Concertation numérique : Manuel Valls invite à « bousculer » le gouvernement

Concertation numérique : Manuel Valls invite à « bousculer » le gouvernement

Même sur le #pjlterrorisme ?

Avatar de l'auteur
Xavier Berne

Publié dans

Droit

06/10/2014
22

Concertation numérique : Manuel Valls invite à « bousculer » le gouvernement

Samedi matin, le Conseil national du numérique (CNNum) a donné comme prévu le coup d’envoi de sa grande concertation censée préfigurer le dépôt, devant le Parlement, d’un texte de loi consacré au numérique. Le Premier ministre a pour l’occasion détaillé sa vision politique du numérique.

C’est une véritable opération séduction qu’a tenté de mener Manuel Valls, samedi, lors du lancement de la concertation nationale dédiée au numérique. « Ce que j'attends de vous, c'est d'aider le gouvernement à avoir des éclairages, utiles et approfondis, de le bousculer, a ainsi lancé le Premier ministre devant un parterre de spécialistes du secteur, réunis au Numa, à Paris. Soyez même plus que du poil à gratter » a-t-il poursuivi, toujours sur un ton complice.

 

Pour rappel, Axelle Lemaire et Thierry Mandon, respectivement secrétaires d’État en charge du Numérique et de la Réforme de l’État, accompagnaient le chef du gouvernement afin de donner le coup d’envoi de cette grande consultation confiée au Conseil national du numérique. Jusqu’au mois de janvier, l’institution va animer des débats et recueillir les participations, notamment sur Internet, sur quatre grands thèmes liés au numérique : économie numérique, modernisation de l’action publique, droits et libertés numériques, aspects sociétaux (voir le détail ici). Une fois que toutes les idées auront été synthétisées, le Conseil remettra un avis au gouvernement - avant juillet 2015 si tout va bien.

L'opération séduction de Manuel Valls 

« Cette démarche doit être collaborative, à l'image d'Internet. Elle devra associer l'ensemble des parties prenantes : ministères, acteurs économiques, associations, experts, et bien sûr citoyens » a expliqué Manuel Valls. De fait, les mots avaient été soigneusement choisis par le Premier ministre et son équipe, le locataire de Matignon ayant fait allusion à des sujets retenant l’attention de nombreux geeks : « Nous devons mieux envisager les formidables aventures collectives que le numérique rend possible en rapprochant les intelligences, les initiatives et les bonnes volontés. Je pense aux logiciels libres, au financement participatif, à l'accès tout simplement au savoir et à l'information. »

 

Manuel Valls a ensuite voulu montrer qu’il entendait les critiques, et notamment celles venant de l’Assemblée nationale ou du CNNum, selon lesquelles le numérique mériterait d’être traité sur le plan législatif au travers d’un texte global, et non par des mesures adossées à différents textes de loi. « Nous ne pouvons nous satisfaire de cette législation peinte par petites touches et parfois discordante. (...) Nous devons développer une vision globale, coordonnée et partagée par l'ensemble du gouvernement, c'est ça aussi le travail interministériel. Cette vision globale, nous ne pourrons pas, nous ne voulons pas la développer tous seuls, ça n'aurait aucun sens. Et c'est précisément le sens de la concertation numérique » a ainsi déclaré le Premier ministre.

Une concertation confiée à un CNNum guère écouté jusqu'ici 

Autre critique reprise à son compte par le communicant Manuel Valls : « Il faut savoir dépasser une certaine vision médiatique qui trop souvent met en avant d'abord les menaces et les risques nouveaux créés par le numérique. Les risques sont là, les opportunités aussi » a-t-il soutenu. Une déclaration qui tombe à pic, puisque l’actualité du moment va de pair avec l’examen devant le Parlement du projet de loi sur le terrorisme. Un texte qui suscite de très nombreuses critiques et qui a été récemment décrit comme un nouveau pas vers un « Patriot Act à la française ».

 

Un peu plus tard dans son discours, le Premier ministre a d’ailleurs déclaré qu’il mesurait les « interrogations » soulevées par ce projet de loi - y compris par le CNNum d'ailleurs. « Mais face au poids d'Internet et des réseaux dans la menace mondiale de radicalisation (...) le statu quo n'est pas une option envisageable » a-t-il affirmé. « Ce que nous proposons pour le futur, c'est de travailler ensemble pour définir des moyens de contrôle qui soient efficaces et proportionnés » a-t-il néanmoins concédé, sans s’étendre davantage sur cette « proposition ».

cnnum thieulin valls lemaire
Crédits : Conseil national du numérique

Insistant ensuite sur les bénéfices à attendre du numérique, notamment sur un plan économique, Manuel Valls a promis que l’exécutif voulait « aller plus loin » : « l'État et le gouvernement doivent acquérir une meilleure compréhension d'ensemble sur le numérique. Il y a incontestablement du travail encore à faire » a reconnu le locataire de Matignon. « Le numérique, ce n'est pas un phénomène que l'État subit - en tout cas il faut éviter cette vision là - et auquel il est contraint de s'adapter. Non, le numérique c'est d'abord une formidable source d'opportunités que nous voulons accompagner et renforcer. Et ce sujet concerne d'ailleurs tous les ministères. »

Vers une loi dès 2015 ?

Mais que compte faire le gouvernement, une fois que cette concertation sera terminée ? « Il pourra s'agir de dispositifs opérationnels, qui pourraient être mis en oeuvre rapidement, par exemple pour le soutien aux entreprises ou l'accès au numérique, a déclaré Manuel Valls. Il pourra s'agir d'éléments de lois nationales, notamment dans le domaine des droits fondamentaux à l'ère du numérique. Il s'agira aussi bien sûr de formuler des propositions pour nourrir les positions de la France à l'échelle européenne et internationale. Ce travail est essentiel car c'est à cette échelle que l'on peut influer sur le fonctionnement et la gouvernance d'un réseau transnational comme Internet. Et là l'Europe doit être au rendez-vous. » On notera ici que le Premier ministre n’a pas repris l’objectif affiché jusqu’ici d’une grande loi consacrée au numérique et déposée devant le Parlement au cours de l’année prochaine.

 

Cette ambition n’a pas non plus été affichée explicitement par Axelle Lemaire. « D'être ici, c'est déjà une première victoire ! s’est à cet égard félicitée la secrétaire d’État au Numérique. C'est très disruptif pour l'État de dire « on ouvre, on écoute »... Et ensuite on prendra acte. Ensuite arrive le temps de la décision politique. Mais avant ce temps, il faut savoir ce que veulent les Français. »

 

La locataire de Bercy a au passage affirmé que le gouvernement ne voulait « pas donner l'impression de lancer une grande concertation parce qu'on ne fait rien, et que cela va permettre de reculer la prise de décision. Non ! Nous sommes depuis 2012 dans une période de reconquête » a-t-elle déclaré, en évoquant le plan pour le très haut débit, la FrenchTech, etc.  

22

Écrit par Xavier Berne

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

L'opération séduction de Manuel Valls 

Une concertation confiée à un CNNum guère écouté jusqu'ici 

Vers une loi dès 2015 ?

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (22)


Facile de dire ça quand on n’attend pas la concertation pour faire voter des lois controversées sur le numérique <img data-src=" />


Le 06/10/2014 à 07h 38

Tiens ça me fait penser, depuis qu’il est 1er ministre, il a fait quoi ?


Ami-Kuns Abonné
Le 06/10/2014 à 07h 41

Déjà qu’il règle l’aberration d’avoir deux ministres pour l’économie et les finances, c’est contre productif.


Le 06/10/2014 à 07h 48

Non mais lol, quoi…



Le gars, ça fait 9 mois qu’il fait ce qu’il veut et qu’il se fout de la gueule de tout le monde et croit sérieusement qu’on va encore l’écouter.

Vu tout ce que nous ont fait les gouvernements de hollande, on sait bien que sa déclaration “Ce que nous proposons pour le futur, c’est de travailler ensemble pour définir des moyens de contrôle qui soient efficaces et proportionnés”, c’est juste du pipeau et qu’il n’y a vraiment que les gros c*ns pour le croire.



Et quand je lis les déclarations d’Axelle Lemaire, c’est encore pire. La seule qui semblait avoir une quelconque compétence vient de démontrer qu’elle y connait pas grand chose et qu’elle fera rien pour améliorer les choses.



Gouvernement de merde.


Le 06/10/2014 à 07h 51

Il attend que ça, que l’on bouscule le gouvernement. Mais voilà, bientôt (voir peut être maintenant) : Bousculer le gouvernement = incitation à la haine =&nbsp;apologie =&nbsp;actes de terrorisme&nbsp;= 8&nbsp;ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.


Le 06/10/2014 à 07h 52

Un gouvernement qui demande a se faire bousculer, c’est une preuve de son manque d’efficacité, non ? Faudrait peut être lui rappeler que gouverner, c’est d’avoir déjà une politique, et pas en demander une aux autres.


Le 06/10/2014 à 07h 57







Kakuro456 a écrit :



Un gouvernement qui demande a se faire bousculer, c’est une preuve de son manque d’efficacité, non ? Faudrait peut être lui rappeler que gouverner, c’est d’avoir déjà une politique, et pas en demander une aux autres.







Euh oui mais en même temps dès que le gouvernement (celui-ci ou les précédents) prend une décision concernant le numérique, c’est vivement critiqué… Donc je pense que c’est plutôt honnête de sa part de demander à un groupement d’experts, personnellement je trouve ça plus intelligent que de faire tout seul dans son coin et se ramasser…



Après il aurait également pu nommer des gens plus compétents au secrétariat d’état du numérique c’est vrai (encore que laissons Axelle Lemaire faire ses preuves).



Le 06/10/2014 à 08h 01







Kenshin83 a écrit :



Euh oui mais en même temps dès que le gouvernement (celui-ci ou les précédents) prend une décision concernant le numérique, c’est vivement critiqué… Donc je pense que c’est plutôt honnête de sa part de demander à un groupement d’experts, personnellement je trouve ça plus intelligent que de faire tout seul dans son coin et se ramasser…



Après il aurait également pu nommer des gens plus compétents au secrétariat d’état du numérique c’est vrai (encore que laissons Axelle Lemaire faire ses preuves).







C’est pas précisément ce qu’a fait le gouvernement jusqu’à présent ?



Le 06/10/2014 à 08h 01







js2082 a écrit :



Non mais lol, quoi…



Le gars, ça fait 9 mois qu’il fait ce qu’il veut et qu’il se fout de la gueule de tout le monde et croit sérieusement qu’on va encore l’écouter.

Vu tout ce que nous ont fait les gouvernements de hollande successifs, on sait bien que sa déclaration “Ce que nous proposons pour le futur, c’est de travailler ensemble pour définir des moyens de contrôle qui soient efficaces et proportionnés”, c’est juste du pipeau et qu’il n’y a vraiment que les gros c*ns pour le croire.





<img data-src=" /> par souci de justice intellectuelle (je ne pas convaincu que la fracture numérique d’il y a 1015 ans soit résorbée)







Kakuro456 a écrit :



Un gouvernement qui demande a se faire bousculer, c’est une preuve de son manque d’efficacité, non ? Faudrait peut être lui rappeler que gouverner, c’est d’avoir déjà une politique, et pas en demander une aux autres.





à leur décharge, quand ils essaient tout seuls, tout le monde leur dit qu’il font de la merde.

Le Français moyen sachant tout et étant capable de résoudre n’importe quel problème de niveau régional à mondial à coups de yakafokon, autant lui poser la question. (effet combo : possibilité d’invocation d’un Spanous de niveau 100 en cas de critique sur la non-efficacité/le coût du machin <img data-src=" />)









eliumnick a écrit :



C’est pas précisément ce qu’a fait le gouvernement jusqu’à présent ?





Demander aux experts, et se torcher le fondement avec leurs réponses <img data-src=" />



Jarodd Abonné
Le 06/10/2014 à 08h 11

Ca c’est du beau foutage de gueule en règle.



Il fait passer une loi liberticide qu’il avait combattu quand elle venait de l’UMP, il ignore les alertes, rejette tous les amendements des opposants, et piétine toutes les instances qui l’ont mis en garde : Syndicat de la Magistrature, Reporters Sans Frontières, CNNum, CNIL.



Et ensuite il ose dire que “la vision médiatique qui trop souvent met en avant d’abord les menaces et les risques nouveaux créés par le numérique” ?



<img data-src=" />


Le 06/10/2014 à 08h 21







WereWindle a écrit :



à leur décharge, quand ils essaient tout seuls, tout le monde leur dit qu’il font de la merde.

Le Français moyen sachant tout et étant capable de résoudre n’importe quel problème de niveau régional à mondial à coups de yakafokon, autant lui poser la question. (effet combo : possibilité d’invocation d’un Spanous de niveau 100 en cas de critique sur la non-efficacité/le coût du machin <img data-src=" />)





Mouais… Ce gouvernement, c’est surtout une belle bande de charlots qui fait son spectacle TOUS les jours à la télé (impossible de passer une seule journée sans voir hollande ou valls faire un discours et un déplacement en région).

Ils sont tellement en train de faire leurs discours et leurs déplacements que je ne vois pas comment ils peuvent se pencher plus d’une heure sur leurs dossiers. Au vu de leurs activités publicitaires, il est techniquement impossible pour eux d’étudier le moindre dossier (et encore moins avec notre président coureur de jupons qui passe beaucoup de temps à aller voir ses maitresses).

Sans oublier le fonctionnement autiste du gouvernement (pardon pour les autistes) qui refuse de prendre en compte le moindre conseil donné par les diverses administrations (la Cour des comptes, le CNN) ou autres personnes.



Bref, quand tu sais ça, tu te doutes bien que le boulot réalisé ne peut être que de la merde et que du coup, oui, n’importe quel péquin est capable de faire mieux.

C’est malheureusement la réalité , le simple fait que la situation actuelle soit encore pire qu’en 2012 devrait déjà te mettre la puce à l’oreille.




Le 06/10/2014 à 08h 26







js2082 a écrit :



(…)





ah mais ça je suis bien d’accord : je ne m’attends pas à ce qu’il en ressorte quoi que ce soit de transcendant (cf le “Grenelle de l’environnement” qui a accouché de plein d’idée mais dont seule une infime portion a été mise en œuvre - et encore, faut voir comment…)



En revanche, je ne vois pas vraiment en quoi la situation est ‘pire’ qu’en 2012. (vraie question INside)

edit : je parle de l’état du numérique en France, d’un point de vue technique/déploiement/etc. pas des délires législatifs qu’ils ont collé autour…)



Le 06/10/2014 à 08h 33







Kenshin83 a écrit :



Euh oui mais en même temps dès que le gouvernement (celui-ci ou les précédents) prend une décision concernant le numérique, c’est vivement critiqué… Donc je pense que c’est plutôt honnête de sa part de demander à un groupement d’experts, personnellement je trouve ça plus intelligent que de faire tout seul dans son coin et se ramasser…



je suis d’accord avec ta dernière phrase !!!&nbsp;&nbsp; <img data-src=" />



Le 06/10/2014 à 08h 50







WereWindle a écrit :



En revanche, je ne vois pas vraiment en quoi la situation est ‘pire’ qu’en 2012. (vraie question INside)

edit : je parle de l’état du numérique en France, d’un point de vue technique/déploiement/etc. pas des délires législatifs qu’ils ont collé autour…)





Sur le coté simplement numérique, il y a l’augmentation du budget et cout de la Hadopi (qui est supérieur à celui attribué sous N.S), l’adoption de la loi contre le terrorisme qui va permettre de nombreuses dérives, le blocage administratif des sites, la loi anti amazon qui n’est qu’un fiasco, la neutralité du net que le gouvernement n’aime pas, le prism à la française, la volonté de brider les pouvoirs de l’ARCEP, etc…

Suffit de faire une recherche sur NxI pour te rendre compte de l’horreur qu’on a élue.



Sans compter bien évidemment, les échecs économiques et sociaux: augmentation du chômage, dette publique devenue abyssale, augmentation des impôts, etc…



Donc, oui, la situation est pire qu’en 2012. On se rapproche doucement mais surement vers une dictature.

Mais comme me le disent certains inpactiens: “mais noooon, c’est pas possible voyons”, et à chaque fois, on s’enfonce un peu plus dans le contrôle de nos faits et geste, et de notre pensée maintenant…

<img data-src=" />



Le 06/10/2014 à 08h 51

De toutes les façons le CNNUM ne représente réellement que l’industrie, nous n’avons pas voix au chapitre, cette concertation n’est qu’une grande blague, comme toute concertation ne seront retenus que les avis qui vont dans le sens de ceux qui l’organise.



Ils vont tuer l’internet dans notre pays, comme ils ont tué l’informatique il y a 30 ans, et s’étonneront ensuite que nous soyons largué à la course économique mondiale aux nouvelles technologies.



Neutralité, liberté des réseaux, licence globale, libération des codes sources, interdiction de breveté des parcelles de code etc… Il y a tout un tas de choses à faire pour être leader dans la matière mais faudrait agir autrement que comme des aristocrates imbus d’eux mêmes et réellement s’ouvrir à l’univers des possibles.



Bref tous ce dont nos politiques sont incapables, ils cherchent des solutions à la crise alors que le premier problème c’est eux mêmes…


Le 06/10/2014 à 09h 24

Ah pour dire ce que l’“on” doit faire, c’est les premiers mais pour le reste..


Le 06/10/2014 à 09h 29

Un sujet consensuel pour calmer le bon peuple après leur loi sur la “sécurité intérieur”….


Le 06/10/2014 à 09h 40



« Il faut savoir dépasser une certaine vision médiatique qui trop souvent met en avant d’abord les menaces et les risques nouveaux créés par le numérique. Les risques sont là, les opportunités aussi »



<img data-src=" />

Après 2 ans de propagande intensive dans ce sens.

Après avoir concrétisé leur haine du réseau par une aberration législative.



Il tente de se présenter en ami d’internet et de l’innovation. Pire, il se permet de donner des conseils.



Y des niveaux d’hypocrisie qui devraient appeler un châtiment corporel.


Le 06/10/2014 à 09h 45







Kenshin83 a écrit :



Euh oui mais en même temps dès que le gouvernement (celui-ci ou les précédents) prend une décision concernant le numérique, c’est vivement critiqué… Donc je pense que c’est plutôt honnête de sa part de demander à un groupement d’experts, personnellement je trouve ça plus intelligent que de faire tout seul dans son coin et se ramasser…



Après il aurait également pu nommer des gens plus compétents au secrétariat d’état du numérique c’est vrai (encore que laissons Axelle Lemaire faire ses preuves).







Juste pour rappel, c’est eux qui veulent être à cette place, il y a des avantages, mais aussi des inconvénients.



Le 06/10/2014 à 10h 06

Valls espère être toujours 1er ministre en 2017 mais de Lepen <img data-src=" />


Le 06/10/2014 à 11h 13







Koxinga22 a écrit :



<img data-src=" />

Après 2 ans de propagande intensive dans ce sens.

Après avoir concrétisé leur haine du réseau par une aberration législative.



Il tente de se présenter en ami d’internet et de l’innovation. Pire, il se permet de donner des conseils.



Y des niveaux d’hypocrisie qui devraient appeler un châtiment corporel.





Je suggère le supplice du pal. <img data-src=" />