Non, rien à voir avec l’Hafnic

L’hafnium pour le stockage des données de demain ?

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Depuis maintenant plus de 10 ans, les chercheurs travaillent sur les propriétés ferroélectriques de l’oxyde d’hafnium pour développer le stockage de données de demain. De telles solutions proposeraient une consommation d'énergie réduite, une endurance élevée et une bonne rapidité en lecture/écriture. Reste à passer de la théorie à la pratique, ce qui n’est jamais une mince affaire.

Commençons par des présentations. L’hafnium est un « métal rare, analogue au zirconium » explique le Larousse. Il porte le numéro atomique 72 et son symbole est Hf. Le site officiel MinéralInfo ajoute qu’il « est utilisé principalement dans les superalliages pour l’industrie aéronautique et sous forme d’anode dans les torches à plasma ».

Quelques informations ensuite sur ce métal. « Il n’y a pas de mine d’hafnium à proprement parler. La production primaire est métallurgique et obtenue à partir de résidus obtenus lors de la purification du zirconium sous forme de métal. Les principaux pays de production d’hafnium sont la France et les États-Unis », peut-on également lire. Il est classé comme ayant une « forte criticité » pour la France. Elle pourrait s’aggraver si l’hafnium devait être davantage utilisé.

Le comportement ferroélectrique de l’hafnium

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Commentaires (13)


Y'a que moi que ça étonne qu'on se dise "tiens, utilisons un matériau rare et critique pour le futur du stockage" ?
Je veux dire : ne serait-il pas plus judicieux de chercher à faire du stockage à l'aide de matériaux moins "efficaces" mais plus abondants (à moins sue ce soit déjà le cas des technologies actuelles) ?
Je le faisais exactement la même réflexion. Après cela n'empêche pas des utilisations plus confidentielles
C'est un question de proportion, combien de tonnes ça représenterait si on faisait tous les ssd avec ce métal rare. Vu qu'il est peu utilisé il n'est peut être pas si rare que ça pour cette utilisation. Et c'est comme tout, si c'est trop rare donc trop cher il ne sera utilisé que dans les application pro et/ou militaire ou pas du tout. Je ne pense pas qu'on soit dans les même proportions que les batteries pour voiture électrique par exemple.
Modifié le 30/05/2024 à 23h27

Historique des modifications :

Posté le 30/05/2024 à 23h26


C'est un question de proportion, combien de tonnes ça représenterait si on faisait tous les ssd avec ce métal rare. Vu qu'il est peu utilisé il n'est peut être pas si rare que ça pour cette utilisation. Et c'est comme tout si c'est trop rare donc trop cher il ne sera utilisé que dans les application pro et/ou militaire ou pas du tout. Je ne pense pas qu'on soit dans les même proportions que les batteries pour voiture électrique par exemple.

Je me suis dit la même chose mais en regardant sa fiche l'abondance du hafnium dans la croûte terrestre est de 5,8 ppm (partie par million c'est-à-dire un millionième).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hafnium

HS : Mine de rien souvent je peste contre wikipedia mais des fois c'est quant même bien pratique.

refuznik

Je me suis dit la même chose mais en regardant sa fiche l'abondance du hafnium dans la croûte terrestre est de 5,8 ppm (partie par million c'est-à-dire un millionième).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hafnium

HS : Mine de rien souvent je peste contre wikipedia mais des fois c'est quant même bien pratique.
L'abondance ne veut pas dire grand chose. Par exemple, le néodyme est beaucoup plus abondant que hafnium tout en étant une terre rare (i.e. très peu concentrée) : ça rend son exploitation assez difficile, puisqu'il faut retourner des tonnes de terre et de roche pour en extraire quelques grammes exploitables.

À l'inverse, l'argent est bien moins abondant, mais on le trouve en général dans des gisements où il est concentré donc facile à extraire.
Si les métaux rares sont explorés, c'est AMHA que la propriétés physiques/chimiques de ceux-ci rendent leurs avantages supérieurs à la difficulté d'approvisionnement, que les chercheurs connaissent certainement mieux que vous & moi.

La pluralité des manières de faire ne propose-t-elle pas d'élargir le spectre des ressources rares utilisées, permettant à terme de peut-être basculer entre les différentes sources, au fur et à mesure des tensions d'approvisionnement/géopolitiques ?

De ce que je lis, les sources d'approvisionnement de zircon semblent positionnées dans des pays dont beaucoup seraient peu/pas hostiles à moyen/long-terme.

Berbe

Si les métaux rares sont explorés, c'est AMHA que la propriétés physiques/chimiques de ceux-ci rendent leurs avantages supérieurs à la difficulté d'approvisionnement, que les chercheurs connaissent certainement mieux que vous & moi.

La pluralité des manières de faire ne propose-t-elle pas d'élargir le spectre des ressources rares utilisées, permettant à terme de peut-être basculer entre les différentes sources, au fur et à mesure des tensions d'approvisionnement/géopolitiques ?

De ce que je lis, les sources d'approvisionnement de zircon semblent positionnées dans des pays dont beaucoup seraient peu/pas hostiles à moyen/long-terme.
La pluralité des manières de faire ne propose-t-elle pas d'élargir le spectre des ressources rares utilisées, permettant à terme de peut-être basculer entre les différentes sources, au fur et à mesure des tensions d'approvisionnement/géopolitiques ?


Je pense que c'est un argument de poids par rapport aux autres.
De ce que je lis, les sources d'approvisionnement de zircon semblent positionnées dans des pays dont beaucoup seraient peu/pas hostiles à moyen/long-terme.


Voire sur notre territoire national.
Je comprends très bien le fond de ta remarque et je suis plutôt d'accord sur le principe général.

Maintenant, un élément à prendre en compte, c'est que l'on ne cherche pas à extraire l'hafnium en tant que tel. C'est un résidu issu de l'extraction d'un autre métal que l'on exploite. Si ce résidu n'est pas exploité, qu'en fait-on ? Donc, en trouver une utilisation me semble plutôt une bonne chose.

Après, c'est là situation actuelle. Mais avec le paradoxe de Jarvons, on pourrait très vite avoir l'effet contraire et une recherche de l'exploitation de l'hafnium en tant que tel, avec donc la recherche de mine par exemple. On passerait donc du statut de recyclage à générateur de pollution. C'est l'écueil sur lequel il ne faudrait pas tomber.

fdorin

Je comprends très bien le fond de ta remarque et je suis plutôt d'accord sur le principe général.

Maintenant, un élément à prendre en compte, c'est que l'on ne cherche pas à extraire l'hafnium en tant que tel. C'est un résidu issu de l'extraction d'un autre métal que l'on exploite. Si ce résidu n'est pas exploité, qu'en fait-on ? Donc, en trouver une utilisation me semble plutôt une bonne chose.

Après, c'est là situation actuelle. Mais avec le paradoxe de Jarvons, on pourrait très vite avoir l'effet contraire et une recherche de l'exploitation de l'hafnium en tant que tel, avec donc la recherche de mine par exemple. On passerait donc du statut de recyclage à générateur de pollution. C'est l'écueil sur lequel il ne faudrait pas tomber.
À priori, l'article indique que c'est déjà utilisé pour autre chose.
Il est classé comme ayant une « forte criticité » pour la France. Elle pourrait s’aggraver si l’hafnium devait être davantage utilisé.


Ce qui m'inquiète, c'est qu'on est menacés de pénurie de certains éléments, et j'ai pas l'impression que réduire ce risque soit la priorité.
Après, j'ai rien contre faire de la recherche et trouver de nouvelles utilisations d'un matériaux : ça me fait surtout bizarre qu'on cherche de nouvelles utilisations à un matériau déjà utilisé et qui est déjà assez peu produit ou tellement important pour être "critique".
Modifié le 01/06/2024 à 15h17

Historique des modifications :

Posté le 01/06/2024 à 15h17


À priori, l'article indique que c'est déjà utilisé pour autre chose.

Il est classé comme ayant une « forte criticité » pour la France. Elle pourrait s’aggraver si l’hafnium devait être davantage utilisé.


Ce qui m'inquiète, c'est qu'on est menacés de pénurie de certains éléments, et j'ai pas l'impression que réduire ce risque soit la priorité.
Après, j'ai rien contre faire de la recherche et trouver de nouvelles utilisations d'un matériaux : ça me fait surtout bizarre qu'on cherche de nouvelles utilisations à un matériau déjà utilisé et qui est déjà assez peu produit/important pour être "critique".

Il semble donc à la lecture de cet article que la sobriété n'est toujours pas à l'ordre du jour ... :craint:
Boire ou conduire, il faut choisir.

fred42

Boire ou conduire, il faut choisir.
Ben là j’ai l’impression qu’on conduit bourré tout droit dans le mur.

PS : bon choix pour l’heure de ton commentaire :D
Beaucoup de choses avant que ce nouveau matériau soit utilisé pour une production de masse. Et comme toujours, au final c'est le rapport coût/performance/avantage sur les solutions actuelles qui feront ou ne feront pas.
Déjà si ça se retrouve dans des trucs spatiaux (satellite sonde etc...) y a une chance que ça devienne grand public. Tant que ça n'y est pas c'est de la recherche appliquée.
Fermer