Comment rediriger un sous-domaine vers le site de votre choix ?

Genre 42.kimetrak.fr

Comment rediriger un sous-domaine vers le site de votre choix ?

Comment rediriger un sous-domaine vers le site de votre choix ?

Abonnez-vous pour tout dévorer et ne rien manquer.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Lorsque vous achetez un nom de domaine, vous avez la possibilité de rediriger une infinité de sous-domaine vers les sites et serveurs de votre choix. Une pratique simple, qui peut avoir son intérêt.

Vous avez acheté votre premier nom de domaine récemment ou vous en aviez déjà un à votre disposition ? Il est possible de l'utiliser de différentes manières. Vous pouvez bien entendu vous créer une adresse email personnalisée, ou héberger un site internet. Mais aussi renvoyer vers différentes pages liées à votre activité grâce aux sous-domaines.

En effet, si vous avez un profil sur différentes plateformes, un CV en ligne ou même une clé PGP et que vous souhaitez les mettre en avant avec une URL simple à retenir (pour vous ou vos contacts), c'est une solution intéressante.

Voici comment faire, de manière manuelle et parfois simplifiée.

Il était une fois le DNS

Commençons par « l'instant Bortzmeyer », en évoquant rapidement le DNS et le rôle qu'il va jouer dans le cas qui nous occupe aujourd'hui. C'est lui qui fait le lien entre l'URL que vous composez pour accéder à un site, ou tout du moins son nom de domaine, et l'adresse IP du serveur où il est hébergé. Une procédure qui consiste à remonter une chaîne.

Imaginons que vous aviez acheté jeandeauh.fr. Si vous tentez de vous y connecter, votre résolveur DNS contactera les serveurs racines (.), renvoyant à ceux du domaine de premier niveau (TLD, « fr » et donc l'AFNIC dans notre exemple), puis de second niveau (SLD, « jeandeauh » ). Là, c'est votre hébergeur qui répond, le sous-domaine est le prochain sur la liste.

Chacun de ces éléments est une « zone » DNS, avec son responsable. Pour le domaine que vous avez acheté et ses sous-domaines, c'est vous. Dans son interface de gestion, l'hébergeur vous permet d'éditer cette zone DNS et ses enregistrements, qui peuvent être de différents types : A, AAAA, CNAME, MX, SRV, TXT, etc. Une liste est disponible ici.

Votre hébergeur en a créé par défaut, mais vous pouvez les modifier, en ajouter, supprimer, etc. Pour rediriger un sous-domaine, c'est exactement ce qu'il faut faire. Modifier la zone DNS pour qu'il pointe vers la page que l'on souhaite. Vous ne savez pas comment faire ? Pas de panique, votre hébergeur s'y attendait.

Créer une redirection, simple comme quelques clics

Il existe en général une fonctionnalité de création des redirections, qui prend la forme d'un simple formulaire. Pour ce premier cas, nous effectuons la manipulation dans l'interface d'OVHcloud, mais elles sont toutes similaires.

Dans l'onglet Redirection, on clique donc sur Ajouter une redirection. Ici, il faut choisir le sous-domaine concerné : nous allons commencer par renvoyer twitter.jeandeauh.fr vers le compte Twitter de ce dernier. Il vous est proposé de rediriger aussi le sous-domaine www.twitter si vous le jugez nécessaire. Dans notre cas, ce ne sera pas utile.

Ensuite, vous devrez indiquez si vous voulez une redirection vers une adresse web complète (URL), un domaine (enregistrement de type CNAME pour Canonical Name) ou vers une adresse IP (enregistrement de type A en IPv4 ou AAAA en IPv6). Ces deux derniers étant regroupés dans une même option. Nous optons pour le premier choix.

Deux possibilités vous serons alors proposées : 

  • Effectuer une redirection visible : l'URL visible par le visiteur sera celle de destination
  • Effectuer une redirection invisible : l'URL visible par le visiteur sera celle de votre sous-domaine

Il est préférable d'opter pour la première option. La seconde peut avoir son intérêt, mais elle nécessitera de choisir un titre, une description et des mots-clés pour la page intermédiaire créée. De plus, cela peut induire l'internaute en erreur (en cachant l'adresse du site réel) et poser problème dans certains cas. Autant l'éviter le plus possible.

Dernière étape : indiquer le type de redirection via un code HTTP (quand elle est visible). Celui-ci sert aux moteurs de recherche qui visiteront votre sous-domaine. Si vous indiquez qu'elle est permanente (301) elle sera référencée comme un site classique. Si vous indiquez qu'elle est temporaire (302), ce ne sera pas le cas. Nous optons pour le premier choix.

Enfin, tapez l'URL cible, en privilégiant la version HTTPS. Dans notre cas : https://twitter.com/jeandeauh54.

  • OVHCloud Redirection
  • OVHCloud Redirection
  • OVHCloud Redirection
  • OVHCloud Redirection

Comprendre le résultat

Si vous vous rendez dans la zone DNS, vous verrez un premier enregistrement de type A ajouté :

213.186.33.5

Il s'agit tout simplement d'un serveur d'OVHCloud, qui se chargera de procéder à la redirection. Lorsque vous taperez l'URL de celle-ci, l'internaute sera renvoyé vers cette IP puis la cible (Twitter dans notre cas).

Pour cela, un paramètre est fourni, sous la forme d'un second enregistrement, de type TXT :

"4|https://twitter.com/jeandeauh54"

Il mentionne l'URL vers laquelle renvoyer et le type de redirection. Si vous en choisissez une temporaire il s'agira d'un 1. Dans le cas d'une redirection invisible, d'un 2. Elle sera alors accompagnée de trois autres enregistrement TXT comprenant le titre de la page, sa description et des mots-clés, des valeurs précédées d'une lettre : t, d ou k.

Concernant la valeur TTL (Time To Live), elle désigne la durée en secondes pendant laquelle cette information doit être mise en cache par les résolveurs DNS. Passé ce délai, ils devront à nouveau interroger les serveurs DNS d'OVHCloud. Vous pouvez l'allonger ou le raccourcir selon vos besoins. Si l'URL n'est pas amenée à changer, il peut être allongé.

 OVHCloud Redirection

Le cas particulier de Gandi

Notez que Gandi propose une fonctionnalité intéressante, bien qu'un peu accessoire : la création facilitée de redirections vers certains sites. Il faut pour cela se rendre dans les paramètres d'un domaine, puis sur l'onglet Marketplace.

Vous pourrez alors « Installer le service » pour différentes plateformes : Facebook, GitHub, Instagram, LinkedIn, Myspace, Pinterest, Reddit, Tumblr, Twitch, Twitter ou YouTube. Contrairement à Go Sitebuilder ou Cozy, il ne s'agit pas de mettre en place une application sous la forme d'un site, mais de « Liez votre nom de domaine en quelques secondes ».

Vous aurez alors devant vous un formulaire simplifié avec un champ de sous-domaine et un autre d'URL pour la cible. Mais le résultat sera le même, une redirection (temporaire) a été créée. Vous pouvez d'ailleurs la modifier.

Gandi Redirection MarketplaceGandi Redirection Marketplace

Commentaires (27)


f*ck ! Je viens de me faire rickrolled 😣


Owi pareil \o/





Article très intéressant dans la veine du premier <img data-src=" />


ça mélange quand même du DNS avec des fonctionnalités spécifiques à certains hébergeurs. un DNS seul ne sait pas faire de redirections HTTP vers&nbsphttps://twitter.com/jeandeauh54…


“Il s’agit tout simplement d’un serveur d’OVHCloud, qui se chargera de procéder à la redirection. ”

“Dernière étape indiquer le type de redirection via un code HTTP”

–la news– :)


Oui on le dit même dans l’article que ce n’est pas ça qui est fait.&nbsp;


j’ai bien compris… ce qui me gêne, c’est le mélange que font ces hébergeurs entre ce qui est DNS et ce qui est HTTP et que ces redirections HTTP impliquent un passage sur une infra OVH.

combien de personnes qui mettent en place ce type de redirection ont compris qu’effectivement, ça ne fonctionne que chez l’hébergeur X et que quand ils vont transférer le nom de domaine (par ex), cela ne fonctionnera plus? que X peut tracer l’utilisation de ces redirections?…


Il faudrait modifier le titre en “Comment rediriger un sous-domaine vers le site de votre choix, chez OVH ou chez Gandi ?”



Tout ce qui est expliqué autour des DNS embrouille plus qu’autre chose. Ce qui est expliqué n’est qu’un astucieux bricolage spécifique, mis en place par OVH où en interne les DNS sont utilisés comme base de données par un serveur web. Les redirections web, ça se passe exclusivement au niveau du serveur web normalement….


Non, parce que nombreux sont les hébergeurs à proposer de telles procédures au-delà des deux exemples cités. Et comme dit plus haut (mais c’est la dernière fois que je le répète) : l’article explique ce qui est mis en place de manière concrète. On parle justement de DNS pour que les lecteurs comprennent de quoi il est question, ce qu’est une zone, quels enregistrements sont créés; à quel moment se fait la redirection <img data-src=" />


D’accord, mais les différentes réactions viennent du fait du fait que l’article (par son titre et son introduction) laisse penser que c’est la façon normale de faire des redirections web, alors que ce n’est pas le cas. Cette façon de faire au travers des outils proposés par l’hébergeur n’a d’intérêt que pour un particulier qui disposerait d’un nom de domaine sans disposer de serveur web. En entreprise je n’ai jamais vu avoir recours à ça. L’hébergement et la gestion des DNS sont deux choses bien distinctes qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement déléguées au même prestataire.


Ne confond pas ce que tu décides de retenir de l’article, d’en comprendre et ce “qu’il laisse penser”. Comme dit, l’article est clair sur ce qui est fait en pratique. Que certains aient de l’urticaire parce qu’il y a marqué redirection et DNS dans un même texte n’y change rien.



Il n’y a pas de façon “normale” ou pas, ta vision n’est pas vérité, pas plus que ta segmentation “entreprise” (terme gloubi-boulga au possible, parce que la DSI de ton boulanger et de LVMH, c’est sans doute un poil différent)/particulier. Il y a des services accessibles aux clients des hébergeurs relative à l’utilisation des sous-domaines, que l’on prend justement la peine de détailler quant à leur fonctionnement.


“L’instant Bortzmeyer”, c’est quand on a une explication comme si la personne parlant étant co-inventeur de l’internetwork et de la quasi-totalité des RFC ? :) :)








David_L a écrit :



Ne confond pas ce que tu décides de retenir de l’article, d’en comprendre et ce “qu’il laisse penser”. Comme dit, l’article est clair sur ce qui est fait en pratique. Que certains aient de l’urticaire parce qu’il y a marqué redirection et DNS dans un même texte n’y change rien.







Pour ma part, je suis plutôt d’accord avec stratic. La lecture de l’article induit en erreur. Le titre “Créer une redirection, simple comme quelques clics” sous-entend qu’il s’agit d’une fonctionalité propre à la gestion des DNS.



Le premier paragraphe de cette section est également trompeur dans le sens où il est ambigu.





David_L a écrit :



Il existe en général une fonctionnalité de création des redirections, qui prend la forme d’un simple formulaire. Pour ce premier cas, nous effectuons la manipulation dans l’interface d’OVHcloud, mais elles sont toutes similaires.





Lors de ma première lecture, j’ai compris que cette fonctionnalité était disponible quasiment partout, mais que seule les interfaces permettant d’y accéder diffèraient d’un hébergeur à l’autre. A la lumière de tes réponses dans les commentaires, je le comprends bien autrement maintenant. C’est la fonctionnalité même des redirections qui dépend de l’hébergeur et son implémentation, et non la de création des redirections. L’énorme différence, c’est que j’ai cru qu’en créant directement les enregistrements DNS, la fonctionnalité était de facto disponible, qu’importe que l’hébergeur propose ou non cette fonctionnalité.



Surtout qu’après, l’article parle du “cas particulier de Gandi”, sous-entendant que le point d’avant est une approche généraliste.



On ne distingue pas, dans l’article, ce qui relève de la norme de ce qui n’en relève pas. La redirection d’un domaine vers un autre ou une IP, c’est dedans. La redirection vers une URL non.



Tu as le droit de penser que l’article est clair tout comme nous sommes en droit de penser le contraire. Maintenant, si nous sommes plusieurs à avoir le même avis, cela souligne peut être un problème de compréhension au sein de l’article. Je vois déjà des gens créer l’enregistrement TXT “4https://twitter.com/jeandeauh54” chez 1and1 <img data-src=" />



Pour ma part, ce n’est pas de voir redirection et DNS dans la même phrase qui me choque. C’est de présenter l’approche d’OVH comme étant “universelle”, ce qu’elle n’est absolument pas et induit donc en erreur.









fdorin a écrit :









Je ne reviendrais pas en détails sur ton propos, j’ai déjà largement répondu plus haut à des arguments similaires. Mais je ne peux que t’inviter à relire l’article sans chercher à lui appliquer une grille de lecture particulière. Parce qu’à peu près tout ce que tu lui reproche n’y est pas écrit.



Ton analyse du titre est sans doute le meilleur exemple, puisque tu y vois une référence au DNS alors qu’il n’y en a… aucune. Ou ce que tu “vois” arriver chez 1&1 alors que rien dans l’article ne dit qu’il suffit d’ajouter un enregistrement TXT pour qu’une redirection soit fonctionnelle. J’explique juste comment la redirection d’OVHcloud fonctionne, notamment pour que les lecteurs ne s’arrêtent pas à un formulaire en pensant que tout se fait tout seul, par magie.&nbsp;



Je n’ai aucun problème à admettre des erreurs et à corriger. J’interviens régulièrement dans les commentaires aussi pour que des échanges permettant d’améliorer les articles. Mais quand un lecteur (ou plusieurs) confond ce qu’il comprend d’une phrase avec le contenu de la phrase, ce n’est pas à moi de revoir ma copie <img data-src=" />&nbsp;





Il était une fois le DNS



Le premier titre de l’article ne fait-il pas référence au DNS ?





Mais quand un lecteur (ou plusieurs) confond ce qu’il comprend d’une phrase avec le contenu de la phrase, ce n’est pas à moi de revoir ma copie <img data-src=" />



Je m’étais dis que je ne la ferai pas (pourtant la tentation était grande dans mon précédent commentaire), mais là, je ne peux pas résister : tu fais ta Laetitia Avia <img data-src=" />



Plus sérieusement, quand un contenu n’est pas (ou mal) compris, qui plus est, par plusieurs personnes, la question de “revoir la copie” peut se poser, car il y a sans doute un problème au niveau de la formulation.



Ici, clairement, la première impression est que c’est une procédure générique, et que tu prends juste l’exemple d’OVHCloud. Il m’a fallu une deuxième lecture pour comprendre qu’il s’agit d’une procédure spécifique à OVHCloud (et a priori, je ne suis pas le seul).



Cela n’enlève rien au reste de l’article, mais pendant un moment, je me suis dit chouette, on peut faire directement de la redirection vers une URL avec les enregistrements DNS, alors qu’en fait non. Moi qui pensait me coucher moins bête <img data-src=" /> <img data-src=" />








fdorin a écrit :



Le premier titre de l’article ne fait-il pas référence au DNS ?





Je m’étais dis que je ne la ferai pas (pourtant la tentation était grande dans mon précédent commentaire), mais là, je ne peux pas résister : tu fais ta Laetitia Avia <img data-src=" />



Plus sérieusement, quand un contenu n’est pas (ou mal) compris, qui plus est, par plusieurs personnes, la question de “revoir la copie” peut se poser, car il y a sans doute un problème au niveau de la formulation.



Ici, clairement, la première impression est que c’est une procédure générique, et que tu prends juste l’exemple d’OVHCloud. Il m’a fallu une deuxième lecture pour comprendre qu’il s’agit d’une procédure spécifique à OVHCloud (et a priori, je ne suis pas le seul).



Cela n’enlève rien au reste de l’article, mais pendant un moment, je me suis dit chouette, on peut faire directement de la redirection vers une URL avec les enregistrements DNS, alors qu’en fait non. Moi qui pensait me coucher moins bête <img data-src=" /> <img data-src=" />







  1. C’est un intertitre, il fait référence au texte qu’il précède… qui évoque le DNS… parce que je parle de DNS. Pour toutes les raisons données dans ma réponse précédente. Mais aucun des points de ton propos.



  2. Comparaison n’est pas raison, être désobligeant ne donne pas raison ;)



  3. Oui, elle se pose. Et comme dit, parfois je revois, parfois j’explique que le souci est à l’autre bout de la chaîne, ce qui est le cas ici.&nbsp;



  4. Comme dit, c’est une impression. Je suis responsable de ce que j’écris, pas des impressions propres à chaque lecteur <img data-src=" /> Et je n’ai jamais écris qu’on pouvait faire une redirection avec un simple enregistrement DNS, ni ne l’ai sous-entendu. Je suis désolé que tu en ai eu l’espoir, mais je ne suis pas non plus responsable des espoirs (déçus) de chaque lecteur <img data-src=" />&nbsp;









David_L a écrit :





  1. être désobligeant ne donne pas raison ;)





    Je ne réponds que la-dessus, car sur le reste, nous ne sommes pas d’accord (et rien ne sert de tergiverser, j’ai exprimé mon point de vue, ça me suffit ;) ).



    Juste pour dire que je ne voulais pas du tout me montrer désobligeant. Si tel était le cas, c’était plus une maladresse qu’une volonté de ma part, et te présente mes plus plates excuses <img data-src=" />







    David_L a écrit :



    Et je n’ai jamais écris qu’on pouvait faire une redirection avec un simple enregistrement DNS, ni ne l’ai sous-entendu.





    Dit non. Sous-entendu involontairement, c’est ce que je pense <img data-src=" />







    David_L a écrit :



    Je suis désolé que tu en ai eu l’espoir, mais je ne suis pas non plus responsable des espoirs (déçus) de chaque lecteur <img data-src=" />





    Ne sois pas désolé. J’apprend régulièrement des choses à travers vos articles ;) Ce n’est que partie remise <img data-src=" />



C’est une fonctionnalité sympa pour qui veut personnalisé son identité en ligne sans mettre les mains dans le cambouis. J’ai mes domaines chez Gandi, et je n’avais pas vu que ça existait (je n’en ai pas l’usage, donc je n’ai pas cherché non plus).





Je confesse que moi aussi j’ai cru que c’était une fonctionnalité magique du DNS, jusqu’à ce que David nous explique la tambouille dans le paragraphe Comprendre le résultat.


Pour les puristes, il y a le Tanenbaum ou le Pujolle…Merci David d’avoir présenter dans les grandes lignes et d’avoir rajouter des aspects sympas et pratiques des dns ;)








fdorin a écrit :



Lors de ma première lecture, j’ai compris que cette fonctionnalité était disponible quasiment partout, mais que seule les interfaces permettant d’y accéder diffèraient d’un hébergeur à l’autre.



&nbsp;

Moi au début j’ai pensé que ça s’appuyais sur les CNAME - qui ont une fonction similaire mais qui ne renvoient pas une URL , juste un autre nom de domaine (ie, donc ça marche pas pour l’exemple de jeandeaut54).



Chaque registar a ses propres petites combine, c’est entre autre l’un des critères de choix.

Perso j’aime bien bookmyname car il te laisse complètement la main sur le fichier zone (même à faire des conneries) , et qu’il a une autre fonction sympa, c’est d’accepter l’update d’un record avec une URL du genre:



&nbsp;https://\({USER}:\){PASSWORD}@www.bookmyname.com/dyndns/?hostname=\({HOST}&amp;myip=\){IP_PUB}”

&nbsp;

Ce qui permet, couplé avec des TTL à 300s, de se passer des no-ip et autre services du genre qui sont pas très fiables ou deviennent payant avec le temps - et ce de manière à pouvoir s’auto-héberger, ce qui plaira certainement à David <img data-src=" />



Le revers de la médaille, c’est que c’est un service brut de fonderie, sans aide du tout ni contrôle.

Chacun sa préférence :-)









fdorin a écrit :









Pas de souci ;)&nbsp;

&nbsp;



Quiproquo a écrit :



C’est une fonctionnalité sympa pour qui veut personnalisé son identité en ligne sans mettre les mains dans le cambouis. J’ai mes domaines chez Gandi, et je n’avais pas vu que ça existait (je n’en ai pas l’usage, donc je n’ai pas cherché non plus).





Je confesse que moi aussi j’ai cru que c’était une fonctionnalité magique du DNS, jusqu’à ce que David nous explique la tambouille dans le paragraphe Comprendre le résultat.









kylerpat a écrit :



Pour les puristes, il y a le Tanenbaum ou le Pujolle…Merci David d’avoir présenter dans les grandes lignes et d’avoir rajouter des aspects sympas et pratiques des dns ;)





<img data-src=" />

&nbsp;



OB a écrit :



&nbsp;

Moi au début j’ai pensé que ça s’appuyais sur les CNAME - qui ont une fonction similaire mais qui ne renvoient pas une URL , juste un autre nom de domaine (ie, donc ça marche pas pour l’exemple de jeandeaut54).



Chaque registar a ses propres petites combine, c’est entre autre l’un des critères de choix.

Perso j’aime bien bookmyname car il te laisse complètement la main sur le fichier zone (même à faire des conneries) , et qu’il a une autre fonction sympa, c’est d’accepter l’update d’un record avec une URL du genre:



&nbsp;https://\({USER}:\){PASSWORD}@www.bookmyname.com/dyndns/?hostname=\({HOST}&amp;myip=\){IP_PUB}”

&nbsp;

Ce qui permet, couplé avec des TTL à 300s, de se passer des no-ip et autre services du genre qui sont pas très fiables ou deviennent payant avec le temps - et ce de manière à pouvoir s’auto-héberger, ce qui plaira certainement à David <img data-src=" />



Le revers de la médaille, c’est que c’est un service brut de fonderie, sans aide du tout ni contrôle.

Chacun sa préférence :-)





Comme dit, dans l’exemple d’OVHCloud par exemple, tu peux opter pour une redirection vers une IP ou un domaine en particulier. Mais ce n’est pas trop le même objectif et pour le coup c’est du DNS pur.



Ici l’idée c’est souvent de renvoyer vers une page ou un service en particulier avec une URL simple à retenir ou éviter une évolution dans le temps (par exemple un pgp.toto.me qui renverrait vers une clé qui peut être hébergée ici ou là selon la période).&nbsp;



Quand tu fais un enregistrement IP (A ou AAAA) ou domaine (CNAME), c’est surtout pour une migration plus technique en général (c’est pour ça que ce n’est pas toujours proposé comme tel).&nbsp;



+1, c’est fouillis cet article.

&nbsp;

On s’attend à avoir une explication sur la possibilité de faire ça en DNS alors qu’en réalité c’est un tuto d’une fonctionnalité spécifique à certains registrar… tous ne le permettent pas d’ailleurs.


Je rejoins totalement les commentaires. Cet article apporte plus de confusion qu’autre chose.

Il semble donner l’impression que cela est facile, qu’il suffit d’utiliser une fonction de type “URL” pour faire une redirection comme si c’était un type d’enregistrement DNS. Alors c’est bien précisé ensuite que ce n’est pas le cas mais si c’est simple, c’est juste parce que vous utilisez OVHCloud.

Tous vos lecteurs ne sont pas chez OVH ou Gandi donc non, cet article n’explique pas comment rediriger un sous-domaine vers un site de manière simple. Il explique comment le faire à condition d’être chez OVHCloud ou Gandi.








arthur-fr a écrit :



+1, c’est fouillis cet article. 



          

On s'attend à avoir une explication sur la possibilité de faire ça en DNS alors qu'en réalité c'est un tuto d'une fonctionnalité spécifique à certains registrar... tous ne le permettent pas d'ailleurs.








 "Comment rediriger un sous-domaine vers le site de votre choix ?"       






 Si tu t'attends à y voir du DNS "pur", je n'y peux rien. Il y a du DNS, on en parle, on explique, on détaille. Je sais, il faut lire jusqu'au bout pour comprendre. Et non, ce n'est pas spécifique à "certains" registrars. On donne ici des exemples, mais tous les gestionnaires de domaines ou presque le proposent (après on peut estimer que certains = 90 %, auquel cas, je suis d'accord avec ta phrase).      



 





Cacao a écrit :



Il semble donner l’impression que cela est facile, qu’il suffit d’utiliser une fonction de type “URL” pour faire une redirection comme si c’était un type d’enregistrement DNS. 




Alors c'est bien précisé ensuite que ce n'est pas le cas mais si c'est simple, c'est juste parce que vous utilisez OVHCloud.       






 Tous vos lecteurs ne sont pas chez OVH ou Gandi donc non, cet article n'explique pas comment rediriger un sous-domaine vers un site de manière simple. Il explique comment le faire à condition d'être chez OVHCloud ou Gandi.





 





  1. C’est facile



  2. Ce n’est pas “juste qu’on utilise OVHCloud”, c’est qu’on utilise une procédure faite pour ça, qui est une pratique assez générale. Ta remarque revient à dire “Vous dites que créer un email chez un hébergeur c’est facile parce que vous utilisez un formulaire chez bidule alors que c’est faux, parce qu’en vrai il faut un serveur postfix”. Ca n’a vraiment pas de sens. Si ton gestionaire de domaine ne propose pas ce que tu veux, tu peux en changer (que ce soit du mail ou de la redirection). Mais à mon avis si tu regardes sont interface ou sa doc, tu verras qu’il propose tout ce qu’il faut (sinon, tu m’en vois désolé pour toi).





    1. Non, tous nos lecteurs ne sont pas chez Gandi ou OVHCloud. Mais j’espère que tous lisent les articles pour comprendre que ces guides sont des leçons par l’exemple. Et que quand on écrit : 





      Vous ne savez pas comment faire ? Pas de panique, votre hébergeur s’y attendait. Il existe en général une fonctionnalité de création des redirections, qui prend la forme d’un simple formulaire. Pour ce premier cas, nous effectuons la manipulation dans l’interface d’OVHcloud, mais elles sont toutes similaires.



      Ils n’auront pas, comme toi, fait l’impasse sur la partie en gras. Et comme dit dans un précédent article à une remarque similaire : si tu veux rédiger un tuto sur la redirection DNS chez l’ensemble des gestionnaires de domaine, j’en ferai la promo, sois en assuré !



      Après ton regret est peut être que nous n’ayons pas fait un guide “comment monter un apache/nginx pour faire une redirection 301”. Mais vu que j’aurais très certainement écrit “ne vous emmerdez pas, votre gestionnaire de domaines fait ça très bien”, on serait revenu à la case départ <img data-src=" />




@david petite question (je ne sais pas si tu as la réponse ou un endroit où je peux la trouver) : ça ne peut pas être considéré comme de l’usurpation de site le fait de faire une redirection invisible si on n’est pas propriétaire du site de destination ?

Je trouve ça curieux d’autoriser de manière si simple de se faire passer pour un autre site :/


C’est pour cela que certains sites empêchent la mise en iFrame (ce qui est mis en place dans ce genre de redirection). Après c’est comme tout, il y a des usages légitimes, d’autres non. A chacun d’utiliser ça avec modération pour éviter tout problème.



On voit notamment des services de “redirection” de liens placer leur pub par dessus des sites de la sorte, et miser sur la viralité des réseaux sociaux. Mais en général, ça ne fait pas long feu.


“pour différentes plateformes : Facebook, GitHub, Instagram, LinkedIn, Myspace, Pinterest, Reddit, Tumblr, Twitch, Twitter ou YouTube”

&nbsp;Ca existe toujours?


Oui <img data-src=" />


Fermer