Rachat de La Poste Mobile : des « divergences » entre SFR et La Poste

C’est via un communiqué que Bouygues Telecom annonce « avoir été informé par SFR et La Poste de divergences qui les opposent s’agissant des modalités de réalisation de l’opération ». La teneur des divergences n’est pas précisée.

Cela conduit par contre La Poste « à mettre en œuvre les mécanismes de résolution des différends prévus par leurs accords ». Il est simplement précisé qu’un « impact sur le calendrier de réalisation de l'opération » est possible.

Le « protocole d’exclusivité » pour racheter La Poste Telecom avait été signé par Bouygues Telecom il y a trois mois seulement, au mois de février. Il était alors question de récupérer 100 % du capital de La Poste Telecom, « 1ᵉʳ opérateur virtuel du marché français (détenue à date à 51 % par le groupe La Poste et à 49 % par SFR) ».

Il était aussi question de changer de crémerie, les clients La Poste Mobile : « la période d’exclusivité du contrat « wholesale » de SFR s’achevant fin 2026, les clients Mobile de la Poste Mobile seront migrés vers le réseau radio de Bouygues Telecom ».

Cette annonce intervient le lendemain de l’annonce par SFR de son bilan du premier trimestre 2024, avec des pertes sur les revenus et une baisse de plus de 500 000 clients sur le fixe et le mobile. La marque au carré rouge doit aussi faire face à une dette de 24 milliards d’euros et au mécontentement des prêteurs.

Pour rappel, Bouygues Telecom a finalisé le rachat d’Euro Information Telecom (Crédit Mutuel Mobile, CIC Mobile, NRJ Mobile, Auchan Télécom et CDiscount Mobile) en 2021.

Commentaires (17)


SFR avait quoi dans la balance pour que les banques lui accordent des prêts et acceptent 24 milliards de dette ?
SFR n'est pas un GAFAM pété de thunes sur des comptes offshore...
ça va encore mal finir cette histoire.
Je ne serais poas surpris que l'on apprenne plus tard que Drahi se serait servi dans la caisse ... (noter le conditionnel)
SFR est le 2e réseau fixe en France loin devant Bouygues et Free. SFR est aussi un réseau mobile avec le plus grand nombre de MVNO (après en avoir racheté un grand nombre depuis 3-4 ans, SFR s'est peut-être fait dépassé par Orange en nombre de MVNO).

Altice est en mauvaise santé financière avec des affaires judiciaires notamment au Portugal, mais c'est une entreprise rentable avec de gros actifs (actifs qu'Altice revend progressivement pour payer ses dettes qui ne peuvent plus attendre).

consommateurnumérique

SFR est le 2e réseau fixe en France loin devant Bouygues et Free. SFR est aussi un réseau mobile avec le plus grand nombre de MVNO (après en avoir racheté un grand nombre depuis 3-4 ans, SFR s'est peut-être fait dépassé par Orange en nombre de MVNO).

Altice est en mauvaise santé financière avec des affaires judiciaires notamment au Portugal, mais c'est une entreprise rentable avec de gros actifs (actifs qu'Altice revend progressivement pour payer ses dettes qui ne peuvent plus attendre).
SFR est peut être le 2eme réseau fixe en France, ça ne reste que des poteaux avec des antennes et des bandes de fréquences achetées à l'Etat. La base d'abonnés est ce qui leur rapporte du cash, mais si les abonnés partent, pas sûr que ça rembourse 24 milliards.
De mémoire quand Free est arrivé sur le marché, il était question de la vente de bouygues ou SFR pour 8 milliards.

lololasticot

SFR est peut être le 2eme réseau fixe en France, ça ne reste que des poteaux avec des antennes et des bandes de fréquences achetées à l'Etat. La base d'abonnés est ce qui leur rapporte du cash, mais si les abonnés partent, pas sûr que ça rembourse 24 milliards.
De mémoire quand Free est arrivé sur le marché, il était question de la vente de bouygues ou SFR pour 8 milliards.
Il y a 2 opérateurs d'opérateurs en France : Orange et Altice. Si Bouygues vaut 8 milliards, SFR vaut au moins le triple et autant que Orange France.
Donc même en perdant des abonnés (ce qui ne sera jamais une hécatombe mais admettons l'hypothèse), SFR est fournisseur de bande passante en France (y compris Iliad et Bouygues). Et dans le mobile les fréquences achetées à l'État (comme tu le mentionnes) servent a un grand nombre d'opérateurs MVNO.
Bref, je sais bien que, comme en 2014, beaucoup de gens rêvent de voir tomber Bouygues et SFR, mais c'est un grand rêve. La seule chose qui peut arriver et qui a déjà commencé, c'est la vente par petits bouts d'Altice Europe. SFR, contrairement à Bouygues télécom, n'est pas achetable par aucun opérateur français sauf peut-être Orange mais Orange n'a pas besoin des infrastructures de SFR (seulement des abonnés comme tu le dis).
Modifié le 29/05/2024 à 18h01

Historique des modifications :

Posté le 29/05/2024 à 17h58


Il y a 2 opérateurs d'opérateurs en France : Orange et Altice. Si Bouygues vaut 8 milliards, SFR vaut au moins le triple et autant que Orange France.
Donc même en perdant des abonnés (ce qui ne sera jamais une hécatombe mais admettons l'hypothèse), SFR est fournisseur de bande passante en France (y compris Iliad et Bouygues) et dans le mobile les fréquences achetées à l'État (comme tu le mentionne) servent a un grand nombre d'opérateurs MVNO.
Bref, je sais bien que, comme en 2014, beaucoup de gens rêvent de voir tomber Bouygues et SFR, mais c'est un grand rêve. La seule chose qui peut arriver et qui a déjà commencé, c'est la vente par petits bouts d'Altice Europe. SFR, contrairement à Bouygues télécom, n'est pas achetable par aucun opérateurs français sauf peut-être Orange mais Orange n'a pas besoin des infrastructures de SFR (seulement des abonnés comme tu le dis).

Posté le 29/05/2024 à 17h59


Il y a 2 opérateurs d'opérateurs en France : Orange et Altice. Si Bouygues vaut 8 milliards, SFR vaut au moins le triple et autant que Orange France.
Donc même en perdant des abonnés (ce qui ne sera jamais une hécatombe mais admettons l'hypothèse), SFR est fournisseur de bande passante en France (y compris Iliad et Bouygues) et dans le mobile les fréquences achetées à l'État (comme tu le mentionne) servent a un grand nombre d'opérateurs MVNO.
Bref, je sais bien que, comme en 2014, beaucoup de gens rêvent de voir tomber Bouygues et SFR, mais c'est un grand rêve. La seule chose qui peut arriver et qui a déjà commencé, c'est la vente par petits bouts d'Altice Europe. SFR, contrairement à Bouygues télécom, n'est pas achetable par aucun opérateurs français sauf peut-être Orange mais Orange n'a pas besoin des infrastructures de SFR (seulement des abonnés comme tu le dis).

Posté le 29/05/2024 à 18h00


Il y a 2 opérateurs d'opérateurs en France : Orange et Altice. Si Bouygues vaut 8 milliards, SFR vaut au moins le triple et autant que Orange France.
Donc même en perdant des abonnés (ce qui ne sera jamais une hécatombe mais admettons l'hypothèse), SFR est fournisseur de bande passante en France (y compris Iliad et Bouygues). Et dans le mobile les fréquences achetées à l'État (comme tu le mentionnes) servent a un grand nombre d'opérateurs MVNO.
Bref, je sais bien que, comme en 2014, beaucoup de gens rêvent de voir tomber Bouygues et SFR, mais c'est un grand rêve. La seule chose qui peut arriver et qui a déjà commencé, c'est la vente par petits bouts d'Altice Europe. SFR, contrairement à Bouygues télécom, n'est pas achetable par aucun opérateur français sauf peut-être Orange mais Orange n'a pas besoin des infrastructures de SFR (seulement des abonnés comme tu le dis).

consommateurnumérique

SFR est le 2e réseau fixe en France loin devant Bouygues et Free. SFR est aussi un réseau mobile avec le plus grand nombre de MVNO (après en avoir racheté un grand nombre depuis 3-4 ans, SFR s'est peut-être fait dépassé par Orange en nombre de MVNO).

Altice est en mauvaise santé financière avec des affaires judiciaires notamment au Portugal, mais c'est une entreprise rentable avec de gros actifs (actifs qu'Altice revend progressivement pour payer ses dettes qui ne peuvent plus attendre).
Ce sont les rachats qui plombent aussi les entreprises. Trop de rachats = dépense de cash = dettes = fait rentabiliser les rachats... ou les revendre...
C'est une question de stratégie d'entreprise.
SFR a été pendant plusieurs années ( voir décades) une excelente vache à lait - machine à cash.
La fiscalité Française (voir mondiale) favorisant les emprunts plutôt que le capital propre.
Cela ne posait aucun problème.
Par contre quand la source se tari, des centaines de milliers d'emplois directs indirects sont sur la selette...

RuMaRoCO

SFR a été pendant plusieurs années ( voir décades) une excelente vache à lait - machine à cash.
La fiscalité Française (voir mondiale) favorisant les emprunts plutôt que le capital propre.
Cela ne posait aucun problème.
Par contre quand la source se tari, des centaines de milliers d'emplois directs indirects sont sur la selette...
Décennies plutôt. Une décade en français c'est plutôt une période de 10 jours.
Modifié le 29/05/2024 à 17h57

Historique des modifications :

Posté le 29/05/2024 à 17h56


SFR a été pendant plusieurs années ( voir décades)


Décennies plutôt. Une décade en français c'est plutôt une période de 10 jours.

Liam

Décennies plutôt. Une décade en français c'est plutôt une période de 10 jours.
Mea cupla, à force de faire l'intelligent on (je) passe pour un con. :D:yes:

RuMaRoCO

Mea cupla, à force de faire l'intelligent on (je) passe pour un con. :D:yes:
C'est une contamination de l'anglais (en anglais c'est bien decade pour décennie). Malheureusement on en est tous plus ou moins victime à des degrés divers. C'est inévitable vu comme on baigne dans un monde de plus en plus anglophone.
La Poste qui pensait revendre son jouet LaPosteMobile sans en référer à son partenaires réseau. 🫣😬
C'est bien les méthodes de La Poste : perso, j'ai utilisé les services numériques de la Poste et j'étais client La Banque Postale, je peux dire que le découvert autorisé que la banque s'autorise à augmenter sans me demander mon avis et le facteur qui ne tient absolument pas compte des services paramétrés en ligne, c'est le cadeau LaPoste qui donne envie de fuir.
Modifié le 29/05/2024 à 16h21

Historique des modifications :

Posté le 29/05/2024 à 16h20


La Poste qui pensait revendre son jouet sans en référer à son partenaires réseau. 🫣😬
C'est bien les méthodes de La Poste : perso, j'ai utilisé les services numériques de la Poste et j'étais client La Banque Postale, je peux dire que le découvert autorisé que la banque s'autorise à augmenter sans me demander mon avis et le facteur qui ne tient absolument pas compte des services paramétrés en ligne, c'est le cadeau LaPoste qui donne envie de fuir.

3 mois pour arriver à résilier 1 compte courant et 4 livrets (parents+enfants) chez eux: Gags sur gags, conseillers n'ayant aucune autonomie (tout est géré en central, mode URSS) pour résoudre les problèmes... papiers perdus en série.
Et le pire, c'est que j'ai failli me retrouver interdit bancaire car ils continuaient à prélever les frais de tenue de compte inactif (leur explosion ayant causé mon départ, ce compte ne servant que de passerelle vers les livrets) que je n'approvisionnais plus car sa clôture attendait depuis des mois que ces crétins fassent le job, menant à du découvert et je n'en avait aucun d'autorisé vu l'usage limité de ce compte!

Ils méritent vraiment le contrepet de leur nom: La Banque Postale/"La Poste Banquale"...
Sachant que SFR a une clause d'agrément complétée d'un droit de préemption sur les parts de La Poste ça m'étonnerait fort que La Poste n'ait pas mis SFR dans la boucle.

wanou2

Sachant que SFR a une clause d'agrément complétée d'un droit de préemption sur les parts de La Poste ça m'étonnerait fort que La Poste n'ait pas mis SFR dans la boucle.
Pour sûr, aujourd'hui SFR est dans la boucle. Quoi qu'il en soit, s'engager envers un acheteur sans avoir l'aval explicite de son co-actionnaire, c'est mettre la charrue avant les bœufs. On peut aussi penser du point de vue de Bouygues qui s'imagine reprendre une clientèle sans tenir compte des intentions du réseau partenaire (Bouygues a l'habitude de racheter ses propres MVNO).
Cela-dit, je comprends qu'on soit dans un marché économique où ces entreprises se fichent de ses clients et autres partenaires commerciaux, le tout est de filouter pour avoir le contrat, en faisant de la com' sur la proximité, la qualité de service, la rapidité, la RSE … la neutralité carbone. C'est bien laid.
Modifié le 30/05/2024 à 11h46

Historique des modifications :

Posté le 30/05/2024 à 11h40


Pour sûr, aujourd'hui Sfr est dans la boucle. Quoi qu'il en soit, s'engager envers un acheteur sans avoir l'aval explicite de son co-actionnaire, c'est mettre la charrue avant les bœuf. On peut aussi penser du point de vue de Bouygues qui s'imagine reprendre une clientèle sans tenir compte des intentions du réseau partenaire (Bouygues a l'habitude de racheter ses propres MVNO).
Cela-dit, je comprends qu'on soit dans un marché économique où ces entreprises se fichent de ses clients et autres partenaires commerciaux, le tout est de filouter pour avoir le contrat, en faisant de la com' sur la proximité, la qualité de service, la rapidité, la RSE … la neutralité carbone. C'est bien laid.

Posté le 30/05/2024 à 11h46


Pour sûr, aujourd'hui Sfr est dans la boucle. Quoi qu'il en soit, s'engager envers un acheteur sans avoir l'aval explicite de son co-actionnaire, c'est mettre la charrue avant les bœuf. On peut aussi penser du point de vue de Bouygues qui s'imagine reprendre une clientèle sans tenir compte des intentions du réseau partenaire (Bouygues a l'habitude de racheter ses propres MVNO).
Cela-dit, je comprends qu'on soit dans un marché économique où ces entreprises se fichent de ses clients et autres partenaires commerciaux, le tout est de filouter pour avoir le contrat, en faisant de la com' sur la proximité, la qualité de service, la rapidité, la RSE … la neutralité carbone. C'est bien laid.

consommateurnumérique

Pour sûr, aujourd'hui SFR est dans la boucle. Quoi qu'il en soit, s'engager envers un acheteur sans avoir l'aval explicite de son co-actionnaire, c'est mettre la charrue avant les bœufs. On peut aussi penser du point de vue de Bouygues qui s'imagine reprendre une clientèle sans tenir compte des intentions du réseau partenaire (Bouygues a l'habitude de racheter ses propres MVNO).
Cela-dit, je comprends qu'on soit dans un marché économique où ces entreprises se fichent de ses clients et autres partenaires commerciaux, le tout est de filouter pour avoir le contrat, en faisant de la com' sur la proximité, la qualité de service, la rapidité, la RSE … la neutralité carbone. C'est bien laid.
Dès le départ. L'affaire est connue depuis des mois.

wanou2

Dès le départ. L'affaire est connue depuis des mois.
OK, n'empêche que c'est mon avis sur le groupe LaPoste et que ce léger désaccord d'actionnaires n'est pas signe d'une entente. Si quelqu'un se sent diffamé par mes propos, qu'il fasse valoir ses droits, je pense n'avoir blesser l'honneur d'aucun. Mais je prends note de ta réprobation.
Modifié le 30/05/2024 à 20h21

Historique des modifications :

Posté le 30/05/2024 à 20h20


OK, n'empêche que c'est l'on avis sur le groupe LaPoste et que ce léger désaccord d'actionnaires n'est pas signe d'une entente. Si quelqu'un se sent diffamé par les propos, qu'il fasse valoir ses droits mais je pense n'avoir blesser l'honneur d'aucun. Mais je prends note de ta réprobation.

SFR veut sûrement temporiser vu que en interne chez Bouygues tout le monde était très rassurant. Après SFR a une préemption sur la poste mobile.
SFR perd énormément d’abonnés et a déjà vendu ses pylônes. La vente de la poste mobile est une bonne rentrée d’argent frais pour eux.
Fermer