Publié dans DroitSécurité

6

Logiciels espion (Predator) : un journaliste franco-malgache porte plainte contre Nexa (ex-Amesys)

Les logos de Cytrox et Intellexa, vendeurs de logiciels espionHackerNews

Un journaliste franco-malgache, Rolland Hubert Rasoamaharo, accuse l’entreprise française Nexa (ex-Amesys) de l'avoir espionné hors de tout cadre légal, rapporte Le Monde.

En octobre dernier, une enquête menée par Mediapart et le consortium European investigative collaborations (EIC) révélait que Nexa avait fourni aux autorités malgaches du matériel de surveillance hors de tout cadre légal. Il y avait notamment l’accès à Predator, un puissant logiciel espion développé et commercialisé par le groupe Intellexa, dont faisait précédemment partie Nexa.

Celle-ci conteste toute transaction, affirmant au Monde n’avoir « jamais livré aux autorités malgaches de solution de cybersurveillance de type Predator, ni conclu avec celles-ci un contrat de vente à cet effet », précise Le Monde.

Si, à l’époque, aucune vente de Predator n’avait été finalisée et qu'aucune licence d’exportation n’avait encore été accordée, une équipe de Nexa partie à Madagascar en 2020 pour faire la promotion et une démonstration de Predator avait cela dit produit un rapport ciblant spécifiquement M. Rasoamaharo et contenant, selon Mediapart, « un historique de géolocalisation et des données relatives à ses téléphones ».

Là encore, la société dément, tout en reconnaissant au Monde que des recherches avaient été effectuées « sur différents noms fournis par le prospect [client potentiel], avec des empreintes numériques faibles ou fortes, parmi lesquelles figurait le nom de M. Rasoamaharo. »

Rolland Hubert Rasoamaharo est aujourd’hui incarcéré pour extorsion de fonds, accusation proférée « très peu de temps » après la publication, par son journal, d’une photo d’un document d’identité français au nom du président Rajoelina et dénoncée, par la Fédération des associations des journalistes de Madagascar, qui accuse l’État malgache de « représailles ».

Les dirigeants de Nexa avaient été soupçonnés d’avoir vendu ses produits phares, en 2007 et 2014, à la Libye de Mouammar Kadhafi et à l’Egypte d’Abdel Fattah Al-Sissi. Plusieurs de ses cadres et anciens dirigeants sont toujours mis en examen pour complicité de torture dans le cadre du dossier libyen, rappelle Le Monde.

6

Tiens, en parlant de ça :

[Édito] Au pays des VPN menteurs…

Article sponsorisé par les lecteurs de Next

17:26 WebNext 23
Un ordinateur avec un drapeau pirate sur fond rouge

Les clients LastPass victimes d’une attaque par phishing orchestrée grâce à un kit clé en main

Le progrès <3

16:53 Sécu 8
Le Central Security Service de la NSA

Les recommandations de la NSA pour « déployer des systèmes d’IA en toute sécurité »

NSA.I

09:48 IASécu 3
6

Fermer

Commentaires (6)


Ahh... les malgaches...
A chaque fois qu'il y en a un qui entre dans le portefeuille des clients, il faut rajouter 20 caractères au champ "NOM" de leurs bases de données...
:D
Autant mettre un champ commentaires pour leur nom ça irait plus vite.
Ahh... les aristocrates Français...

Mais c'est quoi ce commentaire alakon sur les noms de famille de tel ou tel pays ?

Thorgalix_21

Ahh... les aristocrates Français...

Mais c'est quoi ce commentaire alakon sur les noms de famille de tel ou tel pays ?
Oui c'est vrai.. Mais j'ai ris quand même :)
Avec un peu d!e chance il habite au pays de Galles

De Compet

Avec un peu d!e chance il habite au pays de Galles
58 char$ pour le champ "VILLE" !!! :D