Publié dans Société numérique

20

La FSFE milite pour « le droit d’installer n’importe quel logiciel sur n’importe quel appareil »

La FSFE milite pour « le droit d'installer n'importe quel logiciel sur n'importe quel appareil »

La Free Software Foundation Europe (organisation « sœur » distincte de la fondation d’origine) a publié il y a trois jours une lettre ouverte aux législateurs européens. Objectif, militer pour que les consommateurs aient droit d’installer et d’utiliser ce qu’ils veulent sur leur matériel.

La FSFE constate essentiellement deux problèmes, liés : l’énergie dépensée pour la construction d’un appareil est supérieure à celle consommée pendant sa durée de vie, et les logiciels sont souvent le facteur limitant.

Le problème n’est pas nouveau, nous en avons parlé de nombreuses fois dans nos articles : les consommateurs sont tributaires du bon vouloir des constructeurs sur l’entretien des logiciels. 

Nous avions évoqué cette problématique il y a déjà plus de quatre ans, avec notamment le cas des enceintes et des smartphones. C’est particulièrement vrai dans le monde Android, où certaines entreprises sont applaudies pour pousser le support jusqu’à trois ans, alors qu'il s'agit toujours d'une faible durée.

Cette faible durée inscrit notamment les téléphones dans un cycle d’appareils « jetables » ou considérés comme tel, concourant à un gâchis de ressources alimenté par le faible support logiciel qui règne sur une bonne partie des appareils vendus.

« Si vous ne pouvez pas installer les logiciels que vous voulez sur votre propre appareil, vous n’êtes pas réellement son propriétaire », résume la FSFE. Elle insiste : « l’accès libre aux matériels et aux logiciels détermine pendant combien de temps ou à quelle fréquence un appareil peut être utilisé ou réutilisé ».

Bien sûr, « une longévité et une réusabilité augmentées de nos appareils sont nécessaires pour une société numérique plus durable ». En conséquence, elle formule plusieurs demandes aux législateurs européens :

  • Que les utilisateurs aient le droit de choisir librement les systèmes d’exploitation et les logiciels tournant sur leurs appareils
  • Que les utilisateurs aient le droit de choisir librement les fournisseurs de services auxquels connecter leurs appareils
  • Que les appareils soient interopérables et compatibles avec les standards ouverts
  • Que le code source des pilotes, des outils et des interfaces soit publié sous licence libre

Il y a peu de chances que toutes ces propositions soient acceptées, mais il est probable que le cadre juridique, particulièrement en Europe, se durcisse pour imposer des contraintes aux constructeurs.

20

Tiens, en parlant de ça :

La Section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act – FISA)

Aux USA, la surveillance des communications d’étrangers sans mandat (FISA) fait débat

Aller FISSA au Sénat

15:40 DroitSécu 0
logo apple en devanture de boutique

Apple autorise puis supprime un émulateur Game Boy sur iOS

Quel est ce phoque ?

14:09 Soft 9
Logo d'Android 14

Android 15 bêta : Wallet par défaut, sécurité des réseaux mobiles et Wi-Fi, bugs sur le NFC

Ce n’est PAS une révolution

11:15 Soft 5
20

Fermer

Commentaires (20)


Ca me rappelle les VAXen sous OpenVMS: HP acceptait et pouvait conseiller l’utilisation d’un émulateur pour continuer à utiliser des softs qui avaient 20 ans sur les nouvelles machines, ou même sur des PC.



Du coup, il suffit de tous travailler sur une plateforme stable, finie, comme la NES et d’utiliser des émulateurs pour lancer l’appli partout.



(pour des raisons de licence, propriété intellectuelle, on prendra une plate-forme qui a été totalement ouverte: le CPC)


Ce n’est pas une demande nouvelle de la part de la FSF, mais c’est la première fois que je les vois utiliser l’argument des impacts environnementaux. On peut comprendre que des entreprises soient réticentes à permettre d’installer n’importe quel OS sur leurs appareils, mais il faudrait à minima qu’elles le permettent toutes une fois la durée de support commercial terminée. Et ça suppose évidemment de publier le code source de tous les pilotes.
L’UE a été permis de faire changer les pratiques de l’industrie du numérique via plusieurs réglementations (chargeurs de téléphone USB, RGPD, etc.), elle pourrait continuer sur la même veine avec une réglementation du genre.


Je trouve la formulation assez ridicule.



Il serait certes formidable de pouvoir installer ce qu’on veut (OS et logiciel) sur son smartphone par exemple, via un simple déverrouillage du bootloader par exemple pour être sûre que n’importe qui ne le fait pas, mais ça n’a aucun sens sur certains appareils.



Si on prends une console de jeux par exemple, le fait qu’il soit généralement impossible de jouer à des jeux sans les payer repose sur un ensemble de couches de sécurités qui agissent en grande partie au niveau matériel. Donc permettre à n’importe qui de changer l’OS fait qu’il serait possible de les outrepasser assez facilement, si une manipulation pas trop compliquée permets de jouer à tous les jeux commerciaux gratuitement, beaucoup vont se ruer dessus.



Alors que le hack de consoles actuel c’est limité à certains modèles et certaines versions, et ça reste suffisamment complexe pour que même une personne avertie ait du mal.


Ce que tu écris n’est pas valable pour les jeux en ligne, puisque ceux-ci peuvent être vérifiés côté serveur, peu importe les modifs apportées à la console.
Pour les jeux solo et/ou hors-ligne, un très gros distributeurs de jeux sur PC (Valve) permet avec son logiciel client (Steam) de passer en mode hors-ligne, et les jeux fonctionnent.
Alors je suis pas expert du truc, peut-être que ça se pirate, mais apparemment ça fonctionne bien depuis longtemps sur PC (économiquement parlant), donc pourquoi ça ne fonctionnerait pas sur consoles ??? :keskidit:


Tsinpen

Ce que tu écris n’est pas valable pour les jeux en ligne, puisque ceux-ci peuvent être vérifiés côté serveur, peu importe les modifs apportées à la console.
Pour les jeux solo et/ou hors-ligne, un très gros distributeurs de jeux sur PC (Valve) permet avec son logiciel client (Steam) de passer en mode hors-ligne, et les jeux fonctionnent.
Alors je suis pas expert du truc, peut-être que ça se pirate, mais apparemment ça fonctionne bien depuis longtemps sur PC (économiquement parlant), donc pourquoi ça ne fonctionnerait pas sur consoles ??? :keskidit:


Sur PC les jeux se piratent facilement, ce qui fait peur à certains c’est le risque (très présent) de se prendre un virus.



Sur console les constructeurs ont voulu éviter ça, mais comme on n’y stocke aucune donnée vraiment sensible (à quelques exceptions près) les gens ont bien moins peur du piratage sur ces plateformes.



Et il ne s’agit pas de en ligne / hors-ligne, je parle de vérification matérielle, pas de vérification en ligne.


SomeDudeOnTheInternet

Sur PC les jeux se piratent facilement, ce qui fait peur à certains c’est le risque (très présent) de se prendre un virus.



Sur console les constructeurs ont voulu éviter ça, mais comme on n’y stocke aucune donnée vraiment sensible (à quelques exceptions près) les gens ont bien moins peur du piratage sur ces plateformes.



Et il ne s’agit pas de en ligne / hors-ligne, je parle de vérification matérielle, pas de vérification en ligne.


C’est pas faux. Mais la lutte contre le piratage c’est juste une question d’argent, donc je ne la regarde pas d’un autre œil que juste économique. Le moyen technique diffère (matériel sur console, et apparemment logiciel sur PC), mais si le résultat économique est là avec une méthode ou l’autre, le débat devient une querelle de clochers…
C’est l’utilisateur qui en fait les frais, puisqu’après on lui explique qu’on a choisi le logiciel pour lui et que c’est pour son bien. Je pense au contraire qu’il y a beaucoup de progrès à faire vers plus de choix libres pour les utilisateurs, et que la FSF(E) a de bonnes idées. Par exemple, si on pouvait super facilement installer juste un bête multi-boot sur les consoles, ils en vendraient quelques unes en plus…
M’enfin je dis ça, j’ai jamais été très console, je veux un seul appareil pour tout faire, parce que c’est plus “simple”, plus “pratique”, parce que ça fait moins de déchets électroniques, parce que ça évite les doubles-dépenses, etc. Il y en a qui le voient autrement, par exemple la Porsche pour aller au boulot, la Ferrari pour partir en vacances, et l’Aston Martin pour les week-ends. Chacun son truc, ça coûte pas si cher en modèles réduits :fumer:


Tsinpen

C’est pas faux. Mais la lutte contre le piratage c’est juste une question d’argent, donc je ne la regarde pas d’un autre œil que juste économique. Le moyen technique diffère (matériel sur console, et apparemment logiciel sur PC), mais si le résultat économique est là avec une méthode ou l’autre, le débat devient une querelle de clochers…
C’est l’utilisateur qui en fait les frais, puisqu’après on lui explique qu’on a choisi le logiciel pour lui et que c’est pour son bien. Je pense au contraire qu’il y a beaucoup de progrès à faire vers plus de choix libres pour les utilisateurs, et que la FSF(E) a de bonnes idées. Par exemple, si on pouvait super facilement installer juste un bête multi-boot sur les consoles, ils en vendraient quelques unes en plus…
M’enfin je dis ça, j’ai jamais été très console, je veux un seul appareil pour tout faire, parce que c’est plus “simple”, plus “pratique”, parce que ça fait moins de déchets électroniques, parce que ça évite les doubles-dépenses, etc. Il y en a qui le voient autrement, par exemple la Porsche pour aller au boulot, la Ferrari pour partir en vacances, et l’Aston Martin pour les week-ends. Chacun son truc, ça coûte pas si cher en modèles réduits :fumer:


Sauf que ça ne marcherait pas. Si on avait du multi-boot il serait possible d’exécuter des jeux commerciaux sur le matériel. Donc plein de gens le feraient, et potentiellement les constructeurs pourraient dans le pire scénario perdre une IMMENSE partie de leurs revenus. D’où le fait qu’ils ne le fassent pas.



Maintenant c’est sûr que ça serait top de pouvoir recycler sa console en PC ^^


SomeDudeOnTheInternet

Sauf que ça ne marcherait pas. Si on avait du multi-boot il serait possible d’exécuter des jeux commerciaux sur le matériel. Donc plein de gens le feraient, et potentiellement les constructeurs pourraient dans le pire scénario perdre une IMMENSE partie de leurs revenus. D’où le fait qu’ils ne le fassent pas.



Maintenant c’est sûr que ça serait top de pouvoir recycler sa console en PC ^^


Tu fais un sophisme de la solution parfaite.



La question est extrêmement simple : doit-on prioriser les bénéfices potentiels des éditeurs de JV, ou arrêter de cramer des tonnes d’appareils électroniques par heure ?



Y’a pas de solution qui plaira à tous. Mais faut faire le choix.


jpaul

Tu fais un sophisme de la solution parfaite.



La question est extrêmement simple : doit-on prioriser les bénéfices potentiels des éditeurs de JV, ou arrêter de cramer des tonnes d’appareils électroniques par heure ?



Y’a pas de solution qui plaira à tous. Mais faut faire le choix.


La question n’est pas aussi simple, non. Si ça engendrait une simple perte d’argent pour les éditeurs de JV, ça ne serait pas un gros problème.



Sauf que là potentiellement ça peut engendrer une TELLE perte économique que c’est le modèle entier qui s’effondre, ce qui pourrait empêcher l’industrie de se développer à cause de ça. Ce qui est un gros problème.



Donner un contrôler logiciel intégral à l’utilisateur sur un iPhone, c’est une perte d’argent pour Apple parce qu’ils ne pourront pas forcer à passer via leur Store et donc leur commission, mais les avantages de mettre ça en place surpassent les inconvénients.



Pour une console c’est différent parce que ça peut potentiellement complètement détruire la majeure partie des revenus du JV sur console. Je ne dis pas que c’est ce qui arrivera, mais c’est une possibilité très réaliste, quelqu’un arrivera bien avec un outil permettant de facilement installer un OS débridé pouvant lancer des jeux commerciaux à un moment donné.


Même si le propos peut effectivement tendre à un droit universel sur n’importe quel type de matériel informatique, certains appareils spécifiques sont plus volontiers cités dans la lettre : tablettes, smartphones et les systèmes embarqués généralement. Et que la FSF souhaite cette possibilité sur tous les appareils, c’est son but existentiel, il n’y a pas de problème avec ça, qu’on le considère utopique ou non. Par contre il faut bien retenir qu’il y a ici une priorisation de certains appareils.
Je n’y connais pas grand chose en terme de comparatif de consommation de ressources et énergie à la fabrication et consommation d’énergie sur la durée d’usage de l’appareil mais peut-être qu’il existe un différentiel de rapport entre les smartphones et les consoles de jeux sur ce terrain là ? Auquel cas la cible serait également présente sous une forme implicite dès l’introduction de la lettre.



Mais il est vrai qu’en terme de gâchis matériel, les smartphones… j’ai le miens depuis 6 ans (sous Android 5.0). Et y a déjà pleins d’applications qui ne veulent / ne peuvent plus s’installer dessus (ou se mettre à jour). Mais tant qu’il tient je le garde. Un téléphone c’est pour communiquer, alors tant que sur les services que j’utilise ça marche et que mon appli de banque sur laquelle est synchronisé mon MFA accepte encore de tourner, aucune raison changer (même si je sais que c’est mal d’avoir des failles de sécurités partout parce que c’est pas à jour).



(reply:2071288:Frédérick L.)




Pour les analyses (comparatives ou non), il faut taper dans un moteur de recherche “Analyse du Cycle de Vie” (ACV) ou “Life Cycle Assessment” (LCA) de l’objet souhaité. En entrée sont quantifiées les ressources & énergie et en sortie sont obtenus les impacts sur l’environnement.



On peut parfois trouver des “Bilans Carbone”. À peu de choses près, c’est la même chose qu’une ACV mais limité aux émissions de gaz à effet de serre.



Il faut vraiment tenir compte des hypothèses pour interpréter les résultats.



Sur la figure 4 du document ici on voit que c’est la phase de production qui est très impactante donc faire durer l’appareil est une bonne démarche.


Commençons par interdire Apple afin d’avoir un éco-système informatique compatible.



Witcher a dit:


Commençons par interdire Apple afin d’avoir un éco-système informatique compatible.




Sardine Ruisseau, on vous a reconnu !


De quoi ils se plaignent, Doom est disponible sur absolument toutes les bécanes existantes. :mdr:
Plus sérieusement, ce sont de jolies propositions mais effectivement elles n’ont que peu de chances d’aboutir et encore moins d’être respectées.


20 ans d’enfermement des utilisateurs dans l’environnement mobile, avec une entreprise à l’origine de son système d’exploitation se prétendant libératrice.
Étrange ressemblance avec ce qui s’était passé 10 ans auparavant sur PC… et dont l’enfermement n’a fait que s’accroître… de plus, asservissant depuis l’écrasante majorité (la - quasi - totalité ?) des entreprises.



Mais en demandant au quidam moyen il est “content” et “ne voit pas le problème”.
Et puis, les générations arrivant ne se préoccupent pas forcément plus (voire moins) de comment fonctionnent ce qu’ils utilisent. Gentils benêts consommateurs.



Il n’y a aujourd’hui aucun mécanisme d’approvisionnement libre & sécurisé d’applications sur téléphone mobile, à l’image des dépôts de paquets disponibles dans les systèmes d’exploitations libres…
20 ans.



SomeDudeOnTheInternet a dit:


Sauf que là potentiellement ça peut engendrer une TELLE perte économique que c’est le modèle entier qui s’effondre, ce qui pourrait empêcher l’industrie de se développer à cause de ça. Ce qui est un gros problème.




C’est une théorie épouventail, ça.



Là la FSFE parle surtout d’obsolescence, donc ici de console sur lesquelles il n’y a pratiquement plus de nouveaux jeux .
L’intérêt des jeux c’est d’y jouer assez vite quand ils sortent comme un match de foot.
Si tu es prêt à attendre, alors suffit d’aller dans des vides greniers ya plein de PS1 et PS2 de seconde main à 20€ avec tous les jeux.
Oui il y aura toujours des pirates…. qui achètent aussi des jeux, d’autant + avec les jeux en ligne maintenant.
Sans compter que le free to play donne de bon résultats.
Il existe aussi énormément d’émulateurs de consoles sans que pourtant les constructeurs de consoles fassent tant de pertes que ça, et si des studios sont en galère c’est plus que parfois leurs décisions (et leurs jeux) sont nulles.



Oublie pas que Netflix se fait des corjones en or alors que TOUTES ses productions sont dispo en torrent le jour même de la sortie ou presque (j’en sais quelque chose).
Typiquement j’ai un abo netflix , ET je tipiak quand même leurs séries : Simplement parce que je veux garder celles que j’aime bien, que j’aime bien pouvoir les regarder quand je suis en déplacement parfois hors réseau et/ou sans cramer mon forfait ; parceque comme ça on peux regarder des trucs différent au même moment…
Bref, il existe énormément de cas d’usages différent de ceux “prévus” par les diffuseurs, et c’est pas aux gens de s’adapter à ces conditions d’usage pour assurer le bénéfice de ces sociétés.
Typiquement, la fin du partage de compte par Netflix ne va probablement pas augmenter les revenus mais plutôt augmenter le piratage… :-)



OB a dit:


…L’intérêt des jeux c’est d’y jouer assez vite quand ils sortent comme un match de foot…




Je pense que beaucoup aujourd’hui jouent comme ils regardent un film.
Pour moi ce n’est pas jouer à un jeu vidéo.


Alors là je m’insurge !!!



Les seuls jeux auxquels j’ai jamais joué étaient des jeux d’aventures “point and click” qui n’impliquent aucun combat, aucune action hystérique, aucun loot, et surtout pas multijoueur !…



En plus je joue la plupart du temps avec la soluce à côté…



Honteux ? Ce que je recherche dans un jeu, c’est de me faire rêver avec une belle histoire, des énigmes pas trop difficiles, une belle bande son, et surtout beaucoup d’imagination, de poésie et un graphisme un peu recherché…



Ma dernière merveille en date, après les Myst, Broken Sword et autres Quern ?



…“Syberia : Le Monde d’Avant”… Une pure merveille signée Benoit Sokal… Une des dernières, hélas… (RIP)



“C’est pas du jeu” ? Mais qu’est-ce que je peux bien en avoir à faire ? Ce que je recherche, c’est l’Art, la sérénité, le rêve, c’est aussi une de mes nombreuses sources d’inspiration pour mes compos et mes poèmes…


RetroArch permet d’émuler beaucoup de consoles qui ne sont plus commercialisées.
Mais cela n’empêche pas que pour jouer aux jeux, il faut le CD original.



(reply:2071673:DantonQ-Robespierre)




Je ne visais pas les “point & click”.
Tu as entièrement raison. :ouioui: