Billie Eilish, Pearl Jam, Stevie Wonder… 200 artistes alertent contre l’usage de l’IA dans la musique

Symphonie en bits mineurs

Avatar de l'auteur
Mathilde Saliou

Publié dans

IA et algorithmesSociété numérique

03/04/2024 4 minutes
13

Portée par l’Artists Rights Alliance, une lettre ouverte signée par 200 artistes de renom appelle à protéger le travail et la rémunération des musiciens face à l’IA générative. Un texte qui s’insère dans la bataille en cours pour la protection des industries culturelles.

Billie Eilish, Pearl Jam, Stevie Wonder… Dans une lettre ouverte diffusée par l’Artists Rights Alliance, 200 artistes états-uniens de renoms appellent à mieux protéger les droits des « artistes humains » face à l’usage croissant d’intelligence artificielle (IA).

« Sans contrôle, l’IA va provoquer une course à la médiocrité qui dégradera la valeur de notre travail et nous empêchera d’être correctement rémunérés », s’inquiètent-ils. Ils viennent ainsi ajouter leurs voix à celles d’une série d’autres artistes – dessinateurs, auteurs, acteurs, scénaristes, etc.

« Nous demandons à tous les développeurs d’IA, les entreprises technologiques, les plateformes numériques et les services musicaux de s’engager à ne pas développer ou déployer de technologies, de contenu ou d’outils de génération de musique par l’IA qui sapent ou remplacent l’art humain des auteurs-compositeurs et des artistes, ou qui nous privent d’une juste rémunération pour notre travail », appellent Mumford & Sons, Norah Jones ou les ayants droits de Bob Marley et Frank Sinatra.

Lutter contre l’ « usage prédateur de l’IA » dans la musique

La suite est réservée à nos abonnés.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnez-vous

Écrit par Mathilde Saliou

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Lutter contre l’ « usage prédateur de l’IA » dans la musique

Oppositions autour des effets de l’IA sur les domaines artistiques

Fermer

Commentaires (13)


« Sans contrôle, l’IA va provoquer une course à la médiocrité qui dégradera la valeur de notre travail et nous empêchera d’être correctement rémunérés », s’inquiètent-ils.


Parce que ce n'est pas déjà ce qui se passe sans IA, la course à la médiocrité ? Au contraire, le travail de qualité des vrais artistes émergera encore plus facilement au-dessus de la médiocrité. Pour les autres, je comprends qu'ils soient inquiets si leur talent n'est pas à la hauteur.

Quant à Johnny Hallyday, les résultats de l'IA ne sont pas terribles, Jean-Baptiste Guégan n'a pas grand chose à craindre pour le moment à moins que l'on veuille aussi l'interdire (que ça soit une IA ou un humain, ça ne change pas grand chose si l'on veut interdire de copier la voix d'un chanteur).
Il semble que cet article abonde dans ton sens sur l'évolution de la qualité des chansons

Thorgalix_21

Il semble que cet article abonde dans ton sens sur l'évolution de la qualité des chansons
Sur la chaîne "Piano Jazz Concept", l'auteur a fait quelques vidéos où il dénonce une dégradation dans la composition de la musique - avec un focus sur les génériques de dessin animé ou sur les James Bond.
Cette baisse de qualité n'est clairement pas causée par l'IA, mais plus par une envie de faire plus vite, plus simple, moins cher...
Perso j'écoute pas de musique contemporaine (en dehors des OST de jeux etc), je suis incapable de citer le nom d'un artiste récent (voire même d'il y a dix ou quinze ans).

Si je me réfère à ce que j'entends dans les espace publics, on vit dans les années 90 après être passées des 80. Tout ce que j'entends, c'est ce que qui passait quand j'étais au collège ou au lycée avec un peu de basses en plus.

Donc visiblement, on ne sait déjà plus créer.

Surtout qu'une partie des titres de cette période étaient déjà des reprises.

Et quand ce sont des originaux (en tous cas, de ma connaissance), j'ai l'impression d'entendre un synthétiseur en train de chanter sur des rythmes déjà entendus.

Donc bon, encore une fois, on brandit la menace de l'IA contre quelque chose que l'industrie a elle-même créée : de la médiocrité produite en masse.

Dans tous les cas, l'industrie du divertissement est saturée à en mourir. La quantité de contenus produits tout support confondu est des centaines de fois supérieures à ce qu'une personne lambda peut consommer. J'ai donc envie de dire qu'ils craignent de voir arriver de nouvelles gouttes d'eau dans un océan de bruit.
Modifié le 03/04/2024 à 19h05

Historique des modifications :

Posté le 03/04/2024 à 19h04


Perso j'écoute pas de musique contemporaine (en dehors des OST de jeux etc), je suis incapable de citer le nom d'un artiste récent (voire même d'il y a dix ou quinze ans).

Si je me réfère à ce que j'entends dans les espace publics, on vit dans les années 90 après être passées des 80. Tout ce que je j'entends, c'est ce que qui passait quand j'étais au collège ou au lycée avec un peu de basses en plus.

Donc visiblement, on ne sait déjà plus créer.

Surtout qu'une partie des titres de cette période étaient déjà des reprises.

Et quand ce sont des originaux (en tous cas, de ma connaissance), j'ai l'impression d'entendre un synthétiseur en train de chanter sur des rythmes déjà entendus.

Donc bon, encore une fois, on brandit la menace de l'IA contre quelque chose que l'industrie a elle-même créée : de la médiocrité produite en masse.

Dans tous les cas, l'industrie du divertissement est saturée à en mourir. La quantité de contenus produits tout support confondu est des centaines de fois supérieures à ce qu'une personne lambda peut consommer. J'ai donc envie de dire qu'ils craignent de voir arriver de nouvelles gouttes d'eau dans un océan de bruit.

J'étais venu pour dire exactement ça. S'ils voulaient être crédibles ils auraient lutté...

- Contre la main-mise des plus grands industriels.
- Contre l'extension débile de la taxe copie privée et spécialement l'entourloupe qui la maintient pour les pros.
- Pour une licence globale détaillée permettant de "pré-cadrer" les usages dérivés et assurer un revenu équitable y compris et surtout aux créateurs indépendants qui peuvent mettre des années à percer malgré une musique intéressante (mais parfois trop, heu, disons, "originale" pour plaire au grand nombre).
- Pour un renforcement des moyens dédiés à l'enseignement de la musique (on n'apprécie jamais autant l'effort et le génie investis dans une oeuvre que quand on s'est soi-même testé au domaine considéré, parce d'une ça fournit les clés de compréhension basiques de deux ça révèle la difficulté d'atteindre un bon niveau).

Ça fait >30 ans que la richesse musicale s'appauvrit progressivement dans les créations mainstream, que ce soit en amplitude vocale, amplitude sonore, construction harmonique ou paroles.
Dans la dynamique actuelle l'IA va simplement accélérer cette dynamique pour l'amener plus vite dans le mur (= moment où les gens n'en pourront simplement plus et recommenceront à chercher de la qualité). Et ce sera tant mieux.

CHEH.
Si la médiocrité se vend, c'est pas l'IA le problème...
Et si elle ne se vend pas, ben ils ont rien à craindre de l'IA, car ils font un travail de qualité ? (hum...)
Le problème est pas si simple : si ce qui fait vendre, c'est du vite fait avec des règles dont on sait qu'elles marchent, les IA peuvent faire le job pour moins cher. Donc les artistes ne vivront plus de leur travail (y compris les bons, parce que la machine à tune ne va pas chercher à faire dans le détail si elle peut gagner plus en payant moins). Et quand plus aucun artiste ne pourra exister en gagnant sa vie, l'IA nous répètera éternellement les mêmes merdes (honnêtement, rester coincé le reste de ma vie avec la production musicales des 2020's, ça fait un peu ch...).

Heureusement qu'on arrivera probablement toujours à conserver une petite niche de passionnés soutenus par une petite population un peu critique, sans quoi l'IA pourrait devenir un problème assez important. Elle pourrait le devenir dans des domaines qui ont besoin d'évoluer mais dans lesquels on travaille rarement par passion.
Est ce qu'on pourrait ajouter l'auto-tune a la définition de ce qu'est l'IA dans la musique ou c'est trop tard ? Ou il n'y aura plus personne pour signer ?
Il n'y a aucune IA dans l'auto-tune. Donc, non, on ne peut pas.
Il me semble que l'IA sait imiter un existant, mais ne sait pas inventer de zéro de nouvelles sonorités, de nouveaux rythmes... bref le rôle de l'artiste.
Par contre, oui, faire des musiques ressemblant à de l'existant, ça elle sait faire... Mais pas de danger, aucun artiste ne fait ça voyons.
J'ai cette note de l'odieux connard en tête (il faut aimer la mauvaise foi, l'ironie...) :

https://unodieuxconnard.com/2022/11/09/lintelligence-artificielle-peut-elle-remplacer-les-artistes/
Moi ça m'amuse, et je ne suis pas le seul :
https://youtu.be/PCYTqDSUbvU?feature=shared
« Sans contrôle, l’IA va provoquer une course à la médiocrité qui dégradera la valeur de notre travail et nous empêchera d’être correctement rémunérés »

Bah il faut se réveiller, l'IA n'y est pour rien, l'abus d'autot[h]une a déjà 30ans. (on cite souvent Cher-Believe de 1998 comme "fondateur")