La justice allemande au secours des parents d'un ado soupçonné de piratage

Tarif étudiant

La justice allemande au secours des parents d’un ado soupçonné de piratage

La justice allemande au secours des parents d'un ado soupçonné de piratage

La Cour Fédérale allemande vient de rendre une décision qui fait beaucoup de bruit outre-Rhin. Ce tribunal placé au sommet de l'ordre juridictionnel allemand a en effet jugé que les parents d'un garçon de 13 ans ayant partagé plus d'un millier de chansons en peer-to-peer n’étaient pas responsables des téléchargements illégaux effectués par leur enfant.

Janvier 2007. Une adresse IP allemande est repérée par les radars des ayants droit. Un total de 1 147 fichiers audio est partagé illégalement depuis cette ligne Internet. Une plainte contre X est déposée, et une enquête permet d’identifier l’abonné en question.

 

En août, la police intervient au domicile du couple visé et saisit un ordinateur, sur lequel sont installés deux logiciels de peer-to-peer , Bearshare et Morpheus. Problème : l’appareil saisi est en fait celui du fils de ce couple d’Allemands, âgé de 13 ans.

200 euros par chanson 

En dépit des éléments à charge contre l'adolescent, les parents refusent de conclure un accord avec les ayants droit, qui réclament un dédommagement. L’affaire se poursuit alors devant les tribunaux. Le 30 mars 2011, les parents sont condamnés à indemniser les ayants droit à hauteur de 200 euros par chanson, sur la base de 15 titres seulement. Autrement dit, ils doivent s'acquitter de 3 000 euros de dommages et intérêts, auxquels il faut ajouter différents frais d’un montant avoisinant les 2 380 euros.

 

Les parents font appel, et se voient à nouveau éconduits par la cour d’appel de Cologne, qui estime le 23 mars dernier que ceux-ci ont manqué à leur devoir de surveillance de leur fils. Les magistrats ont effectivement jugé que les parents auraient du s’assurer (notamment grâce à certains programmes informatiques) que l'adolescent n’utilisait pas de logiciel de P2P sur son ordinateur pour partager illégalement des œuvres protégées.

La Cour Fédérale allemande casse finalement le jugement d’appel

Cependant, la Cour Fédérale allemande vient de casser la décision de seconde instance. En effet, les magistrats de Karlsruhe ont décidé la semaine dernière que les parents avaient suffisamment rempli leurs obligations, notamment en apprenant à leur fils ce qu’il fallait faire et ce qu’il ne fallait pas faire sur Internet, y compris télécharger illégalement. Cela signifie que contrairement à ce qu’avançaient les juges de la cour d’appel de Cologne, les parents ne sont pas tenus de vérifier que leur progéniture s’adonne au piratage d’œuvres protégées ou installe des logiciels à cette fin. Un avertissement des risques liés à ces pratiques illicites reste suffisant, du moins tant que les parents n’ont pas de « bonnes raisons » de croire que leurs bambins téléchargent illégalement des fichiers. 

Commentaires (49)


1147 sons à 13 ans ? Ca fait beaucoup je trouve <img data-src=" />


Comme l’HADOPI un avertissement.


3300 à 39 ça choque pas <img data-src=" />


1147 chansons ça va très vite.

Ça ne s’appelle pas l’industrie de la musique pour rien <img data-src=" />


Un peu de bon sens quelque part, ça fait du bien

C’est cassable ce jugement? Au moins par la CJUE j’imagine?




a cour d’appel de Cologne, qui estime le 23 mars dernier que ceux-ci ont manqué à leur devoir de surveillance de leur fils. Les magistrats ont effectivement jugé que les parents auraient du s’assurer (notamment grâce à certains programmes informatiques) que l’adolescent n’utilisait pas de logiciel de P2P sur son ordinateur pour partager illégalement des œuvres protégées.



Y sont déconnectés de la réalité c’est pas possible autrement..

Je vois mal mes parents, et je dois pas être le seul, venir installer des logiciels espions sur mon PC. <img data-src=" />


Chez nous, c’est le propriétaire de la ligne qui est poursuivi. Et sachant que les opérateurs proposent tous un wifi quasi publique sur leurs boxes…. on n’est pas arrivé !








MrOut a écrit :



Je vois mal mes parents, et je dois pas être le seul, venir installer des logiciels espions sur mon PC. <img data-src=" />





Oui et encore faut-il les connaitre, savoir les installer, savoir les utiliser…









FrenchPig a écrit :



Oui et encore faut-il les connaitre, savoir les installer, savoir les utiliser…





Clairement.

Comme quoi, HADOPI n’a pas inventé son “défaut de sécurisation aggravé”.









FrenchPig a écrit :



Oui et encore faut-il les connaitre, savoir les installer, savoir les utiliser…





Sachant que ton gamin en sait peut-être plus que toi c’est peine perdu <img data-src=" />



<img data-src=" /> J’ai pas trop comprite cette histoire …



Ca signifie que, pour les parents, le piratage a eu lieu a l’insu de leur plein gré ? <img data-src=" />








NeOmega a écrit :



Sachant que ton gamin en sait peut-être plus que toi c’est peine perdu <img data-src=" />







oui et pourtant tu es responsable de ses actes.

On a pas fini de voir des situations ubuesques



Très bien ! les parents n’ont pas à espionner leurs enfants <img data-src=" />



J’ai une ado à la maison et tout repose sur la confiance. Elle connait les règles, et elle sait que je ne me permettrais jamais de fouiller ses affaires, ordi inclus. Mais elle sait aussi que si elle rompt cette confiance, elle devra en subir les conséquences.



De toute manière, elle sait très bien que pour les films de vacances et les sessions de karaoké familiale elle doit demander à maman !<img data-src=" />








clickux a écrit :



oui et pourtant tu es responsable de ses actes.

On a pas fini de voir des situations ubuesques





Pour HADOPI, pas de problème, c’est un défaut de sécurisation!



Quoi, il n’y pas de logiciel de disponible pour protéger votre connexion? Bah tant pis, si on vous chope, vous êtes coupables.



Pas de situation ubuesque pour HADOPI!



A priori, ce qui sauve les parents, c’est qu’ils ont fait ce qu’il fallait pour dire à leur gamin qu’il ne fallait pas DL illégalemement sur le net. Après, que leur gamin n’ait pas obtempéré, bon, à 13 ans, l’autorité parentale, on l’écoute plus ou moins…



Après, quid quand le gamin sera adulte ?


Ca existe encore ses logiciels de p2p <img data-src=" />








sooN a écrit :



1147 sons à 13 ans ? Ca fait beaucoup je trouve <img data-src=" />







Non 13 ans j’avais des potes qui avait une belle discothèque tout en vinyl…



tu comptes 12 titres / albums… ça fait 95 CD ça cherche pas loin non plus…



Henri Dès c’est fini et à cet âge tu es le maître du monde… Perso je suis plutôt content qu’un gamme de 13 ans ait la musique dans la peau… c’est assez cool je trouve.



Mieux vaut télécharger un max de Zik que de zoner…









benco a écrit :









En fait je dis ça mais j’en avais peut-être autant à son age <img data-src=" />



Le 19/11/2012 à 16h03







rafununu a écrit :



Chez nous, c’est le propriétaire de la ligne qui est poursuivi. Et sachant que les opérateurs proposent tous un wifi quasi publique sur leurs boxes…. on n’est pas arrivé !









Les box équipés de wifi public ont 2 IP public différentes (Une pour ta connexion privée et une pour l’utilisation public).



Dans le cas de piratage par wifi public, c’est le propriétaire des identifiants saisis lors de la connexion qui sera poursuivit et non le propriétaire de la box.



Mais que fait la police? J’espère que ce gosse finira en maison de correction fissa! <img data-src=" />

Et trois coups de fouet par chanson téléchargée.



Franchement comment pour des parents surveiller ce que fait leur enfant? Personnellement les miens c’est moi qui leur ai appris à utiliser un pc, partant de là autant dire qu’ils étaient incapable de savoir ce que je faisais dessus.



C’est un peu comme si un type qui n’y connait rien avait son ex femme qui téléchargeait sur son réseau … toute ressemblance à une histoire vrai est bien entendu à proscrire car il aurait fallu être totalement stupide pour le condamner <img data-src=" />


Moi à son age, je copiais les CD que j’empruntais à la médiathèque sur K7 <img data-src=" />, et je suis sûr que les 1000 morceaux étaient largement atteints en une année.








Commentaire_supprime a écrit :



…Après, quid quand le gamin sera adulte ?





Donc à 18 ans, il se retrouverait avec l’amende à payer ?





ils s’acquitter



what ?


Dingue qu’il faille monté si haut dans les Cours de “Justice” pour obtenir un jugement qui ne soit pas absurde …




les parents ne sont pas tenus de vérifier que leur progéniture s’adonne au piratage d’œuvres protégées





Ne manquerait-il pas une négation à cette phrase ?



les parents ne sont pas tenus de vérifier que leur progéniture ne s’adonne pas au piratage d’œuvres protégées





et j’aurais eu des gamins, ils auraient été capables de retourner la tête du juge sur la question de la “légalité” de la copie d’une suite d’octets, activité principale de tout ordinateur.

Je sais pas si ils définiraient ça comme “(in)formation suffisante”








Toini a écrit :



Les box équipés de wifi public ont 2 IP public différentes (Une pour ta connexion privée et une pour l’utilisation public).



Dans le cas de piratage par wifi public, c’est le propriétaire des identifiants saisis lors de la connexion qui sera poursuivit et non le propriétaire de la box.





C’est bon à savoir.









sooN a écrit :



1147 sons à 13 ans ? Ca fait beaucoup je trouve <img data-src=" />





Tu cherches mp3 =&gt; clic droit, télécharger tout <img data-src=" />









Deep_INpact a écrit :



Donc à 18 ans, il se retrouverait avec l’amende à payer ?







C’est une question à poser. Il y a deux éléments à prendre en compte : la minorité du délinquant et le délai de prescription.



Je ne connais pas la loi outre-Rhin mais je doute fort qu’il puisse y avoir un effacement pur et simple de la dette. Report ou peine alternative ?









NeOmega a écrit :



Sachant que ton gamin en sait peut-être plus que toi c’est peine perdu <img data-src=" />



Et en sachant que généralement, c’est plus bordélique qu’avant.



Pour le peu de machines que j’ai dépanné sur mon temps libre, ça ralentissait l’ouverture de session (+ de 5 minutes sans pouvoir utiliser le PC, tout se faisant en différé) et impossible à désinstaller si tu avais oublié le mot de passe.



Sinon il serait plus “juste” de faire payer les parents mais au tarif commercial : pour chaque titre téléchargé illégalement et considéré comme tel, 1 euro de dédommagement (c’est la valeur moyenne d’un MP3 sur une plateforme légale).



Du coup, c’est comme si les parents avaient acheté tous les MP3.









rafununu a écrit :



Chez nous, c’est le propriétaire de la ligne qui est poursuivi. Et sachant que les opérateurs proposent tous un wifi quasi publique sur leurs boxes…. on n’est pas arrivé !





C’est pas la même IP du coup, en France c’est l’IP qui fait office de preuve <img data-src=" />



Ca ne résoud pas le pb des piratages de wifi ou d’injection d’IP frauduleuses sur le réseau pour planter les organes de surveillance, l’IP même avec des logs de connexion de FAI n’est pas une information nominative mais juste ouvrir le wifi de ton opérateur ne te met pas en danger vis à vis d’“hadopi.









Arcy a écrit :



Et en sachant que généralement, c’est plus bordélique qu’avant.



Pour le peu de machines que j’ai dépanné sur mon temps libre, ça ralentissait l’ouverture de session (+ de 5 minutes sans pouvoir utiliser le PC, tout se faisant en différé) et impossible à désinstaller si tu avais oublié le mot de passe.



Sinon il serait plus “juste” de faire payer les parents mais au tarif commercial : pour chaque titre téléchargé illégalement et considéré comme tel, 1 euro de dédommagement (c’est la valeur moyenne d’un MP3 sur une plateforme légale).



Du coup, c’est comme si les parents avaient acheté tous les MP3.







aucun interet à acheter dans ce cas .. tu pirates tout, et bon, si tu te fais prendre tu payes la valeur .. le but c’est d’être dissuasif aussi, pas d’encourager les comportements visés …



mais sinon en gros la justice dit : allez y poursuivez le gosse, il est responsable de ses actes ? ou alors, poursuivez le gosse, mais au final ce sont quand même les parents qui paieront car responsables pénalement de ses condamnations ? bizarre..







yvan a écrit :



C’est pas la même IP du coup, en France c’est l’IP qui fait office de preuve <img data-src=" />



Ca ne résoud pas le pb des piratages de wifi ou d’injection d’IP frauduleuses sur le réseau pour planter les organes de surveillance, l’IP même avec des logs de connexion de FAI n’est pas une information nominative mais juste ouvrir le wifi de ton opérateur ne te met pas en danger vis à vis d’“hadopi.







tout comme l’injection d’IP n’est pas un souci pour hadopi vu la méthode employée, seul le piratage réel du wifi/de la ligne l’est (auquel cas merci hadopi de prévenir le titulaire de sa ligne qu’on le squatte)… fou que 3 ans après les légendes continuent à circuler …



tien pendant qu’on y est un môme agresse son institutrice et c’est les parents qu’on vous en tôle pour avoir manqués à leur devoirs parentaux

<img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" />


Ce qui m’impressionne le plus dans cette histoire , c’est l’énergie et l’argent dépensé par les parents pour amener l’affaire jusqu’à la cour fédérale…

Têtus les teutons.


200 € par chanson, j’aime ce taux de conversion par chanson totalement arbitraire. <img data-src=" />


y a quand même un truc que je comprends pas indépendamment du préjudice estimé qui parait en effet exagéré.



qui est responsable alors ? l’ado ?



si au lieu de pirater des chansons il avait volontairement cassé le pare-brise du voisin et que ses parents lui aient bien dit avant qu’on cassait pas les possessions d’autrui, ils ne seraient pas responsable non plus ? (l’exemple n’est pas forcément bien choisi, mais vous me comprenez)



venez pas me dire que casser un pare brise et télécharger c’est différent : je le sais. je me pose la question de la responsabilité, pas de la licité de l’un ou de l’autre.








zefling a écrit :



200 € par chanson, j’aime ce taux de conversion par chanson totalement arbitraire. <img data-src=" />



Il y a un moyen de ne pas faire arbritaire:

tu calcules le taux de partage moyen d’une chanson par heure

et tu détermines combien de temps sont restées en ligne les chansons.



multiplication + majoration éventuelle suivant le nombre de chansons partagées.









Tim-timmy a écrit :



aucun interet à acheter dans ce cas .. tu pirates tout, et bon, si tu te fais prendre tu payes la valeur .. le but c’est d’être dissuasif aussi, pas d’encourager les comportements visés …



Avoue quand même que dans ce cas, verser de suite 1 147 euros (car 1 titre = 1 euro) fait mal.









Arcy a écrit :



Avoue quand même que dans ce cas, verser de suite 1 147 euros (car 1 titre = 1 euro) fait mal.







vu les facilités de paiement accordées pour les amendes et autres dommages … nope, ça s’échelonne assez bien ce genre de trucs..



mais je suis très curieux de ce jugement.. car au final j’ai l’impression qu’ils vont devoir poursuivre le gosse pour l’infraction, mais faire quand même payer les parents au final… donc que ça risque de revenir exactement au même (enfin en france c’est le cas, à voir en allemagne « Le père et la mère, en tant qu’ils exercent l’autorité parentale, sont solidairement responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux. » )



Pour apporter quelques lumières strictement juridiques…









jackjack2 a écrit :



Un peu de bon sens quelque part, ça fait du bien

C’est cassable ce jugement? Au moins par la CJUE j’imagine?





Pas du tout. La CJUE n’est pas un ultime de degré de juridiction pour l’intégralité des tribunaux européens (et heureusement…), mais n’est compétente, en gros, que pour trancher des litiges intéressant le droit communautaire. Rien à voir avec l’espèce.







clickux a écrit :



oui et pourtant tu es responsable de ses actes.

On a pas fini de voir des situations ubuesques





C’est pas ubuesque du tout, c’est la stricte application des principes de la responsabilité civile, en tout cas en droit français.



Il faut garder à l’esprit que le texte sur le fondement duquel on juge que les parents sont civilement responsables de leurs enfants envers les ayant droits pour avoir téléchargé, il sert aussi quand un gamin en éborgne un autre dans une cour de récréation, quand un gamin fout le feu à une grange parce qu’il a joué avec un briquet, etc, etc. : les parents sont responsables parce qu’il faut bien trouver quelqu’un de solvable pour indemniser la victime.







Coffeebreak a écrit :



Très bien ! les parents n’ont pas à espionner leurs enfants <img data-src=" />



J’ai une ado à la maison et tout repose sur la confiance. Elle connait les règles, et elle sait que je ne me permettrais jamais de fouiller ses affaires, ordi inclus. Mais elle sait aussi que si elle rompt cette confiance, elle devra en subir les conséquences.



De toute manière, elle sait très bien que pour les films de vacances et les sessions de karaoké familiale elle doit demander à maman !<img data-src=" />





C’est très beau tout ça, mais ça n’enlève rien au fait que tu est responsable de plein droit du fait même non fautif de ta fille mineure… Y compris en matière de téléchargement illégal.







Commentaire_supprime a écrit :



A priori, ce qui sauve les parents, c’est qu’ils ont fait ce qu’il fallait pour dire à leur gamin qu’il ne fallait pas DL illégalemement sur le net. Après, que leur gamin n’ait pas obtempéré, bon, à 13 ans, l’autorité parentale, on l’écoute plus ou moins…





Et ça, ça n’aurait pas marché en France. En droit civil français, les parents sont responsables de plein droit, indépendamment de toute faute de surveillance et même de toute faute de l’enfant, d’ailleurs. Tu peux aller expliquer au juge que sisi, tu lui avais dit que c’était pas bien, ça ne change absolument rien.







237domingo a écrit :



tien pendant qu’on y est un môme agresse son institutrice et c’est les parents qu’on vous en tôle pour avoir manqués à leur devoirs parentaux

<img data-src=" /> <img data-src=" /> <img data-src=" />





Il faut distinguer.



La responsabilité pénale reste une responsabilité personnelle. Personne ne peut être condamné pénalement (amende, prison…) pour une infraction commise par autrui (et heureusement !).



En revanche, il existe plusieurs hypothèses de responsabilité civile du fait d’autrui, les deux les plus courantes étant la responsabilité de l’employeur du fait de ses salariés et la responsabilité des parents du fait des enfants. Quand un salarié dans l’exercice de ses fonctions ou un enfant cause un dommage, eh bien, oui, ce sont l’employeur et les parents qui payent.







baldodo a écrit :



qui est responsable alors ? l’ado ?



si au lieu de pirater des chansons il avait volontairement cassé le pare-brise du voisin et que ses parents lui aient bien dit avant qu’on cassait pas les possessions d’autrui, ils ne seraient pas responsable non plus ? (l’exemple n’est pas forcément bien choisi, mais vous me comprenez)



venez pas me dire que casser un pare brise et télécharger c’est différent : je le sais. je me pose la question de la responsabilité, pas de la licité de l’un ou de l’autre.





En droit français, techniquement, les deux (enfin, les trois <img data-src=" /> ) sont responsables. Attention (cf. ci-dessus) je parle uniquement de responsabilité civile et de l’indemnisation du préjudice subi par la victime, pas de responsabilité pénale.



L’enfant est responsable de son fait personnel, et les parents sont responsables du fait de l’enfant.



En pratique, rechercher la responsabilité de l’enfant n’a pas grand intérêt : un enfant n’a pas de thunes, ses parents si.



En fait, en pratique toujours, ça ne change souvent pas grand chose. Tant les parents que l’enfant ont la qualité d’assuré au sens du contrat d’assurance habitation qui sera le plus souvent mis en oeuvre. Au final, que ce soit d’un côté ou de l’autre, l’assureur paiera.



La plupart du temps, le juge prononce une condamnation, pour faire simple, “globale” (on appelle ça une condamnation in solidum) qui pèse sur tout le monde à la fois, parents et enfants.



J’ai justement sous les yeux un dossier de ce type : une gamine de 17 ans a volontairement foutu le feu à un restaurant (je vous la fais courte…). Condamnation pénale de la gamine (5 mois avec sursis) et condamnation civile à la fois de la gamine et des parents (entre 500.000 et 1.000.000 euros).





La justice allemande au secours des parents d’un ado soupçonné de piratage





Version Française Hadopi <img data-src=" />

La justice Française condamne les parents et toute la parentée proche et éloignée d’un ado soupçonné de piratage et cela pour plusieurs générations …….<img data-src=" />








josagama a écrit :



Version Française Hadopi <img data-src=" />

La justice Française condamne les parents et toute la parentée proche et éloignée d’un ado soupçonné de piratage et cela pour plusieurs générations …….<img data-src=" />





Ou pas. Mais bon, faut lire les commentaires, c’est compliqué <img data-src=" />









Nathan1138 a écrit :



Pour apporter quelques lumières strictement juridiques…







Et donc, dans notre cas, qui va payer? Le gosse? Je trouverais ça terrible, de la part de parents, de faire appel pour que leur gosse paye à leur place…









loser a écrit :



Et donc, dans notre cas, qui va payer? Le gosse? Je trouverais ça terrible, de la part de parents, de faire appel pour que leur gosse paye à leur place…





Dans notre cas, je n’en ai pas la moindre idée, vu que le droit allemand, c’est absolument pas ma branche <img data-src=" />









ActionFighter a écrit :



Moi à son age, je copiais les CD que j’empruntais à la médiathèque sur K7 <img data-src=" />, et je suis sûr que les 1000 morceaux étaient largement atteints en une année.





+1. Autrement, le pécé des enfants est sous Linux, et ils n’ont pas le mot de passe root. Ils ne risquent pas de faire de l’amule ou du edonkey…









CaptainDangeax a écrit :



+1. Autrement, le pécé des enfants est sous Linux, et ils n’ont pas le mot de passe root. Ils ne risquent pas de faire de l’amule ou du edonkey…





Tout est vraiment protégé ?





  • pas de possibilité de booter sur un support externe ?

  • mode single protégé ?

  • boîtier verrouillé physiquement afin d’interdire l’accès au disque ?

  • pas la possibilité d’installer à la main, en local ?







    Et j’en passe.

    J’ai comme un doute <img data-src=" />









fred42 a écrit :



Tout est vraiment protégé ?





  • pas de possibilité de booter sur un support externe ?

  • mode single protégé ?

  • boîtier verrouillé physiquement afin d’interdire l’accès au disque ?

  • pas la possibilité d’installer à la main, en local ?







    Et j’en passe.

    J’ai comme un doute <img data-src=" />





    -1 mot de passe dans le bios

    -2 mode single protégé

    -3 c’est moi qui ai les tournevis

    -4 /home en noexec

    -5 je suis leur père, j’ai encore suffisamment d’autorité pour débrancher la bécane et la ramener dans mon bureau s’ils font les loustics ou me ramènent des sales notes de l’école ou du collège. Faudrait voir à modeler dans la bonne ligne sous mon toit.









CaptainDangeax a écrit :



-1 mot de passe dans le bios

-2 mode single protégé

-3 c’est moi qui ai les tournevis

-4 /home en noexec

-5 je suis leur père, j’ai encore suffisamment d’autorité pour débrancher la bécane et la ramener dans mon bureau s’ils font les loustics ou me ramènent des sales notes de l’école ou du collège. Faudrait voir à modeler dans la bonne ligne sous mon toit.







Pas trop mal d’avoir pensé à tout ça <img data-src=" />



Le point faible reste malgré tout le tournevis : un bon cadenas, il n’y a que ça de vrai.



Il ne leur reste que les failles locales pour passer root quand il y en a, mais ça devient plus compliqué <img data-src=" />



On pourrait dire à HADOPI de donner cela comme conseil aux parents dont les enfants se sont fait flasher à télécharger. Ça créerait pleins d’emplois pour installer des configurations de ce type. Arnaud si tu m’entends : voilà le moyen de redresser le pays.









fred42 a écrit :



Pas trop mal d’avoir pensé à tout ça <img data-src=" />



Le point faible reste malgré tout le tournevis : un bon cadenas, il n’y a que ça de vrai.





<img data-src=" /> Un cadenas, comme un antivol, ça s’ouvre et se referme sans laisser de traces.

Je conseillerais plutôt un truc féminin : le scellé “home-made” avec un poil (non, pas ceux-là) ou un cheveu discrètement positionné dont l’absence révèlera l’accès aux zones interdites.



Et le point faible peut se situer en amont : le bon copain du fiston doté d’un portable invité chez vous en votre absence. Le débranchage/rebranchage d’un cable réseau peut faire tomber toutes les protections sur PC suivant la configuration du modem ou routeur.



Le préalable à toutes les mesures techniques, c’est





CaptainDangeax a écrit :



-5 je suis leur père, j’ai encore suffisamment d’autorité pour débrancher la bécane et la ramener dans mon bureau s’ils font les loustics ou me ramènent des sales notes de l’école ou du collège. Faudrait voir à modeler dans la bonne ligne sous mon toit.





<img data-src=" />

à condition que maman soit suffisamment diplomate, que papa ait l’intelligence de l’entendre même quand il exagère, pour ne pas sombrer dans des scénarios à la Tchao pantin.



PS : arrêtez de faire des gosses, la Terre est déjà surpeuplée. <img data-src=" />









_fefe_ a écrit :



Et le point faible peut se situer en amont : le bon copain du fiston doté d’un portable invité chez vous en votre absence. Le débranchage/rebranchage d’un cable réseau peut faire tomber toutes les protections sur PC suivant la configuration du modem ou routeur.





T’as pas tout suivi : leur pécé est sous Linux.



…à condition que maman soit suffisamment diplomate, que papa ait l’intelligence de l’entendre même quand il exagère, pour ne pas sombrer dans des scénarios à la Tchao pantin.



Leur maman est russe, elle a reçu une éducation sévère et soviétique. Tel Vlad Poutine, elle applique ce qu’elle a appris : la seule position est 1er, la seule note est 2020.



Fermer