The DAO : un pirate dérobe 50 millions de dollars, la contre-attaque se prépare

The DAO : un pirate dérobe 50 millions de dollars, la contre-attaque se prépare

De la disruption à la destruction

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Économie

22/06/2016
59

The DAO : un pirate dérobe 50 millions de dollars, la contre-attaque se prépare

The DAO, l'organisation décentralisée hébergée sur la blockchain d'Ethereum fait à nouveau parler d'elle. Cette fois-ci les nouvelles ne sont pas bonnes : un pirate est parvenu à mettre la main sur un butin de 50 millions de dollars grâce à un smart contract exploitant un bug.

Il y a eu comme un couac au sein de The DAO. Présentée comme un énorme succès, grâce à ses 150 millions de dollars levés auprès d'utilisateurs d'Ethereum lors de sa phase de création, l'entreprise décentralisée sur la blockchain de cette crypto-monnaie vient de connaître un tournant dramatique, quelques semaines seulement après sa création. 

DAO : mode d'emploi

Pour comprendre ce qui s'est passé, il faut d'abord avoir une idée claire du fonctionnement d'une DAO (Decentralized Autonomous Organization). Il s'agit d'un concept d'entreprise autonome et décentralisée propre à la blockchain d'Ethereum. Elle n'a aucune existence juridique, n'emploie aucun personnel, ne peut détenir de biens et agit sur le monde physique en produisant des contrats avec des prestataires extérieurs.

Ces contrats, appelés « smart contracts », sont une des fonctionnalités offertes par la blockchain d'Ethereum, qui a été conçue dans cette optique. Les termes des contrats sont établis à l'avance et dès lors que les conditions en sont remplies, ses termes sont automatiquement exécutés.

Toutes les décisions sont prises de concert par les actionnaires de la DAO qui ont investi lors de sa création, ou acquis des parts plus tard. Chaque « jeton » dont ils disposent vaut pour un ou plusieurs droits de vote et chacun peut donc influencer la direction prise par la DAO en fonction de son poids dans son capital. Exactement comme pour une entreprise classique. Comme pour n'importe quelle autre blockchain, l'ensemble des transactions sont archivées et visibles publiquement.

On a signé décontrax

Maintenant que le décor est posé, concentrons-nous sur le 17 juin dernier. Un « pirate » est parvenu à sceller un smart contract avec The DAO pour la fourniture d'un service quelconque. Seulement, ce contrat contenait un bug (potentiellement introduit de façon volontaire). Selon Andrew Miller, un doctorant de l'université du Maryland ayant participé à l'audit du code d'Ethereum en 2015, la faille introduite dans le contrat était assez simple à mettre en évidence, comme il l'explique à nos confrères de Wired.

Selon lui, le contrat aurait tout simplement permis de répéter un retrait de fonds sans vérifier au préalable si le solde prévu était disponible. L'attaquant aurait ainsi mis la main sur environ 50 millions de dollars en ether (l'équivalent d'un bitcoin sur la blockchain d'Ethereum), stockés sur un autre compte visible de tous sur la blockchain. Les circonstances exactes de ce « hold-up » ne sont pas connues avec certitude, d'autres évoquant un bug dans un compilateur (Solidity).

Est-ce un vol si le contrat est mal écrit ?

Cet accident soulève un nombre important de questions, souvent cruciales. Alors que les smarts contracts n'en sont qu'à leur balbutiement, comment considérer ce type de cas d'un point de vue juridique ? Les avis fusent et divergent au sein de la communauté d'Ethereum. Certains voient cet évènement comme un vol tandis que d'autres rappellent que seul le code fait foi côté contrat et que si le code a été respecté, la DAO ne peut s'en prendre qu'à elle. 

« A posteriori, il est clair qu'on est passé trop rapidement du petit contrat « Hello, World », à un gros truc complexe, avec plein de fric, comme The DAO. C'est un peu comme si, immédiatement après la traversée de la Manche par Blériot, on avait lancé sur l'Atlantique un avion de 500 passagers payants... », résume ainsi non sans humour Stephane Bortzmeyer sur son blog.

En attendant, la communauté cherche des solutions pour rapatrier les fonds « volés » dans les caisses de The DAO.

 

L'enjeu est de taille puisque la somme détournée représente plus de 3 % de la masse totale d'ether actuellement présente sur le marché. Or, Ethereum devant prochainement passer sur un modèle de génération non plus basée sur le minage (Proof of Work) mais sur un schéma dit de « Proof of Stake » où de nouveaux ethers sont générés sous forme d'intérêts de ceux déjà existants. En clair, ce ne sera plus la génération de nouveaux ethers qui sera récompensée, mais la rente. L'attaquant pourrait donc disposer de 3 % de la future masse d'ether générée, ce qui pourra poser dans le futur de gros problèmes.

Quelles solutions pour The DAO ?

Plusieurs options s'offraient à la communauté pour remettre la main sur ces fonds. Le contrat prévoyait une periode de maturation de 27 jours pour les fonds retirés de The DAO, période pendant laquelle l'attaquant ne peut pas disposer de la somme comme il le souhaite. Pour prolonger cette durée, une première étape a consisté en un « soft-fork ».

 

« Le but ici est de proposer à tous de considérer, au moins pendant un temps, ce bout de la blockchain comme nul et non avenu. Si tout le monde est d'accord cela veut dire que l'ether présent sur ce contrat ou cette adresse ne pourra pas bouger, personne ne le validera. On se débarrasse ainsi de la fameuse deadline de 27 jours et on n'a plus à précipiter une décision dans un sens ou l'autre. C'est trop compliqué d'être chirurgical en si peu de temps, d'où la proposition de marquer tout ce qui contient le code de la DAO (donc la DAO elle-même, et toutes les demandes de split légitimes) », nous explique un spécialiste des crypto-monnaies, qui souhaite garder l'anonymat.

 

Une fois ce délai obtenu, il reste encore à choisir une voie à suivre. Parmi les pistes explorées, on notera l'attaque pure et simple de la « child DAO » de l'attaquant, afin d'essayer de drainer les 3,6 millions d'ethers volés en profitant du fait que ce type de DAO ne peut envoyer des fonds que vers l'adresse dont elle les a reçues. Une autre option consisterait à ne rien faire du tout et à laisser The DAO se faire attaquer et dépouiller de tous les actifs qu'elle contient. Une solution qui aurait l'avantage de ne pas toucher au caractère inaliénable de la blockchain, mais ferait de celle d'Ethereum un véritable far west. 

 

L'idée d'un « hard fork » a également été évoquée. Par consensus, les mineurs invalideraient la transaction incriminée et feraient ainsi revenir les 3,6 millions d'ethers dans The DAO, qui serait modifiée pour l'occasion afin de combler la faille. Cette méthode aurait l'inconvénient de créer un précédent de « réécriture » d'une blockchain. « Cela permettrait par exemple à un tribunal de faire pression pour faire invalider telle ou telle transaction », note l'expert que nous avons interrogé.

Deus ex machina

Finalement, une autre option semble avoir été adoptée en attendant. Un collectif de pirates se présentant comme « white hats » (des « gentils » autoproclamés) ont expliqué avoir placé, dans une nouvelle DAO, les 7,2 millions d'ethers qui étaient encore présents dans The DAO afin d'empêcher de nouvelles attaques. « Nous avons réduit le nombre d'attaquants potentiels de plus de 20 000 à seulement deux », se félicitent-ils sur Reddit

 

La suite de leur plan consiste à s'en prendre directement la « child DAO » de l'attaquant pour drainer le plus d'ethers possible. Cette possibilité leur sera ouverte dans 22 jours, le temps que cette DAO « murisse » et que les fonds qu'elle contient puissent bouger. Sans rentrer dans les détails de l'attaque (visibles par ici), les fonds détournés pourraient retourner à leur place d'ici un peu plus de deux mois.

 

En cas d'échec de cette opération, le « hard fork » consistant à invalider les transactions frauduleuses en altérant la blockchain restera une option, mais elle est encore loin de faire l'unanimité au sein de la communauté d'Ethereum. « Un hard fork correspond à l'option nucléaire ,et la situation est telle que pour l'instant nous n'en avons pas besoin », résume l'un de ses membres.

59

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

DAO : mode d'emploi

On a signé décontrax

Est-ce un vol si le contrat est mal écrit ?

Quelles solutions pour The DAO ?

Deus ex machina

Commentaires (59)


Soriatane Abonné
Le 22/06/2016 à 14h 41

Un beau bordel.


Le 22/06/2016 à 14h 44

Je ne dois pas être le seul a ne pas avoir compris grand chose


Le 22/06/2016 à 14h 45

Moi ce qui me fait marrer c’est que les mecs ont perdu à leur propre jeu, et cherchent quand même à faire croire que le méchant c’est le mec qui a trouvé la faille dans leur truc…

Ils ont joué, et ils ont perdu. Bien fait pour eux.


Le 22/06/2016 à 14h 46

c’est clair que réussir un tel hold up sur la base d’un bug d’écriture, c’est moche.

comment l’attaquant peut-il réutiliser à l’infini un contrat pour piquer des thunes auquel il ne devrait pas avoir accès?


Le 22/06/2016 à 14h 47







clacbec a écrit :



Je ne dois pas être le seul a ne pas avoir compris grand chose





Quelque chose me dit que c’est parce que les mecs qui ont créé le système ont fait leur possible pour le rendre obscure, et ainsi pouvoir se faire du fric facilement, entre autre en passant sur le modèle de rente mentionné dans l’article.



Intéressant le débat entre “le code fait foi” et “vol”. Je me garderai bien de prendre position <img data-src=" />



Est-ce qu’ils voient la blockchain comme un mécanisme/outil au lien fort avec l’économie réelle, ou est-ce qu’elle ne doit obéir qu’à ses règles propre…et redéfinir celles qui existent?



Faudrait le mettre au bac en philo dans la filière éco.


Le 22/06/2016 à 14h 50

https://www.ethereum-france.com/smart-contract-ou-le-contrat-auto-executant/



le contrat c'est le truc clef. Mais effectivement c'est assez relou a comprendre...      






En tout cas je suis mitigé... Dans un sens, effectivement le code fait foi, ils sont baisés.      

Dans l'autre sens, c'est un bug exploit donc il faut le fix et annuler le bordel.






Toujours est il que c'est une bonne preuve que le décentralisé sans autorité supérieure ca peut foutre la merde. (Merci les britons pour ce fuc**** Brexit et votre droit à l'autodétermination, tout le monde claque des fesses dans ma boite)

Nozalys Abonné
Le 22/06/2016 à 15h 04







clacbec a écrit :



Je ne dois pas être le seul a ne pas avoir compris grand chose





Non tu ne l’est pas … j’ai beau m’intéresser aux monnaies virtuelles, là j’ai relu 2 fois l’article et parcouru quelques liens sourcés, je n’y comprends rien du tout <img data-src=" />



“Il s’agit d’un concept d’entreprise autonome et décentralisée propre à la blockchain d’Ethereum. Elle n’a aucune existence juridique, n’emploie aucun personnel” J’ai commencé à beuguer là….









Nozalys a écrit :



Non tu ne l’est pas … j’ai beau m’intéresser aux monnaies virtuelles, là j’ai relu 2 fois l’article et parcouru quelques liens sourcés, je n’y comprends rien du tout <img data-src=" />



“Il s’agit d’un concept d’entreprise autonome et décentralisée propre à la blockchain d’Ethereum. Elle n’a aucune existence juridique, n’emploie aucun personnel” J’ai commencé à beuguer là….





En gros c’est de monter une boite et faire de la tune sans qu’aucun service d’impôts dans le monde ne viennent leur ponctionner de la tune et ne puisse savoir qui gagne quoi.



Le 22/06/2016 à 15h 22

Ah super, voici l’article !!! <img data-src=" />



Perso ce qui me chagrine, c’est le “contenu” des (smart) “contrats”.

Parce que finalement ce n’est que du code informatique… donc qu’est-ce qu’il fait… mystère.



Sans compter que pour la fameuse DAO, il y avait 2 choix : construire des véhicules électriques ou développer une blockchain pour l’IoT… et donc je ne vois pas très bien comment le lien se ferait !


Jarodd Abonné
Le 22/06/2016 à 15h 25

J’ai l’impression de lire un texte écrit par Sheldon Cooper et Richard Hendricks… <img data-src=" />


Nozalys Abonné
Le 22/06/2016 à 15h 28

Ok, mais s’il n’y a pas de salariés ni d’employeur, quelle peut bien être la valeur ajoutée de la boite ? Pourquoi je (imaginons que j’ai besoin d’un produit/service) ferai appel à eux ? Quel avantage, quel bénéfice ? Si il n’y a pas d’entité juridique, c’est quoi leur domaine d’activité ? Si c’est un programme (dont le code source est ouvert ou pas ?) qui décide si le contrat est rempli ou non, qui spécifie les termes du contrat ? Les montants ? les coûts ? Qui travaille au final ? Et pour qui ?



Tu vois le genre (et la quantité) de question que je me pose <img data-src=" />









Jarodd a écrit :



J’ai l’impression de lire un texte écrit par Sheldon Cooper et Richard Hendricks… <img data-src=" />





Grillé… J’y pensais à l’instant <img data-src=" />



Le 22/06/2016 à 15h 29







Toorist a écrit :



Toujours est il que c’est une bonne preuve que le décentralisé sans autorité supérieure ca peut foutre la merde. (Merci les britons pour ce fuc Brexit et votre droit à l’autodétermination, tout le monde claque des fesses dans ma boite)





Ouaip. C’est toujours le problème de la coercition qui revient. Avec Ethereum, Bitcoin, NXT, et les autres.



Le 22/06/2016 à 15h 31

Comme beaucoup je n’ai toujours pas compris l’intérêt de The DAO.

&nbsp;

C’est un truc en blockchain dans lequel y’a du fric et des actionnaires, mais aucun employé, ça part plutôt mal, je dirais même que ça sent l’arnaque à plein nez.


Le 22/06/2016 à 15h 39

Oh merde, les jolies blockchains toutes jolie créées par des gentils winners qui devaient tout révolutionner en étant super sûres car cyber-cloud-bitcoin-kikoolol-powered sont aussi troués que de l’émental, ZUT ALORS.



Encore la faute des humains qui programmes.


Le 22/06/2016 à 15h 46

C’est le plus beau compliment qu’on m’a jamais fait.


Arkeen Abonné
Le 22/06/2016 à 15h 47







Nozalys a écrit :



Ok, mais s’il n’y a pas de salariés ni d’employeur, quelle peut bien être la valeur ajoutée de la boite ? Pourquoi je (imaginons que j’ai besoin d’un produit/service) ferai appel à eux ? Quel avantage, quel bénéfice ? Si il n’y a pas d’entité juridique, c’est quoi leur domaine d’activité ? Si c’est un programme (dont le code source est ouvert ou pas ?) qui décide si le contrat est rempli ou non, qui spécifie les termes du contrat ? Les montants ? les coûts ? Qui travaille au final ? Et pour qui ?



Tu vois le genre (et la quantité) de question que je me pose <img data-src=" />





+1



Le 22/06/2016 à 15h 51

<img data-src=" /> Et moi je me réabonne uniquement car je voulais lire l’article et j’y pige rien…


Le 22/06/2016 à 15h 52







Xaelias a écrit :



Moi ce qui me fait marrer c’est que les mecs ont perdu à leur propre jeu, et cherchent quand même à faire croire que le méchant c’est le mec qui a trouvé la faille dans leur truc…

Ils ont joué, et ils ont perdu. Bien fait pour eux.







Tu diras la même chose le jour où un groupe arrivera par un moyen obscur à faire :




  • se déplacer masse pognon là où ils le souhaitent

  • faire s’écrouler la bourse (remarque ils n’ont même pas besoin d’aide)



    Pour faire une parallèle, ce que tu décris c’est un peu le même principe que les lois, on change les règles du jeu pendant la partie. Par contre là ça ne te pose aucun problème



Le 22/06/2016 à 16h 04

concept très intéressant… le monde change.. vite !


John Shaft Abonné
Le 22/06/2016 à 17h 04

Du coup, le message qui était apparu sur Pastebin et qui se voulait de “l’attaquant”, c’était du pipeau ?


Jarodd Abonné
Le 22/06/2016 à 17h 29

<img data-src=" />

<img data-src=" />


iosys Abonné
Le 22/06/2016 à 17h 57

Tout ces systemes de crypto sont fait pour faire la même chose que l’argent sale des banques (votre propre argent dette en gros), mais en maximisant encore plus les profits, pour qu’au lieu que ça serve quand même à pas mal de monde, ça ne sert que les intérêts des intermédiaires de ce genre système de crypto monnaie (et donc les premiers à s’en servir : comme les banques, on se sert au robinet ^^).


Le 22/06/2016 à 18h 09

Je suis rassuré, moi aussi je n’y comprends rien. Jusqu’à présent pour moi, l’éther c’était le truc que l’on met dans les carbu pour démarrer un moteur ou la potion qui sert aux magiciens dans les FF. Y’en a qui ont du abuser de l’éther <img data-src=" />


Le 22/06/2016 à 18h 30

La qualité de l’article est inversement proportionnelle à celle de 90% des commentaires qui en découlent, avec un cas d’école en matière de compilation de réactionnaires, de parallèles ubuesques de “j’y comprends rien mais j’vous l’avais bien dit qucétay d’la mayrde.” et de points Godwins politico-socio-économiques.



Félicitations Kévin, un vrai chef d’oeuvre <img data-src=" />





noskey Abonné
Le 22/06/2016 à 18h 44

L’éther c’est pas le truc dans Thor Dark World, qui rentre (en tout bien tout honneur) dans Natalie Portman ?



Ou alors, comme manifestement pas mal ici, j’ai RIEN compris du tout à cet article … <img data-src=" />


Le 22/06/2016 à 18h 52

Pour comprendre cet article, il fallait lire l’article sur “The DAO” avant ;) Sinon c’est clair que ca fait assez Karadoc et Perceval joue au Kamoulox <img data-src=" />


Z-os Abonné
Le 22/06/2016 à 19h 57

Et si le voleur signe et valide un nouveau contrat avec un nouveau compte avant les 27 jours, ils l’ont dans l’os non ?


flan_ Abonné
Le 22/06/2016 à 21h 20

De mémoire, l’idée est d’écrire un programme dans un langage particulier et très limité, qui peut notamment faire des transactions d’un compte à l’autre. &nbsp;



Ce programme (ou « contrat ») sera exécuté dans la blockchain : autrement dit, plusieurs ordinateurs vont faire le même calcul, et s’ils arrivent tous au même résultat, ce résultat sera ajouté à la blockchain et scellé définitivement. Celui qui veut exécuter le programme (et voir son résultat scellé et validé par la communauté) va devoir payer pour ça ; chaque exécutant sera payé (un peu).&nbsp;

Sur le fond, ça n’a strictement aucun intérêt : on sait depuis longtemps faire exécuter un calcul par plusieurs machines (coucou Seti@home), et quant à avoir une publication officielle des résultats pour avoir une garantie, on sait le faire également depuis longtemps (coucou le Journal Officiel). Bref, c’est un moyen très compliqué pour faire quelque chose de simple, mais qui a le mérite d’ajouter un intermédiaire de façon artificielle.


Geronimo54 Abonné
Le 22/06/2016 à 22h 35

Je comprend (un peu) mieux grâce aux commentaires!

Clairement, les concepts dont on parle ici n’ont rien de trivial et un peu de pédagogie serait bienvenue.

Merci


Le 22/06/2016 à 22h 59







brazomyna a écrit :



La qualité de l’article est inversement proportionnelle à celle de 90% des commentaires qui en découlent, avec un cas d’école en matière de compilation de réactionnaires, de parallèles ubuesques de “j’y comprends rien mais j’vous l’avais bien dit qucétay d’la mayrde.” et de points Godwins politico-socio-économiques.



Félicitations Kévin, un vrai chef d’oeuvre <img data-src=" />





Je plussoie.&nbsp;



Merci Kevin pour l’article. Juste un truc m’a fait tiquer

&nbsp;¨50 millions de dollars en ether (l’équivalent d’un bitcoin sur la blockchain d’Ethereum)¨

&nbsp;Comment 1 BTC = 50M $ ? <img data-src=" />



&nbsp;



Le 23/06/2016 à 05h 40







Geronimo54 a écrit :



les concepts dont on parle ici n’ont rien de trivial et un peu de pédagogie serait bienvenue.





C’est clair que pas mal de notions sont plutôt nouvelles, mais le web a, lui, introduit une notion formidable: celle d’hyperlien.



Et ceux contenus dans l’article rencoient justement vers du matériel “pédagogique”.



Le 23/06/2016 à 06h 07

Arf, c’est pas exactement ce que je voulais dire. Je vais voir pour reformuler ce passage autrement, mais je voulais expliquer que comme bitcoin dans la blockchain de Bitcoin, l’ether est la crypto-monnaie associée à la blockchain d’Ethereum.


barbach Abonné
Le 23/06/2016 à 06h 35

Merci pour l’article bien documenté sur ce sujet complexe.


Nerro Abonné
Le 23/06/2016 à 07h 52

Vraiment intéressant, ça fait longtemps que j’avais pas lu une nouvelle cyberpunk aussi bonne.



Ha merde… c’est la vrai vie.


Le 23/06/2016 à 08h 10

En gros, une DAO c’est un fond d’investissement en crypto-monnaie. Tu capitalises avec de la monnaie virtuelle, tu l’envoies ailleurs ( les fameux contrats ), il t’en reviens plus. Enfin quand il n’y a pas de bug.



Donc c’est la machine a laver l’argent sale 2.0, ou encore le fond d’investissement “chat-bite” de ceux qui trouve que les impôts c’est “trop injuste” 2.0


carbier Abonné
Le 23/06/2016 à 08h 21







brazomyna a écrit :



La qualité de l’article est inversement proportionnelle à celle de 90% des commentaires qui en découlent, avec un cas d’école en matière de compilation de réactionnaires, de parallèles ubuesques de “j’y comprends rien mais j’vous l’avais bien dit qucétay d’la mayrde.” et de points Godwins politico-socio-économiques.



Félicitations Kévin, un vrai chef d’oeuvre <img data-src=" />





Si tu fais référence au “ils ont joué, ils ont perdu”, il a tout à fait raison

Les spécificités de la DAO où tout est décentralisé avec une pseudo indépendance alors qu’en fait il existe une supervision derrière par un groupe de membres au pouvoir étendu montre ses limites…



Il s’agit bien d’organisations à but lucratif dont l’un des principaux avantages est d’échapper à la juridiction des états. Cependant contrairement à ce que croit les doux rêveurs, le monde virtuel n’est pas plus vertueux que le monde réel et quand un problème tel que celui rencontré dans l’article arrive, il faut bien s’en remettre à quelqu’un. Ce ne peut pas être une juridiction “conventionnelle”, il s’agit donc de nettoyer son linge sale en famille et c’est la qu’on s’aperçoit que le principe vertueux pour résoudre le problème consiste à faire appel à de gentils chevaliers blancs qui vont appliquer la loi du Talion <img data-src=" />

Car le problème reste le même qui a décidé de la culpabilité et qui est responsable ?



Un truc décentralisé pour se passer de services bancaires, qui en vient à évoquer des manipulations des transactions pour résoudre le premier problème qui se pose à eux : LOL. Je sens qu’on a pas fini de rigoler avec ce DAO…


Surement du pipeau…. la signature n’a pas été authentifiée…

http://trilema.com/2016/to-the-dao-and-the-ethereum-community-fuck-you/

http://pastebin.com/CcGUBgDG

Mais bon, c’est un feuilleton intéressant (à rebondissements)…

https://www.reddit.com/r/ethereum/


C’est “juste” un fonds commun de placement (FCP)…. un peu particulier


John Shaft Abonné
Le 23/06/2016 à 10h 02

Merci <img data-src=" />


C’est pas faux… comme 90% des réactions concernant tout ce qui touche aux Bitcoins (et aux cryptos-monnaies en général) … c’est tellement plus simple (et confortable) de rejeter ce qu’on ne comprends pas…


Lequel des 4 mots suivants n’ont-ils pas compris ? : FONDS COMMUN DE PLACEMENT


Non , car les robins de bois qui portent des chapeaux blancs veillent…. mais ils se font contre-attaquer


Tu m’as donné envie d’investir… le prix est bas et “les responsables” vont récupérer le fric bientôt


et en plus les hommes en chapeaux blancs contre-attaquent….

http://www.coindesk.com/ethereum-developers-draining-dao/

Sinon un petit hard fork (machine à remonter le temps) ou un petit soft fork (pour figer les Ethers) et on oublie ce “petit” incident (je voudrai bien récupérer mes quelques DAO…

http://forums.prohashing.com/viewtopic.php?f=11&t=871


Le 23/06/2016 à 11h 37







carbier a écrit :



Il s’agit bien d’organisations à but lucratif dont l’un des principaux

avantages est d’échapper à la juridiction des états. Cependant

contrairement à ce que croit les doux rêveurs, le monde virtuel n’est

pas plus vertueux que le monde réel et quand un problème tel que celui

rencontré dans l’article arrive, il faut bien s’en remettre à quelqu’un.






  Ou en étant un poil moins pessimiste, réac et obtus, on peut envisager cette initiative comme un essai d'une forme de gouvernance alternative et innovante ; une alternative aux seules structures pyramidales qui sont l'apha et l'oméga des modes de gouvernances de la partie opérationnelle des structures économiques actuelles.    






 Comme toute initiative innovante ça a au moins 10x plus de chances de se planter que de se pérenniser, mais ça n'en reste pas moins une initiative intéressante et qui pourra éventuellement être une occasion d'en tirer des enseignements nouveaux, voir même quelques bonnes idées à reproduire. Et ce sera déjà pas mal.     






  A l'époque, on avait EXACTEMENT le même genre de réactions, dans la plus pure caricature du "ça ne marchera JAMAIS" quand on parlait d'initiatives comme Wikipédia ; on connaît la suite.        

&nbsp;

&nbsp;








brazomyna a écrit :



Ou en étant un poil moins pessimiste, réac et obtus, on peut envisager cette initiative comme un essai d’une forme de gouvernance alternative et innovante.





Ne pas être pour un instrument d’évasion juridique et fiscale, c’est être pessimiste, réac et obtu ?



Si ça continue, on va avoir droit à l’Internationale des petits porteurs <img data-src=" />



Le 23/06/2016 à 12h 04

Le problème de fiscalisation est en effet une problématique importante, mais rejeter toute une technologie prometteuse au lieu de se pencher sur le problème, c’est un peu comme ceux qui disaient “Internet, zone de non-droit et de défiscalisation, coupons internet”








animus a écrit :



Le problème de fiscalisation est en effet une problématique importante, mais rejeter toute une technologie prometteuse au lieu de se pencher sur le problème, c’est un peu comme ceux qui disaient “Internet, zone de non-droit et de défiscalisation, coupons internet”





Je comprend très bien qu’on s’y intéresse pour le défi technologique et humain, ça, pas de problème.



Mais qu’on ne taxe pas la critique de “réactionnaire” alors que la problématique de la juridiction a un inpact considérable sur le fonctionnement et est même un argument de vente de la techno.



carbier Abonné
Le 23/06/2016 à 12h 13







brazomyna a écrit :



A l’époque, on avait EXACTEMENT le même genre de réactions, dans la plus pure caricature du “ça ne marchera JAMAIS” quand on parlait d’initiatives comme Wikipédia ; on connaît la suite.









animus a écrit :



Le problème de fiscalisation est en effet une problématique importante, mais rejeter toute une technologie prometteuse au lieu de se pencher sur le problème, c’est un peu comme ceux qui disaient “Internet, zone de non-droit et de défiscalisation, coupons internet”







Analogie non acceptée: dans les 2 cas (Internet et Wikipedia) il s’agit d’innovation pour le bien de tous à but non lucratif… dans le cas qui nous intéresse il s’agit d’une innovation à but purement lucratif…

A un moment il va falloir arrêter de croire que tout ce qui sort du Net et des sentiers battus est forcément une “avancée”



Ne t’inquiète pas (ou plutôt, si) pour l’évasion fiscale, elle n’a pas vraiment besoin des crypto-monnaies et autres DAO pour bien se porter….

Par exemple, un économiste, James henry, a calculé qu’au niveau mondial, l’évasion fiscale représentait 26.000 milliards de dollars…. je ne pense pas que ça soit le pov’ Bitcoin (et autres cryptos ou DAO) qui représente une telle somme…

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2016/04/04/29006-20…


Le 23/06/2016 à 13h 48







BTCKnight a écrit :



C’est pas faux… comme 90% des réactions concernant tout ce qui touche aux Bitcoins (et aux cryptos-monnaies en général) … c’est tellement plus simple (et confortable) de rejeter ce qu’on ne comprends pas…





90% carrément. En voilà quelqu’un de bien informé.

C’est tellement plus simple (et confortable) de caricaturer et de sur-simplifier les positions des uns et des autres.



Le 23/06/2016 à 13h 56







ActionFighter a écrit :



Mais qu’on ne taxe pas la critique de “réactionnaire” alors que la problématique de la juridiction a un inpact considérable sur le fonctionnement et est même un argument de vente de la techno.





La critique est parfaitement acceptable, résumer l’initiative à ce seul point est caricatural.





carbier a écrit :



Analogie non acceptée: dans les 2 cas (Internet et Wikipedia) il s’agit d’innovation pour le bien de tous à but non lucratif… dans le cas qui nous intéresse il s’agit d’une innovation à but purement lucratif…





Le caractère lucratif ou non est donc le seul critère qui vaille ?

&nbsp;

Sans doute quand on a une vision du monde dichotomique. <img data-src=" />

&nbsp;

&nbsp;



Le 23/06/2016 à 14h 04

Alors ça dépend de quoi on parle, si on parle d’Ethereum, on parle d’une crypto-currency décentralisée. Pour moi, c’est une réponse efficace concernant la réappropriation des biens, suite à des sujets comme VISA, Mastercard et d’autres banques qui ont freezé les comptes de Wikileaks du jour au lendemain sur demande du gouvernement américain. Ou suite au problème de circulation des monnaies dans le cas de la crise grecque.



Bref, c’est une sorte de valeur refuge moderne, plus pratique que l’or, quand la confiance dans les institutions s’écroule. Rien de nouveau en terme d’économie, mais de nombreux challenge en terme de fiscalité (mais qui veut tricher triche, que ce soit en crypto currency ou pas: une grande partie de notre fiscalité s’appuie sur la déclaration, et donc la bonne foi du déclarant).



Dans le cas de DAO, il s’agit là encore de la réplication d’un modèle connu, qui est juste là encore plus décentralisée qu’une structure classique. Qu’on soit pour on contre le principe d’un fond d’investissement, de la rente des placements financiers, ou tout simplement de ce qui est “lucratif” (affirmation assez radicale, notons-le, même si je respecte), est légitime et peut se discuter, mais il s’agit là de points de vues politiques et économiques, et qui du coup ne sont pas propre à DAO ou aux cryptocurrencies.


Le 23/06/2016 à 14h 12

Si qu’ils changent les règles, mais le mec n’a pas volé son argent. Il a just été plus intelligents que des mecs tellement imbuts d’eux-mêmes qu’ils ont cru qu’ils pouvaient créer une nouvelle monnaie comme si de rien n’était.



Le moyen utilisé n’est pas obscur. On sait très bien ce qu’il a fait.


Le 24/06/2016 à 07h 35

J’ai pas tout compris (voir rien du tout) mais l’idée de se faire du fric avec un doigt dans le cul et l’autre sur la souris ça me fait plutôt marrer. Ca me rappelle les spots “comment gagner 5000€ sur Internet en seulement 2 semaines” lol<img data-src=" />



En tout cas GG au petit futé qui s’est fait 50 million $ moi je lui filerai une médaille pour son géni :)


Le 24/06/2016 à 14h 06

Ah donc si t’es infographiste, tu peux pas gagner d’argent parce que tu travailles pas dans les champs? <img data-src=" />


Le 25/06/2016 à 11h 54







animus a écrit :



Ah donc si t’es infographiste, tu peux pas gagner d’argent parce que tu travailles pas dans les champs? <img data-src=" />







Moi aussi je griffonne dans un coin de mon bloc notes pendant les longs meetings soporifiques.



Infographiste c’est pas un métier ça, au mieux un hobby. On va quand même pas les payer pour quelques gribouillages.



<img data-src=" />