Publié dans Société numérique

27

Pourquoi inclure des femmes si on peut les fabriquer ?

Une femme dont le visage se reflète en morceaux dans une série de miroirs.

DevTernity est une conférence tech comme il en existe des myriades. Et comme souvent dans l’industrie, l’inclusion étant un sujet en vogue, DevTernity fait en sorte d’inclure au moins une femme dans plusieurs de ses panels. Enfin ça, c’est ce que son site web laisse croire.

Car l’auteur de la newsletter the Pragmatic Engineer Gergely Orosz a relevé quelque chose d’étrange : aucune des participantes listées ne semblaient prendre la parole, dans le programme officiel.


En cherchant plus loin, raconte-t-il sur LinkedIn, l’informaticien a réalisé qu’Anna Boyko, Alina Prokhoda, Natalie Stadler et les autres femmes aux impressionnants CV citées par DevTernity… n’existaient tout simplement pas.

Plutôt que d’inviter de vraies femmes, l’équipe d’organisation a généré de fausses photos et créé des parcours de toutes pièces.

Outre son absurdité, note la journaliste Lucie Ronfaut, l’affaire révèle la mauvaise volonté de certains pans de l’industrie à s’ouvrir… quand bien même l’enjeu marketing de se prononcer en faveur de l’inclusion, lui, a bien été intégré.

Pour trouver des expertes de toutes sortes de milieu en France, on vous recommande d’aller fouiller les répertoires des Expertes ou des réseaux féminins ciblés par secteurs (Women in Tech, Duchess France, Women in machine learning and data science, le Cercle des femmes de la cybersécurité, etc.)

27

Tiens, en parlant de ça :

Spécialiste des signalements, Point de Contact s’apprête à déposer le bilan

Silence éloquent

17:49 SocialsSociété 4
Façade du bâtiment du New York Times

OpenAI contre-attaque et accuse le New York Times d’avoir « hacké » ses produits

16:27 DroitIA 3
Photo de la Maison-Blanche

Chine, Russie… Joe Biden veut interdire l’envoi de données sensibles américaines à six pays

Fort de roquefort

15:30 DroitSécu 2
Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

27

Commentaires (27)


Le 30/11/2023 à 08h 29
J'en profite pour partager ce dépôt qui s'est récemment constitué suite à ce problème : https://github.com/abenoit/french-women-tech-speaker-organizer
Modifié le 30/11/2023 à 08h30
Le 04/12/2023 à 20h 21
"pour diversifier leurs événements."

Un vrai business ce truc.
SebGF Abonné
Le 30/11/2023 à 08h 32
Dans tous les causes, il y a l'être et le paraître.

Hélas, on est dans un monde où le paraître est plus important que l'être.
Le 30/11/2023 à 08h 55
> Pourquoi inclure des femmes si on peut les fabriquer ?

Mais oui !!

(allume son imprimante 3D)
OlivierJ Abonné
Le 30/11/2023 à 14h 39
:-D
J'y ai songé aussi
Le 30/11/2023 à 09h 02
Voilà qui soulève bien le problème de "l'inclusion" en général.
- d'un coté, il n'y a pas forcément un vivier suffisant pour permettre une relative parité (conférences, jury de thèse etc.), que ce soit pour les femmes dans les milieux masculins, mais aussi pour les hommes dans les milieux très féminins aussi
- de l'autre, l'inclusion est souvent imposée (par exemple, même si un sexe est très peu présent dans un domaine scientifique, les constitutions de jury de thèse imposent des quotas : les représentants de la minorité sont du coup "sur-sollicités", et ceux de la majorité sont clairement bien moins sollicités)
De là à créer de faux profils, c'est quand même scandaleux.
Modifié le 30/11/2023 à 09h02
Le 30/11/2023 à 10h 05
Problème bien connu.
- Groupe 1 = équitable par rapport à des critères.
- Groupe 2 = représentatif de l'ensemble de la population .

Lorsque les critères segmentent la population en groupes de tailles radicalement différentes, on ne peut pas être "équitable" et "représentatif".

¯\_(ツ)_/¯
Freeben666 Abonné
Le 30/11/2023 à 10h 06
Faut pas pousser non plus. Sans parler forcément de parité totale, tu as toujours moyen de trouver des femmes compétentes pour venir parler à ta conférence. Enfin, si tu fais l'effort de chercher.
Je suis prêt à parier que ça a pris plus de temps et d'énergie de fabriquer ces faux profils que s'ils avaient réellement inclus de vraies personnes...

S'ils n'ont pas invité de femmes, ce n'est pas à cause d'un "vivier suffisant pour permettre une relative parité", mais juste parce qu'ils ne voulaient pas en inviter.
eglyn Abonné
Le 30/11/2023 à 10h 12

Freeben666

Faut pas pousser non plus. Sans parler forcément de parité totale, tu as toujours moyen de trouver des femmes compétentes pour venir parler à ta conférence. Enfin, si tu fais l'effort de chercher.
Je suis prêt à parier que ça a pris plus de temps et d'énergie de fabriquer ces faux profils que s'ils avaient réellement inclus de vraies personnes...

S'ils n'ont pas invité de femmes, ce n'est pas à cause d'un "vivier suffisant pour permettre une relative parité", mais juste parce qu'ils ne voulaient pas en inviter.
Pas sûr qu'ils ne voulaient pas en inviter, plutôt une flemme de chercher ou un temps limité, et créer de faux profils est très rapide.

Après c'est juste débile, sauf s'ils étaient en ligne de mire sur les quotas.
Le 30/11/2023 à 10h 55

eglyn

Pas sûr qu'ils ne voulaient pas en inviter, plutôt une flemme de chercher ou un temps limité, et créer de faux profils est très rapide.

Après c'est juste débile, sauf s'ils étaient en ligne de mire sur les quotas.
En gros, le service presse de l'événement a comblé au dernier moment les lacunes de l'organisateur qui n'a pas prévu que ça ferait mauvais genre (sans jeu de mot).
Le 30/11/2023 à 10h 17
Concernant la sursollicitation de femmes expertes/décideuses dans les espaces médiatiques (conférences, émissions TV, etc), c'est clair qu'il y a bien moins de choix et que ça peut provoquer des réticences pour certaines femmes. On sait que les femmes ont déjà une propension à éviter de se mettre en avant.

Cela-dit, concernant les hommes experts/décideurs dans les espaces médiatiques, on retrouve souvent les mêmes au micro. Il y a les experts/décideurs qui ont l'habitude de s'exprimer médiatiquement ou qui ont déjà des contacts avec des journalistes ou des organisateurs événementiels. Ce n'est pas vraiment une question de choix, plutôt une question de rapidité de contact, voire de partenariat avec des personnalités d'un domaine. Pour les intervenants masculins aussi, ce serait bien de diversifier et de mettre en avant des nouvelles têtes.
Modifié le 30/11/2023 à 10h29
Le 30/11/2023 à 09h 23
On a l'habitude que les femmes soient invisibilisées. Pour le coup, elles sont mises en avant. [ironie]

Plus sérieusement, ces coups de communication révèlent bien l'intérêt des décideurs pour le sujet en question :
"you wash it, you wash it" comme disait l'attachée de presse interprétée par Elie Kakou.
https://www.youtube.com/watch?v=P-qOurzN_Gs
carbier Abonné
Le 30/11/2023 à 09h 56
En vieillissant (prenant de l'expérience), on peut se dire qu'on a tout vu.
Mais non chaque jour certains arrivent à nous surprendre en faisant n'importe quoi.
anagrys Abonné
Le 30/11/2023 à 10h 38
Démarche stupide, retour de bâton logique et mérité. Je ne pense pas, contrairement à certains commentateurs, à une volonté de ne surtout pas inviter de femmes parce-que femmes, plutôt à une flemme de la part des organisateurs de rechercher des femmes ayant des compétences sur les domaines évoqués, et l'envie de participer à cette conférence.
De là à créer des faux profils pour masquer la réalité...
Le 30/11/2023 à 10h 50
C'est pas de la flemme, c'est qu'en pratique il n'y a pas suffisamment de profils de femmes disponibles ET volontaires.
Meme avec la meilleure volonté du monde, c'est illusoire de vouloir trouver ce qui n'existe manifestement pas
grsbdl Abonné
Le 30/11/2023 à 16h 22

Trooppper

C'est pas de la flemme, c'est qu'en pratique il n'y a pas suffisamment de profils de femmes disponibles ET volontaires.
Meme avec la meilleure volonté du monde, c'est illusoire de vouloir trouver ce qui n'existe manifestement pas
Pas assez de femmes ? Toutes les autres grandes conférence y arrivent (avoir au moins quelques femmes), toutes. Alors pourquoi pas celle ci ? Ca serait vraiment pas de bol que cette fois-ci, paf, le "vivier" soit épuisé. Vraiment ballo.
Mais je ne suis pas étonné de ton commentaire. Comme certains sur NI, y a une tendance un peu misogyne ici...
Vivement le retour des blocages de compte, ça épargne de voir de genre de propos.
Modifié le 30/11/2023 à 16h27
alex.d. Abonné
Le 30/11/2023 à 10h 51
Pas terrible de faire croire qu'on inclut des femmes alors que non. Mais il ne faut pas croire qu'inviter de vraies femmes soit si facile. Je travaille dans un domaine où on essaie d'avoir une (relative) parité, malgré un vivier de femme beaucoup plus petit. En conséquence, les femmes sont sollicitées de partout et ne savent plus où donner de la tête, à la limite du burnout. Ce n'est pas non plus une bonne solution.
tazvld Abonné
Le 30/11/2023 à 11h 23
Partant de l'hypothèse que les organisateurs vont chercher à l'économie (de temps, d'effort, d'argent...), ils sont arrivés à la conclusion qu'il était plus économique de créer des faux profils, des fausses images... ainsi que l'espérance du coût que le pot aux roses soit découvert (probabilité estimée a priori * coût : tu ne fais pas quelque chose si tu as toutes tes chances de te faire choper) que de chercher de vraies femmes ayant les compétences et l'envie de participer.

Arriver une telle conclusion absurde, ça pointe un problème qu'il existe une dichotomie entre ce que l'on souhaite et la réalité.
SebGF Abonné
Le 30/11/2023 à 13h 15
Ma foi, je pense qu'il y a tellement de fake sur le Web que de nos jours c'est devenu une banalité (cf les achats de followers sur les médias sociaux). Sur linkedin je n'ai, pour ainsi dire, que des solicitations de recruteuses à la photo de profil toujours parfaite (soit dans les standards modernes de beauté) qui a "lu avec attention mon profil" pour me proposer une "opportunité" à côté de la plaque.

Quel pourcentage de chances que ce soit un véritable être humain derrière prétendant être la personne prétendue, et pas un bot avec une photo issue d'un stock footage, voire plus moderne, générée par AI ?
eglyn Abonné
Le 30/11/2023 à 13h 31

SebGF

Ma foi, je pense qu'il y a tellement de fake sur le Web que de nos jours c'est devenu une banalité (cf les achats de followers sur les médias sociaux). Sur linkedin je n'ai, pour ainsi dire, que des solicitations de recruteuses à la photo de profil toujours parfaite (soit dans les standards modernes de beauté) qui a "lu avec attention mon profil" pour me proposer une "opportunité" à côté de la plaque.

Quel pourcentage de chances que ce soit un véritable être humain derrière prétendant être la personne prétendue, et pas un bot avec une photo issue d'un stock footage, voire plus moderne, générée par AI ?
Ah c'est clair que LinkedIn, c'est leur spécialité :D

Et je doute aussi clairement qu'il y ait de vrais femmes derrière tous ces profils de recruteuse...
fred42 Abonné
Le 30/11/2023 à 19h 42

eglyn

Ah c'est clair que LinkedIn, c'est leur spécialité :D

Et je doute aussi clairement qu'il y ait de vrais femmes derrière tous ces profils de recruteuse...
J'ai parcouru les contacts LinkedIn et parmi les recruteurs/recruteuses, il y a une forte majorité de femmes.

Ce sont des contacts que j'ai soit rencontré soit au moins eu au téléphone, donc vraiment des femmes, pas des fake. Le recrutement, comme toute fonction proche des RH est un métier assez féminin.
Modifié le 30/11/2023 à 19h42
SebGF Abonné
Le 30/11/2023 à 20h 11

fred42

J'ai parcouru les contacts LinkedIn et parmi les recruteurs/recruteuses, il y a une forte majorité de femmes.

Ce sont des contacts que j'ai soit rencontré soit au moins eu au téléphone, donc vraiment des femmes, pas des fake. Le recrutement, comme toute fonction proche des RH est un métier assez féminin.
Parmi mes contacts que je connais, j'ai de vrais humains.

Parmi les "opportunités" à côté de la plaque de la part d'inconnu(e)s, j'ai des doutes.
xamoon Abonné
Le 30/11/2023 à 19h 13
Oui bien sûr il y’a un petit vivier, mais quand je participe à une conférence avec une consœur et que sa photo +cv fournis à l’organisateur une semaine à l’avance ne se retrouve ni dans le poste LinkedIn de la conférence ni dans le visuel des intervenants il y a des questions à se poser. Et des limites à mettre aux organisateurs. En l’occurrence pas de participation si le poste LinkedIn n’est pas corrigé rapidement ainsi que la mise en avant de la consœur au moment de la conférence.
Faut arrêter avec le petit vivier, dans les conférence IT ce sont souvent les mêmes qui s’expriment il sont eux aussi un tres petit vivier. Les organisateurs doivent connaître les associations féminines qui promeuvent un domaine de compétence et les accueillir avec le même égard que les hommes, elles viendront j’en suis certain.
Modifié le 30/11/2023 à 19h19
alex.d. Abonné
Le 01/12/2023 à 11h 48
Je ne sais pas dans quel domaine tu es, mais moi dans mon domaine les collègues femmes sont sur-sollicitées pour remplir les quotas, et elles n'en peuvent plus. Le vivier est réellement petit : il suffit de regarder les effectifs dans les départements informatique et télécom des écoles d'ingénieur, il y a maxi 10% de filles.
Aymeric_F Abonné
Le 30/11/2023 à 21h 26
En tout cas, ça a tué la conf. Elle est marquée comme "annulée" sur leur site. A une semaine de l'event, ça doit être un sacré coup dur pour les orgas
Le 04/12/2023 à 20h 18
C'est comme les éoliennes qu'on fait tourner avec un moteur. C'est du délice tout ça, pas convaincu que ça serve la "cause" de le dénoncer.