglais.




Tant qu’on évite le cédérom et le dévédé… :D


Oui, la c’est un autre niveau, c’est comme si on faisait: essènecéèff XD



eglyn a dit:


Oui, la c’est un autre niveau, c’est comme si on faisait: essènecéèff XD




Sneuceufeu :cap:



eglyn a dit:


Tout cela existe dans toutes les langues,




Bien sûr que non, toutes les langues n’ont pas disposé de grands écrivains ou poètes.




eglyn a dit:


tu ne te pose pas la question des jeux de mots en latin que je sache.




Bien sûr que si ; et donc ? Si plus personne ne comprend les jeux de mots en latin, c’est bien que la culture latine a disparu, non ?


Oui, et ? Une culture n’est pas éternelle que je sache, pourquoi ce serait juste à celle pendant laquelle tu vis qui devrait rester telle qu’elle ?


eglyn

Oui, et ? Une culture n’est pas éternelle que je sache, pourquoi ce serait juste à celle pendant laquelle tu vis qui devrait rester telle qu’elle ?


Rester telle quelle, je n’ai jamais défendu cela. En revanche promouvoir son effacement au profit de l’anglais, je n’en vois pas l’intérêt.



Et d’ailleurs je te retourne la question : pourquoi l’anglais aurait-il ce privilège ? Les seuls arguments que tu trouveras sont ceux du fait accompli, et d’une forme de soumission, finalement.


Overnumerousness

Rester telle quelle, je n’ai jamais défendu cela. En revanche promouvoir son effacement au profit de l’anglais, je n’en vois pas l’intérêt.



Et d’ailleurs je te retourne la question : pourquoi l’anglais aurait-il ce privilège ? Les seuls arguments que tu trouveras sont ceux du fait accompli, et d’une forme de soumission, finalement.


Je privilégie ce qui naturellement se créé, je ne contrains pas sous des prétextes que je ne trouve pas pertinent.
Il se trouve que l’anglais à pris le dessus sur beaucoup de choses, donc il vient naturellement s’intégrer dans notre langage commun, comme d’autres langues l’ont fait tout au long de l’histoire.



Pour moi il n’y a rien à défendre, juste une évolution du moyen de communiquer de l’humanité, on pourrait communiquer en binaire à la place du français que ça ne changerait rien si au final on se comprend très bien. (bon, les jeux de mots en binaires faut s’habituer)


eglyn

Je privilégie ce qui naturellement se créé, je ne contrains pas sous des prétextes que je ne trouve pas pertinent.
Il se trouve que l’anglais à pris le dessus sur beaucoup de choses, donc il vient naturellement s’intégrer dans notre langage commun, comme d’autres langues l’ont fait tout au long de l’histoire.



Pour moi il n’y a rien à défendre, juste une évolution du moyen de communiquer de l’humanité, on pourrait communiquer en binaire à la place du français que ça ne changerait rien si au final on se comprend très bien. (bon, les jeux de mots en binaires faut s’habituer)


Si par « naturellement » tu veux dire « raisons historiques et logique économique », alors soit. Mais obliger les Français à parler anglais n’a rien de naturel sinon.


Overnumerousness

Si par « naturellement » tu veux dire « raisons historiques et logique économique », alors soit. Mais obliger les Français à parler anglais n’a rien de naturel sinon.


Ah mais je veux obliger personne :) mais si tous les jours tu entends les gens parler de “lootbox”, ben laisse le terme et n’essaie pas de le franciser à tout prix. Il a été intégré par la population, il fait parti du paysage de la langue maintenant.



J’ai toujours trouvé qu’il y avait beaucoup d’intégriste de la langue française, comme si elle s’arrêtait à ce qu’ils avaient appris au collège ^^
C’est surement parce qu’ils ont tellement souffert de l’apprendre qu’ils veulent que les autres souffrent aussi :D
D’ailleurs quand on voit une faute, ça nous fait mal aux yeux, c’est vraiment qu’on a souffert de l’apprentissage :transpi:



(quote:1885360:Trit’)
Et pourquoi donc ? Tu connais les adjectifs substantivés ? Quand tu dis « le rouge », « le tordu »… Là aussi, ce sont des adjectifs, au départ, qui sont pourtant utilisés comme des noms. Et devine quoi ? Ça fonctionne très bien et ne pose aucun problème !




Heu, si, justement, ça pose des problèmes. “Le rouge” (comme d’ailleurs l’extrème majorité des adjectifs substantivés) est une périphrase. Elle peut vouloir signifier “le vin rouge”, “les communistes”, “le parti Républicain”, etc… selon le contexte.



Or on parle bien ici de traductions officielles, destinées à un usage officiel, dans des textes officiels émanant de services officiels (ça va, ça rentre ???). Alors oui, on évite les mots d’argot et les effets de plume. Le but n’est pas de plaire aux geeks, le but est d’être formel. T’as déjà vu une circulaire ministérielle qui dit “les rouges” pour parler du parti Communiste ?



DoWnR a dit:


Coffre-surprise pour lootbox, ça commence à ressembler à la définition d’EA : “surprise mechanics” :mdr:




Alors que la traduction de lootbox c’est sodomie


:bravo:


:neuf: :mdr:



(quote:1885360:Trit’)
En attendant, où sont les linguistes, qui devraient être les plus compétents (puisque la langue est précisément leur domaine de compétence) et donc les plus légitimes pour proposer des traductions ? Vous saviez que l’Académie française, censée être la seule institution décidant du fonctionnement du français (au moins de ce côté de l’Atlantique, le Québec ayant aussi son OQLF), n’en comportait aucun parmi ses « immortels » ?




On ne va quand même pas laisser de vulgaires universitaires s’occuper de la langue… On est en France que diable ! C’est bien plus classe avec des Gens de Lettres. :transpi:



(En fait, l’Académie est juste un des nombreux vestiges qu’on a gardé de l’Ancien Régime… Le Québec n’a pas ce problème)


Les haineurs vont hainer. :ouioui:



eglyn a dit:


Je ne suis pas vraiment d’accord, pour moi une langue est avant tout un moyen de communiquer, pas une “culture”.




Langue et culture sont extrêmement liées. C’est une des premières notions que tu vois en socio/ethno.
Sinon on aurait eu des Beatles français et il y aurait de la bonne bouffe anglaise.



Citan666 a dit:


“Hating est un dérivé du verbe hate, donc rien à voir” Bah si bien au contraire. Hating c’est l’application au participe présent du verbe, mais il peut aussi s’employer comme adjectif bien que ce soit assez peu courant et aussi correct en pratique que notre bravitude…



Dans la mesure où il existe déjà un adjectif correct, qui est traduction directe de “haineux” : “heinous”. Sauf que cet adjectif, pour une raison qui m’échappe, est assez peu employé, pourtant c’est pas du vocabulaire de grande littérature. XD



Donc traduire “hater” par “haineur” (bien que, soit dit en passant, le substantif “haïsseur” dérivé du verbe haïr existe à ma connaissance et aurait parfaitement collé m’enfin)… C’est faire la même démarche que certains anglais. :)




Je viens de regarder un peu, “haineur” est à la fois un mot qui date d’il y a plusieurs siècles (apparaît dans les dictionnaires médiévaux de 1350-1500 et qui a évolué en “haineux”) et un néologisme de “hater” (“haine” + “eur”)… C’est assez comique de la part d’une commission qui dit vouloir faire évoluer la langue en supprimant les néologismes anglais :)




Citan666 a dit:


Soit dit en passant, ça n’empêche pas les échanges mondiaux. La preuve, presque tout le monde parle anglais (et dans 50 ans chinois). On a pas l’obligation de se cantonner à l’apprentissage et l’usage d’une seule langue, le cerveau humain peut encaisser bien plus. :D




T’aurais pu l’éviter celle là :fumer: :francais:


Oh, merci de la précision !



Je ne m’y attendais pas. Mais du coup contrairement à toi perso je me réjouis plutôt que, volontairement ou non, cette commission dépoussière de vieux mots.



Tant qu’on ne va pas jusqu’à tenter de remettre au goût du jour le vieux françois (j’ai essayé il y a quelques semaines, tombant sur un titre de livre du 17ème siècle qui m’intéressait… Bah c’est une autre langue quasi XD)



Patch a dit:


T’aurais pu l’éviter celle là :fumer: :francais:




J’ai riz



eglyn a dit:



Et si ce changement passe par l’intégration de mots étrangers , il faut que cela se fasse. C’est ceux qui parlent qui font évoluer la langue pas ceux qui décident de traduire tous les anglicismes…




Ce sont les deux. Cette fournée me semble bien maladroite, mais il y a d’autres exemples. Un de ceux que j’apprécie le plus est courriel.



Je n’ai rien contre l’intégration de mots étrangers. Ca a toujours existé. Un nombre incroyable de mots français viennent de l’arabe par exemple. Ils viennent de, n’ont pas été intégrés tels quels.



Ces échanges se font dans les deux sens. En anglais un animal devenu viande prend souvent un nom issu du français: beef vient de boeuf, pork vient de porc et n’ont rien à voir avec cow ou ox ni de pig.



Mais quand des mots français existent déjà, pourquoi adopter un mot anglais? Pour loot, selon que ce soit un verbe ou un nom, on a piller et butin. Loot dans l’argot des gamers (terme anglais utilisé à dessein), très bien. Mais pour Mme Michu qui joue à Candy Crush, “boîte à butin” aurait été très bien.



Mais le pire du pire, c’est quand même “digital”.



Cumbalero a dit:


Ce sont les deux. Cette fournée me semble bien maladroite, mais il y a d’autres exemples. Un de ceux que j’apprécie le plus est courriel.




Qui n’est pas francais, mais québecquois :D
En France, on a eu droit au mél.


En fait non.
(https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000412994)
On a bien eu courriel ou courrier électronique pour désigner un email, et Mèl est le pendant de Tel en abréviation sur les cv ou lettres.



Mais tout le monde c’est braqué sur Mèl en le comprenant mal.



Cumbalero a dit:


Mais le pire du pire, c’est quand même “digital”.




Perso je m’y suis fait, c’est juste un anglicisme parmi d’autres qu’on entend à mort dans l’IT. (et entendre “didgitaule” c’est rigolo)



Ce qui me hérisse le poil, c’est les communications en anglais où actually et eventually sont utilisés pour dire actuellement et éventuellement. Parce que le vrai sens est totalement perdu pour le coup…



Cumbalero a dit:


Mais le pire du pire, c’est quand même “digital”.




L’usage de digital au lieu de numérique, c’est un vrai doigt d’honneur à la langue française il faut bien le dire. :chinois:


En fait ce qui est marrant, c’est que même en anglais digits (“chiffre” en français) vient des doigts, vu que c’est d’origine latine. Le terme “digit” sert à représenter les dix chiffres 0 à 9 et semble basé sur le fait qu’on a dix doigts.



Bref, d’une certaine façon, digital et numérique sont proches car se basant tous les deux sur nos mains pleines de doigts.


SebGF

En fait ce qui est marrant, c’est que même en anglais digits (“chiffre” en français) vient des doigts, vu que c’est d’origine latine. Le terme “digit” sert à représenter les dix chiffres 0 à 9 et semble basé sur le fait qu’on a dix doigts.



Bref, d’une certaine façon, digital et numérique sont proches car se basant tous les deux sur nos mains pleines de doigts.


Je reprends souvent “les petits jeunes” dans mon équipe qui vont parfois jusqu’à confondre “digit” et octet. “On peut mettre le code appli sur 6 digits à cet endroit”… “ben non, c’est de l’alphanumérique, mais si tu veux 5 digits mon grand père appelait ça de la soupe de phalanges” :francais:
Et sur numérique/digital, je suis intransigeant. En prod, la psychorigidité est reconnue comme qualité professionnelle :mdr:


Cumbalero

Je reprends souvent “les petits jeunes” dans mon équipe qui vont parfois jusqu’à confondre “digit” et octet. “On peut mettre le code appli sur 6 digits à cet endroit”… “ben non, c’est de l’alphanumérique, mais si tu veux 5 digits mon grand père appelait ça de la soupe de phalanges” :francais:
Et sur numérique/digital, je suis intransigeant. En prod, la psychorigidité est reconnue comme qualité professionnelle :mdr:


T’as des “petits jeunes” sages dis donc. Chez moi ça fait que de parler de “mettre un string” et manipuler des queues. :D



(vive les technos d’échange de données)


SebGF

T’as des “petits jeunes” sages dis donc. Chez moi ça fait que de parler de “mettre un string” et manipuler des queues. :D



(vive les technos d’échange de données)


Il faut bien admettre que développeur est un des rares métiers où on peut passer sa journée à jouer avec des strings sans se faire taxer de pervers :D


Citan666

Il faut bien admettre que développeur est un des rares métiers où on peut passer sa journée à jouer avec des strings sans se faire taxer de pervers :D


Sans compter que ce métier est essentiellement basé sur la manipulation de bits… :fumer:


gavroche69

Sans compter que ce métier est essentiellement basé sur la manipulation de bits… :fumer:


Et derrière ça fini en buffer overflow.



olih a dit:


Mais tout le monde c’est braqué sur Mèl en le comprenant mal.




Fais gaffe tu as foiré ton lien avec le http devant le https, ca renvoie vers une page qui semble remplie de belles merdes :chinois:


C’est corrigé :chinois:



Mimoza a dit:


Je ne suis pas d’accord sur le fait d’une langue unique pour la planète. Avoir 1 langue de communication international (comme l’anglais essaye malheureusement de l’être)




L’anglais l’est, et au-delà de mon avis personnel sur la question, il est la (pas une, la) langue internationale depuis au moins 100 ans.
Et pourquoi « malheureusement » (vraie question) ? Pendant des siècles, ce fut le latin : était-ce mieux, pire, pareil ? Pour quelle raison ? Juste parce que c’était pas l’anglais ? Est-ce que ça te dérangerait tout autant que ce fût le français (ce qui a été le cas dans les sphères politiques et diplomatiques entre le XIXe et la Deuxième guerre mondiale) ?



Encore une fois, au-delà de mon avis personnel sur la question, je sens toujours dans ce genre de propos non pas une aversion contre le monolinguisme, mais contre l’anglais en soi. Comme s’il y avait un problème en soi avec cette langue : lequel, à part une vieille jalousie débile et millénaire qui ne grandit personne, et surtout pas les hypocrites qui râlent contre l’hégémonie actuelle de l’anglais mais n’auraient aucunement été offusqués d’une hégémonie du français (vu que c’est leur langue, ce qui change forcément tout) ?




Une langue construite simple et transparent à apprendre serait bien plus bénéfique (ex : Esperanto, Lojban, …)




Sauf que ça n’a jamais pris, tu le vois bien… Je ne cherche à faire porter le chapeau sur personne : c’est juste les faits.



SebGF a dit:


Et derrière ça fini en buffer overflow.





Ouais mais ça concerne surtout les développeuses et à certaines périodes… :fumer:



:pastaper: