#Replay : adolescents en ligne, grande distribution et monstres d'Universal

#Replay : adolescents en ligne, grande distribution et monstres d’Universal

Amazon le barbare

Avatar de l'auteur
Guénaël Pépin

Publié dans

Société numérique

23/02/2018
19

#Replay : adolescents en ligne, grande distribution et monstres d'Universal

Ces derniers jours, le petit écran a explicité les grandes ficelles du marketing, a plongé dans les trous noirs, a scruté les adolescents en ligne et s'est demandée quel avenir ont encore les hypermarchés à l'heure du e-commerce. Sans oublier d'essayer de comprendre notre affection pour certains monstres classiques.

Chaque semaine, nous vous proposons une sélection manuelle de ce qu'il ne fallait pas manquer dans vos programmes TV. Garantie sans sponsoring et autre tracking de vos habitudes, vous permettant de savoir ce qu'il y a d'intéressant à regarder en replay ce week-end (surtout s'il ne fait pas beau et que votre séance de VTT tombe à l'eau).

Nous utilisons ainsi seulement nos petits bras et éventuellement vos suggestions. Si vous repérez une émission qui mérite selon vous de paraître dans notre sélection, vous avez deux possibilités : 

Notez que la sélection se limite pour le moment aux replays de programmes TV, mais pourra s'étendre à d'autres médias. Nous avons pour le moment quelques idées et ferons sans doute des essais dans les semaines à venir. Mais n'hésitez pas à nous proposer vos idées, cette chronique évoluant pour vous et avec vous, à ciel ouvert ;)

Marketing, big data scientifique et trous noirs

Cette semaine, Arte Creative propose la série #Propaganda, consacrée au monde du marketing. Elle s'appuie entre autres sur les exemples de l'iPhone ou de Pokémon Go, pour comprendre les mécaniques commerciales qui nous amènent vers ces produits. À base de vidéos « stock » agrémentées d'un commentaire directement tiré du Loup de Wall Street, elle reprend les bases pour mieux nous les remettre en tête.

De son côté, Xenius revient sur l'immunothérapie, présentée comme un possible traitement du cancer. L'épisode est en ligne jusqu'au 23 mai. La chaine diffuse aussi une pastille sur un facteur robot anti-pollution (oui). Elle explore également l'histoire à l'heure du big data, en prenant pour exemple la ville de Venise dans une série de courtes vidéos.

Pour sa part, RMC Découverte retrace « les plus grandes catastrophes naturelles », revenant sur les conséquences de certains grands événements, y compris du point de vue de leur gestion humaine. L'émission est visionnable jusqu'au 2 mars.

France 5 diffuse la série Le cosmos dans tous ses états, dont le premier épisode consacré aux trous noirs est disponible en replay. Il est visionnable jusqu'au 27 février. La chaine s'est aussi lancée dans un voyage avec les baleines à bosse, en ligne jusqu'au 29 février.

La sexualité des ados dans un monde numérique 

Dans un reportage, Complément d'enquête s'intéresse aux pratiques des adolescents en ligne, qui échapperaient de plus en plus au regard des parents, comme le dénoncent des actrices de films pour adultes. Par des témoignages de parents et d'adolescents, l'émission dresse le tableau d'une sexualité en ligne de plus en plus précoce et crue, qu'elle estime alimentée par un accès simple à la pornographie.

Complément d'enquête s'intéresse aussi aux relations entre ados en ligne et leurs conséquences hors ligne, y compris la diffusion de photos intimes et les cas où elles leur échappent. Les sujets sont connus, l'émission prend un ton volontairement alarmé sur le sujet mais la parole des jeunes interrogés reste utile, ceux-ci donnant leur approche du phénomène.

La grande distribution face à elle-même et aux « barbarbes » du Net (jusqu'au 28 février)

Sur France 5, Le Monde en face a plongé dans l'océan de la grande distribution, symbolisée par les géants français des hypermarchés. Par une large série d'entretiens, elle retrace les 50 dernières années du secteur, de sa genèse à l'équilibre actuel des forces entre Auchan, Casino, E. Leclerc ou encore Système U. De petites révélations en grands traits, il dresse un portrait actuel du secteur. Il est réalisé par François Rabaté, qui avait déjà mené Les quatre couleurs des télécoms, une référence sur la guerre des opérateurs mobiles

L'émission conclut par une ouverture sur l'émergence du commerce en ligne, en premier lieu de l'arrivée d'Amazon, acteur américain qui propose une qualité de service rarement égalée par la distribution traditionnelle. François Rabaté engrange les réactions de leurs patrons : de l'ironie face à l'ogre numérique à l'aveu qu'il met les positions acquises en danger, avec l'idée que ce redessin du paysage pourrait bien se faire sans eux.

L'empreinte indélébile des monstres classiques

Cette semaine, BiTS d'Arte s'intéresse aux mythes persistants des monstres universels, du loup-garou au vampire, en passant par la momie et le monstre de Frankenstein. L'occasion ? La sortie de La Forme de l'eau de Guillermo del Toro, grand amoureux de cet univers, déjà à l'origine du Labyrinthe de Pan ou Hellboy. Comme d'habitude, il s'agit de comprendre pourquoi et comment ces figures sont restées d'actualité.

L'équipe propose aussi un entretien de près de 20 minutes avec l'écrivain Nicolas Stanzick, auteur d'anthologies sur les monstres de la Hammer, qui a beaucoup exploité ces créatures au cinéma.

19

Écrit par Guénaël Pépin

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Marketing, big data scientifique et trous noirs

La sexualité des ados dans un monde numérique 

La grande distribution face à elle-même et aux « barbarbes » du Net (jusqu'au 28 février)

L'empreinte indélébile des monstres classiques

Commentaires (19)


«

 La grande distribution face à elle-même et aux « barbarbes » du Net (jusqu’au 28 février) 



Sur France 5, Le Monde en face a plongé dans l’océan de la grande distribution, symbolisée par les géants français des hypermarchés. Par une large série d’entretiens, elle retrace les 50 dernières années du secteur, de sa genèse à l’équilibre actuel des forces entre Auchan, Casino, E. Leclerc ou encore Système U. […] Il est réalisé par François Rabaté, qui avait déjà mené Les quatre couleurs des télécoms, une référence sur la guerre des opérateurs mobiles



L’émission conclut par une ouverture sur l’émergence du commerce en ligne, en premier lieu de l’arrivée d’Amazon, acteur américain qui propose une qualité de service rarement égalée par la distribution traditionnelle. […]





  • Regarder La guerre des hypers ou la loi du plus fort



     » 

     

     E.Leclerc va racheter Carrefour… comme Orange a acheté Bouygues Telecom…

     

     Plus sérieusement, le documentaire est très intéressant : la guerre des prix VS l’innovation, la régulation des surfaces de vente, la stratégie de chaque groupe de distribution, etc : ça ressemble à s’y méprendre aux stratégies de distribution des contenus numériques par les box-opérateur.


moui, mais il manque l’avis des clients. Si j’achète de moins en moins au supermarché, ce n’est pas parce qu’il y a Amazon. C’est parce qu’à force de tirer les prix vers le bas, la grande distrib tire absolument tout vers le bas et déréférence encore et encore, parce que les rayons ne sont pas approvisionnés en temps et en heure, parce que, quand c’est du superflu pour me faire plaisir qui n’est pas en rayon, et bien je m’en passe, à regret, ou je l’achète ailleurs quand c’est possible. Inutile d’ouvrir le dimanche et la nuit, ce qui me fera revenir au supermarché est l’amélioration de la qualité et l’augmentation du choix, pour revenir aux niveaux des années 80 et 90. Bref, que la grande distrib arrête de considérer le client comme du bétail. D’ailleurs, elle oublié le sens du mot client, sans doute utilise-t-elle le même dictionnaire qu’un certain Marc R… <img data-src=" />



&nbsp;

Sinon, le sous-titre, inspiré du documentaire et d’un héro musclé est bien nul. Au moins, dans “Conan le barbare”, il y a une contrepèterie&nbsp; <img data-src=" />


Le 24/02/2018 à 06h 47

Ah là là, l’accès libre à la pornographie… Encore un mal éternel de la société avec les jeux vidéo ! Je reprends mon exemple habituel : nrj12 est en accès libre, mais on dit rien… C’est mieux ou pas….?


Le 24/02/2018 à 07h 17

pas faux, recement j’achète un paquet de chips de marque carrefour, ils auraient du l’appeler miette de chips <img data-src=" />



cela me faisait vraiment penser a une possible réunion interne : mais si on récupère les déchets de chips et qu’on les mets en paquet, nous les vendons 20 c€ de moins que les vrai chips et ce serais gagnant gagnant <img data-src=" />


SebGF Abonné
Le 24/02/2018 à 07h 38



Dans un reportage, Complément d’enquête s’intéresse aux pratiques des adolescents en ligne, qui échapperaient de plus en plus au regard des parents, comme le dénoncent des actrices de films pour adultes. Par des témoignages de parents et d’adolescents, l’émission dresse le tableau d’une sexualité en ligne de plus en plus précoce et crue, qu’elle estime alimentée par un accès simple à la pornographie.





Parents, décoincez-vous le cul et apprenez ce qu’est la sexualité à vos mioches lorsqu’ils atteignent l’adolescence.

C’est pas compliqué pourtant… De la même manière qu’un film d’action bardé de violence ne transformera pas vos moutards en tueur psychopathe, un boulard ne va pas les transformer en violeurs s’ils comprennent que ce n’est pas la réalité mais des scènes scriptées et des acteurs conscients de ce qu’ils font.



Mais pour ça, il faut oser parler de ce qu’il se passe en dessous de la ceinture… C’est tellement tabou d’en parler que ça a permis l’émergence d’un acteur quasi monopolistique dans la création et diffusion de contenu (MindGeek) dont les pratiques feraient craquer le slip de Google, et totalement à l’abri des lois anti-trust.



Je suggère de faire des recherches sur l’envers du décor dans le domaine, on y apprend énormément de choses intéressantes qui changent la perception basique du secteur. Le porno est bien plus réglementé que la TV réalité…


jpaul Abonné
Le 24/02/2018 à 07h 48







PercevalIO a écrit :



Ah là là, l’accès libre à la pornographie… Encore un mal éternel de la société avec les jeux vidéo ! Je reprends mon exemple habituel : nrj12 est en accès libre, mais on dit rien… C’est mieux ou pas….?





Je ne crois pas qu’il faille négliger le sujet non plus. In ne parle pas là de “la section charme” plaquées sur des CD ou des sites comme au début des années 2000.



On parle d’énormes industries à la YouTube où en 5 secondes tu te retrouves en homepage d’un site qui te propose en FullHD de voire une nana se faire par tous les orifices imaginables et par tous les objets possibles.



Je veux dire, le porno n’est plus un truc plus ou moins planqué où tu vas voire des monsieurs et des madames tous nus faire des bébés, et que tu dois aller mater discrètement sur le PC familial sans te faire gauler.



Là tu as des images d’une certaine violence accessibles en quelques secondes depuis ton mobile, le tout sans risque ni impunité. Bref, c’est pas tout noir mais c’est loin d’être tout rose et ça risque de poser pas mal de problèmes dans le développement de la sexualité des adolescents mais aussi de leur rapport à l’autre sexe (puisque l’immense majorité de ce qui est proposé aujourd’hui, c’est la domination sexuelle de l’homme sur la femme).



Le 24/02/2018 à 08h 09







SebGF a écrit :



Parents, décoincez-vous le cul et apprenez ce qu’est la sexualité à vos mioches lorsqu’ils atteignent l’adolescence. C’est pas compliqué pourtant…





Au contraire c’est très très compliqué… Pour les hommes le sexe ce résume à ce que laissera faire la femme et pour les femmes ce qu’elle voudront bien laisser faire. De part mon expérience avec des femmes de tout age j’ai remarqué qu’il y à une véritable constante, la plupart du temps il n’est même pas possible d’en parler car elle ce fâchent si tu insiste un peu.



Bien évidement le phénomène s’amplifie au fur et à mesure de l’expérience acquise avec des femmes “ouverte”. Ma partenaire actuelle adore que je la prenne par derrière et tolère l’éjac faciale ( sur la bouche hein, je suis pas un goret non plus ).Il est clair que j’aurais du mal à revenir en arrière avec une “jeunette” qui ce contente d’une levrette missionnaire “je bouge pas”, ou t’est heureux si elle met ton zgeg dans sa bouche pendant 20 secondes alors que paralellement elle veut que tu la lèche non stop ( c’est donnant donnant hein ! ).

&nbsp;





jpaul a écrit :



On parle d’énormes industries à la YouTube où en 5 secondes tu te retrouves en homepage d’un site qui te propose en FullHD de voire une nana se faire par tous les orifices imaginables et par tous les objets possibles.





Tout à fait ! Autant il est possible de trouver tout un tas de truc soft mais autant les trucs très très hard sont systématiquement mis en avant.





jpaul a écrit :



l’immense majorité de ce qui est proposé aujourd’hui, c’est la domination sexuelle de l’homme sur la femme.





Au risque de passer pour un sexiste c’est un des seul domaine ou l’homme domine la femme et c’est pour cela qu’elle ne veulent pas vraiment l’égalité des sexes. Si les femmes devaient “bosser” comme nous pour avoir un petit compliment gentil ou payer l’entrée en boite je pense que les femmes pourraient changer.



Ne soyez pas trop gentil avec les femmes sinon elle en voudront toujours plus et si c’est pas avec vous ça sera pour le suivant et ce n’est pas vraiment faire leur bonheur.



Le 24/02/2018 à 11h 32







skankhunt42 a écrit :











Hey ! Éric Zemmour, on t’a reconnu ! <img data-src=" />



Le 24/02/2018 à 11h 55







127.0.0.1 a écrit :



Hey ! Éric Zemmour, on t’a reconnu ! <img data-src=" />





Ou un gosse de 16ans échappé de Jeuxvideo.com ?



Le 24/02/2018 à 13h 35







Ler van keeg a écrit :



Ou un gosse de 16ans échappé de Jeuxvideo.com ?





C’est ce que je disais plus haut, la plupart des gens sont inapte à aborder ces sujet sérieusement.



Le 24/02/2018 à 13h 56

Si l’adhésion à la théorie Zemmourienne de l’émasculation de la société par la pensée féministe est un pré-requis indispensable au débat, alors oui… je suis totalement inapte à aborder ce sujet sérieusement avec toi.



Bien tenté cela dit. Mais suffit de regarder la photo du G20 ou la campagne #Metoo pour se dire que le problème en 2017 c’est pas vraiment l’abus de pouvoir des femmes. <img data-src=" />


JFP285 Abonné
Le 24/02/2018 à 17h 32







127.0.0.1 a écrit :



Bien tenté cela dit. Mais suffit de regarder la photo du G20 ou la campagne #Metoo pour se dire que le problème en 2017 c’est pas vraiment l’abus de pouvoir des femmes. <img data-src=" />





Sur la question sociale, on est d’accord. Mais il ne me semble pas avoir tout à fait tort sur la question du pouvoir et de la pratique de la sexualité banale entre individus. Inutile de partir dans des trucs sur l’émasculation etc., certes, mais il me semblerait tout aussi dommageable de se priver de regarder avec finesse ce qui se passe notamment dans l’espace domestique et les pratiques sexuelles en se contentant de tout lire au prisme de la domination masculine et en passant tout le reste sous le boisseau des male tears. Cette étude ne me semble pas inintéressante, par exemple:http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/18/couples-vie-sexuelle-intense_n_10961190….



Le 24/02/2018 à 19h 09







127.0.0.1 a écrit :



Si l’adhésion à la théorie Zemmourienne de l’émasculation de la société par la pensée féministe est un pré-requis indispensable au débat, alors oui… je suis totalement inapte à aborder ce sujet sérieusement avec toi.





Je ne connais pas vraiment zemmour, j’irais faire un tour sur le net sur quoi il en retourne. Mais sinon j’ai assez d’expérience en vie sociale pour voir que c’est toujours l’homme qui propose e la femme qui dispose et bien souvent les mâles ce tirent tellement dans les pattes qu’au final personne n’obtiens ce qu’il veut.



&nbsp;





127.0.0.1 a écrit :



Bien tenté cela dit. Mais suffit de regarder la photo du G20





J’en sais rien car tous les métiers ne sont pas voués à la parité homme / femme. A la limite je préfère être plus généraliste et de parler de la différence du salaire entre les hommes et les femmes qui selon moi mériterais vraiment de ce bouger le cul dans la rue.







127.0.0.1 a écrit :



&nbsp;la campagne #Metoo





Je sais pas trop quoi penser de tout ça… D’un côté t’a des mecs inconnus au bataillon qui abusent pour de vrai et de l’autre t’a des “stars” qui jouent les ingénue alors qu’elle savent très bien que ce n’est que 5 mauvaise minutes à passer pour ensuite ce dorer la pilule toute leur vie.



Personnellement si j’avais le choix de gagner 5 millions de dollars par ans ça ne me gênerais pas du tout de tailler une bonne grosse pipe baveuse à weinstein surtout que par la suite désolé de le dire mais elle ne font que vendre leur corps au plus offrant tout en montrant leur petite culotte sur les marches de cannes.



Patch Abonné
Le 24/02/2018 à 21h 32







skankhunt42 a écrit :



Je sais pas trop quoi penser de tout ça… D’un côté t’a des mecs inconnus au bataillon qui abusent pour de vrai et de l’autre t’a des “stars” qui jouent les ingénue alors qu’elle savent très bien que ce n’est que 5 mauvaise minutes à passer pour ensuite ce dorer la pilule toute leur vie.



Personnellement si j’avais le choix de gagner 5 millions de dollars par ans ça ne me gênerais pas du tout de tailler une bonne grosse pipe baveuse à weinstein surtout que par la suite désolé de le dire mais elle ne font que vendre leur corps au plus offrant tout en montrant leur petite culotte sur les marches de cannes.



Lawl. C’est ca, que tu appelles “disposer”? Devoir accepter de se faire toucher par un gros porc pour qu’il ne casse pas définitivement ta carrière? C’est étrange, je n’ai pas du tout la même définition que toi du terme “diposer”…



Le 25/02/2018 à 09h 53

“Dans plus d’un 1 cas sur 2 lors de l’implantation d’un supermarché il y a eu corruption politique”



Et aujourd’hui la justice officielle s’intéresse plus au niveau de vie des gens au RSA, plutôt que des élus corrompus <img data-src=" />


Le 25/02/2018 à 10h 50







Patch a écrit :



Lawl. C’est ca, que tu appelles “disposer”? Devoir accepter de se faire toucher par un gros porc pour qu’il ne casse pas définitivement ta carrière? C’est étrange, je n’ai pas du tout la même définition que toi du terme “diposer”…





Non c’est deux chose totalement différente. Ce que je veut dire c’est qu’actuellement en france si tu veut lever une fille tu va devoir te sortir les doigts, sauf si tu fait partit du groupe fermé des kevin 1% ou c’est elle qui viendront te voir. Il y à des pays nordique ou c’est quasiment l’inverse.



Après concernant ce faire tripoter par un gros porc pour conserver un job ça ne devrait pas exister je pense que l’ont est tous d’accord avec ça. Mais il y à un gouffre entre une simple secrétaire qui ce fait harceler chaque jours pour un salaire de misère et une femme à qui ça arrivera qu’une fois, qui le sais à l’avance et qui avec un seul cachet sera à l’abri le reste de sa vie.



Des femmes qui je le rappelle encore une fois vendent chaque jours leur corps car c’est leur boulot et beaucoup abusent pour qu’ont parle d’elle, hop un bout de seins, hop une sexetape “leaké”…



Je ne parlerais pas aussi de ceux qui lèvent des femme à tire larigot parce qu’ils sont riche mais moche comme des poux et pas vraiment futés… Regarde la tronche de DSK ou de françois hollande par exemple. Il y à beaucoup d’hypocrisie la dedans.



«  

La sexualité des ados dans un monde numérique

 […]





Patch Abonné
Le 25/02/2018 à 17h 19







skankhunt42 a écrit :



Non c’est deux chose totalement différente. Ce que je veut dire c’est qu’actuellement en france si tu veut lever une fille tu va devoir te sortir les doigts, sauf si tu fait partit du groupe fermé des kevin 1% ou c’est elle qui viendront te voir.



Pour les lever, c’est simple : suffit d’avoir des bras assez costauds pour supporter leur poids, ou d’en prendre une petite légère. Je les lève aussi bien que je lève un sac de patates ou de ciment, je ne vois pas le problème, ni le rapport avec le fait qu’elles viennent me voir pour ca (d’ailleurs quel intérêt de se faire lever en l’air?).



Plus sérieusement, “lever une fille” c’est vraiment une expression de gros beauf de base. Je ne “lève” pas une fille, je la séduis. Et je n’ai pas besoin de faire partie de ce groupe fantasmé dont tu parles pour séduire naturellement… Ca m’arrive de temps à autre de le faire, depuis l’adolescence. Certes, pas les models de la Playboy Mansion ni celles connues qui vont dans les bras des footballeurs de L1. Mais ce n’est pas du tout le type de nanas que je cherche :)









skankhunt42 a écrit :



Au contraire c’est très très compliqué… Pour les hommes le sexe ce résume à ce que laissera faire la femme et pour les femmes ce qu’elle voudront bien laisser faire.



 &nbsp;       

&nbsp;






  Au risque de passer pour un sexiste c'est un des seul domaine ou l'homme domine la femme et c'est pour cela qu'elle ne veulent pas vraiment l'égalité des sexes. Si les femmes devaient "bosser" comme nous pour avoir un petit compliment gentil ou payer l'entrée en boite je pense que les femmes pourraient changer.        






  Ne soyez pas trop gentil avec les femmes sinon elle en voudront toujours plus et si c'est pas avec vous ça sera pour le suivant et ce n'est pas vraiment faire leur bonheur.








  À mon humble avis, c'est une question de point de vue : si l'individu mâle prend du recul sur son propre désir et s'intéresse au désir présent/instantanné de l'individu femelle qu'il a en face de lui, on retourne la problématique avec le désir féminin comme pivot de la réflexion.       

&nbsp;

En l'occurrence, si les hommes n'étaient pas autant sollicitant, les femmes seraient plus réceptives. Autrement-dit : que l'individu mâle cesse au premier abord de parler de son petit désir perso aux femmes (le faire quand la femme est désireuse, mais pas avant). Personne n'aimerait la glace au chocolat si on lui propose quotidiennement de la glace au chocolat. Celui/Celle qui doit "bosser", c'est celle/celui qui désire rendre l'autre désirant.