Mastodon, le réseau social libre et décentralisé prêt à voler dans les plumes de Twitter

Mastodon, le réseau social libre et décentralisé prêt à voler dans les plumes de Twitter

Mamouth écrase les tweets

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

Internet

07/04/2017
82

Mastodon, le réseau social libre et décentralisé prêt à voler dans les plumes de Twitter

Mastodon est un nouveau réseau social, qui en est encore à ses balbutiements. Open source et décentralisé, il vise tout particulièrement Twitter, mais avec des différences importantes. Ce premier article vise à en expliquer la philosophie et le fonctionnement.

Depuis le week-end dernier, Mastodon est partout. Si vous en avez entendu parler, c’est que le projet se présente comme un nouveau réseau social, dont la philosophie générale est largement calquée sur Twitter. Cependant, le fonctionnement en est parfois très différent, tant sur le plan technique que dans la diffusion de l’information.

C'est lui que nous analyserons ici avec le recul des premiers jours (ce qui permet déjà à certains d'en annoncer la mort après avoir loué l'initiative). Nous passerons, dans un prochain article en accès libre, sur l’utilisation pratique de Mastodon, de la création du compte à la publication des messages, en passant par ses options, ainsi que ses limitations.

Il existe déjà plusieurs instances où s'inscrire, mais à l'heure actuelle, celle créée par l'initiateur du projet Eugen Rochko, Mastodon.social, n'accepte plus d'inscriptions pour cause de surcharge.

Notre dossier sur Mastodon :

Mastodon, qu’est-ce que c’est ?

Commençons donc par le début. Mastodon est un projet open source et décentralisé, financé en partie via Patreon. Il existe depuis plusieurs mois, même s'il n'a été annoncé comme réellement prêt que le 1er avril sur Medium.

Souvent présenté comme un service concurrent de Twitter, ce n’est pas tout à fait le cas. L'outil a ses codes, dont un mamouth comme logo ou ses « pouets » (toot en anglais) plutôt que des « tweets ». Mais Mastodon est avant tout un logiciel que l’on installe sur un serveur, pour créer ce que l'on nomme une instance. Plusieurs ont d'ailleurs déjà été mises en ligne, une liste étant maintenue à jour par ici. La Quadrature du Net propose d'ailleurs la sienne.

Précisons tout de suite un point important, pour ceux qui craindraient une structure éclatée comme autant d’ilots isolés : chaque instance est capable de communiquer avec les autres, à moins que l’administrateur du serveur n’en décide autrement. L’idée est bien entendu que les utilisateurs aient la perception d’un large service unifié, qui s’utilise presque comme un outil centralité tel que Twitter, mais dont l’arrière-plan est radicalement différent.

Il y a donc bien l’idée d'un maillage, chaque instance faisant partie – par défaut – d’un tout. Un point qui peut paraitre quelconque pour l’utilisateur mais qui, comme nous le verrons par la suite, a son importance. Par ailleurs, on parle bien de réseau décentralisé car il n’existe aucune autorité particulière dans le maillage, pas plus que de « serveur maître » ou d’instance ayant le moindre contrôle sur les autres.

En fait, chacun peut avoir des règles différentes, selon la personne qui l’a créée. Ce point explique pourquoi le pseudo complet de chaque utilisateur sera toujours sous la forme « pseudo@domaine ». Un fonctionnement que son développeur principal Eugen Rochko compare au système fédéré des emails.

Un projet qui n’est pas né du néant

Mastodon n’est pas un projet développé depuis zéro. Eugen Rochko, s’est ainsi appuyé sur GNU social (avec lequel Mastodon est compatible), un logiciel serveur développé depuis des années et dont l’objectif est justement de fournir une plateforme de microblogging. En ça, il se veut différent d'un Diaspora* par exemple.

Sa présentation générale rappelle Twitter, matinée d’éléments de type Facebook, notamment dans les réponses. Rappelons que GNU social, n’a pas toujours eu sa forme actuelle. Initialement, ce n’était qu’un ensemble de scripts PHP, un prototype produit dans le cadre de l'édition 2010 du Software Freedom Day. Dérivé de GNU FM (plateforme communautaire pour la musique), Il ne savait alors que gérer la création de groupes et la publication de messages.

Les premières années, GNU social a continué ainsi, mais partageait une base de code commune avec un projet du même acabit, StatusNet. En juin 2013, le développeur principal de ce dernier, Evan Prodromou, annonçait finalement qu’il souhaitait fusionner les deux. Depuis, il ne reste que GNU social, devenu un logiciel de communication, capable de gérer les échanges publics et privés. Il est notamment utilisé par la Free Software Foundation (FSF).

Mastodon se veut un Twitter débarrassé de ses principales limites

Eugen Rochko a eu l’occasion de donner sa vision de ce qu’est Mastodon. Les comparaisons avec Twitter sont nombreuses. Logique : le cœur du produit est le même, à savoir la publication de messages courts pour échanger avec d’autres.

À ceci près que Mastodon permet d’écrire des messages de 500 caractères de long, contre les traditionnels 140 de Twitter (à de nombreuses exceptions près). Une manière pour l’auteur d’apporter de la nuance et de juguler les « tempêtes de tweets », qui s’abattent dès qu’un échange devient houleux.

Côté look, on est assez proche de ce que propose actuellement Tweetdeck :

mastodon

Mastodon dispose également d’un flux public propre à chaque instance. Celui-ci doit en théorie rester digeste, ce qui reste à prouver. Mais il doit surtout permettre d'avoir des instances spécialisées sur un sujet, une langue ou même un média en particulier. Sa consultation n’est pas obligatoire et des options permettent aux utilisateurs de ne pas y apparaître s’ils préfèrent échanger simplement avec des connaissances.

La décentralisation comporte aussi pour le moment certaines limites. Suivre un utilisateur d'une autre instance n'est pas encore tout à fait naturel, il n'est aussi pas possible d'intégrer un message sur un site tiers comme on le fait assez facilement avec un tweet. Mais cela pourrait rapidement venir.

Un logiciel libre, déjà de nombreuses facilités

Car les différences ne s’arrêtent pas là et sont plus profondes. La principale se devine aisément : il s’agit d’un logiciel libre. Rochko explique : « Mastodon n’est pas bâti pour vendre votre temps de cerveau disponible ou données analytiques aux publicitaires. Permettre à quiconque d’inspecter son code et de soumettre des améliorations signifie qu’il est construit pour les gens, par les gens, sous la surveillance des gens ». En d’autres termes, l’utilisateur n’est pas considéré comme une vache à lait : pas de publicité, pas de trackers.

L'outil peut aussi évoluer selon l'influence de la communauté, et depuis une semaine, les modifications sont nombreuses. Mais déjà, sa constitution est solide et ouverte. Outre GNU social, il est compatible avec OStatus, repose sur une API REST et se comporte comme un fournisseur OAuth2. On retrouve ainsi déjà plusieurs clients sur différentes plateformes.

Il peut aussi être déployé assez facilement via Docker, mais aussi de manière plus manuelle ou via des services comme Scalingo / Heroku. Pour simplifier la vie des utilisateurs, ils peuvent lier un compte Mastodon et Twitter, que ce soit pour retrouver des amis. Cela passe par cette application.

Apprendre des erreurs de Twitter 

Eugen Rochko indique s’être abreuvé directement à la source des erreurs de Twitter, qu’il juge nombreuses, particulièrement sur le harcèlement. Sur Mastodon, quand un compte est bloqué, il n’y a plus aucune trace de lui pour le bloqueur. Un fonctionnement auquel Twitter n’est venu que très récemment, et uniquement par étapes successives. Il est également possible de le passer sous silence.

Mastodon veut frapper par la granularité de ses contrôles. Ainsi, toute publication peut être publique, non-listée (donc pas sur le fil public), privée (uniquement pour les abonnés) ou directe, ce qui correspond au DM de Twitter. Ces derniers apparaissent d’ailleurs dans le flux, sans gestion distincte.

On peut marquer un message comme ayant un contenu sensible – ce qui nécessite un clic supplémentaire pour le lecteur – bloquer les notifications provenant de comptes qu’on ne suit pas, etc.

La délicate question de la modération

La différence de fonctionnement de Mastodon se retrouve à tous les niveaux, y compris dans la modération. Un sujet particulièrement complexe, dont Twitter fait les frais, surtout depuis plusieurs mois. L’entreprise a procédé à de nombreux ajustements, certains bienvenus, d’autres plus discutables. Petit à petit, le réseau social finit par avoir dans ce domaine les fonctionnalités qu’il aurait dû posséder depuis bien longtemps.

Mais le modèle décentralisé de Mastodon change nécessairement la donne. Puisqu’il n’y aucune instance maître ni équipe de modération, les différents serveurs doivent s’autoréguler. Or, comme l’indique Rochko lui-même, la souplesse de Mastodon permet à quiconque de créer sa propre instance, selon les règles et la thématique qui lui plairont.

Cette différence est capitale. Les instances pourraient ainsi fleurir autour de thématiques précises, fédérant des communautés plus ou moins importantes, selon l’intérêt et/ou la capacité du serveur. On peut ainsi concevoir une petite instance centrée sur la philatélie et une autre, beaucoup plus imposante, sur le monde automobile.

Mastodon LQDN

Chaque administrateur ou équipe d’administrateurs fixe les règles qu’il ou elle entend. Aux utilisateurs de se renseigner avant et d’accepter les conditions. Les messages contenant des propos, des images ou vidéos posant problème peuvent être signalés, mais en fonction du serveur, la réponse pourrait être lente, voire inexistante.

On trouvera donc pour chaque instance un « règlement », comme décrit par Eugen Rochko sur cette page pour son Mastodon.social. Ainsi, tout ce qui touche à l’appel à la violence, à la haine, les bots trop zélés, la pornographie quand elle n’est pas marquée comme telle, les contenus gores, la pédopornographie et globalement toute forme de discrimination seront amenés à disparaître.

Rochko précise qu’il ne s’agit pas d’une contrainte juridique, mais d’une ligne de conduite fortement recommandée. C'est donc à ce niveau que les legislateurs vont sans doute chercher à intervenir. Nous aurons d'ailleurs l'occasion d'évoquer ce point en détail dans un prochain article.

Et en cas de communauté « toxique » ?

Car que se passerait-il si une instance entière était dévolue à une thématique nauséabonde ou s’agitait au point de faire trop de bruit ? Eugen Rochko indique que c’est une possibilité. Cependant, la solution existe : « Bien entendu, des communautés avec pour seul objectif de diffuser une attitude toxique apparaîtront également. Dans de tels cas, les administrateurs d’instances pourront les mettre immédiatement sur liste noire ».

Pour le développeur, ce type de blocage pourrait rapidement calmer ces activités. Recréer une instance Mastodon réclame en effet « bien plus d’efforts » que de se réinscrire sur Twitter avec un nouveau compte : il faut avoir un ou plusieurs serveurs, payer le nom de domaine et passer du temps à tout configurer.

Le fait est, dans la pratique, qu’il est encore trop tôt pour savoir comment ces comportements seront jugulés, ou si la modération pourra s’équilibrer d’elle-même, car elle dépend bien sûr de l’attitude générale des utilisateurs, et de ce qu’ils feront de Mastodon.

En outre, la modération recouvre d’autres aspects moins évidents, comme la validation des profils certifiés. Actuellement, n’importe qui sur Mastodon peut prétendre être une célébrité ou même un média. L'utilisateur doit donc être relativement attentif, notamment au domaine utilisé. Mais l'on imagine qu'une validation via une toile de confiance ou des outils comme Keybase par exemple pourrait intervenir.

Modèle commercial : c’est comme vous voulez

Enfin, la question du modèle commercial se pose. Ici, la réponse sera sensiblement la même que pour bien des projets open source : à charge de celui qui veut créer une instance de réunir les fonds. Il peut bien entendu le faire de sa poche, appeler aux dons, lancer une campagne participative (c’est le cas d’Eugen Rochko sur Patreon), etc.

En fait, le cas n’est pas très différent d’une structure comme Framasoft, qui utilise des projets libres déjà existants et en créent des instances à capacité limitée, dans le but notamment de montrer que c’est possible. L'association a d'ailleurs déjà regroupé des CHATONS afin de vous permettre de « faire pouet ».

Mastodon CHATONS

La question qui reviendra le plus souvent est de savoir finalement à quelle audience est destinée une instance Mastodon. Plus elle se voudra générale, plus les inscriptions risquent d’être nombreuses, plus il faudra de moyens ensuite pour fournir l’infrastructure nécessaire.

Mais rien n’empêche un particulier de monter un serveur pour une petite communauté de passionnés, qui feront leurs échanges et n’auront pas envie (ou besoin) d’interagir avec d'autres. C’est la souplesse voulue par Eugen Rochko.

82

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Mastodon, qu’est-ce que c’est ?

Un projet qui n’est pas né du néant

Mastodon se veut un Twitter débarrassé de ses principales limites

Un logiciel libre, déjà de nombreuses facilités

Apprendre des erreurs de Twitter 

La délicate question de la modération

Et en cas de communauté « toxique » ?

Modèle commercial : c’est comme vous voulez

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (82)


Ami-Kuns Abonné
Le 07/04/2017 à 08h 57

Mastodon NXI? <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 08h 58

Donc il y a possibilité d’interaction avec des comptes qui ne sont pas chez le même provider ?

Genre pour l’équivalent des retweet, réponses, citation etc ?


vizir67 Abonné
Le 07/04/2017 à 08h 59

(ce qui permet déjà à certains d’en annoncer la mort après avoir loué l’initiative)



aïe ! &nbsp;<img data-src=" />




  • ça commence MAL pour lui !


Le 07/04/2017 à 09h 01

Passionnant, j’espère que ça va marcher mais il reste de nombreux défis comme l’authentification et la modération. Par contre, s’ils veulent gagner en crédibilité dans les média, le “pouet !” je suis pas sur <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 09h 02

Oui, on peut interagir avec toutes les instances publiques et même avec les instances GNU Social.

En faite, Mastodon est compatible avec GNU Social et Friendica.


David_L Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 03







Ami-Kuns a écrit :



Mastodon NXI? <img data-src=" />





On attend de voir comment les choses évoluent avant de se lancer (une telle décision ne se prend pas à la légère, il faut délivrer et maintenir ensuite) mais cela a été évoqué oui <img data-src=" />



ArKoS Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 04

Je n’en avais pas entendu parlé, merci de l’info et des explications ^^


Cacao Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 05

Je vois carrément pas d’avenir à l’échelle d’un twitter sur ce type de projet. Le décentralisé c’est top philosophiquement mais là, c’est tout sauf attirant pour l’utilisateur lambda.

Et puis, une bonne partie des sites de la liste ne fonctionnent pas/ressemblent à un site de trolls/n’inspire pas confiance. Sans compter que le fait de ne pas avoir de système d’authentification unifié (un compte marche sur tous les domaines), si le domaine sur lequel je suis inscrit disparaît, mon compte s’en va avec…



Voilà. Sinon, j’ai tenté le coup. Je me suis inscrit sur deux sites, j’ai toujours pas reçu d’email de confirmation. Donc si en plus, on ajoute à ces problèmes, la fiabilité douteuse de certains domaines, j’ai du mal à croire que ça perce.


Ami-Kuns Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 07

pouets: Dis camions!<img data-src=" />


Sheepux Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 08

le cercle des pouets disparus ? Une sombre histoire de la salle B4 post concours (tien ca fait longtemps que y’a pas eu un concours)



En tout cas y’a un débat qui semble inconciliable sur l’utilisation du “pouet”.

https://github.com/tootsuite/mastodon/issues/1099

Au pire tu peux toujours dire “toot”


Le 07/04/2017 à 09h 09







Cacao a écrit :



Je vois carrément pas d’avenir à l’échelle d’un twitter sur ce type de projet. Le décentralisé c’est top philosophiquement mais là, c’est tout sauf attirant pour l’utilisateur lambda.

Et puis, une bonne partie des sites de la liste ne fonctionnent pas/ressemblent à un site de trolls/n’inspire pas confiance. Sans compter que le fait de ne pas avoir de système d’authentification unifié (un compte marche sur tous les domaines), si le domaine sur lequel je suis inscrit disparaît, mon compte s’en va avec…







Pourtant les mails fonctionnent exactement de cette façon depuis des décennies et tout le monde est content, non ?



Le 07/04/2017 à 09h 10

L’authentification n’est pas un problème. Si tu en as besoin, tu passe par ta propre instance ou tu utilises un service tiers pour cela.

La modération se fait déjà en fonction du règlement propre à chacune des instances.


Le 07/04/2017 à 09h 12







Cacao a écrit :



Je vois carrément pas d’avenir à l’échelle d’un twitter sur ce type de projet. Le décentralisé c’est top philosophiquement mais là, c’est tout sauf attirant pour l’utilisateur lambda.







Le décentralisé, l’individu lambda ne sait même pas ce que ca veut dire… si en plus cette architecture est masquée, ou est le problème ?







Cacao a écrit :



Et puis, une bonne partie des sites de la liste ne fonctionnent pas/ressemblent à un site de trolls/n’inspire pas confiance. Sans compter que le fait de ne pas avoir de système d’authentification unifié (un compte marche sur tous les domaines), si le domaine sur lequel je suis inscrit disparaît, mon compte s’en va avec…







Round 1 : fight



Effectivement ca part mal…

Peut-être qu’une “clé d’identification privée” pourrait être fourni, et créer un nouveau compte en ajoutant cette clé pourrait permettre de passer le contenu synchronisé en écriture pour ton compte du coup…







Cacao a écrit :



Voilà. Sinon, j’ai tenté le coup. Je me suis inscrit sur deux sites, j’ai toujours pas reçu d’email de confirmation. Donc si en plus, on ajoute à ces problèmes, la fiabilité douteuse de certains domaines, j’ai du mal à croire que ça perce.







Round: 2 fight !



On va mettre çà sur le dos de l’engouement autour du projet et que tout le monde veut s’inscrire aujourd’hui… <img data-src=" />



KO.



Le 07/04/2017 à 09h 13

Ok merci <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 09h 21

Qu’est ce que ça me fait envie ce genre de réseaux décentralisés. Mais à chaque fois, le contenu ne prend pas. On en revient toujours au problème de l’oeuf et de la poule.



C’est l’effet suiveur, en fait. Plutôt que de suivre et de copier ce que font les solutions propriétaires, il serait limite plus pertinent de chercher à inventer quelque chose.


tpeg5stan Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 21

Metttre IPv6 dans les particularités …

Je sais qu’on est ‘dredi mais quand même :/


Arcy Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 22

+1 :p



J’en avais déjà entendu parler du truc mais j’ignorais qu’il y avait communication entre les instances. C’est plutôt cool comme fonctionnement.


Je m’y suis essayé et ce n’est si compliqué à utiliser si on est déjà habitué au fonctionnement de Twitter. Ceci-dit, le gros avantage de Twitter est d’avoir des inscrits à forte notoriété (personnalités publiques, marques commerciales, etc) et une base d’utilisateurs conséquente. Ce qui constitue un premier avantage, le second avantage étant que Twitter est plus abouti dans son ergonomie que Mastodon.



La comparaison entre Mastodon et et le Mail est assez pertinente finalement (ça c’est un inconvénient pour Twitter, car Mastodon peut être un outil de communication interopérable).


Le 07/04/2017 à 09h 29

C’est basiquement ce que font Movim et Diaspora, ce dernier étant assez bien peuplé. Je ne comprends pas trop cette hype envers Mastodon, surtout qu’il est codé en Ruby et Node, un cauchemar pour les sysadmin.


Le 07/04/2017 à 09h 30

Sinon, y’a toujours les newsgroups <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 09h 44

Me fait déjà plus envie qu’Ello et l’ancêtre Google+ (au niveau de l’interface). Y’en encore quelques bugs graphiques et erreur 500 en cascacade, mais vue la vague massive de nouveau inscrit laissons leur le temps de corriger tout ça. Et c’est un projet opensource.



Par contre je serais curieux de savoir d’ou est partie la pointe d’inscription (la vague massive d’utilisateurs). En gros l’épicentre :)


Edtech Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 52

En fait, ça ressemble beaucoup au principe de XMPP, mais en mode réseau social !


Myze Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 55

Est ce qu’il y a des journalistes de NXI dessus déjà ?


David_L Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 56

Oui <img data-src=" />


Mithiriath Abonné
Le 07/04/2017 à 09h 58

Oui. <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 10h 00

XMPP peut être utilisé pour faire un réseau social. Cf: Movim


Le 07/04/2017 à 10h 05







Cacao a écrit :



Je vois carrément pas d’avenir à l’échelle d’un twitter sur ce type de projet. Le décentralisé c’est top philosophiquement mais là, c’est tout sauf attirant pour l’utilisateur lambda.





Ça me fait un peu peur pour son avenir aussi. Finalement, quelle est LE plus utilisateur par rapport à twitter? Les 500 caractères pèsent bien peu face à la population déjà sur Twitter.

Le décentralisé est effectivement top sur le principe, rien à dire là dessus, surtout que ça à l’air assez transparent (en gros ça marcherait un peu comme un sous-forum si j’ai bien compris).

Mais alors pour la majorité des utilisateur, devoir rechercher puis choisir une instance, ça me parait moyen face à la simplicité d’un inscription twitter.



Edtech Abonné
Le 07/04/2017 à 10h 06

Ca ne m’étonne pas, on peut tout faire en XMPP <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 10h 39

La fameuse opposition liberté vs. simplicité :)



Sauf que dans ce cas précis l’option “liberté”, Mastodon, a encore une belle marge de progression, notamment dans l’émergence d’instances solides.



Sur les plus utilisateur, tu n’as pas mentionné l’absence de pub et de tracking, et davantage de contrôle sur ses données. C’est pas négligeable !


David_L Abonné
Le 07/04/2017 à 10h 45

Même des gateaux au chocolat ?&nbsp;<img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 10h 58







ColinMaudry a écrit :



Sur les plus utilisateur, tu n’as pas mentionné l’absence de pub et de tracking, et davantage de contrôle sur ses données. C’est pas négligeable !





Exact! Mais est-ce suffisant? Même en étant assez sensibilisé à l’open bar sur nos données personnelles que nous offrons aux réseau sociaux, j’en suis volontiers utilisateur de par les plus que ça m’apporte (facilité de communication avec les amis).

Je pense qu’arriver avec une solution similaire, en terme de possibilités offertes, et brandir les arguments de la non-utilisation des données perso, l’absence de publicité voire l’ouverture des sources ne suffira pas à convaincre la majorité du public à changer de plateforme.



Le 07/04/2017 à 11h 06

En même temps, ce n’est pas un concurrent commercial de twitter. Il n’y a pas de part de marché à prendre, pas d’objectifs financiers, etc.



Inutile de convaincre la majorité du public, tant qu’il y aura des utilisateurs qui y trouvent ce qu’ils cherchent et des mainteneurs pour les instances, le réseau vivra. Ce n’est qu’une nouvelle manière de présenter GNU social, réseau qui existe déjà depuis des années.



Pour comparer à un autre réseaux décentralisé, Diaspora est totalement inconnu du grand public et continue pourtant à vivre.


Le 07/04/2017 à 11h 25

Pas convaincu, un énième réseau social, non merci pour ma part :)


Le 07/04/2017 à 12h 08

Pour certains, les instances sont une valeur ajoutée. Ça permet de choisir “sa” communauté, de trouver plus facilement des gens avec les mêmes sensibilités.



Mais, effectivement, pour quelqu’un qui n’en voit pas l’intérêt et qui considère que c’est un frein à leur inscription, il y a effectivement du boulot à effectuer pour éliminer cette étape contraignante (la sélection de l’instance).



Si j’aime et que j’ai adopté Mastodon, c’est surtout en raison de ma conception de ce que devrait être Twitter. Elle se résume dans cette article :https://technosailor.com/2012/03/01/twitter-as-a-protocol/



Si tu veux une réelle réponse à ta question sur la valeur de Mastodon, inscris-toi dessus et va demander aux non-libristes et non-hacktivistes. Il y en a à la pelle.


John Shaft Abonné
Le 07/04/2017 à 12h 17

Ah ça, ça aurait fait un chouette RFC du 1er avril : “Chocolate Cake Cooking over Extensible Messaging and Presence Protocol (CCCoXMPP)” <img data-src=" />


Le 07/04/2017 à 12h 23

De mon point de vue, social et décentralisé, avec des instances indépendantes, c’est presque antinomique.

Whaller souffre du meme défaut ou qualité selon le besoin de chacun.



Y aura-t-il un catalogue des instances ?


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 12h 26







ColinMaudry a écrit :



Sur les plus utilisateur, tu n’as pas mentionné l’absence de pub et de tracking, et davantage de contrôle sur ses données. C’est pas négligeable !





En l’occurrence sur Mastodon l’admin de l’instance a accès à tous les messages, y compris les messages privés.

Il faut donc bien choisir son instance.

Je viens de passer sur celle de LQDN, je suis plus confiant chez eux qu’ailleurs.



edit: ça doit aussi être le cas chez Twitter, j’en sais trop rien.



hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 12h 28







barthous a écrit :



Y aura-t-il un catalogue des instances ?











l’article a écrit :



Plusieurs ont d’ailleurs déjà été mises en ligne, une liste étant maintenue à jour par ici



<img data-src=" />



Le 07/04/2017 à 12h 52

Check dans ton dossier spam, le miens à été direct filtrer par outlook.com


Le 07/04/2017 à 13h 00

<img data-src=" />


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 04

oui c ‘ est un gros problème . ca commence à parler d’ ajouter du chiffrement pour les messages privés ,mais on en est tres loin.

Après , les instances ,ca permet de faire comme des petites communautés ,certaines ont des themes centraux . T as un fil avec tes abonnes ,comme twitter ,un fil d instance ( ou tu peut voir ce qui passe en public sur les comptes de ton instance ), et un fil global ,ou tu vois ton instance +les autres ( enfin d apres ce que ton instance sait ,donc d apres les liens entre les comptes de ton instances et d’ autres comptes ).



Tu as une autre liste ici aussi ,je sais pas à quelle fréquence elle est mise à jour par contre . Il semblerait aussi qu’ on ait passé les 100 000 comptes ,ce qui est énorme pour un projet du genre en vitesse de progression.


Le 07/04/2017 à 13h 07

Hum ce qui me dérange directe, c’est de ne pas pouvoir consulter sans être connecté… Twitter on peux se balader dessus sans avoir de compte. Donc bah non pas de énième compte pour ma part.



&nbsp;


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 08

Tu peux changer d instance ,et tu as une fonction d export des listes de tes abonnements dans les parametres.

Après ,ils veulent implémenter quelque chose pour faciliter la migration de compte plus tard .


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 12

ben pour le chiffrement il faudrait que ça soit du E2E.

en effet si l’admin voit aujourd’hui les DM en clair, ça sert à rien de les chiffrer s’il a aussi la clé de chiffrement à dispo.<img data-src=" />

je connais pas assez la techno derrière mastodon, mais c’est pas forcément simple à mettre en place sur toute une fédération d’instances.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 16







Cacao a écrit :



Voilà. Sinon, j’ai tenté le coup. Je me suis inscrit sur deux sites, j’ai toujours pas reçu d’email de confirmation. Donc si en plus, on ajoute à ces problèmes, la fiabilité douteuse de certains domaines, j’ai du mal à croire que ça perce.





OK.

ben moi jme suis inscrit sur deux sites (mastodon.xyz et mamot.fr qui est l’instance de LQDN), et j’ai reçu un mail de confirmation.

un point partout balle au centre.

et y’a même le 2FA sur mamot. ^^



Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 19

Il me semble que ca parlait de E2E ,et aussi sur la difficulté d’ implémenter sans casser la compatibilité ( faut que je retrouve les pouets ^^’ )

Mastodon c est une implémentation de GNUsocial


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 27

Yep ca tente en E2E : sur ce pouet













CreaYouz a écrit :



Hum ce qui me dérange directe, c’est de ne pas pouvoir consulter sans être connecté… Twitter on peux se balader dessus sans avoir de compte. Donc bah non pas de énième compte pour ma part.





Te balader à partir de rien ,non mais tu peux lire certains comptes en public ou certains pouets

Par exemple



Jarodd Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 28

J’ai créé un compte sur une instance, mais je me dis que je pourrais me faire la mienne. Seulement je ne sais pas comment ça se passe pour le nom d’utilisateur. On peut le transférer d’une instance à une autre ? Ou bien le système de mention permet d’avoir plusieurs noms identiques si l’instance est différente ? (une sorte de @moi@intanceplop et @moi@instancetruc)



Sinon ce système d’indiquer l’instance, c’est un peu plus lourd que twitter (mais c’est le prix à payer de la décentralisation). C’est plus facile d’indiquer “mon compte c’est @machin” plutôt que “@machin@moninstance”. Si c’est pour indiquer un domaine, autant donner son e-mail <img data-src=" />


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 34

2eme option ,c est l e combo identifiant + nom de domaine qui t identifie .

Par exemple ,si je cree mon compte sur mastodon.social , je suis hyrakama@mastodon .social . Sur mastodon.xyz, [email protected] .

Quelqu un d autre peut creer [email protected], ce sera pas mon compte mais le sien ,mais pourtant le même pseudo.



Pour transferer d un compte a l autre ,c est pas encore possible directement ,il semblerait que certains essaient de s y pencher . Mais dans les options ,tu peux exporter /importer ta liste de contacts


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 37







Hyrakama a écrit :



Yep ca tente en E2E : sur ce pouet





ouais enfin le mec ne veut pas intégrer ça dans la plateforme mais veut sortir une extension FF (lol), le tout en closed source (re-lol), avoir une gestion de clés publiques dans la bio…

bref encore un truc pour les 3 crypto-anarchistes du coin qui veulent chatter sur mastodon NSA-proof. <img data-src=" />



edit: et même pas, sachant que par définition le crypto-anarchiste est un nazi de l’open-source.



Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 42

Bah y a lui dans son coin , y en a un autre qui veut faire du e2e aussi ,pour l instant tout le monde forke sa petite option,ca risque de mettre un petit moment avant que ca s estompe et s’ organise un peu. D ailleurs faut voir le commit.

Pour l instant c est clairement pas fait pour du privé de toute facon


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 51

non c’est clairement pas le but premier.

mais dans le cadre d’une fédération ou n’importe qui peut créer une instance, le chiffrement des DM devient plus sensible que chez Twitter par exemple.


Jarodd Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 54

C’est bien ce que je pensais, merci <img data-src=" />



HS : je n’avais pas vu le sous-titre, il est <img data-src=" />&nbsp; Seuls les vieux comprendront <img data-src=" /><img data-src=" />


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 13h 59

Clairement


Le 07/04/2017 à 14h 03

Mouai… Je fais pourtant parti de la bonne génération (même si la courante c’est encore pire) mais clairement l’intérêt me dépasse. On a déjà tellement d’options (beaucoup de mauvais qualité on est d’accord) que il faut plus qu’une limite de 500 char et quelques trucs censés garantir ma liberté (mais avec l’admin serveur qui a accès à l’intégralité du contenu sans aucun soucis?). Bref…


Le 07/04/2017 à 14h 04

Ca me fait penser au darknet (TOR):

De bonnes idées,

De bonnes intentions,



De gros risques d’avoir des entités illégales profiter de ce système (groupes fermés pour terroristes, pédophiles, …)

tout comme des groupes fermés pour lanceurs d’alertes, résistants …



les services de renseignement vont vite critiquer “la zone de non-droit”.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 05

c’est pas les SR qui critiquent la zone de non droit, puisqu’ils y évoluent. <img data-src=" />

c’est les politiques, pour des raisons… politiques.


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 07

Meuh non ,y as pas de chiffrement ,t’ envoies le swat chez l’ admin serveur et hop


Le 07/04/2017 à 14h 07

correction: les services de “police”, comme le FBI, les AD, …

qui n’auront pas accès à la modération.



Mais si les renseignements pourront créer des honey pot, ils n’auront pas accès à toutes les instances les plus sombres.








dematbreizh a écrit :



Ca me fait penser au darknet (TOR):

De bonnes idées,

De bonnes intentions,



De gros risques d’avoir des entités illégales profiter de ce système (groupes fermés pour terroristes, pédophiles, …)

tout comme des groupes fermés pour lanceurs d’alertes, résistants …



les services de renseignement vont vite critiquer “la zone de non-droit”.





Ouais, enfin tu peux faire pareil avec n’importe quel protocole décentralisé, y compris les protocoles de mails.



Et là où TOR tente d’obfusquer la provenance des requêtes, là, sans autre outil tierce, tu sais d’où viennent les flux.



Le 07/04/2017 à 14h 08

pas faux…

&nbsp; pas encore.



C’est open, ça pourrait arriver.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 09

c’est surtout que l’intérêt d’une instance est peut-être plus en phase avec mon intérêt propre, plutôt que les intérêts de Twitter. C’est sans doute plus communautaire qu’universaliste.

bref, les différences ne sont pas que techniques, mais aussi politiques.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 11

si le FBI arrive à cracker des iPhone et à identifier des tor-users, je me fais pas trop de soucis pour qu’ils arrivent à lire les messages stockés en clair sur une instance Mastodon. ^^


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 19

Oui ,certaines instances sont dans cette optique .T en as une pour la haute garonne ,une axée sur les droits trans et féministes ,etc , d ailleurs le fil d instance sur le client donne ce petit effet communauté ( sur les instances pas trop grosses hein ,pas non plus mastodon.social )


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 22

j en parlais un peu plus haut ,y as des chances de voir apparaitre du chiffrement e2e pour les messages privés dans un avenir( pas si ? ) lointain


Le 07/04/2017 à 14h 23







dematbreizh a écrit :



les services de renseignement vont vite critiquer “la zone de non-droit”.









Ce n’est pas une zone de non droit, la législation du pays où est hébergée l’instance s’applique.

Et contrairement au Darknet, il n’est pas très compliqué pour la justice d’identifier l’hébergeur si besoin.



Le 07/04/2017 à 14h 44

J’ai mis plusieurs cas dans le même panier, ce qui (ce qui m’arrive souvent) rend mon message brouillon.



Dans le cas de justice, si les instances sont décentralisées, contrairement à Twitter, ils ne peuvent de manière simple demander officiellement à récupérer des détails / modérer un contenu, plus encore sur la justice d’un pays louche sur une instance localisée ailleurs.



Dans le cas du renseignement, (surtout si le chiffrement arrive) il sera difficile à un pays (la Chine incluse) de traquer un groupe de personnes communiquant sur une instance hors du pays.



Ce que je dis surtout, c’est que les “têtes pensantes” (les politiques, oui) vont accuser mastodon d’être un repère à voyous (dénomination la plus légère possible), tout comme ils accusent le chiffrement.



Après, je ne fais que soulever une problématique, sans avoir d’avis tranché. Nous verrons.



ps:

&nbsp;non hellmut, le FBI ne craque pas les Iphones (c’était une société privée, à cause d’une faille) et n’identifie pas les Torusers (encore une fois c’était une faille ET un honeypot). Je suis certain qu’ils feront des honeypot là aussi.

Et s’il n’y a aucune sécurité sur les données, je pense qu’on touche alors un autre problème dont la CNIL se saisira.


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 51

Oui ,vu comme ca ,si on suit leur logique ,on sort plus de facebook avec acces gouvernemental en arriere-plan et pis c est tout.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 14h 54

franchement que ça soit le FBI ou un privé à la demande du FBI le résultat est le même: iphones crackés et tor-users identifiés. comparé à ça, Mastodon c’est du marshmallow.


Le 07/04/2017 à 14h 58

Je n’ai jamais vu de politiques accuser (ni même parler de) Diaspora ou Gnu Social d’être des “repères à voyous”.

Mastodon n’est pas diffèrent sur le fond, c’est d’ailleurs totalement compatible avec GNU Social.



Pour le mail aussi, n’importe qui peut se créer son serveur hébergé dans n’importe quel pays, mais on entend les politiques se plaindre à longueur de journée que c’est un gros problème pour la justice…



Quand à espionnage de masse, ça ne pose aucun problème que les serveurs soient à l’étranger, au contraire, c’est une condition nécessaire à respecter dans les pays démocratiques.


hellmut Abonné
Le 07/04/2017 à 15h 15

le politique se fout de la technique.

le politique de base est du niveau du citoyen lambda.

du coup il connait (et donc critique) Facebook, Twitter, et Telegram, basta.

le jour ou t’auras 10 millions de français sur Diaspora ou GNU Social, on en reparlera. ^^


Hyrakama Abonné
Le 07/04/2017 à 15h 43

Simple raison à mon sens : masse critique . Le chiffrement se répand et touche plus de gens ,on tape dessus et on veut faire des lois .

Les trucs vraiment de niche ,les politiques savent a peine que ca existe .



Edith :Grilled


Le 07/04/2017 à 16h 14

Faut pas tout confondre non plus.

Ce que tu décris peut être largement fait avec un simple forum phpbb hébergé <img data-src=" />



Okki Abonné
Le 08/04/2017 à 07h 36

Si les instances peuvent communiquer entre elles, qu’il y a interaction entre les membres de différences instances, puis que dans le futur, certaines disparaissent… L’intégralité des échanges sont tout de même préservés ?



Ce qui m’amène à la question de l’espace disque nécessaire pour héberger une instance. Les courts messages textuels n’occupent rien, mais si on doit stocker tous les messages des membres de notre instance, ainsi que tous ceux d’autres instances pour préserver les conversations; sans parler du fait que l’on peut poster images et vidéos allant jusqu’à 4 MB, ça peut vite chiffrer, non ?


ecatomb Abonné
Le 09/04/2017 à 18h 09







Jarodd a écrit :



C’est bien ce que je pensais, merci <img data-src=" />



HS : je n’avais pas vu le sous-titre, il est <img data-src=" />&nbsp; Seuls les vieux comprendront <img data-src=" /><img data-src=" />





Oui, on devrait avoir un prix pour connaitre la référence 😅



Zekka Abonné
Le 09/04/2017 à 22h 42

J’ai du mal à comprendre un point.



&nbsp;On choisit une instance, on s’y inscrit, bam ça y est on peut interagir tous les autres utilisateurs des autres instances (car par défaut toutes les instances sont liées).



&nbsp;D’accord mais que se passe t-il si l’admin de mon instance décide de casser cette liaison avec les autres instances? Je ne pourrai communiquer qu’avec les utilisateurs de la même instance que moi, okay, mais si je veux continuer à interagir avec le reste du monde sur Mastodon? Il faut re-créer un compte sur une autre instance?


Okki Abonné
Le 10/04/2017 à 06h 54







Zekka a écrit :



Il faut re-créer un compte sur une autre instance?







De ce que j’ai compris, même si à terme ça sera sans doute implémenté, pour le moment on ne peut pas encore transférer notre compte d’une instance à l’autre. Donc oui, ça oblige à en créer un nouveau, s’embêter à tout reconfigurer et perdre notre historique.



Cacao Abonné
Le 10/04/2017 à 08h 11

Et nos followers. Et s’il y a la possibilité de perdres ses followers, je pense que la plupart des gens susceptibles de faire venir du monde sur mastodon n’iront tout simplement pas.


Hyrakama Abonné
Le 10/04/2017 à 08h 42

Oui c est les suivi des followers qui pose probleme. Tu peux changer d instance,manuellement,et en utilisant le systeme d export/import des contacts dans les options,mais ceux qui te suivent verront jusque que ton ancien compte n est plus actif,vu que le nouveau n a plus le meme identifiant. Quelque chose sera peut etre implemente plus tard,mais pour l instant, pas d autre moyen a ma connaissance


vizir67 Abonné
Le 10/04/2017 à 08h 44

y-a pas QUE les vieux !

&nbsphttps://www.youtube.com/watch?v=YK6kOiGK1qY


Hyrakama Abonné
Le 10/04/2017 à 08h 51

Il y a une polemique en cours sur mastodon a ce sujet,entre ceux qui veulent un admin roi avec des instances plus communautaires/thematiques,ou l admin bloque ou mute plus librement,et ceux qui veulent une moderation minimale,c est a dire avec des regles d exclusion plus simples (plus proche sldes obligations legales (racisme,injures,etc)

Le choiix de l’ instance peut etre influence par ca(penser a lire la charte de chaque instance avant.( page de l instance =&gt;about this instance)


Hyrakama Abonné
Le 10/04/2017 à 08h 58

Ca s est aussi etendu a l utilisation du cw (nsfw) en fonction des instances,qui s est etendu a la liberte d expression,considerant le cw comme une sorte de censure.Ca devrait se stabiliser avec un peu de temps