Publié dans Sciences et espace

23

Confrontée à une fuite de cerveaux, la Russie cherche des informaticiens en prison

Confrontée à une fuite de cerveaux, la Russie cherche des informaticiens en prison

KrebsOnSecurity a remarqué que plusieurs médias russes viennent de publier des articles au sujet d’une campagne de recrutement d'informaticiens émanant de l'administration pénitentiaire.

La guerre en Ukraine a en effet généré une fuite de cerveaux, notamment dans les entreprises technologiques, et plusieurs chefs d'entreprise ont contacté l'administration pénitentiaire pour pouvoir recruter en télétravail des prisonniers disposant de compétences en informatique.

Konstantin Sonin, économiste à l'Université de Chicago, avait tweeté le 7 mars « que plus de 200 000 personnes ont fui la Russie au cours des 10 derniers jours. Un exode tragique jamais vu depuis un siècle ». D'après l'Association russe des communications électroniques, entre 70 000 et 100 000 informaticiens pourraient quitter la Russie. 

Un mouvement qui pourrait être accéléré par le fait que l'administration américaine travaillerait, d'après Bloomberg, à faciliter la délivrance de visas aux scientifiques russes :

« Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale a confirmé que cet effort visait à affaiblir les ressources de haute technologie de Poutine à court terme et à saper la base d'innovation de la Russie à long terme, ainsi qu'à bénéficier à l'économie et à la sécurité nationale américaines. »

23

Tiens, en parlant de ça :

Semi-conducteurs

Semi-conducteurs : Sam Altman cherche l’accord du gouvernement américain

🤑 🤑 🤑

09:13 ÉcoIA 2

L’entreprise MariaDB pourrait être rachetée

Fork le phoque ?

17:38 Éco 12
Dessin de Flock remplaçant les anneaux olympiques par des caméras de vidéosurveillance

« Vidéoprotection » : le ministère de l’Intérieur triple les subventions en prévision des JO

Plus vite, plus haut, plus fort…

16:21 ÉcoSécu 12
23

Commentaires (23)


alex.d. Abonné
Le 04/05/2022 à 08h 12

Pas sûr que ce soit un bon calcul : si tous les anti-Poutine fuient la Russie (et l’Ukraine, bien entendu), alors il ne restera sur place que les pro-Poutine, et il aura gagné.


Le 04/05/2022 à 08h 28

Confrontée à une fuite de cerveaux, la Russie cherche des informaticiens en prison




Ils doivent pas être très bons, même pas capables de faire un jailbreak :D




(quote:2070225:alex.d.)
Pas sûr que ce soit un bon calcul : si tous les anti-Poutine fuient la Russie (et l’Ukraine, bien entendu), alors il ne restera sur place que les pro-Poutine, et il aura gagné.




C’est pas anti-Poutine contre pro-Poutine, c’est Russes éduqués capables de trouver une échappatoire à l’étranger “contre” peuple russe qui subira les conséquences de la politique de Poutine (mais qui n’est pas plus pro que ça).



Le peuple russe fait le dos rond pour éviter les coups en attendant que ça se passe, ça fait un siècle que c’est comme ça pour eux, et ils n’ont malheureusement que peu d’espoir d’amélioration.


Le 04/05/2022 à 08h 43

Faut voir aussi le type de job proposé aux prisionniers. Et sur quelle sélection de prisionniers.



Ca promeut les agents de surveillance téléphonique en code reviewers!


fred42 Abonné
Le 04/05/2022 à 08h 44

Poutine est trop fort !
Il a envoyé à l’étranger 70 à 100 000 informaticiens russes qui pourront intégrer des entreprises technologiques occidentales pour espionner de l’intérieur.



Vraiment trop fort !


jpaul Abonné
Le 04/05/2022 à 08h 47

(quote:2070225:alex.d.)
Pas sûr que ce soit un bon calcul : si tous les anti-Poutine fuient la Russie (et l’Ukraine, bien entendu), alors il ne restera sur place que les pro-Poutine, et il aura gagné.




Vu le chaos technologique que semble être l’invasion de l’Ukraine (utilisation de Google Maps, transmissions en clair, équipements qui tombent en panne faute de maintenance …) on peut légitimement envisager que la Russie est déjà très limite en terme de jus de cerveau disponible.



L’air de rien, la propagande moderne, les jolis missiles balistiques, les joujous qui cassent des immeubles à plusieurs centaines de km de distance, les cyberattaques, tout ça nécessite pas mal de gens intelligents derrière. Il y a un vrai danger pour Poutine à se retrouver sans main d’œuvre éduquée.



D’ailleurs la news ci-dessus confirme plutôt que l’administration Poutine prend désespérément le problème au sérieux.


wheelman Abonné
Le 04/05/2022 à 10h 04

Le gros problème en Russie c’est la corruption qui est partout. Résultat l’argent s’évapore et les projets n’avancent pas. Comme il n’y a pas de contrôle ( corruption aussi) tous le monde pense que le niveau est haut ! on voit le résultat avec l’invasion en Ukraine.


Le 04/05/2022 à 08h 54

fred42 a dit:


Poutine est trop fort ! Il a envoyé à l’étranger 70 à 100 000 informaticiens russes qui pourront intégrer des entreprises technologiques occidentales pour espionner de l’intérieur.



Vraiment trop fort !




Ironique ou pas ?
Perso je l’ai pensé des deux facons, à mon avis dans le tas il y a des des migrants “légitimes” mais effectivement aussi tout un tas d’espions.
Un peu comme font les chinois, quoi.



Sinon le discours des US a le mérite d’être franc : “j’affaiblis l’ennemi et en plus ca me renforce moi” (paperclip-style).
Si nos dirigeants à nous disaient par exemple : “on va sciemment chercher des médecins en Afrique pour affaiblir ces pays là et en plus ca nous arrange”, je ne sais pas comment ca passerait dans l’opinion.


fred42 Abonné
Le 04/05/2022 à 09h 04

Comme toi, j’hésite entre les 2. :D Mais avec ce nombre, tous ne sont pas des espions, je pense.



Nous, on va chercher des médecins et des prêtres en Afrique, mais ce n’est pas pour les affaiblir, même si ça a cet effet là au moins pour les médecins. Et on se garde bien de le dire. Notre opinion l’accepte majoritairement dans les deux cas, sauf les racistes.


carbier Abonné
Le 04/05/2022 à 10h 00

Les Etats Unis ont TOUJOURS essayé d’attirer les meilleurs éléments quel que soit leur nationalité.
Cela ne date pas d’aujourd’hui.
Cela n’est pas forcément pour affaiblir un état mais surtout pour se renforcer eux.


FrancoisA Abonné
Le 04/05/2022 à 16h 31

Il suffit d’aller dans les hôpitaux français.
Indice ; jusqu’à récemment les médecins non francais étaient moins bin payés que les médecins français (à qualification égale bien sur).
Vu les finances des hôpitaux français, d’après toi ils embauchaient qui à la sortie des facs de médecine française (en sachant que les fac de médecine françaises forment des étudiants étrangers) ?


Le 04/05/2022 à 17h 47

FrancoisA

Il suffit d’aller dans les hôpitaux français.
Indice ; jusqu’à récemment les médecins non francais étaient moins bin payés que les médecins français (à qualification égale bien sur).
Vu les finances des hôpitaux français, d’après toi ils embauchaient qui à la sortie des facs de médecine française (en sachant que les fac de médecine françaises forment des étudiants étrangers) ?

Y a pas que les hôpitaux, je bosse dans le dentaire et avec la masse de centres qui ouvrent presque chaque semaine en région parisienne les mecs qui gèrent ça n’arrivent pas à recruter suffisamment de médecins/assistantes en France du coup ils vont en chercher en masse dans les pays de l’Est (Pologne, Roumanie, etc …) qui eux distribuent des diplômes à tour de bras (attention ça ne veux pas dire qu’ils distribuent du diplôme au rabais jusque que là bas y a pas de cota, d’ailleurs il y a pas mal de français qui après avoir été refoulés plusieurs fois en France pour cause de cota dépassés partent là bas pour obtenir plus facilement leur diplôme), parfois aussi en Espagne ou Portugal mais c’est bien plus rare,



Accessoirement eux acceptent sans discuter des salaires/horaires qui font généralement fuir les diplômés Français du coup c’est tout bénèfs.


carbier Abonné
Le 04/05/2022 à 10h 03

fred42 a dit:


Comme toi, j’hésite entre les 2. :D Mais avec ce nombre, tous ne sont pas des espions, je pense.



Nous, on va chercher des médecins et des prêtres en Afrique, mais ce n’est pas pour les affaiblir, même si ça a cet effet là au moins pour les médecins. Et on se garde bien de le dire. Notre opinion l’accepte majoritairement dans les deux cas, sauf les racistes.




Les russes auraient attendu cette guerre pour faire de l’espionnage ?
La fuite des cerveaux a toujours été une réalité en Russie, elle est simplement amplifiée ici.


Patch Abonné
Le 04/05/2022 à 10h 35

jpaul a dit:


Vu le chaos technologique que semble être l’invasion de l’Ukraine (utilisation de Google Maps, transmissions en clair, équipements qui tombent en panne faute de maintenance …) on peut légitimement envisager que la Russie est déjà très limite en terme de jus de cerveau disponible.



L’air de rien, la propagande moderne, les jolis missiles balistiques, les joujous qui cassent des immeubles à plusieurs centaines de km de distance, les cyberattaques, tout ça nécessite pas mal de gens intelligents derrière. Il y a un vrai danger pour Poutine à se retrouver sans main d’œuvre éduquée.




Missiles balistiques qui ne sont pas en fonction, ils n’en sont qu’au stade des tests :transpi:


Le 04/05/2022 à 10h 52

Drepanocytose a dit:


Si nos dirigeants à nous disaient par exemple : “on va sciemment chercher des médecins en Afrique pour affaiblir ces pays là et en plus ca nous arrange”, je ne sais pas comment ca passerait dans l’opinion.




Je pense qu’il y ait une volonté d’affaiblir ces pays. Le raisonnement est plutôt “on manque de médecins, ou en trouve-t-on (et pour pas cher tant qu’à faire) ? En Afrique ? On prend. Et tant pis pour les locaux)”
Le bon raisonnement étant : “quel est le con qui a décidé du numerus clausus ? s’il saute combien de temps avant qu’on retrouve un taux acceptable de médecins”.
Puis “Si on appliquait plutôt le numerus clausus au fakachômeurs qui nous produisent des caissiers McDo bac+5”.
Puis “arrêtons d’inventer sans cesse des entraves, normes et directives diverses en Europe quand dans le même temps on laisse déferler les produits venant de l’étranger qui n’en ont rien à faire”


serpolet Abonné
Le 04/05/2022 à 11h 32

Rectificatif : élargi au milieu des années 2000.
Il y a aussi le fait que pour remplacer un médecin de famille “à l’ancienne” (qui consultait de 6h à 22h), il en faut actuellement deux…


serpolet Abonné
Le 04/05/2022 à 11h 22

v1nce a dit:


Le bon raisonnement étant : “quel est le con qui a décidé du numerus clausus ? s’il saute combien de temps avant qu’on retrouve un taux acceptable de médecins”.




Le NC (qui a été récemment remplacé par le numerus apertus) a été fortement élargi au milieu des années 2010 (cf graphique, source franceinfo). Les médecins issus de cet élargissement sont maintenant formés. Et pourtant, les manques dans certaines régions et/ou spécialités restent catastrophiques.
Image
En fait, nous “importons” par milliers des médecins étrangers (notamment roumains et algériens) pour combler les manques de certaines régions et/ou spécialités, alors que les nouveaux médecins continuent à s’établir dans les régions/spécialités déjà surdotées.


gg40 Abonné
Le 04/05/2022 à 13h 13

Ha l’URSS la Russie et sa longue tradition du travail des prisonniers (système concentrationnaire du Goulag).
Ils reviennent aux fondamentaux quoi :D



Les cerveaux et leur fuite est l’un des plus gros problème de ce genre de régime corrompu et dictatorial.
Ce n’est pas efficace sur le long terme et finit par se casser la gueule…


Le 04/05/2022 à 13h 28

serpolet a dit:



On pourrait aussi discuter pyramide des âges, reconnaissance des diplômes étrangers et liberté dans le choix de l’implantation. Mais je crois qu’on a assez digressé.



Brouck Abonné
Le 04/05/2022 à 15h 56

C’est un coup à se retrouver avec du code qui a plein de fuites de mémoire


serpolet Abonné
Le 04/05/2022 à 17h 52

FrancoisA a dit:


Vu les finances des hôpitaux français, d’après toi ils embauchaient qui




souvent, aussi, des intérimaires, payés beaucoup plus chers que les titulaires…


Le 07/05/2022 à 08h 51

La boite où je bossais avant avait beaucoup recours à l’intérim car on avait une activité assez fluctuante sans forcément de visibilité à moyen terme et du coup ça permettait d’avoir de la main d’œuvre “jetable” pour les poste pas/peu qualifiés lors des gros coups de bourre qu’on dégageait aussi sec dès que l’activité se calmait, du coup au final même si ça coûte plus cher sur l’instant c’est nettement plus flexible et au global ça revient nettement moins cher que de devoir gérer des salariés en CDD.



Après dans le spectacle t’as intérimaire et intérimaire (d’ailleurs pour eux ça a même un nom spécifique : intermittent du spectacle, un statu justement spécifiquement crée pour répondre à ce besoin de flexibilité du secteur).
Quand t’es un gars lambda t’es embauché pour des mission “one shot” et tu passes de boite en boite par contre quand t’as les bonnes relations t’as vite fait de te retrouver “intermittent à long terme” (nous on appelait ça “permittents”) avec un job permanent tout en conservant la paie et les avantages sociaux de l’intermittence (oui c’est clairement de l’arnaque à l’Urssaf, c’est très connu et répandu dans le secteur et pourtant ça existe depuis des années en toute impunité)


Le 05/05/2022 à 09h 29

Pas tellement malin ; si mes infos sont correctes la NSA avait payé (cher) des hackers russes pour des virus qui leur permettait d’installer leurs logiciels espions n’importe où, à la suite de quoi ces derniers sont passé de geek (travaille toute la nuit avec la bouteille à côté) à dirigeant de société, employant des dizaines de hackers de manière organisée. (sans compter que les premiers n’ont pas dû se gêner pour introduire des portes dérobées dans les livraisons)


Le 08/05/2022 à 21h 12

Patch a dit:


Missiles balistiques qui ne sont pas en fonction, ils n’en sont qu’au stade des tests :transpi:




Certains disent qu’ils vont être testés sur Paris, Londres et Berlin.
Mais pas les États-Unis.



C’est super, vous aurez les résultats des tests avant les ricains.
:D