votre avatar Abonné

MisterDams

est avec nous depuis le 9 mai 2005 ❤️

Bio

Oups.
On dirait que quelqu'un ici aime garder ses petits secrets, comme si de par hasard il y avait quelque chose à cacher...
Désolé, ô lectrice de passage, cher lecteur égaré, pas de révélation sensationnelle pour le moment sur ce profil.
Repassez plus tard ?

961 commentaires

Hier à 19h 37

> La TV réalité a illustré la façon dont la société se met désormais en scène. Loft Story 1, c'était globalement des gens normaux qui ont conquis les médias, alors que la TV réalité d'aujourd'hui, c'est plutôt des médias qui investissent la société.

En fait non, la télé réalité a toujours été scénarisée et les "candidats" issus d'un casting pour avoir les stéréotypes permettant de générer les mises en situation souhaitées.

Orienté, mais pas scénarisé. Ça restait des lambdas qui cherchaient pas vraiment la gloire, et qui avaient surtout aucune notion de leur image médiatique, ni pour ambition de récupérer des followers pour alimenter leur business. D'ailleurs je crois que la plupart ont repris leur vie sans trop de différence passé quelques mois.

C'est au fil des années que la scénarisation s'est amplifiée, à la fois parce que les productions voulaient avoir du racoleur et parce que les participants avaient aussi conscience d'être exposés et jugés.
Jusqu'à devenir "Les Anges", dont le concept même était de recycler ceux qui font déjà le buzz pour faire de l'audience, et leur faire faire encore plus de buzz.

Hier à 13h 23

Pour moi, cela souligne aussi l'évolution de notre rapport au réel.

La vidéo avant, c'était à la TV, avec globalement la fiction ou le JT. La différence entre les deux était claire.
Aujourd'hui, les deux se brouillent de plus en plus.

La TV réalité a illustré la façon dont la société se met désormais en scène. Loft Story 1, c'était globalement des gens normaux qui ont conquis les médias, alors que la TV réalité d'aujourd'hui, c'est plutôt des médias qui investissent la société.

La frontière devient floue, on sait plus trop qui nous amène l'information (celui qui l'a génère, celui qui la partage ? La plateforme qui la diffuse ?), et ça influe sur tout. Un flux de réseau social, c'est passer d'un reportage sur une catastrophe naturelle aux vacances d'un ami, puis à une actu sur la violence animale, à un tuto beauté, à la bande annonce du dernier film catastrophe pour finir sur un avis subjectif sur le conflit du moment.

Il devient donc normal de voir tout, tout le temps. Donc filmer un drame au lieu d'intervenir, ça semble banal "vu toutes les vidéos qu'on voit". Alimenter un buzz construit sur une base de harcèlement, c'est un divertissement, puisque de toute façon la personne en question n'est "qu'un compte du réseau". Mettre sa vie en danger dans un challenge c'est "participer à la vie sociale en ligne".

C'est sournoi, c'est progressif. On le disait au début d'instagram, quand on avait l'impression que tout le monde faisait plein de voyages/activité tous les weekend, alors qu'en fait simplement on ne considère absolument pas l'absence de publication de ceux qui ne faisaient rien. Et c'était plutôt nos cercles proches, aujourd'hui c'est mondial et étendu aux lambdas inconnus, voire à des influenceurs dont le métier est d'avoir une vie incroyable, ou au moins de faire semblant d'en avoir une.

Quand on a connu le monde "avant" c'est plutôt facile de discerner la limite. Mais les générations qui baignent là dedans depuis leur naissance, c'est une énorme allégorie de la caverne qui se met en place.
Mais j'espère que c'est pas irréversible, il faut absolument qu'on pousse la pédagogie sur ces problèmes et qu'on continue à responsabiliser les plateformes, celles qui n'ont visiblement pas d'ambitions éthiques, mais des intérêts économiques et politiques.

Apple vs EU : le bras de fer

Le 27/02/2024 à 19h 53

Moi ça me choque : Apple profite des apps. L'iPhone et l'iPad n'existeraient pas sans apps. S'ils fournissent des outils pourris, personne va coder pour eux.
Du coup, c'est tout bénèf pour eux.

Ce qui me gène plutôt, c'est qu'officiellement tu payes pas les outils mais le droit de diffuser.

Tu peux faire autant d'apps que tu veux sur Xcode sans souscrire à la licence (donc le gamin peut bien s'amuser dans sa chambre).

En revanche t'as rien le droit d'en faire, puisqu'avec une App issue de Xcode, t'as grosso modo le choix entre publier sur l'AppStore, publier sur l'AppStore ou publier sur l'AppStore.

Je trouverais plus normal de payer Xcode "en 2024" pour 99$ (comme avant le SaaS quoi) puis de pouvoir distribuer hors AppStore pendant 5 ans si ça te chante.

Mais évidemment ça voudrait dire que ton app pourrait tourner "en off store" pour 99$, parfois des années sans problème (jusqu'à ce qu'iOS change une API par exemple) alors que là elle rapportera au moins 99$ par an tant qu'elle est en ligne...

Au final, c'est de la vente forcée pour le développeur et de la vente liée pour le consommateur. Mais bon apparemment sans être en position dominante, ÇA PASSE.

Le 27/02/2024 à 19h 35

C'est bien 99 $ pour une société comme pour un développeur individuel. Cela se voyait aussi sur le simulateur qu'Apple a mis à disposition pour ses changements pour l'UE.

Justement, moi je lis :

Les frais d’abonnement annuels de l’Apple Developer Program s’élèvent à 99 USD et ceux de l’Apple Developer Enterprise Program à 299 USD

Le 27/02/2024 à 13h 43

Oui bien vu, je ne pense pas qu'il n y'ait qu'un seul développeur chez Spotify :)

Apple oublie aussi de préciser que c'est aussi 100$/an pour le gamin dans sa chambre qui s'essaie au dev mobile. Des millions de petits développeurs payent de leur poche pour pouvoir installer une appli sur leur mobile, eux ne génèrent quasi aucun coût pour Apple.

Attention hein, 100$/an me choquent pas pour accéder aux dernières versions des outils et pouvoir développer un nombre incalculable d'apps monetisables. Il y a aussi des millions de gens qui doivent aussi se payer la suite Adobe et ça choque personne.

Ce qui me gène davantage c'est que l'app disparaisse du Store le jour exact où tu t'arrêtes de payer, sous prétexte de frais énormes d'hébergement alors que si le stockage d'une seule app dépasse 2€/an sur l'ensemble de leurs frais, c'est déjà un manque d'optimisation flagrant.

Le 26/02/2024 à 19h 28

Euh, c'est vraiment 99$/an pour Spotify d'accéder à l'AppStore ? Il me semblait que c'était le coût pour chaque développeur.

Au passage, Apple oublie qu'il faut développer sur macOS, donc acheter des Mac régulièrement. Et ça revient à plus de 99$/an !

Logo de Twitter et de X

Le 27/02/2024 à 13h 35

Corrige moi si je me trompe mais d’ici je lis en synthèse "ma bulle de filtre était bien meilleure que celles des autres". :keskidit:

Pas meilleure que celle des autres, mais meilleure que celle de bien des algorithmes.

Je le vois à plusieurs niveaux perso :
- dans la musique tout le monde se plaint que Spotify et consorts gèrent très mal l'éclectisme et la volonté d'écouter des anciens titres. Quelque soit ce que je lance au départ sur mon YouTube Music, où je fais l'effort de mettre les pouces, etc. il finit toujours par me remettre sur les mêmes titres, ce qui augmente leur nombre de lectures donc selon eux mon intérêt.
- J'ai des dizaines de flux RSS triés dans mon feedly, sur des sujets divers. En face, mes flux Google Discover ou le Widget Windows sont blindés de sujets racoleurs ou de sites putaclic, qui visent pas à me satisfaire mais à satisfaire l'algorithme (on retrouvera d'ailleurs dans un précédent LIDD un bel article sur la façon dont Google avait façonné le web).
- Sur Facebook, je consomme majoritairement des contenus de personnes que je connais (comme avant, quoi). Sauf qu'UNE personne m'a partagée en privé des contenus qui m'intéressent un peu sans être une passion, je suis désormais harcelé par ça et uniquement par ça.

Le 27/02/2024 à 09h 15

Moi j'aimais bien quand mes proches racontaient leur journée sur Facebook, puis partageaient leurs plus belles photos sur Instagram, pendant que les bloggeurs/journalistes tweetaient en live...

J'espère qu'on arrivera à endiguer ce problème des "social bubbles", créées par les algorithmes et la cupidité (ou le propre intérêt) des fournisseurs de services qui les développent.

une jeune femme s'apprête à enregistrer une vidéo d'elle-même avec un smartphone placé dans un anneau lumineux.

Le 21/02/2024 à 11h 35

Exactement, ce qui me gêne c'est pas l'action d'enregistrer, mais celle de diffuser.
On est pas vraiment au niveau du lanceur d'alerte là, c'est juste la publication d'une discussion privée, qui peut en plus contenir des informations confidentielles sur l'entreprise (changements stratégiques, infos clients ou autre). Pour le coup l'employeur pourrait, à raison, se retourner contre le salarié, mais devoir gérer l'effet Streisand qui peut aller avec.
Malgré tout, ça peut dans une certaine mesure inciter les directions à faire les choses plus proprement avec la crainte d'être exposés, car ça fout un coup côté RSE.

Pour le coup, pour avoir participé à des entretiens préalables en représentant les deux partis suivant le contexte (manager et membre du CSE) sur un licenciement classique, un licenciement éco et une inaptitude, ma boite a l'air plutôt clean sur le sujet. Bon, c'est pas exhaustif non plus (et pas le seul sujet RH d'une entreprise...).

LineageOS

Le 20/02/2024 à 09h 53

comment ça qu'elle reste compatible avec AA ?
C'est le cas avec la version originale

A priori sur Android Auto, tu ne peux qu'avoir des applications "certifiées Android Auto", mais avec le root, tu peux intégrer même des APK tiers. En l'occurence il a un "mod" de Waze (j'en dirais pas plus :non: je pense qu'il vaut mieux demander à Google), donc pas signé, donc pas éligible Android Auto par défaut.

Perso, mes seuls APK tiers sont pas destinés à Android Auto, et je préfère garder mon tel non root vu que j'utilise beaucoup Google Pay (carte restaurant, CB...) et que mon tel intègre de plus en plus d'éléments sensibles (carte vitale, banque, bientôt papiers d'identité...), j'aimerai pas perdre ces fonctionnalités à chaque update à cause de SafetyNet & co.

Le 19/02/2024 à 08h 50

J'ai un pote qui root pour mettre une version modifiée de Waze et qu'elle reste compatible avec Android Auto.

Film ESA

Le 20/02/2024 à 09h 48

Intéressant, c'est un bon moyen pour l'ESA de valoriser un peu ses activités, et de se faire un peu d'argent au passage.

Apple vs EU : le bras de fer

Le 17/02/2024 à 12h 41

L'écosystème android et lui aussi finalement fermé si tu le regarde dans ce sens, si tu passe d'un téléphone android à un iphone, bah ta montre ne fonctionnera plus pareil etc, donc tu dois aussi tout racheter.

Ça dépend des marques. Une Galaxy Watch garde une partie de ses fonctionnalités sur iOS, et il y a des montres non basées sur wearOS qui marchent avec les deux OS. Et surtout je peux passer d'un Sony à un Asus, alors qu'iOS laisse le choix entre Apple et Apple.

En revanche, plus le temps passe sans qu'on dise rien à Apple, et plus les constructeurs reproduisent le modèle, par exemple certaines fonctions sont limitées aux marques identiques de façon purement arbitraire. C'est le cas des Galaxy Watch sur certaines fonctions de santé, qu'il faut forcer en bidouillant pour les avoir sur des smartphones non Samsung. C'est bien pour ça que ça m'énerve au delà de juste "pas acheter un iPhone".

Le 16/02/2024 à 18h 24

Juste qu'il n'y a rien qui m'attire chez les autres :D (a part peut être les pixel) et aussi la flemme et pas les sous de changer mon apple Watch et mon iPad en même temps

Belle illustration de l'écosystème hardware captif :bravo:
Même en trouvant un "peut-être" côté Android, la décision est écartée de suite parce qu'il faut "tout racheter" et que l'opération devient impossible. Prochaine étape, commander un AirTag, puis actualiser le commentaire pour le rajouter à la liste des trucs à re-payer :D

Le 16/02/2024 à 18h 19

On va voir ce qu'ils font en réalité en laissant de côté les fantasmes. Et les concurrents diront à la Commission ce qui est abusif. Ensuite Breton sévira.

Reste qu'au delà du fantasme, c'est exactement le même raisonnement.

Je pense qu'Apple sait très bien qu'une partie de ces règles ne tiendra pas dans le temps. Mais c'est ce qu'ils veulent : du temps. Si ça tient assez longtemps, les stores alternatifs feront un flop (trop compliqué pour les uns, pas rentable pour les autres) et plus personne ne cherchera à y aller.

D'ailleurs, le limiter à l'Europe est aussi une stratégie en ce sens : quel éditeur US ou Chinois ira s'embêter à suivre des règles supplémentaires pour économiser quelques milliers d'euros sur le seul marché européen ? Pas d'éditeur US ou Chinois = des stores vides = des gens désintéressés = un flop.

Le 16/02/2024 à 18h 05

J'aimerai bien voir des sondages sur le taux de population qui ont la moindre conscience de ces sujets d'écosystèmes captifs, qui sont pas le privilège d'une seule société (la prison dorée d'Apple, les tentacules de Google, le rapport qualité/prix "bizarrement" imbattable d'Amazon Prime, l'environnement ultra-relié de Microsoft 365/Azure...) et qui vont façonner le monde pendant au moins la décennie à venir.

A mon avis, c'est dérisoire.

Le 16/02/2024 à 17h 57

Tu peux aussi passer par un store autre que celui d'Apple (le tien par exemple) et un intermédiaire bancaire autre qu'Apple et ne payer que 0,5 € par an et par app pour un utilisateur après le premier million d'app.
Ça devrait être nettement plus rentable, même si les 0,5 € sont discutables.

Avec 25 000 alertes de sécurité pour l'utilisateur dès qu'il voudra accorder une autorisation ou faire un paiement, un process de validation des Apps qui sera certainement pas du tout prioritaire pour ralentir les publications et MàJ... et sûrement d'autres petites surprises qu'on nous réserve certainement.

Tiens, pourquoi ne pas aussi créer un dossier dédié sur le Springboard ? Un dossier par Store approuvé, voire carrément un dossier "Applications tierces non sécurisées par Apple" pour rassembler toutes ces apps. Mais c'est par pure pédagogie : il faudrait pas que l'utilisateur puisse confondre une App sécurisée et les vilains malwares autres.

Puis vu qu'on est susceptible de prêter son smartphone, ça serait bien qu'on demande une validation FaceID à chaque exécution, histoire de confirmer qu'on fait bien une démarche volontaire en quittant l'environnement bisounoursOS pour des éditeurs aïeOS qui veulent absolument aspirer nos données personnelles et accéder à notre micro. C'est pour la sécurité et la vie privée, hein.

Le 16/02/2024 à 17h 24

Ils sont pas hostiles ! T'as du choix, tu peux passer par Apple, et financer les 30% de commission, ou passer par Apple+un intermédiaire bancaire et financer les 27% de commission+la commission du prestataire bancaire. :roll:

Moi, j'ai choisi de pas passer par Apple.

Le 16/02/2024 à 17h 20

Apple rappelle que l’installation et l’utilisation des web apps sur iOS repose sur une intégration particulière, afin que la sécurité et la vie privée soient préservées.

Comme d'hab, c'est pour la sécurité et la vie privée. C'est un peu le 42 d'Apple : la réponse ultime à la grande question sur la vie, l'univers et le reste.

Don't tell me how to dress, tell them not to rape

Le 15/02/2024 à 15h 00

Non mais heureusement, les sites pornos vont bientôt se débrouiller pour vérifier l'âge des visiteurs. Ça devrait largement résoudre ces pro... ha non, en fait. A croire que comme tout le monde le dit depuis des années, tout se passe sur des outils qui ont pignon sur rue et que des mineurs utilisent sans aucune surveillance et/ou formation.

En tout cas bravo pour ce coup de filet, espérons que les victimes puissent reprendre une vie à peu près normale. Cela dit, je suis même pas sûre qu'elles soient toutes au courant qu'elles ont été piégées (ce qui est finalement peut-être mieux).

France identité permis de conduire

Le 15/02/2024 à 14h 44

Si ton adresse actuelle est différente de celle de ta CI, ca suffit pour justifier son changement :chinois:
(C'est la méthode que j'ai utilisé pour pouvoir faire refaire la mienne, expirée-mais-en-fait-non, comme la tienne)

Même la pré-demande en ligne est "temporairement désactivée" pour les changements d'adresse...
Comme dit dans les autres commentaires, il faut effectivement simuler une perte.

A défaut, justifier d'un séjour à l'étranger, qu'il faut donc réserver en amont, sans certitude d'avoir les papiers pour s'y rendre !

Le 15/02/2024 à 08h 37

Bon ben il faudra encore attendre pour l'accès via le Passeport, il me semblait que c'était prévu pour fin 2023.

Je reste donc avec ma carte d'identité papier expirée "mais en fait nan, parce qu'on a rajouté 5 ans, vous expliquerez juste au policier du pays visité"

Le 15/02/2024 à 08h 34

C'est clair que je suis en zone pilote, et j'avais l'impression d'être un extraterrestre à chaque fois que j'ai posé la question malgré des cabinets médicaux conséquents et plutôt modernes (partage automatique Mon espace santé, réseaux "franchisés" avec services en ligne d'enregistrement/résultats, etc.).

Je vois trop les situations où ça sera refusé comme justificatif !

Le 07/02/2024 à 19h 25

L'exemple que tu donnes dans ton deuxième paragraphe ça me semble au contraire vraiment pas terrible. Parce que tu vas remplacer des dialogues bien écrits et mémorables par des trucs génériques, souvent écrits avec le cul (franchement GPT est un très mauvais auteur de fiction, tout ce qu'il écrit est tarte au possible), je suis pas sûr que l'immersion y gagne. Les PNJ vont perdre en personnalité et la narration s'en trouvera affaiblie plutôt que renforcée.

Le jeu vidéo d'aventure ou le RPG, c'est, à mon sens, profondément une œuvre littéraire. Et pour l'instant les IA n'ont pas démontré du tout leur capacité à écrire de meilleures œuvres littéraires que les humains dotés d'un minimum de talent.

C'est justement là que le dosage va avoir son importance. Il faut effectivement oublier tout de suite un remplacement entier ou de le faire sur des éléments trop "critiques" du scénario, mais des petits placements bien sentis peuvent s'avérer judicieux. On verra bien ce qu'ils nous sortent avec ça...

Le 07/02/2024 à 11h 28

Il est clair que les premiers à exploiter ces systèmes vont être les jeux en open world qui vont pouvoir augmenter leur temps de jeu à l'infini en rendant l'environnement encore plus interactif, au détriment de la qualité et au risque de "noyer" sous les scènes inutiles. Mais effectivement, pouvoir aller discuter du réchauffement climatique et des résultats du football avec un PNJ barman, à part aller meubler un métavers désert, je vois pas trop en quoi c'est un apport pour le secteur.

Pour un jeu très scénarisé, l'intérêt que j'y vois c'est d'apporter de la nuance, en écrivant un prompt plutôt qu'un scénario, par exemple "prononce une phrase d'environ 30sec où tu exprimes ta profonde tristesse face à la situation, ta colère envers le méchant et demande de l'aide au personnage pour réaliser la quête de sauver X dans le chateau", ce qui produirait des formulations différente si tu refais une partie, ou s'adapterait au ton avec lequel tu débarques pour lui parler (si tu es compatissant, il est plus rassuré, si tu es plus direct, il est sur la réserve, etc.).

Certains détails pourraient même être pris en compte pour rendre aléatoire des éléments du jeu (typiquement, si le PNJ décrit physiquement un personnage, il peut déterminer qu'il a un pull vert ou rouge, qu'il est grand ou petit... et ça le construit plus tard dans la partie). Chaque partie serait alors encore plus distincte, et utilisé aux bons moments, ces impros viendraient ajouter encore plus d'immersion sans vraiment enlever au talent des scénaristes, qui devront de toute façon avoir un prompt assez précis pour s'assurer que la réponse correspondra bien aux attentes, donc une idée assez claire de ce qui doit être dit.

une jeune femme parle face à un smartphone placé dans un anneau lumineux

Le 07/02/2024 à 14h 36

je crois que le problème remonté dans la brève est que ces agents artistiques sous-traitent une grosse partie du boulot aux artistes eux-même. Évidemment, une Beyoncé ne sera pas touchée, mais pour des petits groupes ça peut représenter un travail significatif.
Ceci dit, je connais quelques groupes qui se sont justement fait connaître via les réseaux sociaux et le streaming. Eux maîtrisent cet art de la mise en scène quasi-permanente et savent en jouer. Ils se passent très bien des services d'un label pour ça, dans la mesure où ils font beaucoup mieux.

C'est bien ce que je comprends aussi. En gros, la part du gâteau est toujours découpée de la même façon, alors que la répartition des tâches a évoluée en reportant beaucoup de charge sur l'artiste lui-même.

Après, le milieu a de toute façon toujours été compliqué pour savoir qui devait gagner quoi entre les auteurs, les compositeurs, les interprètes, la production, la promotion... Ils sont tous interdépendants, mais dire à quelle hauteur, c'est pas toujours si facile, d'autant que de nos points de vue extérieurs, on prend souvent en exemple les artistes bankables en oubliant qu'ils aident à financer tous les artistes qu'ils ont tentés de rendre bankable même si là aussi, la tendance est à aller chercher ceux qui ont déjà du succès sur les réseaux sociaux pour les produire sans trop prendre de risque.

Pire, la façon dont sont déjà attribués les gâteaux est déjà discutable, puisque ton abonnement streaming à 10 balles par mois ne rapporte potentiellement pas un seul centime aux artistes que t'écoutes en boucle sur le mois en question.

Fibre optique

Le 07/02/2024 à 14h 19

J'étais taquin, le propos de coco74 portait évidemment sur le ftth, où les marges de manœuvres sont très serrées. On regarde ça avec envie pour le défi, mais côté tréso c'est pour l'amour de l'art, et encore si on réussit.

Nous avons notre réseau en propre oui, sur région parisienne, Lyon, Marseille, Montpellier, Arles, Angoulême, Bordeaux et Lille. Nous sommes assez discrets, ce qui explique notre relatif anonymat aujourd'hui.
On pourrait carrément en parler, mais cela soulève la question de notre neutralité dans la ligné édito, et qui nous amène à un paradoxe : on aurait plein de trucs intéressants et valables à raconter dans les colonnes de Next, sur la partie fibre, coeur de réseau, DDoS, infra DC (freecooling, rendements, automations, contrôle d'accès...), virtu, calcul CPU/GPU... mais on prendrait le risque d'être attaqués pour cela, quand bien même le contenu est légitime pour Next.
Oh well, on verra quand on aura bien fini notre migration si on est joueurs.

A partir du moment où c'est assumé et explicité, avec une prise de recul du rédacteur pour parler du secteur plus que de votre activité précise, je vois (personnellement) pas le souci si ça peut nous apporter des informations.

C'est comme les sites "commerciaux" qui disent clairement d'où viennent les appareils testés, qui est le propriétaire du site en question (quand l'actu touche leur marque) ou qui a payé le voyage. Je trouve que la transparence sur le sujet suffit à apporter ce qu'il faut au lecteur pour juger de l'objectivité du propos.

Mais je comprends la réticence, la perception d'ingérence n'est pas loin :prison:

À côté d'une patiente âgée, un médecin observe une radio dentaire.

Le 02/02/2024 à 19h 05

Pareil, on a basculé au 1er janvier.

Après c'est pas clair de quand date l'intrusion, qui ne correspond pas forcément au moment où ils s'en sont rendus compte.

Le 02/02/2024 à 13h 58

On notera que l'illustration de l'article est en WebP, et les vignettes des contenus connexes en JPEG.

Nuage (pour le cloud) avec de la foudre

Le 01/02/2024 à 21h 04

C'est marrant, j'ai l'impression de voir transparaître un point commun avec l'actualité autour de l'agriculture : on impose des choses intenables aux européens, et en parallèle on va importer les solutions étrangères qui respectent pourtant pas ces mêmes règles...

Home sweet home (1874) by Currier & Ives

Le 01/02/2024 à 16h 16

Si on prend le cas des adresses IP, laisser fuiter qu’une machine se trouve en 192.168.1.10 ne représente pas un grand risque en soi (on ne peut pas la joindre directement depuis Internet). Par contre, cela peut devenir problématique si une personne parvient à infiltrer un réseau interne, en connaissant des adresses IP internes, il peut tenter d’attaquer d’autres machines.

Je comprends pas trop la différence ? Non parce que quelqu'un sur le réseau interne qui a l'adresse va trouver tout aussi facilement l'IP associée avec une simple résolution DNS... Le seul avantage que j'y vois sur ce point, c'est qu'une capture d'écran ou un code source ne permet pas de connaître l'IP de la machine en question, même si ça fuite quelque part.

En revanche, pousser les réseaux à passer sur du nom, c'est une bonne chose pour bascule vers l'IPv6 (et ses adresses impossibles à retenir) et c'est surtout beaucoup plus modulaire de pouvoir changer un domaine central sans devoir faire modifier tous les appels. Mais ça, j'espère pour eux que ceux que ça concerne n'ont pas attendus que l'ICANN décide de créer un TLD.

Le mot TikTok tapé sur une machine à écrire

Le 31/01/2024 à 19h 22

Non mais c'est pas grave puisque les sites X vont devoir installer des barrages à l'entrée. 🙄

Tout le monde le sait, le contrôle d'âge doit se faire à tous les niveaux du numérique pour que ça marche : le device, comme la plateforme. On attend de sacrifier encore un peu plus la nouvelle génération pour attaquer un projet ou bien ?

Microsoft Copilot

Le 29/01/2024 à 06h 55

Notre étude permettra de déterminer si les investissements et les partenariats menés par les entreprises dominantes risquent de fausser l'innovation et de nuire à la concurrence loyale


Spoiler : c'est bien le cas pour la concurrence aux géants, mais vu qu'ils sont plusieurs géants, c'est déjà de la concurrence.

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

Le 28/01/2024 à 11h 43

Pas trop compris l'intro du premier lien pour le livre sur le jeu vidéo...

On change de registre avec un livre cette fois-ci

Si c'est le premier, pourquoi ça change ? 🤔

logo apple

Le 26/01/2024 à 19h 37

Pourquoi tu dis ça ? Ça mérite une argumentation.

Je n'ai pas cette impression (voir la fin de mon commentaire plus haut).

À moins que je ne comprenne pas ce que tu veux dire par "flouage" qui me semble dérivé de flou.

Apple s'ouvre à la concurrence par obligation de l'Europe, mais en pratique ce n'est pas vraiment une ouverture sur toute la partie Apps.

Les commissions sur l'achat in-app "hors Apple" qui rendent impossible de gagner plus, les entraves démentes pour les stores alternatives et les nouveaux frais sortis du chapeau pour chaque application installée sont clairement une arme de dissuasion massive imaginée de concert avec l'armada juridique d'Apple.

A mon avis ils savent très bien que tout ça finira par sauter, mais bon avec le rythme juridique, le temps que ça se produise ils auront profité un peu plus longtemps. C'est bel et bien un moyen de flouer (et non flouter) la législation européenne.

Le 26/01/2024 à 19h 14

Quel flouage de gueule envers l'Europe (non, il n'y a pas de faute de frappe).

Ça va être très intéressant de voir la suite, c'est le premier gros acte de rébellion contre les nouvelles exigences européennes, et visiblement les services juridiques d'Apple ont bûchés sérieusement sur les embûches à mettre en place.

Bref, 🍿

Une sonnette connectée Ring d'Amazon

Le 26/01/2024 à 08h 26

Faut demander à la CNIL d'aller vérifier 😅

le lecteur Fdorin harcelé de questions de la part de sa famille

Le 19/01/2024 à 18h 06

Tiens je savais pas qu'on avait droit à une biographie avec l'abonnement !

Le nombre de fois où j'ai expliqué que mes collègues qui ont exactement le même poste que moi n'ont absolument pas les mêmes connaissances techniques et qu'utiliser un ordinateur veut pas dire que t'es capable de ressouder une puce sur la carte mère... 🤷🏻‍♂️

un caddie dans un supermarché.

Le 19/01/2024 à 13h 33

Déjà, je ne suis pas journaliste.
Ensuite, je vais te faire une confidence : je passe mes nuits à me demander si je vais survivre.
A nos prochaines échéances financières, à la concurrence, à notre indépendance, à moi-même et mes idées de merde (comme racheter NXI par exemple).
Je vis dans la peur permanente de perdre mon job, et pire, ce que j’essaye de construire depuis 15 ans - et l’enjeu grossit à mesure que le temps passe.
Je ne dis pas que c’est souhaitable, mais je pense qu’on a tous à nos niveaux ce genre de peur, c’est consubstantiel à l’existence.
Si une IA arrive un jour à remplacer favorablement des bons journalistes, la révolution risque fort de ne pas s’arrêter là, et tout le tertiaire sera à genoux, le modèle social sera à reconstruire totalement - si la cohésion de cette société y survit.
Au demeurant, j’ai des doutes sur le fait que ce soit possible d’arriver à ce niveau de finesse, mais peut-être que j’ai tort.

Oh je suis pas le seul à me poser toutes ces questions ! C'est effectivement le paradoxe du monde d'aujourd'hui qui œuvre frénétiquement à se rendre dispensable à tout niveau, tout en craignant de devenir inutile en même temps.

Capture d'écran de la présentation du Digital Coach de Xooloo

Le 19/01/2024 à 13h 19

Le problème est qu'avec Internet, on a pris l'habitude d'avoir tout rapidement (sérieusement, vous avez jamais pesté contre un site qui mettait 5 secondes à charger ?)
Je suis pas convaincu que zapper une vidéo en 3 secondes détruise toute capacité de concentration mais en tout cas, les réseaux sociaux n'ont rien arrangé.

PS : je suis pas vieux et je suis d'accord sur le fait que c'est le rôle des parents de gérer les écrans à la maison, pas l'Etat.
Si c'est le Gouvernement qui se met à gérer ça, parce que bon les parents doivent être sacrément incompétent, autant retirer la garde des gamins ...

Et ne vous inquiétez pas, il existe réellement des parents irresponsables qui laissent leur progéniture de 5-8 ans jouer à GTA V ou jouer à CounterStrike ...

Regarder un contenu plus lent, c'est aussi prendre le temps de l'analyser plus en détails, et surtout c'est souvent plus lent parce que le niveau d'explication est plus avancé ou plus détaillé. Ça fixe des habitudes de concentration, c'est une certitude.

J'ai même des clients qui m'ont dit que mes mails explicatifs étaient trop longs, du coup je leur ai demandé ce qu'il aurait fallu enlever qui ne soit pas pertinent... Ça doit faire quelques années que j'attends encore la réponse.

Et on s'étonne des politiques qui se basent sur les rapports de la synthèse de l'étude issue de l'enquête... on peut pas s'attendre à ce que le degré de compréhension soit le même que quelqu'un qui aurait suivi l'ensemble.

Quand ça touche du divertissement, osef, mais quand ça touche l'information et la culture, c'est plus embêtant.

Apple Store

Le 17/01/2024 à 20h 20

Là où tu vois un "emprisonnement" les utilisateurs voient une certaine sécurité.
Personne t'oblige à acheter un produit Apple :)

Une certaine sécurité, c'est ce que fait Android sur la gestion des applications tierces. Par défaut, elles sont bloquées, tu peux forcer à tes risques et périls avec des alertes à chaque étape.
Si tu veux être en sécurité, ben tu vas pas forcer les sources inconnues et te limiter au Play Store, c'est aussi bête que ça.

On peut débattre de la politique de modération du Play Store, là je suis OK que la vigilance d'Apple est un cran au dessus, l'application est vérifiée en amont et pas après, les règles plus drastiques, etc. Mais c'est pas le sujet ici. On parle d'interdire de faire un truc alors que le développeur est d'accord et que l'utilisateur accepte de lui faire confiance, alors moi j'appelle bien ça un emprisonnement.

Mais ce qui m'agace le plus, c'est justement que cet emprisonnement se renforce, s'applique à absolument TOUS les maillons de la stratégie Apple (hardware, software, cloud) et que les utilisateurs ne s'en rendent pas compte tellement c'est fait avec une ingéniosité digne des superlatifs d'une keynote Apple.

Ma collègue a vue que j'avais une smartwatch l'autre jour, elle m'a demandée pourquoi j'avais choisi une montre Xiaomi plutôt qu'une Apple Watch, alors qu'elle savait que j'avais un Android... Bah en fait, elle ignorait que ça marchait qu'avec l'iPhone, parce que c'est bien marqué dans les mentions légales, mais on te le dis pas en boutique, ni dans une discussion avec un pote qui vient d'en acheter une. On te dis juste que ça va être génial, et que c'est pas forcément une question que tu te poses (et d'ailleurs une question que je me pose qu'avec Apple).

Et c'est un peu pareil avec tout l'écosystème, tu prends donc ton Apple Watch, puis tu rajoutes un HomePod, puis deux... quand arrive le jour où tu dois changer ton smartphone.

Alors, là tu réalises que t'as le choix entre payer 1k€ pour un iPhone, ou payer un smartphone Android à 800€. Moins cher l'Android ? Mais est-ce que t'as comptabilisé qu'il fallait racheter pour 300€ d'enceintes Echo/Nest pour remplacer tes HomePod, encore 300€ pour avoir une montre qui remplacerait ton Apple Watch, et enfin 250€ pour tes AirPods Pro parce que tu es par défaut dans un codec Bluetooth dégueu sur Android parce qu'ils ont pas fait l'effort de se rendre compatible...

Au final, tu comprends que ton avantage financier penche en faveur du smartphone le plus cher, drôle non ? Donc tu reprends un iPhone, parce que t'as juste pas 3k€ à mettre pour avoir un smartphone d'une valeur de 800€.
Et un an après, comme t'as un iPhone, tu peux te permettre d'acheter quelques uns de ces petits AirTags là, parce que quand même c'est pratique... et la boucle est bouclée.

Le 17/01/2024 à 19h 22

C'est absolument lamentable, c'est vraiment une façon de cracher à la gueule de la décision de justice : "ha mais oui ils peuvent payer ailleurs, juste ils continuent à nous donner la commission".
Le développeur paye sa licence pour financer le développement de l'écosystème, l'utilisateur paye son iPhone, mais ils peuvent pas faire ce qu'ils veulent, ils sont locataires ad vitam des conditions générales d'Apple.

C'est encore et toujours de l'abus de position dominante, mais en jouant sur les mots, le fabricant qui a vendu le plus de smartphones au monde en 2023 n'est pas considéré comme "dominant"...

Comme quoi sur un malentendu, ça marche. Ça marche d'ailleurs très bien aussi pour l'Apple Watch qui ne marche qu'avec iPhone, HomePod qui marche qu'avec iPhone, ainsi que pour Apple Pay qui est la seule solution de paiement disponible sur iPhone... Google en ferait ne serait-ce que la moitié, ils se feraient démolir en justice direct.

Mais bon, que les gens continuent d'acheter et de s'emprisonner dans l'écosystème où "Apple fonctionne avec Apple", c'est joli et les pubs sont bien travaillées, et au moins c'est pas le vilain méchant Google qui cherche rien qu'à faire de l'argent sur notre dos. 🙄

Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

Le 14/01/2024 à 12h 41

L'article sur "How Google perfected the web" porte très mal son titre, puisque il démontre plutôt l'exact inverse, mais est hautement intéressant pour comprendre pourquoi internet "c'était mieux avant".

Et quand on le met en relief avec la vie tumultueuse de Next, ça prend aussi tout son sens 🤯

iPhone 15

Le 13/01/2024 à 11h 23

Si ça se trouve ils ont juste pu confirmer en disposant de deux appareils qu'ils avaient bien échangés par le passé... En jouant la désinformation, il y a aussi une opportunité de dissuader l'usage.

Margrethe Vestager

Le 08/01/2024 à 15h 36

Mine de rien, je trouve que l'agressivité de la législation européenne est un vrai moteur international avec le GDPR puis le DMA / DSA.

Espérons qu'on dispose d'entreprises capables d'en tirer profit pour disposer (enfin) d'un "contrôleur d'accès européen" dans un domaine, mais bon on y croit moyen.

Fléche

Le 05/01/2024 à 16h 10

C'est tordu ça ! J'ai toujours vu d'un mauvais oeil ces outils de redirection, j'ai hésité bien des fois à cliquer sur un lien t.co/bit.ly & co. Et alors dans les emailings pro quand t'as un lien qui est intermédié par le système de sécurité, puis redirige sur le tracker de l'outil de routage, puis qui te renvoies finalement sur un bit.ly, c'est juste impossible de savoir d'avance où tu vas !

Rien que pour le site WhereGoes, je suis content d'avoir lu cet article :) #Bookmark

Panneau stop

Le 05/01/2024 à 15h 34

Ça valide le raisonnement car c’est raccord entre objectif et action a entreprendre mais je reste sceptique car de ce que j’ai été mené a voir les premiers a demander une solutions clé en mains sont ceux qui ont justement envie de déléguer intégralement la tache du contrôle.

AMHA le contexte du contrôle parental moderne ne ressemble pas à :
"Comment compléter ma démarche actuelle en vu d’être plus efficace ?"
Mais plutôt à :
"Comment ne pas surveiller mon gosse sur son écran pour m’octroyer du temps d’écran ?"

Justement ! C'est pas incompatible comme approche. Le seul job du parent serait d'acheter le device et de dire "C'est Fransshiçe 5 ans qui va s'en servir". Ensuite, c'est les sites qui envoient les infos de limitation à l'appareil qui se charge de bloquer. Le parent lui peut retourner sur son propre device regarder son influenceur 𝕏 préféré sans s'inquiéter de ce que fait son gamin...

Franchement, aujourd'hui le contrôle parental c'est facile quand t'as un enfant en très bas âge, mais à l'approche de l'adolescence, le blocage tout/rien des solutions actuelles est un peu un enfer. Et rester derrière, pareil c'est très théorique. Le net est omniprésent, même dans le parcours scolaire. Rien que pour aller chercher les devoirs maintenant t'as besoin de te connecter sur Pronote...

Quand il doit faire un exposé qui nécessite des recherches sur internet, qu'il bosse dessus aux heures où t'as toutes les corvées à faire, même sans parler de flemmards, y'a une vraie difficulté à avoir un œil sur tout.

Donc avoir déjà un moyen technique qu'un site puisse dire au poste qui se connecte "Oui, je peux avoir du contenu pas adapté à cet âge là", je reste quand même assez circonspect que le W3C ou Google (qui est moteur de recherche, hébergeur web, développeur de navigateur et d'OS mobiles et desktop, qui propose un contrôle parental...) soient pas capables de faire ça.

photomontage d'Einstein et Planck présentant des produits cosmétiques

Le 05/01/2024 à 14h 37

Pas sur: il y a quelques années une étude de quechoisir avait mis en avant les marques avec le plus de produits cancérogènes dans leur composition et depuis je n'utilise plus ces marques, même si elles ont peut être fait des efforts depuis.

C'est un peu différent, on ne dit pas que le produit est nocif, simplement que l'argumentaire scientifique associé semble bancal, voire mensonger.

L'effet de simple exposition, c'est plutôt ce que j'appelais "La théorie du déo" avant de connaître le vrai terme...

On nous a vendu des déos 24h pendant des années, mais les gens ont été un peu déçus car après une simple journée (donc une dizaine d'heures) c'était déjà pas terrible. Sont alors sorties les gammes de déo 48h, là c'était sûr : ça tiendrait la journée !
Sauf que, ben pas vraiment non plus. Y'a du mieux, ça tient une petite journée. Rebelote, les gammes sont montées à 72h.

La réalité aujourd'hui, c'est qu'une personne qui va se laver toutes les 24h va quand même acheter un 72h... Ce qui en soit est absurde.

Le 05/01/2024 à 13h 53

Si si, sois rassuré, ça reste une révolution de l'industrie du nettoyage de vaisselle. Pour preuve, c'est l'exacte mise en application de l'expérience du Chat de Schrödinger, autant dire que c'est de la caution scientifique solide.

Tant que tu n'ouvres pas la porte du lave-vaisselle, tes verres sont à la fois propres et sales !

Le 05/01/2024 à 12h 19

De toute façon, ce secteur d'activité est un florilège de la formulation marketo-juridique. Il suffit déjà de lire les petites mentions sur les pubs TV pour s'en rendre compte.

Derrière une phrase "La mine est visiblement plus radieuse pour 90% des utilisatrices", on va retrouver une mention légale qui fait relativiser fortement, du genre :
Auto-test réalisé sur un échantillon de 12 personnes pendant 15 jours à la suite d'un séjour aux Caraïbes dans le cadre d'un rééquilibrage nutritionnel et en comparant des photos retouchées par nos spécialistes entre le Jour 1 et le Jour 15. Exclusion de la dame qui s'est brûlée la peau qui sort de l'échantillon et intègre les effets secondaires rares

Sachant qu'en plus, pour être sollicité sur ces études, il vaut mieux donner des résultats positifs anyway...