Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

Avec neutralité, sans neutralité

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

ÉconomieInternet

06/12/2023
31

Logo Twitch

Surprise : Twitch cessera toute activité en Corée du Sud le 27 février prochain. La société, qui appartient à Amazon, cite dans son communiqué des coûts d’exploitation « prohibitifs ». L’annonce devrait faire beaucoup de bruit dans le pays.

« Face au coût d’exploitation prohibitif de Twitch en Corée, nous avons déployé des efforts considérables afin de réduire ces dépenses et de maintenir notre activité. Nous avons d’abord testé un modèle pair à pair pour la qualité du flux source, puis nous avons ajusté la résolution à un maximum de 720p. Bien que ces efforts aient permis de réduire les coûts, les frais de réseau en Corée restent dix fois plus élevés que dans la plupart des autres pays », explique l’entreprise dans un communiqué publié hier soir par Daniel Clancy, son directeur général.

En conséquence, « Twitch exerce ses activités en Corée à perte et nous ne voyons malheureusement aucune solution qui nous permettrait d’opérer de manière durable dans ce pays ».

La situation est décrite comme « unique », signalant que Twitch ne compte partir d’aucun autre pays. La société enfonce le clou : « nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises le problème des coûts d’exploitation en Corée, qui sont nettement plus élevés que dans les autres pays ».

Le communiqué indique que les streamers et streameuses ont été avertis. Twitch indique qu’une aide sera fournie pour aider toutes les personnes concernées à migrer vers d’autres services de streaming. L’entreprise dit avoir pris contact avec plusieurs d’entre eux pour préparer le terrain.

La situation en Corée du Sud

La Corée est un haut-lieu de l’esport. Des jeux comme League of Legends et Starcraft y ont créé de vastes phénomènes et une bonne partie de la population suit de près les compétitions. En outre, les Coréens sont réputés être des joueurs redoutables dans les rencontres mondiales, le pays s’étant taillé une solide réputation.

La question est donc sur la table, évidente : pourquoi la plateforme de référence pour la diffusion vidéoludique quitte-t-elle le pays roi de l’esport ?

Ce n’est pas la première fois que le coût d’exploitation en Corée du Sud fait les gros titres. En 2021, Netflix s’est cassée les dents sur le même problème. L’entreprise avait attaqué en 2020 SK Broadband, l’un des trois FAI du pays (avec KT Corporation et LG Uplus), pour les tarifs exigés. Se posait en effet la question du prix que doivent payer certains acteurs, pesant lourdement dans la demande de bande passante.

Netflix a perdu son procès, le tribunal consacrant le droit des FAI à faire payer plus cher les services ayant de gros débits de données. Netflix, de son côté, indiquait n’avoir fait que répondre à la demande, comme le rapportait alors TechCrunch. Plus tôt cette année, le reste des plaintes a été retiré, Netflix ayant accepté d’investir dans l’infrastructure d’interconnexion.

Cette proportionnalité de la tarification en fonction du succès, bien loin de la neutralité du Net, est la raison du départ de Twitch.

De quoi faire bouger les lignes ?

Bien que Twitch ait braqué les feux des projecteurs sur les problèmes financiers provoqués par cette participation aux frais des fournisseurs, la décision pourrait revêtir une dimension politique.

Comme le rappelle le New York Times, la Corée du Sud dispose d’une loi spécifique pour les fournisseurs de services étrangers, afin qu’ils participent aux frais de réseau. Qu’un service majeur comme Twitch se retire à cause du coût d’exploitation a de bonnes chances de provoquer la colère des usagers, car personne n’aime changer ses habitudes, que l’on produise ou consomme le contenu. Pour la première catégorie, ce changement est loin d’être anodin. Il n’est pas simple en effet de transférer toute une communauté d’un service à un autre, même si le délai devrait permettre d’avertir suffisamment en avance.

YouTube pourrait tirer son épingle du jeu, car le service de Google, déjà numéro 1 en Corée du Sud pour le streaming, devrait voir sa position renforcée. Google ne s’est d’ailleurs pas exprimée sur la question, mais si la fréquentation de YouTube augmente, sa participation financière devrait suivre dans les mêmes proportions.

L’annonce de Twitch fait en tout cas des heureux : l’action d’Afreeca TV, plateforme coréenne concurrente de Twitch, a bondi de 30 % hier soir à la fermeture de la bourse de Corée du Sud, comme le rapporte Reuters.

31

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

La situation en Corée du Sud

De quoi faire bouger les lignes ?

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (31)


potn Abonné
Le 06/12/2023 à 17h 19
> Cette proportionnalité de la tarification en fonction du succès, bien loin de la neutralité du Net, est la raison du départ du Twitch.

Petit point de détail : on dit ici que Twitch paie plus cher le Mo transféré qu'un site "lambda", ou est-ce juste proportionnel à la bande passante utilisée ?
Le 06/12/2023 à 17h 51
La tarification est proportionnelle, donc plus tu utilises de bande passante, plus ton tarif augmente. Plus la quantité facturée est importante, plus le prix unitaire augmente.
potn Abonné
Le 06/12/2023 à 18h 33

consommateurnumérique

La tarification est proportionnelle, donc plus tu utilises de bande passante, plus ton tarif augmente. Plus la quantité facturée est importante, plus le prix unitaire augmente.
Merci pour la réponse.

Pour le coup, pourquoi on fait subir un coût "exponentiel" aux gros ?
Modifié le 06/12/2023 à 18h33
n3y Abonné
Le 06/12/2023 à 18h 48

potn

Merci pour la réponse.

Pour le coup, pourquoi on fait subir un coût "exponentiel" aux gros ?
Pour forcer les "gros" à investir dans les infras du pays car on considère que les petits acteurs n'ont pas les moyens de mettre un/des PoP sur le territoire.

La situation enclavée de la Corée du Sud n'aide pas
Le 06/12/2023 à 18h 57

potn

Merci pour la réponse.

Pour le coup, pourquoi on fait subir un coût "exponentiel" aux gros ?
C'est le serpent de mer des services internet : les opérateurs télécom rechignent à investir dans leur réseau – les plateformes de services font leur chiffre d'affaire en dehors des opérateurs de réseaux. Donc les opérateurs/FAI veulent que les plateformes cofinancent l'extension du réseau.

Dans le cas des grosses plateformes internationales comme YouTube, Twitch, Netflix (et les grands hubs porno), ça représente des investissements colossaux. Google et Netflix possèdent déjà quelques bribes de l'infrastructure qui leur permet de diffuser leurs services, mais au niveau national les FAI sont obligés de négocier des interconnexions et investir dans leur propre réseau s'ils veulent que le streaming vidéo soit fluide jusqu'à leurs abonnés. Ce sont des négociations sans fin.
Modifié le 06/12/2023 à 19h01
Le 06/12/2023 à 19h 35

consommateurnumérique

C'est le serpent de mer des services internet : les opérateurs télécom rechignent à investir dans leur réseau – les plateformes de services font leur chiffre d'affaire en dehors des opérateurs de réseaux. Donc les opérateurs/FAI veulent que les plateformes cofinancent l'extension du réseau.

Dans le cas des grosses plateformes internationales comme YouTube, Twitch, Netflix (et les grands hubs porno), ça représente des investissements colossaux. Google et Netflix possèdent déjà quelques bribes de l'infrastructure qui leur permet de diffuser leurs services, mais au niveau national les FAI sont obligés de négocier des interconnexions et investir dans leur propre réseau s'ils veulent que le streaming vidéo soit fluide jusqu'à leurs abonnés. Ce sont des négociations sans fin.
Ce problème est récurent partout, et s'est passé plusieurs fois en France aussi (Free, notamment, voulais faire payer netflix plus cher , ce dernier rétorquant que si les abonnés prenaient Free c'était pour regarder netflix donc que netflix devrait plutôt être rémunéré pour son apport de clients.... bref. Netflix a même lancé "Fast.com" pour évaluer les FAI selon son point de vue...)

Les FAI veulent bien de l'argent pour déployer des infra, mais ne souhaitent pas pour autant que les fournisseurs de service ne les écartent en déployant eux-même ces infra métropolitaines :-)
Sachant qu'il y a des aspects comptable aussi (quand tu déploie une infra c'est de l'immobilisation, alors que louer une infra c'est "à perte" mais c'est un bénéfice nette pour l'opérateur d'infra... bref.

Pour la corée du sud, je suppose que le territoire ne se prête pas au déploiement sur-numéraire d'une infra parallèle.

wagaf Abonné
Le 06/12/2023 à 20h 03
Exemple qui montre l'importance de la neutralité du net.
Ça protège les consommateurs mais aussi les entreprises.
Ça empêche les FAI d'utiliser leur position de manière abusive.

Au final même dans les pays les plus individualistes, les routes sont publiques pour de bonnes raisons.
Modifié le 06/12/2023 à 20h04
Le 11/12/2023 à 14h 31
Les routes sont publiques parce qu'il est quasiment impossible de faire payer à l'usage à moins d'avoir des péages à chaque intersection. Mais dans la plupart des pays il y a bien un financement plus ou moins local pour cette raison et des routes privées
Le 06/12/2023 à 20h 52
Un exemple de coopération entre Google, Orange et Telefónica :

– Câble transatlantique Dunant : Google s'associe à Orange et Telxius (20/02/2020)
https://next.ink/brief_article/11342-cable-transatlantique-dunant---google-s-associe-a-orange-et-telxius/

– Le câble transatlantique de Google opérationnel fin 2020 (05/03/20)
https://agence-api.ouest-france.fr/article/le-cable-transatlantique-de-google-operationnel-fin-2020

– [Communiqué de presse] Orange et Telxius s’associent pour la mise en place du câble sous-marin Dunant, un projet Google qui permettra aux deux sociétés de se fournir mutuellement des extensions de liaisons terrestres en France et aux États-Unis (18/02/2020)
https://www.orange.com/sites/orangecom/files/2020-06/Orange%20Telxius%20release_FINAL_FR.pdf
Modifié le 06/12/2023 à 20h52
hwti Abonné
Le 07/12/2023 à 03h 08
Je comprends pourquoi ils veulent arrêter de diffuser des flux vers la Corée.

Mais de là à cesser toute activité, je ne sais pas si c'est justifié.
Diffuser depuis la Corée, c'est un seul flux, donc ça ne représente pas un gros coût.

Il faut croire qu'il n'y a pas assez d'audience internationale pour les streameurs Coréens pour que ça les intéresse de conserver une présence dans le pays et les contrats existants.
Modifié le 07/12/2023 à 03h09
oliv5 Abonné
Le 07/12/2023 à 09h 44
> "Diffuser depuis la Corée, c'est un seul flux, donc ça ne représente pas un gros coût."

Qu'en sais-tu ?
Dj Abonné
Le 07/12/2023 à 10h 07
>Il faut croire qu'il n'y a pas assez d'audience internationale pour les streameurs Coréens

Euh, ils ferment aussi pour les Coréens regardant les streamers Coréens, c-a-d la majorité de leur public.

Comme t'as peu de streamer français qui sont regardé par gens américains etc.

Ils ont testé en P2P qui fonctionne très bien en courte distance, mais c'est encore trop cher
potn Abonné
Le 07/12/2023 à 11h 19

Dj

>Il faut croire qu'il n'y a pas assez d'audience internationale pour les streameurs Coréens

Euh, ils ferment aussi pour les Coréens regardant les streamers Coréens, c-a-d la majorité de leur public.

Comme t'as peu de streamer français qui sont regardé par gens américains etc.

Ils ont testé en P2P qui fonctionne très bien en courte distance, mais c'est encore trop cher
Pourquoi le P2P serait-il cher ?
Dj Abonné
Le 07/12/2023 à 14h 37

potn

Pourquoi le P2P serait-il cher ?
Le P2P n'est pas cher de base.
C'est pas le serveur qui donne la totalité des données aux utilisateurs, c'est les autres utilisateurs qui transmettre aux autres (mais le serveur est bien là a un moment pour diffuser l'original, mais vu que c'est que vers quelques personnes, le cout est ridiculement bas).
Donc normalement c'est pas toi qui paie ce trafic là mais les gens qui regardent.

Et malgré ça ils indiquent ne pas arriver à être rentable
Ferd Équipe
Le 07/12/2023 à 18h 13

Dj

Le P2P n'est pas cher de base.
C'est pas le serveur qui donne la totalité des données aux utilisateurs, c'est les autres utilisateurs qui transmettre aux autres (mais le serveur est bien là a un moment pour diffuser l'original, mais vu que c'est que vers quelques personnes, le cout est ridiculement bas).
Donc normalement c'est pas toi qui paie ce trafic là mais les gens qui regardent.

Et malgré ça ils indiquent ne pas arriver à être rentable
C’est très étrange, si les flux les plus regardés sont distribués en p2p le coût de la diff est divisé par 5 ou 6 easy
Il est possible que les opérateurs locaux aient cherché à limiter cet usage « détourné » de leurs réseaux , je ne vois pas d’autre explication rationnelle derrière ce renoncement.
hwti Abonné
Le 07/12/2023 à 15h 53

Dj

>Il faut croire qu'il n'y a pas assez d'audience internationale pour les streameurs Coréens

Euh, ils ferment aussi pour les Coréens regardant les streamers Coréens, c-a-d la majorité de leur public.

Comme t'as peu de streamer français qui sont regardé par gens américains etc.

Ils ont testé en P2P qui fonctionne très bien en courte distance, mais c'est encore trop cher
Ils auraient pu autoriser les streameurs Coréens à diffuser simultanément :
- Afreeca TV ou autre pour leur audience locale
- Twitch pour leur audience internationale (là il y aurait juste le flux du streamer vers un serveur Twitch hors du pays, donc pas grand chose)
fofo9012 Abonné
Le 08/12/2023 à 08h 34

hwti

Ils auraient pu autoriser les streameurs Coréens à diffuser simultanément :
- Afreeca TV ou autre pour leur audience locale
- Twitch pour leur audience internationale (là il y aurait juste le flux du streamer vers un serveur Twitch hors du pays, donc pas grand chose)
Twitch n'a pas probablement pas d'infra en Corée, donc le flux du streamer coréen sort du pays (ça ce n'est pas trop cher), par contre chaque viewer Coréen (peut importe la source du stream) fait entrer du flux dans le pays, et là ça doit chiffrer sévère !

La Corée est quasi une île (enfin, elle est reliée au continent par la Corée du Nord mais ce n'est pas la grande entente :) ) toute liaison vers l'extérieur passe par quelques fibres maritimes sûrement privées et ces liaisons sont hors de prix. En europe on a de grandes artères sur le contient qui sont publiques, quand un gafam installe un DC, il soulage à la fois les connexions intercontinentales, et touche d'un coup un grand nombre d'européens.
Zulgrib Abonné
Le 07/12/2023 à 10h 21
De ce que je comprends, quelqu'un va réclamer des sous s'ils ne coupent pas complètement, tant que des utilisateurs locaux utilisent le service et que cela utilise un total de bande passante supérieur à un seuil, car ce n'est pas une société locale.

Donc ils doivent cesser toute activité là-bas pour supprimer ce coût.
Modifié le 07/12/2023 à 10h22
Le 07/12/2023 à 10h 48
Twitch ne se gave pas sur les abonnements contrairement à Netflix. A mon avis Amazon ne va plus si bien que ça financièrement.
Le 07/12/2023 à 10h 50
Je pense qu'ils font très bien de partir, beaucoup d'opérateurs internet sont devenus des requins voulant le beurre et l'argent du beurre quitte à tout casser.
Les fournisseurs d'accès à internet doivent être avant tout des fournisseurs de moyens d'accès aux réseaux, au même titre qu'EDF et régies des eaux.
Le 07/12/2023 à 11h 12
Bizarre de mettre l'esport en avant (par pitié arrêter d'écrire eSport, on n'est pas sur Ouest France...) alors que la commu des streamers en Corée du Sud est aussi grosse qu'ailleurs (et inclut les joueurs pro en passant).
potn Abonné
Le 07/12/2023 à 11h 20
Pourquoi ne pas dire eSport ? C'est carrément plus lisible...
Le 07/12/2023 à 17h 33

potn

Pourquoi ne pas dire eSport ? C'est carrément plus lisible...
Et pourquoi pas eMail aussi...
potn Abonné
Le 07/12/2023 à 23h 45

xouboudou

Et pourquoi pas eMail aussi...
OK, mais à ce moment là, disons e-mail et donc e-sport.
En français, email ressemble trop à émail.
En tous cas, pas esport.
Mihashi Abonné
Le 07/12/2023 à 11h 37
Peut-être parce que l'e-sport (je préfère comme ça moi 😅) est très importante en Corée.
Berbe Abonné
Le 07/12/2023 à 12h 09
"e" est une particule préfixe datant de la fin des années 1990 indiquant un service "electronic" ("électronique"), terme remplacé depuis par "digital" ("numérique"). Le préfixe a progressivement été remplacé par "i" pour "intelligent", notamment par le biais de l'iPhone, faisant croire que les gadget électroniques/informatiques modernes soient intelligents (on qualifie nos téléphones modernes d'"intelligents" - "smartphone", alors qu'il n'en est rien).

L'usage veut que la particule soit bien séparée, et Mihasi rappelle qu'à l'origine, il y avait bien un tiret séparateur.
L'usage a progressivement dérivé en "Camel case" durant les années 2000 avec comme point de départ… je dirais là encore l'iPhone ! À moins que quelqu'un ait un autre usage massif précédent.

Je dirais qu'aujourd'hui les deux sont acceptés. Mais certainement pas "esport" qui n'est pas un mot, et on verse alors là dans la faute pure & simple.
Modifié le 07/12/2023 à 12h11
CaiRve Abonné
Le 07/12/2023 à 11h 13
Après, il faut distinguer la VOD du direct.
Pour la VOD, Netflix and co ont des seveurs de cache chez les opérateurs, pour justement reduire la conso de bande passante et ne pas sortir du réseau de l'opérateur.

Alors que pour du direct, chaque visionneur du stream a sa propre conso de bande passante. Et quand ca se compte par millions en Corée du Sud ...
fofo9012 Abonné
Le 08/12/2023 à 09h 01
Le serveur de cache du FAI doit aussi faire office de relais des flux en direct : 1 flux arrive chez le FAI,et le serveur le forward à l'ensemble des viewers du FAI de ce flux.

Les techno de streaming sont souvent basés sur HLS (ou équivalent) : le streaming est en fait une playlist dynamique de morceaux de vidéo de 10sec. Côté serveur replay ou streaming, c'est pareil, d'un côté il y'a un seul gros fichier, de l'autre une multitude de fragments, et un peu d'intelligence pour générer la playlist à la volée, et supprimer les fragments passés.
gg40 Abonné
Le 08/12/2023 à 11h 41

fofo9012

Le serveur de cache du FAI doit aussi faire office de relais des flux en direct : 1 flux arrive chez le FAI,et le serveur le forward à l'ensemble des viewers du FAI de ce flux.

Les techno de streaming sont souvent basés sur HLS (ou équivalent) : le streaming est en fait une playlist dynamique de morceaux de vidéo de 10sec. Côté serveur replay ou streaming, c'est pareil, d'un côté il y'a un seul gros fichier, de l'autre une multitude de fragments, et un peu d'intelligence pour générer la playlist à la volée, et supprimer les fragments passés.
Merci je savais pas.
Ferd Équipe
Le 11/12/2023 à 08h 40

fofo9012

Le serveur de cache du FAI doit aussi faire office de relais des flux en direct : 1 flux arrive chez le FAI,et le serveur le forward à l'ensemble des viewers du FAI de ce flux.

Les techno de streaming sont souvent basés sur HLS (ou équivalent) : le streaming est en fait une playlist dynamique de morceaux de vidéo de 10sec. Côté serveur replay ou streaming, c'est pareil, d'un côté il y'a un seul gros fichier, de l'autre une multitude de fragments, et un peu d'intelligence pour générer la playlist à la volée, et supprimer les fragments passés.
Techniquement si plusieurs milliers de personnes regardent le même flux, même si ils ne sont pas exactement au même endroit de la video en même temps, le p2p peut quand même fonctionner sur les données en cache en arrière plan.
Modifié le 11/12/2023 à 08h41
Berbe Abonné
Le 07/12/2023 à 12h 13
Une belle démonstration qu'une absence de régulation laissant la foire d'un "marché" faire ne produit que des situation absurdes face à l'avarice.

Et on n'aborde là que l'angle économique de la catastrophe d'un réseau qui ne soit pas neutre.
Il y a bien d'autres pans, même si aujourd'hui l'écrasante majorité de la population ne sait plus réfléchir autrement qu'économiquement.