Aurore Market veut proposer la livraison de produits dans des contenants réutilisables

Aurore Market veut proposer la livraison de produits dans des contenants réutilisables

Bio et équitables de surcroît

Avatar de l'auteur

Sébastien Gavois

Publié dansInternet

09/03/2020
21
Aurore Market veut proposer la livraison de produits dans des contenants réutilisables

Aurore Market est un revendeur spécialisé dans les produits « bio » qui s'est donné un objectif, inhabituel dans l'ecommerce français : proposer des consignes réutilisables pour « réduire de façon significative l’usage du plastique ». Pour y parvenir, elle mise sur une campagne de financement participatif. Elle nous livre quelques détails sur ce projet.

Aurore Market est une jeune société française fondée il y a plus de trois ans qui s’est fixée pour but de « rendre accessible la consommation de produits issus de l’agriculture biologique à un maximum de familles ».

Une promesse dans l'air du temps, que l'on retrouve chez de nombreux acteurs de la vente en ligne ou physique. Pour se démarquer, et surtout tenter de fidéliser ses clients, l’équipe met en avant deux différences : des réductions à ses « adhérents » et bientôt des contenants réutilisables en acier inoxydable pour l’envoi de certains produits.

Une offre adhérent pour baisser les prix, « sans rogner sur la marge des producteurs »

Contre un abonnement mensuel de 5 euros par mois (60 euros par an), elle permet d’obtenir des remises allant de « 25 à 50 % sur tous les produits toute l’année ». En plus de proposer 30 jours d’essai gratuits, l’entreprise s’engage : « si vous n’économisez pas au moins le montant de votre adhésion à la fin de l’année, nous vous offrons la différence en bons d’achat ».

Selon la société, cette technique permet de simplifier son modèle économique et de réduire ses coûts marketing, « sans rogner sur la marge des producteurs » s’empresse-t-elle d’ajouter. Comme Amazon avec Prime ou Cdiscount avec À Volonté (pour ne citer que ces deux exemples), il s’agit avant tout de fidéliser les clients qui auront probablement moins envie de regarder ailleurs pour « rentabiliser » leur abonnement. 

Les frais de port ne sont par contre pas systématiquement offerts : il faut dépenser au moins 49 euros lors de la commande pour qu’ils soient gratuits, en relais colis. À domicile, il vous en coutera entre 1 et 8,90 euros selon le poids.

Engagée dans le « bio » et autres thématiques présentées comme des « valeurs » sur son site mêlant végane, sans lactose, sans gluten, cru, zéro déchet, filière courte, etc. Aurore Market veut franchir un nouveau cap en proposant des contenants réutilisables pour la vente de certains produits, à la manière de consignes.

But de l’opération : « Réduire de façon significative l’usage du plastique »

Ce projet a donc pour but de limiter autant que possible l’usage du plastique pour les emballages et l’expédition de certains produits. Facturées trois euros pièce pour une capacité d’un litre et deux euros pour un demi-litre, les boîtes sont facturées lors de la commande, puis remboursées lorsque vous les retournez.

Une pratique courante dans certains pays, mais assez peu développée en France. Les contenants sont ensuite réutilisés par Aurore Market pour l’expédition de produits à d’autres clients (ils sont évidemment nettoyés avant d’être rechargés). La société a décidé de passer par des contenants en acier inoxydable – utilisé pour des boîtes de conserve depuis plus de 200 ans – présentant deux avantages principaux par rapport à du verre : ils sont plus légers et plus résistants.

Aurore Market UluleAurore Market Ulule

40 réutilisations, mais « ce chiffre est amené à changer »

Autre avantage : l’acier inoxydable serait bien mieux recyclable que le plastique. Aurore Market affirme que « 25 % seulement des déchets plastiques » en France serait recyclé, le reste serait envoyé à la décharge. Mais qu’en est-il de l’acier ?

En se basant sur une étude de Citeo, entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers, la boutique en ligne nous explique que « la filière inox en France est une des filières les plus efficaces. Contrairement au plastique, le taux de collecte et recyclage de l'inox est extrêmement élevé (proche de 100 % vs 4 % pour les emballages plastiques...) ».

À l'inverse, ces consignes ne peuvent être réutilisés qu’une quarantaine de fois, reconnaît l'équipe. Interrogée sur ce chiffre, elle nous explique s’être basé « sur le nombre de réutilisations des systèmes de consignes actuels », mais ajoute que « ce chiffre est amené à changer en fonction des résultats de la mise en production » suite à la campagne de financement participatif. Cette dernière, lancée sur Ulule et se terminant demain, est déjà un succès. 

Point relais pour les retours, le transporteur reste à définir

Pour le reste pas de changement dans les habitudes : la livraison se fait à domicile ou en point relais. Les contenants consignés seront à déposer dans un point relais pour qu’ils soient retournés à Aurore Market. Interrogée sur le choix du transporteur, la jeune entreprise nous confirme qu'il n’est pas encore acté et des négociations sont encore en cours.

Elle ajoute qu’il n’y aura pas de délai pour retourner les boîtes vides consignées : le montant correspondant aux consignes sera simplement remboursé aux clients « au moment du renvoi ». Sachez enfin que le coût de « retour des consignes [est] pris en compte dans le prix de base ».

Aurore Market Ulule

Les contreparties de la campagne de financement

Huit paliers sont proposés, avec des noms choisis dans la liste des espèces marines en voie de disparition selon le Fonds Mondial pour la Nature (WWF). Le premier à 10 euros permet simplement d’avoir un remerciement sur le Hall of Fame dans l'entrepôt d'Aurore Market.

Les suivants vous permettant de constituer un « panier vrac bio à constituer parmi les produits disponibles, livrés en consignes » d’un montant supérieur à celui investit dans la campagne : 40 euros d’achats sur la boutique en ligne pour le palier à 30 euros par exemple. Une offre intéressante pour les clients de l’enseigne. 

À partir de 90 euros, une adhésion ou une prolongation d’un an est offerte (d’une valeur de 60 euros pour rappel), toujours avec des achats sur la boutique pour un montant supérieur (300 euros pour le palier à 200 euros par exemple). Enfin, le palier à 1 000 euros vous propose une adhésion « à vie », des achats sur la boutique en ligne pour un montant de 620 euros « seulement » et une visite des entrepôts de la société en voiture électrique (Zoé) avec les cofondateurs.

Un second emploi et une ensacheuse double

Avec plus de 36 000 euros sur les 20 000 demandés et 495 contributeurs pour le moment, l'équipe vise son second palier à 40 000 euros. S’il est atteint, le nombre de produits éligibles à la vente dans des boîtes consignées passera de 100 à 150 et un second emploi sera créé. Une ensacheuse double sera également achetée.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une « machine qui permettra d'aller deux fois plus vite [que l’ensacheuse simple actuellement utilisée, ndlr] sur la mise en contenants des produits ». Les prochains paliers sont à 100 000 euros avec notamment quatre emplois et des sacs de livraison dédiée, puis 200 000 euros avec une machine à vrac liquide (entre autres), mais ils semblent bien plus difficilement accessibles compte tenu du délai avant la fin de la campagne.

21
Avatar de l'auteur

Écrit par Sébastien Gavois

Tiens, en parlant de ça :

Carte graphique AMD GeForce

Cartes graphiques : 30 ans d’évolution des GPU

Ha… la bonne époque d’un CF de 4870 X2 !

18:10 Hard 12

Google lance son opération de communications Gemini pour rivaliser avec OpenAI

Preprint not PR-print

17:31 IA 5
Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

LoL Micro$oft

16:33 Soft 25

Sommaire de l'article

Introduction

Une offre adhérent pour baisser les prix, « sans rogner sur la marge des producteurs »

But de l’opération : « Réduire de façon significative l’usage du plastique »

40 réutilisations, mais « ce chiffre est amené à changer »

Point relais pour les retours, le transporteur reste à définir

Les contreparties de la campagne de financement

Un second emploi et une ensacheuse double

Carte graphique AMD GeForce

Cartes graphiques : 30 ans d’évolution des GPU

Hard 12

Google lance son opération de communications Gemini pour rivaliser avec OpenAI

IA 5
Ecran bleu de Windows

Linux : le composant systemd se dote d’un écran bleu de la mort

Soft 25
Une petite fille en train d'apprendre à programmer et hacker logiciels et appareils électroniques

Un roman graphique explique les logiciels libres aux enfants

SoftSociété 17
Nouveautés pour Messenger

Meta lance (enfin) le chiffrement de bout en bout de Messenger, entre autres

Socials 5

#LeBrief : cloud européen, OSIRIS-REx a frôlée la catastrophe, CPU AMD Ryzen 8040

Windows en 2024 : beaucoup d’IA, mais pas forcément un « 12 »

Soft 18
Einstein avec des qubits en arrière plan

Informatique quantique, qubits : avez-vous les bases ?

HardScience 9
Notifications iPhone

Surveillance des notifications : un sénateur américain demande la fin du secret

DroitSécu 15

En ligne, les promos foireuses restent d’actualité

DroitWeb 19

#LeBrief : modalité des amendes RGPD, cyberattaque agricole, hallucinations d’Amazon Q, 25 ans d’ISS

Logo Twitch

Citant des « coûts prohibitifs », Twitch quitte la Corée du Sud

ÉcoWeb 29
Formation aux cryptomonnaies par Binance à Pôle Emploi

Binance fait son marketing pendant des formations sur la blockchain destinées aux chômeurs

Éco 10
Consommation électrique du CERN

L’empreinte écologique CERN en 2022 : 1 215 GWh, 184 173 teqCO₂, 3 234 Ml…

Science 6
station électrique pour voitures

Voitures électriques : dans la jungle, terrible jungle, des bornes de recharge publiques

Société 75

#LeBrief : intelligence artificielle à tous les étages, fichier biométrique EURODAC

KDE Plasma 6

KDE Plasma 6 a sa première bêta, le tour des nouveautés

Soft 13
Un homme noir regarde la caméra. Sur son visage, des traits blancs suggèrent un traitement algorithmique.

AI Act et reconnaissance faciale : la France interpelée par 45 eurodéputés

DroitSociété 4
Api

La CNIL préconise l’utilisation des API pour le partage de données personnelles entre organismes

SécuSociété 3
Fouet de l’Arcep avec de la fibre

Orange sanctionnée sur la fibre : l’argumentaire de l’opérateur démonté par l’Arcep

DroitWeb 23
Bombes

Israël – Hamas : comment l’IA intensifie les attaques contre Gaza

IA 22

#LeBrief : bande-annonce GTA VI, guerre électronique, Spotify licencie massivement

Poing Dev

Le poing Dev – Round 7

Next 102
Logo de Gaia-X sour la forme d’un arbre, avec la légende : infrastructure de données en forme de réseau

Gaia-X « vit toujours » et « arrive à des étapes très concrètes »

WebSécu 6

Trois consoles portables en quelques semaines

Hard 37
Une tasse estampillée "Keep calm and carry on teaching"

Cyberrésilience : les compromis (provisoires) du trilogue européen

DroitSécu 3

#LeBrief : fuite de tests ADN 23andMe, le milliard pour Android Messages, il y a 30 ans Hubble voyait clair

next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

Commentaires (21)


vaneck Abonné
Le 09/03/2020 à 15h11

une visite des entrepôts de la société en voiture électrique> c’est clair que pour traverser un entrepot, faut le faire au moins en voiture. C’est pas tres 2.0 les jambes.
 Tout ca pu le greenwashing. Si l’on prend en compte toute la logistique du transport mis en oeuvre, y a de forte probabilités que le resultat soit pire en dépense energétique que de l’emballage jetable léger.


Jarodd Abonné
Le 09/03/2020 à 15h33

Où est la plus-value par rapport à acheter sa boite en inox et l’amener à son magasin bio, voire sa grande surface (où il y a de plus en plus de vrac) ? Ah oui, ça évite de sortir de chez soi, c’est très tendance en ce moment.
 
Sinon je ne comprendrai jamais l’intérêt de devoir payer un abonnement pour accéder à des réductions… Comme ces magasins de fringues qui vont payer leur carte de fidélité. Ainsi on se sent obligé d’acheter pour rentabiliser l’achat, sans forcément en avoir le besoin. Et ça c’est très bon pour la planète !


dvr-x Abonné
Le 09/03/2020 à 16h02






vaneck a écrit :

une visite des entrepôts de la société en voiture électrique> c’est clair que pour traverser un entrepot, faut le faire au moins en voiture. C’est pas tres 2.0 les jambes.
 Tout ca pu le greenwashing. Si l’on prend en compte toute la logistique du transport mis en oeuvre, y a de forte probabilités que le resultat soit pire en dépense energétique que de l’emballage jetable léger.


C’est vraiment critiquer pou critiquer…
Une boite qui a des voitures électriques à dispo pour ces commerciaux ou autres, il y en a plein. Il suffit d’ouvrir le rideau et d’entrer en voiture dans le dépôt.
 

Jarodd a écrit :

Où est la plus-value par rapport à acheter sa boite en inox et l’amener à son magasin bio, voire sa grande surface (où il y a de plus en plus de vrac) ? Ah oui, ça évite de sortir de chez soi, c’est très tendance en ce moment.


 C’est vrai, on devrait fermer toutes les boutiques en ligne :) Aucun intérêt…



Jarodd Abonné
Le 09/03/2020 à 16h19






dvr-x a écrit :

 C’est vrai, on devrait fermer toutes les boutiques en ligne :) Aucun intérêt…


Bel épouvantail <img data-src=" />



dvr-x Abonné
Le 09/03/2020 à 16h25






Jarodd a écrit :

Bel épouvantail <img data-src=" />


Merci&nbsp;<img data-src=" />



jpaul Abonné
Le 09/03/2020 à 16h33






Jarodd a écrit :

Sinon je ne comprendrai jamais l’intérêt de devoir payer un abonnement pour accéder à des réductions… Comme ces magasins de fringues qui vont payer leur carte de fidélité. Ainsi on se sent obligé d’acheter pour rentabiliser l’achat, sans forcément en avoir le besoin. Et ça c’est très bon pour la planète !


En fait je me dit que pourquoi pas si ça remplaçait totalement la marge distributeur. Ce serait assez innovant.

Je serai près à payer mettons 10€/mois si en échange 100% du prix de ce que j’achète va au producteur. Ainsi le magasin n’aurait qu’à se concentrer sur l’aspect service (logistique des consignes, …) et pas le métier de vente.

Ce serait même pour moi une phylosophie hyper écolo que de décorréler totalement leur source de revenus de leur chiffre de ventes. Ce qui rendrait complètement caduque toute tentation de manipulation marketing conçue pour pousser à l’achat.

Mais ça n’a pas l’air d’être ce qui est proposé.



Patatt Abonné
Le 09/03/2020 à 16h47






Jarodd a écrit :

Où est la plus-value par rapport à acheter sa boite en inox et l’amener à son magasin bio, voire sa grande surface (où il y a de plus en plus de vrac) ? Ah oui, ça évite de sortir de chez soi, c’est très tendance en ce moment. &nbsp;&nbsp;

Pour ma part, il n’y a pas de magasin bio proche de chez moi, donc impossible de faire cette démarche, et comme je n’ai pas de voiture, je vais au plus proche pour faire les courses.
Le carrefour à coté de chez moi a supprimé de son rayon bio (fort petit) la partis achat en vrac où il était effectivement possible d’apporter son contenant.



wanou2 Abonné
Le 09/03/2020 à 17h19






jpaul a écrit :

En fait je me dit que pourquoi pas si ça remplaçait totalement la marge distributeur. Ce serait assez innovant.

Je serai près à payer mettons 10€/mois si en échange 100% du prix de ce que j’achète va au producteur. Ainsi le magasin n’aurait qu’à se concentrer sur l’aspect service (logistique des consignes, …) et pas le métier de vente.

Ce serait même pour moi une phylosophie hyper écolo que de décorréler totalement leur source de revenus de leur chiffre de ventes. Ce qui rendrait complètement caduque toute tentation de manipulation marketing conçue pour pousser à l’achat.

Mais ça n’a pas l’air d’être ce qui est proposé.



La marge brute dans la grande distribution c’est 20% (un peu plus dans la grande distribution bio) et dans le commerce bio c’est plus aux alentours de 35%. Alors 10 euros par mois ça va être compliqué à rentabiliser une entreprise.



yapa69
Le 09/03/2020 à 19h43

je cherchais le logo publireportage et en fait je ne l’ai pas trouvé…


David_L Abonné
Le 10/03/2020 à 04h11

Parce que ça n’en est pas un ;)&nbsp;


jpaul Abonné
Le 10/03/2020 à 07h08






wanou2 a écrit :

La marge brute dans la grande distribution c’est 20% (un peu plus dans la grande distribution bio) et dans le commerce bio c’est plus aux alentours de 35%. Alors 10 euros par mois ça va être compliqué à rentabiliser une entreprise.


Dans ce cas là il ne faut pas tenir compte de mon estimation sur l’abonnement. Les gens qui ont la possibilité de manger bio paient déjà beaucoup plus cher.

Ce que je dit marche aussi avec 30 ou 50€/mois. Beaucoup seraient prêts à payer ce prix pour avoir du bio « au prix du supermarché ».

Ensuite les marges de la grande distribution sont énormes parce qu’elles ont une logistique énorme à financer, des milliers d’employés, dépendent de leurs ventes à des prix toujours plus bas donc ont aussi d’énormes coûts de négociation d’un côté et de marketing de l’autre.



wanou2 Abonné
Le 10/03/2020 à 08h15






jpaul a écrit :

Dans ce cas là il ne faut pas tenir compte de mon estimation sur l’abonnement. Les gens qui ont la possibilité de manger bio paient déjà beaucoup plus cher.

Ce que je dit marche aussi avec 30 ou 50€/mois. Beaucoup seraient prêts à payer ce prix pour avoir du bio «&nbsp;au prix du supermarché&nbsp;».

Ensuite les marges de la grande distribution sont énormes parce qu’elles ont une logistique énorme à financer, des milliers d’employés, dépendent de leurs ventes à des prix toujours plus bas donc ont aussi d’énormes coûts de négociation d’un côté et de marketing de l’autre.



A prix égal payé au producteur, tu auras toujours des prix plus bas dans la grande distribution. Vers chez moi il y a pas mal de producteurs/vendeurs. Les grandes surfaces locales jouent le jeux (surtout les enseignes d’indépendants) et plusieurs petits producteurs (produits laitiers, maraîchers, charcuteries, …) m’expliquaient qu’ils gagnaient plus d’argent en vendant à la grande distribution qu’en vendant dans les circuits courts ou bien en faisant de la vente directe (à prix final identique).

Bien sur, c’est applicable dans une région un peu reculée dans laquelle l’écosystème fait qu’il y a un vrai soutien de la grande distri pour les producteurs locaux (respect du coût de production, respect du tarif de vente consommateur, ….)



tpeg5stan Abonné
Le 10/03/2020 à 08h38

Effectivement, vu les prix et le positionnement, ils peuvent se permettre le lancement de ce mode de livraison.

À voir s’ils réussiront à industrialiser le processus et faire baisser les coûts, pour que ça puisse s’adopter plus largement.

édit : dans la partie santé il y a des produits qui n’ont rien à y faire, c’est pas possible, ça pue la pseudo-science à 15 bornes


jpaul Abonné
Le 10/03/2020 à 09h20






wanou2 a écrit :

A prix égal payé au producteur, tu auras toujours des prix plus bas dans la grande distribution. Vers chez moi il y a pas mal de producteurs/vendeurs. Les grandes surfaces locales jouent le jeux (surtout les enseignes d’indépendants) et plusieurs petits producteurs (produits laitiers, maraîchers, charcuteries, …) m’expliquaient qu’ils gagnaient plus d’argent en vendant à la grande distribution qu’en vendant dans les circuits courts ou bien en faisant de la vente directe (à prix final identique).

Bien sur, c’est applicable dans une région un peu reculée dans laquelle l’écosystème fait qu’il y a un vrai soutien de la grande distri pour les producteurs locaux (respect du coût de production, respect du tarif de vente consommateur, ….)

Intéressant je ne savais pas.

C’est vrai qu’on a tendance à oublier que les GS de campagne sont souvent des indépendants et “peuvent” avoir plus d’éthique. C’est moins vrai pour les GS de cantre commerciaux qui sont souvent détenues par des financiers ou des promoteurs immobiliers (ou par l’enseigne elle même).



alliocha1805
Le 10/03/2020 à 09h58






tpeg5stan a écrit :

Effectivement, vu les prix et le positionnement, ils peuvent se permettre le lancement de ce mode de livraison.

À voir s’ils réussiront à industrialiser le processus et faire baisser les coûts, pour que ça puisse s’adopter plus largement.

édit : dans la partie santé il y a des produits qui n’ont rien à y faire, c’est pas possible, ça pue la pseudo-science à 15 bornes


Je suis allé voir et effectivement c’est effarant après c’est pas étonnant non plus : l’écologie politique / le bio et les pseudo science “naturelles” ont toujours été très proche sur un paradigme “d’appel à la nature” toujours aussi con

Le pire c’est que quand tu explique que c’est quand même mieux pour la santé et la planète d’être rationnel et d’écouter des scientifiques on t’envoi chier en disant que t’es un vendu aux labos / au scientisme / au gouvernement alors que ton but est justement d’atteindre leur objectif mais de manière plus rapide et efficace -___-



tpeg5stan Abonné
Le 10/03/2020 à 10h53

Je sais malheureusement.

Et là encore c’est les élections, je croise des militants escrologistes et les animalistes qui n’ont jamais su reconnaître un pissenlit d’un sapin, n’ont jamais bossé dans une ferme et n’ont jamais planté un arbre te parlent de choses qu’ils ne connaissent pas.
« on va planter tant d’arbres dès qu’ont est élus » « à deux mètres par deux mètres ça fait tant d’hectares, il n’y a pas la place dans la commune » « ah oui, tiens » « et au fait, planter en avril-mai quand la sève a déjà monté c’est s’assurer que ton arbre va mourir, il faut faire ça en hiver » « ah bon ? »
« on est pour la biodiversité » « vous allez faire quoi contre les chats harets qui sont dans cette commune la principale menace ? » « oh mais les chats c’est mignon. »

(dialogues inventés mais inspirés de faits réels)

J’ai l’impression que l’écologie c’est comme la xénophobie ou le racisme : c’est les gens qui n’ont jamais vu d’étrangers qui votent le plus extrême droite, et les gens qui n’ont jamais vu une vache qui votent écolo.

(À l’exception sans doute des Corses qui ont une alliance régionalistes/écolos)


alliocha1805
Le 10/03/2020 à 11h00






tpeg5stan a écrit :

Je sais malheureusement.

Et là encore c’est les élections, je croise des militants escrologistes et les animalistes qui n’ont jamais su reconnaître un pissenlit d’un sapin, n’ont jamais bossé dans une ferme et n’ont jamais planté un arbre te parlent de choses qu’ils ne connaissent pas.
« on va planter tant d’arbres dès qu’ont est élus » « à deux mètres par deux mètres ça fait tant d’hectares, il n’y a pas la place dans la commune » « ah oui, tiens » « et au fait, planter en avril-mai quand la sève a déjà monté c’est s’assurer que ton arbre va mourir, il faut faire ça en hiver » « ah bon ? »
« on est pour la biodiversité » « vous allez faire quoi contre les chats harets qui sont dans cette commune la principale menace ? » « oh mais les chats c’est mignon. »

(dialogues inventés mais inspirés de faits réels)

J’ai l’impression que l’écologie c’est comme la xénophobie ou le racisme : c’est les gens qui n’ont jamais vu d’étrangers qui votent le plus extrême droite, et les gens qui n’ont jamais vu une vache qui votent écolo.

(À l’exception sans doute des Corses qui ont une alliance régionalistes/écolos)


Ya même encore pire comme sujet pour voir qu’il n’y a aucune logique : le nucléaire&nbsp;

Les écolos disent depuis toujours “faut écouter le GIEC pour sauver la planète” ==&gt; Le GIEC dit que globalement le nucleaire est une des solutions a court terme et moyen terme (mais pas long terme) pour réduire les émissions de CO2 ==&gt; Les écolos “LALALALALA J’AI RIEN ENTENDU !!!” -___- * facepalm*

Pour en revenir au site d ela news ==&gt; ca pue quand même le greenwashing attrape bobo basique :s (et pourtant je suis une saloperie de bobo parisien donc je suis dans la cible)



tpeg5stan Abonné
Le 10/03/2020 à 11h04

Oui, hélas


Meptalon
Le 10/03/2020 à 14h12

je confirme aussi. Ça sent surtout les “grandes idées” kickstarter qui se terminent au bout de quelques mois avec le pognon dépensé et aucun résultat concret…


spidermoon Abonné
Le 11/03/2020 à 10h30

En ce moment, les conteneurs réutilisables ou les contenant en vrac ou tout le monde se sert n’ont pas vraiment le vent en poupe <img data-src=" />


David_L Abonné
Le 12/03/2020 à 05h25






spidermoon a écrit :

En ce moment, les conteneurs réutilisables ou les contenant en vrac ou tout le monde se sert n’ont pas vraiment le vent en poupe <img data-src=" />


<img data-src=" />