Activision fait rejeter la procédure ouverte par le dictateur Manuel Noriega

Activision fait rejeter la procédure ouverte par le dictateur Manuel Noriega

Le dénouement d'une procédure « absurde »

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Droit

29/10/2014
51

Activision fait rejeter la procédure ouverte par le dictateur Manuel Noriega

Après une procédure de plusieurs mois, Activision vient d'obtenir raison auprès de la Cour supérieure de Los Angeles au sujet de son différend avec l'ex-dictateur Manuel Noriega. Celui-ci estimait que l'éditeur avait utilisé son image à des fins commerciales, sans avoir obtenu son accord.

En juillet dernier, Manuel Noriega faisait parler de lui depuis le fond de sa cellule en lançant une procédure à l'encontre d'Activision Publishing. L'ancien dictateur de Panama estimait en effet que l'éditeur avait fait usage sans son autorisation de son image dans Call of Duty Black : Ops II, un jeu vidéo ayant réalisé un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars en l'espace de quatorze jours de commercialisation.

 

Effectivement, le dictateur est bien représenté à deux occasions au cours de la campagne solo du jeu, puisque le scénario décrit les relations ambigües qu'entretenait Manuel Noriega avec la CIA lorsqu'il était à la tête du Panama. Son nom est clairement affiché à l'écran, tandis que son avatar ressemble fortement à la réalité.

 

Il réclamait du coup « des dommages et intérêts à la hauteur du préjudice subi », ce qui au vu des scores de vente du jeu, aurait représenté un gros pactole en cas de victoire.

Une plainte jugée absurde par Activision

Activision aura attendu deux mois avant de réagir publiquement, par la voix de son avocat, Rudolph Giuliani, ancien maire de New-York. L'éditeur avait alors répondu avec virulence aux attaques portées par le dictateur : « Ce qui est étonnant, c'est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu'il a commis, est contrarié parce qu'il a été dépeint comme un ennemi d'État dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c'est absurde », clamait ainsi l'avocat d'Activision.

L'éditeur était d'ailleurs allé encore plus loin en se lançant dans une argumentation « ad hominem » « Je n'ai pas envie de donner des documents à une personne condamnée pour meurtre et trafic de drogue, comme Manuel Noriega, qui réclame de l'argent à Activision et à sa franchise Call of Duty, parce qu'ils exercent leur droit à la liberté d'expression. L'attaque de Noriega sur les droits de Call of Duty n'est pas une surprise, considérant le fait qu'il est un tyran sans foi ni loi qui a piétiné les droits de son propre peuple ». L'ambiance du procès promettait donc d'être électrique.

 

Si l'on exclut ces quelques coups portés sous la ceinture, la défense d'Activision reposait sur un principe simple : Call of Duty : Black Ops II ne cherche pas à dépeindre la réalité, il ne s'agit que d'« une description créative [du rôle de Noriega] dans des faits historiques d'intérêt public », que le dictateur cherche à censurer. Or il s'agit d'une démarche culturelle très largement répandue. L'éditeur avait d'ailleurs joint au dossier une liste de plusieurs dizaines de films célèbres reposant sur ce principe, comme Forrest Gump et Inglorious Basterds.

 

L'avocat d'Activision estimait en outre qu'une décision en la faveur de Noriega serait de nature à remettre en doute la possibilité de réaliser ce type d'œuvre. Selon lui, n'importe quelle figure historique, qu'il s'agisse d'un chef d'Etat ou de toute autre personne influente pourrait alors saisir la justice si une fiction le dépeignait de façon peu favorable.

And the winner is...

Finalement, les industries culturelles américaines peuvent souffler, puisque la Cour supérieur de Los Angeles et le juge William H. Fahey ont tranché en faveur d'Activision dans cette affaire. « La simple allégation du paragraphe VI(2) de la plainte, à savoir "la défense a déçu et semé la confusion dans le public en le laissant croire que le plaignant a autorisé, approuvé et soutenu l'utilisation de son nom et de sa ressemblance dans Black Ops II" est insuffisante. Dans une poursuite-bâillon, le plaignant est tenu de fournir des preuves admissibles démontrant un préjudice probable. Le plaignant n'a fourni aucune preuve de cela et son action doit être déboutée », peut-on ainsi lire dans le compte-rendu du tribunal.

 

Bien évidemment, Activision se félicite déjà du résultat, en expliquant que « ce jugement est une victoire importante et nous voulons remercier la cour d'avoir protégé la liberté d'expression. C'était une procédure absurde depuis le départ et nous sommes satisfaits qu'à la fin un criminel notoire ne gagne pas. Ce n'est pas qu'une victoire pour les créateurs de Call of Duty, c'est une victoire pour les œuvres et les industries du divertissement à travers le monde ».

51

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Une plainte jugée absurde par Activision

And the winner is...

Commentaires (51)


Pourtant je trouve légitime …

C’est trop facile d’utiliser sa gueule sans son autorisation sous prétexte que c’est un jeu et image en 3D…





M’enfin !


Le 29/10/2014 à 14h 54

Il aurait quand même pu utiliser Photoshop <img data-src=" />


Le 29/10/2014 à 14h 56

Mon avis, une plainte devrait etre deposer en fonction de “Est-ce que l’image affichée est bonne ou pas?”



Si ca odnne une bonne image du dictatos (enfin bonne… selon certains critaire critères), il la ferme. Si ca descend le dictateur aux yeux de la communauté mondiale, il peut porter plainte.



Ca devrait pas être “Ololol, y a mon visage”, dans ce cas je pourrais porter plainte de temps en temps, ben oui, pendant des reportages, je passe des fois devant la caméra en marchant, genre “random man”, ca sert pour la télé, y a des sous qui se gagnent, donc ils utilisent mon image pour gagner de l’argent



J’espere avoir été comprehensible


Le 29/10/2014 à 14h 59

A moins que le logiciel de création ne permet pas de faire mieux <img data-src=" /> (je me souviens avec Mass Effect, c’était pas la joie)


“il ne s’agit que d’«&nbsp;une description&nbsp;créative [du rôle de Noriega]&nbsp;dans des faits historiques d’intérêt public&nbsp;»”Autant cet argument me semble important effectivement pour le milieu du jeu vidéo, autant les diatribes du style&nbsp;«&nbsp;Ce qui est étonnant, c’est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu’il a commis, est contrarié parce qu’il a été dépeint comme un&nbsp;ennemi&nbsp;d’État&nbsp;dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c’est absurde&nbsp;», je trouve ça scandaleux.Donc en gros, s’ils avaient fait une description créative d’un méchant à partir d’un gars moins “méchant” dans la vraie vie, ils auraient jugé la plainte de Noriega recevable ? O_o


Le 29/10/2014 à 15h 02

Donc si j’ai bien compris, le juge a rejeté la demande de Noriega car celui-ci n’a apporté aucun élément pour sa défense, et Activision en déduit que le juge a voulu protéger la liberté d’expression ?


Le 29/10/2014 à 15h 02

En même temps te plaindre quand tu es dictateur …


Le 29/10/2014 à 15h 03







sam_ a écrit :



“il ne s’agit que d’«&nbsp;une description&nbsp;créative [du rôle de Noriega]&nbsp;dans des faits historiques d’intérêt public&nbsp;»”Autant cet argument me semble important effectivement pour le milieu du jeu vidéo, autant les diatribes du style&nbsp;«&nbsp;Ce qui est étonnant, c’est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu’il a commis, est contrarié parce qu’il a été dépeint comme un&nbsp;ennemi&nbsp;d’État&nbsp;dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c’est absurde&nbsp;», je trouve ça scandaleux.Donc en gros, s’ils avaient fait une description créative d’un méchant à partir d’un gars moins “méchant” dans la vraie vie, ils auraient jugé la plainte de Noriega recevable ? O_o





Et qu’est-ce qu’une description créative ? A priori ce n’est pas la réalité… du coup pourquoi utiliser le nom de Noriega ? Ca apporte une plus-value&nbsp; au jeu ?



Le 29/10/2014 à 15h 03







knos a écrit :



En même temps te plaindre quand tu es dictateur …





Il est bien évident qu’un ex dictateur n’a plus aucun droit et ne doit même plus être considéré comme un être humain….



Le 29/10/2014 à 15h 05

je voyais aussi le côté justice à 2 vitesses : le fait que tu sois en taule implique que si on te trashe dans un média grand public, tu ne peux pas te défendre (ou plutôt, l’idée que tu puisse vouloir&nbsp; te défendre est considérée comme “absurde”)











eliumnick a écrit :



Et qu’est-ce qu’une description créative ? A priori ce n’est pas la

réalité… du coup pourquoi utiliser le nom de Noriega ? Ca apporte une

plus-value&nbsp; au jeu ?





ça aussi oui



Le 29/10/2014 à 15h 06

Attend là c’est différent, ils utilisent son nom, une image numérique très ressemblante et donc bénéficie de son aura (mauvaise certe) pour faire un méchant dans le jeu, comme quoi si ça pause pas de problème à l’éditeur, ils mettent un autre nom et une autre tronche….


Le 29/10/2014 à 15h 06

La question peut ce poser pour certain oui. Après je ne connais pas Noriega.








eliumnick a écrit :



Et qu’est-ce qu’une description créative ? A priori ce n’est pas la réalité… du coup pourquoi utiliser le nom de Noriega ? Ca apporte une plus-value&nbsp; au jeu ?







Je pense pas que l’on doive se focaliser sur le jeu en particulier, pour cette question. Tu prends un Assassin’s Creed, l’ajout de personnages réels que l’on “romance” apporte un plus. C’est globalement quelque chose qu’il vaut mieux tolérer au niveau créatif que tomber dessus à bras raccourcis.



Et de ce point de vue-là, je préfère voir avancé ce genre d’argument pour éviter des procès dans tous les sens sur tout un tas de jeux. Car je pense que si Noriega avait eu gain de cause, ça aurait créé un précédent.



Après, n’ayant pas joué à ce CoD je peux pas dire si dans ce cas précis ça apporte réellement d’avoir choisi un mec qui existe.



Le 29/10/2014 à 15h 15

Enfin là l’idée c’est plus :



Noriega : “Ouinnn ouinnn dans leur jeu ils disent que je suis un dictateur !”

Justice : “Ouais, et c’est pas le cas ?”

Noriega : “Si mais….”



C’est un peu comme si les descendants d’Hitler portaient plainte contre tous les films où il est dépeint comme ce qu’il était.



Allez paf ! Godwin !


Le 29/10/2014 à 15h 15







eliumnick a écrit :



Donc si j’ai bien compris, le juge a rejeté la demande de Noriega car celui-ci n’a apporté aucun élément pour sa défense, et Activision en déduit que le juge a voulu protéger la liberté d’expression ?





C’est exactement ça.

L’affaire n’a nullement été jugée sur le fond mais sur la forme.



La Cour dit au dictateur: “tu te plains, ok. Mais quels sont tes éléments d’accusation? Aucun?&nbsp; Alors pourquoi tu viens me faire chier?”

Le gars s’est fait retoquer parce qu’il a pas été fichu d’insérer un seul élément au dossier: le truc le plus basique dans un procès. (je sais pas qui est son avocat, mais il a l’air d’en tenir une sacrée couche)



Activision n’a rien gagné du tout. Suffit que le monsieur redépose une demande avec cette fois les éléments d’accusation pour que la plainte soit prise en compte et le procès se fasse.



Le 29/10/2014 à 15h 15

L’avocat aurait été plus crédible s’il avait utilisé la méthode Chewbacca…


Le 29/10/2014 à 15h 16

Se rabaisser au niveau de ceux qu’on juge ? bof… il risquent de gagner à la longue grâce à leur expérience de la discipline.



Sinon, Noriega c’est le format classique du gars mis en place par la CIA et qui a décidé après coup de se retourner contre les USA (version Panama dans son cas)

En taule pour traffic de drogue et blanchiment aux USA, poursuivi pour meurtre au Panama.


Le 29/10/2014 à 15h 21







CUlater a écrit :



L’avocat aurait été plus crédible s’il avait utilisé la méthode Chewbacca…





Il aurait fallu qu’il grogne?&nbsp;<img data-src=" />



Le 29/10/2014 à 15h 22

Qu’il pète les bras de son adversaire quand il perd aux jeux <img data-src=" />


Le 29/10/2014 à 15h 22

” Call of Duty : Black Ops II ne cherche pas à dépeindre la réalité,… Or il s’agit d’une démarche culturelle très largement répandue. L’éditeur avait d’ailleurs joint au dossier une liste de plusieurs dizaines de films célèbres reposant sur ce principe, comme Forrest Gump et Inglorious Basterds.”

Bien sur, quand on regarde Forest Gump on se dit que tout est faux…

Et dans Inglorious Basterds Hitler a été tranformé juste pour le film en dictateur exterminant des peuples… oh wait


Le 29/10/2014 à 15h 25







Séphi a écrit :



Noriega : “Ouinnn ouinnn dans leur jeu ils disent que je suis un dictateur !”

Justice : “Ouais, et c’est pas le cas ?”

Noriega : “Si mais….”





raté, et je requote

Selon acti, “Black Ops II&nbsp;ne cherche pas à dépeindre la réalité, il ne s’agit que d’«&nbsp;une description&nbsp;créative [du rôle de Noriega]&nbsp;dans des faits historiques d’intérêt public&nbsp;» “



Le 29/10/2014 à 15h 25

ça vient de SouthPark


Le 29/10/2014 à 15h 26







WereWindle a écrit :



ça vient de SouthPark





Je sais, je me suis informé entre 2 commentaires :) C’est plutot fun xD









Séphi a écrit :



Qu’il pète les bras de son adversaire quand il perd aux jeux&nbsp;<img data-src=" />





&nbsp;

Perso je pete le bras de mon adversaire quand il gagne aux jeux, chacun son trip&nbsp;<img data-src=" />





EDIT : Je reve ou le dictateur sur la capture d’ecran, il ressemble a Cyril Hanouna?&nbsp;<img data-src=" />



Le 29/10/2014 à 15h 28

Cela ne les empêche pas de s’appuyer sur des faits avérés.



Voilà le topo :



Ils cherchent un grand méchant, reconnu par son activité dictatoriale.

Noriega est une bonne cible puisqu’en plus il est en taule pour ces même faits.

Résultats, on le prend puisque ça va parler à notre public et en plus, vu que ce qu’on fait c’est de la fiction, on lui invente une petite histoire à la hauteur de sa réputation.



Donc oui techniquement Activision lui tire un tableau certes pas forcément glorieux, mais à la hauteur de sa propre réputation.


Le 29/10/2014 à 15h 30







Séphi a écrit :



Enfin là l’idée c’est plus :



Noriega : “Ouinnn ouinnn dans leur jeu ils disent que je suis un dictateur !”

Justice : “Ouais, et c’est pas le cas ?”

Noriega : “Si mais….”



C’est un peu comme si les descendants d’Hitler portaient plainte contre tous les films où il est dépeint comme ce qu’il était.



Allez paf ! Godwin !





Absolument pas! Noriega dit qu’ils ont pas le droit d’utiliser son image, et Activision répond qu’ils ont le droit de dépendre l’histoire comme ils veulent en utilisant le nom de Noriega. Si Activision veut être tranquille, soit ils utilisent les faits réels historiques, soit ils utilisent pas Noriega



Le 29/10/2014 à 15h 51

Je pense simplement que s’ils ne risquaient rien ils auraient choisi une autre ligne de défense.

Par conséquent il a attaqué selon l’angle de l’utilisation de son image, et eux ont défendu en niant toute réalité de son utilisation.


Je suis assez d’accord… mais cela commence par un dictateur et cela finit avec le citoyen lambda…



Pour moi,chacun est propriétaire de son image,point !


aurel_gogo Abonné
Le 29/10/2014 à 15h 55







WereWindle a écrit :



Se rabaisser au niveau de ceux qu’on juge ? bof… il risquent de gagner à la longue grâce à leur expérience de la discipline.



Sinon, Noriega c’est le format classique du gars mis en place par la CIA et qui a décidé après coup de se retourner contre les USA (version Panama dans son cas)

En taule pour traffic de drogue et blanchiment aux USA, poursuivi pour meurtre au Panama.





Et pour être complet, a été jugé et incarcéré en France pour blanchiment d’argent et extradé et incarcéré au&nbsp; Panama pour meurtre.



Son image est mauvaise et Black Ops 2 ne l’a pas fait pire ou meilleur.



Il devait prouver qu’il est un gentil dictateur.&nbsp; <img data-src=" />


gavroche69 Abonné
Le 29/10/2014 à 16h 19







eliumnick a écrit :



Il est bien évident qu’un ex dictateur n’a plus aucun droit et ne doit même plus être considéré comme un être humain….





Pour certains ça ne fait aucun doute, malheureusement ils meurent souvent peinard dans leur plumard &nbsp;à des âges avancés comme franco, pinochet et cie…



Noriega est un pur fruit des magouilles américaines (comme pinochet) qui a même reçu la légion d’honneur des mains de Mitterrand, comme quoi…&nbsp;<img data-src=" />



Le 29/10/2014 à 16h 31

Ok je retourne sur Tropico. Faut juste faire attention à choisir le bon nom en début de partie !


Le 29/10/2014 à 16h 42







gavroche69 a écrit :



Pour certains ça ne fait aucun doute, malheureusement ils meurent souvent peinard dans leur plumard &nbsp;à des âges avancés comme franco, pinochet et cie…



Noriega est un pur fruit des magouilles américaines (comme pinochet) qui a même reçu la légion d’honneur des mains de Mitterrand, comme quoi…&nbsp;<img data-src=" />





A aucun moment je ne soutiens ni n’approuve ce qu’il à fait. Mais malgré tout, il reste un être humain “ordinaire” avec autant de droits que tout les autres.



gavroche69 Abonné
Le 29/10/2014 à 16h 49







eliumnick a écrit :



A aucun moment je ne soutiens ni n’approuve ce qu’il à fait. Mais malgré tout, il reste un être humain “ordinaire” avec autant de droits que tout les autres.





Je ne parle pas spécialement pour lui, mais je persiste à penser que certains de par leur comportement et leurs actes n’ont rien d’humain et n’ont donc pas à être considéré comme tel…



Vaste et éternel débat, je sais…&nbsp;<img data-src=" />



Le 29/10/2014 à 17h 17







gavroche69 a écrit :



mais je persiste à penser que certains de par leur comportement et leurs actes n’ont rien d’humain et n’ont donc pas à être considéré comme tel…




Vaste et éternel débat, je sais...&nbsp;<img data-src=">





clairement :o



Koba is… Not Ape.





par contre je n’apprécie pas la façon dont la justice a rendu son verdicte



Le 29/10/2014 à 17h 21







eliumnick a écrit :



A aucun moment je ne soutiens ni n’approuve ce qu’il à fait. Mais malgré tout, il reste un être humain “ordinaire” avec autant de droits que tout les autres.





Non, justement. Les personnages publics n’ont pas le même droit à l’image. C’est d’ailleurs pour cela que les magazines people se font peu souvent condamner, car la notion de droit à l’image est souvent opposée au caractère public de la personne.



À titre d’exemple, il y a régulièrement des personnalités qui demandent le retrait de Wikipédia* de photographies qu’elles jugent peu avantageuses, au motif du “droit à l’image”. Mais leurs demandes sont systématiquement rejetées, sauf quand la photo a été prise dans un cadre privé (et non en public), et sans l’accord de la personne.



*Elles sont techniquement hébergées sur Wikimedia Commons.



Dans le cadre de Noriega, c’est évidemment différent puisqu’il ne s’agit pas d’une photo. Mais étant archi-connu, je doute qu’il puisse facilement protéger son droit à l’image.



Le 29/10/2014 à 17h 40







gavroche69 a écrit :



Je ne parle pas spécialement pour lui, mais je persiste à penser que certains de par leur comportement et leurs actes n’ont rien d’humain et n’ont donc pas à être considéré comme tel…



Vaste et éternel débat, je sais…&nbsp;<img data-src=" />





Heureusement que la justice ne “pense” pas comme toi.



Le 29/10/2014 à 17h 42







Lady Komandeman a écrit :



Non, justement. Les personnages publics n’ont pas le même droit à l’image. C’est d’ailleurs pour cela que les magazines people se font peu souvent condamner, car la notion de droit à l’image est souvent opposée au caractère public de la personne.



À titre d’exemple, il y a régulièrement des personnalités qui demandent le retrait de Wikipédia* de photographies qu’elles jugent peu avantageuses, au motif du “droit à l’image”. Mais leurs demandes sont systématiquement rejetées, sauf quand la photo a été prise dans un cadre privé (et non en public), et sans l’accord de la personne.



*Elles sont techniquement hébergées sur Wikimedia Commons.



Dans le cadre de Noriega, c’est évidemment différent puisqu’il ne s’agit pas d’une photo. Mais étant archi-connu, je doute qu’il puisse facilement protéger son droit à l’image.





Hmm j’aurais tendance à dire (mais juste au pifometre) que les personnalités dont tu parles protestent contre la vérité. or la Activision dit clairement qu’ils se sont servi de son image pour des faits inventés.



En revenant sur ces personnalités, imaginons que demain je fasse un bouquin sur la romance de Hollande et Sarko (soyons fou ils sont gays! ^^), je pense être condamnable.



Le 29/10/2014 à 17h 53

Il s’attendait à quoi? comme si cette cour américaine allez statuer en la défaveur d’Activision.&nbsp;


gavroche69 Abonné
Le 29/10/2014 à 17h 53







eliumnick a écrit :



Heureusement que la justice ne “pense” pas comme toi.





Heureusement pour qui ?&nbsp;



Bon allez, j’arrête…&nbsp;<img data-src=" />



Le 29/10/2014 à 19h 20

Noriega est un déchet de l’humanité qui devrait croupir au fond d’une prison.


Le 29/10/2014 à 19h 43

Je voulais juste faire mon pédant et faire remarquer que “deceived” ça ne se traduit pas par “déçu” (avant dernier paragraphe) mais tromper. Avouez que ce serait bizarre de la part de Noriega de dire à Activision: le jeu a déçu le public, 10 sur 20 !


aurel_gogo Abonné
Le 29/10/2014 à 21h 01

ça tombe bien car il croupie en prison actuelement


lanoux Abonné
Le 29/10/2014 à 21h 17

Alors que dire des différents présidents us qui l’ont soutenu armé et financé, qui ont fait pareil avec Pinochet, ben Laden, le cartel de medelin


Le 29/10/2014 à 22h 29

Oui il lui ressemble <img data-src=" />


Le 29/10/2014 à 22h 32

&nbsp;





Séphi a écrit :



Cela ne les empêche pas de s’appuyer sur des faits avérés.



Voilà le topo :



Ils cherchent un grand méchant, reconnu par son activité dictatoriale.

Noriega est une bonne cible puisqu’en plus il est en taule pour ces même faits.

Résultats, on le prend puisque ça va parler à notre public et en plus, vu que ce qu’on fait c’est de la fiction, on lui invente une petite histoire à la hauteur de sa réputation.



Donc oui techniquement Activision lui tire un tableau certes pas forcément glorieux, mais à la hauteur de sa propre réputation.





Donc prendre l’image d’une personne réelle et lui attribuer des faits fictifs. C’est discutable…



Le 29/10/2014 à 23h 57

oui j’ai fait fait version abrégée en mode que sais-je : c’était l’heure de rentrer <img data-src=" />


Le 30/10/2014 à 08h 19

C’est ce qu’il se fait dans quasiment tous les films et jeux s’appuyant sur des faits réels avec des personnages réels.

&nbsp;Donc oui c ‘est discutable, mais si tu commence à museler Activision sur ce point, il faut aller jusqu’au bout et museler aussi tous les autres.


Le 30/10/2014 à 08h 27

Je pensais à VRAIMENT croupir, le genre de taule où on ne vit pas très longtemps…


aurel_gogo Abonné
Le 30/10/2014 à 09h 04

Tu pensais à une cave dégueulasse ou il fait super chaud le jour et très froid la nuit ????



En gros on devrais l’envoyer au Baumettes à Marseille


Le 03/11/2014 à 10h 28







Groumfy a écrit :



Je pensais à VRAIMENT croupir, le genre de taule où on ne vit pas très longtemps…





Tu as raison, et après on coupe les mains des voleurs et la langues à ceux qui disent des “gros mots”. Ben oui, faut une justice équitable pour tout le monde !&nbsp;



:ehben: