LinkedIn accroît ses pertes et voit ses audiences stagner

LinkedIn accroît ses pertes et voit ses audiences stagner

Et Bing !

Avatar de l'auteur
Kevin Hottot

Publié dans

Économie

08/08/2016
11

LinkedIn accroît ses pertes et voit ses audiences stagner

LinkedIn a publié ce qui pourrait être son dernier bilan trimestriel avant son absorption par Microsoft. Le réseau social n'y apparait pas sous son meilleur jour, même si quelques signes positifs sont à noter, notamment du côté du nombre total d'utilisateurs.

Il y a un peu plus de deux mois, les dirigeants de LinkedIn posaient fièrement aux côtés de Satya Nadella. Et pour cause : le géant de Redmond venait de signer un chèque de 26,2 milliards de dollars pour acquérir l'ensemble des parts du réseau social. Un investissement colossal pour Microsoft, qui espère pouvoir intégrer LinkedIn à ses gammes Office et Dynamics, pour atteindre « chaque organisation de la planète », tout un programme.

Il reste encore du chemin

Avant d'amener LinkedIn dans toutes les entreprises du monde, Microsoft va avoir énormément de travail. LinkedIn a en effet quelques difficultés à faire croître son audience. Le nombre total de membres inscrits continue d'augmenter régulièrement, il est même passé de 433 à 450 millions en l'espace de trois mois.

Mais là où un Facebook parvient toujours à afficher une nette croissance de son nombre d'utilisateurs mensuels, la dernière pépite de Microsoft cale. Son nombre d'utilisateurs mensuels uniques est ainsi resté stable sur trois mois, à 106 millions. La dernière fois qu'un tel évènement s'était produit, l'entreprise a perdu près de 30 % de sa valorisation en bourse en une seule séance.

Les revenus grimpent, les pertes aussi

Au chapitre des bonnes nouvelles, on notera que les revenus trimestriels du réseau social continuent de grimper et atteignent 932 millions de dollars, soit 31 % de mieux que l'an passé à la même période. Un niveau plutôt satisfaisant, d'autant plus que la croissance sur trois mois est également au rendez-vous, avec une hausse de 8% du chiffre d'affaires.

Le bât blesse par contre du côté du résultat net. Celui-ci est encore une fois négatif, à hauteur de 119,3 millions de dollars, après des pertes de 67,7 millions de dollars l'an dernier à la même période ou de 45,8 millions il y a trois mois. Principale raison de ce changement, une hausse soudaine des provisions pour taxes, à hauteur de 100 millions de dollars. Une ardoise que Microsoft essuiera après avoir définitivement pris le contrôle de la société.

Cette transaction devrait être bouclée avant la fin de l'année si les diverses autorités de la concurrence donnent leur feu vert. La prochaine présentation trimestrielle de LinkedIn est attendue pour le début du mois de novembre, si l'affaire n'est pas entendue d'ici là.

11

Écrit par Kevin Hottot

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

Il reste encore du chemin

Les revenus grimpent, les pertes aussi

Commentaires (11)


Le 08/08/2016 à 15h 20

Salauds de pauvres qui ne s’occupent pas de leur carrière bien comme il faut. On devrait leur retirer leur retraite. Oh wait?


Le 08/08/2016 à 15h 32

C’est marrant dès que MS achète un truc ça coule <img data-src=" />


Le 08/08/2016 à 15h 46

Il m’aurait semblé plus pertinent pour MS qui est déjà implanté sur le marché entreprise de racheter un plus petit, genre viadeo. Beaucoup moins cher, base de données plus faible, mais coût beaucoup plus faible aussi!


Le 08/08/2016 à 15h 48

La dernière fois qu’un tel évènement s’était produit, l’entreprise a perdu […]



&nbsp;La dernière fois qu’un tel évènement s’était produit, l’entreprise avait perdu […]

ou

la dernière fois qu’un tel évènement s’est produit, l’entreprise a perdu […].



La bonne concordance des temps aide à la compréhension.


Le 08/08/2016 à 16h 49

Héhé, c’est pas moi qui l’ai dit !



Mais ne t’inquiète pas, dans les versions Entreprise de Slurpware 10, celles qui sont hors de prix, ils vont utiliser le mail de l’administrateur pour le mettre en contact avec d’autres “professionnels”… Pas sûr cependant que faire ceci soit du goût des entreprises compte tenu du prix payé…



Et sinon, c’te sous titre, bravo : <img data-src=" />


Le 08/08/2016 à 19h 11

Les seules fois où je vais sur LinkedIn, c’est quand quelqu’un souhaite rejoindre mon réseau&nbsp;<img data-src=" />


hansi Abonné
Le 08/08/2016 à 20h 17

Si vous êtes dans l’informatique vous savez désormais sur quel réseau il ne faut pas aller.

On ne peut pas être juge et partie.


SebGF Abonné
Le 09/08/2016 à 05h 38







Henri_MTL a écrit :



Les seules fois où je vais sur LinkedIn, c’est quand quelqu’un souhaite rejoindre mon réseau <img data-src=" />







Moi c’est pour voir les recruteurs de boîtes qui m’avaient envoyer balader trouver mon profil “intéressant” et m’offrir de “nouvelles opportunités”.



Ma tranche de rigolade régulière.



Le must étant un pote qui avait reçu un recrutement de …. Son ancienne boîte et qui lui proposait même la paie qu’ils ont jamais voulu lui donner quand il était dedans. <img data-src=" />



Le 09/08/2016 à 06h 54







Industriality a écrit :



C’est marrant dès que MS achète un truc ça coule <img data-src=" />





C’était pas la spécialité de Yahoo ça?



Sinon oui Linkedin ou Viadeo tu reçois 50 mails par jour et une fois par mois tu te décides par curiosité à cliquer dessus.



wpayen Abonné
Le 09/08/2016 à 08h 44

Je me demande si dans ce cas-là, le problème vient de LinkedIn ou de la méconnaissance totale du marché de l’IT de la part des entreprises SSII françaises.



Jamais eu aucun de ces problèmes là. Et pourtant malgré mon statut de gentil expat, je suis français et formé en France.


Le 09/08/2016 à 11h 34

En résumé, 450 millions d’inscrit, 100 millions d’utilisateurs et 5 à 10 millions de comptes payants ( prix de l’abonnement mensuel entre 30 et 60 euros)….en gros 1 à 2% des inscrits font le CA, avec une structure de couts trop chère.&nbsp; Les proprio ont bien vendu leur boite.

J’utilise très régulièrement Linked (3000 contacts pro) mais leur coût (ou valeur ajoutée) ne se justifie pas à mes yeux&nbsp; au regard d’autres outils concurrents que j’utilise dans une démarche de prospection commerciale.