Publié dans Économie

11

Airbus et Twitter chutent en bourse

Airbus et Twitter chutent en bourse

La journée d'hier a été rude pour les deux sociétés. L'action du réseau social a perdu plus de 10 % juste après l'ouverture de la bourse jeudi matin, passant de 32 dollars à moins de 29 dollars.

Reuters explique que cette importante baisse arrive « après la publication d’un rapport d’Amnesty International montrant que de nombreux tweets publiés sur le site de microblogging sont injurieux et sexistes ».

Chez Airbus, les causes sont différentes : la justice américaine rejoint celle de plusieurs pays européens et enquête sur des « soupçons de corruption », comme l'expliquent nos confrères. L'action a perdu jusqu'à 6 %, avant de se ressaisir un peu pour limiter la casse à 3 % seulement (83 dollars hier à la clôture, contre 85 dollars en début de séance).

11

Tiens, en parlant de ça :

L’entreprise MariaDB pourrait être rachetée

Fork le phoque ?

17:38 Éco 8
Dessin de Flock remplaçant les anneaux olympiques par des caméras de vidéosurveillance

« Vidéoprotection » : le ministère de l’Intérieur triple les subventions en prévision des JO

Plus vite, plus haut, plus fort…

16:21 ÉcoSécu 12
une jeune fille en filme une autre en train de danser avec un smartphone

Else, une application pour aider les familles à gérer le temps d’écran des enfants

Steuplait steuplait steuplait !

12:01 Société 24
11

Commentaires (11)


Le 21/12/2018 à 09h 55

D’un part on a un classique d’internet, le truc auquel on ne pourra jamais échapper : les propos injurieux, -10%.

Soupçon de corruption, -6%.



L’humanité.


Le 21/12/2018 à 10h 09

Twitter souffre de plusieurs maux, qui lui seront peut-être fatal sans réaction de la plateforme. D’abord la limite de 140 caractère (qui fût plus longtemps en vigueur que la limite actuelle de 280) a engendré cette ambiance de “caca nerveux” typique de cette plateforme. Ensuite, les jeunes ont pas mal investi ce site, et comme ils ne connaissent que la culture de la confrontation, cela transparait dans leurs échanges en ligne (la culture mainstream est aujourd’hui très marquée par la violence, ce qui a forcément un impact sur les comportements). Enfin, la personnalisation des contenus tend à enfermer les individus dans leur bulle, ce qui conduit à une polarisation des idées (c’est à dire une forme de radicalité). Ainsi ne pas être d’accord avec une féministe c’est être sexiste, avec un musulman c’est être islamophobe, avec un gauchiste c’est être un fasciste rappelant les autres les plus sombres de l’histoire, avec un vegan c’est être un monstre.



Et je ne parle même pas des bots, du militantisme provocateur pour mieux se victimiser ensuite, des fake news, etc… Bref, pour moi ce site est en train d’imploser.


Le 21/12/2018 à 11h 06







Kevsler a écrit :



D’un part on a un classique d’internet, le truc auquel on ne pourra jamais échapper : les propos injurieux, -10%.





surtout que bon, tout le monde était déjà au courant.



me demande combien perdrai google si Amnesty lisait les commentaires youtube <img data-src=" />



Le 21/12/2018 à 13h 20

On ne peut… que spéculer <img data-src=" />


Le 21/12/2018 à 13h 46

Il faut attendre un rapport d’Amnesty International pour que les gros pontes de la finance découvrent enfin plus d’une décennie plus tard que Twitter est toxique !


Mihashi Abonné
Le 21/12/2018 à 13h 46

Tout le monde était déjà au courant, mais vu que les bots des marchés financiers sont réglés pour réagir à la moindre actualité, ça donne n’importe quoi…


Le 21/12/2018 à 14h 32

Et Boeing rien ?

Bizarre


Le 22/12/2018 à 04h 38

Qu’est ce que ça va être quand&nbsp;Amnesty International va révéler&nbsp;que 80% du trafic&nbsp;de Snapchat est constitué de photos de pénis ….


Le 24/12/2018 à 12h 50







near667 a écrit :



Qu’est ce que ça va être quand&nbsp;Amnesty International va révéler&nbsp;que 80% du trafic&nbsp;de Snapchat est constitué de photos de pénis ….





Attends qu’ils apprennent l’existence de chatroulette <img data-src=" />



yvan Abonné
Le 31/12/2018 à 09h 58

Ben en l’occurrence ce serait plutôt facteur de croissance alors que les propos agressifs sur les minorités ça signifie à terme que la plate forme ne peut pas beaucoup croitre hors de son public d’origine et donc gagner plus d’argent et donc en rapporter plus.



Concernant twitter ça parait cohérent que s’ils abordent la zone “beauf” où le tout venant s’inscrit avec les mêmes mécanismes de non modération que quand twitter était utilisé par des CSP+ et des journalistes ils vont se payer le mur de la connerie humaine en pleine face.


yvan Abonné
Le 31/12/2018 à 10h 00

Si tu considères que les critères d’Amnesty pour évaluer ce qui est sexiste raciste etc. sont mauvais il serait bien d’avoir une source sur ces critères et d’étayer un peu le propos critique.



Là c’est un peu léger je trouve de balancer des généralités sans autre forme d’argumentation que ta propre subjectivité sur “les méchants extrémistes qui rigolent pas à l’humour dominant”…



Quand je lis çahttps://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/12/18/harcelement-des-femmes-sur-twit…

Je n’ai aucun doute sur la véracité du pb perso. A toi de démontrer le contraire.