Les pistes de sénateurs pour réduire l’empreinte environnementale du numérique

Les pistes de sénateurs pour réduire l’empreinte environnementale du numérique

Une volée de bois vert

Avatar de l'auteur
Marc Rees

Publié dans

Droit

15/10/2020
48

Les pistes de sénateurs pour réduire l’empreinte environnementale du numérique

La proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France a été déposée au Sénat. Elle prévoit une série de dispositions, parmi elles une lutte aiguisée contre l’obsolescence programmée, l’interdiction des forfaits illimités ou des vidéos automatiquement jouées.

Après un rapport publié au début de l'été, qui s'était déjà fait remarquer, les sénateurs Patrick Chaize, Guillaume Chevrollier, Jean-Michel Houllegate et et Hervé Mauray jugent « urgent de se pencher sur la pollution engendrée par ce secteur du numérique ». À l’index, notamment la croissance exponentielle de la consommation des données mobiles en 4G. Mais le texte déposé hier au Sénat comprend de nombreuses dispositions.

Certaines veulent agir en amont. Par exemple, la proposition prévoit que les formations d’ingénieurs en informatique seraient à l’avenir enrichies « d’une attestation de compétences acquises en écoconception logicielle ». Plus tôt, dans les écoles, la formation des élèves comporterait « une sensibilisation à l’impact environnemental du numérique ainsi qu’un volet relatif à la sobriété numérique. »

Dans son volet fiscal, elle propose de créer un crédit d’impôt de 50 % des dépenses engagées notamment pour « l’acquisition d’équipements numériques reconditionnés, issus d’activités de préparation à la réutilisation et au réemploi ». L’article 14 envisage aussi de réduire le taux de TVA « sur la réparation de terminaux et l’acquisition d’objets électroniques reconditionnés pour limiter les achats neufs ».

L’idée ? Jouer sur le prix pour soutenir cette activité. Une proposition similaire, portée par une quarantaine de députés de la majorité, avait été retoquée en 2018 au nom du « principe de neutralité fiscale ». Elle était même jugée « coûteuse pour les finances publiques au regard des biens concernés » sans pour autant d'« effet sur le prix supporté par le consommateur, les marges étant fixées librement par les opérateurs économiques ».

Le gouvernement y sera-t-il plus sensible cette fois ?

La loi sur l’obsolescence reprogrammée

L’article 6 du texte veut renverser la charge de la preuve en matière d’obsolescence programmée pour les équipements numériques. Avec cette astuce, « il incomberait désormais au producteur – et non plus au consommateur – de prouver que la réduction de la durée de vie du terminal n’est pas délibérée et qu’elle découle d’éléments objectifs étrangers à toute stratégie d’augmentation du taux de remplacement ».

Ce levier permettrait ainsi de plus facilement inciter les producteurs à concevoir des biens dans la durée. Une autre disposition intègre cette fois l’obsolescence logicielle dans la définition de l’obsolescence programmée. D’ailleurs, l’article 8 compte obliger les vendeurs à dissocier cette fois les mises à jour de sécurité des autres.

Et la durée durant laquelle le même consommateur pourrait recevoir « des mises à jour nécessaires au maintien de la conformité de ses biens » serait portée de 2 à 5 ans. Inversement, un consommateur devrait pouvoir revenir sur les versions installées pour rétablir une version plus ancienne. Le texte ne distingue pas cependant entre les mises à jour de sécurité et celles relatives aux fonctionnalités.

Ce n’est pas tout puisque la proposition de loi étend aussi la durée de garantie légale de conformité de 2 à 5 ans, du moins pour les seuls équipements numériques.

Achats publics, fin des abonnements illimités

Le texte veut également toucher aux règles relatives aux achats publics. À compter du 1er janvier 2021, l’État, les collectivités territoriales et leurs groupements devraient favoriser « les biens dont l’indice de réparabilité (…) est supérieur à un certain seuil défini par décret ». En 2024, cette règle serait étendue à l’indice cette fois de durabilité.

D’autres mesures touchent cette fois aux prix des abonnements. « Dès lors qu’une offre de téléphonie mobile intègre un accès mobile à Internet, sa facture comprend un montant calculé en fonction du volume de données fixé par l’offre et peut, en outre, comprendre un montant calculé indépendamment de ce volume en fonction des charges fixes du service ». En somme, cette disposition interdirait les forfaits mobiles avec un accès aux données illimitées, en contraignant les opérateurs à facturer pour partie le volume de données.

« Cette mesure vise à limiter la croissance de la consommation de données mobiles, qui devrait induire, dans les années à venir et dans le contexte du déploiement de la 5G, une augmentation des consommations des réseaux » indiquent les parlementaires. « Elle permettrait d’inciter les consommateurs à privilégier une connexion Wifi via les réseaux fixes, moins énergivores ». Nous avions déjà évoqué le sujet en juin à la publication du rapport sénatorial.

Écoconception des sites, définition et lecture des vidéos

Le concept d’écoconception est étendu au Web, du moins aux sites publics mais aussi aux sites privés dont le chiffre d’affaires excéderait un seuil défini par décret en Conseil d’État.

Il reviendrait à un décret pris après avis de l’Arcep de préciser ces règles, mais la proposition de loi prévoit déjà des sanctions financières (3 % du chiffre d’affaires HT, voire 5 % en cas de récidive), voire allant jusqu’à la fermeture du site « jusqu’à ce que des actions visant à remédier au manquement aient été engagées ».

Retenons enfin l’article 18, qui s’adresse à l’ensemble des services de médias audiovisuels à la demande. Ces sites de vidéo en ligne se voient contraints de s’assurer « que la qualité de visionnage des vidéos n’excède pas la résolution maximale des équipements numériques utilisés par les utilisateurs de ces services ».

Tous les sites web auraient l’interdiction de charger et lancer automatiquement des vidéos. Une exception est prévue pour les services de médias audiovisuels à la demande et pour les sites de partages comme YouTube. Mais seulement « sous réserve que l’utilisateur puisse librement activer et désactiver la fonctionnalité de chargement et de lecture automatique, et que cette fonctionnalité soit désactivée par défaut ».

D’autres mesures sont programmées, notamment celles consistant à interdire les sites usant du défilement infini. « Une pratique consommatrice de données et soulevant de nombreuses questions en termes de captation de l’attention des utilisateurs » dénoncent les auteurs de la proposition de loi.

Des fréquences refusées pour motif environnemental

Les derniers articles concernent notamment les opérateurs de réseaux. Ils prendraient des engagements pluriannuels pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et autres consommations énergétiques :

« Ces engagements incluent une planification de l’extinction progressive d’anciennes générations de réseaux de communications électroniques, sans préjudice des engagements souscrits par les opérateurs afin de contribuer à l’aménagement et à la couverture numérique des zones peu denses du territoire. »

Enfin, l’article 24 autorise l’ARCEP à refuser l’attribution de fréquences aux opérateurs peu soucieux de la préservation de l’environnement. Là aussi sans plus de détails sur cette notion pour le moment.

48

Écrit par Marc Rees

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

La loi sur l’obsolescence reprogrammée

Achats publics, fin des abonnements illimités

Écoconception des sites, définition et lecture des vidéos

Des fréquences refusées pour motif environnemental

Commentaires (48)


Le 15/10/2020 à 06h 11

Le bullshit anti-5G marche malheureusement… y’a bcp de militants qui doivent être très fiers de leurs mensonges.
Quelle tristesse…


bansan Abonné
Le 15/10/2020 à 06h 30

Je trouve les idées plutôt bonnes concernant les mesures pour lutter contre la consommation excessive de bande passante : pouvoir paramétrer la lecture automatique des vidéos, ne pas charger de vidéos dont la résolution est supérieure à la résolution du matériel. Il aura pu ajouter une résolution (densité) maximale : les téléphones ont une très très grande résolution et afficher de la 4k sur un écran de 5 ou 6 pouces est une aberration.
Pour l’interdiction des forfaits illimités, je ne sais pas trop quoi en penser : le fair-use à 8 ko limite grandement les dépassements et laisse l’accès aux besoins minimum.
Mais comme toujours, reste à voir ce qui sera réellement repris dans la loi finale et si elle sera appliquée.
Et quid des vidéos publicitaires ? Il n’est pas concevable pour ce secteur d’avoir des vidéos à lecture non automatique… et Dieu sait à quel point les pubs sont consommatrices de bande passante non désirée.


David_L Abonné
Le 15/10/2020 à 06h 40

Oui c’est un peu le souci du rapport et de la PPL qui en découle, comme du rapport du CNNum publié dans la foulée cet été : il y a une sorte de gloubi-boulga de mesures avec du bon et du moins bon, des trucs dont on se demande d’où ça sort…



Par exemple sur les forfaits illimités, alors qu’ils n’existent pas en pratique (seul du fair use, donc cappé en données). Il n’y a que Free (qui était sans doute visé par la mesure) à le faire pour ses clients fixes, et désormais Orange avec la nouvelle offre 5G (sur un forfait assez cher).



Et l’objectif associé de réduire la consommation par ce biais est illusoire. Surtout quand à côté tu ne regarde pas effectivement la question de la surenchère publicitaire des sites et ce que ça implique en volume de données (j’ai hâte de voir les critères éventuels d’éco-conception), les spams qui sont l’essentiel du flux email dans le monde, ça tape juste sur ce qui est visible.



Même chose pour les appareils reconditionnés. Ils mettent en avant la TVA (sachant que ça a peu de chances de passer). Mais personne pour aller sur le terrain du vendor-lock et de l’impossibilité de réutiliser des appareils qui ne sont plus officiellement supportés. Bizarre hein ? :D


Le 15/10/2020 à 08h 01

David_L

Oui c’est un peu le souci du rapport et de la PPL qui en découle, comme du rapport du CNNum publié dans la foulée cet été : il y a une sorte de gloubi-boulga de mesures avec du bon et du moins bon, des trucs dont on se demande d’où ça sort…



Par exemple sur les forfaits illimités, alors qu’ils n’existent pas en pratique (seul du fair use, donc cappé en données). Il n’y a que Free (qui était sans doute visé par la mesure) à le faire pour ses clients fixes, et désormais Orange avec la nouvelle offre 5G (sur un forfait assez cher).



Et l’objectif associé de réduire la consommation par ce biais est illusoire. Surtout quand à côté tu ne regarde pas effectivement la question de la surenchère publicitaire des sites et ce que ça implique en volume de données (j’ai hâte de voir les critères éventuels d’éco-conception), les spams qui sont l’essentiel du flux email dans le monde, ça tape juste sur ce qui est visible.



Même chose pour les appareils reconditionnés. Ils mettent en avant la TVA (sachant que ça a peu de chances de passer). Mais personne pour aller sur le terrain du vendor-lock et de l’impossibilité de réutiliser des appareils qui ne sont plus officiellement supportés. Bizarre hein ? :D


Il ne faut pas se faire d’illusions, si on veut taper là où il y a le gros de la conso, c’est Netflix, Pornhub, et dans une moindre mesure Youtube.
Ils optimisent déjà très bien la compression de leurs vidéos, donc il faut aller plus loin interdire les mécanismes qui poussent à “zapper” (= les recommandations à droite des vidéos par exemple), et proposer une qualité intermédiaire par défaut sont les deux mesures qui peuvent à elle seule réduire plus que n’importe quelle optimisation de la taille des images sur les gros sites. Si en plus en on supprime l’auto play (et l’auto load, parce qu’il ne faut pas l’oublier celui-là) on a tout gagné.


Le 15/10/2020 à 09h 42

David_L

Oui c’est un peu le souci du rapport et de la PPL qui en découle, comme du rapport du CNNum publié dans la foulée cet été : il y a une sorte de gloubi-boulga de mesures avec du bon et du moins bon, des trucs dont on se demande d’où ça sort…



Par exemple sur les forfaits illimités, alors qu’ils n’existent pas en pratique (seul du fair use, donc cappé en données). Il n’y a que Free (qui était sans doute visé par la mesure) à le faire pour ses clients fixes, et désormais Orange avec la nouvelle offre 5G (sur un forfait assez cher).



Et l’objectif associé de réduire la consommation par ce biais est illusoire. Surtout quand à côté tu ne regarde pas effectivement la question de la surenchère publicitaire des sites et ce que ça implique en volume de données (j’ai hâte de voir les critères éventuels d’éco-conception), les spams qui sont l’essentiel du flux email dans le monde, ça tape juste sur ce qui est visible.



Même chose pour les appareils reconditionnés. Ils mettent en avant la TVA (sachant que ça a peu de chances de passer). Mais personne pour aller sur le terrain du vendor-lock et de l’impossibilité de réutiliser des appareils qui ne sont plus officiellement supportés. Bizarre hein ? :D


Oui vraiment très étrange :transpi:


Oliewan Abonné
Le 15/10/2020 à 06h 47

L’écoconception logicielle forcerait les développeurs à diminuer la taille des packages. Quand on pense à la taille des jeux vidéo à télécharger…


Ailothaen Abonné
Le 15/10/2020 à 13h 32

Entièrement d’accord sur ce point. Quand tu vois les jeux comme LoL ou Smite qui ont une mise à jour de 2 Go par semaine, alors que le seul truc qui est changé dans la majorité des cas c’est quelques valeurs sur les personnages…


Le 15/10/2020 à 06h 50

bansan a dit:


Je trouve les idées plutôt bonnes concernant les mesures pour lutter contre la consommation excessive de bande passante : pouvoir paramétrer la lecture automatique des vidéos, ne pas charger de vidéos dont la résolution est supérieure à la résolution du matériel. Il aura pu ajouter une résolution (densité) maximale : les téléphones ont une très très grande résolution et afficher de la 4k sur un écran de 5 ou 6 pouces est une aberration. Pour l’interdiction des forfaits illimités, je ne sais pas trop quoi en penser : le fair-use à 8 ko limite grandement les dépassements et laisse l’accès aux besoins minimum. Mais comme toujours, reste à voir ce qui sera réellement repris dans la loi finale et si elle sera appliquée. Et quid des vidéos publicitaires ? Il n’est pas concevable pour ce secteur d’avoir des vidéos à lecture non automatique… et Dieu sait à quel point les pubs sont consommatrices de bande passante non désirée.




Il va falloir expliquer en quoi la consommation de bande passante influe sur la conso d’énergie avant de dire que c’est bien ou pas…


Le 15/10/2020 à 07h 56

Le transport de données en 4G consomme entre 4 et 8 fois plus qu’en ADSL ou fibre + wifi, selon un rapport de The Shift Project. On ne parle pas que de la conso du terminal mais de celle du réseau (acheminement jusqu’à l’antenne + l’antenne elle-même).
Pousser les gens à utiliser le wifi plutôt que la 4G, c’est déjà faire des économies d’énergie sans même changer les usages.
Mais il y a encore la croyance que laisser allumé son wifi consomme sensiblement la batterie du téléphone, et donc des gens qui coupent le wifi tout le temps et ne laissent que la 4G allumée.


darkjack Abonné
Le 15/10/2020 à 16h 41

ErGo_404

Le transport de données en 4G consomme entre 4 et 8 fois plus qu’en ADSL ou fibre + wifi, selon un rapport de The Shift Project. On ne parle pas que de la conso du terminal mais de celle du réseau (acheminement jusqu’à l’antenne + l’antenne elle-même).
Pousser les gens à utiliser le wifi plutôt que la 4G, c’est déjà faire des économies d’énergie sans même changer les usages.
Mais il y a encore la croyance que laisser allumé son wifi consomme sensiblement la batterie du téléphone, et donc des gens qui coupent le wifi tout le temps et ne laissent que la 4G allumée.

Euh, je coupe la 4G, le wifi, le bluetooth, le gps :stress:
Il paraitrait que mon téléphone a une super autonomie :) Ben non, en fait, c’est vrai :)


tpeg5stan Abonné
Le 15/10/2020 à 07h 13

Pour moi il existe principalement deux sources d’émissions : la consommation d’électricité et la production du matériel.
Tout ce qui touche le premier point (abonnements illimités…) est un peu inutile, dans la mesure où l’électricité est largement décarbonée.
Par contre sur le second point : la fabrication des produits (ordinateur, antennes…) est souvent fort émettrice.
Obsolescence peut-être, je crois moyennement à cette proposition.
Par contre une taxation carbone aux frontières, une « prime à la casse » permettant la réutilisation/reconditionnement pourraient être des pistes…




la formation des élèves comporterait « une sensibilisation à l’impact environnemental du numérique ainsi qu’un volet relatif à la sobriété numérique. »




Super, on va voir débarquer en école des perroquets qui répéteront « envoyer un mail pollue autant que laisser une ampoule à incandescence allumée pendant x heures » alors qu’eux-mêmes n’ont pas connu les ampoules à incandescence et sont incapables d’expliquer le mode de calcul.


Le 15/10/2020 à 07h 32

Surtout que c’est dans l’intérêt d’avoir des serveurs qui consomment le moins possible de courant pour des questions purement économiques


Le 15/10/2020 à 08h 02

the_frogkiller

Surtout que c’est dans l’intérêt d’avoir des serveurs qui consomment le moins possible de courant pour des questions purement économiques


Mais il y a tellement de thunes à se faire à diffuser du contenu que ça coûte souvent moins cher de diffuser plus de données (images, vidéos) si ça te permet d’avoir plus de visionnages de pub.


Magyar Abonné
Le 15/10/2020 à 08h 07

ErGo_404 a dit:


Le transport de données en 4G consomme entre 4 et 8 fois plus qu’en ADSL ou fibre + wifi, selon un rapport de The Shift Project. On ne parle pas que de la conso du terminal mais de celle du réseau (acheminement jusqu’à l’antenne + l’antenne elle-même). Pousser les gens à utiliser le wifi plutôt que la 4G, c’est déjà faire des économies d’énergie sans même changer les usages. Mais il y a encore la croyance que laisser allumé son wifi consomme sensiblement la batterie du téléphone, et donc des gens qui coupent le wifi tout le temps et ne laissent que la 4G allumée.




moi je laisse que la 4G, non pas pour des raisons de batteries, mais pour des raisons de débits. Quand on a 5 fois le débit en mobile que en fixe…


Le 15/10/2020 à 09h 08

Faut pas non plus chercher à se faire culpabiliser, il y a de très bonnes raisons d’utiliser la 4G. Disons que c’est plutôt qu’à confort équivalent il vaut mieux utiliser le wifi.


Mimoza Abonné
Le 15/10/2020 à 08h 08

la formation des élèves comporterait « une sensibilisation à l’impact environnemental du numérique ainsi qu’un volet relatif à la sobriété numérique. »




Faire de l’optimisation algorithmique ? Ça ressemble a du greenwashing.




« que la qualité de visionnage des vidéos n’excède pas la résolution maximale des équipements numériques utilisés par les utilisateurs de ces services »




Vu que les résolution des smartphones sont juste délirant pour la diagonal, pas sûr que ça serve énormément.



Mais sinon les propositions ne sont pas si déconnante.


Le 15/10/2020 à 08h 14

ErGo_404 a dit:


Le transport de données en 4G consomme entre 4 et 8 fois plus qu’en ADSL ou fibre + wifi, selon un rapport de The Shift Project.




Le rapport TSP n’est qu’un gros tas de boue sans valeur qui surestime ses chiffres par un facteur d’AU MOINS 30 à 50.




On ne parle pas que de la conso du terminal mais de celle du réseau (acheminement jusqu’à l’antenne + l’antenne elle-même). Pousser les gens à utiliser le wifi plutôt que la 4G, c’est déjà faire des économies d’énergie sans même changer les usages. Mais il y a encore la croyance que laisser allumé son wifi consomme sensiblement la batterie du téléphone, et donc des gens qui coupent le wifi tout le temps et ne laissent que la 4G allumée.




Tout ça c’est du vent. A quel moment va t’on arrêter la drosophilie alors que les vrais problèmes sont le transport (dont le transport individuel) et le chauffage (dont le chauffage résidentiel).
Par contre, comment allons-nous pouvoir décemment réduire le transport si on met en place des mesures aussi contre-productives que limiter la bande passante ou les usages internet ?



Franchement, ces discussions n’ont absolument aucun sens…


Le 15/10/2020 à 09h 00

Et tu te bases sur quoi pour dire ça ?
Le rapport du Shift Project est une estimation grossière moyenne dont la méthodologie n’est pas dénuée de sens, même si elle est discutable. Il n’empêche qu’on n’a pas beaucoup mieux à l’heure actuelle. Mais tu sais pour le transport c’est pareil, on n’a que des estimations qui sont elles aussi discutables.
Au final les estimations restent que le numérique c’est une part égale au transport. Sauf que contrairement au transport, l’utilisation du numérique croit très très vite. Et c’est pas le COVID qui va nous faire penser que ça va s’inverser.



Quand à dire que le vrai problème est ailleurs, c’est de la connerie. Le vrai problème est PARTOUT, le vrai problème c’est nous, les humains, et notre façon de consommer. Il faut optimiser notre conso avec l’ensemble des leviers qu’on a à disposition. Il y a des gens qui s’attaquent au transport, peut être pas au gouvernement mais il y en a, et il y a des gens qui s’attaquent au numérique, et c’est tant mieux.


quatorze Abonné
Le 15/10/2020 à 09h 05

A mon avis ça va trop dans le détail pour être réellement applicable. Donc ce sera contourné.
“infinite scroll” interdit ? Ok demain il y aura du “almost infinite scroll”.
Si on veut agir c’est à la source, via le prix de l’énergie ou la taxe carbone aux frontières.


Le 15/10/2020 à 09h 31

Il y a du bon sens dans certaines propositions, mais j’ai bien peur qu’en pratique ça soit irréalisable.
ça me rappelle au boulot, il y a depuis un an un calcul obligatoire des émissions de CO2 avant de commander tout nouveau serveur.
En théorie c’est une bonne idée pour prendre conscience de l’impact du nouveau matériel. En pratique c’est irréalisable car les consommations en kWH sont très difficiles a trouver. Donc on finit par remplir un truc au pif, et la formule pour convertir les kWH en CO2 est tellement complexe que personne n’y comprend plus rien. Et à la fin les achats regardent juste si le chiffre est donné pas s’il est réaliste…


Le 15/10/2020 à 09h 41

C’est effectivement le problème: l’opacité et les méthodes de calcul. Impossible de connaître les émissions liées à un serveur chez un hébergeur classique par exemple, or sans ça, comment mesurer précisément ?



The Shift Project fait une estimation à la louche, ils prennent la quantité de données qui transite dans un datacenter en moyenne (fournie par Cisco), la conso moyenne dudit datacenter, et ils estiment que chaque byte qui sort pèse un certain poids en kWh. C’est totalement injuste car certains bytes qui sortent n’ont demandé que très peu de calcul, et au contraire d’autres sont issues de l’analyse de plusieurs exa octets de données, mais ça donne une moyenne.
Reste ensuite à trouver le mix énergétique et l’impact carbone du kWh et t’as ton résultat. Et ça ne tient pas compte du matériel, juste du traitement de la donnée.



Pour du matériel c’est encore pire, puisque les données sont à chercher chez les fabricants, en Chine, et ils n’ont évidemment aucune envie de partager l’info (ni même de la connaître).


Uther Abonné
Le 15/10/2020 à 09h 41

KP2 a dit:


Le bullshit anti-5G marche malheureusement… y’a bcp de militants qui doivent être très fiers de leurs mensonges. Quelle tristesse…




Quel bullshit ? Autant au niveau de la nocivité des ondes c’est en effet du FUD, l’expérience a prouvé que a chaque fois que l’on développe plus de débit, puissance de calcul, … on trouve toujours un moyen pour la consommer, et clairement la 5G n’est pas du tout une technologie pensée pour les économies.




KP2 a dit:


Le rapport TSP n’est qu’un gros tas de boue sans valeur qui surestime ses chiffres par un facteur d’AU MOINS 30 à 50.




Tu te bases sur quoi pour dire ça ? The Shift Project publie ses chiffres et sa méthodologie, donc ils sont tout a fait critiquables, j’aimerais plus de détail que ce qui semble une affirmation gratuite.




KP2 a dit:


Tout ça c’est du vent. A quel moment va t’on arrêter la drosophilie alors que les vrais problèmes sont le transport (dont le transport individuel) et le chauffage (dont le chauffage résidentiel). Par contre, comment allons-nous pouvoir décemment réduire le transport si on met en place des mesures aussi contre-productives que limiter la bande passante ou les usages internet ?




Si on veut agir efficacement, on ne peut pas se contenter d’un seul secteur, il faut agir sur tous à la foi, et non seulement le secteur du numérique est loin d’être négligeable, mais c’est un de ceux qui augmente le plus.
Et si le numérique peut en effet aider a réduire les émissions des transports la pratique montre que ça n’est pas le cas a cause de son développement déraisonné. On a pas besoin d’un stream 4k 60fps pour faire du télétravail.


loser Abonné
Le 15/10/2020 à 10h 34

ErGo_404 a dit:


Mais il y a encore la croyance que laisser allumé son wifi consomme sensiblement la batterie du téléphone, et donc des gens qui coupent le wifi tout le temps et ne laissent que la 4G allumée.




Tu as une source pour ça?
Sinon il y a une bonne raison de ne pas laisser le wifi en permanence, c’est le respect de la vie privée.


Uther Abonné
Le 15/10/2020 à 11h 40

En matière de vie privée la 4G est bien plus problématique que le WiFi.


Baldurien Abonné
Le 15/10/2020 à 11h 55

Ils pourraient pas rajouter “interdiction de produire ou diffuser des vidéos de chat*” ?
Car non seulement ces bestioles sont dangereux pour le net, mais encore plus pour la biodiversité.



* en laissant toutefois certaines videos, comme celle là : https://www.youtube.com/watch?v=qctgx7nrB30 :D


Le 15/10/2020 à 11h 59

ErGo_404 a dit:


Et tu te bases sur quoi pour dire ça ? Le rapport du Shift Project est une estimation grossière moyenne dont la méthodologie n’est pas dénuée de sens, même si elle est discutable.




Le rapport TSP est tellement nul qu’il s’est fait debunk un paquet de fois notamment ici :
https://www.carbonbrief.org/factcheck-what-is-the-carbon-footprint-of-streaming-video-on-netflix



Les mecs se sont meme gourrés dans les conversions Bytes->bits quoi ! Tu imagines la marge d’erreur ?
Quand tu reprends les fichiers Excel de calcul publiés par TSP pour les estimations de conso de DC, tu peux même retrouver des erreurs de x100 voire x200 avec la réalité tellement leurs extrapolations sont complétement foireuses.



L’IEA a publié tout un document pour rappeler aussi que les extrapolations de TSP sont absurdes et que le numérique ne pèse presque rien dans notre problème de GES.
Ici entre autres : https://www.iea.org/commentaries/the-carbon-footprint-of-streaming-video-fact-checking-the-headlines




Il n’empêche qu’on n’a pas beaucoup mieux à l’heure actuelle.




Ben, il vaudrait mieux s’en passer tellement c’est faux et la preuve est que des sénateurs (mais y’a eu aussi des députés et une ministre du gvt aussi) qui disent et proposent des lois complétement farfelues en ce basant sur ces conneries !
Nan je suis désolé, on ne peut pas trouver ça potable de mener une politique sur un tel bullshit. Car pendant qu’on se focalise sur ces conneries (et qu’on emmerde les gens accessoirement), on zappe les vrais problèmes…




Mais tu sais pour le transport c’est pareil, on n’a que des estimations qui sont elles aussi discutables.




Discutables, peut-être. Aussi fausses que celles sur le numérique, j’en doute très fort.




Au final les estimations restent que le numérique c’est une part égale au transport.




WHAT ??? Mais te rends tu comptes à quel point c’est faux ??? Même TSP ne dit pas ça, il dit 4% du total pour le numérique, le transport c’est 25-30%.
Et on sait que TSP délire complétement et, suivant l’IEA, c’est en dessous de 1%… Donc d’où tu sors que le numérique = le transport ??????
Sérieux, voilà le genre de bullshit contre lequel je m’insurge.




Sauf que contrairement au transport, l’utilisation du numérique croit très très vite. Et c’est pas le COVID qui va nous faire penser que ça va s’inverser.




Les capacités croissent et la fracture numérique se réduit. A aucun moment, il n’est prouvé que le numérique represente plus de GES depuis des décénnies.
D’ailleurs, sur les DC, on sait que la conso d’énergie globale n’a augmenté que de 5-6% depuis 15 ans alors que les capacités ont été multipliées par >1000.



Il FAUT ARRETER de croire que la capacité influe sur la conso d’energie ou même sur le volume de matière. C’est faux.
Un disque de 14To aujourd’hui contient ni plus ni moins de matière qu’un disque de 100Go d’il y a 15 ans. Qui peut penser honnêtement que c’est pire aujourd’hui ?
Ca n’a aucun sens.




Quand à dire que le vrai problème est ailleurs, c’est de la connerie. Le vrai problème est PARTOUT, le vrai problème c’est nous, les humains, et notre façon de consommer.




Non, dire un truc pareil, ça fait rebelle et ça fait paraitre intelligent mais c’est absurde et honteux.
Parce qu’avec un raisonnement pareil, la solution est simple : eugénisme, euthanasie (non volontaire), pauvreté, etc
Donc non, je refuse qu’on ose dire un truc pareil.




Il faut optimiser notre conso avec l’ensemble des leviers qu’on a à disposition. Il y a des gens qui s’attaquent au transport, peut être pas au gouvernement mais il y en a, et il y a des gens qui s’attaquent au numérique, et c’est tant mieux.




Ouais sauf que personne ne s’attaque au transport et le numérique est du greenwashing… sauf que personne ne se pose la question de savoir si le numérique permet d’économiser des GES et combien. Personne.
Parce que si la somme est négative alors s’attaquer au numérique est une énorme putain de connerie. Voilà à quoi mènent tout ce bullshit insensé.




Uther a dit:


Quel bullshit ? Autant au niveau de la nocivité des ondes c’est en effet du FUD, l’expérience a prouvé que a chaque fois que l’on développe plus de débit, puissance de calcul, … on trouve toujours un moyen pour la consommer




Et alors ? Qu’est ce que ça peut faire ?
Un flux de 100Mbs ne consomme pas plus d’electricité qu’un flux à 2Mbs…




et clairement la 5G n’est pas du tout une technologie pensée pour les économies.




C’est faux. C’est un des principaux critères pour sa conception.




Tu te bases sur quoi pour dire ça ? The Shift Project publie ses chiffres et sa méthodologie, donc ils sont tout a fait critiquables, j’aimerais plus de détail que ce qui semble une affirmation gratuite.




Je te laisse consulter les liens ci-dessus.




Si on veut agir efficacement, on ne peut pas se contenter d’un seul secteur, il faut agir sur tous à la foi, et non seulement le secteur du numérique est loin d’être négligeable, mais c’est un de ceux qui augmente le plus.




C’est faux.
Si tu veux être efficace, tu concentres tes moyens là où l’effet de levier est le plus fort.
Quand on sait qu’une seule centrale au charbon Allemande produit plus de GES que toute l’aviation Fr, franchement, c’est pas les avions sur lesquels je vais taper en 1er…



Le numérique travaille déjà énormément et depuis très longtemps les économies d’énergies (EnergyStar est une norme qui a, genre, 30 ans au moins), le jour où on aura tellement progressé sur les autres secteurs qu’il ne restera plus que celui-là est loin d’être arrivé.




Et si le numérique peut en effet aider a réduire les émissions des transports la pratique montre que ça n’est pas le cas a cause de son développement déraisonné. On a pas besoin d’un stream 4k 60fps pour faire du télétravail.




C’est faux.


Le 15/10/2020 à 13h 21

the_frogkiller a dit:


Surtout que c’est dans l’intérêt d’avoir des serveurs qui consomment le moins possible de courant pour des questions purement économiques




Qui peuvent être antinomiques avec la baisse des émissions. Typiquement en France, remplacer un équipement électronique par un autre qui consomme moins est à peu près toujours négatif du point de vue climatique.



Par exemple, un PC fixe émet environ 350 kg CO2eq pour sa construction, ce qui correspond à environ 5833 kWh de production électrique française. En admettant que ton nouveau PC consomme 100W de moins que l’ancien (ce qui est une hypothèse hautement héroïque), il lui faudra 58330h de fonctionnement pour compenser sa construction avant de pouvoir prétendre avoir fait un bon achat pour le climat.



Même économiquement c’est discutable : en admettant que c’est un PC bureautique qui va coûter dans les 400€, ça représente le coût de 2666 kWh, donc (tjs sur l’hypothèse héroïque que tu diminues la conso de 100W), il te faut 26660h de fonctionnement avant que ça te fasse gagner de l’argent (c’est 1111 jours en fonctionnement 247)


Le 17/10/2020 à 15h 41

Sans prendre en compte le fait qu’un data-center est en usage 247 ?



Pour le cas individuel le problème des gains d’optimisation se pose mais pour des services dont les coûts touchent justement à d’autres domaines émissifs, un projet bien mené dans le détail suffit à réduire les GES et puisqu’on veut de l’avenir à portée de main curieusement le mariage numérique/écologique fonctionne sur les plus réfractaires aux GES.
Les freins sont plutôt qu’on ne se questionne jamais collectivement sur l’emprise spatiale des data-centers (on compare de base des GES), leur traitement urbain (en général en dehors du centre => supermarchés 3.0) et les gains potentiels de cogénération associés (par effet Joule et autres optimisations de principe !).


Le 15/10/2020 à 13h 25

KP2 a dit:


Le rapport TSP n’est qu’un gros tas de boue sans valeur qui surestime ses chiffres par un facteur d’AU MOINS 30 à 50.




Non, c’est une erreur d’une interview qui a donné un chiffre énorme qui n’est pas dans le rapport du shift project. En fait, le calculateur d’émissions attend qu’on lui rentre des bytes et le gars qui était interviewé l’a utilisé en saisissant des bits.
Le pseudo débunkage qui a été fait est encore pire (avec un modèle tellement sensible que ses résultats varient d’un facteur 50 entre le plus faible et le plus élevé)




Tout ça c’est du vent. A quel moment va t’on arrêter la drosophilie alors que les vrais problèmes sont le transport (dont le transport individuel) et le chauffage (dont le chauffage résidentiel). Par contre, comment allons-nous pouvoir décemment réduire le transport si on met en place des mesures aussi contre-productives que limiter la bande passante ou les usages internet ?




C’est toi qui fait de la drosophilie, le numérique émet autant que le transport aérien (et a un taux de croissance énorme), il fait tout autant partie du problème. Le problème n’est pas de choisir entre limiter le numérique, l’avion ou la voiture (et bien d’autres choses), c’est sur tous les secteurs qu’il faut travailler.




Franchement, ces discussions n’ont absolument aucun sens…



Le 15/10/2020 à 13h 48

KP2 a dit:


Les mecs se sont meme gourrés dans les conversions Bytes->bits quoi ! Tu imagines la marge d’erreur ? Quand tu reprends les fichiers Excel de calcul publiés par TSP pour les estimations de conso de DC, tu peux même retrouver des erreurs de x100 voire x200 avec la réalité tellement leurs extrapolations sont complétement foireuses.




Non, ils ne se sont pas gourrés, comme je viens de te le dire, c’est une erreur d’utilisation de l’outil, dans une interview. Le rapport n’est pas à remettre en cause.




L’IEA a publié tout un document pour rappeler aussi que les extrapolations de TSP sont absurdes et que le numérique ne pèse presque rien dans notre problème de GES. Ici entre autres : https://www.iea.org/commentaries/the-carbon-footprint-of-streaming-video-fact-checking-the-headlines




L’IEA n’a rien publié, tu es d’une malhonnêteté sans bornes, c’est un copier coller de ton lien précédent sur un espace de commentaires de l’AIE.




Ben, il vaudrait mieux s’en passer tellement c’est faux et la preuve est que des sénateurs (mais y’a eu aussi des députés et une ministre du gvt aussi) qui disent et proposent des lois complétement farfelues en ce basant sur ces conneries ! Nan je suis désolé, on ne peut pas trouver ça potable de mener une politique sur un tel bullshit. Car pendant qu’on se focalise sur ces conneries (et qu’on emmerde les gens accessoirement), on zappe les vrais problèmes…



Discutables, peut-être. Aussi fausses que celles sur le numérique, j’en doute très fort.



WHAT ??? Mais te rends tu comptes à quel point c’est faux ??? Même TSP ne dit pas ça, il dit 4% du total pour le numérique, le transport c’est 25-30%. Et on sait que TSP délire complétement et, suivant l’IEA, c’est en dessous de 1%… Donc d’où tu sors que le numérique = le transport ?????? Sérieux, voilà le genre de bullshit contre lequel je m’insurge.




Non, le transport ce n’est pas 25 à 30% (ce sont des chiffres pour les pays développés), à l’échelle mondiale c’est 16%. Tu mélanges les chiffres qui t’arrangent pour conclure par l’hypothèse que tu défends. C’est bien de faire le beau en critiquant TSP pour une méthodologie sur laquelle on peut discuter, tout en balançant des chiffres à la rue.




Les capacités croissent et la fracture numérique se réduit. A aucun moment, il n’est prouvé que le numérique represente plus de GES depuis des décénnies. D’ailleurs, sur les DC, on sait que la conso d’énergie globale n’a augmenté que de 5-6% depuis 15 ans alors que les capacités ont été multipliées par >1000.




On s’en fiche de l’efficacité énergétique, ce sont les valeurs absolues qui importent (le réchauffement ne va pas être plus ou moins violent en fonction du fait que nos émissions viennent de processus plus ou moins efficaces, il ne dépend que des tonnes de GES dans l’atmosphère, le reste c’est du temps perdu)




Il FAUT ARRETER de croire que la capacité influe sur la conso d’energie ou même sur le volume de matière. C’est faux. Un disque de 14To aujourd’hui contient ni plus ni moins de matière qu’un disque de 100Go d’il y a 15 ans. Qui peut penser honnêtement que c’est pire aujourd’hui ? Ca n’a aucun sens.




La capacité n’influe pas sur un élément unitaire mais sur l’ensemble de la chaîne de valeur : pour passer du disque de 100Go à celui de 14To, il faut refabriquer un disque, donc reconsommer de l’énergie et des matériaux). Indépendamment, les usages croissent plus vite (la quantité + la définition des flux augmente plus rapidement que le taux de renouvellement des matériels) et il faut multiplier les équipements, ça a un coût aussi.




Non, dire un truc pareil, ça fait rebelle et ça fait paraitre intelligent mais c’est absurde et honteux. Parce qu’avec un raisonnement pareil, la solution est simple : eugénisme, euthanasie (non volontaire), pauvreté, etc Donc non, je refuse qu’on ose dire un truc pareil.




On peut aussi simplement contrôler la natalité pour ne pas se mettre dans une situation intenable dans quelques décennies. Ou du moins rendre les choses moins désagréables.




Ouais sauf que personne ne s’attaque au transport et le numérique est du greenwashing… sauf que personne ne se pose la question de savoir si le numérique permet d’économiser des GES et combien. Personne. Parce que si la somme est négative alors s’attaquer au numérique est une énorme putain de connerie. Voilà à quoi mènent tout ce bullshit insensé.




Personne ne s’attaque au transport ? Une énormité pareille en dit long sur la qualité de tes arguments sur le sujet. Et le numérique n’économise rien du tout, il n’a servi qu’à augmenter les flux physiques en favorisant leur gestion.




Et alors ? Qu’est ce que ça peut faire ? Un flux de 100Mbs ne consomme pas plus d’electricité qu’un flux à 2Mbs…




Si tu n’es pas sur les mêmes standards, c’est possible (voire on peut trouver l’inverse, 100 Mbps sera plus économe par fibre que 2 Mbps dans un standard cellulaire). Sauf que ton tuyau dimensionné pour 100Mbps, il va vite se remplir et au lieu d’avoir un flux à 2 Mbps vs le même à 100, tu vas te retrouver à 1 flux à 2 Mbps vs 50 à 100 Mbps (toujours l’effet rebond).




C’est faux. C’est un des principaux critères pour sa conception.



Je te laisse consulter les liens ci-dessus.



C’est faux. Si tu veux être efficace, tu concentres tes moyens là où l’effet de levier est le plus fort. Quand on sait qu’une seule centrale au charbon Allemande produit plus de GES que toute l’aviation Fr, franchement, c’est pas les avions sur lesquels je vais taper en 1er…




N’importe quoi, ce qui est compté pour l’inventaire des émissions françaises ce ne sont que les vols intérieurs. Tout le reste n’est visible que dans les émissions mondiales (évidemment, aucun pays n’a envie de se voir imputer les émissions qui ne sont pas 100% de son fait).
On peut dire et penser tout le mal qu’on veut des centrales au charbon allemandes, il ne faut pas non plus raconter n’importe quoi.




Le numérique travaille déjà énormément et depuis très longtemps les économies d’énergies (EnergyStar est une norme qui a, genre, 30 ans au moins), le jour où on aura tellement progressé sur les autres secteurs qu’il ne restera plus que celui-là est loin d’être arrivé.




La c’est juste de la mauvaise foi pure. Les émissions du numérique augmentent année après année, malgré tout le greenwashing dont savent jouer ses entreprises, et tu arrives encore à renvoyer le problème à tous les autres secteurs (sauf le numérique qui a l’air de te tenir vraiment à coeur).




C’est faux.




Mais encore ?


Le 15/10/2020 à 13h 50

Ailothaen a dit:


Entièrement d’accord sur ce point. Quand tu vois les jeux comme LoL ou Smite qui ont une mise à jour de 2 Go par semaine, alors que le seul truc qui est changé dans la majorité des cas c’est quelques valeurs sur les personnages…




DotA : une map, une cinquantaine de personnages, des centaines de Mo voire qql Go de mise à jour par semaine…


Le 15/10/2020 à 15h 16

deathscythe0666 a dit:


Non, ils ne se sont pas gourrés, comme je viens de te le dire, c’est une erreur d’utilisation de l’outil, dans une interview. Le rapport n’est pas à remettre en cause.




Si c’était la seule erreur. Ils n’ont aucune explication entre l’écart de leurs estimation de la conso d’un DC avec ceux publiés par les plateformes ?
La différence est d’un facteur 100 à 200…
Et c’est bien qu’ils corrigent cette connerie mais c’est aussi un chiffre qui a été repris partout et sur lequel ils n’ont pas fait un gros effort pour le faire entendre.




L’IEA n’a rien publié, tu es d’une malhonnêteté sans bornes, c’est un copier coller de ton lien précédent sur un espace de commentaires de l’AIE.




C’est vrai… celui là est mieux (quoiqu’un peu vieux : https://www.iea.org/reports/digitalisation-and-energy)




Non, le transport ce n’est pas 25 à 30% (ce sont des chiffres pour les pays développés), à l’échelle mondiale c’est 16%. Tu mélanges les chiffres qui t’arrangent pour conclure par l’hypothèse que tu défends. C’est bien de faire le beau en critiquant TSP pour une méthodologie sur laquelle on peut discuter, tout en balançant des chiffres à la rue.




Ouais ben en attendant, c’est pas 4% non plus…




On s’en fiche de l’efficacité énergétique, ce sont les valeurs absolues qui importent (le réchauffement ne va pas être plus ou moins violent en fonction du fait que nos émissions viennent de processus plus ou moins efficaces, il ne dépend que des tonnes de GES dans l’atmosphère, le reste c’est du temps perdu)




Et alors ?
Bien sur que si l’efficacité compte car tous les trucs qu’on a, on les utilise. Et on les utilise pour bouffer à notre faim, pour éviter de tomber malades, pour se loger, pour vivre quoi…
Et comme on pourra jamais réduire à 0 à moins de redevenir 300000 chasseurs-cueilleurs dans le monde, l’efficacité est importante pour garder notre niveau de vie et faire monter le niveau de vie des pays pauvres.




La capacité n’influe pas sur un élément unitaire mais sur l’ensemble de la chaîne de valeur : pour passer du disque de 100Go à celui de 14To, il faut refabriquer un disque, donc reconsommer de l’énergie et des matériaux).




Et alors ?
N’importe quel appareil a une durée de vie… Bien sur qu’il faut refabriquer et racheter et quand c’est le cas, où est le problème de passer la nouvelle techno qui te permet de multiplier ta capacité ?




Indépendamment, les usages croissent plus vite (la quantité + la définition des flux augmente plus rapidement que le taux de renouvellement des matériels) et il faut multiplier les équipements, ça a un coût aussi.




T’as aucune preuve que les usages croissent plus vite. Personne n’en a mais tout le monde parle de l’effet rebond comme d’une évidence.
Le fait est que le streaming video a remplacé les supports physiques, c’est pas un bien pour les GES ça ? Qui oserait dire que non ?
Et une grosse part de l’augmentation des usages provient essentiellement de la réduction de la fracture numérique. Pareil, c’est mal selon toi ?
Faudrait garder des milliards de gens hors d’internet pour le bien de la planete ?




On peut aussi simplement contrôler la natalité pour ne pas se mettre dans une situation intenable dans quelques décennies. Ou du moins rendre les choses moins désagréables.




Ah ok… je vois le genre… bon sang, le niveau de civilisation est en train de baisser, quelle tristesse.
Je vais pas te parler de liberté individuelle alors, j’ai compris…




Personne ne s’attaque au transport ? Une énormité pareille en dit long sur la qualité de tes arguments sur le sujet.




Alors qu’est ce qui est fait à ce niveau concrètement ?
Et coté chauffage résidentiel ?




Et le numérique n’économise rien du tout, il n’a servi qu’à augmenter les flux physiques en favorisant leur gestion.




Si tu le dis, c’est que ça doit être vrai…
Vaut mieux rien optimiser, tu as raison.




Si tu n’es pas sur les mêmes standards, c’est possible (voire on peut trouver l’inverse, 100 Mbps sera plus économe par fibre que 2 Mbps dans un standard cellulaire). Sauf que ton tuyau dimensionné pour 100Mbps, il va vite se remplir et au lieu d’avoir un flux à 2 Mbps vs le même à 100, tu vas te retrouver à 1 flux à 2 Mbps vs 50 à 100 Mbps (toujours l’effet rebond).




Je vois toujours pas en quoi c’est un problème. On se fout des volumes de données. Ca ne change rien à l’énergie et à la matière consommée.




N’importe quoi, ce qui est compté pour l’inventaire des émissions françaises ce ne sont que les vols intérieurs. Tout le reste n’est visible que dans les émissions mondiales (évidemment, aucun pays n’a envie de se voir imputer les émissions qui ne sont pas 100% de son fait). On peut dire et penser tout le mal qu’on veut des centrales au charbon allemandes, il ne faut pas non plus raconter n’importe quoi.




Bah en attendant tu me contredis pas, tu changes juste la question intiale.
Cette histoire de charbon n’était que l’illustration que la fable du petit colibri qui fait sa part pour éteindre le feu, c’est de la connerie.
Le fait est que quand t’as un putain de canadair et que tu vises la bonne zone, tu arrêtes le feu. T’auras beau avoir 1000000 de colibris qui s’agitent à coté, ça fera toujours rien.




La c’est juste de la mauvaise foi pure. Les émissions du numérique augmentent année après année, malgré tout le greenwashing dont savent jouer ses entreprises, et tu arrives encore à renvoyer le problème à tous les autres secteurs (sauf le numérique qui a l’air de te tenir vraiment à coeur).




Le numérique est une des solutions pour affronter le problème du RC. Comme plein d’autres trucs (nucléaire, optimisation des rendements agricoles, etc). Elle n’est pas parfaite évidemment (rien ne l’est) mais ça aide.
Et y’a trop de gens qui racontent n’importe quoi à son sujet volontairement (et étonnamment (non), ce sont les mêmes qui racontent des conneries sur les autres solutions que j’ai pris en exemple et pleins d’autres sujets) car leur objectif principal n’est pas de combattre le RC mais la décroissance et, in fine, la pauvreté.
Pour ces gens, le RC n’est qu’un prétexte. C’est eux qui font du greenwashing mais pas pour “cleaner” une vision capitaliste mais au contraire pour “cleaner” leur vision de la vie basée sur la pauvreté que personne ne veut évidemment.




Mais encore ?




Y’a rien à dire de plus. Tout est faux dans ses 2 phrases.


Le 15/10/2020 à 16h 33

mais promouvoir la décroissance et, in fine, la pauvreté.*
(je pense que c’était clair mais dans le doute…)


Le 15/10/2020 à 17h 34

Ah tiens, TSP est en train de revoir sérieusement son positionnement vis-à-vis de la consommation de données et des volumes engendrés :



https://twitter.com/pbeyssac/status/1316788999298613249?s=21



Manquerait plus qu’ils trouvent des chiffres fiables et on pourrait enfin avoir un rapport potable.


Le 15/10/2020 à 18h 33

Un sujet “moderne” traité par des Dinosaures… Le résultat n’est guère surprenant.


Le 15/10/2020 à 18h 41

Nerg34 a dit:


Un sujet “moderne” traité par des Dinosaures… Le résultat n’est guère surprenant.




Le problème est que ce n’est pas tellement les vieux qui propagent le plus de mensonges sur le numérique…


Le 15/10/2020 à 19h 08

KP2 a dit:


Si c’était la seule erreur. Ils n’ont aucune explication entre l’écart de leurs estimation de la conso d’un DC avec ceux publiés par les plateformes ? La différence est d’un facteur 100 à 200… Et c’est bien qu’ils corrigent cette connerie mais c’est aussi un chiffre qui a été repris partout et sur lequel ils n’ont pas fait un gros effort pour le faire entendre.




Va falloir réviser les maths, tu les accuses de surestimer de 30 à 50 fois, puis quand on te fait remarquer qu’il y a effectivement un facteur 8 d’erreur à cause de la conversion bit/byte, ça fait 100 à 200 ?
Leur calcul est global, ça veut dire qu’il y a des DC qui consomment moins et d’autres qui consomment plus.




C’est vrai… celui là est mieux (quoiqu’un peu vieux : https://www.iea.org/reports/digitalisation-and-energy)




Un peu vieux et surtout (comme toutes les prévisions de l’AIE, il suffit de regarder les prévisions de prix du pétrole) totalement à côté de la plaque : rien n’a diminué, les émissions continuent d’augmenter chaque année. D’un autre côté, un rapport qui, en 2017, prétend réduire significativement les GES en équipant les PL de GPS + infotrafic, c’est très léger.




Ouais ben en attendant, c’est pas 4% non plus…




16%, c’est l’ensemble des transports (dont le transport routier et maritime qui tourne en partie pour livrer des gadgets électroniques, et qui fait travailler d’autre gadgets électroniques pour réduire les coûts financiers assez souvent au détriment des coûts environnementaux)




Et alors ? Bien sur que si l’efficacité compte car tous les trucs qu’on a, on les utilise. Et on les utilise pour bouffer à notre faim, pour éviter de tomber malades, pour se loger, pour vivre quoi… Et comme on pourra jamais réduire à 0 à moins de redevenir 300000 chasseurs-cueilleurs dans le monde, l’efficacité est importante pour garder notre niveau de vie et faire monter le niveau de vie des pays pauvres.




L’efficacité compte pour l’individu, mais n’a aucun intérêt pour le climat. Il n’y a que la masse totale de GES qui compte. L’efficacité ne change que la quantité de biens et services qu’on rentre dans les émissions possibles sans se foutre (trop) dans la mouise, ce n’est en aucun cas un prétexte à ne rien vouloir toucher de ce que moi moi moi je veux.




Et alors ? N’importe quel appareil a une durée de vie… Bien sur qu’il faut refabriquer et racheter et quand c’est le cas, où est le problème de passer la nouvelle techno qui te permet de multiplier ta capacité ?




Le problème est dans le fait de changer sans arrêt sans arriver à la fin de vie des appareils. Surtout dans l’IT où une proportion énorme du coût environnemental est dans la production des appareils.




T’as aucune preuve que les usages croissent plus vite. Personne n’en a mais tout le monde parle de l’effet rebond comme d’une évidence. Le fait est que le streaming video a remplacé les supports physiques, c’est pas un bien pour les GES ça ? Qui oserait dire que non ? Et une grosse part de l’augmentation des usages provient essentiellement de la réduction de la fracture numérique. Pareil, c’est mal selon toi ? Faudrait garder des milliards de gens hors d’internet pour le bien de la planete ?




Visiblement ce n’est pas un bien, puisque toutes les émissions continuent d’augmenter, y compris celles du numérique. La fracture numérique, c’est encore un de ces termes pipeaux (comme le pouvoir d’achat et toutes ces conneries de politiques pour faire croire qu’on fait qqch de valable pour la population). T’es au courant qu’avant d’avoir internet, il y a bcp de ces malheureux non connectés qui aimeraient avoir un logement décent et à bouffer ?




Ah ok… je vois le genre… bon sang, le niveau de civilisation est en train de baisser, quelle tristesse. Je vais pas te parler de liberté individuelle alors, j’ai compris…




Donc tu considères qu’on peut sans problème continuer sur la voie où on est à 8, 10 ou allons y, 30 milliards de personnes sur la planète ? Tu rêves tout debout.




Alors qu’est ce qui est fait à ce niveau concrètement ? Et coté chauffage résidentiel ?




Niveau transports, on ressert les normes chaque années, on pousse à aller vers des alternatives autres que le 100% pétrole, on réduit les vitesses de circulation, voire l’accès à certaines zones urbaines à des véhicules. Ce n’est pas assez, mais c’est déjà une attitude totalement opposée au total laisser aller envers le numérique.
Sur le chauffage résidentiel, idem, c’est trop lent, mais au moins il y a des mesures dans la bonne direction.




Si tu le dis, c’est que ça doit être vrai… Vaut mieux rien optimiser, tu as raison.




La mauvaise foi en action… On n’optimise rien du tout environnementalement. Ce n’est que de l’optimisation comptable (malheureusement pas sur la compta carbone, mais que sur les sous sous) et “l’optimisation” consiste à éparpiller au 4 coins de la planète des productions même les plus simples pour gratter qql centimes sur des composants.
Ou tu vis dans une grotte, ou tu as loupé ce qu’il s’est passé, mais le COVID a bien montré l’extrême fragilité de ce type de modèle (ultra performant dans une zone de tolérance ultra réduite, complètement à chier en dehors de cette zone)




Je vois toujours pas en quoi c’est un problème. On se fout des volumes de données. Ca ne change rien à l’énergie et à la matière consommée.




Bien sûr que si, plus tu augmentes les volumes, plus les tuyaux doivent être gros et les équipements réseau puissants (et changés souvent avec tous les impacts que ça engendre).




Bah en attendant tu me contredis pas, tu changes juste la question intiale. Cette histoire de charbon n’était que l’illustration que la fable du petit colibri qui fait sa part pour éteindre le feu, c’est de la connerie. Le fait est que quand t’as un putain de canadair et que tu vises la bonne zone, tu arrêtes le feu. T’auras beau avoir 1000000 de colibris qui s’agitent à coté, ça fera toujours rien.




Non, ça n’a rien à voir avec ta fable, tous les secteurs sont responsables d’une part importante des émissions, et tous doivent réduire leurs émissions (diviser par 6 d’ici 30 ans).




Le numérique est une des solutions pour affronter le problème du RC. Comme plein d’autres trucs (nucléaire, optimisation des rendements agricoles, etc). Elle n’est pas parfaite évidemment (rien ne l’est) mais ça aide. Et y’a trop de gens qui racontent n’importe quoi à son sujet volontairement (et étonnamment (non), ce sont les mêmes qui racontent des conneries sur les autres solutions que j’ai pris en exemple et pleins d’autres sujets) car leur objectif principal n’est pas de combattre le RC mais la décroissance et, in fine, la pauvreté. Pour ces gens, le RC n’est qu’un prétexte. C’est eux qui font du greenwashing mais pas pour “cleaner” une vision capitaliste mais au contraire pour “cleaner” leur vision de la vie basée sur la pauvreté que personne ne veut évidemment.




Que des conneries, le numérique n’est absolument pas un outil majeur pour combattre le RC, il ne sert qu’à orchestrer des flux physiques, les quelques business dématérialisés sont anecdotiques dans leur usage. Je sais que c’est la grande mode l’IA, des smart trucs et bidules, mais aucune de ces escroqueries ne change rien à la donne (voire empire la situation genre les ampoules intelligentes Wifi pour allumer une lampe qui consomme 3W pendant 10 minutes de moins par jour au prix d’un équipement wifi allumé en permanence, no comment).




Y’a rien à dire de plus. Tout est faux dans ses 2 phrases.



Le 15/10/2020 à 21h 57

deathscythe0666 a dit:


Va falloir réviser les maths, tu les accuses de surestimer de 30 à 50 fois, puis quand on te fait remarquer qu’il y a effectivement un facteur 8 d’erreur à cause de la conversion bit/byte, ça fait 100 à 200 ? Leur calcul est global, ça veut dire qu’il y a des DC qui consomment moins et d’autres qui consomment plus.




Y’a effectivement une erreur de 30 à 50 sur certains points de leur rapport, 100 a 200 sur d’autres.
L’erreur de conversion faisait partie, entre autres, des premiers points.
Le rapport de TSP est truffé d’erreurs, d’approximations, d’extrapolations d’extrapolations, d’utilisation systématique des valeurs hautes des fourchettes des études sur lequelles ils s’appuyent ou d’utilisations d’études hors d’age…
Bref, c’est un rapport idéologique et militant qui est au numérique ce que les rapports de Greenpeace sont au nucléaire : un tas de chiasse purement marketing et sans valeur.




L’efficacité compte pour l’individu, mais n’a aucun intérêt pour le climat. Il n’y a que la masse totale de GES qui compte. L’efficacité ne change que la quantité de biens et services qu’on rentre dans les émissions possibles sans se foutre (trop) dans la mouise, ce n’est en aucun cas un prétexte à ne rien vouloir toucher de ce que moi moi moi je veux.




Ce n’est pas un prétexte pour quoique ce soit mais on est quand même pas sur cette Terre pour crever comme au moyen-âge. Si ça te fait triper de t’imaginer comme ça, grand bien te fasse mais j’ai une autre ambition pour moi, mes enfants et le reste du monde (dont une partie vit encore comme au Moyen-Age et n’a qu’une envie est d’en sortir…)




Le problème est dans le fait de changer sans arrêt sans arriver à la fin de vie des appareils. Surtout dans l’IT où une proportion énorme du coût environnemental est dans la production des appareils.




Je ne peux pas dire que personne ne fait ça mais c’est très exagéré d’envisager que TOUT LE MONDE fonctionne comme ça. Les gens sont pas si cons, hein…




Visiblement ce n’est pas un bien, puisque toutes les émissions continuent d’augmenter, y compris celles du numérique. La fracture numérique, c’est encore un de ces termes pipeaux (comme le pouvoir d’achat et toutes ces conneries de politiques pour faire croire qu’on fait qqch de valable pour la population). T’es au courant qu’avant d’avoir internet, il y a bcp de ces malheureux non connectés qui aimeraient avoir un logement décent et à bouffer ?




Et pourtant, une des choses que ces malheureux s’offrent dès que possible, c’est un téléphone mobile. Visiblement, la communication est un des besoins devenu de base depuis qq années.
Perso, ça ne me choque pas.




Donc tu considères qu’on peut sans problème continuer sur la voie où on est à 8, 10 ou allons y, 30 milliards de personnes sur la planète ? Tu rêves tout debout.




Y’aura jamais 30Mds d’humains sur Terre. On sait déjà calculer qu’on ne devrait pas dépasser les 10-12 Mds. Pourquoi ? Car avec l’augmentation du niveau de vie, la fertilité baisse drastiquement donc on atteindra un summum puis la population vieillira et elle devrait même baisser naturellement à terme. Comme dans les pays développés quoi.
Sauf qu’il ne faut surtout pas maintenir les gens dans la pauvreté comme les décroissants le veulent.
Et de toute façon, si ces fous mortifères arrivent à leurs fins en Occident, je leur souhaite bonne chance pour convaincre les Chinois, l’Afrique, l’Inde & co. Ils iront les attaquer avec du quinoa bio-équitable et des fourches en bois flotté recyclé, ils verront à qui ils auront à faire !




Niveau transports, on ressert les normes chaque années, on pousse à aller vers des alternatives autres que le 100% pétrole, on réduit les vitesses de circulation, voire l’accès à certaines zones urbaines à des véhicules. Ce n’est pas assez, mais c’est déjà une attitude totalement opposée au total laisser aller envers le numérique. Sur le chauffage résidentiel, idem, c’est trop lent, mais au moins il y a des mesures dans la bonne direction.




Et les gains en économie d’énergie qui sont absolument faramineux depuis 20 ans dans le numérique au point de compenser presque totalement l’augmentation des usages, c’est peanuts pour toi ? Tu te moques du monde !
Et quel laisser-aller ?? Mais ça n’a aucun sens ce que tu dis… Tu vis d’un autre monde, c’est pas possible.




La mauvaise foi en action… On n’optimise rien du tout environnementalement. Ce n’est que de l’optimisation comptable (malheureusement pas sur la compta carbone, mais que sur les sous sous) et “l’optimisation” consiste à éparpiller au 4 coins de la planète des productions même les plus simples pour gratter qql centimes sur des composants. Ou tu vis dans une grotte, ou tu as loupé ce qu’il s’est passé, mais le COVID a bien montré l’extrême fragilité de ce type de modèle (ultra performant dans une zone de tolérance ultra réduite, complètement à chier en dehors de cette zone)




Non, je ne crois pas que c’est moi qui vis dans une grotte là…




Bien sûr que si, plus tu augmentes les volumes, plus les tuyaux doivent être gros et les équipements réseau puissants (et changés souvent avec tous les impacts que ça engendre).




Et alors ? La puissance des équipements ne leur fait pas consommer ni plus d’énergie ni plus de matière pour autant alors qu’est ce qu’on peut en avoir à foutre ???
Tant mieux au contraire ! puisque le numérique est un des rares domaines où on arrive à faire plus avec moins…




Non, ça n’a rien à voir avec ta fable, tous les secteurs sont responsables d’une part importante des émissions, et tous doivent réduire leurs émissions (diviser par 6 d’ici 30 ans).




C’est faux. C’est pas comme ça que ça marche… Certains secteurs sont en concurrence avec d’autres. Si l’un peut délivrer un service équivalent à un autre avec moins de GES, il faut le privilégier. C’est pour ça qu’il faut pousser le train sur l’avion, le vélo (en ville évidemment) sur la voiture, l’isolation des maisons sur le chauffage, etc etc etc
Et le numérique peut largement aider sur le transport des personnes, l’optimisation des flux d’information et la distribution de contenus immatériels…
Vouloir tout réduire sans réflexion et sans prendre en compte cet état de fait est contre-productif.



Sinon, autant commencer par la fin directement et mettre en place des centres d’euthanasie Soleil Vert… Je serais pas étonné que tu trouves ça pas si nul comme solution.




Que des conneries, le numérique n’est absolument pas un outil majeur pour combattre le RC,




Rhétorique classique : je sais pas quoi dire donc j’évacue le sujet…
Mais on est d’accord pour les ampoules wifi. Perso, je préfere le zigbee.


Uther Abonné
Le 16/10/2020 à 06h 40

KP2 a dit:


Ce n’est pas un prétexte pour quoique ce soit mais on est quand même pas sur cette Terre pour crever comme au moyen-âge. Si ça te fait triper de t’imaginer comme ça, grand bien te fasse mais j’ai une autre ambition pour moi, mes enfants et le reste du monde (dont une partie vit encore comme au Moyen-Age et n’a qu’une envie est d’en sortir…)




Bravo tu a gagné un point Macron (référence aux Amish). Il y a une différence entre raisonner nos usages et renoncer a toute technologie. Je ne serais pas sur NextInpact si je pensait pas que la technologie est quelque chose d’utile. Mais clairement le rythme de renouvellement du matériel et l’augmentation de usage au fur a mesure fait que l’on est dans un cycle éternel qui ne peut pas s’améliorer.



De plus la pauvreté n’est pas aussi simple que ça. Il n’y avait quasiment pas d’électronique il y a 50 ans, pourtant il y avait déjà des riches et des pauvres.




KP2 a dit:


Y’aura jamais 30Mds d’humains sur Terre. On sait déjà calculer qu’on ne devrait pas dépasser les 10-12 Mds. Pourquoi ? Car avec l’augmentation du niveau de vie, la fertilité baisse drastiquement donc on atteindra un summum puis la population vieillira et elle devrait même baisser naturellement à terme. Comme dans les pays développés quoi.




Sauf que le numérique n’a rien a voir dans la balance. Ce qui a un impact sur la natalité c’est un peu l’augmentation de l’espérance de vie et beaucoup l’éducation des filles. La natalité a baissé dans les pays développés bien avant l’arrivée de l’électronique.


Le 16/10/2020 à 06h 52

Uther a dit:


Bravo tu a gagné un point Macron (référence aux Amish). Il y a une différence entre raisonner nos usages et renoncer a toute technologie. Je ne serais pas sur NextInpact si je pensait pas que la technologie est quelque chose d’utile. Mais clairement le rythme de renouvellement du matériel et l’augmentation de usage au fur a mesure fait que l’on est dans un cycle éternel qui ne peut pas s’améliorer.



De plus la pauvreté n’est pas aussi simple que ça. Il n’y avait quasiment pas d’électronique il y a 50 ans, pourtant il y avait déjà des riches et des pauvres.



Sauf que le numérique n’a rien a voir dans la balance. Ce qui a un impact sur la natalité c’est un peu l’augmentation de l’espérance de vie et beaucoup l’éducation des filles. La natalité a baissé dans les pays développés bien avant l’arrivée de l’électronique.




Le numérique n’a pas d’impact sur la production de richesses et sur le niveau de vie d’un pays ?? C’est juste pour le plaisir que TOUS les secteurs se sont informatisés en masse alors… c’est certain…
J’en aurai entendu des conneries mais celle-ci est du haut niveau…


Uther Abonné
Le 16/10/2020 à 07h 04

Sauf que encore tu fais un rapport direct entre production et niveau de vie. Même si ça a des impact, il ne s’agit pas d’une relation directe.
La notion de richesse et de pauvreté s’appliquait avant que l’on ait des niveaux de production si élevés.


Le 16/10/2020 à 08h 08

Uther a dit:


La notion de richesse et de pauvreté s’appliquait avant que l’on ait des niveaux de production si élevés.




Bien sur parce qu’être riche ou pauvre sont des notions relatives !
En attendant, un “pauvre” d’aujourd’hui est bien plus riche qu’une personne de la classe moyenne dans les années 50, hein… Et le niveau de vie (qui est une notion absolue) a sérieusement augmenté partout dans le monde et je veux que ça continue car ça implique moins de maladie, moins de famines, moins d’enfants qui meurent en bas age, des gens qui vivent mieux globalement…


Uther Abonné
Le 16/10/2020 à 09h 35

Encore une fois tu amalgame tout. La 5G ou Netflix ne soit pas responsable de l’augmentation de l’espérance de vie


Le 16/10/2020 à 11h 46

KP2 a dit:


[…] un tas de chiasse purement marketing et sans valeur.




Toute ton argumentation est de ce niveau, tu es incapable de discuter, à part porter des accusations vagues sur un rapport (que tu as vraisemblablement vaguement survolé voire même pas lu) et surtout ne rien proposer d’alternatif (parce que te contenter de poncifs sans aucune justification arrange bien ton confort intellectuel)




Si ça te fait triper de t’imaginer comme ça, grand bien te fasse mais j’ai une autre ambition pour moi, mes enfants et le reste du monde (dont une partie vit encore comme au Moyen-Age et n’a qu’une envie est d’en sortir…)




Le degré zéro de l’argumentation, comme je ne suis pas d’accord avec toi, tu m’accuses de vouloir revenir au temps des cavernes…
Expliquer dans la même phrase que tu veux la jouissance sans entrave et que tu te préoccupes de tes enfants, en l’état de la connaissance scientifique actuelle sur les impacts de la société industrielle sur le climat, c’est … naïf, dirons nous.




Je ne peux pas dire que personne ne fait ça mais c’est très exagéré d’envisager que TOUT LE MONDE fonctionne comme ça. Les gens sont pas si cons, hein…




Haha, première nouvelle. Les gens ne sont pas si cons : les changements de téléphone tous les deux ans, tu penses que c’est parce que les téléphones tombent massivement en panne au bout de deux ans ?




Et pourtant, une des choses que ces malheureux s’offrent dès que possible, c’est un téléphone mobile. Visiblement, la communication est un des besoins devenu de base depuis qq années. Perso, ça ne me choque pas.




Forcément, à coup de bourrage de crâne publicitaire, et maintenant par les politiques, comment veux tu que ça ne finisse pas comme ça ?
C’est comme la pub pour les SUV…




Y’aura jamais 30Mds d’humains sur Terre. On sait déjà calculer qu’on ne devrait pas dépasser les 10-12 Mds. Pourquoi ? Car avec l’augmentation du niveau de vie, la fertilité baisse drastiquement donc on atteindra un summum puis la population vieillira et elle devrait même baisser naturellement à terme. Comme dans les pays développés quoi. Sauf qu’il ne faut surtout pas maintenir les gens dans la pauvreté comme les décroissants le veulent. Et de toute façon, si ces fous mortifères arrivent à leurs fins en Occident, je leur souhaite bonne chance pour convaincre les Chinois, l’Afrique, l’Inde & co. Ils iront les attaquer avec du quinoa bio-équitable et des fourches en bois flotté recyclé, ils verront à qui ils auront à faire !




Il n’y aura jamais 30 milliards d’humains sur Terre, je suis même prêt à parier qu’il n’y en aura jamais 10 non plus parce que la soutenabilité de notre population multipliée par notre impact individuel sur les ressources et le climat n’existe pas.




Et les gains en économie d’énergie qui sont absolument faramineux depuis 20 ans dans le numérique au point de compenser presque totalement l’augmentation des usages, c’est peanuts pour toi ? Tu te moques du monde ! Et quel laisser-aller ?? Mais ça n’a aucun sens ce que tu dis… Tu vis d’un autre monde, c’est pas possible.




Une croissance des émissions de plus de 5% par an, ce n’est pas une compensation presque totale, c’est une grosse dérive.




Non, je ne crois pas que c’est moi qui vis dans une grotte là…



Et alors ? La puissance des équipements ne leur fait pas consommer ni plus d’énergie ni plus de matière pour autant alors qu’est ce qu’on peut en avoir à foutre ??? Tant mieux au contraire ! puisque le numérique est un des rares domaines où on arrive à faire plus avec moins…




C’est totalement faux, les nouveau produits sont plus polluants à produire qu’avant (un écran cathodique, c’est 10 fois moins d’émissions qu’un plat de diagonale égale, un écran de 6 ou 7 pouces OLED bien plus qu’un écran de nokia 3310, les cas sont très nombreux).
Quant à leur puissance en fonctionnement, c’est plus leur multiplication pour des besoins plus ou moins utiles qui pose problème.




C’est faux. C’est pas comme ça que ça marche… Certains secteurs sont en concurrence avec d’autres. Si l’un peut délivrer un service équivalent à un autre avec moins de GES, il faut le privilégier. C’est pour ça qu’il faut pousser le train sur l’avion, le vélo (en ville évidemment) sur la voiture, l’isolation des maisons sur le chauffage, etc etc etc Et le numérique peut largement aider sur le transport des personnes, l’optimisation des flux d’information et la distribution de contenus immatériels… Vouloir tout réduire sans réflexion et sans prendre en compte cet état de fait est contre-productif.




Le numérique est un leurre parce qu’il peut optimiser c’est vrai, mais ça reste des gains à la marge. Gagner 10% sur l’organisation de tournées de covoiturage, au delà de la question de l’acceptabilité, c’est facile, mais ce n’est pas ça qui va faire la réduction nécessaire des 80% des émissions du transport. Et mettre du fric la dedans en s’imaginant que le plus dur sera fait, c’est à côté de la plaque.




Sinon, autant commencer par la fin directement et mettre en place des centres d’euthanasie Soleil Vert… Je serais pas étonné que tu trouves ça pas si nul comme solution.




Encore une fois, caricature, c’est très fatigant de parler à une personne comme toi.




Rhétorique classique : je sais pas quoi dire donc j’évacue le sujet…




Tu te fous de ma g… là, après tout ce que je viens d’écrire. En fait, tu es spécialiste de la joute verbale sur la forme mais absolument pas sur le fond.




Mais on est d’accord pour les ampoules wifi. Perso, je préfere le zigbee.



Le 17/10/2020 à 16h 12

David_L a dit:


Surtout quand à côté tu ne regarde pas effectivement la question de la surenchère publicitaire des sites et ce que ça implique en volume de données (j’ai hâte de voir les critères éventuels d’éco-conception), les spams qui sont l’essentiel du flux email dans le monde, ça tape juste sur ce qui est visible.




Je n’ai aucune idée de leurs critères mais entre les micro-secondes économisées par les bloqueurs de pub ou le filtrage DNS cumulés… ce n’est certainement pas négligeable pour un pays comme la France. Sans compter le % d’autofinancement qui revient aux sites et non aux usagers.



Sur la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité il est précisé qu’on parle d’éco-conception des data-centers, pas du service du faire-use. Rien de bien nouveau, l’ADEME ne va pas faire des miracles pour suivre le Sénat je pense. (surtout le sénat :D )


Le 18/10/2020 à 18h 44

(quote:1831486:Idiogène)
Sans prendre en compte le fait qu’un data-center est en usage 247 ?




J’ai fait une conversion en jours sur la base de 24h par jour, donc c’est la durée pour rentabiliser si c’était dans un usage serveur. Comme de toute façon je calculais plutôt pour un particulier, j’ai une borne minimale du temps pour se rembourser (que ce soit en GES ou en argent).




Pour le cas individuel le problème des gains d’optimisation se pose mais pour des services dont les coûts touchent justement à d’autres domaines émissifs, un projet bien mené dans le détail suffit à réduire les GES et puisqu’on veut de l’avenir à portée de main curieusement le mariage numérique/écologique fonctionne sur les plus réfractaires aux GES. Les freins sont plutôt qu’on ne se questionne jamais collectivement sur l’emprise spatiale des data-centers (on compare de base des GES), leur traitement urbain (en général en dehors du centre => supermarchés 3.0) et les gains potentiels de cogénération associés (par effet Joule et autres optimisations de principe !).




Je ne vois que marginalement le rapport avec le problème du changement de machines pouvant sembler une bonne idée mais ne l’étant pas :




  • le problème climatique, ce sont les GES, je ne vois pas pourquoi on va aller calculer autre chose.

  • le traitement urbain ? Pas sûr que je saisisse le problème, mais un DC extraurbain va “consommer” qql km de fibre en plus et qql trajets pour les employés (qui ne sont pas 50000, c’est pas un magasin ikea)

  • pour la cogénération, c’est encore perdu si tu prends des machines qui consomment moins, donc tu perds sur 3 tableaux au lieu de deux :-)




(quote:1831487:Idiogène)
Je n’ai aucune idée de leurs critères mais entre les micro-secondes économisées par les bloqueurs de pub ou le filtrage DNS cumulés… ce n’est certainement pas négligeable pour un pays comme la France. Sans compter le % d’autofinancement qui revient aux sites et non aux usagers.




Je trouve au contraire que la question se pose, pour pas mal de sites, la pub est l’élément principal en terme de poids des données, donc en termes d’impacts environnementaux (surtout quand tu considères les cas où la pub déclenche effectivement des achats qui n’auraient pas eu lieu sans, ce qui existe à un niveau significatif sinon la pub n’existerait plus), donc la filtrer est bon pour l’environnement et pour le portefeuille des internautes.


Le 19/10/2020 à 05h 58

deathscythe0666 a dit:




  • le problème climatique, ce sont les GES, je ne vois pas pourquoi on va aller calculer autre chose.

  • le traitement urbain ? Pas sûr que je saisisse le problème, mais un DC extraurbain va “consommer” qql km de fibre en plus et qql trajets pour les employés (qui ne sont pas 50000, c’est pas un magasin ikea)

  • pour la cogénération, c’est encore perdu si tu prends des machines qui consomment moins, donc tu perds sur 3 tableaux au lieu de deux :-)




Il ne suffit pas de calculer des GES, la mise en cohérence au stade de la conception est un problème bien plus grave.



Le problème du traitement urbain c’est qu’entre un local en sous-sol en plein centre-ville avec une cogénération inutile (donc non traitée) et un DC dans une pépinière, non seulement les km de fibre ont un coût nul, mais surtout, le coût du foncier change à la hausse dans le cas de la ville. Hors on sait très bien que la fibre optique règle pas mal de problèmes de latence en campagne et donc que le traitement en périphérie aurait ici plus de sens.



La cogénération n’interdit pas de moins consommer : le problème c’est de traiter les rendements pas terribles par effet joule qui ne sont pas traités par le secteur.
Typiquement on parle parfois de surchauffe urbaine, ici les DC contribuent largement au problème d’accumulation de chaleur des sous-sols par inertie. Hors si cette chaleur était traitée correctement pour être utile en été, on pourrait ne rien perdre bien qu’en input on aurait moins de kW/h électriques.



Le renouvellement des parcs n’est donc pas un problème, mais pondre des normes (genre sockets de CPU ou autre) afin de dire maintenant on récupère la chaleur perdue ce serait déjà pas mal. Les solutions organiques du gars qui chauffe sa maison avec son PC c’est un bon exemple pour comprendre le degré d’illettrisme du marché à ce sujet…