Publié dans DroitIA et algorithmes

5

Raw Story, AlterNet et The Intercept portent plainte contre OpenAI

Des textes partent de trois groupes de personnes pour en faire un quatrième au-dessus d'eux.Yasmine Boudiaf & LOTI / Better Images of AI / CC-BY 4.0

C'est au tour de Raw Story, AlterNet et The Intercept d'attaquer OpenAI pour son utilisation de leurs articles pour entrainer ses modèles de langage, explique le Nieman lab.

Mais contrairement au New York Times qui attaque l'entreprise pour violation du Copyright, les deux plaintes (ici et en PDF) des trois médias reprochent à OpenAI d'avoir enfreint le DMCA (Digital Millennium Copyright Act).

« En particulier, les poursuites allèguent qu'OpenAI a supprimé des éléments tels que les noms des auteurs et les conditions d'utilisation lorsqu'elle a ajouté les articles à ses ensembles de données d'entraînement », indique le Nieman Lab.

« Nous pensons qu'il s'agit du modèle qui donnera aux organismes de presse en ligne, en particulier les plus petits, la meilleure opportunité de s'assurer qu'ils sont rémunérés pour l'utilisation de leur travail dans la formation des modèles d'IA », explique Matt Topic l'un des avocats des trois médias à notre confrère.

Le blog du laboratoire de recherche explique qu'il est plus difficile pour les médias numériques d'attaquer directement l'entreprise pour violation du Copyright.

Car pour le faire, il faut avoir enregistré ce copyright auprès du Bureau d'enregistrement américain concerné. Or, alors que les journaux qui publient une version papier comme le New York Times peuvent faire une déposition et payer une fois par mois, les médias numériques doivent payer 65 $ pour chaque article individuellement.

Le Nieman Lab estime que si Raw Story, AlterNet et The Intercept gagnent le procès, les dommages-intérêts pourraient s'élever à 2 500 dollars par infraction.

5

Tiens, en parlant de ça :

dessin satirique de Flock

#Flock : de Game of Shithrones au jeu des sept différences

Moi en retard ??? Non… (Ha si…)

13:37 Flock 11
Des chercheurs en noir et blanc regardent une fiole sur laquelle est écrit "Perlimpimpin" en jaune.

[Édito] Respectez les sciences, bordel !

Demi mole

17:07 NextScience 39
Vitrée brisée

Une faille critique dans le langage Rust, Windows trinque

De la rouille, des fenêtres, une rustine

17:02 SoftSécu 28
next n'a pas de brief le week-end

Le Brief ne travaille pas le week-end.
C'est dur, mais c'est comme ça.
Allez donc dans une forêt lointaine,
Éloignez-vous de ce clavier pour une fois !

5

Fermer

Commentaires (5)


Dans le cadre du DMCA, ne serait-ce pas plutôt l'organisme Common Crawl qu'il faudrait attaquer ? Dans la mesure où les dataset sont basés dessus (dont ceux utilisés par OpenAI), ça supprimerait le problème à la source.
"Porter plainte contre OpenAI", une méthode simple et rapide pour gagner de l'argent.
Des dizaines d'entreprises l'ont déjà fait. Pourquoi pas vous ?
Contacter nos conseillers pour une étude personnalisée.
Ah bon ? Elles ont rapporté combien les précédentes procédures ?

Arkeen

Ah bon ? Elles ont rapporté combien les précédentes procédures ?
Elles ont rapporté des accords pour mettre fin aux procédures, des accords concrétisés par des contrats pour accéder aux données en toute légalité. Moyennant finance, bien entendu. Car l'objectif de toutes ses poursuites n'est pas un noble idéal éthique, mais bel bien de se faire du pognon.

D'ailleurs, je cite la news:
" Nous pensons qu'il s'agit du modèle qui donnera aux organismes de presse en ligne, en particulier les plus petits, la meilleure opportunité de s'assurer qu'ils sont rémunérés pour l'utilisation de leur travail dans la formation des modèles d'IA "
« En particulier, les poursuites allèguent qu'OpenAI a supprimé des éléments tels que les noms des auteurs et les conditions d'utilisation lorsqu'elle a ajouté les articles à ses ensembles de données d'entraînement », indique le Nieman Lab.


Les plaintes sont de plus en plus ridicules.