Publié dans Sciences et espace

73

L’ANSSI peine à recruter

L'ANSSI peine à recruter

« Cybersécurité : l'Anssi peine à attirer des profils gradés », titre La Lettre A, qui rappelle que le problème avait déjà été identifié par le Sénat en 2018, alors que l'agence « avait échoué à pourvoir 17 postes ».

Des postes seraient en effet toujours à pourvoir « depuis plus de deux ans », même et y compris sur des profils pas particulièrement pointus, « comme ceux chargés de faire le lien entre administrations et entreprises » : 

« Le cyberpompier attend toujours ses coordonnateurs "institutions publiques" et "Télécoms". Signe du turn-over important, l'Anssi recrute pour les postes de coordonnateur "cybersécurité", "enseignement recherche", "finance" et "santé et affaires sociales". »

73

Tiens, en parlant de ça :

Samsung dépasse les 10 Gb/s avec sa mémoire LPDDR5X

SK hynix va-t-il tenter la LPDDR5MT (Mega Turbo) ?

10:51 Hard 0

Élections européennes : Meta échoue à modérer des publicités de propagande pro-russe

Doppelgänger toujours actif

08:01 Société 7
Nuage (pour le cloud) avec de la foudre

VMware by Broadcom : une situation tendue, l’Europe s’en mêle

Exit strategy

18:03 ÉcoSoft 22
73

Fermer

Commentaires (73)


Question de salaire je suppose… sur les profils Senior les acteurs US implantés à Paris alignent sans problème deux fois le salaire proposé par l’ANSSI.


Je suis allé voir par curiosité mais c’est toujours marqué “Salaire en fonction de l’expérience”… Donc pas moyen d’en savoir plus. C’est vrai que le privée peut payer plus, mais sur des Job pas particulièrement pointus, pas forcément.
https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi/



Visiblement tu garde un traumatisme de McKinsey, faudrait penser à passer à autre chose.



Exemple :




  • Type de contrat
    Titulaire, contractuel, militaire

  • Début du contrat
    01/01/2022

  • Localisation
    Paris 7e Arrondissement, 75, Paris, Île-de-France

  • Niveau d’études
    Diplôme d’ingénieur, Master 2 ou titre équivalent de niveau Bac + 5

  • Domaine professionnel
    Chargé du pilotage et du suivi budgétaire

  • Niveau d’expérience
    Junior (1 à 5 ans d’expérience)

  • Rémunération
    A définir selon expérience mensuel net



Je pense aussi, mais ce serait intéressant d’avoir un ordre d’idée et de comparer à profil équivalent avec le privé.


Je pense que McKinsey doit pouvoir nous dégotter quelques profils


on va m’accuser de macronisme aggravé mais c’est ainsi :
a/ lors de la précrise corona, afin d’éteindre le feu des GJ, macron avait organisé une dizaine de séances de dialogue social avec le peuple et les élus ; dans un lycée, un élève l’avait interpellé sur les richesses ostentatoires des politiques. Retour de boomerang explosif du chef de l’état (sur yt) : “oui il y a eu des abus, mais c’est le passé : aujourd’hui, une personne dans le privé gagne trois, quatre fois plus que dans le public”
et c’est VRAI, pour avoir fait ma petite enquete ces trois dernières années : alain juillet répond pareil sur thinkerview ; des membres du gspr des ministres m’ont dit exactement la meme chose, et un expert de bercy rapporte la meme chose à une journaliste de l’Obs.
pourquoi?
parce que l’appat du gain et le nerf de la guerre sont l’essence des choix: l’argent, le fric, le blé.. pourquoi la chine est première puissance mondiale? l’argent est le moteur de ce monde, qu’on le veuille ou non, depuis des centenaires : cela ne changera pas demain.




SunneX a dit:


Je pense que McKinsey doit pouvoir nous dégotter quelques profils




1700net mensuels cat C informaticien dgsi ou drsd.. vs 2000€/jour facturation mckinsey ou accenture, pour l’avoir vu.




SunneX a dit:


Tout est là : https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi



Ils ont l’air assez open sur la rémunération




impossible, un fonctionnaire est forcément payé en fonction de la grille et de l’indice, gelé depuis des années. Ca fait fuir énormément de cerveaux ; nerf de la guerre…




eglyn a dit:


En regardant vite fait sur leur site, c’est toujours sur Paris 7 et 15eme pour la cybersécu, et y a noté contractuel, titulaire, militaire. Et vu qu’ils cherchent que des ingé avec 5-10 ans XP à priori, j’imagine qu’ils propose plus que 1700€/mois sur Paris :transpi:




selon le “vivre confortablement” d’un forum bien connu, 1700net à paris (ou pire, brut :D ) c’est la soumission/esclavagisme parfait au syst : soit intramuros t’arrives pas à vivre, dans 12m2, soit extra muros t’as plus d’1h de rer (inconevable pour moi :D )




Citan666 a dit:


Perso, ils m’ont bien niqué au niveau de la rémunération. Pour ma part, antenne du Ministère des Finances, le principe officiel c’était :




  • moyenne des 12 derniers mois de salaire OU

  • base selon “le plus haut diplôme applicable”



J’étais en auto-entreprise donc salaires en dents de scie par rapport à mon ancien job, et mon diplôme applicable était un diplôme de licence, ils n’ont pas pris en compte du tout mon parcours. Bref, c’était de la merde.



D’autant plus débile qu’ils soient à ce point arc-boutés sur des principes de fixation rigide des salaires pour un contractuel alors que a) ils sont vraiment à la rue par rapport au privé (on parle de quasi 12 selon le poste) b) ils n’hésitent pas pour autant à se laisser facturer des prestataires externes “experts” à 1500/j (“experts” entre guillemets car c’est une loterie totale sauf que quand on récupère un cassos rien n’est fait pour corriger le tir, aucune mesure n’est prise contre l’entreprise qui a survendu son employé. Faudrait pas être efficace non plus).



Soit 30000 euros, PAR MOIS . Qu’on aille pas me faire croire qu’avec ce genre de budget on peut pas embaucher au moins trois personnes réellement compétentes en interne (preuve par période d’essai + audit de code externe ponctuel ou évaluation de stabilité de l’app). Surtout que c’est pas comme si ces prestations étaient pour une durée limitée, j’ai personnellement connu au moins trois personnes qui sont sous ce type de relation contractuelle pendant des mois, voire des années.



Donc ils ont bel et bien du budget. Ils ont juste pas les couilles de se mouiller “directement” en investissant dans une personne déterminée, alors que la prestation permet de se défausser de la responsabilité sur l’entité tierce. Sauf que comme ils ne prennent jamais aucune mesure de rétorsion / compensation même quand le profil est moisi sans contestation possible, du coup l’État (donc nous citoyens) est doublement perdant. Triple même parce qu’il faut tout réécrire derrière.



On marche complètement sur la tête en terme de gestion des ressources humaines. Mais bon je crois que je n’apprends rien à tous ceux qui ont bossé ou bossent encore dans un service public.




je connais plusieurs fonctionnaires (encore en poste) qui font leur activité depuis longtemps, sur la base de deux critères :
ils préfèrent leur activité “simple et non stressante” au gros salaire
ils n’ont jamais mis les pieds dans le privé.



tous deux de catégorie C, bien que diplomés (licence). L’un s’amuse souvent d’avoir fait d’énormes économies à l’état
l’autre a finit au bout de huit ans à etre “réévaluée” cat A (ce qui est un joli cadeau)



mais après faut admettre, c’est pas des bosseurs, dans le privé c’est pas souvent 19h à la maison.. eux c’est presque tous les jours :P


Quel salaire ? Quel statut ? À quel endroit ?



Si c’est des CDD d’informaticien à 1700€/mois, ou administratifs à 1400€/mois, c’est sûr qu’ils risquent pas de trouver grand monde pour bosser dans ces conditions à Paris.


Tout est là : https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi



Ils ont l’air assez open sur la rémunération


SunneX

Tout est là : https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi



Ils ont l’air assez open sur la rémunération


*Rémunération
A définir selon expérience mensuel net
A définir selon expérience annuel brut (selon expérience) *



Ça ne veut rien dire. 3 fois “selon expérience” en 2 lignes et parler à la fois de net mensuel et brut annuel, c’est probablement lié aux statuts différents envisagés, mais sans explication, ça ne donne pas envie de chercher à comprendre.


SunneX

Tout est là : https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi



Ils ont l’air assez open sur la rémunération


Merci pour le lien.



Je parle pour ce que je connais (recherche publique), mais je ne pense pas que ce soit très différent pour l’ANSSI.



Pour la rémunération, dans les offres, ce n’est pas “open”, ce n’est juste pas indiqué. Mais dans le public, ce n’est pas négociable, ça dépend juste d’une grille de salaire fixe, du diplôme requis pour le poste et de l’ancienneté.



Au passage (toujours dans la recherche publique), l’ancienneté est automatiquement divisée par 2 si c’était en tant que non-fonctionnaire.



Chez moi, un ingénieur d’études (= un dev, un sysadmin, etc.) en informatique avec 10 ans d’XP, fraichement titularisé (donc seulement 5 ans comptabilisés), ça fait autour de 2k€ net avec les primes.


SunneX

Tout est là : https://talents.ssi.gouv.fr/offresdemploi



Ils ont l’air assez open sur la rémunération


Quand t’as pas trop le choix, effectivement.


Ah bah 1700€/mois sur Paris, tu fais pas grand chose.
Je gagne + au Havre, en CDI. :D


En regardant vite fait sur leur site, c’est toujours sur Paris 7 et 15eme pour la cybersécu, et y a noté contractuel, titulaire, militaire.
Et vu qu’ils cherchent que des ingé avec 5-10 ans XP à priori, j’imagine qu’ils propose plus que 1700€/mois sur Paris :transpi:


Ils n’ont qu’à proposer autre chose que des CDD aussi…



Ozwel a dit:


Question de salaire je suppose…




C’est fort probable.



En tout cas, l’État semble bien conscient du problème et a actualisé récemment son référentiel de salaires dans le numérique :
https://www.numerique.gouv.fr/publications/referentiel-remuneration-filiere-numerique/


Tout est sur Paris, il ne faut pas s’étonner s’ils ne trouvent pas vu l’expertise demandé face aux salaires proposés.



(quote:2067062:dvr-x)
Visiblement tu garde un traumatisme de McKinsey, faudrait penser à passer à autre chose.




Pquoi? Pour toi cette histoire (qui aurait fait démissionner le président d’office dans n’importe quelle démocratie) doit être oubliée?


Visiblement, tu es touché par le même traumatisme :ouioui:


Pour les gens qui n’en ont jamais vu, voilà une grille de salaire de la recherche publique pour les ingénieurs d’étude (= en informatique, ça correspond en gros à des dev et des sysadmin):
https://www.snptes.fr/index.php?lvl=cmspage&pageid=4&id_article=309



Pour les informaticiens (et seulement eux), ajouter 300€ de prime/mois. Et l’ancienneté des nouveaux entrants est automatiquement divisée par 2 (10 ans de CDD sont comptabilisés comme 5 ans).



L’ANSSI a sans doute une grille un peu différente, mais c’est probablement dans le même ordre de grandeur.


Donc selon cette fiche, un nouvel entrant avec 10 ans d’ancienneté (donc 5 comptabilisé) entre au 3ème échelon (Ingénieur d’études hors classe) ou au 4ème échelon (Ingénieur d’études classe normale). C’est bien ça ?


Attention,




  • il est question ici de contractuels, là tu montres des grilles de titulaires. Il y a un GROS gap de salaire entre les 2. La titularisation est désormais très rarement une bonne idée.

  • les contractuels n’ont pas de prime

  • les grilles sont toutes différentes. Et devant les difficultés, il y a eu / il y a des rebasages.



Il faut aussi considérer les avantages annexes: mutuelles (pas obligatoires dans la fonction publique!!! Donc, pas/peu subventionnée), pas de CE, pas d’abondements… là où certains privés mettent dans l’enveloppe une voiture de fonction, entres autres avantages.
Par contre, sur un CV, et même intellectuellement, ce doit être le top.



Quoiqu’il en soit, tout le monde galère à recruter, cela devient critique. D’autant que le télétravail fait également partie désormais des packages, et cela permet aux mastodontes américains de venir séduire des français très facilement (quand les seuils fiscaux définissant un célibataire sans enfant comme quelqu’un de riche à environ 2100€ nets, on comprend qu’on puisse être considérés comme des “roumains” faciles à amortir)


inextenza

Attention,




  • il est question ici de contractuels, là tu montres des grilles de titulaires. Il y a un GROS gap de salaire entre les 2. La titularisation est désormais très rarement une bonne idée.

  • les contractuels n’ont pas de prime

  • les grilles sont toutes différentes. Et devant les difficultés, il y a eu / il y a des rebasages.



Il faut aussi considérer les avantages annexes: mutuelles (pas obligatoires dans la fonction publique!!! Donc, pas/peu subventionnée), pas de CE, pas d’abondements… là où certains privés mettent dans l’enveloppe une voiture de fonction, entres autres avantages.
Par contre, sur un CV, et même intellectuellement, ce doit être le top.



Quoiqu’il en soit, tout le monde galère à recruter, cela devient critique. D’autant que le télétravail fait également partie désormais des packages, et cela permet aux mastodontes américains de venir séduire des français très facilement (quand les seuils fiscaux définissant un célibataire sans enfant comme quelqu’un de riche à environ 2100€ nets, on comprend qu’on puisse être considérés comme des “roumains” faciles à amortir)



(reply:2067111:Metz Bove)



(quote:2067111:Metz Bove)
D’accord, merci pour les précisions.



Effectivement, avoir 10ans d’expérience et arriver à 1 982,19 € brut, c’est la douche froide.




+300€ de prime pour les informaticiens. On est pas les plus mal lotis.



J’ai fait contractuel (CDD) pendant 10 ans, et je suis bien content d’avoir été finalement titularisé. Contractuel, ça veut dire:




  • Changer d’employeur tous les 1 à 3 ans parce que les employeurs publics interdisent d’embaucher qqun plus longtemps (je sais que la loi Sauvadet c’est 6 ans, mais les administrations sont terrifiées par cette loi, donc dans certaines facs c’est max 1 an de contrat sur toute ta vie). Une fois que tu as fait le tour de tous les employeurs publics de ta ville, tu es grillé, il faut déménager.

  • L’ancienneté qui plafonne à ~5 ans. Je ne suis pas sûr que ce soit légal, mais en pratique, au moins certains services RH ne remontent pas plus loin. Personnellement, mon salaire a pas mal monté après la titularisation.



Et d’accord avec toi: ça donne un salaire tolérable si le taf est intéressant (c’est mon cas). Mais pour des boulots chiants ou “génériques” (= il y a les mêmes postes dans le privé), c’est la crise.


chichillus


(reply:2067111:Metz Bove)



(quote:2067111:Metz Bove)
D’accord, merci pour les précisions.



Effectivement, avoir 10ans d’expérience et arriver à 1 982,19 € brut, c’est la douche froide.




+300€ de prime pour les informaticiens. On est pas les plus mal lotis.



J’ai fait contractuel (CDD) pendant 10 ans, et je suis bien content d’avoir été finalement titularisé. Contractuel, ça veut dire:




  • Changer d’employeur tous les 1 à 3 ans parce que les employeurs publics interdisent d’embaucher qqun plus longtemps (je sais que la loi Sauvadet c’est 6 ans, mais les administrations sont terrifiées par cette loi, donc dans certaines facs c’est max 1 an de contrat sur toute ta vie). Une fois que tu as fait le tour de tous les employeurs publics de ta ville, tu es grillé, il faut déménager.

  • L’ancienneté qui plafonne à ~5 ans. Je ne suis pas sûr que ce soit légal, mais en pratique, au moins certains services RH ne remontent pas plus loin. Personnellement, mon salaire a pas mal monté après la titularisation.



Et d’accord avec toi: ça donne un salaire tolérable si le taf est intéressant (c’est mon cas). Mais pour des boulots chiants ou “génériques” (= il y a les mêmes postes dans le privé), c’est la crise.


Je suis embauché contractuel, en 3+3 ans, finalement converti en 3+I (j’ai été notifié officiellement de la conversion en CDI à échéance du premier contrat)
Mon chef direct est titulaire, un peu plus vieux que moi, cursus et responsabilité similaires (un peu plus que moi). Il gagne environ 1000€ net de moins que moi.
TOUS les autres collègues font la même constatation, et il n’est pas rare de croiser des “vieux” contractuels y compris dans les strates supérieures.




(reply:2067134:dvr-x)
Tu m’as paraphrasé ;)
Ce qui est triste, c’est de ne pas se donner les moyens de capter les meilleurs, alors que nous sommes quelques uns (euphémisme) qu’il s’agit d’une agence qui fait référence dans la qualité de leurs productions et capacités techniques et scientifiques.




D’ailleurs, par rapport au HS trollesque (on est vendredi d’un long week-end…) moins on met d’argent pour embaucher des contractuels et fonctionnaires techniques, plus nous serons obligés de faire bosser des boites privées par délégation… boites qui se gavent de façon parfaitement indécentes et même révoltantes. Parce qu’elles savent que nous n’avons pas le choix.


inextenza

Je suis embauché contractuel, en 3+3 ans, finalement converti en 3+I (j’ai été notifié officiellement de la conversion en CDI à échéance du premier contrat)
Mon chef direct est titulaire, un peu plus vieux que moi, cursus et responsabilité similaires (un peu plus que moi). Il gagne environ 1000€ net de moins que moi.
TOUS les autres collègues font la même constatation, et il n’est pas rare de croiser des “vieux” contractuels y compris dans les strates supérieures.




(reply:2067134:dvr-x)
Tu m’as paraphrasé ;)
Ce qui est triste, c’est de ne pas se donner les moyens de capter les meilleurs, alors que nous sommes quelques uns (euphémisme) qu’il s’agit d’une agence qui fait référence dans la qualité de leurs productions et capacités techniques et scientifiques.




D’ailleurs, par rapport au HS trollesque (on est vendredi d’un long week-end…) moins on met d’argent pour embaucher des contractuels et fonctionnaires techniques, plus nous serons obligés de faire bosser des boites privées par délégation… boites qui se gavent de façon parfaitement indécentes et même révoltantes. Parce qu’elles savent que nous n’avons pas le choix.


Dans les endroits où la CDIsation existe, si ça permet de sortir des grilles salariales de la fonction publique, c’est sûr que ça peut être intéressant :yes:.



Pour recentrer sur la news, c’est vrai que si l’ANSSI fait comme ça, il y a peut-être moyen de proposer de bons salaires.



Mais je ne sais pas dans quel cas est l’ANSSI. Dans certains endroits, le public, c’est CDD à l’infini, à Paris, grilles salariales de la fonction publique, tout le monde se lamente parce qu’il n’y a pas de candidats. Mais ça fait des années que ça pleure, et rien ne bouge, le blocage semble insurmontable. Si l’ANSSI est dans ce même cas, ils sont coincés.



(quote:2067078:dvr-x)
Visiblement, tu es touché par le même traumatisme :ouioui:




Traumatisé aussi pour ma part :devil:


Je suis dans le domaine de la cybersécurité, et il y a quelques années j’avais regardé pour potentiellement rejoindre l’ANSSI, mais:




  1. Les salaires n’étaient pas compétitifs avec le privé

  2. Seuls des CDD étaient proposés



Ils peuvent probablement attirer quelques jeunes avec peu d’XP car la ligne ANSSI peut faire bien sur le CV, mais des gens avec 5+ années d’expérience, j’en doute.



(reply:2067090:phantom-lord)




Vous aurez peut être un tarif de groupe pour la thérapie ;)



(reply:2067088:Metz Bove)




3ème échelon de la classe normale, c’est ça.



Par contre, c’est obligatoirement la classe normale. Pour passer hors classe, il faut passer un second concours, avec prérequis d’ancienneté sur le poste, et il y a peu de places.



Et j’ai un peu simplifié l’ancienneté. Un doctorat accorde un an de plus. Et dans les universités, c’est 50% de l’ancienneté dans le secteur public OU dans le secteur privé (le + favorable). Càd que si ta carrière est moitié public/privé, c’est donc seulement 25% de l’ancienneté qui est comptabilisée. Ça pique. Au CNRS, c’est 50% du public ET du privé (donc vraiment 50%). Je ne sais pas pour les autres organismes de recherche.



Globalement, l’ancienneté avant la titularisation est peu prise en compte, ça n’aide pas à attirer des profils expérimentés.


D’accord, merci pour les précisions.



Effectivement, avoir 10ans d’expérience et arriver à 1 982,19 € brut, c’est la douche froide.



(reply:2067062:dvr-x)




Bof c’est de l’humour, tiens je rajoute un smiley ;)


Perso, ils m’ont bien niqué au niveau de la rémunération.
Pour ma part, antenne du Ministère des Finances, le principe officiel c’était :




  • moyenne des 12 derniers mois de salaire
    OU

  • base selon “le plus haut diplôme applicable”



J’étais en auto-entreprise donc salaires en dents de scie par rapport à mon ancien job, et mon diplôme applicable était un diplôme de licence, ils n’ont pas pris en compte du tout mon parcours.
Bref, c’était de la merde.



D’autant plus débile qu’ils soient à ce point arc-boutés sur des principes de fixation rigide des salaires pour un contractuel alors que a) ils sont vraiment à la rue par rapport au privé (on parle de quasi 12 selon le poste) b) ils n’hésitent pas pour autant à se laisser facturer des prestataires externes “experts” à 1500/j (“experts” entre guillemets car c’est une loterie totale sauf que quand on récupère un cassos rien n’est fait pour corriger le tir, aucune mesure n’est prise contre l’entreprise qui a survendu son employé. Faudrait pas être efficace non plus).



Soit 30000 euros, PAR MOIS . Qu’on aille pas me faire croire qu’avec ce genre de budget on peut pas embaucher au moins trois personnes réellement compétentes en interne (preuve par période d’essai + audit de code externe ponctuel ou évaluation de stabilité de l’app). Surtout que c’est pas comme si ces prestations étaient pour une durée limitée, j’ai personnellement connu au moins trois personnes qui sont sous ce type de relation contractuelle pendant des mois, voire des années.



Donc ils ont bel et bien du budget. Ils ont juste pas les couilles de se mouiller “directement” en investissant dans une personne déterminée, alors que la prestation permet de se défausser de la responsabilité sur l’entité tierce. Sauf que comme ils ne prennent jamais aucune mesure de rétorsion / compensation même quand le profil est moisi sans contestation possible, du coup l’État (donc nous citoyens) est doublement perdant. Triple même parce qu’il faut tout réécrire derrière.



On marche complètement sur la tête en terme de gestion des ressources humaines. Mais bon je crois que je n’apprends rien à tous ceux qui ont bossé ou bossent encore dans un service public.


Si leur proposition était inacceptable, pourquoi l’avoir acceptée ?


fred42

Si leur proposition était inacceptable, pourquoi l’avoir acceptée ?


Rarement vu aussi crétin comme commentaire.
Je te laisse…




  1. Relire par toi-même mon commentaire et voir où j’aurais dit que “l’offre d’emploi était inacceptable”.

  2. Réfléchir par toi-même aux différents critères qui permettent à une personne raisonnablement constituée d’accepter ou non une offre d’emploi.

  3. Réfléchir par toi-même à tout le delta qui peut exister entre une offre d’emploi et la réalité de celui-ci, car je suppose tout de même que tu as déjà bossé dans ta vie.


Citan666

Rarement vu aussi crétin comme commentaire.
Je te laisse…




  1. Relire par toi-même mon commentaire et voir où j’aurais dit que “l’offre d’emploi était inacceptable”.

  2. Réfléchir par toi-même aux différents critères qui permettent à une personne raisonnablement constituée d’accepter ou non une offre d’emploi.

  3. Réfléchir par toi-même à tout le delta qui peut exister entre une offre d’emploi et la réalité de celui-ci, car je suppose tout de même que tu as déjà bossé dans ta vie.


quand on m’écrit “réfléchir par moi même” ou “relire par moi meme” , je ne pense qu’à une chose les complotistes anti-vax. Peut être en fais tu partie ?
Surtout que pour eux réfléchir, c’est regarder des vidéos non sourcée sur YouTUbe.


Pour te rassurer, j’étais contractuels dans une société “public” (possédé par l’Etat), à l’embauche je savais que j’étais 15-20% en dessous d’une autre proposition du privé (pour le même boulot hein) mais j’ai préféré pour l’ambiance, les collègues, les projets etc.



j’en avais marre de l’ambiance politique après quelques années (on ne peut rien faire, tout prend 10ans, les directeurs te disent “oui oui” mais niveau acte il ne se passe jamais rien etc.), j’ai dit que je voulais me barrer, qu’on me proposait beaucoup mieux ailleurs etc.
Ils m’ont proposé….0 (mon manager m’a dit qu’il adorait ce que je faisais mais qu’il ne pouvait rien faire…par contre il a ramené tous ces anciens collègues d’une autre boite à des postes de directeurs, bref).



J’ai donc changé de poste, doublé (oui, doublé) mon salaire et…je ne suis revenu dans la même boite comme consultant externe facturé 1500-2000€/j….pour faire le MËME travail.



On marche sur la tête ? A peine. Parait que les boites préfèrent payer des consultants que des salaires (OPEX c’est mieux que des charges en comptabilité il parait).


Ramaloke

Pour te rassurer, j’étais contractuels dans une société “public” (possédé par l’Etat), à l’embauche je savais que j’étais 15-20% en dessous d’une autre proposition du privé (pour le même boulot hein) mais j’ai préféré pour l’ambiance, les collègues, les projets etc.



j’en avais marre de l’ambiance politique après quelques années (on ne peut rien faire, tout prend 10ans, les directeurs te disent “oui oui” mais niveau acte il ne se passe jamais rien etc.), j’ai dit que je voulais me barrer, qu’on me proposait beaucoup mieux ailleurs etc.
Ils m’ont proposé….0 (mon manager m’a dit qu’il adorait ce que je faisais mais qu’il ne pouvait rien faire…par contre il a ramené tous ces anciens collègues d’une autre boite à des postes de directeurs, bref).



J’ai donc changé de poste, doublé (oui, doublé) mon salaire et…je ne suis revenu dans la même boite comme consultant externe facturé 1500-2000€/j….pour faire le MËME travail.



On marche sur la tête ? A peine. Parait que les boites préfèrent payer des consultants que des salaires (OPEX c’est mieux que des charges en comptabilité il parait).


Merci du retour d’expérience.
Tu as répondu avant que je pose ma question :bravo:


Les budgets pour embaucher des titulaires ou des contractuels ne sont pas du tout les mêmes que les budgets utilisés pour embaucher des consultants. Pour les consultant (comme moi), c’est plutôt tiré d’un budget de fonctionnement fourre tout. Comme il est fourre tout, il est dodu.



Le problème c’est pas ceux qui embauchent, ils ont une enveloppe restreinte, c’est les règles budgétaires de l’administration qui compliquent énormément l’embauche de permanents.



(quote:2067062:dvr-x)
Visiblement tu garde un traumatisme de McKinsey




Il y a certainement de quoi être traumatisé.


Ou pas.
En tous cas, ce n’est pas le sujet de l’article.



On parle beaucoup salaire, mais ce n’est pas forcément le principal levier (forcément, sauf s’il est vraiment ridicule).
Mais il y a pleins d’autres éléments, cadre de travail, télétravail, situation géographique, avantages, souplesse horaire, etc.. beaucoup de patrons/dirigeants/managers dans le privé ou le public vivent dans le passé.
C’est la que les boites US ont une approche qui est aussi attractive souvent.



Travailler à l’ANSSI doit être formateur, doit faire beau sur le CV, mais si tu n’a pas le salaire ni les conditions qui vont bien, c’est sûr qu’ils peuvent avoir du mal..



(quote:2067078:dvr-x)
Visiblement, tu es touché par le même traumatisme :ouioui:




En fait, tu as raison. En tant que roi-président-dieu absolu de la France, Jupiter devrait avoir le droit de faire absolument n’importe quoi sans qu’on n’ait rien à redire, celui-ci sachant toujours ce qui est le mieux pour nous :chinois:


Merci de le reconnaitre :love:




(reply:2067144:phantom-lord)




Il y a un apéro en fin de séance ? :)



Alors pour le coup, c’est vraiment chose courant dans le privé…
Ramener les copains, les connaissances, tous les arrangements et les copineries, ca m’excède pas mal quand même… Il y en a aussi dans le public cela dit.



Dans les grands groupes, je le voyais à petite échelle, mais maintenant que je suis en PME, je me dis que ca fonctionne vraiment comme ca en grande partie.



Sinon, salarié vs consultants/prestataires, c’est pas les même coûts, mais ce n’est également pas les mêmes contraintes, les mêmes charges, les mêmes obligations, les mêmes complications. C’est autant effectif dans le privé que dans le public à ce niveau, sauf que dans le public, c’est plus détendu… (ca ne justifie pas le prix malgré tout..)


L’ANSSI devrait pour ma part produire des patchs prêts à l’emploi pour les entreprises, des logiciels à intégrer pour faire des réglages de sécurité en un tour de main et surveiller efficacement le SI. Et… rien !
Pour ma part, c’est une usine à neurones qui ne produit que des recommandations sous forme de présentations bureautiques et quelques document web. Une sorte de thérapie de groupe entre experts de sécurité, parfois très compétents dans leur domaine - j’en conviens, mais qui vivent sur une autre planète, à des centaines d’années lumières des besoins réels et des contraintes d’une PME/PMI française moyenne.
À l’image de nos gouvernements eurofascistes successifs, quoi…


La mission officiellement annoncée de l’ANSSI:




L’agence assure la mission d’autorité nationale en matière de sécurité des systèmes d’information. À ce titre elle est chargée de proposer les règles à appliquer pour la protection des systèmes d’information de l’État et de vérifier l’application des mesures adoptées.



Dans le domaine de la défense des systèmes d’information, elle assure un service de veille, de détection, d’alerte et de réaction aux attaques informatiques, notamment sur les réseaux de l’État




Les entreprises privées sont censées se protéger elles-mêmes. L’ANSSI protège l’état. Ils peuvent apporter leur expertise aux entreprises privées (principalement aux OIV), mais ça s’arrête là.



Les patchs de sécu ce sont aux éditeurs des logiciels à patcher de les fournir, et aux équipes internes aux entreprises de les appliquer sur leur propre SI.
Aux entreprises de déterminer les solutions de sécurité qui leur sont adaptées (ils peuvent pour cela se référer aux guides fournis par l’ANSSI), et les implémenter.



Là ce que tu demandes, c’est comme si tu disais que le service de nettoyage de ta ville devrait venir nettoyer ton logement.



hansi a dit:


L’ANSSI devrait pour ma part produire des patchs prêts à l’emploi pour les entreprises, des logiciels à intégrer pour faire des réglages de sécurité en un tour de main et surveiller efficacement le SI. Et… rien ! Pour ma part, c’est une usine à neurones qui ne produit que des recommandations sous forme de présentations bureautiques et quelques document web. Une sorte de thérapie de groupe entre experts de sécurité, parfois très compétents dans leur domaine - j’en conviens, mais qui vivent sur une autre planète, à des centaines d’années lumières des besoins réels et des contraintes d’une PME/PMI française moyenne. À l’image de nos gouvernements eurofascistes successifs, quoi…




l’anssii est à la cyber ce que le BEA est aux transports : des experts (vrais) et consultants publiant des RECOMMANDATIONS. Leur métier, aux deux institutions : la sensibilisation.
les compagnies d’avion sont évidemment (souvent) privées, et font ce qu’elles veulent
une entreprise n’a pas à se soumettre à ce qui n’est pas dans la loi ; l’anssii sensibilise, comme la drsd, en fournissant des recommandations ; si une boite veut laisser un wifi ouvert, n’inspecte pas ses stagaires ou laisse des mdp simples sur ses serveurs, rien ne peut lui obliger à la sécurisation.




JohnHostfil a dit:


Normal qu’il y ait un très fort turnover, c’est le genre de Job que tu prend pour avoir une belle ligne qui fait classe sur ton CV et qui te permettra ensuite de te faire embaucher dans le privé pour un bien meilleurs salaire.




alain juillet, thinkerview : aux US, les politiques se font un nom dans le public, puis se refont une santé quatre ans dans le privé, et aux prochaines élections, remouillent la chemise.
énormément font pareil en france, tous les mois, suffit de jeter un oeil aux nominations. c’est l’intelligence économique, NXI suit (enfin) la lettre A, maiss yen a beaucoup d’autres, et les nominations public/privé sont très fréquentes (le peuple déteste, mais c’est un mal nécessaire)



ca me rappelle la diharré d’un GJ qui disait pour les homars d’un élu “tous au smique seule sullotuion” (copié collé ftvinfo) ; il a juste oublié que si on prend des CAP pour gouverner, bercy risque d’avoir un peu du mal à jouer avec des zéros financiers… alors que l’état, c’est les finances publiques..



pour info c’est la drsd qui agit en entreprise, pas l’anssii :)


c’est marrant, dans ma (grosse) boîte on aimerait bien que les équipes Sécurité mouillent un peu plus la chemise et, par exemple quand ils nous imposent un outil pour gérer les authentifications, nous fournissent des connecteurs pour les langages principaux.
Mais non, rien, ils se contentent de donner les directives, c’est aux dévs de s’occuper de l’implémentation. L’ANSSI, c’est un peu pareil, au niveau supérieur. Sauf que si dans ma boîte les équipes sécurité sont aussi responsables que d’autres de ce qui est fait, l’ANSSI n’est absolument pas responsable de ce que font toutes les sociétés de France et de Navarre. Sinon, ils ne seraient pas en galère d’une vingtaine de poste, il leur en manquerait des centaines !



Patch a dit:


En fait, tu as raison. En tant que roi-président-dieu absolu de la France, Jupiter devrait avoir le droit de faire absolument n’importe quoi sans qu’on n’ait rien à redire, celui-ci sachant toujours ce qui est le mieux pour nous :chinois:




Une enquête est ouverte au PNF.
Et c’est hors sujet par rapport à la news.



(quote:2067094:dvr-x)
Vous aurez peut être un tarif de groupe pour la thérapie ;)




On finira en TA.




Les Traumatisés Anonymes.



:transpi:


J’aimerais bien entendre un recruteur de l’ANSSI pour qu’il expose ses arguments pour les rejoindre.



Ou y a-t-il des membres de l’ANSSI qui peuvent exposer leurs conditions de travail ?


Normal qu’il y ait un très fort turnover, c’est le genre de Job que tu prend pour avoir une belle ligne qui fait classe sur ton CV et qui te permettra ensuite de te faire embaucher dans le privé pour un bien meilleurs salaire.



Ramaloke a dit:



On marche sur la tête ? A peine. Parait que les boites préfèrent payer des consultants que des salaires (OPEX c’est mieux que des charges en comptabilité il parait).




C’est pas complètement faux. D’une, certaines cotisations que paient une entreprise est basée sur la masse salariale (taxe d’apprentissage, comité d’entreprise quand il y en a un, participation de l’employeur à l’effort de construction etc…). Plus de consultants donc moins de masse salariale, donc moins de charges.



De deux, un consultant est “virable” facilement, contrairement à un salarié => gain en flexibilité. Et virer un consultant ne coute pas cher, contrairement à un licenciement (même un licenciement dit “économique” coute très cher).



Restructurer une entreprise faisant appel à des consultants est plus simple qu’avec des employés car il n’y a aucune obligation de “recaser” le consultant.



Voilà, donc oui, si on regarde sur un mois, ça coute plus cher. Sur on regarde sur des années, ça peut couter moins cher (un mauvais recrutement peut coute très cher, une personne enchainant les arrêts maladie aussi, la formation également, etc…)



Citan666 a dit:


Rarement vu aussi crétin comme commentaire.




C’est celui qui dit qui l’est ! :langue:





  1. Relire par toi-même mon commentaire et voir où j’aurais dit que “l’offre d’emploi était inacceptable”.




Perso, ils m’ont bien niqué au niveau de la rémunération.



Mais, j’ai peut-être surinterprété à moins que ça soit toi qui as surexprimé ton mécontentement.


Donc apparemment la stupidité du commentaire ne venait pas de nulle part.
Puisqu’apparemment tu ne sais pas parler français et ne réalise même pas ce que tu dis…



1/ “Pourquoi as-tu accepté si c’était inacceptable” ? -> Tu modifies la teneur de mon commentaire en posant le postulat que l’offre d’emploi était inacceptable, et sous-entend ainsi que par essence c’est moi qui ai commis une erreur en acceptant.
Préjugement moisi qui ne t’honore pas, premier point.



2/ J’ai parlé du SALAIRE uniquement. Si t’es un mec cupide dont le choix du taff est uniquement motivé par l’argent, mes condoléances pour ton esprit (et ton entourage probablement). En l’occurrence, une personne normale va chercher à déterminer ce que lui apporte un job en termes de gratifications financière bien sûr (l’argent ne fait pas le bonheur mais il y aide bien quand même), mais aussi intellectuelle (apprendre ou renforcer des compétences), spirituelle (agir de manière conforme à ses valeurs) et sociale (réputation / reconnaissance directe ou indirecte, y compris de soi envers soi-même).
Sur le papier, le salaire était en-dessous de ce à quoi j’aurais pu prétendre dans une boîte privée, mais était honnête compte tenu du périmètre de missions présenté et du fait que sur certains aspects j’étais un peu faible par rapport au besoin (avec l’idée que j’allais pouvoir progresser rapidement dans ce domaine).
Bref, un des quatre axes était “juste correct”, mais les trois autres étaient nickel : bosser dans un service public (donc forcément faire qqchose d’utile et constructif pour la société n’est-ce pas ?) et pouvoir mener à bien un projet de A à Z en montant une équipe (tope le spirituel), quitte à bosser comme un forcené pour me mettre à niveau sur tout point utile ASAP (tope l’intellectuel), et avoir une expérience dont je puisse être fier moi-même et qui soit un bon tremplin pour une suite dans l’administration ou ailleurs (tope le social).



Sauf que, et c’est la raison du troisième point que tu aurais dû chercher histoire de réfléchir un peu pour changer.
-> La manière dont a été géré le projet, sur lequel contrairement à ce qui était annoncé je n’ai pas eu la main, a abouti à un crunch pire que dans la pire boîte de jeux vidéos, le pire étant que ça n’est venu que de l’incompétence du chef de projet, alors qu’à la base même en tenant compte d’un temps de formation initial c’était gérable dans les temps.
-> Les missions qu’on m’a confiées équivalaient à quasiment trois boulots à temps plein, et mes alertes tout comme mes suggestions de compromis pour arriver à peu près à les tenir ont été ignorées. Du coup tu comprendras aisément que l’appréciation du salaire ne pouvait plus être la même.



3/ Je ne parlais pas uniquement de mon cas. Mon équipe a subi un prestataire “expert” aussi bon en développement que moi en mécanique (je te laisse deviner) facturé 1500e/j pendant plusieurs années, quand à côté de ça deux mecs fonctionnaires étaient payés à peine mieux, pour l’un, nettement moins que moi pour l’autre… Alors qu’ils avaient une compétence impressionnante et une implication qui forçait le respect, et qu’ils ont porté, sur le projet, la moitié des aspects dev (fonctionnalités touchy que personne d’autre, et certainement pas “l’expert” aurait pu écrire) et ops (mise en place de TOUTE l’infra) à eux seuls.
Un de leurs collègues d’un autre service était passionné d’informatique, débrouillard, dynamique, rigoureux, mais il stagne parce qu’il a un problème de dyslexie qui lui pourrit la vie lors des concours internes pour lesquels le plus important est de savoir écrire de jolies formules de politesse que de montrer sa compétence technique.



C’est juste, aberrant.




meyrand018 a dit:


quand on m’écrit “réfléchir par moi même” ou “relire par moi meme” , je ne pense qu’à une chose les complotistes anti-vax. Peut être en fais tu partie ? Surtout que pour eux réfléchir, c’est regarder des vidéos non sourcée sur YouTUbe.
Ok, j’ai trouvé encore plus stupide comme commentaire. Bravo à toi.




(quote:2067160:dvr-x)
Il y a un apéro en fin de séance ? :)




Dans un sens ( :devil: ), j’espère pas.
Sinon si t’es aussi aux AA, tu ne peux donc pas aller aux TA, en tout cas pas sereinement :D



Citan666 a dit:


Donc ils ont bel et bien du budget. Ils ont juste pas les couilles de se mouiller “directement” en investissant dans une personne déterminée, alors que la prestation permet de se défausser de la responsabilité sur l’entité tierce.




C’est surtout qu’un prestataire, c’est simplement du budget de fonctionnement. Alors qu’un recrutement, c’est un fonctionnaire de plus, et ça, politiquement, c’est compliqué.


Où ? Paris, bientôt Rennes.



Faudrait voir plus large en France pour attirer d’autres profils, surtout qu’il y a déjà des correspondants ANSSI régionaux et des Campus Cyber régionaux qui ouvrent. Qu’ils saisissent l’opportunité !



(reply:2067160:dvr-x)




Ca reste surtout absurde dans le sens où dans mon cas, je suis toujours salarié, de la même convention collective avec le même type de contrat de travail, juste le nom sur l’en-tête qui change. Et de toutes façons virer quelqu’un, depuis la réforme des indemnités de licenciements, ça ne coute plus rien à une entreprise (quelques milliers d’€ pour une boite c’est des cacahuètes), donc CDI c’est plutôt jusqu’à ce que ton employeur veut bien.



C’est dans ce sens là que c’est aberrant, l’uberisation du travail en fait c’est détruire volontairement un système (salariat) par des logiques de fonctionnement comptable, puis de dire “les CDI et le salariat c’est de l’assistanat” après l’avoir soi-même tué.



Un peu ce qui se passe avec EDF avec l’ARENH : On le force à financier lui-même à perte ses concurrents et après on nous dit en boucle “EDF est déficitaire, le nucléaire ça coûte cher, on a plus les compétences”.



Difficile de faire meilleurs exemples pour “quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage”.



Patch a dit:


En fait, tu as raison. En tant que roi-président-dieu absolu de la France, Jupiter devrait avoir le droit de faire absolument n’importe quoi sans qu’on n’ait rien à redire, celui-ci sachant toujours ce qui est le mieux pour nous :chinois:





Je comprends cette saine colère :incline:



:mad: :duel1: :craint: :oops: :sucre:


Moi c est ceux qui ne sont pas en colère que je ne comprends pas:
Une boite américaine qui nous dit comment gérer la vie des français et qui ne paye même pas ces impôts en France!? il faut vraiment être aveugle et sourds pour ne pas comprendre qu il y a un problème….


Ils n’ont qu’a recruter chez les commentateurs de NXI, on a un nid d’informaticiens experts en tout, ici.



Drepanocytose a dit:


Ils n’ont qu’a recruter chez les commentateurs de NXI, on a un nid d’informaticiens experts en tout, ici.




HFR>NXI>all ;)
hfr est un ptin de réseau :D



(reply:2067272:::1)



mais après faut admettre, c’est pas des bosseurs, dans le privé c’est pas souvent 19h à la maison.. eux c’est presque tous les jours :P




Effectivement, je suis dans le privé, je suis jamais rentré à 19h à la maison. En fait je ne suis même jamais rentré après 18h40 :D



fdorin a dit:


C’est pas complètement faux. D’une, certaines cotisations que paient une entreprise est basée sur la masse salariale (taxe d’apprentissage, comité d’entreprise quand il y en a un, participation de l’employeur à l’effort de construction etc…). Plus de consultants donc moins de masse salariale, donc moins de charges.



De deux, un consultant est “virable” facilement, contrairement à un salarié => gain en flexibilité. Et virer un consultant ne coute pas cher, contrairement à un licenciement (même un licenciement dit “économique” coute très cher).



Restructurer une entreprise faisant appel à des consultants est plus simple qu’avec des employés car il n’y a aucune obligation de “recaser” le consultant.



Voilà, donc oui, si on regarde sur un mois, ça coute plus cher. Sur on regarde sur des années, ça peut couter moins cher (un mauvais recrutement peut coute très cher, une personne enchainant les arrêts maladie aussi, la formation également, etc…)




Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis. Cela dit, j’apporterais quelques nuances…
1/ Embaucher quelqu’un en interne, à fortiori en CDI, ça permet aussi de se projeter sur un temps plus long et donc mieux gérer le “tuilage” (ce terme magique désignant le transfert / partage de compétences et connaissances) et mettre en place une stratégie d’autonomie.



Cela dit ce n’est en rien contradictoire avec ce que tu dis. Ce sont juste deux approches différentes vis-à-vis de l’activité de l’entité. Je regrette juste que, si j’en crois mon expérience comme les témoignages des gens que je croise, la tendance dans le public soit à l’asséchement des compétences en interne pour privilégier les prestations censément “ponctuelles”.



2/ “Un mauvais recrutement coûte cher. ”
Bah je peux te confirmer que ça coûte potentiellement beaucoup moins qu’un presta quand tu embauches celui-ci pour des mois. :mdr: Tout dépend des profils et la durée de la mission finalement.
Mon cas particulier du presta pendant 3 ans ne semble pas si particulier, en tout cas dans l’administration où j’étais : j’ai croisé au moins trois autres prestas qui bossaient depuis des mois et y bossent toujours aujourd’hui.



3/ Un salarié n’est pas virable facllement
Ma foi, autant pour les fonctionnaires cela semble vrai, autant pour les contractuels en CDD puisque a) ce sont généralement des CDD entre 1 et 2 ans et b) jusqu’à récemment tu ne touchais aucune prime de précarité (et maintenant ça existe mais uniquement pour une petite partie des CDD) ce n’est pas si compliqué. Au pire tu ne renouvelles pas, point.



4/ Un prestataire apporte-t-il une garantie en responsabilités ?
Ce pourrait (devrait ?) être l’argument premier du recours à la prestation de services : on paye, cher, un expert, donc on doit pouvoir le shooter quand ça se passe mal, et ça justifie le prix. N’est-ce pas ?
Sauf que dans les faits jamais rien n’est fait envers les entreprises prestataires. Au mieux le presta concerné est remplacé et… C’est tout. Entre les conditions contractuelles des entreprises, bien ficelées et rarement discutées, et la part de responsabilité qu’ils peuvent imputer à l’État même du fait de l’imprécision ou des revirements en interne (parce qu’il faut le reconnaître, il y a souvent beaucoup de gens qui veulent chacun contribuer à la décision et ça aboutit à de beaux bordels)…
Sauf faute avérée et indiscutable (assez rare), les responsabilités sont suffisamment diluées pour que l’État ait difficilement moyen de monter un dossier.
D’autant qu’évidemment ça ne contribue pas aux relations commerciales derrière. xd



Bref, dans les faits, quand tu n’as pas côté administration quelqu’un suffisamment compétent pour repérer les incapables et assez couillu pour les jarrter, le surcoût t’apporte assez peu de sécurité.
Entre un contractuel payé 3000 euros par mois (ça existe ? xd) et un prestataire facturé 500 euros par jour sur 10 jours, avec des horizons de maintien de la relation tous les deux-trois mois, ça peut se justifier. Remplace le contractuel par un fonctionnaire payé 2000, c’est déjà plus dur.
Prend le même prestataire, considère un “mandat” de plein temps (20 jours ouvrés) sur 6 mois, la question de la pertinence se pose déjà nettement plus.
Considère maintenant un “senior” (entre 1000 et 2000 euros/ jour selon l’entité, le degré d’expertise et le sujet abordé) dont tu sais d’avance que tu en auras l’usage pendant des mois… Combien de contractuels peux-tu embaucher avec un budget salarial équivalent ?



C’est vraiment de la poudre aux yeux, de la gestion court-termiste dont on met les conséquences sous le tapis. D’autant que…



5/ L’ interne (contractuel ou fonctionnaire), tu peux nettement plus facilement le “gérer” au final, qu’il s’agisse de redéfinir ses missions, lui “imposer” une formation pour monter en compétence ou simplement lui ordonner de refaire un taff jugé insuffisant.
Dans un cadre de prestations, a moins d’avoir vraiment des specs bien établies d’avance et une obligation de résultat (rare), va-t-en prouver que le taff a été mal fait… C’est possible, mais compliqué et coûteux en temps, peu s’y risquent.




(quote:2067222:alex.d.)
C’est surtout qu’un prestataire, c’est simplement du budget de fonctionnement. Alors qu’un recrutement, c’est un fonctionnaire de plus, et ça, politiquement, c’est compliqué.




Je veux bien te croire, mais j’aimerais une explication du coup si tu en as une. Parce que ça me dépasse, honnêtement (à fortiori puisque le cadre de “contractuel” existe). xd


Ca dépend aussi la finalité de l’embauche : Je vais paraitre un peu “crû” mais beaucoup d’employés sont des emploies fictifs (c’est plus le cas dans le public que dans le privé mais y’en a des deux côtés).



Pour avoir assez bien connu le monde des fonctionnaires (même si je ne l’ai jamais été moi-même), tu as quand même un bon paquet qui ne servent à rien (littéralement) :
-Ils sont incompétents (je ferai le travail de la semaine de tout un service en 12 journée, et encore, et je ne me jette pas des fleurs là).
-N’ont aucune envie d’apprendre (forcément que tu fonctionne comme ça depuis des années)
-Font à peine leurs heures (pourquoi s’embêter si ça passe ?)
-Fonctionnent comme ça depuis des années (voire des dizaines ?), donc à la limite du récupérable
-Cause de tout ça : Invirable (status, syndiqué, règle qu’on ne vire pas, paix social etc.)



C’est assez “connu” quand tu connais des responsables/manager chez les fonctionnaires qu’une équipe chez eux ça tourne avec 2-3 personnes qui “travaillent” vraiment sur 8-10. Dans le privé souvent on parle de 2-3 “bon” sur 8-10 “correct/mauvais” (selon les périodes ça change, on est tous le con de quelqu’un). Dans le public tu as une bonne moitié d’emploi fictif à minima (variant selon les postes/régions/directions évidemment).
J’en ai même qui m’ont dit que c’était normal, c’est fait pour “donner du travail à des gens qui n’en auraient jamais”, façon salaire à vie de Friot, ce qui revient à ça. Quitte à faire ça, autant donner un vrai salaire à vie et les dégager quand même, car ça bloque des améliorations et le travail doit quand même être fait.



Faut être né de la dernière pluie pour ne pas comprendre que l’Humain est fainéant et que si tu ne sanctionnes jamais, tu auras une grosse proportion qui feront ce qu’ils ont envie de faire (c’est à dire se la couler douce, discuter et se barrer tôt, c’est humain).



Ps : Et je confirme aussi que beaucoup de manager dans la fonction publique font volontairement évoluer les mauvais éléments car c’est le SEUL moyen pour eux de s’en débarrasser et refuse les promotions des “bons” car ils en ont besoin pour faire tourner le service…



On doit connaitre les mêmes, quand on va vers eux en leur demandant comment implémenter/configurer tel ou tel trucs pour répondre aux normes de sécurité, ils nous répondent qu’on fait ce qu’on veut tant qu’on prend la responsabilité en gros :D


Je ne peux que saluer le développement de commentaires argumentés et détaillés, mais je pense que tu aurais intérêt à faire tout de même un peu moins long car on a tendance à lire un peu en diagonale tes commentaires quand on voit la longueur d’un comme celui-ci :-) .



J’ai dit “on” peut-être abusivement, en tous cas, “j’ai” tendance à le faire, même à la base j’ai envie de tout lire.


Une fois il y a environ 4 ans j’avais regardé par curiosité : ils demandaient beaucoup de compétences/expériences pour une paie pas vraiment pas terrible.



Citan666 a dit:


Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis. Cela dit, j’apporterais quelques nuances… 1/




Merci. Et je vais me permettre d’ajouter des nuances aux nuances ;)




Embaucher quelqu’un en interne, à fortiori en CDI, ça permet aussi de se projeter sur un temps plus long et donc mieux gérer le “tuilage” (ce terme magique désignant le transfert / partage de compétences et connaissances) et mettre en place une stratégie d’autonomie.



2/ “Un mauvais recrutement coûte cher. ” Bah je peux te confirmer que ça coûte potentiellement beaucoup moins qu’un presta quand tu embauches celui-ci pour des mois. :mdr:




Tout est dans le potentiellement ;) Je peux te garantir que j’ai déjà vu le contraire ! Un mec pas au niveau, qui ne fait pas (ou très mal) son boulot, obligeant les autres à repasser derrière. Invirable, car bossant dans une entité “régionale”, personne ne veut prendre la décision de mettre fin à son contrat depuis la fusion des régions (c’est tellement la guerre parfois entre les services…)




3/ Un salarié n’est pas virable facllement Ma foi, autant pour les fonctionnaires cela semble vrai, autant pour les contractuels en CDD puisque a) ce sont généralement des CDD entre 1 et 2 ans et b) jusqu’à récemment tu ne touchais aucune prime de précarité (et maintenant ça existe mais uniquement pour une petite partie des CDD) ce n’est pas si compliqué. Au pire tu ne renouvelles pas, point.




J’ai l’impression (à toi de me corriger si je me trompe) que tu fais référence à des emplois dans le public ou l’administration. Pour les CDD, la prime de précarité par exemple, c’est la norme (et pas pour une petite partie des CDD, mais pour tous, en tout cas dans le privé).



Si tu te rends compte au bout de 6 mois que la personne ne fait pas l’affaire ou a arrêté de bosser, et que le CDD est d’une durée de 1 an, tu as encore 6 mois à attendre avant de mettre fin au contrat. Avec l’effet pervers possible que le salarié ne travaille plus si tu lui dis qu’il ne sera pas renouvellé. Du coup, non seulement il ne rempli pas sa mission, mais en plus tu le payes.



Enfin, il n’est pas rare d’avoir dans le public des plans triennaux, quadriennaux, etc… pour lesquels le recours en CDD est normalement banni de par leur durée (donc CDI obligatoire). Sauf que… qu’est-ce qu’on fait au bout de 3 ou 4 ans quand le besoin n’est plus là ?



L’externalisation permet d’avoir un cout défini à l’avance sans engagement (coût qui sera plus élevé que l’internalisation, je le concède)




4/ Un prestataire apporte-t-il une garantie en responsabilités ? Ce pourrait (devrait ?) être l’argument premier du recours à la prestation de services : on paye, cher, un expert, donc on doit pouvoir le shooter quand ça se passe mal, et ça justifie le prix. N’est-ce pas ? Sauf que dans les faits jamais rien n’est fait envers les entreprises prestataires. Au mieux le presta concerné est remplacé et… C’est tout.




Dans un sens, c’est déjà pas mal. Remplace presta par salarié, et tu ne peux pas le remplacer ;)




C’est vraiment de la poudre aux yeux, de la gestion court-termiste dont on met les conséquences sous le tapis. D’autant que…




Entièrement d’accord. On préfère payer plus cher sur du court-terme que d’investir sur le long terme (et souvent payer moins cher).




5/ L’ interne (contractuel ou fonctionnaire), tu peux nettement plus facilement le “gérer” au final




Ah là, on n’est pas d’accord. Un interne “volontaire” oui, tu peux facilement le gérer. Un “interne qui n’y met pas du sien” non. Il s’opposera à tout changement, ne sera pas productif dans son travail, fera perdre du temps aux collègues qui doivent repasser derrière, sans compter les innombrable réunion pour savoir ce que l’on fait de lui sans jamais réussir à prendre la décision de le virer (et le pire, c’est que je ne caricature pas, je constate ça chez un client :craint: )



Ramaloke a dit:


Ps : Et je confirme aussi que beaucoup de manager dans la fonction publique font volontairement évoluer les mauvais éléments car c’est le SEUL moyen pour eux de s’en débarrasser et refuse les promotions des “bons” car ils en ont besoin pour faire tourner le service…




Principe de Dilbert :chinois:



Ramaloke a dit:


[..] J’ai donc changé de poste, doublé (oui, doublé) mon salaire et…je ne suis revenu dans la même boite comme consultant externe facturé 1500-2000€/j….pour faire le MËME travail.



On marche sur la tête ? A peine. Parait que les boites préfèrent payer des consultants que des salaires (OPEX c’est mieux que des charges en comptabilité il parait).




Ben oui, et surtout on n’a pas toujours besoin des gens sur des années, c’est plus rationnel de garder quelqu’un quelques mois à 3-5 ans et ensuite recourir à une autre personne selon les besoins et la spécialité.



Les boîtes privées ne sont pas parfaites mais normalement elles savent compter leur argent.




Nanarovic a dit:


Merci du retour d’expérience. Tu as répondu avant que je pose ma question :bravo:



fdorin a dit:


[..]
De deux, un consultant est “virable” facilement, contrairement à un salarié => gain en flexibilité. Et virer un consultant ne coute pas cher, contrairement à un licenciement (même un licenciement dit “économique” coute très cher).




Sans parler de vouloir virer, c’est surtout qu’on peut être engagé pour une mission qui dure plus d’un an, mais pas non plus 3 ou 5 ans.




Voilà, donc oui, si on regarde sur un mois, ça coute plus cher. Sur on regarde sur des années, ça peut couter moins cher (un mauvais recrutement peut coute très cher, une personne enchainant les arrêts maladie aussi, la formation également, etc…)




En effet.


Il y a un truc sur lequel les boites et les organismes publics ne se jettent pas, et c’est bien dommage :



Les CDI-C (les CDI de Chantier). Ce serait parfaitement adapté, me semble-t-il, aux typologies de missions dont vous parlez ici, et pour les deux parties, employeur et employé, cela n’a que du positif.



Expérience assez récente : J’ai fait 2 CDD de 6 mois (durée maximale possible) dans des organismes qui ont, on va dire, une mission de service public, parce que, conventionnellement, ce n’est pas possible de faire plus de 6 mois de CDD dans un organisme, et ce définitivement.



Alors que le besoin n’était pas épuisé… Et donc, pour reprendre une personne pour la fonction, tu dois en recruter une a nouveau + la former… Truc stupide !


Eviv_Bulgroz

Il y a un truc sur lequel les boites et les organismes publics ne se jettent pas, et c’est bien dommage :



Les CDI-C (les CDI de Chantier). Ce serait parfaitement adapté, me semble-t-il, aux typologies de missions dont vous parlez ici, et pour les deux parties, employeur et employé, cela n’a que du positif.



Expérience assez récente : J’ai fait 2 CDD de 6 mois (durée maximale possible) dans des organismes qui ont, on va dire, une mission de service public, parce que, conventionnellement, ce n’est pas possible de faire plus de 6 mois de CDD dans un organisme, et ce définitivement.



Alors que le besoin n’était pas épuisé… Et donc, pour reprendre une personne pour la fonction, tu dois en recruter une a nouveau + la former… Truc stupide !


C’est là où les ESN/SSII joue un rôle qui a de l’utilité : proposer des gens formés aux clients et adapté à chaque mission, l’avantage pour les salariés (si la société fait correctement son boulot) est d’avoir de la formation régulière et de pouvoir évoluer à long terme, et aussi de pouvoir se concentrer sur le travail principal au lieu de la recherche de nouvelle mission tous les 6 mois (+ avoir le statut salarié avec le salaire régulier, les congés et la mutuelle, en particulier).


OlivierJ

C’est là où les ESN/SSII joue un rôle qui a de l’utilité : proposer des gens formés aux clients et adapté à chaque mission, l’avantage pour les salariés (si la société fait correctement son boulot) est d’avoir de la formation régulière et de pouvoir évoluer à long terme, et aussi de pouvoir se concentrer sur le travail principal au lieu de la recherche de nouvelle mission tous les 6 mois (+ avoir le statut salarié avec le salaire régulier, les congés et la mutuelle, en particulier).


Avec les ESN/SSII, il y a le risque de délit de marchandage ce qui n’est pas le cas avec le CDI-C.


fred42

Avec les ESN/SSII, il y a le risque de délit de marchandage ce qui n’est pas le cas avec le CDI-C.


On est d’accord.


OlivierJ

C’est là où les ESN/SSII joue un rôle qui a de l’utilité : proposer des gens formés aux clients et adapté à chaque mission, l’avantage pour les salariés (si la société fait correctement son boulot) est d’avoir de la formation régulière et de pouvoir évoluer à long terme, et aussi de pouvoir se concentrer sur le travail principal au lieu de la recherche de nouvelle mission tous les 6 mois (+ avoir le statut salarié avec le salaire régulier, les congés et la mutuelle, en particulier).


SSII? Formations?



MOUAHAHAHAHAHAHA :mdr2: :mdr2: :mdr2:



Tu m’as refait ma journée :yes:



15 ans en SSII/ESN, 2 formations, une seule qui venait de moi, et obtenue grâce à une magouille de mon client à l’époque. Ca a été une des raisons de mon départ (il y avait aussi le manque de considération hiérarchique, le plafond de verre en terme de responsabilité, et les 3 cacahuètes qu’on me jetait en guise de salaire)
Ils ont même préféré refourguer un super projet à un sous-traitant que de me former ISO27001/Lead Implementer pour me faire monter en compétence sur ces méthodologies… pas duuuu touuuut recherchées (c’était en 2012, des visionnaires je vous le dis) :mad2:



J’ai toujours résisté à cette ambiance que les SSII ne servent que à intégrer des boites plus difficiles à atteindre par voie directe pour se faire embaucher.
Et cette loyauté n’a été que dans un sens: chers ex-collègues, n’ayez pas de scrupules, vraiment. Et pas d’inquiétudes à avoir avec le délit de marchandage, vous êtes en principe bien placés pour savoir pourquoi, commercialement parlant ;)



fred42 a dit:


Avec les ESN/SSII, il y a le risque de délit de marchandage ce qui n’est pas le cas avec le CDI-C.




En pratique le risque est assez faible, et puis il y a le contournement avec le mode “centre de service” (c’est assez hypocrite).




Eviv_Bulgroz a dit:


On est d’accord.




Je crois que je n’ai vu qu’une fois ce souci arriver autour de moi, en pas mal d’années et plusieurs boîtes.




inextenza a dit:


SSII? Formations?
[..]
15 ans en SSII/ESN, 2 formations, une seule qui venait de moi, et obtenue grâce à une magouille de mon client à l’époque. Ca a été une des raisons de mon départ




J’ai bien dit “si la SSII fait son boulot”, et ça dépend aussi du chef direct. Dans ton cas c’est assez nul c’est certain. J’ai fait 3 ESN un peu importantes (en terme d’effectif) et j’ai eu des formations quand j’ai demandé (pas loin d’une semaine par an), sauf à une époque de 2-3 ans avec un mauvais responsable.




J’ai toujours résisté à cette ambiance que les SSII ne servent que à intégrer des boites plus difficiles à atteindre par voie directe pour se faire embaucher.




Ça sert aussi à ça, mais pas forcément. C’est un aspect intéressant pour le salarié (nous, on peut tester la boîte) et pour l’entreprise finale. Vu de la SSII, c’est une chose plutôt normale tant que le salarié en moyenne reste un certain temps dans ses effectifs.


C’était visiblement la politique de la SSII (Alten en l’ocurrence) car j’en ai eu des “responsables ingénieurs” (qui pouvaient être des directeurs de département, car quand on a quelques années de boutique, on passe dans la case sénior, comprendre: on n’a plus besoin de te consacrer autant de temps, donc on te file à ceux qui n’en n’ont du coup pas) en 15 ans de boite ;)
Mon erreur a été de ne pas avoir montré les crocs, car c’est complètement attaquable (tous mes bilans annuels mentionnent des besoins de formation, jamais acceptées).



Pour le recrutement, c’est surtout selon le volume par client. Si c’est un de temps en temps, ça passe dans les lignes commerciales (un de pris, une mission de vendue en compensation). Par contre, j’ai eu le cas d’un très gros client (chez qui je suis resté en régie pendant 7 ans!) qui a eu une politique de renforcement des équipes. Il a pompé tous les jeunes développeurs prestataires chez lui. Là, ça a couiné, c’est quand même l’un des gros gagne-pains d’une SSII, le jeune dev. C’est la seule fois où j’ai vu (et subi) un pacte de non agression. C’est à dire, fin du marchandage contre apaisement juridico-commercial (les 2 parties avaient à y perdre, probablement davantage le client).



Après oui, les SSII, c’est bien également pour trouver sa voie dans des milieux professionnels très diversifiés. En tout cas, ça a été mon cas.