Couverture mobile : sous pression, les opérateurs signent un accord pour les zones rurales

Couverture mobile : sous pression, les opérateurs signent un accord pour les zones rurales

Ils sont venus, ils sont tous là !

Avatar de l'auteur
Sébastien Gavois

Publié dans

Société numérique

22/05/2015
51

Couverture mobile : sous pression, les opérateurs signent un accord pour les zones rurales

Le gouvernement voulait 100 % de couverture 2G (pour la population) d'ici fin 2016 et d'ici fin 2017 pour la 3G. Les opérateurs ont planché sur une proposition commune et un protocole d'accord vient d'être signé en présence d'Emmanuel Macron et d'Axelle Lemaire. L'ARCEP veillera à sa bonne mise en œuvre.

Mi-mars, le gouvernement annonçait une série de mesure afin de favoriser l'accès à Internet et à la téléphonie mobile dans les zones rurales et surtout résorber les zones blanches. À l'heure où la communication s'axe principalement autour de la 4G, quand ce n'est pas tout simplement la 5G, certains s'étonnent encore de ne pas capter le moindre réseau dans leurs contrées. C'est un sujet qui revient régulièrement sur le tapis avec la prochaine mise aux enchères des fréquences de 700 MHz. Selon les chiffres avancés par le gouvernent « les parties du territoire où aucun opérateur n’est présent ne représentent plus que 0,1 % de la population et 1,5 % de la surface du territoire métropolitain ». 

Via un communiqué de presse, Emmanuel Macron, ministre de l’Économie et du Numérique, et Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique, annoncent qu'ils ont réuni les opérateurs, en présence de Sébastien Soriano (président de l'ARCEP), « afin de contrôler et d’assurer la mise en œuvre des dispositions du projet de loi ». Cet accord suit d'un mois une déclaration dure d'Emmanuel Macron à l'encontre des opérateurs, au Sénat. « On négocie avec les opérateurs. Cela n'en finit pas. Je vais dire les choses brutalement : ou bien nous aurons des conventions avant la lecture de ce texte par l'Assemblée nationale ou on ne les a pas et je le ferai graver dans le dur de la loi » affirmait-il alors.

100 % de couverture 2G fin 2016, la 3G pour mi-2017

Désormais, Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et Numericable-SFR seront « tenus de couvrir l’ensemble des centres-bourgs des communes qui ne disposent, à ce jour, d’aucun service de téléphonie mobile (2G) d’ici la fin 2016 ». Pour le moment, 160 communes sont d'ores et déjà identifiées, mais la liste sera actualisée au cours des prochains mois. Les opérateurs ont remis des propositions au gouvernement et un accord de protocole a été signé.

Comme prévu, la 3G fait également partie de l'accord signé par les opérateurs. Ils « devront également apporter un service d’accès mobile à internet (3G) aux 2200 communes aujourd’hui non couvertes avant la mi-2017 » indique le gouvernement. Un calendrier un peu plus ambitieux qu'en mars dernier puisqu'il était alors question « d'ici fin-2017 ».

Emmanuel Macron et Axelle Lemaire en profitent pour ajouter que « la loi introduit également un mécanisme permettant de couvrir les zones où, même lorsque le centre-ville ou le centre bourg est couvert, aucune réception n’est possible ». Un moyen de rappeler qu'annoncer une couverture théorique n'est pas suffisant et qu'il faut qu'elle soit effective. Mais on regrettera que le souhait d'Axelle Lemaire de « renforcer les obligations de transparence sur les données de couverture mobile des opérateurs télécom » ne soit pas évoqué dans le communiqué.

Si les opérateurs ne jouent pas le jeu, l'ARCEP pourra sanctionner

Comme annoncé à la mi-mars, l'Agence du numérique (le nouveau bras de Bercy, qui regroupe plusieurs agences, dont la mission France Très Haut Débit) disposera d'un guichet unique pour les collectivités qui estiment la couverture mobile insuffisante. C'est l'une des grandes plaintes des élus locaux, qui s'estimaient jusqu'ici délaissés par l'État en la matière. Dans son communiqué, Bercy explique que 800 zones prioritaires (zones touristiques, zones d'activité hors centre-bourg ou équipements publics isolés) seront définies en accord avec les collectivités, pour être couvertes par les quatre opérateurs en quatre ans. Les conditions exactes de couverture ne sont pas connues, mais l'initiative devrait apaiser les élus locaux qui veulent couvrir les points stratégiques de leur territoire.

Que se passe-t-il si les opérateurs trainent la patte pour couvrir ces communes ? Le gouvernement a la réponse : « Pour assurer l’application de ces deux mesures, l’ARCEP disposera d’un pouvoir de sanction en cas de non-respect des objectifs par les opérateurs ». Les détails de cet accord n'ont par contre pas été dévoilés et on ne sait donc pas comment les quatre concurrents comptent se répartir la tâche. On rappellera d'ailleurs que Free Mobile ne dispose pas de licence 2G et qu'il passe par le réseau d'Orange pour cette technologie. Stéphane Richard rappelait d'ailleurs récemment que si « l’itinérance 3G vient à échéance fin 2017, il y aura toujours une itinérance 2G au-delà, par ce que ça, ça fait partie de la licence du quatrième opérateur ».

Mais ce n'est pas tout, puisque « les ministres ont également demandé aux opérateurs de formuler des propositions communes afin de faciliter la diffusion, à l’ensemble des clients qui le souhaitent, d’équipements permettant d’apporter une couverture à l’intérieur des logements ou d’améliorer la réception ». Certains le proposent déjà sous la forme d'une Femto-cell, même si Bouygues Telecom a décidé d'arrêter de la proposer, faute de demande. Dans tous les cas, seuls les clients d'un opérateur précis peuvent s'y connecter, parfois de manière limitée. Orange et SFR imposent par exemple au propriétaire de la Femto-cell de préciser une liste de numéro autorisé à se connecter. On a vu plus ouvert et plus simple comme système.

51

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

100 % de couverture 2G fin 2016, la 3G pour mi-2017

Si les opérateurs ne jouent pas le jeu, l'ARCEP pourra sanctionner

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (51)


Gromsempai Abonné
Le 22/05/2015 à 06h 53

La liste des communes est disponible en lecture ?


Le 22/05/2015 à 06h 56

Elle va mourir, la mamma ?


Le 22/05/2015 à 07h 23

Ah… Charles… :)


Le 22/05/2015 à 07h 29

Ils n’ont pas pensé a dire que c’était fait exprès, afin de préserver des zones pour les personnes sensibles aux ondes radio ?


Le 22/05/2015 à 07h 41

Caramba, encore raté.

 Si les élus (souvent anciens) veulent du téléphone, nous on veut de la 4G. et là… plus un seul mot sur le déploiement de la 4G en rural. Pire, maintenant que les opérateurs se sont engagés sur la 3G, ils vont surtout ne faire AUCUN effort pour la 4G en rural!

 


Le 22/05/2015 à 07h 48







monsieurxu a écrit :



nous on veut de la 4G.





“Nous” qui ?

 

Quelque technophiles épars qui voudraient tout, tout de suite ? Parce qu’au risque de te choquer, plus de la moitié de tes concitoyens n’utilisent même pas un seul octet de data mobile par mois. Pas un seul.



Alors exiger la 4G pour les trois pékins technophiles qui voudraient le beurre (la 4G, chez moi, là tout de suite maintenant) et l’argent du beurre (le rural et ses avantages), tu comprendras que ce n’est pas une maxi priorité, n’en déplaise à ton nombril.

 



Le 22/05/2015 à 07h 50







monsieurxu a écrit :



Caramba, encore raté.

 Si les élus (souvent anciens) veulent du téléphone, nous on veut de la 4G. et là… plus un seul mot sur le déploiement de la 4G en rural.





qui ça, “nous”?



Habituellement j’entends plutôt le discours inverse: “plutôt que de déployer leur 4G, ils devraient déjà couvrir toutes les zones en 3G”



Oliewan Abonné
Le 22/05/2015 à 08h 00

Je ne comprends pas. Les frequences 2G ne devaient elles pas être réutilisées pour la 4G ?

Je ne me souviens plus ou je l’ai lu mais il me semble bien que c’est ça.

Quitte à déployer des nouvelles antennes, pourquoi ne pas déployer de la 3G plutôt ?


Cypus34 Abonné
Le 22/05/2015 à 08h 00

Du coup vous savez comment les opérateurs vont s’organiser ?

Ils vont en profiter pour mutualiser leurs antennes dans ces lieux ou bien ils vont en installer 4 à chaque endroit ?

J’ai l’impression que la mutualisation pourrait leur faire gagner en vitesse et simplicité de déploiement mais ils ont l’air d’y trouver plus de défauts que d’avantages…

A moins qu’ils soient incapables de se mettre d’accord, sauf sur les prix <img data-src=" />


Le 22/05/2015 à 08h 03

De plus, qui dit déploiement de la 2G/3G dans le rural, dit mise en place de poteaux (ou au minimum d’autorisation d’installation sur des bâtiments) d’antennes.

Une fois les antennes en place, le déploiement des techno plus avancées et déjà facilités.

Donc en effet, 4G et autre ne sont pas une priorité du tout mais cela viendra. Suffit d’être patient et de profiter de la verdure et du calme du rural en attendant ;)


Le 22/05/2015 à 08h 04

Quid des zones grises, là où certains opérateurs passent mais pas d’autres ? Il est aussi question d’un accord ?


Le 22/05/2015 à 08h 15

Pourquoi les opérateurs se prennent la tête, ils sont déjà unis au sein de F-Contact, ils ont cas étendre et améliorer celui-ci, non ?


Le 22/05/2015 à 08h 19

Savez-vous à NextInpact, si avec cette accord, Free Mobile pourra accéder dans le futur aux zones F-Contact gérées par SFR ou Bouygues Telecom ?

Car actuellement seules les zones F-Contact gérées par Orange sont accessibles aux abonnés Free Mobile.


Le 22/05/2015 à 08h 26

Le seul soucis de ce plan je trouve, c’est qu’ils n’incluent pas la 4G. Pouquoi? Parce que du coup pour faire des économies, les opérateurs pourraient être tentés de recycler leurs vielles antennes 3G 1ère génération qu’ils changent pour mettre de la 4G. Et comme c’est un investissement commun, et bien personne ne prendra la responsabilité de faire mieux pour les autres…

C’est triste, mais c’est ce qu’il risque d’arriver à mettre des contraintes faibles lorsque le surcoût de la contrainte plus forte est minime (on achète plus d’antennes 3G neuves, ça coûte aussi cher qu’une antenne 4G)


SebGF Abonné
Le 22/05/2015 à 08h 37







Vieux_Coyote a écrit :



Quid des zones grises, là où certains opérateurs passent mais pas d’autres ? Il est aussi question d’un accord ?







Il y a des chances que ça passe par la mutualisation.

L’exigence est claire : 100% de 2/3G, donc tout opérateur ayant une licence est concerné logiquement.



Le 22/05/2015 à 08h 57

Moi ce qui m’intéresse c’est ce qui sera fait en terme de Fem-to-Cell.

Il est stupide que la Data de son smartphone passe par le Wifi et non la 3G/4G mais qu’il soit impossible de faire transiter les appels téléphonique via son installation fixe.

Plus de problème de réception, et une batterie certainement moins sollicitée : possibilité de désactiver automatiquement la 2G/3G/4G chez soi.



Mais bon ça signifie se mettre d’accord entre les opérateurs fixes et mobiles.&nbsp;


GoobY13 Abonné
Le 22/05/2015 à 08h 57

Du coup une antenne sera installé et quel que soit l’operateur tout le monde passera dessus ?

C’est qui qui gère le réseau de l’antenne quand c’est comme ca ? pour pas avoir d’avantage ?


Le 22/05/2015 à 09h 01







SebGF a écrit :



Il y a des chances que ça passe par la mutualisation.

L’exigence est claire : 100% de 2/3G, donc tout opérateur ayant une licence est concerné logiquement.





Bah non puisque Free n’est pas du tout concerné par la 2G et que pour la 3G ils ont un calendrier spécifique.

Donc il va y avoir mutualisation.

EN gros les 4 opérateurs vont devoir se mettre d’accord pour définir des zones où il n’y aura qu’un seul réseau auquel ils pourront tous accéder, et ensuite plus sioux qui paye quoi.

&nbsp;&nbsp;



SebGF Abonné
Le 22/05/2015 à 09h 03

Perso je sens bien venir dans les prochaines “box” une femto intégrée avec une offre quadruple play.

Histoire d’enfermer un peu plus le client qu’il ne l’est déjà.


KaKi87 Abonné
Le 22/05/2015 à 09h 22

Vraiment, l’Etat fait des progrès considérables ces derniers temps. Il est très agréable de le constater.


Le 22/05/2015 à 10h 05

« les parties du territoire où aucun opérateur n’est présent ne représentent plus que 0,1 % de la population et 1,5 % de la surface du territoire métropolitain »



Bof. Dans la vraie vie, les pourcentages sont bien supérieurs. Se baser sur les chiffres volontairement faussés par les opérateurs pour enfumer l’ARCEP, ce n’est pas très sérieux.


Le 22/05/2015 à 10h 06







GoobY13 a écrit :



&nbsp;quel que soit l’operateur tout le monde passera dessus ?





oulà j’ai eu une vilaine pensée sur la fin de ta question! :)



Le 22/05/2015 à 10h 09

Ca serait top… Mais j’avais peur que par 100% du territoire est couvert, on entende “sur 100% du territoire, au moins un opérateur est accessible” (pas forcément tous, du coup)

Bref, merci pour ta réponse&nbsp;<img data-src=" />


Le 22/05/2015 à 10h 17







Arpago a écrit :



« les parties du territoire où aucun opérateur n’est présent ne représentent plus que 0,1 % de la population et 1,5 % de la surface du territoire métropolitain »



Bof. Dans la vraie vie, les pourcentages sont bien supérieurs. Se baser sur les chiffres volontairement faussés par les opérateurs pour enfumer l’ARCEP, ce n’est pas très sérieux.





Ton ‘bien supérieur dans la vraie vie’ est sorti du chapeau.

Les chiffres donnés sont par contre ceux de l’ARCEP, qui fait ses propres tests, pas ceux des opérateurs.



C’est bizarre de lire d’un côté l’obligation par le gouvernement pour les opérateurs de couvrir les zones et de l’autre côté les fameuses zones qui ne veulent pas que les opérateurs posent des antennes&nbsp;<img data-src=" />


Le 22/05/2015 à 10h 30







juks77 a écrit :



C’est bizarre de lire d’un côté l’obligation par le gouvernement pour les opérateurs de couvrir les zones et de l’autre côté les fameuses zones qui ne veulent pas que les opérateurs posent des antennes&nbsp;<img data-src=" />






  Il est bien connu que les bonnes âmes exigent le lundi une couverture au top, à 4 barres même au fin fond de leur cave.       

Les même qui iront le mardi à une manif de Robin des Toits pour qu'on n'installe pas d'antenne trop près de chez eux (mais chez les voisins, là ça leur va bien).

&nbsp;

&nbsp;


Le 22/05/2015 à 11h 05







Belial57 a écrit :



Ils n’ont pas pensé a dire que c’était fait exprès, afin de préserver des zones pour les personnes sensibles aux ondes radio ?





Ça existe vraiment? Ou ce ne sont que des symptômes psychosomatiques imaginaires?

Parce que les ondes radio, ça fait quand même plus de 60 ans qu’on en est inondé en raison de l’activité humaine, et ça a toujours existé à l’état naturel.



Par contre, certaines fréquences utilisées par les portables peuvent être effectivement dangereuses (notamment celles proches des micro-ondes) et une exposition prolongée au-delà d’une certaine puissance peut engendrer des conséquences plus ou moins néfastes.

Mais, à ma connaissance, le simple fait d’être dans le champ de rayonnement d’une antenne n’a jamais eu une quelconque influence sur le corps ni même le cerveau.

&nbsp;





Oliewan a écrit :



Je ne comprends pas. Les frequences 2G ne devaient elles pas être réutilisées pour la 4G ?

Je ne me souviens plus ou je l’ai lu mais il me semble bien que c’est ça.

Quitte à déployer des nouvelles antennes, pourquoi ne pas déployer de la 3G plutôt ?





Oui, Bouygues le fait d’ailleurs.

Du coup, entre 3G et 2G convertissable en 4G, il est plus intéressant de déployer la 2G à mon sens.



Oliewan Abonné
Le 22/05/2015 à 11h 07

A condition que les infrastructures suivent. De la 4G avec un débit edge, ca va pas exciter le chaland <img data-src=" />


Darnel Abonné
Le 22/05/2015 à 11h 24

C’est bien. Ils auront fini de déployer la 2G juste avant sa mort, et la 3G juste avant qu’on commence à parler sérieusement de la 5G <img data-src=" />


Le 22/05/2015 à 11h 55

Et les endroits qui sont couverts, mais qu’a certains moment sur une petite portion, y’a un trou, est-ce que ça va être pris en compte aussi ?


Le 22/05/2015 à 13h 45

Je pense qu’ils n’en ont rien à foutre pour le moment, l’intérêt de la majorité (et les plus riches) passe avant l’intérêt des minorités.



Ces considérations pour la santé ne prendront pas le pas sur les autres décisions, tant que cela ne sera pas devenu un problème (épidémie nationale) de santé majeure. Donc compter encore 10 à 15 ans, en France, avant que les choses (santé) bougent peut-être réellement.


Le 22/05/2015 à 13h 59







SebGF a écrit :



Perso je sens bien venir dans les prochaines “box” une femto intégrée avec une offre quadruple play.

Histoire d’enfermer un peu plus le client qu’il ne l’est déjà.





ça ne permettra pas de se démocratiser.

Et puis d’un point de vue santé publique ce serait pas plus mal de n’utiliser chez soit que le Wifi lorsqu’il est disponible.

Donc si l’Etat oblige les opérateurs à faire en sorte que ce soit interopérable et par défaut ce sera une bonne chose.



Les dirigeants du pouvoir exécutif signent des accords public-privé en souriant pour la photo, et ensuite laissent la patate chaude (le contrôle et le suivi de la réalisation) aux oubliettes… ou à l’ARCEP qui a, dit-on, des pouvoirs de coercition à l’encontre des opérateurs télécom.


Si seulement les zones blanches en 3G étaient moins étendues que les zones blanches en 2G !… Malheureusement, ce n’est pas le cas. Il est actuellement plus facile, rapide, économique, etc, de terminer la couverture du territoire en 2G-GSM que celle en 3G-UMTS.



Mais la 3G n’est pas oubliée pour autant, car comme il est écrit dans l’article Next Inpact : « Comme prévu, la 3G fait également partie de l’accord signé par les opérateurs. Ils « devront également apporter un service d’accès mobile à internet (3G) aux 2200 communes aujourd’hui non couvertes avant la mi-2017 » indique le gouvernement. »


SebGF Abonné
Le 22/05/2015 à 15h 56

Il n’y a pas que la data dans le réseau mobile, il y a aussi la voix.

L’idée des femto, c’est avant tout de pouvoir avoir un portable capable d’émettre et recevoir des appels. La data est complètement inutile avec le Wi-Fi de la connexion filaire. Une femto n’émet pas à la même puissance qu’une antenne sur le toit d’un immeuble, donc du point de vue santé public ça doit pas être plus dangereux que le Wi-Fi… Au contraire le portable n’aura pas besoin d’envoyer toute la sauce pour accrocher l’antenne la plus proche.



Une mutualisation serait le mieux pour un accès via des femto, mais connaissant les opérateurs, j’ai des gros doutes qu’ils se lancent directement ainsi.

Le scénario plus classique serait : un opérateur lance l’offre, un va copier, et le reste va chouiner que c’est anticoncurrentiel. Résultat on aura encore perdu quelques années.









Darnel a écrit :



C’est bien. Ils auront fini de déployer la 2G juste avant sa mort, et la 3G juste avant qu’on commence à parler sérieusement de la 5G <img data-src=" />







Vu l’utilisation du réseau 2G, il devrait mourir plus ou moins en même temps que le réseau cuivré terrestre.



Le 22/05/2015 à 16h 42







brazomyna a écrit :



“Nous” qui ?

&nbsp;



Quelque technophiles épars qui voudraient tout, tout de suite ? Parce qu'au risque de te choquer, plus de la moitié de tes concitoyens n'utilisent même pas un seul octet de data mobile par mois. Pas un seul.      






Alors exiger la 4G pour les trois pékins technophiles qui voudraient le beurre (la 4G, chez moi, là tout de suite maintenant) et l'argent du beurre (le rural et ses avantages), tu comprendras que ce n'est pas une maxi priorité, n'en déplaise à ton nombril.      

&nbsp;







+100000000000000000



Avant de penser à la 2G, qu’on leur apporte déjà l’eau courante et l’hygiène, aux pécorres.



Plus sérieusement, c’est un financement global ou les ruraux mettront quand même un peu plus de leur poche que le commun des francais pour qu”on accède à leurs “exigences” ?


Le 22/05/2015 à 20h 58







monsieurxu a écrit :



Caramba, encore raté.

&nbsp;Si les élus (souvent anciens) veulent du téléphone, nous on veut de la 4G. et là… plus un seul mot sur le déploiement de la 4G en rural. Pire, maintenant que les opérateurs se sont engagés sur la 3G, ils vont surtout ne faire AUCUN effort pour la 4G en rural! &nbsp;





Parce que par miracle ils allaient couvrir en 4G ?

Couvrir au moins en 2G les zones rurales c’est permettre la mise en place des services de téléalarme pour le 3ème age qui se heurtent encore aux zones blanches dans le monde rural alors que ce sont déjà les plus isolés.









Drepanocytose a écrit :



Avant de penser à la 2G, qu’on leur apporte déjà l’eau courante et l’hygiène, aux pécorres.&nbsp;



Plus sérieusement, c’est un financement global ou les ruraux mettront quand même un peu plus de leur poche que le commun des francais pour qu”on accède à leurs “exigences” ?



Tu paie ton électricité plus cher ?









Zup Arkhen a écrit :



Tu paie ton électricité plus cher ?





Je pensais plus à des modèles de fourniture de services collectifs comme l’eau ou les déchets.



Quand l’eau de chez toi est facile à acheminer ou qu’il y a suffisamment de public pour faire des économies d’echelle, oui tu la paies moins cher.



Quand tu vis dans la bouse et le lisier sur des nappes phréatiques pourries de nitrates , et comme ca coute cher de denitrifier l’eau, oui tu la paies plus cher.



Quand le camion d’ordures doit se taper 12 km entre chaque ferme pour ramasser 3 ordures qui se battent en duel, bah la facture d’essence elle augmente fatalement et tu dois payer plus de taxes de collecte.



Voilà.



Sinon oui, celui qui vit dans un coin paumé ne paie pas la fourniture d’electricité plus cher une fois que le cable est tiré, mais il a payé plus cher en taxes et impôts locaux la pose dudit câble.



Donc en gros que les ruraux financent l’infra : une fois qu’elle sera là, ils paieront le même prix que tout le monde pour la fourniture du service, ce qu serait evidemment tout à fait normal à infra existante similaire.



Edit : j’habite en campagne



les opérateurs couvrent en priorité les zones de population les plus denses car ce sont les plus rentables et finissent par les zones les moins denses comme dans l’exemple de l’article ci-dessus pour la couverture quasi totale du territoire hexagonal en 2G-GSM fin 2016 et la couverture des bourgs des Communes rurales en 3G-UMTS fin 2017 (+couverture quasi-totale en 2020).



Dans ce processus, il a fallu environ 20 ans pour arriver à quasi 100% de couverture du territoire en 2G.



Donc, concernant la 4G-LTE, il faudra probablement compter :

année 2013 + 20 ans = une couverture quasi totale de l’Hexagone aux alentours de 2033


a priori, cette opération mutualisée entre les 4 opérateurs nationaux ne comporte pas de financement publique et coutera une somme de 40 millions par an aux 4 sociétés télécom. Seule contrepartie concédée aux opérateurs : la suppression d’entretenir les cabines téléphoniques (remplacées par la couverture mobile).



sources :

Le démantèlement des cabines téléphoniques avalisé par le Sénat Next Inpact

Le Sénat prépare la 2G dans toutes les communes pour fin 2016 Next Inpact

Télécoms : Bercy promet la fin des zones blanches pour 2020 lesechos.fr


« Tu paie ton électricité plus cher ? »



En l’occurence, tous les consommateurs d’électricité paient la CSPE - Contribution au service public de l’électricité - pour permettre la fourniture d’électricité dans des zones isolées ou reculées du territoire hexagonal (îles non-connectées au réseau ou zones éloignées des centrales de production d’électricité), pour financer les obligations d’équipement en centrales de production à ressources renouvelables (électricité “verte”), etc.


désolé, j’ai fait une confusion sur la question <img data-src=" /> Au temps pour moi.


« Sinon oui, celui qui vit dans un coin paumé ne paie pas la fourniture d’electricité plus cher une fois que le cable est tiré, mais il a payé plus cher en taxes et impôts locaux la pose dudit câble. »



Effectivement, le réseau de distribution électrique appartient aux Communes.

ErDF n’en est que le gestionnaire (délégation de service public de type concession).



En revanche, le réseau de tranport électrique (du lieu de production d’électricité jusqu’au transformateur de la Commune) appartient à RTE (filiale d’EDF) et est financé en partie par la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) payable par tout consommateur sur sa facture d’éléctricité.



Les opérateurs télécom nationaux sont, quant à eux, propriétaires de bout en bout de leur réseau. Sauf si la collectivité locale a construit un Réseau d’initiative publique (RIP).


Le 23/05/2015 à 10h 39







joma74fr a écrit :



les opérateurs couvrent en priorité les zones de population les plus denses car ce sont les plus rentables et finissent par les zones les moins denses comme dans l’exemple de l’article ci-dessus pour la couverture quasi totale du territoire hexagonal en 2G-GSM fin 2016 et la couverture des bourgs des Communes rurales en 3G-UMTS fin 2017 (+couverture quasi-totale en 2020).



Dans ce processus, il a fallu environ 20 ans pour arriver à quasi 100% de couverture du territoire en 2G.



Donc, concernant la 4G-LTE, il faudra probablement compter :

année 2013 + 20 ans = une couverture quasi totale de l’Hexagone aux alentours de 2033







Faut arrêter, les opérateurs auraient largement pu couvrir totalement en 2G bien avant que le gouvernement ne les y oblige! (je parle surtout pour Orange) La vérité c’est qu’ils ont pas voulu le faire.









JR_Ewing a écrit :



Faut arrêter, les opérateurs auraient largement pu couvrir totalement en 2G bien avant que le gouvernement ne les y oblige! (je parle surtout pour Orange) La vérité c’est qu’ils ont pas voulu le faire.





Evidemment.

Tout comme ils auraient aussi très bien pu baisser leurs marges pour que tu payes moins cher, ou te payer un smart gratuit parce qu’ils sont gentils.

Mais curieusement, ils ne l’ont pas fait. C’est très étonnant.



Certainement. Si on devait compter sur l’initiative des opérateurs télécom pour s’établir dans des zones peu rentables - voire quasi non-rentables (malgré la péréquation tarifaire) - on n’atteindrait jamais une couverture totale de l’Hexagone. Ce sont des sociétés commerciales, pas des organisations philanthropiques.



Le pilotage de l’aménagement du territoire (dont fait partie cet accord public-privé entre l’Etat et les 4 sociétés télécoms nationales), c’est le rôle de l’Etat et des collectivités locales. D’ailleurs, j’espère que l’ARCEP jouera son rôle de gendarme - et non son rôle d’arbitre - pour que les termes de cet accord soient réellement respectés par les opérateurs télécom.


SebGF Abonné
Le 23/05/2015 à 14h 59







Drepanocytose a écrit :



Evidemment.

Tout comme ils auraient aussi très bien pu baisser leurs marges pour que tu payes moins cher, ou te payer un smart gratuit parce qu’ils sont gentils.

Mais curieusement, ils ne l’ont pas fait. C’est très étonnant.







Accessoirement si j’en crois cet article, Orange et SFR avaient un engagement de 90% de couverture passé à 99% au renouvellement de leur licence 2G.

Donc à aucun moment ils n’ont eu obligation de couvrir 100% du territoire, celle-ci s’étant étendue progressivement.



Le 24/05/2015 à 10h 21







Drepanocytose a écrit :



Evidemment.

Tout comme ils auraient aussi très bien pu baisser leurs marges pour que tu payes moins cher, ou te payer un smart gratuit parce qu’ils sont gentils.

Mais curieusement, ils ne l’ont pas fait. C’est très étonnant.







j’ai jamais dis que les opérateurs devaient fournir un iphone 6+ gratos! Je dis juste qu’ils auraient pu se concerter pour couvrir ensemble (donc en limitant les coûts entre tous) les zones isolées en pleine campagne, ça aurait été le plus intelligent.







joma74fr a écrit :



Certainement. Si on devait compter sur l’initiative des opérateurs télécom pour s’établir dans des zones peu rentables - voire quasi non-rentables (malgré la péréquation tarifaire) - on n’atteindrait jamais une couverture totale de l’Hexagone. Ce sont des sociétés commerciales, pas des organisations philanthropiques.



Le pilotage de l’aménagement du territoire (dont fait partie cet accord public-privé entre l’Etat et les 4 sociétés télécoms nationales), c’est le rôle de l’Etat et des collectivités locales. D’ailleurs, j’espère que l’ARCEP jouera son rôle de gendarme - et non son rôle d’arbitre - pour que les termes de cet accord soient réellement respectés par les opérateurs télécom.







+1000!



Le 25/05/2015 à 16h 58

Moi je suis en plein centre d’une grande ville et je ne capte très très mal la 4G et la la 3G, les opérateurs nous mentent en parlant de couverture théorique.&nbsp;


jedipc Abonné
Le 27/05/2015 à 08h 50

En tout cas, je plébiscite le femto.

Chez moi je capte très mal, quelque soit l’opérateur.

Avec le femto de free,&nbsp; plus de problème de couverture chez moi. <img data-src=" />

&nbsp;