Chilling Effects, plus grand répertoire mondial de sites pirates ?

It's fun to stay at the DMCA

Chilling Effects, plus grand répertoire mondial de sites pirates ?

Chilling Effects, plus grand répertoire mondial de sites pirates ?

Où trouver aujourd’hui la plus grande liste de contenus pirates disponibles sur Internet ? Non pas sur The Pirate Bay ou Wawa-Mania, mais bien sur Chilling Effects, selon une représentante de la Copyright Alliance. Devant le Congrès des États-Unis, l’intéressée a en effet sévèrement critiqué le site hébergeant les URL dénoncées à tour de bras aux hébergeurs et géants du Net par... les ayants droit. Explications. 

chilling effects

 

Cela fait maintenant plusieurs années que le site Chilling Effects propose au public de consulter les nombreuses demandes transmises aux géants du Net (Google, Twitter,...) afin d’obtenir le déréférencement de certains liens ou bien le retrait de contenus jugés illicites, par exemple des tweets incitant au meurtre ou à la haine raciale. Ce sont ainsi des millions de copies de requêtes qui sont hébergées par ce site géré par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) et plusieurs universités américaines, à commencer par les fameuses requêtes « DMCA » (pour Digital Millenium Copy Act). Le tout est mis à la disposition du public, qui peut parcourir cette importante base de données à l’aide d’un moteur de recherche interne.

 

Sauf que ce site s’attire régulièrement les foudres des ayants droit. Et pour cause. Il permet de retrouver différentes informations concernant le demandeur (adresse, nom...) mais aussi - et surtout - des liens vers des fichiers potentiellement pirates. Par exemple, quand un auteur demande à Google de ne plus afficher dans ses résultats de recherche une page de The Pirate Bay à partir de laquelle il est possible de télécharger illégalement une de ses œuvres, l'URL de cette page reste en ligne sur Chilling Effects, quelle que soit la décision prise par le géant de l'internet. Même si ce dernier accepte de déréfencer la fameuse page, celle-ci reste donc tout accessible à n’importe quel internaute disposant de l’URL correspondante...

Un véritable répertoire de pages permettant d'accéder à des fichiers piratés

« ChillingEffects.org va à l’encontre des dispositions de la section 512 [de la législation relative au DMCA] » a ainsi déclaré Sandra Aistars, représentante de la Copyright Alliance, la semaine dernière. Lors d’une audition devant le Congrès américain, cette porte-parole de puissants lobbys d’ayants droit (MPAA, RIAA,...) a présenté ce site comme un véritable repère de « bonnes adresses » de sites contenant des contenus pirates. « En n’enlevant pas les informations sur les URL litigieuses identifiées dans les requêtes, [ChillingEffects] est effectivement devenu le plus grand répertoire d'URL hébergeant des contenus illicites sur Internet » a-t-elle affirmé.

 chilling effects

 

Cet effet de bords est d’ailleurs bien connu des ayants droit. On se souvient ainsi qu’en janvier 2013, la Fox avait demandé à Google de déréférencer de son moteur de recherche des demandes de déréférencement hébergées sur le site ChillingEffects ! Le serpent qui se mord la queue... Le géant de l’internet n’avait d’ailleurs pas donné suite à cette requête (voir notre article).

Un site permettant pourtant de débusquer des requêtes parfois illégitimes

Ces piques de Sandra Aistars n’ont quoi en soit pas manqué de faire réagir la communauté de ChillingEffects, qui a tenu à souligner que les informations publiées sur leur site l’étaient à des fins de transparence et de recherche scientifique ou universitaire. Rappelons d’ailleurs que c’est grâce à la publication de ces demandes sur ChillingEffects qu’il est possible de mettre le nez sur les requêtes illégitimes adressées par certains ayants droit. L’on pourra ainsi citer en exemple une demande de Microsoft visant au déréférencement de la page Wikipédia d’Office 2007, ou bien encore ces requêtes de majors hollywoodiennes relatives à des page permettant de télécharger le documentaire « The Pirate Bay - Away From Keyboard », pourtant sous licence Creative Commons,...

Commentaires (31)


<img data-src=" />



pourquoi chercher ailleurs ? alors que la liste est donnée toute prete


C’est évident !!! <img data-src=" />


Pourquoi ce nom au fait ?


Vous cherchez une oeuvre pirate? Les ayants droit la déniche pour vous.

<img data-src=" />


Merci les ayants droits, je sais où je dois aller maintenant pour trouver mes torrents <img data-src=" />


A quand la blacklist de Chilling Effects pour indexation de contenus piratés <img data-src=" /> ?<img data-src=" />


<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



L’art de s’auto-enculer vu par les majors ! Même plus besoin de TPB, si j’ai bien compris…


Ouais, ça faisait un moment que j’avais repéré ça aussi, y’a des DMCA même contre des animes pas encore dispo (genre les séries hebdomadaires sur TV Tokyo …)


C’est bon ça <img data-src=" />


Rien qu’à lire ça, j’ai joui.



La stupidité des majors dans toute leur splendeur. Con à ce point, c’est du niveau olympique !








Xavier Berne a écrit :



It’s fun to stay at the DMCA







<img data-src=" />



S’ils veulent que le site arrête d’ajouter des liens vers des fichiers (peut-être) illégaux, il y a une solution simple. Arrêter d’envoyer des requêtes DMCA.


C’est marrant, j’ai pas accès au site…



Edith : c’est bizarre, en passant par mon serveur OVH, là, chat marche. Bizarre, bizarre.








Commentaire_supprime a écrit :



<img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" /><img data-src=" />



L’art de s’auto-enculer vu par les majors ! Même plus besoin de TPB, si j’ai bien compris…







Einstein disait : “Si vous courez nu autour d’un arbre,à une vitesse de 185, 999 miles/seconde,il y a une claire possibilité que vous vous sodomisiez vous-même. Ou bien, vous pouvez voter pour n’importe quel parti pour obtenir exactement le même effet”

Enfn il paraît…<img data-src=" />









Takoon a écrit :



Einstein disait : “Si vous courez nu autour d’un arbre,à une vitesse de 185, 999 miles/seconde,il y a une claire possibilité que vous vous sodomisiez vous-même.







<img data-src=" />









TimmyTimmy a écrit :



La stupidité des majors dans toute leur splendeur. Con à ce point, c’est du niveau olympique !



oué… en même temps ça n’est pas eux qui ont demandé la création de ce site, ni qu’il liste les URL complètes de toutes les demandes, ils défendent leur beefsteack de manière critiquable mais là ils n’y sont pour rien, faut p’têt brancher son cerveau de temps en temps, même si c’est plaisant de les voir se prendre les pieds dans le tapis, ils ne l’ont pas mis là (le tapis) quelqu’un s’en est chargé, le prétexte de la transparence est bien pratique mais utilisé de façon hypocrite à mon avis.









lomic2 a écrit :



oué… en même temps ça n’est pas eux qui ont demandé la création de ce site, ni qu’il liste les URL complètes de toutes les demandes





Comment elles arrivent là leurs demandes? (vraie question)









Khalev a écrit :



Comment elles arrivent là leurs demandes? (vraie question)





A l’insu de leur plein gré. Ou via la NSA au choix.

Mais surtout pas par les majors elles-mêmes, malheureux : elles seraient trop idiotes de lister elles-mêmes les liens à abattre…

Ou pas.



Et du coup, le retour de Popcorn Time, ça ce précise?








Khalev a écrit :



Comment elles arrivent là leurs demandes? (vraie question)







c’est collaboratif, les sites divers qui reçoivent des requetes d’ayants droits remplissent les formulaires sur le site chillingeffect.org.










Reznor26 a écrit :



Pourquoi ce nom au fait ?







En anglais, un “chilling effect” c’est ce qu’on appelle en Français communément une “douche froide”. Je suppose donc que le nom du site où sont référencés tous ces bons liens les liens qui se sont fait DMCA est sensé donner un effet de “douche froide” à ceux qui gérent un site supposé tipiak quel qu’il soit du fait du déréférencement de la page/lien/site qui peut se traduire par une perte de revenus pub qui peuvent servir à financer le site afin qu’il reste en ligne par exemple.



Sauf que bien sur dans la pratique c’est pas trop “chilling effect”. C’est plus “I don’t care effect” <img data-src=" />









ItalianDragon a écrit :



En anglais, un “chilling effect” c’est ce qu’on appelle en Français communément une “douche froide”. Je suppose donc que le nom du site où sont référencés tous ces bons liens les liens qui se sont fait DMCA est sensé donner un effet de “douche froide” à ceux qui gérent un site supposé tipiak quel qu’il soit du fait du déréférencement de la page/lien/site qui peut se traduire par une perte de revenus pub qui peuvent servir à financer le site afin qu’il reste en ligne par exemple.



Sauf que bien sur dans la pratique c’est pas trop “chilling effect”. C’est plus “I don’t care effect” <img data-src=" />







la douche froide ca a été plutôt de créer un organisme indépendant avec un avocat, qui étudierait toutes les requetes que les ayants droits envoyaient a tour de bras dans les années 2000.









saf04 a écrit :



c’est collaboratif, les sites divers qui reçoivent des requetes d’ayants droits remplissent les formulaires sur le site chillingeffect.org.





Merci <img data-src=" />










ItalianDragon a écrit :









Merci bien pour cette explication, je ne connaissais pas l’expression <img data-src=" />









Reznor26 a écrit :



Merci bien pour cette explication, je ne connaissais pas l’expression <img data-src=" />







Mais ce fut un plaisir <img data-src=" />









Reznor26 a écrit :



Pourquoi ce nom au fait ?





Chilling Effect = effet rafraîchissant.

Leur slogan est Monitoring the legal climate for Internet activity

J’y vois une double référence




  • au réchauffement climatique (et ça devient chaud pour beaucoup de gens <img data-src=" />)

  • au principe du refroidissement quand la pression diminue (mettre aux yeux de tous diminuant le pression sur ceux qui la subissent. Capillotractage &gt; 9000 re<img data-src=" />)



    Pas vu d’explication officiel mais je pense que c’est un truc dans ce gout là



    BBQed et l’autre explication est plus sympa <img data-src=" />



Oui enfin faut voir la gueule de leur moteur de recherche. Google reste bien plus efficace avec les termes qui vont bien…


Le 17/03/2014 à 18h07

Et bien sûr, on a tous les sites censurés.



Tiens, le filtre anti-pub de free censure mon blog et mon CV. Et ça c’est pas “pirate” et c’est pas référencé sur chilling effect bidule.



Quand on vous raye des cartes d’internet d’un click de souris parce que votre opinion dérange, personne ne vous entendra crier dans l’espace numérique…








Drepanocytose a écrit :



A l’insu de leur plein gré. Ou via la NSA au choix.

Mais surtout pas par les majors elles-mêmes, malheureux : elles seraient trop idiotes de lister elles-mêmes les liens à abattre…

Ou pas.





Tiens un revenant <img data-src=" />



T’as réussi à ôter le condensateur de ta prise téléphonique ? <img data-src=" />









Reznor26 a écrit :



Pourquoi ce nom au fait ?







Un “chilling effect” est un terme de doctrine constitutionnelle américaine, qui désigne l’effet potentiel de sanctions prévues par une législation ou résultant de la décision d’une autorité sur la liberté d’expression, protégée par le fameux 1er Amendement de la Constitution américaine. Par exemple, un “chilling effect” peut se manifester sous la forme d’une auto-censure.



Une lettre de mise en demeure pour obtenir le retrait d’informations (ce qu’est fondamentalement une notification DMCA) peut donc avoir un effet paralysant sur une liberté : l’hébergeur ou éditeur d’un site peut choisir le retrait (alors que rien ne justifie juridiquement le retrait) car, le risque de se voir attaquer en justice est un trop grand risque pour certaines structures, en raison des coûts économiques pour organiser leur défense. Le nom du site vient de là, puisque leur objectif est de fournir un support pour les gens destinataires de telles notifications.



ChillingEffects.org se dit soucieux de protéger la liberté d’expression, tout en souhaitant ne pas encourager le non-respect du droit de la propriété intellectuelle (“Anecdotal evidence suggests that some individuals and corporations are using intellectual property and other laws to silence other online users. Chilling Effects encourages respect for intellectual property law, while frowning on its misuse to “chill” legitimate activity.” Source :https://www.chillingeffects.org/index.cgi)



ChillingEffects est un projet qui a plusieurs utilités, permettant d’une part un accès à un matériau difficile à quantifier par d’autres moyens pour les universitaires et d’autre part, en rendant publique les notifications, de forcer les expéditeurs à faire attention à ce qu’ils demandent : en quelque sorte, un “chilling effect” cette fois dirigé vers les auteurs de notifications. Cette dernière interprétation est la mienne, mais je trouve qu’elle résonne bien avec la doctrine de “checks and balances” chère aux constitutionnalistes américains.









sylware a écrit :



Et bien sûr, on a tous les sites censurés.



Tiens, le filtre anti-pub de free censure mon blog et mon CV. Et ça c’est pas “pirate” et c’est pas référencé sur chilling effect bidule.



Quand on vous raye des cartes d’internet d’un click de souris parce que votre opinion dérange, personne ne vous entendra crier dans l’espace numérique…







Parce que Free le fait en dehors de toute législation, de sa propre initiative. De plus, ChillingEffects.org ne référence que les notifications du Digital Millenium Copyright Act, une loi américaine de 1998. Il ne référence donc pas tous les sites censurés.



Fermer