Dessin de Flock remplaçant les anneaux olympiques par des caméras de vidéosurveillance

« Vidéoprotection » : le ministère de l’Intérieur triple les subventions en prévision des JO

Plus vite, plus haut, plus fort…

Avatar de l'auteur
Jean-Marc Manach

Publié dans

ÉconomieSécurité

20/02/2024 9 minutes
20

Dessin de Flock remplaçant les anneaux olympiques par des caméras de vidéosurveillance

Évoquant un plan « zéro délinquance » en vue des Jeux olympiques, le ministère de l'Intérieur s'était donné « dix-huit mois pour faire ce travail de harcèlement et de nettoyage », précisant que « ce sera un héritage des JO ». Un « héritage » depuis abondé par les « violences urbaines » suite à la mort de Nahel.

Une enquête de Mediapart révèle que « sous l’impulsion du ministère de l’Intérieur, de nombreuses communes accueillant des épreuves des JO augmentent leurs moyens de vidéosurveillance ».

Interrogé en octobre 2022 par le Sénat à propos de la sécurité de Paris 2024, Gérald Darmanin avait en effet annoncé avoir demandé à chaque préfecture de préparer un plan « zéro délinquance » en vue des Jeux : « Nous avons devant nous dix-huit mois pour faire ce travail de harcèlement et de nettoyage – et ce sera un héritage des JO ».

La loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur de janvier 2023 avait de son côté prévu de tripler les crédits du fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIPDR) consacrés à la vidéoprotection au cours des cinq années à venir, afin de « cofinancer les projets portés par les collectivités territoriales, notamment des audits des éventuelles failles de sécurité présentes dans les caméras déjà installées ».

400 caméras de plus à Paris, 500 dans les communes limitrophes

« Rien que pour 2024, 44 millions d’euros y seront consacrés », relève Mediapart, qui note que le ministre de l'Intérieur avait évoqué, lors de son audition au Sénat, qu'1 million d'euros serait consacré à l’implantation de 330 caméras à Marseille en 2022.

Il avait aussi prévu d' « ajouter au minimum 400 caméras dans la capitale et nous en ajouterons également au moins 500 dans les communes limitrophes », et précisé que « s'il faut davantage de caméras, nous en installerons davantage ».

Ni le ministère, ni la ville de Marseille ni celle de Paris n’ont répondu aux questions et demandes d'interview de Mediapart.

D'une trentaine à 488 caméras « sous l’impulsion des JO »

Gérald Darmanin avait aussi évoqué un investissement de l’État de 1,5 million d’euros en Seine-Saint-Denis en 2022 pour l’installation de 500 caméras.

« Ville phare des Jeux olympiques » (dont la devise est « Plus vite, plus haut, plus fort… »), Saint-Denis, qui hébergera le village des athlètes, le Stade de France et le nouveau centre aquatique olympique, est ainsi passée en quelques années d'une trentaine de caméras à plus de 400 caméras, « et souhaite monter à 488 à la fin de l’année sous l’impulsion des JO ».

Selon le dernier rapport d’orientation budgétaire, Saint-Denis a dépensé entre 2020 et 2024 6,7 millions d’euros en vidéosurveillance, dont « 40 à 50 % financés par le FIPD », précise la mairie.

Un chiffre qui fait bondir Alexandre Schon, membre du comité de vigilance citoyen JO 2024 à Saint-Denis : « Même subventionnée par l’État, cette somme est considérable dans le budget d’une ville comme Saint-Denis. À titre de comparaison, les investissements ville solidaire et sociale pour 2024 sont d’un peu plus de 1,7 million d’euros, alors que le taux de pauvreté de la ville est de 37 % et que 50 % des ménages sont non imposables. Cela montre les priorités de la mairie. »

395 000 euros pour « vidéoprotéger » une... route départementale

La ville de Torcy (Seine-et-Marne) qui accueillera les épreuves de canoë-kayak et d’aviron, va de son côté devoir installer six caméras sur une route départementale qui sera réservée pendant les JO à l’acheminement des athlètes, officiels et spectateurs à la base nautique de Vaires-sur-Marne.

Or, ladite route est dépourvue de poteaux où placer les caméras, ainsi que de raccordement à la fibre. « Et l'addition est salée : 395 000 euros », note Mediapart, dont 105 000 pris en charge par l'État, 101 000 par la Région, 60 000 par le département, avec un reste à charge pour la commune de 120 à 130 000 euros.

« La situation financière de la commune est difficile », proteste l’élue d’opposition Danielle Klein-Pouchol : « Les agents de Torcy n’ont par exemple pas bénéficié de la “prime de vie chère” en 2023 au motif des difficultés budgétaires. Quelles retombées pour la ville et ses clubs sportifs ? Dans ce dossier, la commune n’a la main sur rien, mais se voit imposer la facture. »

Entre 2018 et 2022, 2 236 projets ont été cofinancés par l'État

Interrogé par deux députés Rassemblement national (RN) sur « la problématique du coût élevé de l'installation d'un système de caméras de vidéoprotection dans les communes », le ministère de l'Intérieur a répondu, en janvier dernier, qu'« outre les crédits disponibles dans le cadre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD, 82 M€ en 2023), les dotations de soutien à l'investissement des collectivités territoriales (DETR, DPV, DSIL, DSID) soutiennent déjà de nombreux projets d'investissement dans le domaine de la vidéoprotection ».

Ainsi, en 2022, « 648 projets ont été soutenus par l'État, qui a attribué 18,2 M€ de subvention (dont 3,5 M€ au titre de la DETR, 13,9 M€ au titre de la DSIL, 0,2 M€ au titre de la DPV, et 0,6 M€ au titre de la DSID) ».

Entre 2018 et 2022, « 2 236 projets ont par ailleurs été cofinancés par l'État dans ce domaine, soit un montant total subventionné de 69,1 M€ », et « 1742 collectivités ont été accompagnées dans 93 départements ».

Le ministère précisait que « la dépense d'investissements correspondante s'élève à 180,3 M€, soit un effet de levier de 2,6 », et qu' « en plus des projets classiques d'équipements, plusieurs projets de création et d'aménagement de centres de supervision urbains ont d'ailleurs été sélectionnés par les préfets ces dernières années ».

En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement liées à ces matériels (entretiens, location, etc.), le soutien de l'État passe par la dotation globale de fonctionnement (DGF), « dont le montant a été accru en 2023 pour la première fois depuis 10 ans, à hauteur de 320 M€ ».

« Nous accentuons par ailleurs les actions de prévention de la délinquance et de la radicalisation en renforçant notamment la vidéoprotection, à laquelle sont consacrés 25 millions d'euros en 2024, contre 22 millions d'euros en 2023 », avait de son côté annoncé Dominique Faure, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur chargée des collectivités territoriales et de la ruralité, en décembre 2023, à l'occasion du projet de Loi de finances (PLF) pour 2024.

Elle avait également précisé que « le ministère de l’Intérieur et des outre-mer bénéficiera en fin de gestion 2023 de l’ouverture de 10 millions d’euros supplémentaires de crédits au profit de la vidéoprotection, décision prise à la suite des violences urbaines de cet été », suite à la mort de Nahel.

Obsolescence programmée et politiques publiques

Les deux députés RN évoquaient pour leur part « un défi financier considérable » et un reste à charge pour les communes « particulièrement important, limitant les autres investissements ». Ils soulignaient que le coût d'installation et d'entretien dans le budget des communes de ces systèmes de vidéoprotection représenterait « une véritable inquiétude pour les élus locaux ».

Ils déploraient en outre que « seuls les équipements de vidéoprotection sont subventionnables en section d'investissement au budget des communes », alors même que « ce matériel est victime d'une obsolescence programmée ».

Et ce, d'autant qu'avec les « avancées technologiques », les communes « ayant fait le choix de recourir à la vidéoprotection peuvent se retrouver dans l'obligation de moderniser leur équipement quelques années après son installation, engendrant ainsi de nouvelles dépenses pour le budget communal ».

Une problématique amenée à se généraliser : si la vidéosurveillance a d'abord été déployée dans les grandes villes, pour se répandre dans un second temps dans leurs banlieues et les villes moyennes, ces derniers temps, de très nombreux villages de quelques centaines d'habitants seulement investissent des dizaines de milliers d'euros, en partie subventionnés, pour s'équiper, eux aussi, de caméras.

Une politique activement soutenue par certains édiles locaux. En visite à Crépol, peu après la rixe ayant entraîné la mort de Thomas, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé la mise en place de « financements exceptionnels pour doter l'ensemble de nos territoires ruraux d'équipements de vidéoprotection », et qu' « un budget de la Région sera dédié à ça ».

Sans que l'on comprenne, cependant, en quoi des caméras de « vidéoprotection », au surplus la nuit, aurait pu « protéger » Thomas et les autres personnes qui avaient alors été blessées.

Écrit par Jean-Marc Manach

Tiens, en parlant de ça :

Sommaire de l'article

Introduction

400 caméras de plus à Paris, 500 dans les communes limitrophes

D’une trentaine à 488 caméras « sous l’impulsion des JO »

395 000 euros pour « vidéoprotéger » une… route départementale

Entre 2018 et 2022, 2 236 projets ont été cofinancés par l’État

Obsolescence programmée et politiques publiques

Fermer

Commentaires (20)


Nous accentuons par ailleurs les actions de prévention de la délinquance et de la radicalisation en renforçant notamment la vidéoprotection


Autant je peux comprendre que des caméras peuvent prévenir de la délinquance, autant je ne vois pas comment elles peuvent prévenir de la radicalisation. Ça marche comment ?
Sans que l’on comprenne, cependant, en quoi des caméras de « vidéoprotection », au surplus la nuit, aurait pu « protéger » Thomas et les autres personnes qui avaient alors été blessées.


C'est pourtant simple, elles sont de « vidéoprotection », donc elles protègent. Sinon, elles ne s'appelleraient pas comme ça voyons ! :fumer:

Espérons que Le Maire inclue ces dépenses dans les 10 milliards d'économies annoncées pour cette année.
À ses débuts, et comme son nom l'indique, le fonds interministériel de prévention de la délinquance avait vocation à... prévenir la délinquance ; puis, sous Nicolas Sarkozy, qui avait "promis" de multiplier par trois le nombre de caméras, jusqu'à 75% de ses subventions ont été réorientées vers la vidéosurveillance ; puis y a été rajoutée la lutte contre la radicalisation (mais sans forcément de lien avec la "vidéoprotection").

Jean-Marc Manach

À ses débuts, et comme son nom l'indique, le fonds interministériel de prévention de la délinquance avait vocation à... prévenir la délinquance ; puis, sous Nicolas Sarkozy, qui avait "promis" de multiplier par trois le nombre de caméras, jusqu'à 75% de ses subventions ont été réorientées vers la vidéosurveillance ; puis y a été rajoutée la lutte contre la radicalisation (mais sans forcément de lien avec la "vidéoprotection").
J'ai réagi à la déclaration de la ministre déléguée qui fait clairement un lien entre la prévention de la radicalisation et la vidéoprotection dans sa phrase et pas à la partie de l'article qui parle du fonds. En effet, j'avais bien compris qu'un fonds qui avait 2 objet pouvait financer la vidéoprotection pour le premier objet uniquement.

Mais je doute que ceux qui ont écrit le texte de la Ministre nous lisent et apporteront une justification.

J'ose espérer que ce n'est pas en étudiant les vêtements ou la pilosité des personnes (ou que sais-je encore) que l'on détecte la radicalisation.
Je vois surtout de l'argent partir dans les poches des petit copain qui bosse dans tout le matériel de Videosurveillance (je refuse cette novlangue qu'est Videoprotection)
Si tu as des infos sur les soi-disant copains, n'hésite pas à nous les fournir. Ça semble intéressant.

fred42

Si tu as des infos sur les soi-disant copains, n'hésite pas à nous les fournir. Ça semble intéressant.
De la spéculation de ma part pour ceci. Mais de manière générale, cela fonctionne comme cela en France et dans la plupart des pays.

Angelblue

De la spéculation de ma part pour ceci. Mais de manière générale, cela fonctionne comme cela en France et dans la plupart des pays.
Roger, ressert nous la même chose !:kimouss:
Modifié le 20/02/2024 à 18h45

Historique des modifications :

Posté le 20/02/2024 à 18h45


Roger, ressert nous la même chose !

Angelblue

De la spéculation de ma part pour ceci. Mais de manière générale, cela fonctionne comme cela en France et dans la plupart des pays.
Je travaille sur ces questions depuis plus de 20 ans, et ce n'est pas un problème de "copains", mais de "société", avec d'un côté une opinion publique qui, à force d'instrumentalisation politique et médiatique du "sentiment d'insécurité", a de plus en plus peur, et donc besoin d'être rassurée, de l'autre des édiles qui, pour les rassurer et se faire (ré)élire, investissent dans ce type de "solutionnisme technologique" et, enfin, des industriels et (surtout) PME qui, puisqu'il y a un marché, se positionnent entre les deux.
Cf notamment le n° de Cash Investigation que j'avais co-signé : « Le business de la peur ».

Jean-Marc Manach

Je travaille sur ces questions depuis plus de 20 ans, et ce n'est pas un problème de "copains", mais de "société", avec d'un côté une opinion publique qui, à force d'instrumentalisation politique et médiatique du "sentiment d'insécurité", a de plus en plus peur, et donc besoin d'être rassurée, de l'autre des édiles qui, pour les rassurer et se faire (ré)élire, investissent dans ce type de "solutionnisme technologique" et, enfin, des industriels et (surtout) PME qui, puisqu'il y a un marché, se positionnent entre les deux.
Cf notamment le n° de Cash Investigation que j'avais co-signé : « Le business de la peur ».
Pour ce cas précis des caméras. Je peux pas dire. Mais j'ai vu trop de choses dans le priver et publique sur les copinages de certaines personnes haut placer qui au lieu de prendre quelque chose qui fonctionne, va aller prendre les @ (remplacer les @ par ce que vous vouler) défectueux car c'est un ami de la famille ou autre.

Cela fait des années que je vois les mêmes abus malheureusement.

Après attention. Je dis pas que cela est le seul problème. Mais il y'a de cela aussi (et trop a mon sens)
Modifié le 20/02/2024 à 22h15

Historique des modifications :

Posté le 20/02/2024 à 22h12


Pour ce cas précis des caméras. Je peux pas dire. Mais j'ai vu trop de choses dans le priver et publique sur les copinages de certaines personnes haut placer qui au lieu de prendre quelque chose qui fonctionne, va aller prendre les (remplacer les par ce que vous vouler) défectueux car c'est un ami de la famille ou autre.

Cela fait des années que je vois les mêmes abus malheureusement.


Posté le 20/02/2024 à 22h12


Pour ce cas précis des caméras. Je peux pas dire. Mais j'ai vu trop de choses dans le priver et publique sur les copinages de certaines personnes haut placer qui au lieu de prendre quelque chose qui fonctionne, va aller prendre les @ (remplacer les @ par ce que vous vouler) défectueux car c'est un ami de la famille ou autre.

Cela fait des années que je vois les mêmes abus malheureusement.


Posté le 20/02/2024 à 22h13


Pour ce cas précis des caméras. Je peux pas dire. Mais j'ai vu trop de choses dans le priver et publique sur les copinages de certaines personnes haut placer qui au lieu de prendre quelque chose qui fonctionne, va aller prendre les @ (remplacer les @ par ce que vous vouler) défectueux car c'est un ami de la famille ou autre.

Cela fait des années que je vois les mêmes abus malheureusement.


Posté le 20/02/2024 à 22h14


Pour ce cas précis des caméras. Je peux pas dire. Mais j'ai vu trop de choses dans le priver et publique sur les copinages de certaines personnes haut placer qui au lieu de prendre quelque chose qui fonctionne, va aller prendre les @ (remplacer les @ par ce que vous vouler) défectueux car c'est un ami de la famille ou autre.

Cela fait des années que je vois les mêmes abus malheureusement.

Après attention. Je dis pas que cela est le seul problème. Mais il y'a de cela aussi (et trop a mon sens)


Jean-Marc Manach

Je travaille sur ces questions depuis plus de 20 ans, et ce n'est pas un problème de "copains", mais de "société", avec d'un côté une opinion publique qui, à force d'instrumentalisation politique et médiatique du "sentiment d'insécurité", a de plus en plus peur, et donc besoin d'être rassurée, de l'autre des édiles qui, pour les rassurer et se faire (ré)élire, investissent dans ce type de "solutionnisme technologique" et, enfin, des industriels et (surtout) PME qui, puisqu'il y a un marché, se positionnent entre les deux.
Cf notamment le n° de Cash Investigation que j'avais co-signé : « Le business de la peur ».
Il existe tout de même des rapprochements de relations entre copains facile à faire. En ce qui concerne la sécurité notamment avec la solution ACROPOL, sous Sarkozy, dont la société qui a remporté le marché a son siège basé dans un pays nordiques et le patron un ami proche.

Alianirah

Il existe tout de même des rapprochements de relations entre copains facile à faire. En ce qui concerne la sécurité notamment avec la solution ACROPOL, sous Sarkozy, dont la société qui a remporté le marché a son siège basé dans un pays nordiques et le patron un ami proche.
Pourquoi tant de non dit si les faits sont avérés ? Cela décrédibilise ton affirmation.
De quelle société et de quel patron s'agit-il ?

fred42

Pourquoi tant de non dit si les faits sont avérés ? Cela décrédibilise ton affirmation.
De quelle société et de quel patron s'agit-il ?
Tu as répondu à un autre qu'il suffit d'écrire la recherche sur Google, fais en de même.

Mais sérieusement je vais rechercher les liens et articles et je les posterai si tu es intéressé, j'avais gardé un dossier sur le pc à l'époque

Alianirah

Tu as répondu à un autre qu'il suffit d'écrire la recherche sur Google, fais en de même.

Mais sérieusement je vais rechercher les liens et articles et je les posterai si tu es intéressé, j'avais gardé un dossier sur le pc à l'époque
Je n'ai rien trouvé concernant une société d'un pays nordique. J'ai trouvé des infos parlant de Matra Communication (société rebaptisée depuis EADS Telecom).

La situation avec SKN à qui j'ai répondu est bien différente. J'avais vérifié que l'on obtenait la réponse avec 3 mots (mort de Thomas). Toi, tu ne l'as visiblement pas fait. Pays nordique est probablement trop général pour trouver.

fred42

Je n'ai rien trouvé concernant une société d'un pays nordique. J'ai trouvé des infos parlant de Matra Communication (société rebaptisée depuis EADS Telecom).

La situation avec SKN à qui j'ai répondu est bien différente. J'avais vérifié que l'on obtenait la réponse avec 3 mots (mort de Thomas). Toi, tu ne l'as visiblement pas fait. Pays nordique est probablement trop général pour trouver.
C'était pour e piquer en mode "fais tes propres recherches".

J'essaye de remettre la main dessus mais ça date de 2007 alors pas certains que je retrouve. La partie dont il est question était celle de ingénierie de chiffrement.

Édit : J'ai effectué plusieurs recherches dans mes archives mais c'était il y a trop longtemps, je suis dégoûté de ne pas remettre la main dessus, dsl.
Modifié le 23/02/2024 à 22h12

Historique des modifications :

Posté le 22/02/2024 à 11h19


C'était pour e piquer en mode "fais tes propres recherches".

J'essaye de remettre la main dessus mais ça date de 2007 alors pas certains que je retrouve. La partie dont il est question était celle de ingénierie de chiffrement.

Je vais faire mon chieur mais sans parler du fond de la news qui me sidère(400k€ pour 6 cameras?!?,), serait-il possible d'avoir plus de détail sur les évènements ayant entrainer certaines installations? Parce que ça parle de la mort de "Thomas" ok, mais sans même nom de famille difficile d'en savoir plus pour ceux qui ne regardent pas la télé et ne suivent pas les infos "générale" (condoléances pour la famille). C'est pas que je suis un aficionados des infos glauques mais quitte à parler d'un ""fait divers"", autant permettre de retrouver le contexte.
Tu sais utiliser un moteur de recherche ? 3 mots que tu as écrits suffisent à voir de quoi il s'agit.

fred42

Tu sais utiliser un moteur de recherche ? 3 mots que tu as écrits suffisent à voir de quoi il s'agit.
J'allais te répondre que oui aujourd'hui les moteurs le ressortent direct mais pas sûr que d'ici quelques semaines / mois ça soit le cas vu la vitesse à laquelle évolue l'actualité, mais je viens de chercher "affaire Steve" par curiosité et on tombe bien sur ce qui c'était passé à Nantes en 2019 donc je suis sûrement monté un peu vite sur mes grands chevaux (même si quelques mots de précision dans l'article sur le pourquoi c'est lié au contexte des caméras de surveillance ne m'aurait pas dérangé).

P'tite question subsidiaire, c'est combien de temps maintenant la rétention des articles pour les non abonnés?
J'ai rajouté un lien vers l'article Wikipedia consacré à la mort de Thomas.
Sinon, les articles continuent d'être "libérés" un mois après leur parution.
Modifié le 22/02/2024 à 16h44

Historique des modifications :

Posté le 22/02/2024 à 16h43


J'ai rajouté un lien vers l'article Wikipedia consacré à la mort de Thomas.

Jean-Marc Manach

J'ai rajouté un lien vers l'article Wikipedia consacré à la mort de Thomas.
Sinon, les articles continuent d'être "libérés" un mois après leur parution.
A défaut d'avoir un smiley pour la Nexitude, :inpactitude:

Merci :chinois:
« Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé la mise en place de « financements exceptionnels pour doter l’ensemble de nos territoires ruraux d’équipements de vidéoprotection », et qu’ « un budget de la Région sera dédié à ça ». »

Sachant que la région n’a pas de compétences en matière de sécurité publique, quel est le motif pour ce budget ? En tant que contribuable de la région AURA, quelles sont mes voies de recours pour que mes impôts servent à ce à quoi ils sont censé servir (par exemple les transports, qui sont dans le domaine de compétence de la région, et qui en auraient bien besoin…)