Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Technique contre marketing

Avatar de l'auteur
Vincent Hermann

Publié dans

Logiciel

07/12/2023
21

Des rumeurs annoncent l’arrivée d’un Windows 12 pour l’année prochaine depuis un moment. L’intelligence artificielle y jouerait un rôle majeur. Si la question d’un nouveau Windows semble rester ouverte, l’arrivée d’importants changements se profile pour l’été 2024.

L’arrivée d’un nouveau Windows en 2024 a fait l’objet de commentaires plus ou moins en filigrane cette année. On se souvient par exemple qu’au début de l’année, le responsable Panos Panay – qui a quitté depuis l’entreprise – y faisait allusion. « Nous aurons besoin d’un système d’exploitation qui estompe la frontière entre cloud et périphérie, et c’est ce que nous faisons ici », avait-il affirmé. L’utilisation du futur supposait qu’il ne parlait pas de Windows 11.

Pour autant, faut-il attendre un Windows 12 pour l’été prochain ? Si l’on en croit Windows Central, qui dispose souvent de très bonnes sources, un gros changement se profile. Mais l’apparition d’un nouveau Windows n’est pas certaine.

Il faut garder deux noms en tête : Germanium, nom de code de la prochaine version majeure de la plateforme, et Next Hudson, qui serait celui du prochain client Windows, basé sur Germanium. De la même manière, on avait eu en 2021 l’évolution Cobalt pour la plateforme et Sun Valley pour le client – le Windows 11 que l’on connait.

Encore un changement de rythme

Windows 7, 8, 8.1, 10 puis 11 : le rythme de développement a été modifié plusieurs fois et il avait de quoi se perdre. 10 avait par exemple fini par instaurer un rythme clair d’une évolution majeure semestrielle. Puis 11 est arrivé, avec un rythme annuel entrecoupé de mises à jour plus ou moins importantes, surnommées « Moments ». Le système était pensé pour rester trois ans, jusqu’à sa relève.

Selon les sources de Windows Central, le rythme de développement reviendrait sur une base strictement annuelle. Il n’y aurait plus qu’un temps fort dans l’année pour les évolutions majeures, même si les Moments pourraient être utilisés en cas de besoin.

Dans l’ordre, la RTM (Release to Manufacture) de Germanium serait prête en avril prochain. En août, ce serait au tour de Next Hudson. Un ou deux mois plus tard, cette mise à jour de Windows serait prête pour le déploiement.

Selon les mêmes sources, Germanium serait à la base d’une nouvelle gamme de machines Arm prévue pour juin, donc avant le nouveau client. Germanium serait obligatoire pour tirer parti des puces X Elite présentées par Qualcomm récemment. Rien n’empêcherait d’installer alors Next Hudson lors de sa sortie.

Les apports de Next Hudson

Sans surprise, les nouveautés de cette évolution auraient largement trait au cloud et à l’intelligence. Il y a un investissement de plusieurs milliards de dollars dans OpenAI à rentabiliser.

Le Copilot, qui n’arrivera en Europe qu’en début d’année, serait un élément central. Ses capacités seraient largement étendues, avec une recherche nettement améliorée, l’apparition d’informations contextuelles. Certaines fonctions ont été qualifiées de « révolutionnaires » par les sources de Windows Central.

La Timeline ferait son retour. Auparavant limitée dans ses attributs, elle n’a pas été reprise dans Windows 11. Cette fois, ses capacités seraient beaucoup plus importantes, avec une vision sur l’ensemble de l’activité dans les documents, applications, écrans et autres. Il serait alors possible d’y lancer des recherches en langage naturel pour retrouver un contenu particulier.

L’upscaling vidéo serait en outre une fonction phare, aussi bien pour les vidéos que dans les jeux. Il est probable que l’éditeur ait préparé le terrain avec AMD, Intel et NVIDIA pour ce dernier point. D’autres fonctions ont été citées, comme des fonds d’écran animés avec des effets de parallaxe (à la manière de ce que propose le dernier macOS). Une zone dédiée dans le menu Démarrer aux applications destinées aux créateurs serait également en préparation.

Plus intéressant, un effort particulier serait fait sur les fonctions d’économie d’énergie. L’autonomie des ordinateurs portables en serait nettement améliorée, et la durée de vie des batteries pourrait être prolongée jusqu’à 50 % sur certains matériels, sans que l’on sache lesquels.

Reste la question de l’interface. Certains projets impliquaient des changements assez conséquents, avec notamment l’apparition en haut de l’écran de certaines informations, déportées depuis la zone actuelle du systray, dans une barre translucide. À la manière de ce que proposent macOS et certaines distributions Linux donc. Rien n’aurait été décidé, les sources indiquant que Next Hudson serait surtout axé sur les fonctions et la fiabilité.

Le sujet reste épineux, Windows 11 n’ayant apporté qu’une réponse incomplète. C’est l’un des plus gros reproches faits au système depuis Windows 7, qui avait commencé à moderniser certains aspects. Plusieurs versions de Windows plus tard, certains éléments sont toujours les mêmes que sous XP, notamment les propriétés des fichiers et de nombreux panneaux de réglages.

Nouveau Windows ou « simple » mise à jour ?

C’est la grande question, celle sur laquelle les sources buttent manifestement. Réponse simple : on ne sait pas.

Lors de l’annonce surprise de Windows 11, il se murmurait que les constructeurs (OEM) avaient fait part à Microsoft de leur désir de voir venir un nouveau Windows. Et pour cause, puisque l’arrivée d’une nouvelle version permet un déchainement marketing et la relance des ventes de PC. En outre, les exigences matérielles du nouveau système ont commencé à faire un tri brutal entre le vieux matériel et les PC plus récents, dotés notamment de puces TPM 2.0, requises pour la sécurité.

Justement, Microsoft aurait une conscience aiguë de la fragmentation créée par cette décision. Sur le 1,4 milliard d’utilisateurs que compterait Windows actuellement, seuls 400 millions utiliseraient la dernière version. Dans ce contexte, l’apparition d’un Windows 12, en dépit de ce qu’il impliquerait pour les OEM, ferait donc débat, aucune décision n’ayant pour l’instant été prise.

L’intégration massive de l’IA supposerait également l’utilisation de NPU (Neural Process Unit), dont on ne peut pas dire qu’ils soient largement démocratisés. Il serait tentant de réserver ce Windows à du matériel compatible, pour ne pas brouiller le message. Dans le cas contraire, une partie des fonctions serait inaccessible. Dans un cas comme dans l’autre, il faudrait communiquer aussi clairement qu’abondamment.

Enfin, la mise à jour technique vers Next Hudson dépendrait de la machine utilisée. S’il s’agit de l’un des nouveaux ordinateurs Arm basés sur Germanium, il suffisait d’une mise à jour cumulative. En revanche, pour les autres PC, ce serait un « OS Swap » : l’ancien système est remplacé par le nouveau. C’est ce qui se passe notamment quand on installe Windows 11 sur Windows 10

21

Écrit par Vincent Hermann

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Encore un changement de rythme

Les apports de Next Hudson

Nouveau Windows ou « simple » mise à jour ?

Le brief de ce matin n'est pas encore là

Partez acheter vos croissants
Et faites chauffer votre bouilloire,
Le brief arrive dans un instant,
Tout frais du matin, gardez espoir.

Commentaires (21)


DikVin Abonné
Le 07/12/2023 à 19h 11
Pour les professionnels, la question de l'acquisition des licences Windows, Office et la gamme serveurs qui s'arrêtent tous en 2025, est la problématique que Microsoft doit répondre car on est dans une visibilité vraiment très restreinte.
Le 07/12/2023 à 19h 53
Office 2021 se termine en octobre 2026, il y a un office 2024 en préparation il y a des leaks récemment. Pour le reste je suis d'accord il faut plus de visibilité
patos Abonné
Le 08/12/2023 à 08h 32
Windows s'arrête plus tard, si tu considères la version LTSC et que tu payes le support (ou, à défaut, un Windows abonnement).

Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.
gg40 Abonné
Le 08/12/2023 à 11h 32

patos

Windows s'arrête plus tard, si tu considères la version LTSC et que tu payes le support (ou, à défaut, un Windows abonnement).

Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.
>Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.

Hein ?
Ferd Équipe
Le 08/12/2023 à 11h 51

gg40

>Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.

Hein ?
Tout pareil, nous sommes super embêtés avec cette échéance.
C'est le seul produit qui nous maintenait encore chez MS, et les alternatives sont minces.
Freeben666 Abonné
Le 08/12/2023 à 13h 38

Ferd

Tout pareil, nous sommes super embêtés avec cette échéance.
C'est le seul produit qui nous maintenait encore chez MS, et les alternatives sont minces.
Si vous voulez rester sur une usine à gaz, il y a Zimbra ;-)
Myifee Abonné
Le 08/12/2023 à 12h 14

patos

Windows s'arrête plus tard, si tu considères la version LTSC et que tu payes le support (ou, à défaut, un Windows abonnement).

Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.
> Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.

?

https://techcommunity.microsoft.com/t5/exchange-team-blog/exchange-server-roadmap-update/ba-p/3421389?WT.mc_id=AZ-MVP-5004580

> We have moved the release date for the next version of Exchange Server to the second half of 2025.
> we plan to support the next version of Exchange Server beyond October 14, 2025. We are moving the next version of Exchange Server to our Modern Lifecycle Policy, which has no end of support dates. We plan on continuing to support Exchange Server as long as there is substantive market demand.

Pas certain de l'interprétation faite dans ces commentaires de cette annonce.
Ferd Équipe
Le 08/12/2023 à 16h 12

Myifee

> Le très gros problème de 2025, c'est Exchange. Microsoft a l'air de vouloir l'arrêter, et ça, c'est très très très mauvais.

?

https://techcommunity.microsoft.com/t5/exchange-team-blog/exchange-server-roadmap-update/ba-p/3421389?WT.mc_id=AZ-MVP-5004580

> We have moved the release date for the next version of Exchange Server to the second half of 2025.
> we plan to support the next version of Exchange Server beyond October 14, 2025. We are moving the next version of Exchange Server to our Modern Lifecycle Policy, which has no end of support dates. We plan on continuing to support Exchange Server as long as there is substantive market demand.

Pas certain de l'interprétation faite dans ces commentaires de cette annonce.
2019 est la dernière version qu'on peut acheter, les suivantes nécessitent des abonnements assez onéreux, qui décrédibilisent l'offre vis-à-vis de M365.
Elle existe toujours certes, mais le modèle économique d'Exchange en auto hébergement à coût maitrisés a disparu lui.
Oby-Moine Abonné
Le 07/12/2023 à 19h 45
" Amélioration de l'économie d'énergie"
Est-ce que Microsoft ça permettre le retour de la veille de niveau S3 ?

Parce que bon, un ordinateur qui s'allume alors qu'il est dans une pochette en veille et se transforme en chaufferette ça le fait moyen. Le seul contournement est l'extinction ou la veille prolongée.
Ramaloke Abonné
Le 07/12/2023 à 21h 50
Je confirme, c'est très très l'ordinateur qui se rallume quelques seconde après l'avoir mis en veille sans raisons apparentes (pas touché au matériel clavier/souris je précise) parce qu'une application ou Windows a décidé qu'il ne voulait plus être en veille.

Sur le net on trouve de tout à ce sujet : Vérifier les drivers des périphériques, les apps,le type de veille.
Ca serait nettement plus simple un panneau "configuration veille" avec dedans :
Type de veille (écran oui/non) et niveau de veille
Comment en sortir (clavier oui/non, souris oui/non, bouton allumage oui/non)

que cette horreur actuelle.
stephane.p Abonné
Le 07/12/2023 à 21h 50
Halala ! Qu'est ce que ça peut me saouler... et m'inquiéter lorsque j'ai des traitements lourds en cours. Les calculs vont continuer dans mon sac et l'ordi entrer en surchauffe ??

Ce "connected standby" est une calamité !
MisterDams Abonné
Le 09/12/2023 à 13h 45
Ha tiens je pensais que ce problème était propre à mon XPS, mais apparemment non...
rm Abonné
Le 07/12/2023 à 23h 38
Je plussoie l’article mettant en avant les surcouches sur Windows XP. J’ajoute que mon Acrobat Reader reset ses boutons pour je ne sais quelle raison et affiche la fenêtre comme Windows… Vista je crois ?
Le fait qu’on doit redémarrer très régulièrement pour éviter les problèmes alors qu’on bosse avec un ensemble de fichiers/dossiers ouvert est vraiment pénible.
Enfin bref pour moi Windows est loin d’être un système coherent et complètement fiable pour moi.
RedShader Abonné
Le 08/12/2023 à 15h 42
Le redémarrage régulier, c'était le cas à l'époque des Win9x.
De nos jours, on peut laisser son Windows tourner un mois sans soucis. La fiabilité est très bonne maintenant.
Trit’ Abonné
Le 08/12/2023 à 15h 53

RedShader

Le redémarrage régulier, c'était le cas à l'époque des Win9x.
De nos jours, on peut laisser son Windows tourner un mois sans soucis. La fiabilité est très bonne maintenant.
Y a que moi qui éteins les ordis (et je parle de vraie extinction : je désactivais le « démarrage rapide » quand j’étais encore sous Windows) avant de me coucher et les rallume après le petit-déjeuner ? Jamais je les laisse allumés la nuit.
Le 08/12/2023 à 16h 37

Trit’

Y a que moi qui éteins les ordis (et je parle de vraie extinction : je désactivais le « démarrage rapide » quand j’étais encore sous Windows) avant de me coucher et les rallume après le petit-déjeuner ? Jamais je les laisse allumés la nuit.
J'éteins mon ordinateur dès que je ne m'en sers plus pour une période prolongée :)
djegus Abonné
Le 08/12/2023 à 17h 11

Vincent Hermann

J'éteins mon ordinateur dès que je ne m'en sers plus pour une période prolongée :)
Hello, j’éteins mon pc pro et mon pc portable perso tous les jours . jamais de mise en veille prolongée ou de veille .
Modifié le 08/12/2023 à 17h11
fofo9012 Abonné
Le 09/12/2023 à 09h 06

Trit’

Y a que moi qui éteins les ordis (et je parle de vraie extinction : je désactivais le « démarrage rapide » quand j’étais encore sous Windows) avant de me coucher et les rallume après le petit-déjeuner ? Jamais je les laisse allumés la nuit.
Démarrage rapide, je crois qu'on ne peut plus le désactiver
Trit’ Abonné
Le 09/12/2023 à 14h 29

fofo9012

Démarrage rapide, je crois qu'on ne peut plus le désactiver
Vérifie, alors, si tu ignores ce qu’il en est réellement. Moi, j’ai jamais touché à un Windows 11 et ne peux pas en installer un, même en VM, donc je peux pas regarder ça moi-même.
Le 08/12/2023 à 10h 10
Il y aura bien une Windows 12 mais avec beaucoup de changements niveau sécurité notamment la sortie du mode admin par défaut.
RedShader Abonné
Le 08/12/2023 à 15h 46
Depuis Vista, le compte admin n'exécute plus par défaut les logiciels en mode administrateur. Si un logiciel demande un accès admin, l'UAC apparait pour confirmer l'élévation de privilège.