L’Assemblée nationale et le gouvernement refusent l’asile politique pour Julian Assange

L’Assemblée nationale et le gouvernement refusent l’asile politique pour Julian Assange

We kill leaks

Avatar de l'auteur

Marc Rees

Publié dansDroit

07/02/2022
29
L’Assemblée nationale et le gouvernement refusent l’asile politique pour Julian Assange

Ce n’était qu’une proposition de résolution, sans conséquence juridique, mais l’Assemblée nationale l’a rejetée. Elle se contentait simplement d’inviter le gouvernement à accorder l’asile politique à Julian Assange. L’exécutif était farouchement opposé à une telle démarche. Voilà pourquoi.

Une résolution « est un acte par lequel l’Assemblée émet un avis sur une question déterminée », indique l’Assemblée nationale dans une fiche de synthèse.

Selon la Constitution, en effet, ces textes ne peuvent contenir d’injonction à l’égard du gouvernement. Plus exactement, l’exécutif peut s’opposer à leur dépôt, si ce véhicule non normatif déborde de son cadre naturel : un instrument de droit souple, sans contrainte…

C’est en tout cas par ce biais que plusieurs députés, d’horizons politiques multiples, ont cosigné une proposition de résolution déposée par la députée Jennifer De Temmerman (Libertés et Territoires, ex-LREM), invitant le gouvernement à accorder l’asile politique à Julian Assange, comme elle s'en était expliqué à Libé.

Un document transpartisan cosigné par les députés Cédric Villani (non inscrit), Éric Bothorel (LREM), Marie-George Buffet (GDR), Paula Forteza (non inscrite), Michel Larive (LFI), Jean Lassalle (Libertés et territoires), Philipe Latombe (MoDem), Adrien Quatennens (LFI), François Ruffin (LFI) ou encore Cécile Untermaier (socialistes et apparentés).

Rappel des positions d’Emmanuel Macron et d’Éric Dupond-Moretti

Dès les premières lignes introductives, le document rappelle les propos d’Emmanuel Macron tenus en 2019 : « Il faut protéger toutes les libertés, la liberté de la presse mais la liberté des individus aussi ». Et les parlementaires d’estimer que pour le cas d’Assange, ces deux libertés sont bafouées : « Aujourd’hui, les États‑Unis maintiennent la pression pour une extradition, en vue de le condamner à 175 années de prison. Et Julian Assange croupit dans les prisons britanniques ».

Les députés se sont souvenus aussi des positions d’Éric Dupond-Moretti en février 2020, quelques mois avant son arrivée au poste de Garde des Sceaux :

« On va tout de même rappeler ce qu’il a permis de révéler. Il a permis de révéler en France que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient été espionnés par les Américains, ça n’est pas rien. Il a permis de révéler également que Pierre Moscovici et François Baroin, deux ministres français de l’économie, avaient fait l’objet d’une opération d’espionnage économique conduite par les États‑Unis. »

Depuis, les signataires de la résolution constatent que « le pays des droits de l’Homme se tait ». Pour casser l’emprise du silence, le document invitait donc le gouvernement à accorder le droit d’asile à Assange considérant « l’attache de la France à la défense de la liberté de la presse et à la liberté d’informer », son « innocence », « le service rendu au monde par l’intermédiaire de Wikileaks et des informations dévoilées sur les agissements illégaux des États‑Unis d’Amérique », « le service rendu à la Nation et au peuple français en révélant l’espionnage de l’Élysée par son allié américain », outre « l’appel de nombreuses organisations non gouvernementales et institutions pour sa libération », non sans oublier « le rôle que doit avoir la France dans la défense de la justice et des libertés ».

Le pays des droits de l’Homme aphone

Les débats organisés vendredi à l’Assemblée nationale ont malgré tout conduit au rejet de ce texte, dans un hémicycle piloté par une majorité LREM en phase avec le gouvernement.

Lors de la présentation de la résolution, les signataires ont redoublé d’arguments pour éviter ce sort funeste : « Comment la France, pays des droits de l’homme, pourrait-elle rester aphone plus longtemps sur cette question de défense des libertés ? » s’est interrogée Jennifer De Temmerman. « Julian Assange défend la paix par la vérité. Il a été nominé neuf fois pour le prix Nobel de la paix, soutenu par plusieurs lauréats ».

Les députés favorables au texte étaient ainsi en quête d’une « solution qui permettrait à Julian Assange, mais aussi à d’autres lanceurs d’alerte, d’introduire une demande pour un visa humanitaire ou pour l’asile au moyen du réseau consulaire, et à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) de traiter les demandes à distance ».

Pour Stéphane Peu (GDR), « depuis dix ans, Julian Assange est un homme traqué, épié, espionné. Depuis dix ans, Julian Assange est privé de liberté : d’abord à l’ambassade de l’Équateur à Londres, qu’il ne pouvait quitter sous peine d’être arrêté par la police britannique, et, depuis 2019, dans une prison londonienne de haute sécurité, dans un cadre de détention particulièrement répressif. Oui, Julian Assange est un prisonnier politique ».

Plusieurs points litigieux, selon le camp LREM

« Telle qu’elle est rédigée, nous ne pouvons pas souscrire à cette proposition de résolution » s’est opposé, depuis les camps LREM, le député Jean François Mbaye, l’index pointé sur plusieurs « points litigieux qu’il est difficile d’ignorer, eu égard aux enjeux qu’elle entend défendre ».

Accorder le statut de réfugié à Assange ? « Le droit d’asile répond à un cadre juridique qui suppose la réunion de conditions et le respect de procédures objectivement établies. Aussi, ce n’est pas le gouvernement français qui accorde le statut de réfugié, mais bien l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, dont les décisions sont prises à la lumière de la jurisprudence de la Cour nationale du droit d’asile ».

Un Office qui « statue en toute indépendance et de manière impartiale », indique le parlementaire LREM.

Selon le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, cet Office « est un établissement public doté de la personnalité civile et de l'autonomie financière et administrative placé auprès du ministre chargé de l'asile », qui « reconnaît la qualité de réfugié ou d'apatride, ou accorde le bénéfice de la protection subsidiaire aux personnes remplissant les conditions » posées par les textes. Et « exerce en toute impartialité » ses missions sans recevoir d’instruction. 

Dans l’argumentaire LREM, « l’asile ne saurait en aucun cas être considéré comme une contrepartie à un service rendu, qu’il soit avéré ou supposé, car cela risquerait de déstabiliser tout un pan de notre droit et, avec lui, notre politique d’asile ».

Certes, ce qu’une loi fait, une autre peut le défaire, en ce sens que les textes peuvent être réformés, améliorés, aiguisés… Si le député juge cette réforme « sans doute » souhaitable, « une telle entreprise nécessiterait un minutieux travail de fond afin d’apprécier les conséquences qu’elle pourrait directement avoir pour les demandeurs ».

Quant aux citations d’Emmanuel Macron et d’Éric Dupond-Moretti, mentionnées dans les propos introductifs de la résolution, elles « ont été sorties de leur contexte et desservent la pertinence du propos ». Le premier « faisait en fait référence à un membre des forces spéciales, dont le nom avait été divulgué dans la presse », le second était alors avocat de Julian Assange. Bref, rien à voir avec la situation du lanceur d’alerte.

Le député LREM préfèrerait aussi que le sujet soit pris en main par les institutions européennes « afin d’élaborer avec nos partenaires un régime à même de répondre aux insuffisances systémiques préjudiciables à tous les lanceurs d’alerte, sans exception ». Une réforme qui prendrait des mois voire des années.

Respecter l’impartialité de la justice anglaise et américaine

Arguments partagés par Patricia Lemoine (Agir Ensemble) : « Le droit à un procès équitable garanti par les droits britannique et européen à l’article 6 de la CEDH d’une part, et le due process of law américain protégé par le Bill of Rights d’autre part, sont certes différents, mais assurent objectivement une procédure judiciaire digne de grands pays démocratiques. Accorder le statut de réfugié politique à Julian Assange reviendrait à ne pas reconnaître l’impartialité de ces deux systèmes judiciaires. »

« Un homme ne peut pas et ne doit pas risquer un siècle de prison pour avoir été lanceur d’alerte » a ajouté Nicolas Turquois (Modem), non sans tempérer : Assange est « dans un État qui garantit les libertés individuelles et où la justice est indépendante », et « la France n’a pas vocation à interférer dans les décisions juridiques souveraines de ses alliés ».

Une France qui fait honte à François Ruffin

Dans le camp de la France Insoumise, François Ruffin s’est étonné : « la France est surveillée par un allié jusqu’à l’Élysée et nous ne prenons aucune mesure de rétorsion ! Nous n’avons aucun sursaut d’orgueil, de fierté. Nous ne faisons rien pour imposer le respect. Cette France, oui, cette France qui se laisse piétiner, elle me fait honte ! Et pire encore : quel secours, quelle protection apporte notre pays à Edward Snowden et Julian Assange quand ils sont poursuivis, pourchassés, traqués par nos amis américains ? Aucun ! Aucun secours ! Aucune protection ! Jusqu’à la comédie ».

Cédric Villani de s’étonner : « le seul crime d’Assange est d’avoir été trop bon éditeur, d’avoir si bien fait son travail que le Time Magazine lui a décerné le titre de personnalité de l’année 2010. Et c’est pour cela qu’il serait passible de 175 ans de prison ? ».

Et celui qui a cosigné une tribune avec François Ruffin dans la Croix, de s’en prendre aux méthodes de l’administration américaine : une administration « qui foule aux pieds les libertés individuelles jusqu’à enregistrer les conversations d’Assange avec ses avocats et récupérer toutes les données Google des membres de WikiLeaks ».

Le médaillé Fields ne cache pas sa déception : « moi qui ai tant admiré, pour en avoir bénéficié, les talents d’accueil de la société américaine, moi dont la carrière scientifique doit tant aux campus vibrants et ouverts d’Atlanta, de Berkeley ou de Princeton, je reste sidéré devant un tel dévoiement des valeurs américaines. »

Au PS, l’oubli de 2015

Claudia Rouaux (socialistes et apparentés) a également pris sa plus belle plume pour exposer que « pendant sept années, il s’est réfugié dans une pièce de 10 mètres carrés à l’ambassade d’Équateur à Londres. Depuis 2019, il est détenu dans une prison anglaise de haute sécurité, dans l’attente du délibéré concernant son extradition aux États-Unis où il risque 175 ans de prison ».

Et l’élue PS de décrire Julian Assange comme « un allié de la France » qu'il est nécessaire de protéger « en raison de son combat fondamentalement politique ».

La députée PS n’a donc pas remis au chaud l’épisode de 2015 où François Hollande avait tout simplement refusé l’asile politique à Assange, non sans s’expliquer dans une lettre publiée sur le site officiel de l'Elysée (dont on retrouve la trace sur archive.org) :

« La France a bien reçu la lettre de M. Assange. Un examen approfondi fait apparaître que compte tenu des éléments juridiques et de la situation matérielle de M. Assange, la France ne peut pas donner suite à sa demande. La situation de M. Assange ne présente pas de danger immédiat. Il fait en outre l’objet d’un mandat d’arrêt européen. »

Assange Elysée

Crédits : Elysee.fr

Un refus qu’avait détaillé alors par le député PS Jean-Jacques Urvoas, rapporteur de la loi renseignement : « L’asile en France, c’est un statut particulièrement organisé. Pour demander l’asile, il faut d’abord faire l’objet de persécutions, il faut être sur le territoire national, et dans ce cas on regarde si on ne vient pas d’une démocratie où la justice est indépendante. Je ne pense pas que ces conditions s’appliquent à Julian Assange ».

Pour le gouvernement, Assange n’est pas en danger

Attendue, la parole gouvernementale a été portée par Franck Riester, aujourd’hui ministre délégué chargé du commerce extérieur et de l’attractivité. Alors que les recours s’enchaînent outre-Manche, avec le dernier épisode en date où Assange a été autorisé à faire appel, « nous considérons que le Royaume-Uni est un État de droit et nous faisons confiance à sa justice ».

Le représentant de l’exécutif a aussi rappelé qu’« en application du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, il appartient exclusivement à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, sous le contrôle juridictionnel de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), de se prononcer en matière d’éligibilité à la protection internationale et de reconnaître la qualité de réfugié à une personne qui invoque la crainte de persécutions ».

Et l’OFPRA ne peut être saisi depuis l’étranger. Plus exactement, « pour demander asile en France, un ressortissant étranger qui se trouve en dehors de notre territoire doit solliciter auprès des autorités consulaires françaises un visa dont la délivrance relève in fine du ministère de l’Intérieur ».

Si en 2015, Assange « avait exprimé par voie de presse son intention de demander asile en France », à ce jour, « le Gouvernement n’a eu connaissance, de sa part, ni d’une telle demande formelle ni d’une demande de visa – puisqu’il réside à l’étranger – aux fins de demander l’asile ».

Mieux : selon Riester, si la France avait rejeté cette demande en 2015, « compte tenu d’éléments liés à la situation de fait comme à la situation juridique de l’intéressé », sept ans plus tard, « il n’apparaît pas que ces éléments aient évolué depuis ». En somme, Assange n’est pas plus en danger aujourd’hui qu’hier, alors qu'il risque 175 années de prison outre-Atlantique.

Malgré tout, la France, assure le ministre délégué, « est un bon élève » en la matière. La preuve : elle a surtransposé la directive le 7 octobre 2019 sur la protection des personnes qui signalent des violations du droit de l’Union européenne, dans le cadre d’une proposition de loi tout juste adoptée.

Alors que des yeux sont tournés vers les autorités européennes, Franck Riester ne plaide pas en faveur d’un instrument « général et juridiquement contraignant » relatif aux lanceurs d’alerte.

Il cite la position du comité des ministres du Conseil de l’Europe en date du 29 avril 2020 selon laquelle « la négociation d’un instrument contraignant, telle une convention, représenterait un processus long et au résultat incertain compte tenu de la complexité du sujet et de la diversité des solutions adoptées par les États membres pour protéger les lanceurs d’alerte. »

Mieux vaudrait, selon lui, « encourager les États à appliquer pleinement les recommandations existantes, au besoin avec l’assistance technique des comités et organes compétents du Conseil de l’Europe ».

« J’entends que l’OFPRA est seul habilité à traiter la demande que Julian Assange pourrait déposer, mais il est des cas où l’exécutif a su intervenir pour faire obtenir la nationalité française à des héros du quotidien » s’est souvenue Jennifer De Temmerman, évoquant la situation de Lassana Bathily, intervenu lors de la prise d’otages de l’Hyper Cacher. Celui-ci avait même eu droit à une « cérémonie d'accueil dans la citoyenneté française » au ministère de l’Intérieur en 2015.

Pas de lumière dans la nuit

« Envoyons un signal de lumière dans la nuit que traverse cet homme » a malgré tout plaidé en dernière ligne droite Alexis Corbière (LFI).

En vain. L’Assemblée nationale a rejeté la résolution par 31 voix contre (dont 29 LREM), 17 pour (le scrutin public).

29
Avatar de l'auteur

Écrit par Marc Rees

Tiens, en parlant de ça :

Le SoC Graviton4 d’Amazon AWS posé sur une table

Amazon re:invent : SoC Graviton4 (Arm), instance R8g et Trainium2 pour l’IA

Tout plus mieux qu'avant

09:30Hardware 0
Logo Comcybergend

Guéguerre des polices dans le cyber (OFAC et ComCyberMi)

CyberCom'

09:06Sécurité 0
Mur d’OVHcloud à Roubaix, avec le logo OVHcloud

OVHcloud Summit 2023 : SecNumCloud, IA et Local Zones

Des mini datacenters… Ouais une baie quoi ?

19:03HardwareInternet 2

Sommaire de l'article

Introduction

Rappel des positions d’Emmanuel Macron et d’Éric Dupond-Moretti

Le pays des droits de l’Homme aphone

Plusieurs points litigieux, selon le camp LREM

Respecter l’impartialité de la justice anglaise et américaine

Une France qui fait honte à François Ruffin

Au PS, l’oubli de 2015

Pour le gouvernement, Assange n’est pas en danger

Pas de lumière dans la nuit

Le SoC Graviton4 d’Amazon AWS posé sur une table

Amazon re:invent : SoC Graviton4 (Arm), instance R8g et Trainium2 pour l’IA

Hardware 0
Logo Comcybergend

Guéguerre des polices dans le cyber (OFAC et ComCyberMi)

Sécurité 0

#LeBrief : faille 0-day dans Chrome, smartphones à Hong Kong, 25 ans de la Dreamcast

0
Mur d’OVHcloud à Roubaix, avec le logo OVHcloud

OVHcloud Summit 2023 : SecNumCloud, IA et Local Zones

HardwareInternet 2
algorithmes de la CAF

Transparence, discriminations : les questions soulevées par l’algorithme de la CAF

IA et algorithmesSociété numérique 33

Plainte contre l’alternative paiement ou publicité comportementale de Meta

DroitIA et algorithmes 17
Nuage (pour le cloud) avec de la foudre

Économie de la donnée et services de cloud : l’Arcep renforce ses troupes

DroitInternet 0
De vieux ciseaux posés sur une surface en bois

Plus de 60 % des demandes de suppression reçues par Google émanent de Russie

Société numérique 4
Une vieille boussole posée sur un plan en bois

La Commission européenne et Google proposent deux bases de données de fact-checks

DroitInternet 2

#LeBrief : des fichiers Google Drive disparaissent, FreeBSD 14, caméras camouflées, OnePlus 12

0

Le poing Dev – round 6

Next 139

Produits dangereux sur le web : nouvelles obligations en vue pour les marketplaces

Droit 7
consommation de l'ia

Usages et frugalité : quelle place pour les IA dans la société de demain ?

IA et algorithmes 12

La NASA établit une liaison laser à 16 millions de km, les essais continuent

Sciences et espace 17
Concept de CPU

Semi-conducteurs : un important accord entre l’Europe et l’Inde

Hardware 6

#LeBrief : PS5 Slim en France, Valeo porte plainte contre NVIDIA, pertes publicitaires X/Twitter

0
Un mélange entre une réunion d’Anonymous et de tête d’ampoules, pour le meilleur et le pire

651e édition des LIDD : Liens Intelligents Du Dimanche

Internet 30
Bannière de Flock avec des bomes sur un fond rouge

#Flock, le grand remplacement par les intelligences artificielles

Flock 34
Un Sébastien transformé en lapin par Flock pour imiter le Quoi de neuf Docteur des Looney Tunes

Quoi de neuf à la rédac’ #9 : LeBrief 2.0, ligne édito, dossiers de fond

Next 63
Pilule rouge et bleue avec des messages codés

Encapsulation de clés et chiffrement d’enveloppes

Sécurité 31
Empreinte digital sur une capteur

Empreintes digitales : les capteurs Windows Hello loin d’être exemplaires

Sécurité 20

#LeBrief : succès du test d’Ariane 6, réparer plutôt que remplacer, Broadcom finalise le rachat de VMware

0

Hébergeurs, éditeurs, espaces de conversation ? La difficile régulation des réseaux sociaux

Réseaux sociauxSociété numérique 23
Puces en silicium

Silicium : un matériau indispensable et omniprésent, mais critique

HardwareSciences et espace 25
Panneau solaire bi-face Sunology Play

Panneaux solaires en autoconsommation : on décortique le kit Play de Sunology

Hardware 27
The eyes and ears of the army, Fort Dix, N.J.

Un think tank propose d’autoriser les opérations de « hack back »

Sécurité 13

#LeBrief : Ariane 6 sur le banc de test, arrestation algorithmique, entraînement d’IA par des mineurs

0
Logo de Google sur un ordinateur portable

Chrome : Google corrige plusieurs failles sévères, dont une déjà exploitée

Logiciel 0

vieux téléphones portables

Des cadres supérieurs invités à n’utiliser que des téléphones jetables à Hong Kong

Sécurité 6

La Dreamcast de Sega fête ses 25 ans

Hardware 5

Pilule rouge et bleue avec des messages codés

Démantèlement d’un groupe ukrainien de rançongiciels

Sécurité 1

Commentaires (29)


Winderly Abonné
Il y a 2 ans

Il n’y avait pas vraiment de raison d’obtenir un résultat différent, puisque les faits n’ont guère changé. Je trouve ça bien dommage.


AncalagonTotof Abonné
Il y a 2 ans

Voter ça et voir Wikileaks balancer des papiers sur les armes françaises dans la gurre Arabie Saoudite - Yemen par exemple, ça aurait été comme si tirer une balle dans le pied.
D’une certaine manière, leur refus prouve que J. Assange mérite cet asile politique.


Idiogène
Il y a 2 ans

…so we don’t kill the ones that we love spoilt.



Ça en bouche une cornière la “démocrature”. :cap:


treizarque Abonné
Il y a 2 ans

Vassaux un jour vassaux toujours…


Anonyme_f7d8f7f164fgnbw67p
Il y a 2 ans

J’adore ce pays.
On accueille à grand frais tous les misérables de la terre même les plus abjects, certains porteurs d’une idéologie radicale mais OSEF ; mais pour un ressortissant occidental qui d’une est en danger, de deux a vraiment souffert et continue de souffrir lui, et pas seulement “risque de souffrir s’il reste où il est”, et de trois est un symbole pour la liberté de l’homme et de la presse en prime, là on ne fait rien et on pinaille sur des arguties juridiques ineptes.
La france mérite vraiment le déclin dans lequel elle est en train de s’enfoncer.


BlackLightning Abonné
Il y a 2 ans

Offrir l’asile à Assange (bien que le méritant selon moi) n’est pas neutre vis-à-vis de la 1er puissance mondiale à l’heure actuelle. La France ne peut pas se permettre encore de se froisser les US car nous en sommes dépend. Offrir l’asile à Assange risque d’engendrer des tensions diplomatiques avec les US. Et comme à l’Est on n’est pas serein, on ne peut pas se fâcher avec l’Oncle Sam encore.



Comme l’a rappelé @AncalagonTotof, Assange n’a pas vraiment mis la France dans la poche avec cette histoire. Et à l’heure des présidentielles, je ne suis pas sur que LREM soit très chaud à l’idée d’accueillir Assange bien que je doute que beaucoup de gens soit au courant de cette affaire vu son traitement médiatique.



Au final, le problème n’est pas Assange (enfin si car ça voudrait dire que les lanceurs d’alertes sont réellement protégés par la France, mais je crois me souvenir que juridiquement c’est encore très timide), mais les représailles que la France pourrait subir de la part des US. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Je suis pas sur ni sur le plan international, ni diplomatique, ni politique (Macron ne va ni marquer ni perdre des points). Pas un bon ratio B/R.


hurd Abonné
Il y a 2 ans

Je suis convaincu du contraire, si la France, grande puissance, décidais d’avoir une position moins atlantiste en Europe, alors d’autres états pourrais la suivre. Bien-sûr que ça signifie des représailles, mais veut-on une Europe indépendante oui ou non ?


pamputt Abonné
Il y a 2 ans

Drepanocytose a dit:


J’adore ce pays. On accueille à grand frais tous les misérables de la terre même les plus abjects, certains porteurs d’une idéologie radicale mais OSEF ;




Tu parles de Mouammar Kadhafi ?


Anonyme_f7d8f7f164fgnbw67p
Il y a 2 ans

pamputt a dit:


Tu parles de Mouammar Kadhafi ?




Je parle de tout un tas d’imams radicaux, de talibans, d’intégristes chrétiens, d’exciseurs de fillettes, de dictateurs africains, etc.


Letter Abonné
Il y a 2 ans

N’oublies pas les petits amis italiens il y a 50 ans. C’est une vieille tradition.


vizir67 Abonné
Il y a 2 ans

Letter

N’oublies pas les petits amis italiens il y a 50 ans. C’est une vieille tradition.

ragoutoutou Abonné
Il y a 2 ans

Bah… c’est pas comme si la liberté de la presse était un sujet populaire dans les cercles du pouvoir: un bon journaliste est un journaliste dont tu peux vérifier que sa laisse est bien tenue dans la main d’un milliardaire.


BlackLightning Abonné
Il y a 2 ans

hurd a dit:


mais veut-on une Europe indépendante oui ou non ?




Je serais curieux de connaître la distribution des réponses entre les différentes classes socio-économiques mais également au sein des députés, sénateurs et même du gouvernement.




hurd a dit:


Bien-sûr que ça signifie des représailles




Et sommes-nous en mesure de supporter des représailles ? Qui s’occupera de la Russie si la situation vient à dégénérer ? Les US ont déjà déployé des hommes. L’Europe n’a pas de force d’intervention (ni d’armée). Et je suis doute que Macron va envoyer des soldats français pour l’Ukraine, surtout que ce n’est pas dit que ça passe bien dans l’opnion publique d’une présidentielle.



En dehors de ça, si les US émettent des représailles, on peut également les embêter (blocage de certains entreprises (coucou Meta), lutte soudaine contre l’évasion fiscale des GAFAM…). Mais ça va engendrer une escalade des deux cotés et la fin la France pliera et ça ne sera pas sans conséquence sur nos relations avec eux.
Si la France (ou l’Europe) veut se rendre moins dépendante des US, elle doit déjà revoir son tissus industriel et faire en sorte de produire dans le pays où dans ses voisins. De ramener ses savoirs-faire (turbine nucléaire) et de les faire fructifier (processeur). On n’en est encore loin.


hansi Abonné
Il y a 2 ans

Non sérieux : vous avez vraiment crû que nos eurofascistes allaient mordre la main qui les nourrit ? De Gaulle aurait accueillit Assange, mais ça c’était l’époque où la France était libre et indépendante de l’UE. Désormais prisonnière des traités européens, et d’une bande de technocrates et de collabos, à la solde de Bruxelles, Francfort et Washington, il n’y a rien à attendre d’un pays qui en 2013, a détourné l’avion du président bolivien en exercice pour vérifier que Snowden ne s’était pas caché dedans. Une honte historique pour notre pays.
En recréant les Untermenschen à coup de pass vaccinal, nos pervers narcissiques se vengent aujourd’hui de ceux qui osent leur tenir tête. Alors vous allez les laisser faire jusqu’à quand ? Soit on reste dans l’UE, et on continue avec ces fous à lier, soit on en sort, et on sauve notre pays.
Et les anglais de bien prouver qu’il y a bien une vie après l’UE.


loapinouminou Abonné
Il y a 2 ans

:mad2: :keskidit: :fou: au début sur la photos en Miniature je lisait Free Julian ASSASSINAGE !!!! du coup comprenais poas :mad2: !!!???


Nioub Abonné
Il y a 2 ans

BlackLightning a dit:


Et sommes-nous en mesure de supporter des représailles ? Qui s’occupera de la Russie si la situation vient à dégénérer ? Les US ont déjà déployé des hommes. L’Europe n’a pas de force d’intervention (ni d’armée). Et je suis doute que Macron va envoyer des soldats français pour l’Ukraine, surtout que ce n’est pas dit que ça passe bien dans l’opnion publique d’une présidentielle.




Certes Poutine n’est pas Gandhi, mais pour le coup ce sont encore les USA qui ont rompu les traités internationaux et se sont assis sur le droit international, poussant la Russie à défendre ses intérêts. Je vous conseille de lire les derniers articles du Monde Diplomatique (quand on parle de presse indépendante) pour vous donner une idée de ce qui n’est pas correctement relayé par la majorité de la presse en France. (Indice : c’est ici une histoire de gazoduc américain qui voudrait remplacer un gazoduc russe pour engranger des bénéfices.)



Quand aux conséquences, les USA ne se sont jamais gêné de saboter les actions françaises à l’étranger (quitte à mettre des dictateurs au pouvoir), pourquoi s’arrêteraient-ils ? Peut-être en présentant un front uni avec toute l’Europe, ça pourrait les inciter à plus de prudence ?


OB Abonné
Il y a 2 ans

Bah de toute façon , c’est encore Macron et LREM à la présidence …. ya pas 2 ans les mecs envoyaient leurs chiens de garde en uniforme frapper , éborgner et gazer les étudiants, les vieux et les mamans revenant de l’école dans toutes les villes du pays , et avec le sourire en plus.



Ils pensaient à quoi les dépositaires de ce texte ? Qu’ils avaient soudainement changé en 3 ans ?


5francs Abonné
Il y a 2 ans

Ha les brigades Rouges groupe terroriste ayant obtenu l’asile (pas forcément politique) en France grâce à Mitterrand pendant plus de 20ans persécuté par un pays connu pour être “non démocratique” qu’est l’Italie…



et puis risquer de froisser notre meilleur allié , les américains qui ne nous ont jamais fait de petits dans le dos… J’ai mal au fondement de mon dos , j’ai du m’asseoir sur une série de sous-marins nucléaires anglo-américains à destination de l’Australie. On fait bien de ne pas donner l’asile, ça risquerait de froisser ces deux grands amis…
:incline:


TroudhuK Abonné
Il y a 2 ans

hurd a dit:


Je suis convaincu du contraire, si la France, grande puissance, décidais d’avoir une position moins atlantiste en Europe, alors d’autres états pourrais la suivre. Bien-sûr que ça signifie des représailles, mais veut-on une Europe indépendante oui ou non ?




Une “Europe” indépendante ? Mais personne n’en veut à l’est, ils veulent le parapluie US contre la Russie, ou en tant qu’Allemagne ils ont des liens forts avec eux et contre nous. Comment ça se fait qu’on lise encore de telles chimères ? Ça n’existe pas l’Europe politique, c’est un projet impérialiste allemand devenu germano-étatsunien, en particulier contre la France, qui a su régulièrement faire les bonnes alliances pour rester indépendante, elle, avant que les élections ne fassent gagner les plus séducteurs et mauvais.


hurd Abonné
Il y a 2 ans

Je dis pas que ça existe, je dit que si tu veut pousser vers cette direction en temps qu’objectif, il faut s’en donner les moyens. Je suis convaincu que si certains pays prenaient plus le risque de déplaire aux américains en Europe, ça ferait un effet domino.


TroudhuK Abonné
Il y a 2 ans

hurd

Je dis pas que ça existe, je dit que si tu veut pousser vers cette direction en temps qu’objectif, il faut s’en donner les moyens. Je suis convaincu que si certains pays prenaient plus le risque de déplaire aux américains en Europe, ça ferait un effet domino.

L’effet domino de les isoler dans l’UE parce que les autres se ligueraient contre lui, vu qu’encore une fois ce sont des peuples bien différents qui n’aspirent pas du tout à la même chose que nous et n’ont d’ailleurs pas forcément nos restes de vitalité.


TroudhuK Abonné
Il y a 2 ans

Vous auriez pu rappeler que l’Australien Assange n’a jamais mis les pieds aux États-Unis, n’a rien à voir avec ce lointain pays, que c’est un journaliste qui a balancé sur tout le monde sans “camp”, qu’il a un enfant français et vit en France, bref qu’ils peuvent chipoter sur les textes comme ils veulent, ils doivent apporter une solution car il faut sortir Assange de son mouroir et le mettre à l’abri. Quitte à envoyer les para, au lieu de jouer les naïfs à propos de la justice etc. alors qu’on fait tous semblant de croire qu’il y a quelque chose de légal là-dedans.


gavroche69 Abonné
Il y a 2 ans

Éric Dupond-Moretti…:roll:
N’est-ce pas celui qui avait juré que jamais il n’accepterait d’être ministre de la justice ?
Comment faire confiance à un tel gus ?



Et oui Mr le ministre, les vidéos c’est comme les écrits, ça reste…


JeanM64 Abonné
Il y a 2 ans

Nous ne pouvons pas désobéir à notre Suzerain de Washington !


ragoutoutou Abonné
Il y a 2 ans

Cela m’étonnerait que faire plaisir aux américains soit la principale motivation: vous ne vendrez pas un seul sous-marin de plus pour ça. LREM défend peut-être plutôt une certaine place de la presse indépendante et de l’investigation journalistique dans la société.


Nioub Abonné
Il y a 2 ans

vizir67 a dit:




Merci c’est très instructif.


skankhunt42
Il y a 2 ans

Trois migrants, 70 cambriolage ce font prendre la main dans le sac et sont relachés deux jours plus tard. Le assange aurait du venir illégalement ici. A petite coup de RSA + logement social.



Zemmour 2022 !



J’ai bon ?


MoonRa
Il y a 2 ans

pour un pays, une europe même… vendu aux ricains, c’est pas étonnant du tout


digital-jedi
Il y a 2 ans

Non, mais attendez, sur 577 députés, seulement 50 ont voté ? A peine 10% ?
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/vos-deputes