Publié dans Économie

24

Netflix licencie 300 personnes supplémentaires

Netflix licencie 300 personnes supplémentaires

Le spécialiste du streaming vidéo avait déjà licencié 150 personnes en mai, elle en renvoie désormais 300 de plus. Une deuxième vague de départs forcés faisant suite à une baisse du nombre d’abonnés.

Ces licenciements concernent la plupart des équipes et se concentrent sur les États-Unis. Pour Bao Nguyen, porte-parole de l’entreprise, il s’agit de réaligner les dépenses avec le chiffre d’affaires ralenti, comme il l’a expliqué à The Verge.

On ne sait pas si d’autres vagues de licenciements sont prévues.

24

Tiens, en parlant de ça :

La Section 702 de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (Foreign Intelligence Surveillance Act – FISA)

Aux USA, la surveillance des communications d’étrangers sans mandat (FISA) fait débat

Aller FISSA au Sénat

15:40 DroitSécu 1
logo apple en devanture de boutique

Apple autorise puis supprime un émulateur Game Boy sur iOS

Quel est ce phoque ?

14:09 Soft 15
Logo d'Android 14

Android 15 bêta : Wallet par défaut, sécurité des réseaux mobiles et Wi-Fi, bugs sur le NFC

Ce n’est PAS une révolution

11:15 Soft 5
24

Fermer

Commentaires (24)


Il vont nous faire une Nokia.


En tant qu’ancien client qui a déserté à cause de la baisse de qualité du contenu et de l’augmentation des tarifs, je serai tenté de dire qu’ils sont responsables de ce qui leur arrive.



Mais dans les faits, c’est bien plus compliqué.



Déjà parce qu’ils ont gagné des abonnés pendant la pandémie et qu’il était totalement prévisible qu’ils en perdraient une partie une fois que la situation serait revenue (presque) à la normale.
Ensuite parce que le marché a énormément évolué, là où ils étaient le seul vrai acteur il y a quelques années, aujourd’hui il y a de une vrai concurrence soutenue, qui leur a fait perdre une partie de leur catalogue et qui, via le système des abonnements sans engagement, incite à faire jouer la concurrence. Plutôt que d’être abonné à l’année, on s’abonne seulement quelques mois a une plateforme donnée pour en changer quand on a vu ce qu’on voulait y voir.
Également, la situation économique globale fait que les gens sont plus regardants sur leurs dépenses, surtout si elles ont tendance à augmenter.
Enfin, il ne fait aucun mystère que les tarifs pratiqués n’étaient pas viable sur le long terme, et que peu importe les stratégies d’investissement sur le contenu et sur la technique, ils allaient devoir augmenter leurs tarifs s’ils voulaient que l’entreprise perdure.


Je suis abonné à Netflix et je ne le regrette pas dans l’absolu. Ce que je regrette c’est leur politique d’abandon des séries au bout de leurs premières ou secondes saisons sans raisons vraiment connues. Netflix nous sort des nouvelles séries a plus soif sans se demander si leur abandon terminera l’arc narratif.


Stephane_A

Je suis abonné à Netflix et je ne le regrette pas dans l’absolu. Ce que je regrette c’est leur politique d’abandon des séries au bout de leurs premières ou secondes saisons sans raisons vraiment connues. Netflix nous sort des nouvelles séries a plus soif sans se demander si leur abandon terminera l’arc narratif.


C’est pas propre à eux. Proportionnellement parlant, je suis pas sûr qu’ils soient pire que d’autres sur ce point.
J’ai tellement la haine pour l’arrêt de Débris… NBC je crois.
Trop de potentiel et arrêt brutal en fin de saison 1.


Stephane_A

Je suis abonné à Netflix et je ne le regrette pas dans l’absolu. Ce que je regrette c’est leur politique d’abandon des séries au bout de leurs premières ou secondes saisons sans raisons vraiment connues. Netflix nous sort des nouvelles séries a plus soif sans se demander si leur abandon terminera l’arc narratif.


C’est pas les seuls, toutes ces plateformes tournent avec un business model “fast food” à pondre à la chaine des trucs standardisés et le plus souvent insipides.



Si ça ne rencontre pas tout de suite le succès escompté ça passe directement à la poubelle et on passe à la suivante, et comme les scénarios sont écrits avant les négociations de poursuite/arrêt on se retrouve avec des dizaines/centaines de séries qui s’arrêtent sur une histoire inachevée, et avec la manie de systématiquement terminer sur un bon gros clifhanger des familles pour te motiver à regarder la saison suivante, si elle existe un jour, le spectateur se retrouve régulièrement frustré.



Pour moi le gros problème de cette façon de fonctionner c’est que ça enferme dans une logique de production industrielle de “soupe” en excluant quasiment de fait les trucs un peu originaux ayant forcément un potentiel d’audience plus faible, ou qui au minimum risquent de mettre trop longtemps à rencontrer leur public (d’ailleurs je m’étonne toujours de l’apparition sur Amazon de trucs un peu décalés comme The Boys, Marvellous Mrs Maisel, Fleabag, The Expanse, et que chacune ai tenu/tienne encore, par contre j’ai toujours en travers par exemple l’arrêt prématuré de JCVD la série qui avec son crétinisme assumé avait du potentiel pour aller plus loin)


Comme je l’ai dis dans un commentaire il y à quelque temps il y à pas de recette magique. Si sur le long terme tu veut proposer du contenu et le rémunérer il y à pas d’autre choix que d’augmenter les tarifs.



Les autre plateforme ce prendront aussi un mur dans quelque temps.


Sur 8600 employés au total (d’après Wikipedia), ça fait 3.4%… pour ceux comme moi qui auraient bien aimé trouvé l’info dans la news.


Yep merci.



(reply:2078978:skankhunt42 )




Le gros problème de Netflix, c’est qu’ils ne font que du streaming vidéo. Les autres, genre Amazon Prime, Apple TV ou autres Disney+, ils ont tous autre chose sur quoi se reposer quand le streaming marche moins bien, donc ils sont beaucoup plus résilients. Netflix n’a rien d’autre, et du coup eux, c’est à court terme qu’ils se retrouvent forcés d’augmenter leurs tarifs ou de baisser la qualité…


Bien bien bien… Avec un tarif identique a celui de départ, j’aurais pas de squatters sur mon compte et il aurait 3 clients au lieu d’un.
Pour 13 de bennef en plus qu’actuellement et une consomation identique…
Reste a savoir si je suis une exception… Je ne le crois pas


Clairement pas, absolument tous les abonnés Netflix que je connais partagent leur compte soit à titre gracieux avec la famille et les amis proches soit dans le but de partager le coût de l’abonnement.
Le point commun c’est que parmi ceux qui bénéficient du partage gratuit dans le 1er cas et ceux qui n’en payent qu’une fraction dans le second très peu seraient près à payer plein pot un abonnement au tarif actuel (quelques uns étaient abonnés “en nom propre” au tarif de lancement et ont résiliés suite aux multiples augmentations)



Leur gros problème c’est qu’ils sont en train de se rendre compte que le coût réel du service qu’ils proposent (hors promotion de lancement pour gagner des parts de marché) dépasse le seuil psychologique qu’une grande partie de leurs clients est près à mettre pour se le payer, et pour le moment leur seule réponse pour tenter d’enrayer la chute c’est d’augmenter toujours plus leurs tarifs et de virer des employés.
Perso je ne vois pas bien comment ils vont pouvoir s’en sortir et je les vois mal barrés à moyen/long terme car comme tu dis contrairement à leurs concurrents eux n’ont rien à coté pour éponger les baisses de rentabilité/les pertes.


Guinnness

Clairement pas, absolument tous les abonnés Netflix que je connais partagent leur compte soit à titre gracieux avec la famille et les amis proches soit dans le but de partager le coût de l’abonnement.
Le point commun c’est que parmi ceux qui bénéficient du partage gratuit dans le 1er cas et ceux qui n’en payent qu’une fraction dans le second très peu seraient près à payer plein pot un abonnement au tarif actuel (quelques uns étaient abonnés “en nom propre” au tarif de lancement et ont résiliés suite aux multiples augmentations)



Leur gros problème c’est qu’ils sont en train de se rendre compte que le coût réel du service qu’ils proposent (hors promotion de lancement pour gagner des parts de marché) dépasse le seuil psychologique qu’une grande partie de leurs clients est près à mettre pour se le payer, et pour le moment leur seule réponse pour tenter d’enrayer la chute c’est d’augmenter toujours plus leurs tarifs et de virer des employés.
Perso je ne vois pas bien comment ils vont pouvoir s’en sortir et je les vois mal barrés à moyen/long terme car comme tu dis contrairement à leurs concurrents eux n’ont rien à coté pour éponger les baisses de rentabilité/les pertes.


Je m’en doute un peu, même constat pour les abonnements que je connais, a plusieurs dessus.
Et gare a eux si il y font la chasse au multicompte sans réduire les coût de compte : il me perdrait moi et les deux autres groupe d’utilisateur que je porte !


Guinnness

Clairement pas, absolument tous les abonnés Netflix que je connais partagent leur compte soit à titre gracieux avec la famille et les amis proches soit dans le but de partager le coût de l’abonnement.
Le point commun c’est que parmi ceux qui bénéficient du partage gratuit dans le 1er cas et ceux qui n’en payent qu’une fraction dans le second très peu seraient près à payer plein pot un abonnement au tarif actuel (quelques uns étaient abonnés “en nom propre” au tarif de lancement et ont résiliés suite aux multiples augmentations)



Leur gros problème c’est qu’ils sont en train de se rendre compte que le coût réel du service qu’ils proposent (hors promotion de lancement pour gagner des parts de marché) dépasse le seuil psychologique qu’une grande partie de leurs clients est près à mettre pour se le payer, et pour le moment leur seule réponse pour tenter d’enrayer la chute c’est d’augmenter toujours plus leurs tarifs et de virer des employés.
Perso je ne vois pas bien comment ils vont pouvoir s’en sortir et je les vois mal barrés à moyen/long terme car comme tu dis contrairement à leurs concurrents eux n’ont rien à coté pour éponger les baisses de rentabilité/les pertes.


“Leur gros problème c’est qu’ils sont en train de se rendre compte que le coût réel du service qu’ils proposent (hors promotion de lancement pour gagner des parts de marché) dépasse le seuil psychologique qu’une grande partie de leurs clients est près à mettre pour se le payer, “



As-tu des sources sur les structures de coût du service ?
Je serais curieux de voir pourquoi / comment ils font pour pas être rentables… Coût réel du transport de flux et d’hébergement des vidéos ? Licences d’exploitation de contenu tiers super lourdes ? Investissement dans le contenu original disproportionné par rapport aux vues ?
Je note en tout cas que comme d’hab la question des salaires des dirigeants n’est pas évoquée, qui sont pourtant censés être les responsables de la stratégie de la boîte, et dans responsables, y’a… Responsable.



Pour ma part, j’ai cessé l’abonnement Netflix quand mon budget s’est resserré. Et au final je m’en fous, il y a tellement de moyens de gaspiller son tempsde se cultiver par ailleurs entre livres, jeux vidéo, amazon prime, youtube… Plus tout ce qu’on peut faire en sortant de chez soi aussi en tout cas dans les grandes agglos (en cherchant un peu, on trouve toujours un ou deux trucs gratuits par semaine, et dans les métropoles on est plutôt sur plusieurs dizaines).



Je faisais partie de la (grande ?) minorité qui paye l’abonnement sans partager les coûts, de ce fait la deuxième augmentation a été celle qui me pousse dehors…


De toutes façons ils ont pas fini de morfler, avec l’augmentation générale du coût de l’énergie, des transports, de la bouffe, etc … “à cause de la guerre en Ukraine” (elle a bon dos la guerre …, avant c’était le Covid, y a toujours une bonne raison pour gonfler les marges) les services type Netflix vont clairement passer dans le groupe des “non essentiels” pour tous ceux qui vont devoir faire des arbitrages financiers pour essayer d’équilibrer autant que possible leur budget.



S’ils continuent à augmenter les prix et s’ils se lancent dans la chasse aux comptes partagés ça risque clairement d’être le début de la fin pour eux.


Certainement 300 mâles blancs cis hétéros, on connaît Netflix.


tu connais mal car la première vague c’était le contraire .. vu la gueule de leur série qui font pas de vues ils se sont pris un retour à la réalité du marché



(reply:2079150:phantom-lord)




Le truc c’est que contrairement aux autres, Netflix je les paie directement. Donc je prend ça directement comme un crachat à la gueule. Perso si madame ne s’en servait pas, j’aurai arrêté mon abonnement depuis bien longtemps.



D’ailleurs ça fait un bout de temps que j’ai décidé de ne regarder que des séries terminées. Quitte à attendre des années.


Ouais, je te comprend complètement !



Je deviens pareil que toi pour les séries. J’attends la fin. D’ailleurs les jeux j’y joue avec une génération de retard. Au moins le jeu est fini et jouable pour moins cher que le kit Ikea de base.



Guinnness a dit:


C’est pas les seuls, toutes ces plateformes tournent avec un business model “fast food” à pondre à la chaine des trucs standardisés et le plus souvent insipides.



Si ça ne rencontre pas tout de suite le succès escompté ça passe directement à la poubelle et on passe à la suivante, et comme les scénarios sont écrits avant les négociations de poursuite/arrêt on se retrouve avec des dizaines/centaines de séries qui s’arrêtent sur une histoire inachevée, et avec la manie de systématiquement terminer sur un bon gros clifhanger des familles pour te motiver à regarder la saison suivante, si elle existe un jour, le spectateur se retrouve régulièrement frustré.



Pour moi le gros problème de cette façon de fonctionner c’est que ça enferme dans une logique de production industrielle de “soupe” en excluant quasiment de fait les trucs un peu originaux ayant forcément un potentiel d’audience plus faible, ou qui au minimum risquent de mettre trop longtemps à rencontrer leur public (d’ailleurs je m’étonne toujours de l’apparition sur Amazon de trucs un peu décalés comme The Boys, Marvellous Mrs Maisel, Fleabag, The Expanse, et que chacune ai tenu/tienne encore, par contre j’ai toujours en travers par exemple l’arrêt prématuré de JCVD la série qui avec son crétinisme assumé avait du potentiel pour aller plus loin)




oui et tu as l’inverse aussi parfois, avec Disney qui parle de prolonger la série Obiwan Kenobi qui est une grosse merde par rapport à ce que la franchise vaut.


Si tu parles de la franchise StarWars dans son ensemble pour moi elle ne vaut de toutes façons plus grand chose depuis qu’elle a été reprise par Disney et sa machine à présurer jusqu’à la dernière goutte de pognon, comme ils le font avec toutes les licences qu’ils rachètent (Marvel et cie).



Disney c’est des anti alchimistes, une parfaite machine à transformer l’or en merde par la multiplication des séries/films/spinoffs/etc … tous azimuts avec à chaque fois à peu près autant de contenu qu’un épisode d’une télé débilité quelconque sur NRJ12 …


Vos commentaires sur Netflix et son coût sont un peu biaisés ; je m’explique.
En France la TV est gratuite et la pub maitrisée, donc ça reste une concurrence.
Pas aux USA, ni au Canada (à part une poignée de chaines misérables, genre Assemblée Nationale, qu’on ne peut recevoir qu’avec un rateau sur le toit) : il faut s’abonner au câble et c’est cher (environ 45€/mois pour 10 chaines). Et il faut se taper de la pub à n’en plus finir.
Dans ce contexte, Netflix reste très compétitif (Amérique du Nord=~ 40% des abos), même avec les augmentations de tarif, même avec un abonnement internet aussi super cher qu’il faut ajouter, mais ce dernier est devenu prioritaire et indispensable.



Aloyse57 a dit:


En France la TV est gratuite et la pub maitrisée, donc ça reste une concurrence.




:non:
C’est + de 10€ par mois la redevance par chez nous
:francais:


C’est fini la redevance a priori : à voir si c’est bien voté dans la loi de finance.



Guinnness a dit:


C’est pas les seuls, toutes ces plateformes tournent avec un business model “fast food” à pondre à la chaine des trucs standardisés et le plus souvent insipides.




Vu ce que j’ai entendu de l’arrêt de Plus belle la vie, ça n’a rien de spécifique aux plateformes.
Je dirais même que c’est commun à toutes les productions, y compris hors media.
Au bout d’un moment le produit lasse, ou après son lancement il ne convainc pas suffisamment pour atteindre le seuil de rentabilité.
Il y a une grosse dizaine d’années, un confiseur avait lancé un chewing gum orange-gingembre. J’adorais, je devais être le seul…